Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon une dépêche de l'agence Tass de Petropavlosk, datée du 24.03..2010, le volcan Sheveluch aurait émis un panache de cendres qui est monté à une altitude de 7 km., sans problèmes pour les populations avoisinantes.

Pas d'observations visuelles, étant donné les conditions atmosphériques ... l'info est basée sur les observations sismiques : " séisme de surface ayant duré quelques minutes".

Le Sheveluch, le volcan le plus élevé de la péninsule du Kamchatka, connait un regain d'activité depuis 2001, avec la croissance d'un dôme de lave dans le cratère du "jeune Sheveluch" .



Sheveluch-21.03.2010-Y.Demyanchuk.jpg            Le dôme du Sheveluch le 21.03.2010 - photo Y.Demyanchuk Kvert
          L'altitude du volcan est de 3283 m., et le Young Sheveluch, le plus
        haut point d'activité, a une élévation de 2800 m.

Le Kvert signale une activité sismique supérieure à la normale durant la semaine écoulée. Selon des données sismiques, des panaches de cendres ont atteint 5 km. la semaine dernière; des sorties de gaz et vapeur, accompagnés de cendres, ont été constatées "de visu" les 12, 15 et 16 mars ainsi que des avalanches de blocs nocturnes.
Les satellites confirme une importante anomalie thermique au niveau du dôme.

Le code aviation est à l'orange, de même que pour le Klyutchevskoy; le Karymsky et le Bezymianny sont en code jaune.

Sources :
- agence Tass 24.03.10
- KVERT  dernier rapport.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Vidir Reynisson, le directeur du département local de la Protection Civile, projète d'ouvrir la région au "tourisme volcanique" ... en se mettant toutefois à couvert :
"Les éruptions volcaniques sont par définition dangereuses et doivent être traitées avec respect. Les personnes qui pénètrent dans des endroits déclarés zones dangereuses le font à leurs risques et périls. Ils ne doivent pas s'attendre à être immédiatement secourues car les services de secours ont une responsabilité prédéfinie vis à vis des habitants de la région et doivent les aider à évacuer si la situation venait à changer" déclare-t-il à Iceland review.

Thórsmörk, Fimmvörduháls and Eyjafjallajökull ont été définis comme zones fermées; une zone spéciale "danger maximum" a été établie : un diamètre de 15 km. autour du cratère.

Les conditions météo et de terrain ne sont pour l'instant pas excellentes; toutes les précautions d'usage doivent être prises quant à l'équipement des voitures et les règles de circulation respectées, étant donné l'état des pistes.


Fimmvorduhals---mbl.is-Por-Kjartansson.jpg

                                   photo mbl.is - Por Kjartansson. 

 

Des tours-opérators proposent cependant déjà d'accéder à la région, avec logement à Reykjavik, déplacements en super-jeep et survol de l'éruption en avion.

Ci dessous l'offre de "Nordic visitor", l'une des agence:

 

Customized tours to experience Eyjafjallajokull volcanic eruption

Nordic Visitor offers customized trips to the area around Eyjafjallajokull for those interested in seeing the fire and ice with their own eyes.

Last Saturday around midnight, the skies of South-East Iceland were lit up by a blood-red shimmer from the lava spurting out of a rift that had suddenly opened up in the ice capped ground next to the Eyjafjallajökull glacier.The power of the eruption has been steadily growing and the lava explosions are said to reach up to 150 meters into the air and the volcanic ash is said to stretch as far as 4-8 kilometers into the sky.

The eruption next to Eyjafjallajökull is predicted to continue for a longer period of time. This volcanic eruption is an amazing spectacle that can be observed from a safe distance. At the moment the best conditions for catching a glimpse of the phenomenon are in the area of Fljótshlíð.

Reacting to this unravelling of nature, Nordic Visitor offers customized trips to the area around Eyjafjallajökull, including accommodation in Reykjavik, sightseeing flights over the area, guided bus tours and/or super-jeep tours near to the area.
 
If you are interested in a customized tour, we can arrange that in very short notice.

Contact us now:
- by phone: +354 5782080
- by email: through this easy email form

Please note that we do not know for sure how long the eruption will last, although it is predicted to continue for a longer period of time - we therefore advice our customers travelling as soon as possible.

More on the volcanic eruption in Eyjafjallajokull - Lava flowing over age-old footprints.
Announcement to our customers - on the 22nd of March.

 

 

"Money, Money " ... vieux tube nordique ?

 

Source : Iceland review on line.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

VturrialbaActividad04-08-Enero2010-1-copie-1.jpg         Turrialba - Costa Rica - mai 2009 - Ovsicori-Una.

Après 144 ans de repos, ponctués de quelques émissions de fumerolles, le volcan Turrialba se réveille.
Ce réveil a été précédé, à partir de 2001, de changements des paramètres au niveau des fumerolles sommitales, changements
- physiques : augmentation de la température, de 80° à plus de 300°C
- chimiques :
  * augmentation du rapport SO2/H2S
  * taux de SO2
  * augmentation des niveaux d'acides chlorhydrique
     et fluorhydrique.
avec une accélération du phénomène dans la seconde partie de 2007.

www-ovsicori-una-ac-cr_vulcanologia_turriantesdesp-htm_qypc.jpg            Brûlures sur la végétation dues aux fumerolles acides
                          entre mai 2007 et janvier 2008. - Ovsicori

L'activité sismique a augmenté significativement à partir de 2007, suggérant une possible intrusion magmatique entre 2005 et 2007.
Cette activité sismique est caractérisée par des évènements de quatre types :
1. des évènements volcano-tectoniques (vt) produits par des fractures rocheuses suite à l'activité volcanique.
2. des séismes longue période (lp) plus abondants associés à des mouvements de fluides
3. du trémor, sismicité de basse amplitude associée à des changements de pression des fluides et à des vibrations du conduit.
4. des séismes de très longue période ( vlp)

Entre 2007 et 2009, dominent les séismes lp et vt, accompagnés de trémor et séismes vlp sporadiques.
A partir de janvier 2010, le niveau de l'activité sismique a augmenté tant en nombre de séismes enregistrés qu'en  amplitude de ceux-ci. Dominent maintenant le trémor et les séismes vlp, avec une variété appelée "drumbeat" - roulement de tambour - depuis le 3 mars 2010, caractérisée par une plus grande amplitude et une répétition rythmique élevée.

turrialba boletin tecnico 10marzo2010-8       Turrialba - incandescence nocturne - bulletin Ovsicori 10.03.2010

L'activité volcanique se manifeste en 2010 par des émissions de cendres et des explosions phréatiques, liées à une déstabilisation du système hydrothermal du volcan consécutif à une augmentation des températures.
Depuis le 7 mars, l'activité est devenue phréatomagmatique, avec la montée du magma, visualisée par de l'incandescence nocturne.
L'inflation demeure faible, suggérant une intrusion magmatique de volume faible.

Evolution Turri 2007-Evolution-Turri-2007---copie-1.jpg       Schéma évolutif du Turrialba à partir de 2007 - doc. Ovsicori-Una.


Deux scénarios sont proposés par l'Ovsicori  :
1) le magma arrive en surface et crée une coulée à partir du cratère ouest (d'où sortent les petites émissions de cendre et où est localisée l'origine de l'incandescence) et s'accumule à l'intérieur de celui-ci;
2) le magma n'arrive pas à sortir en surface et produit de petites explosions stromboliennes.
Dans tous les cas, l'approche du magma de la surface va produire une dépressurisation du système hydrothermal accompagnée d'émissions de cendre et de gaz.

Sources :
bulletins de l'Ovsicori-Una - lien

 


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Islande-03.10-mbl-is---K.o.Kristjansson.jpg          La fissure éruptive à Fimmvörduhals - mbls.is
        Un clic sur la photo vous mène aux photos et à l'article en islandais.

La géophysicienne Steinunn Jakobsdottir, de l'IMO, confirmait ce 22 mars l'augmentation d'activité au niveau de l'éruption du Fimmvörduhals, avec une croissance de la fissure vers le nord-est. Sur la photo, on voit l'activité aux deux extrémités de la fissure éruptive et des fontaines de lave sur la droite.
Le débit de la rivière Krossa a subitement augmenté et la température de l'eau a fait un bond de quelques degrés, d'après des nouvelles de ruv.is
Björn Gunnarsson, de l'Air Ground Rescue Team qui travaille en collaboration avec la Protection Civile, affirme, après un survol de la zone, que la lave coule maintenant dans la descente du Hvannargil canyon.

Un peu de "volcanic-fiction" ?
Le Katla et l'Eyjafjöll, les deux volcans voisins chapeautés de glaciers, intéressent les volcanologues et les spéculations vont bon train quant à une connection possible entre eux.
Le Katla, situé à 30 km. à l'est de son voisin, est recouvert par le glacier Myrdalsjökull; volcan très actif, il est entré en éruption plus de vingt fois en deux millénaires, produisant maints jökulhlaups (*). Son histoire éruptive est plus mouvementée que celle de l'Eyjafjöll, qui n'est entré en action que trois fois sur la même période.

726px-Volcanic_system_of_Iceland-Map-fr.svg.png        Situation du Katla sur la zone riftale est de l'Islande.

Il semble toutefois qu'il existe une connection entre les deux voisins : l'éruption la plus récente de l'Eyjafjöll, entre 1821 et 1823, fut suivi d'une éruption du Katla en juin-juillet 1823 ... En 1994, la formation d'un sill à peu près horizontal a été précédée d'une série de micro-séismes, interprétés comme étant attribuables à l'ouverture d'un canal de nourrissage en relation avec une source plus profonde.
Une intrusion à l'Eyjafjallajökull en 1999 fut suivie par une petite éruption sous-glaciaire dans la caldeira du Katla.
Le Volcanism blog fait remarquer que la récente activité sismique autour des deux voisins a été groupée dans trois zones :
- des séismes superficiels autour et dans la caldeira de l'Eyjafjöll
- des séismes superficiels limités à la partie est de la caldeira du Katla
- des séismes plus profonds dans l'aire de Godabunga, entre les deux précédentes aires.
On avance comme explication la présence dans cette zone d'un cryptodôme, un dôme de lave sous-terrain.
Et la présence de lave rhyolitique visqueuse sous le Katla et l'Eyjafjallajökull est un gage d'activité éruptive explosive ... si ce type de configuration prévaut.

La volcanologie au jour le jour peut se comparer à la lecture d'un bon "polar" ... on ne connait pas le teneur du prochain chapitre !

(*) 
Un jökulhlaup (de l'Islandais « course de glacier », prononcer yeukul-leuil-p) ou débâcle glaciaire est un type de crue brutale particulièrement puissante et dévastatrice. Dans le cas de l'Islande, la poche d'eau  qui se forme sous le glacier est due à l'éruption sous-glaciaire qui provoque une fusion partielle de la masse de glace qui recouvre le volcan.

Sources :
-  Iceland revieuw on line.
-  mbl.is : http://mbl.is/mm/frettir/innlent/2010/03/22/hraunflaedi_nidur_i_hrungil/
- Global Volcanism Program : Eyjafjöll
- The Volcanism blog.
-

Magma ascent at coupled volcanoes: Episodic magma injection at Katla and Eyjafjallajökull ice-covered volcanoes in Iceland and the onset of a new unrest episode in 2009


Sigmundsson, F.; Geirsson, H.; Hooper, A. J.; Hjaltadottir, S.; Vogfjord, K. S.; Sturkell, E. C.; Pedersen, R.; Pinel, V.; Fabien, A.; Einarsson, P.; Gudmundsson, M. T.; Ofeigsson, B.; Feigl, K.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Un géologue de l'Icelandic Meteorological Office, qui suit le développement de l'éruption signale des changements importants.

iceland1_699664a.jpg         Fissure éruptive - 21.03.2010 - Ragnar Axelsson - mbl.is

Un regain d'activité a eu lieu vers 7 h.15, suivi d'une diminution. Après un grand "cumulus" de petits "puffs" ont relachés des débris dans l'atmosphère; le panache initial a d'abord atteint 4 km. de hauteur ... puis, le nuage de couleur claire a atteint une hauteur totale de 8 km. Sa couleur indique qu'il s'agit d'une explosion gazeuse, liée à une entrée d'un volume croissant d'eau dans le système.
Un observateur signale l'extension de la fissure éruptive vers le nord-est; celle-ci atteint maintenant deux kilomètres et présente deux foyers éruptifs aux extrémités de la fissure. Jonsson décrit la scène "comme deux éruptions volcaniques localisés aux deux extrémités de la fissure".
Les cendres émises sont riches en fluor et très toxiques pour le bétail, qui a du être laissé sur place lors de l'évacuation des fermes menacées par l'éruption.
Les fermiers qui ont été autorisé à rentrer chez eux sont priés, par les services vétérinaires, de garder leurs animaux à l'intérieur.

Certains géophysiciens soupçonnent que l’activité du volcan Katla soit étroitement corrélée à celle de l’ Eyjafjöll. Le Katla est considéré comme l’un des volcans les plus dangereux d’Islande car ses éruptions peuvent entraîner des inondations massives menaçant un plus grand nombre de personnes que l’Eyjafjöll.
Paul Einarsson, de l'Université d'Islande déclare : "l'éruption pourrait gagner l'Hekla, qui est un volcan vicieux capable de causer des dommages localisés mais aussi globaux !".
La dernière éruption sous-glaciaire du Katla, reconnue par le GVP, fit de VEI 4; elle date d'octobre 1918, et a émis un volume de tephra important : 700 millions de m³.

Katla.png       Situation de l'Eyjafjöll et du Katla, sous leurs calottes glaciaires.
            Doc. Global Volcanism Program

Sources :
- Iceland review on line - 22.03.10
- Institute of Earth sciences - Katla
- Global Volcanism Program - Katla
- article du Times on line : "Iceland prepares for second, more devastating volcanic eruption" - 21.03.10

 


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
L'activité sismique a été intensive durant les trois dernières semaines et la plupart des séismes localisés entre 7 et 10 km. de profondeur.
Le 19 mars, un essaim de séismes a débuté à l'est du cratère sommital de l'Eyjafjallajökull, à une profondeur de 4 à 7 km. L'activité a migré vers l'est  et vers la surface le samedi 20 mars.
A 22 h.30, une petite augmentation du trémor fut détectée par 3 stations sismiques localisées à 20 km. du cratère.

L'éruption a débuté entre 22 h.30 et 23 h.30, le 20 mars; l'éruption fissurale d'une longueur de 500 mètres est localisée sur le côté nord de
Fimmvörðuháls, à l'est de la couverture de glace de l'Eyjaföll.
Le trémor a augmenté fortement le 21, entre 7 et 8 h., pour decroitre ensuite vers 10 h. une nouvelle pulsion de trémor est remarquée une heure après et depuis le trémor volcanique présente des cycles d'augmentation et de diminution.

eyfj20100321
 L'éruption est localisée par l'étoile verte - Doc. Iceland Met Office

Interwiew de M.Gudmundsson par l'AFP :

La fissure du volcan à travers laquelle "une quinzaine de coulées de magma" sont sorties jusqu'ici se situe entre deux larges glaciers, l'Eyjafallajoekull et le Myrdalsjokull, ce qui a évité des inondations majeures, a expliqué Magnus Tumi Gudmundsson, professeur de géophysique et conseiller de la protection civile.

"Nous sommes extrêmement chanceux car l'éruption ne s'est pas produite sous le glacier", dont la fonte aurait déclenché des flots gigantesques, mais une extrême vigilance reste de rigueur parce que les deux glaciers sont proches de la zone d'éruption, a-t-il déclaré à l'AFP.

"Il est impossible de dire combien de temps va durer cette éruption qui n'est cependant pas une des plus graves qu'ait connue l'île", a-t-il ajouté.

 

Eyjafjallajokull---21.03.2010---Ragnar-Axelsson-2--mbl.is.jpg             La fissure éruptive - photo Ragnar Axelsson.

    
Source :
- IMO - Icelandic Met Office
- AFP

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L'exploration des fonds sous-marins est relativement récente; elle débute il y a moins de 40 ans avec un programme franco-américain "Famous" , pour se poursuivre ensuite avec les programmes "Sismomar" et "Momar", et des collaborations entre l'Ifremer et l'INSU-CNRS.


En 1972 les chercheurs américains et français décident de s’unir pour lancer un grand programme d’exploration au centre de l’Atlantique, à l’aide des trois engins d’exploration existant, Archimède et Cyana français et le sous-marin américain Alvin.

Ce sera Famous : French American Mid Ocean Undersea Survey.

Le site de plongée se situe à 700 km au sud des Açores , à un endroit où le rift a une profondeur inférieure à 3000 m, accessible aux trois engins.

Sur un secteur réduit, 20 km sur 4 km de large, on trouve rassemblés tous les phénomènes géologiques que l’on souhaite étudier, en particulier l’intersection du rift , large de moins de 3 km, avec une faille perpendiculaire à la dorsale, appelée faille transformante.

L’objet de Famous est d’étudier une portion du rift, et de vérifier, sur un secteur limité, les phénomènes qui se produisent entre deux plaques en voie de formation.

Le projet remonte à 1970 date de l’accord de coopération entre la NOAA américaine ( National Oceanographic and Atmospheric Agency, la NASA de la mer) et le CNEXO français (Centre national pour l’exploitation des océans, devenu, en 1984, l’Ifremer).

Le principal objectif est d’identifier les phénomènes qui se produisent sur la marge d’une plaque en voie de formation, dans le rift médio-atlantique, aux environs de 3000 m de profondeur. Les informations nécessaires pour mettre en évidence ces processus sont impossibles à obtenir de la surface sur la base des connaissances technologiques actuelles, ceci en raison de la profondeur d’eau.

Viens ensuite le programme Momar  - Monotoring the Mid atlantic ridge.

Momar sera le premier observatoire permanent des fonds marins, implanté sur une dorsale lente sur l'atlantique et le premier maillon d'Esonet, un futur réseau d'observatoires marins profonds sur le pourtour européen. Ifremer installe sur un gros volcan sous-marin au sud des Açores, Lucky Strike, des instruments permettant de suivre en direct la sismicité des lieux, les circulations hydrothermales et leurs conséquences sur l'écosystème local, avec une liaison satellite vers ses laboratoires; deux sous-marins ont été utilisés : le Victor 6000 et le Nautile.


 

Dom-Joao-de-Castro-seamount---Acores-1.jpg Le volcan sous-marin Dom J.de Castro, entre Terceira et Sao Miguel - Açores

Les terres émergées sont colorées en vert  - Document Mountains in the sea.

 

Le Dom Joao de Castro est un volcan sous-marin isolé localisé dans l'archipel Açorien, entre les îles de Terceira et Sao Miguel. Les parties les plus superficielles du volcan furent formées en 1720, lorsqu'un cône volcanique sortit de la mer pour s'élever jusqu'à 150 m. de hauteur; Ce cône fut érodé par l'océan atlantique en quelques mois et sa caldeira submergée d'un diamètre de 300-600 m. a son sommet à 13 m. seulement de profondeur.

Ce volcan sous-marin est le seul classé "Natura 2000" dans l'atlantique nord en raison de son activité hydrothermale énergique en eaux peu profondes : gaz et fluides chauds sont émis à partir d'une zone restreinte (100 x 50 m.) , profonde de 16 à 45 m. dans le secteur NO. de la caldeira.

La source des gaz, principalement du CO2, accompagné de faibles quantités d'H2S, d'H2 et de méthane, est une chambre magmatique localisée entre 1 et 5 km. sous le plancher océanique          ( Cardigos & al. - 2005).

La présence de champignons filamenteux et de bactéries métallo-résistantes suggère une adaptation aux eaux enrichies en métaux (Raghukumar & al. - 2008). Toute la zone est importante au niveau pêche.

Le volcan Grand Meteor est un des plus grand volcan sous-marin atlantique : situé au sud des Açores et à l'ouest des îles Canaries, c'est un plateau elliptique de la taille de l'île Gran Canaria - 1500 km², posé à 4.200 m. de profondeur avec son sommet à 270 m. sous le niveau de l'océan. Il est étudié depuis 1967, pour comprendre la circulation des eaux autour de telle structure : un vortex anticyclonique favorise l'accumulation de zooplancton à cet endroit.

 

Les volcans sous-marins situés au nord de Madère et dans l'axe des îles Canaries sont plus âgés que ces îles elles-même, entre 68 Ma et 22 Ma, contemporain de la formation de Fuerteventura, la plus ancienne des îles émergées.


Macaronésie seamounts
Les volcans sous-marins sont signalés par l'abréviation anglaise "Smt" = seamount.

Cinq principaux volcans sous-marins sont situés sur un arc est- sud est- sud par rapport à l'archipel Capverdien.


Cap-Vert-seamounts.jpg
Une étude des fonds marins par une équipe de l'Ifremer rapporte une histoire géologique commune aux archipels des Canaries et du Cap Vert depuis la formation de leur soubassement au Jurassique. Ils présentent de plus une évolution sédimentaire et volcanique synchrones.
Il en ressort que le modèle basé sur l'intervention de deux points chauds distincts n'est pas adapté à la formation de ces structures et qu'il existe au minimum un lien entre ces points chauds. Ces deux régions ne doivent pas être traitées distinctement.


acreti2.jpg Bombement du socle commun aux deux archipels Canarien et Capverdien.

Ceci clot le chapitre sur la Macaronésie.

 Sources :

- "Mountains in the sea - Dom Joao de Castro seamount"

   par By Ricardo S. Santos, Fernando Tempera, Ana Colaço, Frederico Cardigos, and Telmo Morato.

- "Mountain in the sea - Great Meteor seamount" By Christian Mohn

- Projet Momar  - Ifremer : http://www.ifremer.fr/momareto/

- "Linking the Canary and Cape-verde Hot-spots" par M.Patriat & C.Labails - Ifremer .

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

  Quelques précisions concernant l'éruption en cours:

 

 

Eyjafjallajökull - 21.03.2010 - mbl.is

Photo http://www.mbl.is/mm/frettir/innlent/2010/03/21/gossprungan_um_1_km_ad_lengd/


Un survol de la région montre que l'éruption se situe au niveau de la fracture à Fimmvörduhals, située à l'est de l'Eyjafjallajökull, dans une zone où il y a moins de glace; ce ne serait donc pas une éruption sous-glaciaire, mais une éruption fissurale basaltique typique de l'Islande. Le risque de "jökulhlaup" et d'inondation est moindre ...pour le moment.

 

 

goskort_throngt_copy_0.jpg                                                  Localisation du site éruptif.

 

Un "Jökulhlaup" , les glaciers qui courent, sont des poches d'eau qui s'accumulent sous les glaciers, suite à une éruption sous-glaciaire qui provoque la fusion partielle de la masse de glace qui le recouvre. Ces poches d'eau peuvent se libérer brusquement, entrainant cendres, blocs de roches et de glace dans une inondation dévastatrice.

600px-Subglacial_Eruption-fr.svg.png

                                   Schéma d'une éruption sous-glaciaire

VestmannaeyjarEyjafjallajoekull----A.Tille.jpg        L'Eyjafjöll, vu depuis Heimaey dans les îles Vestmann. - photo A.Tille.

 
Sources :
- Ruv.is
- mbl-is - lien
- lien vers des photos couleurs de l'éruption fissurale

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le volcan situé à proximité du glacier Eyjafjallajökull est entré en éruption le 20 mars vers 23 h.30.

 

 

La webcam de l'Hekla a capturé la lueur de début de l'éruption .
A shot from the Hekla webcam showing the glow from the eruption of Eyjafjallajökull that started March 20, 2010.

 

Eyjafjallajokull---Kjartan-Porbjomsson.jpg                                                  Photo Kjartan Porbjömsson.


Les routes ont été fermées et trois vols des Etats-Unis en direction de Reykjavik ont été obligés de faire demi-tour  et de rentrer à Boston; la majorité de l'espace aérien Islandais est interdit.

La protection civile a ordonné l'évacuation de 5 à 600 personnes, bien que le danger ne "soit pas immédiat".

Le danger proviendra de la fusion partiellle du glacier et d'inondations consécutives à l'éruption sous-glacière.

Des cendres sont retombées sur Fljotshild et le population vivant à proximité signale "une lueur intense en provenance du glacier".

 

Cette éruption a été précédée de plusieurs essaims de séismes dans les dernières semaines, signe de mouvements du magma sous le glacier. La dernière manifestation de ce volcan remonte à 1821.

Map











Eyjafjallajokull---Rafn-Sig.jpg
Des nouvelles fraiches suivent dès que possible ...
Sources :
- BBC news - lien
- The Reykjavik grapevine - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Seconde partie de l'archipel Capverdien :
              les îles sous le vent - ilhas do Sotavento.


Fogo - l'île-volcan :

L'île est un énorme stratovolcan  qui culmine à 2.829 m. au dessus du niveau de la mer, soit à environ 7.000 m. au dessus du plancher océanique.
Il y a plusieurs dizaines de milliers d'années, ce volcan atteignait, au stade ancestral de volcan-bouclier, l'altitude de 3500 à 4000 m..
Il y a 10.000 ans, suite à diverses influences (effondrement de la chambre magmatique, jeu de grandes failles, multiplication de dykes d'alimentation, variation du niveau marin), un volume correspondant à 150 km³ a basculé vers l'est dans l'océan ... il en reste une vaste caldeira ouverte d'une dizaine de kilomètres de diamètre, avec le Monte Amarelo, reste du volcan primitif.
Un nouveau système volcanique s'est ensuite développé : le Cha das Calderas, la plaine des cratères.

Cap-Vert---pico-de-Fogo---Cha-das-caldeira---A.Klugel.jpg       Cap Vert - Cha das Calderas - Pico de Fogo  -  photo A.Klügel

La Bordeira, une falaise en demi-cercle de 800 à 1.000 m. de haut et longue de 20 km., constitue sa frontière ouest. Le Pico de Fogo, un cône parfait flanqué de cônes adventifs, une plaine couverte de champs de laves, quelques cultures et deux villages, Portela et Bangaeria, peuplés de villageois accueillants ... voilà planté le décor de l'actuel Fogo.
Le Pico de Fogo dépasse la caldeira de plus de 1.000 m.; il est coiffé d'un cratère sommital de 500 m. de large, profond de 150 m. et est toujours en activité depuis l'installation des Portugais sur l'île. Toutes les éruptions, jusqu'en 1785, se sont déroulées au niveau du cratère sommital.
Ses dernières manifestations datent de juin à août 1951 et d'avril-mai 1995, et ont été fissurales (alimentation en magma par des dykes).

Pico_de_Fogo_Krater---Kogo-W.jpg                          Le cratère du Pico de Fogo - Wikipedia

L'éruption de 1995 a été très localisée dans Cha das Caldeiras ; elle a permis l'édification d'un petit cône adventif au Pico do Fogo : le Pico Pequeno (1920 m). L'ascension de ce cône, la visite de son cratère, de la vallée des bombes, des champs de laves, des tunnels et des coulées aux formes les plus fantastiques, pourra prendre une journée.

Fogo-1995-copie.jpg     Pico Pequeno, l'éruption de 1995 - image d'archives.

Fogo---1995----joao-Gaspar.png                            Eruption de 1995 - carte de Joao Gaspar / GVP
                 Position du cône de scories, des bombes et des coulées de laves.

Tous les ouvrages sur le Cap-Vert décrivent en détail les différents événements de cette éruption de 1995: du 3 avril au 18 mai, explosions, projections de blocs, de bombes, coulée de lave d'un débit moyen de 800 000 m³ par jour et de 3 à 10 m d'épaisseur avançant à 10 mètres par heure : trente millions de m³ émis couvrant presque 5 km², nuages de poussières de 500 m de haut, panaches de particules atteignant 1,5 km de haut ; plus de 1300 personnes déplacées, un village, Boca de Fonte, complètement détruit, la visite des médias, de l'ONU, des volcanologues (entre autres François Le Guern du CNRS)
...


Brava, l'île sauvage en Portugais, mérite son nom : en absence d'aéroport et de ligne maritime régulière, il est difficile de la rejoindre. Cette île, la plus petite de l'archipel est aussi le plus "verte", baignée qu'elle est dans une brume quasi permanente.

570_cap-vert_brava_faja-da-agua---altamuc.jpg                   Cap Vert - Brava, Faja de agua - photo Aldamuc.

Elle comporte une quinzaine de cratère alignés selon 2 ou 3 directions se recoupant. Ils ont été formés suite à l'interaction entre un magma phonolitique et un important réservoir d'eau souterraine contenu dans un terrain volcanique plus ancien. Des carbonatites ont été découvertes sur Brava.
La présence de cratères jeunes et de nombreux séismes mineurs dans les dernières années indique qu'un risque volcanique significatif existe bien.


Sources :
- Global volcanism Program - Fogo
-                                       - Brava
- Lave-volcans.com - fiche du volcan Fogo & photos
- Fogo volcano, Cape Verde islands - 21.04.1995 - USGS/ HVO
- "Emissions of Fogo volcano" - K.D.Pfeiffer - lien

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog