Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le volcan GAUA situé sur l'île du même nom, est entré en éruption le 18 novembre 2009 ... explosion suivie d'émissions importantes de cendres et de puies acides qui ont brûlé la végétation  dans l'est et contaminé les ressources en eau potable.
Situation du volcan : voir article du 26.11.2009 sur ce blog.

carte-de-la-situation-et-des-risques-sur-Gaua.gif
Les autorités du Vanuatu ont décrété, le 26 novembre 2009, l'évacuation des populations vivant dans les zones à risques de l'est de l'île. Parallèlement, du matériel et du personnel de la plate-forme d'intervention de la Croix-Rouge Française ont appareillé fin novembre, à bord d'un patrouilleur de la Marine Nationale, La Glorieuse.

Gaua.jpg          La Glorieuse, patrouilleur de la Marine Nationale avec à son bord les stocks de la PIROPS
                        (la Plate-forme d'Intervention Régionale Océan Pacifique Sud)


Les habitants vivant dans la zone dangereuse ont été déplacé de l'autre côté de l'île ... leur vie n'était pas directement menacée, mais ils souffraient d'inflammations des voies respiratoires, d'irritation oculaire, et de problèmes digestifs. Des maladies plus graves et susceptibles d'être provoquées par une plus longue exposition aux pousiières volcaniques ont justifié cette évacuation.

Le matériel est bien arrivé et sera distribué aux 600 personnes déplacées, sous la coordination de la Croix-Rouge du Vanuatu.

Les risques de coulée de boues restent important en cette saison des pluies et des villages situés à l'ouest pourraient subir des dégâts. En cas de recrudescence de l'activité volcanique, peu probable d'après les scientifiques Néo-Zélandais, l'évacuation des 3.000 habitants de l'île reste envisagée; la destination serait l'île de Vanua Lava, dans les iles des Banks.

Affaire à suivre : un correspondant, parti avec les secours Français, doit me donner de plus amples nouvelles dès que possible.

Source : infos et photos Croix-Rouge Française - 11.12.2009



Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques



Le volcan Klyuchevskoy, situé dans la péninsule du Kamchatka :


klyuchevskaya_ast_2009345.jpg
NASA Earth Observatory image by Jesse Allen and Robert Simmon, based on data from the NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS, and U.S./Japan ASTER Science Team. Caption by Robert Simmon.

The Advanced Spaceborne Thermal Emission and Reflection Radiometer aboard NASA’s Terra satellite captured this false-color image on December 11, 2009.



Cette photo prise le 11 décembre 2009 par le satellite Terra de la Nasa montre bien l'activité actuelle du Klyuchevskoy : la lave gris foncé - vraisemblablement accompagnée de dépôts de lahars (fonte glaciaire) et de flots pyroclastiques - se détache bien sur les parois enneigées du stratovolcan, tandis qu'il émet un petit panache dérivant vers l'ouest.

Le rapport hebdomadaire du KVERT nous signale que l'éruption explosive-effusive se poursuit au Klyuchevskoy, avec des panaches de poussières volcaniques et gaz pouvant monter jusqu'à plus de 7 km et perturber la trafic aérien; le code aviation est "orange".
L'activité sismique a été supérieure au niveau de base durant toute la semaine. Durant la même période, l'activité strombolienne s'est poursuivie, avec des bouffées de lave éjectées à 200-300 m. au dessus du cratère.

Klyutchevskoy-07.12.09---Y.Demyanchuk.jpg                          Activité strombolienne et coulée de lave sur le flanc est, le 07.12.2009 .
                                                       photo Y.Demyanchuk - KVERT.

Un panache de vapeur et gaz, contenant quelques poussières, est monté le 5 décembre à 6,3 km. Un panache de poussières, s'étendant de 10 km.0 en direction de l'E., est remarqué le 9 décembre.
Une effusion de lave continue sur les flancs ESE. du volcan.
Les satellites ont enregistré une forte anomalie thermique durant la semaine.

D'autres photos du volcan Klyuchevskoy sur le site du KVERT, à la page ...
http://www.kscnet.ru/ivs/kvert/current/klch/index.html

Sources :
- Nasa Earth Observatory
- KVERT - Kamchatka Volcanic Eruption Response Team
  http://www.kscnet.ru/ivs/kvert/updates.shtml

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

La toute récente éruption du volcan Concepcion au Nicaragua m'a remis en mémoire une peinture naïve que j'avais pu observer au petit musée du Masaya.

Elle représente de façon synthétique ce pays pauvre, actuellement sous statut politique de "république parlementaire" et dirigé par l'ancien révolutionnaire sandiniste Daniel Ortégua.


costa-Rica-092-copie.jpg

                           Tableau du musée du Masaya, Nicaragua  -  © B.Duyck



Autour de ces lacs, des rivières qui les alimentent et des fleuves qui les traversent et le long de la côte Pacifique vit la majorité de la population, dans des vallées humides, sur les flancs de montagnes et sur les plaines sèches de brousse. La partie est du pays, exposée aux fortes précipitations, ouragans et cyclones qui traversent régulièrement la mer des Caraïbes, est très peu peuplée, sauf sur quelques ports de la côte atlantique et sur les îles de la mer des Caraïbes.
Le Nicaragua, peuplé en majorité de métis, a une économie essentiellement agricole. Le tourisme se développe, et sera peut-être exploité écologiquement à la manière de son voisin le Costa Rica ... le potentiel nature, faune et flore, est présent en tous cas !
La proximité des animaux et des hommes représentée sur ce condensé naïf veut donner une image de vie paisible, simple, heureuse et en relation proche avec la nature.
De nombreux volcans, faisant partie de la "ceinture de feu du Pacifique" ponctuent le paysage marqué par deux grands lacs, le lac Nicaragua et le lac de Managua.
Ce peuple méso-américain reste, comme ses ancêtres Mayas, attentif aux astres et à leur course : ceci symbolisé ici par l'oiseau mythique Quetzal (*), qui semble unir le soleil et le quartier de lune dans une courbe gracieuse de ses plumes caudales, renforcée par celle de la queue de comète. Ce passage du jour à la nuit est souligné par la courbure des branches de l'arbre fruitier d'une part, et d'autre part par l'arrondi des berges du lac.

2.jpg                        Quetzal resplendissant - Pharomachrus mocinno - photo Oiseaux.net

(*) le Quetzal :

Le nom de Quetzal (ou Couroucou royal) désigne 5 espèces d'oiseaux de la zone néotropicale appartenant au genre Pharomachrus et à la famille des trogonidés.

Son nom est présent dans celui du dieu Quetzalcoatl, qui signifie « serpent à plumes » ou « serpent quetzal », dont il est une des formes. Chaque année, à la fin de la nidification (construction du nid), l'oiseau perd ses plumes qui repousseront l'année suivante. Pour les Mayas et les Aztèques, le quetzal était un oiseau sacré, dont les plumes étaient très prisées. La femelle n'a ni longue queue ni poitrine rouge.

Le quetzal vit difficilement en captivité : c'est pourquoi il est symbole de liberté.

Pour ceux qui veulent se retremper dans les volcans du Nicaragua, consultez les articles du 24.11 au 01.12, sur ce blog.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
D'après l'agence REUTERS, le volcan Concepcion est entré en éruption vendredi émettant un panache de gaz et fumée de 150 m. de hauteur et recouvrant trois villages proches de poussière.
Aucun autre détail pour l'instant, bien que l'INETER ait signalé être en état de vigilance si une éruption survenait.

Concepcion---J.Incer--GVP.jpg                                                  Le Concepcion - photo GVP

Les dernières manifestations du volcan remontent à 2007; des éruptions, de VEI 2 accompagnées de chutes de cendres ont également eu lieu en 2005et 2006 (VEI = Volcanic explosivity index)
Pour de plus amples renseignements sur ce volcan, reportez-vous à un article récent sur ce blog .

Sources :
- Reuters Alert Net : http://www.alertnet.org/thenews/newsdesk/N11200372.htm
- Global Volcanism Program : Concepcion

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages






Dans le contexte de subduction de la plaque Africaine sous l'européenne, et du volcanisme d'arrière-arc, nous avons examiné le groupe Nisyros, ensuite Théra et le volcan sous-marin Kolumbo ... reste un groupe d'îles volcaniques :  MILOS.

Célèbre pour une statue grècque retrouvée près d'un théatre antique (120-80 av.JC) par un paysan, Yorgos Kentrotas, près d'un théatre antique, acquise ensuite par l'ambassadeur de France auprès du gouvernement Turc, offerte au roi Louis XVIII, conservée actyellement au Musée du Louvre :
       
                   Aphrodite,
             ou La Vénus de Milo.


La statue est constituée de deux blocs de marbre de Paros qui se rejoignent au milieu du bourrelet de l'himation, raccordés par des goujons metalliques situés aux hanches et scellés par du plomb.
Les quelques imperfections de la pierre, dues à l'âge, n'entame en rien la beauté et la perfection de la statue.







Musée du Louvre
Salle du Parthénon.






L'archipel, constitué par Milos et les petites îles adjacentes, a son origine dans un volcanisme sous-marin et subaérien. Les plus anciennes roches volcaniques, dépôts pyroclastiques rhyolitiques sous-marins, recouvrent une base sédimentaire et métamorphique.
L'activité à la fin du Pleistocène a été concentrée dans la partie est de l'ile, avec formation de dômes de lave et de cratères d'explosions phréatiques, et sur l'île d'Antimilos, au NO., avec l'édification d'un volcan composite. Les éruptions magmatiques les plus récentes datent de 90.000 ans; elles furent suivies d'explosions phréatiques, avec des cratères dépassant rarement le diamètre de 1 km.
Un lahar suivant une petite explosion phréatique, a enseveli un port romain, dans le SE de Milos, à l'est du tuff ring de Fyriplaka.


                                             Carte géologique 2005 - J.Naden - British Geological Survey

La plupart des roches volcaniques de Milos a été fortement altérée hydrothermalement et l'île est ainsi devenue une source importante de minerais tels que baryte, argent, perlite, kaolin, bentonite et peut-être bientôt l'or avec une exploitation de gisement aurifère (Hontrovuono).

Des études montrent la présence d'un système hydrothermal de haute température - supérieure à 310°C - dans le sous-sol de l'île, responsable d'abondantes fumerolles actives, e.a. dans la région de Kalamos. Ce réservoir, en relation avec une chambre magmatique active, prouve, si besoin était, qu'une future activité volcanique n'est pas à exclure sur l'archipel.


                   Dômes volcaniques sur le côté ouest de l'île de Milos - photo I.Moriya , in GVP.

                   Orgues basaltiques à Filako - photo travel-to-Milos.

                            Erosion sur les falaises de Kleftiko - http://www.bergoiata.org

Outre les structures volcaniques - Profitis Ilias, cratères de Fyriplaka - Trachyla, des carrières de silex sont à découvrir à Nyhia, des mines de fer et manganèse à Vani, des grottes et ravines marines à Papafragas, des paysages érodés à Kleftiko et Sarakiniko, sans compter les sites à activité géothermale.

Milos - Vani beach - galets colorés - photo Tom Pfeiffer Volcano Discovery


De quoi passer une semaine géologiquement chargée (rensignements sur VolcanoDiscovery)



                                               Papafragas - piscines naturelles chaudes


Sources :
- VolcanoDiscovery :
    * voyage sur Milos : http://www.volcanodiscovery.com/fr/voyages/grece/
    * photos de l'île et des minerais:
       http://www.volcanodiscovery.com/fr/photo/greece/milos/milos_photo_gallery.html
- "Correlation of neotectonic structures with the geodynamic activity in     milos during the earthquakes in march 1992"  de Papanikolaou.
- "Active geothermal system ..." de J.Naden & al - British geological survey
- Musée du Louvre.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Un rapport du MVO nous signale un relèvement du niveau d'alerte au niveau 4, suite à une forte coulée pyroclastique constatée dans le Tyers Ghault, le 10 décembre à 6.40 am.
Cette coulée a atteint +Lees village, à 3,5 km. du dôme, point considéré par le MVO comme signal de relèvement de niveau d'alerte.
Des coulées pyroclastiques plus importantes pourraient se produire suite à un effondrement partiel du dôme, incluant plusieurs millions de mètres cube de matériaux.


hls4_tyers

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

2009-11-02-05.57.01-Galeras---Ingeominas.JPG                                       Galeras - 02.11.2009 - photo Ingeominas

Ingeominas a fait passer le niveau d'alerte du volcan Galeras au niveau orange, suite à la détection de signaux sismiques de type "tornillos". (rapport du 09.12.2009 - 6.0 pm)
Ce type de signal sismique avait été détecté durant les éruptions de 1992-1993 et étaient apparus après l'édification d'un dôme ... circonstances semblables à aujourd'hui.

Les journaux signalent que les autorités ont ordonné l'évacuation de plusieurs secteurs autour du volcan (El Pais)

Pour rappel: le Galeras était passé en alerte rouge le 20.11, suite à une éruption.

Source : Ingeominas - instituto colombino de geologica y mineria. - Pasto





Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le volcan sous-marin Kolumbo (Columbo)
est localisé au NE. du volcan Théra (Santorin)

Sa construction initiale impliqua l'éruption de 2 km³ de magma dacitique à andésitique.
Une éruption datée de 1649-1650 a produit une caldeira sous-marine elliptique de 3 km. de diamètre, profonde de 500 m.
Un km³ de magma rhyodacitique à andésitique riche en gaz à provoqué une éruption phréatomagmatique : le brutal relâchement des gaz dissous et l'interaction entre l'eau de mer et la magma ont généré une grande explosion.
Le volcan émergea brièvement au dessus de la surface, par accumulation de matériaux éruptifs autour de la bouche, pour disparaître ensuite avec l'effondrement durant la formation de la caldeira. Cet effondrement généra un tsunami qui causa des dommages aux îles environnantes dans un rayon de 150 km.
La décharge de gaz éruptifs causa en outre la mort de 70 personnes et d'un millier d'animaux sur l'île voisine de Théra.

Voilà tout l’état de nos connaissances … jusqu’en avril 2006, « date de l’expédition Théra ».

Celle-ci a montré que le plancher du cratère est situé à 505 m. sous le niveau de la mer, mais aussi que le point le plus élevé du bord du cratère, situé au sud-ouest, est seulement à 18 mètres sous la surface !

 

Le point le plus élevé : - 18 m. est coloré en blanc ; le plus profond en bleu foncé : aux environ de - 500 m.

 

Map of the Kolumbo submarine crater and other submarine cones on the north-east trending Kolumbo volcano-tectonic rift. Figure courtesy of Haraldur Sigurdsson, Steven Carey, Matina Alexandir and Katy Croff. - NOAA Ocean Explorer.


Une exploration en profondeur, par le ROV Hercules, constata la présence d’une communauté biologique inhabituelle à l’intérieur du cratère. A mi-chemin de la descente, vers 300 m. de profondeur, au lieu de la clarté normale des eaux méditerranéennes, la sonde fut confronté à « une neige sous-marine » composée d’un grand nombre de filaments bactériens .

En touchant le fond du cratère, la sonde remarqua que le plancher du cratère était recouvert d’une couche de matériel orangé, indication de la présence proche d’un évent hydrothermal. Une investigation plus poussée mis en évidence un champ d’évents hydrothermaux dans la partie nord du plancher du cratère.

 

Décharge gazeuse au niveau d'un évent hydrothermal, entouré de bactéries thermophiles orangées.

 

A high-temperature hydrothermal vent in the Kolumbo submarine crater, discharging gases. Image courtesy of the Institute for Exploration, the University of Rhode Island (URI) Graduate School of Oceanography (GSO), and the URI Institute for Archaeological Oceanography. - NOAA Ocean Explorer.

autres photos sur http://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/06blacksea/background/plan/media/slideshow/slideshow2.html


Certains évents déchargeaient gaz et fluides à une température supérieure à 224 °C. Le dépôt de minéraux dans plusieurs évents a mené à la construction de cheminées s’élevant jusqu’à 4 mètres de hauteur, édifiées durant les 356 ans suivant la dernière éruption. L’analyse d’un prélèvement détermina la composition de ce dépôt minéral : complexe polymétallique sulfide/sulfate. Les minéraux dominants dans ce complexe sont : pyrite, sphalérite (*), galène et baryte. Les métaux abondants sont : fer, zinc, plomb, cuivre et argent.

 

Microphotographie (échelle 50 micromètres !) d'une particule provenant du dépôt polymétallique du Kolumbo.

 

SEM microphotograph of a particle from the Kolumbo polymetallic massive sulfide/sulfate deposit, with crystals of galena, pyrite and sphalerite that have precipitated out of hydrothermal solutions at about 220oC in the vent chimneys. Figure courtesy of Steven Carey and Haraldur Sigurdsson. NOAA Ocean Explorer


Ces dépôts polymétalliques sulide/sulfate  trouvés ici sont apparentés aux dépôts minéraux de type Koruko, exploités sur terre en diverses régions, et e.a. au Japon ; ces dépôts Koruko-type sont trouvés en environnement de subduction. Les dépôts du Kolumbo constituent un exemple rare de formation actuelle de dépôt de type Koruko et son étude est importante pour la compréhension de la formation des dépôts de minerais aujourd’hui exploités sur terre.

 

Source :

NOAA Ocean Explorer - Aegean and Blacksea 2006

 


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Siège de l'activité volcanique :

Les îles Kameini sont le siège actuel de l'activité dans l'archipel de Santorin, comme en témoigne l'activité volcanique au 20°siècle (in GVP)
Un schéma du Dr Vougioukalakis de l'Ismosav illustre l'actuelle situation.




Quels sont les risques volcaniques ?

Les sources chaudes présentes sur terre
sur lîle de Théra nous rappelle que le volcan est toujours bien actif. Les températures relevées sur les trois principales sources : Plaka 34°C - Athermi cristu 56°C - Vlihada 32°C.
Sur Néa Kameini, les fumerolles atteignent 95°C et de nombreuses sources chaudes sourdent autour des deux îles de la caldeira.

L'eau de mer à 38°C est colorée en rouge-brun à cause de la présence d'hydroxydes de fer émis par des sources sous-marines et dont les dépôts atteignent plus de 3 m. d'épaisseur. (photo)
Une analyse estime à 350.000 tonnes les minéraux ferreux, et à 19.000 tonnes le manganèse déposés durant les 150 dernières années. Les sédiments contiennent en outre du cuivre, du cobalt, du chrome, du nickel, du plomb et du zinc.

Le plancher de la caldeira de Santorin a été exploré par les membres du projet "Thera expedition 2006" : un grand nombre d'évents hydrothermaux furent découverts; contrairement à ceux de Columbus (voir plus tard), on n'a observé que des évents de relativement basse température.
Trois bassins différents, séparés par les îles Kameini, ont été déterminés en fonction de leur profondeur : le bassin sud 297 m. - le bassin Aspronisi 325 m. - le bassin nord 389 m.
Les évents correspondent aux lignes sismiques; le champ d'évents hydrothermaux est en ligne avec le système de failles du rift Columbus.

 

The distribution of hydrothermal vents within the Santorini caldera is shown with red dots. The black lines show the track of ROV Hercules on the caldera floor. Figure courtesy of Haraldur Sigurdsson, Steven Carey, Matina Alexandir and Katy Croff. - NOAA Ocean Explorer - Thera expedition 2006.


Le volcan est contrôlé par l'ISMOSAV, qui a édité en 1966 une carte de risques qui englobent les éruptions volcaniques e.a. phréatiques - coulées pyroclastiques, coulées de lave, projectiles et poussières, gaz toxiques, glissements de terrain, tsunamis et les zones probablement touchées.
Les risques les plus vraisemblables à courte échéance restent d'ordre sismique et sont imprévisibles ... il pourraient toucher nombre d'habitants et de touristes, présents durant toute l'année.

A moins que ce ne soit le proche volcan sous-marin Columbus qui se manifeste ...  suivre.

Sources :

- GVP : Global Volcanism Program - Santorin
- ISMOSAV : observatoire volcanologique - lien
- Thera expedition 2006 - NOAA Ocean explorer - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Un article, relaté par le Volcanism Blog en date du 9 décembre, parle d'un volume spécial sur "les traces du point chaud du Yellowstone" .
Ce volume publié dans le "Journal of Volcanology and Geothermal Research, le 20 novembre 2009, a été coédité par une scientifique de l'USGS (United States Geological Survey) et une équipe de l'YVO (Yellowstone Volcano Observatory) dont fait partie Bob Smith.
Journal-of--volcanology--.-copie-1.gif
De la lecture de quelques "extraits" , il ressort :

"" Des données géophysiques et géologiques montrent que le point chaud du Yellowstone résulte de l'interaction entre un panache mantellique et le plaque Nord-américaine, qui passe au dessus de ce dernier. Un phénomène qui a modifié la lithosphère continentale par des processus magmatiques et tectoniques, et produit le complexe volcanique silicique du YSRP (Yellowstone-Snake River Plain).
La tomographie sismique révèle un réservoir magmatique crustal (chambre magmatique), fondu de 8 à 15%, et situé à une profondeur de 6 à 16 km sous la caldera du Yellowstone.
...     ...
Un récent épisode (2004-2009) d'une subsidence accélérée de la caldeira du Yellowstone (lien avec un article du 10.11.2007 dans Lave-Belgique) a été modélisé comme étant le résultat d'une recharge magmatique au niveau d'un sill (*) , situé à 10 km. de profondeur, au sommet de la chambre magmatique crustale.
...     ...
La source du panache serait située, à 600 km. de profondeur, au Sud-ouest de sa localisation originale d'il y a 17 millions d'années, et par rapport à la YSRP - Yellowstone Snake RiverPlain - 600 km. au SO. et 20 km. au N.
Cette localisation se situe sur le côté sud du "Columbia plateau flood basalt field" datant du même âge... ce qui implique que le panache mantellique du Yellowstone pourrait être la source commune de ces deux grands champs volcaniques.    ""

Ce qui serait intéressant, c'est arriver à connaitre le comportement à venir du point chaud ; ce dont il était question dans l'article du 21 septembre :
       " Quel avenir pour le super-volcan du Yellowstone ?".
Et là... wait and see !!!

                        $                  $                       $

Pour ceux qui sont intéressé par le Yellowstone et son point chaud :
Ci-joint un lien vers Science Direct , où vous pourrez trouver soit des extraits , soit "acheter" les articles complets du  :
Volume 188, Issues 1-3, Pages 1-304 (20 November 2009)     
The Track of the Yellowstone Hotspot - What do Neotectonics, Climate Indicators, Volcanism, and Petrogenesis Reveal about Subsurface Processes?
Edited by Lisa A. Morgan, Henrietta Cathey and Kenneth L. Pierce

Ndlr : je respecte la propriété intellectuelle, mais suis aussi surpris du prix où les éditeurs la monnaient !

Une carte pour situer la YSRP et le Columbia plateau :

Yellowstone Caldera map

(*) : Sill : la lave, en remontant vers la surface, s'insinue dans l'édifice volcanique à la faveur de zones de faiblesse et se met en place sous forme d'intrusions, qui augmentent le volume du volcan.
Les sills sont des "filons-couches" plus ou moins horizontaux, respectant la stratigraphie générale du volcan.

Sources :
- The Volcanism Blog
- YVO - Yellowstone Volcano Observatory
   http://volcanoes.usgs.gov/yvo/publications/2009/jvgrhotspot.php
- Science Direct : digest du volume 188 - 304 pages du
  "Journal of Volcanology and geothermal research"

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog