Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


Image de situation Nasa - Les Champs Phlégréens sont situés à l'extrême gauche de la photo sat.


                                              Carte des Champs Phlégréens - INGV .


Les Champs Phlégréens sont en fait une énorme caldeira, située à l'ouest de la ville de Naples. Récemment(1538), est apparu, en bordure de la baie de Pozzuoli, le Monte Nuovo, un cône de scories. Mais les Champs Phlégréens sont surtout connus pour une éruption cataclysmique, il y a 39.000 ans environs, qui a pulvérisé 150 km³. Connus depuis les Romains, dont la mythologie y situait l'entrée des enfers, ils ont produits un nombre significatif d'évènements de VEI (Volcanic Explosivity Index) comprise entre 3 et 5, dans les 4.000 années précédentes.
Une étude de l'INGV a qualifié la région comme "une des zones volcaniques à hauts risques sur terre". Avant une éruption, la croûte terrestre s'élève de quelques mètres sur l'ensemble de la caldeira ... phénomène d'inflation qui a caractérisé les Champs Phlégréens durant les dernières années; le port de Pozzuoli s'est élevé de près de 3 mètres, depuis la fin des sixties. Une éruption est planifiable dans un avenir prochain (à échelle géologique !) - (Roberto Isaia & al., dans Geophysical Research Letters).


Un projet de "l'International Continental Scientific Drilling Program and the Integrated Ocean Drilling Program" devrait démarrer en Décembre ou Janvier, avec pour objectifs de révéler les zones de fractures et les poches de magma, comprendre les mécanismes d'ascension du magma et modéliser la déformation du sol avant l'éruption. (New Scientist).


Bien que les forages dans des volcans actifs ne soient pas nouveaux - à Hawai et en Islande, ils ont atteint le magma; au Mont Unzen (Japon) le forage a eu lieu dans le conduit - ce mode d'investigation n'est pas sans susciter des craintes au niveau local, la grande agglomération napolitaine étant surpeuplée et son évacuation irréaliste.
Celles-ci ne semblent pas justifiées : la profondeur atteinte par le forage (4 km.) ne correspond qu'à la moitié de la profondeur de situation des réservoirs magmatiques connus (J.Erzinger - German research center for Geosciences, Postdam).
Bien que différents forages aient été interrompus par des petites explosions et de petites émissions de lave, la rencontre entre les fluides de forage et le magma étant dangereuse, aucun d'entre eux n'a mené à une réelle éruption... et ne peut, de plus, être comparé aux phénomènes géologiques pouvant ouvrir de nouveaux conduits pour le magma.

Sources :
* articles référencés par le Dr.Klemetti, dans son blog "Eruptions" :
- in Popular Science:
http://www.popsci.com/science/article/2009-11/will-drilling-volcano-trigger-eruption-destroys-naples
- in NewScientist : http://www.newscientist.com/article/mg20427333.600-plan-to-pierce-heart-of-urban-monster-volcano.html

* Le site de Boris Behncke sur les Champs Phlégréens
:
                    http://boris.vulcanoetna.it/CAMPIFLEGREI.html

* Global Volcanism Program : Campi Flegrei http://www.volcano.si.edu/world/volcano.cfm?vnum=0101-01=

* "Explore Italian Volcanoes" par R.Scandone
http://vulcan.fis.uniroma3.it/indice.html

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
A l'insu de tous, la Russie s'est agrandie de 4,5 km² ... ceci grâce aux volcans et aux tremblements de terre.
 Selon boris Levin, de l'institut de géophysique et géologie marine auprès de l'académie russe des sciences, le territoire de la Russie s'est agrandi à la suite de deux évènements:

- en août 2007, un fort tremblement de terre - magnitude 6,8 - près de Nevelsk à l'extrême est de la péninsule de Sakhalin, a provoqué un soulèvement de terrain (A) et un gain de 3km². Il a malheureusement aussi provoqué d'innombrables dégats et la mort de deux personnes.












A.                                                B.

- en juin 2009, l'éruption du Sarychev, médiatisé par une superbe photo satellite (B), a fait s'agrandir l'île de Matua de 1,5 km². Le phénomène a été constaté par des stations GPS de surveillance du volcan. Celui-ci est toujours en activité et susceptible de présenter bientôt une nouvelle éruption.


Le déplacement relatif de l'ensemble de l'archipel des Kouriles en direction de la mère patrie est caractéristique et mesuré : 18mm/an.

Contrairement à ce qui s'est produit avec Ferdinandea - dont question dans l'article hebdomadaire "L'art sur les chemins du feu",  cet agrandissement de territoire n'a provoqué aucune polémique entre nations.


Source : RT - RussiaToday
http://www.russiatoday.com/Top_News/2009-11-13/russia-expands-far-east.html?fullstory



Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Un article du 12 novembre dans le Figaro, et référencé par Bernard Fontaine de Lave, remet en lumière le phénomène de rifting en Afar et la future océanisation de cette partie de la corne Africaine.

L'épisode éruptif de l'automne 2005, dans la région du Manda Hararo, a été étudié par une équipe internationale : ceci a fait l'objet de diverses publications dont je joins les références ci-dessous.

Le phénomène, apparu en 2005, s'étend sur 60km de long : la profondeur est comprise entre 2 et 12 km et l'écartement est de 5 mètres en moyenne. Crédit photo : University of Rochester.

La crevasse a été provoquée par l'étirement causé par l'écartement entre l'Afrique et la péninsule Arabique. Son ampleur s'explique par la quantité de magma basaltique disponible sous le rift de Manda Hararo et remonté du manteau terrestre. En effet, l'Afar fait partie de la quarantaine de points chauds de la planète, des endroits où la matière chaude des profondeurs, moins dense que la matière de surface, remonte et perce la croûte.

Les concrétions rocheuses sont aujourd'hui partiellement solidifiées et elles forment une sorte de mur vertical coincé entre les deux parois des fractures. Elles constituent ce que les spécialistes appellent des filons magmatiques ou «dykes» (dikes). Nombre de filons magmatiques sont restés bloqués à 2 km de profondeur à l'intérieur ou au voisinage du mégadyke.


Haroun Tazieff avait étudié cette région dans les années 1960 et émis, déjà à cette époque, l'hypothèse que la dépression Afar allait s'ouvrir pour donner naissance à un nouvel océan. Il en parlait dans son livre "L'odeur du soufre - expédition en Afar" , au chapitre 27 : l'expansion des fonds océaniques.

 

Donc rien de bien nouveau, la fracture s'inscrivant dans le contexte tectonique connu.

Le Dr. Klemetti, géologue, en parlait le 5 novembre sur son blog "Eruptions", article suivi de remarques intéressantes sur le vulgarisation scientifique.


L'intérêt réside dans l'étude de formation de ce mégadyke et de la compréhension du "système de plomberie" sous-jacent ; il y aurait plusieurs sources magmatiques (thèse de R.Grandin - IPGP).

Cette étude est loin d'être évidente, étant donné l'instabilité politique de la région et de l'insécurité qui y règne ... le matériel de recherche étant vandalisé ou dérobé.

Sources :

 - "Fault growth at a nascent slow-spreading ridge :

   2005 dabbahu rifting episode, Afar"

   par R.Rowland & al. - août 2007.      http://homepages.see.leeds.ac.uk/~eartjw/papers/Rowland_Dabbahu_GJI2007.pdf

 

- "Corne de l'afrique: un nouvel océan pourrait voir le jour"
  par Y.Miserey - 12.11.2009
 http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2009/11/12/01030-20091112ARTFIG00380- corne-de-l-afrique-un-nouvel-ocean-pourrait-voir-le-jour-.php

- "September 2005 mega-dike emplacement in the Manda-Hararo
  nascent oceanic rift" in Geophysical research letter.
      http://www.agu.org/pubs/crossref/2009/2009GL039605.shtml

- "Transient rift opening in response to multiple dyke injection
  at Manda Hararo ..."  link - earth.esa

- "L'odeur du soufre" d'Haroun Tazieff - Stock 1975.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu
Nous restons en Sicile, ou à proximité immédiate, dans la zone des Champs Phlégréens de la Mer de Sicile., dans le détroit séparant les côtes Tunisiennes et Siciliennes.


Cette zone volcanique incluse dans une dépression à 1.000 mètres de profondeur, est composée de 13 volcans dont le plus célèbre est Empédocle, qui a émergé pour la dernière fois en 1863 en donnant naissance à l'île temporaire de Ferdinandea, située pour l'instant à huit mètres sous le niveau de la mer.



   Document collection M.Kraff, publié par Simkin et Siebert - 1994 - GVP.

Ce document n'est pas, à proprement parler, un oeuvre d'art, mais reste un témoignage important à une époque où n'existait pas la photographie.
Il relate l'éruption du volcan : le 13 juillet 1831, lorsque le volcan surgit, des fontaines de lave jaillissent le long d'une fissure; au contact de l'eau, la lave explose, crachant des "nuées cypressoïdes" de cendres noires.
(Rappelez-vous les superbes photos de l'éruption de mars aux îles Tonga.)

Cet évènement ébranla aussi le monde politique. Craignant l'apparition d'une chaîne de montagne entre le Tunisie et la Sicile, qui bouleverserait le géopolitique du bassin Méditerranéen, plusieurs gouvernements y déléguèrent des navires. Le gouvernement Sicilien y envoie la corvette Etna (ça ne s'invente pas!) et baptise l'ilot Ferdinandea en l'honneur de son roi.
Les Français dépêchent Constant Prévost, co-fondateur de la Société Géologique de France, qui appelle l'ile Julia puisqu'elle est née durant ce mois là ; les Anglais, qui l'avaient dénommé Graham, y avaient planté leur drapeau ... un incident diplomatique éclate donc, qui sera vite réglé : le volcan mettra tout le monde d'accord en disparaissant le 28 décembre 1831. L'île aux trois noms a sombré !

Prévost explique, dans son mémoire à la Société Géologique de France, que l'île est montée par accumulation de matériaux, et non par soulèvement, ce qui met à mal une ancienne théorie.
Récit de l'exploration de l'île Julia par Constant Prévost , septembre 1831 in http://dominique.decobecq.perso.neuf.fr/Julia.html


Sources :
 - Global Volcanism Program
 - "Les feux de la terre - histoires de volcans" M.Krafft
    Découverte Gallimard
 - Site de D.Decobecq - réf. et lien ci-dessus




Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

St Nicolas approche ... comment combler enfants, filleuls, neveus, tout en leur refilant un agréable virus ?
Quelques idées :

Tout d'abord, l'incontournable PLAYMOBIL





Il développera leur imagination en les faisant jouer des heures : aidez les en leur concoctant un scénario adapté ! Dans un paysage volcanique, un explorateur trouve un squelette de dino; en tournant autour du volcan, voilà que des dino "en chair et en os" sortent d'une grotte ... attaque... mais sauvé, car le volcan entre en éruption et leur fait peur ! etc...

A cours d'idées, consultez le site Millionaire Playboy
http://www.millionaireplayboy.com/mpb/?p=435#more-435



Pour les plus de 8 ans, une panoplie avec un volcan en plastique, et le nécessaire "petit chimiste" - non toxique - , notice (en anglais) éditée par le SMITHSONIAN, didactique comme toujours.





Developed by a Smithsonian Institution volcanologist. Safe and easy to do in 20 minutes. There's no flame and no heat. This set contains the following items: -Plastic volcano substructure. -Volcano making compound. -Bottle and tube eruption system. -Three real volcanic rocks. -Erupting mix. -Safety goggles. Highly detailed booklet included contains information such as: safety rules, advice for supervising adults, assembly instructions. The booklet is a great resource for learning about the different volcanos, as well as where to get other books and educational references about volcanos. A helpful glossary with selective volcanic terms can be found in the educational booklet. INCLUDES: One Smithsonian Giant Volcano Kit. REQUIRES: Assembly Vinegar Scissors Adult Supervision A Great Learning Tool for Ages 8 and Older


Pour les "presque adulte" ou "toujours grands enfants" :
des tonnes de bons livres sur la volcanologie !

Volcans de B.Edmaier &
A.Jung-Hüttl
Nathan Ed.








Des volcans  et des Hommes
de J.Durieux et Ph.Bourseiller
Ed de La Martinière.







    Volcans rouges
    de P.de Lajartre






ou plusieurs pages sur le site d'Amazone

Quel que soit le cadeau, par avance, une excellente fête de St Nicolas à tous les enfants !

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Qu'est-ce qu'une lithophyse ?


Littéralement, une bulle de pierre, du grec lithos, pierre et phusa, bulle.
Les lithophyses sont une des formes de la silice, qui se rencontre communément sous divers aspects : quartz, agate, opale, silex, calcédoine.
Elles se rencontrent en France dans l'Estérel, plus particulièrement dans les coulées de rhyolite datant du Permien.
D'aspect extérieur non engageant, et ayant une surface irrégulière, pustuleuse, de teinte terne (brunâtre, grisâtre, verdâtre, rosâtre, blanchâtre), ce sont des géodes de formes sphérique à ellipsoïdale de diamètre variant de quelques centimètres à plus de 20 cm., exceptionnellement plus.

                                                                                         in Geoforum / Geowiki.

Ces structures, une fois coupées et polies, révèlent alors leur magnificence: chatoiement des couleurs, variété des formes dessinées par la nature, richesse des incrustations.
Une merveille dans la diversité !

               Lithophyse de l'Estérel  Poids : 167 gr. - taille : 63/69 mm.          photo : agates.nl

Formation des lithophyses :

Les coulées de lave contiennent des vacuoles de gaz, de plus ou moins grandes tailles. C'est à l'intérieur de celles-ci que la silice se dépose en leur donnant dureté et inaltérabilité.
Lorsque la rhyolite se désagrège, ou s'altère avec le temps et les conditions, les lithophyses s'en trouvent dégagées.
La cavité formée au départ - l'ancienne bulle de gaz - se retrouve pleine d'une "eau chaude" intersticielle qui s'est chargée de minéraux par diffusion en passant dans les roches, soit au moment de l'éruption, soit plus tard. Dans cette eau, un gel colloïdal de silice précipite en remplissant plus ou moins la cavité ... il se transformera en calcédoine par le suite.
Ensuite, dans des conditions devenues favorables, les autres minéraux se déposent.
Lorsqu'il reste de l'espace, du quartz (silice cristalline) peut migrer de l'extérieur vers l'intérieur de la cavité et former des cristaux orientés vers son centre. En plus du quartz, d'autres minéraux peuvent venir remplir les lithophyses : l'améthiste, la calcite, la fluorite, la chlorite, l'hématite, etc...
Cet "objet pétrographique" , en rapport avec le volcanisme, n'est ni une formation métamorphique, ni magmatique, mais hydrothermale (cristallisation à partir de substances dissoutes dans l'eau chaude)

Coupe schématique :


Variété :

Les lithophyses présentent une grande variété d'aspect et de "contenu" : cela s'explique en fonction de la taille de la "bulle gazeuse" de départ, de l'importance du dépôt de calcédoine et du remplissage de la cavité, des oxydes présents dans le liquide nourricier et de la quantité résiduelle de silice, après dépôt de calcédoine, qui cristallisera en occupant plus ou moins l'espace encore libre.

photo du dessus : taille 87/71 mm. - poids 235 gr.
photo du dessous : taille 52/51 mm. - poids 72 gr.   in agates.nl




                                          superbe lithophyse de l'Estérel - wikipedia
                                                On pourrait l'appeler : "le mont Fuji" .

                                              Lithophyse emplie de calcédoine - 7 cm. L

Sources :


- Géodes et hydrothermalisme , par P.Thomas

      http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/img_sem/XML/db/planetterre/metadata   /LOM-Img61-2003-11-24.xml
- Géoforum - Géowiki.
- Quelques belles photos sur Géoforum :
en pages 1-2- 13
  http://www.geoforum.fr/index.php?showtopic=3675&st=240


Ici devrait suivre le volcan de Maure Vieille ... n'ayant pas eu le temps de le visiter, je vous renvoie à une photo et au dossier de M.Moine, en attendant les miennes, l'an prochain.

               Un clic sur la photo pour le dossier géologie de l'Estérel - page 5.3
                                                  de M.Moine & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages


                           Le Lion de terre, à St Raphaël - photo BRGM

    Le port de Santa Lucia et le chantier naval, face au "Lion de terre"

    et le départ du sentier des douaniers.


Le volcan de la Batterie des Lions est situé en pleine ville de St Raphaël : on y accède par le port de Santa Lucia, sur la route de Boulouris. Il faut aller au bout du quai, jusqu'au chantier naval et prendre le "sentier des douaniers" face aux ilôts du Lion de terre et du Lion de mer.

  Prismes de trachyte entre le sentier des douaniers et la mer - © B.Duyck


L'affleurement correspond à des coulées de trachyte quartzifère prismées, de couleur rouge orangée. Ces coulées se sont mises en place sous forme de dômes trachytiques d'extension réduite - moins de 2 km.-  et témoignent de l'activité de l'ancien massif volcanique qui a disparu après son effondrement en mer à l'aire tertiaire, consécutivement à l'orogenèse alpine. C'est dans cette phase que se sont séparées Provence et Corse-Sardaigne.

La prismation des trachytes:

                              Prismes de trachyte - © B.Duyck



Cette prismation est la conséquence du refroidissement de la lave : elle est émise à plus de 1.000°C, et un faible refroidissement de l'ordre d'une centaine de degrés suffit à amorcer une prismation au niveau de la surface de refroidissement. Les prismes se forment perpendiculairement à la surface de refroidissement.

Si la surface est celle de la coulée, les prismes se forment verticalement. Le pendage des prismes étant faible, on peut en conclure que l'écoulement était quasi vertical et qu'on se trouve près de la zone d'émission de la lave.

                            Près de la bouche de sortie - © B.Duyck


Si la surface est celle des épontes du filon (les parois du filon), les prismes se forment plus horizontalement.

  Eternité de la prismation versus mobilité incessante de l'eau - © B.Duyck

                                                Schéma de M.Moine  - Cours de géologie

La prismation est d'autant plus marquée que le refroidissement est rapide ... la matière a moins de temps pour se réorganiser. La prismation gagnant peu à peu l'intérieur de la coulée, on trouve les prismes de plus gros diamètre à la base des coulées (endroit où le refroidissement est plus lent).

                                                                                                   © B.Duyck


Sources :
 - http://www.lithotheque.ac-aix-marseille.fr/Affleurements_PACA/Permien_Saint_Raphael/PERMIEN_BATTERIE_DES_LIONS.htm

 - http://membres.lycos.fr/amisenmarche/Geologie20.htm

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Petit rappel : le massif de l'Estérel, apparu pendant l'intense phase de volcanisme au Permien, a été ensuite érodé durant l'ère secondaire (150 Ma). Le soulèvement des Alpes, à l'ère tertiaire, fait basculer le socle et provoque un effondrement d'une partie de celui-ci en mer.
Ces mouvements tectoniques vont fracturer le socle et faire le lit d'une nouvelle phase volcanique : vers 60 Ma, un volcanisme "avorté" se manifeste, non pas par de nouveaux volcans, mais par l'intrusion de lave sous forme de sills épais en quelques endroits du massif des Maures et de l'Estérel, en particulier vers le Dramont.

De gauche à droite, la plage du Dramont (décharge des déchets de carrière) et les carrières du Dramont, vues du sémaphore du Cap Dramont - © B.Duyck


Carrière d'estérellite du Dramont, reconvertie en base nautique - © B.Duyck


L'estérellite est une microdiorite quarztique, renfermant des phénocristaux de plagioclases zonés d'amphiboles et de biotites; on rencontre parfois des phénocristaux de quartz et de feldspath. Les minéraux accessoires sont la magnétite, l'apatite et le zircon.

 Estérellite de la carrière du Dramont, faciès à amphiboles et pyroxène - © B.Duyck



La composition chimique est celle d'andésites et dacites subalcalines; les teneurs en éléments traces sont caractéristiques de laves de lignées calco-alcalines, propres aux zones de subduction.


Exploitée depuis l'époque romaine, l'estérellite a été extraite de nombreuses carrières des environs de StRaphaël; surtout utilisée pour le pavement des routes, on en retrouve sur des portions de la "Voie Aurélienne" à Fréjus. Sa forte résistance - 5 tonnes au cm²- en a fait un matériau de construction de routes au moyen-âge : les pavés ne se cassaient pas sous les roues cerclées des chariots de l'époque.
La carrière du Dramont connut un regain d'activité entre 1850 et 1959, avec une sortie de 2 à 300 tonnes de roches par jour.
L'estérellite est actuellement extraite de la carrière des "Petits Caous", située au NO. de celle du Dramont.

La plage du Dramont avec ses gros galets gris-bleu était en fait une aire de stockage des déchets de la carrière du même nom. La mer, avec ses flux et reflux, les tempêtes ont façonné ces pierres jusqu'à les rendre lisses et douces, donnant un cachet spécial à cette plage bordée de pins.

   La plage du Dramont et ses célèbres galets d'estérellite,

   en face de l'île d'Or - © B.Duyck


Cette plage a été choisie par les Américains pour le débarquement de Provence... parce qu'une plage de galets ne se mine pas et permet aux engins d'accoster plus facilement.

            Le débarquement sur la plage du Drammont en août 1944 - en fond, l'île d'Or .
                                                     archives provençales.

  L'île d'Or, constituée de rhyolite amarante, vue du sémaphore du Cap Dramont - © B.Duyck


Outre son attrait photogénique, l'île d'Or en a un autre pour les nombreux"Tintinophiles" : Hergé s'en est inspiré pour son album "L'île Noire", dont l'action se passe par contre en Ecosse.
http://lemondedetintin.skynetblogs.be/

Petite histoire de l'île d'Or:
Au départ, ignorée encore des hommes, cette île sauvage et rude n'était qu'une courte halte sans intérêt car si proche du rivage.
Elle appartenait à cette époque à un certain monsieur Sergent qui l'avait acheté aux enchères à l'état, pour 280 francs en 1897 et qui la perdit au cours d'une partie de carte (bien arrosée...)au profil d'un médecin.
C'est ainsi qu'entra en scène l'original monsieur Auguste Lutaud.
C'était sans doute un homme passionné et un peu fou comme il y en avait tant au cours de cette période d'avant guerre ou les rêves les plus fous pouvait encore avoir le gout de la réalité.
C'est ainsi que monsieur Lutaud décida de construire une tour sur son île et quelle tour! : si belle du haut de ces quatre étages et crénelée comme un donjon imprenable, elle devint le fief du petit royaume de l'île d'or. Monsieur Lutaud s'auto-proclama roi sous le nom d'Auguste 1° : « Roi des Roches battues par les flots », à la fin de la construction de la tour qui alors devint le lieu de fêtes fastueuses jusqu'en 1914.

Et puis la guerre arriva et rapidement, le royaume tomba dans l'oublie alors que monsieur Lutaud disparaissait et avec lui un peu de l'âme de cette île.
Mais il est toujours là : ces cendres reposant sous un rocher de l'île. (Pendant la guerre, la tour fut pillée et incendiée).
C'est son petit fils : Olivier Lutaud qui la vendit à un officier de marine : François Bureau en 1962. Ce dernier lui rendit un peu de ses couleurs d'antan en particulier par la création d'un jardin méditerranéen.
Monsieur Bureau était donc un homme très apprécié qui avait pour habitude de faire tous les jour le tour de son ile à la nage. Il fit d'ailleurs une dernière fois, un jour, le tour de son île qu'il ne put terminer :c'était le 16 août 1994.
50 ans presque jour pour jour après le débarquement des soldats français et américains sur la plage du Dramont.
L'île appartient toujours à la famille Bureau. Vous ne pourrez pas pique niquer sur l'île puisque c'est une propriété privée mais vous pourrez simplement accoster et en faire le tour, comme avec le chemin douanier.   (in http://www.ilerouge.fr/ )



Panorama (5 photos) pris du sommet du sémaphore du Cap Dramont :

 de G. à D., Boulouris, la plage et les carrières du Dramont,
la rade d'Agay avec le Rastel d'agay, le Cap Roux et
la pointe de La Baumette.

Sources : documents lithothèque PACA.
- carte géologique : http://www.lithotheque.ac-aix-marseille.fr/Affleurements_PACA/83_esterellite/carte_geologique_esterellite.htm

- http://www.lithotheque.ac-aix-marseille.fr/Affleurements_PACA/83_esterellite/83_esterellite_index.htm



Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Volcan BATUR - ile de Bali : niveau alerte 2.


                                              Les champs de lave et les cratères du Batur.

Depuis septembre, une recrudescence de l'activité volcanique est enregistrée sur le volcan : avec 21 trémors volcaniques profonds et 11 superficiels.
En Octobre, les sismographes en ont enregistrés 28 profonds et 20 superficiels. A dater du 1 novembre, le nombre a encore augmenté pour passer à 53 trémors profonds et 83 superficiels.
Le gouvernement a augmenté le niveau d'alerte pour les populations environnantes.

Le Batur est un volcan très actif : depuis 1800, 28 éruptions ont eu lieu, dont la dernière en juillet 2000, avec un panache de cendres montant à 300 m. au dessus du cratère.

KARANGETANG - Java
:

                                          Le Karangetang - photo A.Binas - 2007 -  , in GVP.

D'après les journaux locaux, reliés par le GVP, une coulée pyroclastique et un lahar ont parcouru les flancs du volcan le 4 novembre. Le 11 novembre, du "matériel incandescent" fit éjecté à une hauteur de 5 mètres.

NEVADO DEL HUILA - Colombie :


                                 Le dôme du Nevado del Huila, le 30.10.2009 - photo Ingeominas

Des survols les 4,6 et 10 novembre révèlent que le dôme continue de croitre; le volume du nouveau dôme est estimé à 25 millions de m³. De petits effondrements ont lieu sur son flanc ouest.
Les émissions de gaz sont parfois accompagnées de pulsions de poussières.
Le niveau d'alerte 2 est maintenu.

MAYON - Philippines :


A 1h58, le 11 novembre, un panache de poussières a été émis, enregistré par le réseau sismique, mais non visible étant donné la couverture nuageuse. Des fragments incandescents furent observés au sommet depuis Brgy, touché par des retombées de cendres. Durant les dernières 24 h., pas moins de 20 séismes d'origine volcanique furent enregistrés.
Le niveau d'alerte est maintenu.

Sources : GVP - Global Volcanism Program - USGS Weekly report

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Après le Mt Vinaigre au NO. du massif, on passe du côté Méditerranée, avec le Cap Roux, en bord de mer, et le Pic de l'Ours, en hauteur dans l'Estérel.




Le Cap Roux - 453 m. :

Situé en bordure de la Corniche d'Or, ce massif rhyolitique ne prend toutes ses couleurs qu'en fin d'après-midi, sous un soleil déclinant.

 Le sommet du Cap Roux au relief accidenté, constitué de rhyolite ignimbritique.

                                                                                                    © B.Duyck


    Le relief et la mer se rencontrent ... pointes escarpées et criques
    se succèdent et relèguent les zones habitées sur les
    rares faux-plats. - © B.Duyck


     Les calanques, favorables à la baignade et au farniente - © B.Duyck

Les calanques sont l'apanage de la méditerranée; elles se présentent sous forme de vallon étroit et profond aux bords escarpés, en partie submergé par la mer. Leur nom vient d'une dénomination occitane "calanca ".
Les calanques de l'Estérel sont accessibles par quelques marches taillées ou des chemins étroits formés de blocs étagés.
Ce paysage magnifique est malheureusement balafré par la nationale 96 et la tranchée du chemin de fer Marseille-Nice. Des  transversales en impasse d'accès à la mer, comme en Corse, auraient permis une meilleure préservation des sites.

Le pic de l'Ours - 492 m.


D'accès plus compliqué : j'ai privilégié la route à partir d'Agay; prendre la direction Fréjus, par la route des golfs et tourner de suite à droite, vers le massif et la maison forestière du Gratadis;
restez sur la droite, en direction de la Sainte-Baume (*), puis passez les cols de l'Evêque et celui des Lentisques jusqu'au parking du pic de l'Ours.
N.B.: route moins stressante qu'au Mont Vinaigre, puisque la portion étroite se fait ici "en sens unique".
A partir de là, privilégiez le chemin cours... sentier raviné, qui ressemble au lit d'un petit torrent à sec, pour cheminer
à flanc de montagne en écartant les branches, et déboucher sous le pilone TV.

          Parking du Pic de l'Ours - départ de la promenade -,

          "les Petites Grues" et la Méditerranée, vus du chemin

          de montée - © B.Duyck

 

              Le sommet et "la dent de l'Ours", au centre - © B.Duyck

 

                                       La dent de l'Ours - © B.Duyck

                                   Close-up rhyolitique - © B.Duyck

 

Dans tout le massif, on rencontre un arbre typique de la région : Quercus suber L.- le chêne-liège.


Le liège produit par l'arbre, appelé "liège mâle", crevassé et de piètre qualité doit être enlevé. Cette opération, appelée "démasclage" se fait dès que la circonférence du tronc atteint 70 cm.


Le nouveau liège, "le liège femelle" se forme et est enlevé tous les 9 à 15 ans, dès l'épaisseur critique atteinte : environ 3 cm., durant juillet-août quand l'arbre est en sève.


Bon isolant thermique et phonique, le liège résiste aussi à l'eau grâce à la subérine qui imprègne ces cellules ... il servira plutôt, dans nos temps de crise climatique, à l'isolation qu'à la fabrication traditionnelle de bouchons.

 

 

 

              Le tronc démasclé du gros spécimen - © B.Duyck

 

(*) : La Sainte Baume : "la sainte grotte" en provencal.

Honorat, qui vécu dans les années 400, appartenait à l'aristocratie gallo-romaine mais se convertit avec son frère aîné Venantius. Pratiquant l'ascèse, dans leur riche demeure, à Trèves, ils offraient l'hospitalité aux pauvres. Leur pratique des préceptes de l'Évangile leur fit une immense renommée. Effrayés par une telle gloire, contraire à leur esprit d'humilité, ils décidèrent de partir, donnant tous leurs biens. Venantius mourut en Grèce et Honorat, de retour en Gaule, a cheminé sur la voie Aurélienne, Nice, Cannes jusqu'au Cap Roux où il dormit dans cette excavation du rocher avant de rallier Fréjus où il resta plusieurs années. Honorat y devint célèbre, les foules accouraient de loin pour entendre sa parole.Il se souvint de la grotte du Cap Roux où il choisit d'y être ermite. Mais il dut fuir à nouveau la notoriété et partit à Lérins. (Vie de St Honorat)

 

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog