Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Des rapports du KVERT et de l'AVO confirment un code aviation ROUGE pour le Bezymianny (Kamchatka).
(AVO : Alaska Volcano Observatory - KVERT : Kamchatkan Volcanic Eruption Response Team)

Bezymianny-05.09.09-S.Ushakov-KVERT.jpg                                 Le Bezymianny , le 03.09.2009 - photo S.Ushakov - KVERT.

Selon le KVERT : En concordance avec la sismicité enregistrée, le volcan Bezymianny est entré en éruption le 16 décembre à 21 h.45 UTC, ave une probabilité d'émission de panache de cendres à 10 km. de hauteur et une vigilance accrue pour l'aviation.
L'activité sismique avait augmentée à dater du 8 décembre, pour redescendre le 17 décembre à partir de 4h UTC.

Le tremor du Bezymianny est masqué, étant donné son niveau abaissé, par les ondes en provenance du Klyuchevskoy proche, en éruption continue.
Aucune observation visuelle n'est possible à cause de la couverture nuageuse.
Seul le village de Kozyresk est concerné par des retombées de cendres.
Des données satellite indiquent l'extension du panache de cendres sur 350 km. en direction du NO.

Bezymianny-05.09.09-2-S.Ushakov-KVERT.jpg                               Le sommet du Bezmianny, le 05.09.09 - photo S.Ushakov - KVERT.

Rapport du KVERT du 17.12.2009 - 6 h.55 UTC :

Kamchatkan and Northern Kuriles Volcanic Activity
KVERT INFORMATION RELEASE 71-09
Thursday, December 17, 2009, 06:55 UTC (18:55 KST)


KAMCHATKA:

BEZYMIANNY VOLCANO: 55°58'N, 160°36'E; Elevation 2,895 m
AVIATION COLOR CODE IS ORANGE

PREVIOUS AVIATION COLOR CODE WAS RED

According to seismic data, the explosive eruption of the volcano occurred from 21:45 UTC on December 16 till 04:00 UTC on December 17. Probably ash plumes rose > 10.0 km (>32,800 ft) ASL. But the activity of the volcano continues and could affect international and low-flying aircraft.

Seismic activity of the volcano significant decreased from 04:00 UTC on December 17. A magnitude of volcanic tremor decreased and now it obscured by seismic data of Klyuchevskoy volcano (the eruption of Klyuchevskoy volcano continues). No visual and video data because the volcano obscured by clouds. Ash fall occurred at Kozyrevsk village. Ash falls were not noted in the other villages. According to satellite data, ash plumes extended > 350 km (217 mi) to the north-west from the volcano.


Code aviation émis par l'AVO le 16.12.2009 à 17 h.12 :

Kamchatka Peninsula, Russia
Last Updated: Wed Dec 16th, 2009 17:19 PM
Karymsky  ORANGE
Bezymianny  RED
Kliuchevskoi  ORANGE
Sheveluch  ORANGE

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

NW-Rota-1-Brimstone-pit-2006-2.jpg             NW Rota 1 - Arc des Mariannes - Brimstone pit 2006 -              photo NOAA Ocean explorer.
    Dans le panache, poussières volcaniques, morceaux de roches et gouttes de soufre liquide se mèlent aux gaz.

Découvert en 2003 lors d'une mission de surveillance de l'arc des Mariannes (au sud du Japon) de part son activité hydrothermale, ce volcan fut baptisé "NW Rota-1".

En 2004, une équipe du NOAA envoie un sous-marin pour rechercher des volcans sous-marins sur la chaîne des Mariannes ... et ils trouvent un volcan en éruption, à 560 m. sous la surface de l'océan Pacifique.

  IBM-Locality.JPG

Contexte tectonique de subduction de la plaque Pacifique sous la plaque Philippines , couplée à un bassin d'arrière-arc en extension.


 

srof06 south dives 600                                      L'arc des Mariannes - section sud - Doc.NOAA

                                            les parties émergées sont en vert.


En 2005, un autre véhicule est mis à l'eau et il peut s'approcher à moins de trois mètres du volcan en éruption. Une collecte d'échantillons d'eau et de sédiments est effectuée.

Il semble d'ailleurs que NW Rota-1 soit en activité permanente depuis 5 ans au moins. Pour preuve : au cours des trois dernières années, les émissions de cendres, de roches et de soufre ont édifié un cône de 40 mètres de haut et 300 mètres de large à la base !


 

volcan-sous marin-2 NW Rota 1                                                              Le cône du NW Rota -1 . Doc. NOAA.

                            des gouttelettes de soufre liquide colore en jaune le nuage de bulles



Rota-1----04.2006.jpgRota-1 - éruption 04.2006 -
Every visit to Brimstone Pit with Jason was more incredible than the last, until finally we saw glowing red lava jetting out of the vent on our last dive! That sight was simply beyond belief! Image courtesy of Submarine Ring of Fire 2006 Exploration, NOAA Vents Program.


nwrota_redrock_600.jpgLe NW Rota-1 est un volcan basaltique à andésito-basaltique, et est étonnamment en perpétuelle activité, comme le confirme les explorations annuelles. Un sonogramme a été réalisé cette année par Jason, le submersible utilisé sur zone par le NOAA.




NW-Rota-1-bathymetrie-.jpg
       Bathymétrie du volcan, échelle exagérée verticalement 2 x et s'étalant de moins 525 m.
                                   à moins 3.100 m.   -   Document NOAA.

Andesite-lava-vesicules-soufre---rota-breamstone-pit.jpgNewly formed near Brimstone Pit, this piece of andesite lava is about 4 in across. It shows elemental sulfur infilling the vesicles in the lava. A close-up of the sulfur (shown in the inset), which would have been liquid as it fills the cavities, has an origin in the magmatic gases sulfur dioxide (SO2) and/or hydrogen sulfide (H2S). Image courtesy of Submarine Ring of Fire 2006 Exploration, NOAA Vents Program

L'expédition du NOAA, baptisée "Submarine ring of fire 2006" a pu constater l'émission de cette andésite : "elle avance comme un robot, lentement, par à coup; en avançant, la langue de lave dégaze vigoureusement. Les gaz sont riches en soufre - SO2 et H2S - qui se mêlent à l'eau de mer pour former un acide fort et précipite du soufre élément". Ce soufre liquide, à l'émission, emplit les cavité de la lave fortement vésiculée.

Parallèlement, on a constaté que les populations animales prospéraient autour des bouches hydrothermales.

Y aurait-il un lien entre le regain d'activité du volcan et cette explosion biologique ? Sans doute. NW Rota-1, qui émet des gaz soufrés et du dioxyde de carbone, offre un environnement terriblement acide, toxique pour la plupart des espèces.  W.Chadwick, de l'Université de l'Oregon l'explique : "le dioxyde de soufre est l'un des principaux gaz émis par les volcans sous-marins. Quand il se combine à l'eau, il produit de l'acide sulfurique et forme des gouttelettes de soufre. Cela rend les éjections particulièrement acides" . Mais crevettes, crabes et patelles s'y sont bien adaptés, tirant leur nourriture des émissions hydrothermales qui alimentent des filaments bactériens recouvrant les roches. Au final, plus l'activité volcanique est intense, plus les bactéries abondent et plus la vie animale est dense et variée. Les chercheurs se sont notamment intéressés à une nouvelle espèce de crevette qui, en grandissant, se dote de pinces et passe ainsi du statut de proie à celui de prédateur. Le NW Rota-1 constitue ainsi un laboratoire naturel sans équivalent sur Terre.


shrimpmugshot-450.jpg

 

Les expéditions devraient se poursuivre encore durant quelques années sur ce site exceptionnel : c'est en effet rare de pouvoir approcher à quelques mètres  d'une éruption en cours ... ceci grâce à la pression de l'eau qui réduit fortement dans l'espace les projections de la bouche volcanique.

 

Sources :

- NOAA - National Oceanic and Atmospheric Administration

- Expédition "Submarine ring of fire 2006"

-Sonogramme de l'éruption du NW Rota-1

 


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

La Nasa n'a pas traîné en nous fournissant cet après-midi une image en couleurs naturelles, prise le 15 décembre 2009, par son satellite EO-1 / ALI (Advanced Land Imager)

mayon ali 2009349

Un petit panache de cendres et /ou de vapeur quitte le sommet en direction de l'ouest. De la lave et des débris d'éruptions précédentes couvrent les flancs du stratovolcan.
On peut bien voir les couloirs de coulées menaçant les populations vivant aux alentours, et spécialement dans la ville de Legazpi.

D'après des sources locales diverses - le site web du Phivolcs étant toujours inaccessible - : des blocs de lave se détachent du sommet, occupé par de la lave (dôme) pour descendre en cascade le long des pentes du Mayon sur 3 km.

Les chiffres concernant les évacuations e précisent qu':
- en cas d'éruption, les plans officiels prévoient d'évacuer 47.285 personnes en provenance de 45 villages.
- en cas de pluies/mauvais temps, c'est 72.858 personnes qui devraient se déplacer pour échapper aux lahars ou coulées de boues provenant des dépôts récents de cendres volcaniques.
On prévoit que ces déplacements pourraient durer plus de deux mois.

D'après "The Volcanism blog", le Phivolcs annonce que deux dômes de lave  se sont formés dans le cratère du Mayon, ce qui augmenterait l'étendue des dommages en cas d'effondrement ou d'éruption.
Les dômes, en croissance, devraient faire l'objet d'une surveillance aérienne.

Sources :
- Nasa earth observatory.
- The volcanism Blog.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Volcans-Machine2.jpg                              Les îles émergées de l'arc volcanique Hawaïen, avec l'âge respectif des formations.

volcano.gifPassage de la plaque au dessus du point chaud, alimentant les réservoirs magmatiques du Loihi et des volcans d'Hawaï.

Le Loihi, le plus jeune volcan de la chaine hawaïenne, est situé à 35 km. de la côte SE. de l'île d'Hawaï. Ce volcan, qui a atteint une hauteur de 3.000 m., est encore à 1.000 m. sous la surface océanique.
Le nom "Loihi" signifie "long", et lui a été donné à cause de sa forme allongée et dominée par deux zones de rift au N. et au S. du sommet.
La région sommitale abrite une caldeira de 3 km. sur 4,  et de nombreux cônes de lave, le plus haut culminant à 975 m. sous la surface.
La sismicité indique un système d'alimentation magmatique distinct du Kilauea.
En 1966, un nouveau cratère d'effondrement (pit crater) est apparu au sommet : le Pele's pit de 600 m. de diamètre. Une continuation de l'activité volcanique devrait amener à la construction d'une nouvelle île ... dans un laps de temps compris entre 10.000 et 100.000 ans, battement faible en termes géologiques.

Loihi---GVP-copie-1.jpgBathymetry of Loihi seamount indicating the locations of Pele's Pit (the pit crater formed during the 1996 earthquake swarm) and Pisces Peak. To the N and NE of Pele's Pit are two older pit craters, West Pit and East Pit. Contour interval is 100 m; illumination is from the NE. -  From Caplan-Auerbach and Duennebier (2001).  -  in GVP.


LoihiSeamountTopography.jpg                               Image bathymétrique du volcan Loihi - A.Malahoff , in  NOAA Ocean Explorer. 1997.


L'analyse de ce volcan sous-marin n'a vraiment débutée qu'après l'éruption de 1966. Une équipe de scientifique de l'université d'Hawaï a entamé des études bathymétriques et réalisé des prélèvements grâce à un submersible (All Cruises noted below conducted on the R/V Ka'imikai-o-Kanaloa using the Pisces V manned submersible. Both are managed by the Hawaii Undersea Research Laboratory.)
L
'étude des laves récemment émises a défini leur nature tholéitique, avec un pourcentage de 1 à 2 % en vol. de phénocristaux de clinopyroxène (rare dans les tholeiites hawaïennes) et deux populations chimiquement différentes d'olivine, ce qui indique un mélange de magma juste avant ou pendant l'éruption elle-même.

loihichem.gif
Glass compositions of samples from the Event Response expedition. The freshest lavas are plotted in red, whereas the older looking lavas are plotted in coral. All of these samples are classified as Tholeiitic in composition. For comparison, the pale-yellow field represents the range of published glass compositions at Loihi (including both it's summit and flanks)  -  http://www.soest.hawaii.edu/GG/HCV/loihirockchem.html

Les laves observées à proximité du cratère, en surface pentée, sont qualifiées de "pillow lavas" - lave en boules, en oreillers -: ce sont des laves fluides, apparentées au type pahoehoe, émises sous une certaine pression d'eau, à la façon de pâte dentifrice sortant de son tube ; elle se refroidit rapidement en surface au contact de l'eau, alors que l'intérieur du "tube émis" reste mou et continue à couler, allongeant celui-ci.

Pillow-lava----Loihi---Hawai-undersea-research-laboratory.jpg

Submarine extrusion of magma produces a characteristic "pillow lava" morphology, as seen here on Loihi seamount SE of the island of Hawaii. Thin streams of molten lava are extruded in a form that resembles toothpaste squeezed out of a tube. The outer surface of the molten lava is quickly chilled by the water and solidifies, while the interior remains molten and continues to flow, lengthening the tubes. Lava flows with similar textures on land can be recognized as being uplifted submarine (or sublacustral) lavas.  -  Photo by the Hawaii Undersea Research Laboratory (University of Hawaii).



Sources :

- Hawaï center for volcanology - Loihi volcano

    SOEST - School of Ocean and Earth Science and Technology.
    http://www.soest.hawaii.edu/GG/HCV/loihi.html 

    http://www.soest.hawaii.edu/GG/HCV/loihirocks.html
    http://www.soest.hawaii.edu/GG/HCV/loihirockchem.html
- Global Volcanism Program  - Loihi
- USGS/ H.V.O. - Hawaiian Volcano Observatory

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


Mayon-16.12.09-C.Sayat-AFP-Getty-im-jpg                                   Photo S.Sayat - Agence France Presse - Getty images.

L'activité du volcan Mayon, situé sur l'île de Luzon aux Philippines, a augmenté ces dernières heures au point d'ordonner l'évacuation de 20 à 30.000 personnes. Certaines sources estiment que 10.000 familles sont menacées par le volcan, soit environ  50.000 personnes.

Les autorités provinciales, face au grave problème humanitaire, considèrent qu'il faut placer la province "sous statut de calamité".
(ABS-CBN News) Selon le gouverneur : "C'est dommage, mais ces personnes devront passer les fêtes de Noël et de nouvel An dans des centres d'évacuation ... ce sera très dur pour ces familles "



Selon le Phivolcs, des fragments de lave incandescents continuent à être éjectés sur les pentes supérieures et moyennes du cône. Il estime que si l'ascension du magma se maintient, des coulées de lave pourraient survenir et qu'une explosion pourrait se passer. Des reporters signale un panache de cendres atteignant les 1.000 mètres.

Mayon-12.09-N.Salting-AP.jpg
                                                                     Photo N.Salting - Associeted Press

La photo ci-dessus et une vidéo sur "you tube" montrent à la fois un dôme actif, bien scintillant et de la lave s'étendant sur les flancs SE, comme lors de l'éruption de 1993.

Le Mayon est un volcan andésito-basaltique - selon le GVP - et constitue donc une sorte de transition entre le type explosif et le type effusif : il est capable de produire des coulées de lave, mais aussi de produire une activité plinienne avec des coulées pyroclastiques.
En cas de comportement effusif, tout dépend en plus de la température d'éruption de la lave ... si elle est plus chaude, des quantités importantes de lave fluide peuvent cheminer au travers du dôme et s'écouler sur les flancs du volcan.
Le Mayon est un exemple instructif :  ce même volcan peut présenter à chaque fois des éruptions de type différent.
En 1984, l'activité a cru lentement et a eu son paroxysme au bout de 2 semaines seulement... ce schéma correspondrait à la situation actuelle.
En 1993, l'éruption a débuté par une explosion dévastatrice et des coulées pyroclastiques, tuant 80 personnes.
Les éruptions de 2000 et 2001 furent rapidement explosives, tandis que la dernière, en 2006, est restée relativement modérée, les pertes humaines étant indirectement dues aux lahars générés suite au passage ultérieur d'un typhon.


RockClassif-A.gif
D'autres nouvelles dès que la situation évolue.

Sources :
- médias : AFP:Agence France Presse / AP:Associeted Press/ ABS-CBN   News.
- Global Volcanism Program : Mayon

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon le bulletin de ce mardi - 8 h.30, l'IPGP nous signale la fin de l'éruption débutée hier soir au Piton de La Fournaise :
 « l'éruption sommitale qui avait débuté hier soir vers 18h45 (heure locale) s'est terminée dans la nuit à 00h40 après une diminution progressive de l'alimentation en magma à partir de minuit (heure locale). Ce matin, un dégazage visible au niveau des fractures sud et sud-est est associé à du tremor éruptif de faible intensité. La progression des coulées de lave s'est limitée à la zone haute de l'édifice volcanique et plus précisément aux flancs sud et sud-est du Piton de la Fournaise. »

Une vidéo - webcam (pas très bonne, mais documentaire) illustre l'éruption vue du Piton de Bert sur :
http://www.ipgp.fr/pages/03030807.php

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le volcan sous-marin Kick'em Jenny est situé dans la partie sud des îles Grenadines, elles-mêmes dans la partie sud de l'arc insulaire des petites
Antilles.
kej_3-copie-1.gif



kej_4.gif












Au nord de l'île de Grenade (Grenada), un groupe de rochers appelés "the sisters" est situé 3 km. à l'ouest del'île de Ronde ... le volcan est situé 3 km. à l'ouest des "Sisters".

La présence du volcan fut revélée par une éruption, le 23-24 juillet 1939. Rapportée par un historien local, elle dura 24 heures; le colonne éruptive atteint 300 m. de hauteur et une série de vagues hautes de 2 m. fut remarquée aun nord de l'ile de Grenade et sur le sud des Grenadines. Depuis 1939, pas moins de 12 éruptions ont eu lieu, détectées par les sismographes. La dernière eu lieu en décembre 2001.

  Résumé de l'activité récente :

Date

Description

Evidence for eruption

24 July 1939

Eruption cloud up to 270m above sea level: local felt earthquakes; large sea waves generated (1m in open water); largest known historical eruption

Witnessed

5 Oct. 1943

Submarine eruption; local felt earthquakes.

T-phase recorded in Martinique.

30 Oct. 1953

Submarine eruption; earthquakes felt in north Grenada

T-phase recorded throughout Eastern Caribbean.

24 Oct. 1965

Submarine eruption; earthquakes of intensity V felt on Isle de Ronde

T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean (and traced to KeJ)

5-7 May 1966

Submarine eruptions; earthquakes in north Grenada

T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean (and traced to KeJ)

3-6 Aug. 1966

Submarine eruption, 168 free T-phase recorded, shocks with intensities less than or equal to IV felt in Grenada

T-phase

5 July 1972

Submarine eruption about 5 hours long

T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean

6 Sept. 1974

Material ejected into the air; sea above the volcano bubbling turbulently and spouting steam

Witnessed; T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean

14 Jan. 1977

Submarine eruption.

T-phase recorded throughout the Eastern Caribbean

29-30 Dec. 1988

Submarine eruption; turbulent discoloured water; earthquakes felt in north Grenada

T-phase

26 March to 5 April 1990

Earthquakes felt in north Grenada

T-phase recorded throughout Eastern Caribbean

4 Dec. 2001

Submarine eruption, earthquakes felt in north Grenada

T-phase recorded throughout Eastern Caribbean (and traced to KeJ). More than 600 volcanic earthquakes recorded on proximal stations.

 

Le volcan est en alerte "jaune" de façon courante et une zone d'exclusion de 1,5 km. autour du volcan est à respecter ! (voir la cause plus loin).

L'image du volcan a été prise par le NOAA en mars 2003; on peut observer un cratère parfaitement circulaire, d'un diamètre de 350 m., au sommet d'un cône symétrique. Le point culminant est situé à 180 m. sous le niveau de la mer. Le cratère est profond de 80 m.

Entre 1976 et 1978, un dôme a cru jusqu'à remplir le cratère, avant de disparaitre complètement. Le cratère s'est ouvert vers le NE. et contient un nouveau cratère de 30 m. de profondeur. Le sommet est compris dans une dépression en fer à cheval s'étendant 20 km. vers l'est, qui comprend des dépôts de coulées. L'interprétation totale des relévés n'est pas terminée.

 


Kick-em-Jenny----Jack-volcanoes-NOAA.jpg

 

 

SeaBeam image of Kick 'em Jenny showing new craters and domes (March, 2003). During a research cruise in March 2003 scientists discovered three craters (C1, C2 and Kick 'em Jack) and two domes (D1 and D2) near Kick 'em Jenny. Further investigations are needed to confirm whether these are separate 'live' volcanoes. - Photo NOAA.

 

Kick'em Jenny illustre bien comment les îles volcaniques de la région se sont formées : à chaque éruption sous-marine, des dépôts de matériel volcanique se sont accumulés autour du sommet faisant croitre peu à peu le volcan jusqu'à former une île. La formation de l'île de Surtsey, en Islande, confirme le mécanisme de formation.


Islearc.gif

 

 

Les risques liés au volcan :

La tragédie de l'Island Queen :

Le 5 août 1944, le navire "Island Queen", avec 60 personnes à bord, disparait entre Grenade et St Vincent. Dans un premier temps, on a cru que le navire avait été torpillé par un sous-marin allemand ... mais on n'a pu expliquer l'absence de débris après sa disparition.
En réalité, elle a été causée indirectement par le volcan sous-marin.
Le Kick'em Jenny est entré en éruption l'année précédent le drame et il est fort probable que le volcan dégazait toujours activement en 1944, bien qu'aucun signe ne soit visible en surface.

kejhazard_2-copie-1.gif
Ce dégazage peut diminuer la densité de l'eau de mer au dessus du sommet, ce qui rend la navigation dangereuse ... lorsqu'un bateau pénètre dans une telle zone de faible densité, il perd sa flotabilité et peut sombrer.


Le risque de tsunami :

Bien qu'une éruption importante ou un glissement de terrain puisse générer un tsunami, le risque de tsunami dans la région est largement exagéré : toute éruption ne génère pas un tsunami, et chaque tsunami n'est pas important.
Des vagues d'une amplitude de 10 mètres, à distance de 10 km. du l'évent, ne peuvent être engendrée  que si le volcan entre en éruption dans des hauteurs d'eau inférieures à 130 mètres.
Pour l'instant, la profondeur des évents est située à 268 m. Si le volcan continue de grandir vers cette altitude critique
- et seulement dans ce cas - , les éruptions risquent de devenir explosives avec la probabilité de provoquer un tsunami comme corollaire.


Kick-em-Jenny-volcano-2--univ.west-indies-seismic-reearch-c.jpg


 

 

Sources :


- GVP Global volcanism Program

- NOAA  - National Oceanic and Atmospheric Administration.

   diverses missions "Ocean explorer".

- The University of West Indies : Grenada - Kick'em Jenny hazards

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Entre le 1° et le 11 décembre, les sismographes de l'OVPF ont enregistré une moyenne de 26 séismes sommitaux journaliers. Le foyer se trouvait à l'aplomb du cratère Dolomieu, à une profondeur variant entre 1,6 et 2,9 km. sous le sommet.

La présence d'un petit nombre de séismes profonds et forts et les faibles déformations en surface indiquent que le réservoir magmatique situé au niveau de la mer continu à se recharger depuis l'éruption du 5 novembre 2009.

Un communiqué du 14 décembre - 21 h.50 GMT+4 - signale le démarrage d'une éruption sommitale sur le bord du Dolomieu à 18 h.45 faisant suite à une crise sismique et une déformation du sommet. Du trémor éruptif a débuté à 18 h.30.
Des coulées se répandent sur la pente sud du Piton de la Fournaise, et sur le flanc est.
Le niveau d'alerte 2-2 est décrété.

Source :
IPGP - Institut de Physique du Globe Paris
http://www.ipgp.fr/pages/03030807.php





Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Deux communiqués de presse - Associeted Press et Agence France Presse - signalent que des matériaux incandescents sont descendus sur les pentes du volcan sur 3 km., après expulsion d'un panache de cendres, ce 14 décembre à 18 h. locale.
Le Phivolcs a augmenté le niveau d'alerte à un niveau 3, état "critique" et éruption possible. (le site web du Phivolcs ne fonctionne pas comme d'habitude !)
Les autorités ont ordonné, pour demain mardi, l'évacuation de 9.000 personnes vivant dans un rayon de 6 à 8 km.

Cette situation suit une montée en puissance du volcan :
- le 10.12, pas moins de 29 séismes, incluant du trémor sont signalés,
  signifiant la montée du magma dans le volcan.
- le 11.12 : 50 seismes sont signalés et ressentis par les habitants proches.
  Un panache de cendres a été émis, montant à 500 m. de hauteur.

Mayon-02.2000---Cafettera-info.jpg                              Le Mayon en éruption en février 2000 - photo Cafettera.info.

sources : AFP & AP

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
L'examen des volcans des Cyclades et en particulier du volcan sous-marin Kolumbo (Columbo) ont aiguillé mon intérêt vers le volcanisme sous-marin.

Dans un premier temps, le bassin Méditerranéen avec d'autres formations sous-marines : Empédocle, Marsili et ses collatéraux Palinuro, Vavilev et Magnaghi.
Ensuite le Kick'em Jenny dans l'arc des Caraïbes.
Le Loihi à Hawaï et le NW Rota-1 dans l'arc des Mariannes.

Commençons par le bassin Méditerranéen .

1. Empédocle et ses voisins :

sicilia-copie-3.jpg 
C'est en effectuant des repérages aux environs de l'île engloutie de Ferdinandea, entre Pantelleria et Lampedusa, que Giovanni Lanzafame et son équipe de l'INGV ont remarqué la présence de longues colonnes de bulles sous-marines. En les suivant, ils ont découvert des sources de fumée appartenant à une structure volcanique en fer à cheval de 30 km. sur 25.
Le volcan fut nommé Empédocle du nom du philosophe grec qui serait mort en se jetant dans l'Etna. A peine baptisé, Empédocle est déjà devenu le plus grand volcan sous-marin d'Italie.
Empédocle fait partie des "Champs Phlégréens de la Mer de Sicile" dont les éruptions sont sous-marines, à l'exception de celles d'Empédocle ayant donné naissance à trois reprises à l'île de Ferdinandea (1701, 1831, 1863) qui se trouve pour le moment à 8 m. sous le niveau de la mer.
Treize volcans sont inclus dans une dépression profonde de 1.000 mètres : Anfitrite, Cimotoe, Empédocle, Galatea, Madrepore, Banc Narita, Banc de Pantelleria, Pinne, Banc Smyt I & II, Banc Terrible et Tetide.
Quatre éruptions de Pinne sont connues : 253 av. JC, 1846, 1867, et peut-être 1911.

2. Le bassin Tyrrhénien :

Image3-copie-4.gif
Le bassinTyrrhénien - en rouge, les formations émergées - les formations immergées en noir.
                                                             Document ING

Les volcans sous-marins situés au sud du Vésuve, Palinuro, Vavilev, Marsili et Magnaghi, endormis ou éteints, portent les noms des géologues qui les ont révélés (dans les années 1950, pour les trois derniers).
Actuellement, on débat sur l'état d'activité du Marsili, énorme formation de 65 km. sur 40 km., haute de 3.000 mètres et dont le sommet se trouve à 500 m. sous la surface.
Dans les années 2000, l'INGV - Istituto Nazionale di Geifisica e Vulcanologia - a largué l'observatoire Geostar (GEophysical and Oceanographic STation for Abyssal Research) à 3300 mètres de profondeur dans la mer Tyrrhénienne au large du volcan Marsili. Pendant 17 mois, ce labo permanent et autonome a transmis des mesures sismiques, géophysiques et océanographiques.
Des cônes satellites d'origine récente ont été détectés. L'hypothèse d'une accrétion récente sous le bassin central de la mer Tyrrhénienne est en accord avec les données reçues : sur une coupe faite au niveau de latitude nord 40°, entre les marges Sarde et Apenninique, la profondeur du Moho passe rapidement de 27 km. à 11 km. sous la partie centrale du bassin.
La "couche granitique" de vitesse 6,0 klm s-1 sous la marge Sarde disparait à l'Est de la faille centrale pour réapparaitre au pied de la marge Apennine.

Une curieuse découverte au large du Marsili révèle une pollution au plomb:

L'eau de mer chauffée dans les évents hydrothermaux extrait naturellement les métaux des roches volcaniques à mesure qu'elle s'écoule en dessous de la surface océanique. Les sédiments des évents sont ainsi habituellement chargés de zinc, de fer, de plomb, de cuivre et d'autres métaux. La surprise ne vient pas du plomb en lui- même, mais de l'origine de ce plomb. À l'analyse il se trouve que nous sommes face à un plomb venu d'une mine située à Broken Hill, en Australie. Comment ce plomb est-il arrivé en méditerranée ? L'explication la plus vraisemblable est que ce plomb, importé en Europe, a été ajouté à l'essence utilisée dans les moteurs des voitures et rejeté à l'air libre. De là, il a regagné la mer via la pluie et les cours d'eau où il a cheminé jusqu'au Marsili Seamount pour réémerger via les évents hydrothermaux.

Pour les géologues, cette histoire singulière constitue le premier exemple flagrant d'une pollution des dépôts hydrothermaux due à l'activité humaine.

 

L'activité volcanique sosu-marine se manifeste aussi à Panarea, où des fumerolles sous-marines, connues depuis des lustres, ont repris vigueur en novembre 2002, data à laquelle des émanations gazeuses, odorantes pour certaines, furent observées à proximité d'ilots contigus, générés sans doute par une explosion phréatique mineure. Elles ont ensuite diminué d'intensité pour se renforcer de nouveau en 2004.


Panarea-2002.jpg                     Les émanations gazeuses au large de Panaréa en 2002 - INGV in GVP.

2003_64_27-PAnarea-B.Behncke.jpg
                                 Panarea 2003 - avec l'aimable autorisation de Boris Behncke.


.Glossaire :
MOHO :

La discontinuité de Mohorovičić, abrégée Moho, est la limite entre la croûte terrestre et le manteau supérieur de la terre. Entre la croûte continentale, ayant une épaisseur moyenne de 35 kilomètres (allant jusqu'à 75 km sous les chaînes montagneuses récentes) et la croûte océanique une épaisseur moyenne de 6 kilomètres, le Moho est en moyenne situé à 43 kilomètres de profondeur, avec d'importantes variations.

Cette discontinuité a été détectée pour la première fois en Croatie en 1909 par Andrija Mohorocicic, qui lui donna son nom. Elle est mise en évidence par une accélération brutale des ondes sismiques, les ondes primaires passant de 7 à 8 km/s. Cette accélération s'explique par un changement du milieu de propagation (en particulier la densité et la minéralogie changent), qui implique une réfraction, la croûte étant constituée majoritairement de basaltes si elle est océanique ou de granites si elle est continentale, alors que le manteau est fait de péridotite. C'est donc une discontinuité physico-chimique.

 

TOMOGRAPHIE SISMIQUE : La tomographie sismique est un outil géophysique utilisant les vitesses des ondes sismiques pour étudier les variations des températures à l’intérieur du globe terrestre. Son utilisation essentielle est la réalisation de la cartographie des hétérogénéités du manteau terrestre, très utile pour établir des liens entre la tectonique lithosphérique et la convection mantellique.



Sources :

- Global volcanism Program : Campi Phlegrei Mar Sicilia
- Science Direct :
Amincissement de la croute et accretion au centre du bassin tyrrhenien d'après la réfraction sismique. par :
Maurice Recq, Jean-pierre Rehault, Leon Steinmetz and A. Fabbri
- "Italy's volcanoes: the cradle of Volcanology " - le site du Dr. Boris Behncke (INGV) sur les volcans italiens
- Panarea : http://boris.vulcanoetna.it/PANAREA.html

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog