Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
La Tanzanie a abrité les célébrations de "la journée mondiale des zones humides 2010". Le point de mire de cette journée était le support apporté à une espèce bien particulière et à son milieu:

         le flamant nain - Phoenicopterus minor - et le lac Natron.

La Tanzanie est un des sites mondiaux les plus importants pour la nidification du flamant nain, avec 75% de la population mondiale nicheuse au lac Natron.

49240.jpg
Ce site est menacé depuis 2006 par un projet d'exploitation des ressources du lac Natron, par la société indienne Tata chemicals.
La communauté internationale s'en est préoccupé, sous la conduite d'organisations ornithologiques telles que BirdLife international et "the lake Natron consultative group". Les actions de protestations et de sensibilisations, tant locales que mondiales, semblent porter leurs fruits : au cours de ce meeting, des décisions furent prises pour assurer la protection des espèces au lac Natron et onze autres lacs en Tanzanie.
Paul Kariuki Ndang'ang'a, le secrétaire de BirdLife Afrique, commentait cette décision : "il est louable que la Tanzanie développe un plan d'action pour la sauvegarde du flamant nain ... une exigence est de mettre en place les mesures immédiatement ! ".
La conservation de ce site Ramsar devrait faire l'objet d'un projet étalé sur trois ans, et être supporté par l'unité Tanzanienne s'occupant des zones humides et le ministère des ressources naturelles et du tourisme.

diap-len-036-copie.jpg

                      Groupe de flamants nains au lac Natron - © B.Duyck 2006


Cette réunion, qui regroupait des organismes nationaux et internationaux, s'est tenue au "Lake Manyara National Park hotel". Les participants ont pu observer au lac Manyara les parades nuptiales et le comportement des flamants nains.

Articles précédents sur le même sujet - liens: 1 & 2

Source :
logo.gifBirdLife International - 18.02.2010.
"Celebrating Natron's flamingos with action"
  lien vers le texte original anglais.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le "Reykjanes volcanism system"  situé à la pointe SO. de la pénisule du même nom en Islande, à l'endroit où la chaîne du centre atlantique passe au dessus du niveau de la mer, consiste en une zone étendue de cratères basaltiques et de petits volcans-boucliers.

726px-Volcanic system of Iceland-Map-fr.svg           La péninsule Reykjanes est située au SO. de l'Islande
et présente un volcanisme basaltique tholéitique terrestre et sous-marin.

Marquée par un volcanisme actif sous-marin, la pénisule ne présente plus de volcans actifs terrestres; De jeunes coulées de lave furent découvertes sous la mer en 1992, après un essaim de séismes.
Seules de nombreuses sources chaudes et sulfureuses témoignent sur terre d'une activité riche durant le 13°siècle.
L'aire géothermale de Krysuvik et une station géothermale à Svartsengi, mieux connue par sa piscine "Blue Lagoon", sont situées dans cette zone.

Krisuvik-geothermal-area--wiki.jpg    La zone géothermale de Krysuvkik au SO. de l'Islande - Wikipedia.


fig1global.jpg
                               Carte schématique du Reykjanes ridge.
         En gris, le plateau basaltique Islandais; les points rouges
         schématisent la migration relative du point chaud et
         les lignes oranges, les rifts actifs et inactifs.

Ce 18 & 19 février, le IMO - Iceland Met Office - signale, dans sa rubrique sismologique, un ensemble de séismes frappant une zone complexe de rencontre entre la chaîne médio-atlantique et la masse créé par le point chaud Islandais.

100219_1055.png              

                                                              Carte sismique du IMO

Cette zone volcanologiquement active pourrait être bientôt le théatre d'un regain d'activité et, qui sait, voir la naissance d'un nouveau volcan et plus tard d'une nouvelle île volcanique.
                          
                        *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

D'autres séismes ces 20 et 21.02 au niveau du volcan Bardarbunga, sur le Vatnajökull, dont deux de magnitude supérieure à 3.
Ce volcan sous-glacier est entré en éruption pour la dernière fois en 1910.

Biggest earthquakes during the last 48 hours
Size Time Quality Location
4.3 20 Feb 14:59:51 90.0 9.6 km NNE of Bárðarbunga
3.5 20 Feb 14:59:51 Checked 9.2 km ENE of Bárðarbunga
2.5 20 Feb 18:08:49 Checked 2.0 km NNE of Grímsfjall
2.4 20 Feb 18:08:55 63.4 18.0 km W of Hamarinn
2.3 21 Feb 12:12:14 Checked 6.4 km NE of Bárðarbunga
2.2 20 Feb 13:21:16 Checked 6.3 km SW of Básar


seismes-20-21.02.10-G.png
                             Carte sismique du 22.02.2010 - IMO - Légende : voir carte supérieure.


Sources :
- The Volcanism Blog
- Global Volcanism Program : Bardarbunga
- IMO - Iceland Met Office
- Journal of Petrology : Plume-ridge interaction - link
           

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

122577.jpg                                                                                    photo Reuters.
                                                          Plus de photos sur Reuters photos gallery .

L'île aux fleurs", paradis où la température toujours clémente permet à la nature de s'exprimer dans toutes ses couleurs, a été balayée samedi par une tempête ... le bilan provisoire est de 40 morts et 100 blessés.
Suite aux pluies torrentielles qui ont sévies sur Madère, de puissants torrents ont charrié arbres, détritus et pierres, des glissements de terrain se sont produits ... tous ces dégâts ont été amplifiés par le fait que cette île soit d'origine volcanique et présente un relief particulièrement accidenté.

Tous ceux qui ont pu visiter l'île conservent en mémoire le fait qu'il n'existe aucun endroit plat ici.

A Madère, les rivières présentent une déclivité importante, allant jusque 10 %. Grâce à cette dénivellation et à la composition du sol, il y a à Madère de profondes vallées et de grands bassins creusés par l’eau. Ainsi, la rivière Socorridos forme un chaudron de 500 mètres de profondeur dans la vallée de Curral des Freiras. Ces cours d’eau tombent en spectaculaires cascades, comme celles de Risco à Rabaçal. Dans la moitié nord du plateau, elles peuvent atteindre les 100 mètres. Les points culminants de l’île sont Pico Ruivo de Santana (1861 m), Pico das Torres (1851 m), Pico do Arieiro (1818 m), Ruivo do Paúl (1640 m) et Bica de Cana (1620 m). .

Avec un aplomb de 580 mètres, Cabo girao est l’un des plus hauts promontoires du monde. Un tiers de l’île se trouve à plus de 1000 mètres au-dessus du niveau de la mer!
Dans les villages, certaines rues sont tellement pentues que les habitants ont dressé un petit escalier au milieu de celles-ci pour pouvoir plus facilement les remonter. Ils se sont adaptés en créant un mode de transport par traîneau, encore utilisés pour faire descendre les touristes des hauteurs de Funchal; le funiculaire, ou train à crémaillère, a remplacé ensuite ces traineaux d'osier.

GBPIX_photo_103222.jpg        Le funiculaire et le traineau d'osier, célébrés sur les "Azulejos", carreaux de faïence locale.

Ces "accidents de la nature" sont accentués par l'urbanisation anarchique de l'île : constructions en zones inondables, ou en à pic collées à la falaise ... le tourisme outrancier et les impératifs économiques qu'il génère, couplés au laxisme des autorités, ont abouti à la création de cette situation "explosive".

Dans un avenir proche, nous nous pencherons sur ces îles de la Macaronésie, leur histoire volcanique, leur faune et flore endémiques.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
On trouve ces "oeufs de tonnerre" - "Thundereggs" -, formés dans des flots de lave rhyolitiques, dans des régions volcaniques telles que l'Oregon aux Etats-Unis, en Allemagne (St Egidien, Gehlberg), au Mexique, en Australie, en France (dans le massif volcanique de l'Estérel - voir article sur "les litophyses de l'Estérel").

Selon les légendes des amérindiens, lorsque les esprits du tonnerre, qui vivent retirés sur les sommets enneigés des monts Hood et Jefferson, sont fachés, ils déclenchent de violents orages  avec des éclairs qui jettent avec violence ces masses de roches sphériques. Ces dieux hostiles obtiennent leurs armes en dérobant les oeufs de "l'oiseau du tonnerre" (Thunderbird) , de là le nom d'oeufs du tonnerre.

Qu'est-ce qu'un "thunderegg" ou une lithophyse ?

Littéralement, une bulle de pierre, du grec lithos, pierre et phusa, bulle.
Les lithophyses sont une des formes de la silice, qui se rencontre communément sous divers aspects : quartz, agate, opale, silex, calcédoine.

D'aspect extérieur non engageant, et ayant une surface irrégulière, pustuleuse, de teinte terne (brunâtre, grisâtre, verdâtre, rosâtre, blanchâtre), ce sont des "objets pétrographiques" de formes sphérique à ellipsoïdale de diamètre variant de quelques centimètres à plus de 20 cm., exceptionnellement plus.


Oregon-thunderegg500.jpg                                            Un thunderegg dégagé et entier - Oregon

thunder-eggs-in-rock.jpg                      Des thundereggs (3 ex.) dans leur contexte minéral  - Oregon .

Ces structures, une fois coupées et polies, révèlent alors leur magnificence: chatoiement des couleurs, variété des formes dessinées par la nature, richesse des incrustations.

Oregon---Lucky-strike-mine---127-112-66-1-07-kg.jpg  Cette litophyse, coupée en deux, provient de la    "Lucky Strike mine" en Oregon.
    ses dimensions :
                    127 x 112 x 66 mm.
                    poids : 1,07 kg.
  Faites bien le rapport !




La même une fois polie et vue de face. Oregon - Lucky strike mine - 127-112-66-1,07 kg - face










Oregon-Friend_ranch-thunderegg---D.Rix.JPG
                           Thunderegg "yellow jacket" - Fried Ranch, Oregon
                                           photo David Rix - Wikipedia.

Oregon-Lucky-strike-mine---Yurila-s-collect.--2.jpg                                 Détail d'un thunderegg - Yurila collection
                                          Lucky Strike mine, Oregon.

 
Formation des lithophyses :

Les coulées de lave contiennent des vacuoles de gaz, de plus ou moins grandes tailles. C'est à l'intérieur de celles-ci que la silice se dépose en leur donnant dureté et inaltérabilité.
Lorsque la rhyolite se désagrège, ou s'altère avec le temps et les conditions, les lithophyses s'en trouvent dégagées.
La cavité formée au départ - l'ancienne bulle de gaz - se retrouve pleine d'une "eau chaude" intersticielle qui s'est chargée de minéraux par diffusion en passant dans les roches, soit au moment de l'éruption, soit plus tard. Dans cette eau, un gel colloïdal de silice précipite en remplissant plus ou moins la cavité ... il se transformera en calcédoine par le suite.
Ensuite, dans des conditions devenues favorables, les autres minéraux se déposent.
Lorsqu'il reste de l'espace, du quartz (silice cristalline) peut migrer de l'extérieur vers l'intérieur de la cavité et former des cristaux orientés vers son centre. En plus du quartz, d'autres minéraux peuvent venir remplir les lithophyses : l'améthiste, la calcite, la fluorite, la chlorite, l'hématite, etc...
Cet "objet pétrographique" , en rapport avec le volcanisme, n'est ni une formation métamorphique, ni magmatique, mais hydrothermale (cristallisation à partir de substances dissoutes dans l'eau chaude)

Oregon ---Friend Ranch May 2005 006                 Des chasses aux thundereggs sont organisées en Oregon .
                  Photo D.Thielbar , Ashwood Oregon - Oregon rock club.

Cascades - volcans du nord de la Californie : suite dans quelques jours.

Sources :


- Géodes et hydrothermalisme , par P.Thomas

    http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/img_sem/XML/db/planetterre/metadata   /LOM-Img61-2003-11-24.xml
- Oregon thundereggs
- Thunderegg, Oregon's state rock
- Where to find thundereggs in Oregon - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Une semaine après l'effondrement partiel du dôme, le 11.02.2010 et les coulées et surges pyroclastiques qui y ont été associés, le MVO clarifie la séquence des évènements:
Les importantes coulées pyroclastiques qui se sont déplacées vers le NE. ont étendu l'île, faisant reculer le trait de côte jusqu'à 650 mètres.
L'épaisseur des dépôts atteint 15 mètres sur la côte NE. dans la région de Trants.
La violence des nuées ardentes est confirmée par la destruction jusqu'au niveau des fondations de maisons qui avaient jusqu'alors résisté dans les villages d'Harris et Streatham. De puissants surges pyroclastiques ont abattu des arbres dans l'aire de Gun hill et Bugby hole.

after-dome-collapse-18.02.10-10h00-MVO.jpg           L'agrandissement de Montserrat , photo le 18.02.2010 - MVO

maison-Steatham-restee-intacte-j.11.02.10.jpg     une maison de Steatham restée intacte jusqu'au 11.02.2010. - MVO
           Un clic sur la photo vous relie aux photos du MVO sur Flickr.

Le sommet du dôme est percé d'un large cratère et présente une profonde balafre d'effondrement sur son côté N. Il n'est pas établi qu'un nouveau dôme soit en construction dans le cratère, mais la sismicité indiquerait une croisaance modérée d'un dôme.

Ms107654.jpg     Le dôme début février - photo Martin Rietze / le site de Th.Boeckel
                     Avec l'aimable autorisation de Thorsten Boeckel.
                      Un clic sur la photo vous fait entrer sur son site.

Cette séquence éruptive illustre bien l'action du volcan et un cycle de destruction-reconstruction :
L'activité éruptive depuis 1995 a détruit plusieurs villes et villages rendant la vie impossible dans une grande partie de l'île de Montserrat, née du volcan.
Son activité, au cours des dernières années, a étendu le territoire de l'île et préparé le terrain à une vie future, tout ceci à l'échelle géologique bien sûr, bouclant ce cycle vital.

Sources :
- MVO - Montserrat volcano Observatory.
- West Indies, Montserrat : site de Thorsten Boeckel
  photos de son expédition du 28.01 au 08.02.10.
- ALPE - Alien Landscapes on Planet Earth
  le site de Martin Rietze - photos et vidéos de son 
  expédition à Montserrat du 23.01 au 03.02.10.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Des nouvelles d'un volcan peu connu et situé dans une partie reculée de la planète : le volcan Tiatia dans les Kouriles.

Le Global Volcanism Program et le Global Disaster Alert signalent tous deux une anomalie thermique sur ce volcan. La région, située entre le sud du Kamchatka et le nord de l'archipel Japonais, est peu surveillée directement; selon le SVERT, les  instruments de surveillance de surface sont inexistants, il n'existe pas de réseau d'enregistrement sismique ... seules les observations visuelles et la détection satellite (
TERRA MODIS, NOAA, MTSAT, GEOS -9) permettent le monitoring de ces volcans.

Les-Kuriles.jpg    Aire sous la surveillance du NOAA (cercle rouge) et du satellite Terra
    (cercle pointillé noir ) - Les Kuriles sont encadrées de noir.


Le volcan Tiatia est un cône volcanique symétrique surplombant une caldeira érodée. Haut de 1819 m., il est situé sur l'île de Kounachir, qui abrite trois autres volcans : le Smirnov, le Mendeleiev et le Golovnine, tous actifs.
Ces volcans constituaient autant d'îles, avant qu'elles ne se joignent par des zones basses comportant des lacs et des sources chaudes.
L'île Kounachir fut disputée par le Japon et la Russie, avant de lui être attribuée par le jeu de traités politiques.

Tiatia---Y.Ishizuka.jpg                       Peu de bonnes photos de ce volcan ... Doc. Y.Ishizuka
                                 Japanese quaternary volcanoes database.
 

Tiatia - A.Samoluk GVPPhoto A.Samoluk - GVP.

Le cône central , formé essentiellement par des éruptions basaltiques à basalto-andésitiques de type strombolien, dépasse la caldeira de 400 m. et contient un cratère de 400 m. sur 250. Ses dernières manifestations datent de 1812 et 1973.

Mais pourquoi s'intéresser à un volcan inconnu, situé dans une île perdue que seuls les stratèges se disputent ... parce qu'il est situé sur le trajet des lignes aériennes fort fréquentées du grand nord !

Sources :

- Global Volcanism Program - weekly reports.
-
The global disaster alert - link
gdacs logo       

The Global Disaster Alert and Coordination System

- SVERT - Sakhalin Volcanic Eruption Response Team
- Discorde Russo-Japonaise à propos des iles Kouriles
http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/kouriles

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

The_Painted_Hills_John_Day_Fossil_Beds_National_Monument_Or.jpg
L'examen de cette falaise des Painted Hills, teintée d'orange et d'ocre permet de découvrir des argiles à l'apparence de pop-corn (popcorn textured claystone) : de la bentonite, une smectite, essentiellement constituée de montmorillonite - (Na,Ca)0.33(Al,Mg)2Si4O10(OH)2·(H2O)n.(80%)  - et d'argile, fortement hygroscopique et d'origine volcanique et hydrothermale. Quand elle absorbe de l'eau, cette bentonite se gonfle et par contre, en se désséchant, elle se craquèle ... ce qui lui donne cette apparence particulière. Nous verrons plus bas la formation de cette bentonite.
Attention ! ces formations sont ultra-fragiles ... il est nécessaire de rester cantonné aux bordwalks, un pied posé sur ces surfaces resterait marqué très longuement.


painted_hills-_oregon.jpg

painted-hills_50.jpg


Painted Hills Overlook View of Carroll Rim (USGS)             John Day Fossil Beds - overlook vieuw of Carroll rim - USGS.

Dans ce paysage de collines colorées, Carroll rim, coiffé par un dépôt massif de tuff volcanique - une "cuesta" - contient tout un tas de fossiles. Un chemin montant au point de vue sur les Painted hills passe entre des falaises d'ignimbrites.

Où et Quand voir les "Painted hills" ?

Painted Hills est une des trois unités du "John Day Fossil Beds National Monument", situé au nord de l'Oregon.

JohnDay

Par temps sec et en fin d'après-midi ... ce  sont les conditions idéales pour voir, admirer et fixer sur pellicule les jaunes, les ors, les ocres, les rouges et les noirs; ces tons et nuances, tout en camaïeu, varient d'un moment à l'autre, selon les moindres changements de lumière et aussi selon le taux d'humidité. Il faut un peu de chance pour sublimer cette palette !


Dans la même unité, on retiendra Painted Cove, palette différemment composée : des argiles, de la rhyolite se mêlent au vert de la végétation et au bleu d'une pièce d'eau.

Plus loin, The Clarno Unit : une falaise dominant le paysage, et formée de tuff volcanique et de coulées de basalte.
Le trail nous fait passer dans d'anciens lahars, dépôts de boues volcaniques qui submergèrent une forêt tropicale.
Les "Palisades", formées de colonnes basaltiques, témoignent de la couverture de la zone par des coulées de lave fluide.

Columnar-Basalt-Pillars-of-the-Clarno-Palisades--USGS-.jpg                 Columnar basalt pillars of the Clarno Palisades - USGS.

Palisades-Revealed-by-an-Eroding-Stream--USGS-.jpg                        Orgues basaltiques de Clarno Palisades - USGS.


Origine de la Bentonite :

Des évènements volcaniques entrecoupés d'invasions marines et de périodes de sécheresse se sont succédés dans l'Orégon.
Des cendres volcaniques, produites à l'Eocène et à l'Oligocène, se déposèrent en domaine lacustre et furent altérés en argiles.
Painted hills montrent dans ces couches colorées différemment la succession des aires géologiques différentes : les coloris noirs sont du à de la lignite (roche sédimentaire composée de matière végétale présente dans les plaines alluviales); les gris sont des roches sédimentaires sur base de grès, d'argiles et de schistes; la couleur rouge est de la latérite,roche altérée en climat humide et chaud.

Sources :
- National Park Service - John Day fossil beds
- Geologic history of the john Day country - USGS
- "Digging ancien dirt ; the John Day fossil beds"

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

twinvolcanoes ast 2010.02.13NASA Earth Observatory image created by Jesse Allen, using data provided courtesy of NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS, and U.S./Japan ASTER Science Team. Caption by Michon Scott.                 photo prise le 13.02.2010 - mise en ligne le 19.02.2010.

Les deux volcans voisins, Klyuchevskoy et Bezymianny, sont en activité en même temps, mi-février 2010.
Aster, embarqué sur le satellite Terra, a enregistré des panaches principalement constitués de vapeur (peu colorés) sortant des cratères du Klyuchevskoy, situé plus au N. (en haut de la photo) et du Bezymianny, plus au S. (tout en bas)

D'après le KVERT,
le Klyuchevskoy présentait une activité sismique au dessus de son niveau basal le 11.02, avec un panache de gaz et/ou de cendres atteignant 6 km. Des éruptions stromboliennes avec des projections à plus de 300 m. au dessus du cratère et des coulées de lave étaient aussi signalées.
Code alerte aviation : "orange".

Klyuchevskoy-12.02.10-Y.Demyanchuk.jpgKlyuchevskoy-12.02.10----2-Y.Demyanchuk.jpg

 





Klyuchevskoy           photo Y.Demyanchuk, KVERT, prises toutes deux le 12.02.2010.


Son voisin, le Bezymianny, après une activité explosive modérée les 5 et 6.02, présentait un panache réduit mais pouvant géner les transports aériens le 11.02.

Malgré cela, le volcan est seulement classé "jaune".

 

Bezymianny-05.09.09-S.Ushakov-KVERT-copie-1.jpg                    Bezymianny le 05.09.2009 - Photo S.Ushakov - KVERT.

Sources :

- Nasa Earth Observatory

- KVERT : rapports et photos


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le Mount Mazama :

C'est ce nom là qui a été donné au volcan dans laquelle la caldera de Crater Lake s'est formée.

Initialement, le Mazama était un complexe de volcans-boucliers et stratovolcans imbriqués, construits il y a 400.000 ans à base de matériaux principalement andésitiques.
Les derniers 70.000 ans virent l'activité devenir plus explosive, avec l'expulsion de dacite et rhyodacite.
Il y a environ 7.700 ans (5.677 BC), eu lieu une des plus forte éruption explosive répertoriée durant l'holocène. De VEI 7, cette éruption plinienne éjecta un volume de lave égal à 600 millions de m³ et des tephra estimés à 150.000 millions de m³, qui se dispersèrent jusqu'au Canada. La chute de tephra fut suivie de deux épisodes de coulées pyroclastiques; les dépôts, baptisés "Wineglass welded tuf" ont généré de spectaculaires affleurements (photo ci-dessous).

Mount_Mazama_eruption_timeline.PNGL'éruption, estimée être 42 fois plus puissante que celle du Mont St Helens en 1980, a réduit la taille initiale du volcan, 3.400 m., de plus ou moins 800 mètres.

Après la vidange de la chambre magmatique, le volcan s'effondra sur lui-même, formant une immense caldeira de 8 km. sur 10.

L'activité se cantonna ensuite à la caldeira : des flots de laves et un cône de scories andésitiques formèrent "Wizard island" et "Merriam cone", peu après l'éruption paroxysmale et avant le développement du lac. La dernière éruption produisit un petit dôme de lave rhyodacitique sous la surface du lac, à l'est de Wizard island, il y a 4.200 ans.

map_mazama_general_geologic.gif        Les différentes émissions du Mazama et le site de Crater lake - doc. USGS.

Le Mount Mazama est situé à l'intersection de la chaîne volcanique des Cascades et du graben Klamath, un bassin orienté N-NO. en relation avec des failles à déplacement vertical. A cette latitude, la frontière ouest de la Basin & Range province se heurte aux Cascades. Le volcanisme de cette région et le développement d'une chambre magmatique peu profonde sont liés à la situation tectonique régionale.

Cette éruption gigantesque a marqué l'esprit et la mythologie des amérindiens Klamath, contemporains du cataclysme d'après les archéologues. La légende raconte un combat entre le dieu du ciel, Skell et celui du monde inférieur, Lao. Le mont Mazama fut détruit au cours de la bataille , créant le Crater lake, devenu depuis un site sacré pour les indiens.

Crater_Lake---Tiptoety-Flickr.jpg                     Le photogénique Crater Lake - photo Tiptoety / Flickr.

Intimidés par le superbe lac bleu, d'un bleu plus intense que le ciel et l'île fumante qu'il contenait, les indiens furent assurés que cet endroit était la demeure du Grand esprit.

"le" Crater Lake :

cl_16.jpg           Wizard island, le lac et les bords de la caldeira de Crater Lake - USGS.

Crater Lake est aussi connu comme "le vieil homme du lac" , à cause d'un bois flotté qui y ère, debout, depuis plus d'un siècle, préservé par la basse température des eaux.
Large de 8 km.sur 10, c'est le lac le plus profond des Etats-Unis, avec 594 m. de profondeur maximale. Il a fallu 720 ans pour emplir le lac à son niveau actuel; un équilibre s'est créé entre son alimentation exclusivement par précipitations et son évaporation. Une activité hydrothermale est toujours présente sur le plancher du lac, suggérant une future possible éruption du volcan. Les eaux du lac, absentes d'apports externes, sont très pures et étant donné l'action des sels dissous, d'un pH de 7 à 8.

map geology crater lake floor
Carte géologique et bathymétrique de Crater Lake. Doc. USGS.
On y remarque bien l'île subaérienne Wizard,
le dôme sur son flanc est et Merrial Cone submergé.


Mazama bathymetry survey map









Un volcan dans un volcan, Wizard island, l'île du sorcier, est accessible, l'été, par bateau.
On peut examiner le cinder cone coronnant l'île, 233 m. au dessus du lac et qui possède un cratère de 90 m. de diamètre pour 27 m. de profondeur, appelé Witches Cauldron, le chaudron des sorcières.

Les Pinnacles, tourelles érodées et originaires des dépôts pyroclastiques consécutifs à l'effondrement de la colonne éruptive plinienne du Mazama.

z--CraterLake81_mazama_pyroclastic_flow_08-81.jpg                                          Photo Willie Scott - USGS.

Sources:
- USGS/CVO - Crater Lake - Mount Mazama
- Global Volcanism Program - Crater Lake
- "Geologic history of Crater Lake" - Oregon State University.
- Tableau récapitulatif de l'histoire éruptive du Mazama - par l'USGS.
- Klamath falls geologic map project

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

sakurajima - 15.02.10 Nasa EO1 AliNASA Earth Observatory image by Robert Simmon, using EO-1 ALI data provided by the NASA EO-1 team. Caption by Robert Simmon.   - 15.02.2010

Ali - Advanced Land Imager -, embarqué sur le satellite EO-1 de la Nasa, a pris cette photo du Sakurajima, le 15 février. De la poussière grise est visible dans le panache s'étendant vers le NE.

L'activité du volcan est intense en 2010 et située sur le Miname-dake. Outre les bulletins du VAAC de Tokyo signalant les panaches de cendres émis par le Sakurajima, celui-ci a connu un épisode de fontaines de lave, dépassant les 1.000 m. de hauteur.
Une vidéo de cet évènement, signalé par le volcanism Blog, est accessible par le lien ci-dessous. (Kago-net)

Sources :
- Photovolcanica : link Sakurajima volcano.
  analyse de l'activité, historique, photos.
- Kago-net : vidéo sur les fontaines de lave du 08.02.10




Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog