Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le désert d’Atacama est un désert hyperaride situé au Chili, coincé entre la fosse océanique d’Atacama et le Cordillère des Andes. Il est bordé d’une ligne de volcans frôlant les 6.000 mètres, entourés de lagunes, de geysers et de vallées profondes.

La présence conjuguée de l’anticyclone de l’île de Pâques (Anticyclone du Pacifique sud), caractérisé par un air sec descendant, du courant de Humboldt, qui empêche l’air marin de s’élever et de former des précipitations, et les reliefs de la Cordillère des Andes, garantit un temps sec et ensoleillé … certains endroits du désert d’Atacama n’ont pas reçu de précipitations depuis les premiers relevés météo.

Les brouillards de l'Atacama - photo BBC / section Science & Environment

Les brouillards de l'Atacama - photo BBC / section Science & Environment

Etendue du désert de l'Atacama - un clic sur les photos pour les ouvrir.Etendue du désert de l'Atacama - un clic sur les photos pour les ouvrir.

Etendue du désert de l'Atacama - un clic sur les photos pour les ouvrir.

Cependant la vie reste possible étant donné la présence de quelques stratocumulus maritimes bas, et de la formation de brouillard. Des plantes, de la famille des Tillandsia, des Broméliacées, se sont adaptées à ces conditions extrêmes.

Ces plantes, épiphytes ou lithophytes, aux feuilles de couleur argentée, sont recouvertes de cellules spécialisées – appelées génériquement trichomes - dans l’absorption rapide de l’humidité ambiante, et des nutriments nécessaires à leur vie.

Désert de l'Atacama - la structure des Tillandsia maximise la capture du brouillard - le maillage et les appendices (trichomes) permettent la capture de l'eau - photo Claudio Lattore hidalgo / article BBC

Désert de l'Atacama - la structure des Tillandsia maximise la capture du brouillard - le maillage et les appendices (trichomes) permettent la capture de l'eau - photo Claudio Lattore hidalgo / article BBC

Désert de l'Atacama - les tillandsia forment une partie de cet écosystème spécial - photo  Angélica Gonzalez / Article BBC

Désert de l'Atacama - les tillandsia forment une partie de cet écosystème spécial - photo Angélica Gonzalez / Article BBC

Désert de l'Atacama - les chercheurs ont creusé les dunes à la recherche des tillandsia - photo Claudio Lattore hidalgo / article BBC

Désert de l'Atacama - les chercheurs ont creusé les dunes à la recherche des tillandsia - photo Claudio Lattore hidalgo / article BBC

Des scientifiques de l’Université catholique du Chili ont creusé profondément les dunes du désert pour mettre au jour une succession de Tillandsia multimillénaires. Les paléo climatologues ont pu reconstituer l’histoire des brouillards de l’Atacama sur une période de 3.500 ans et l’évolution de l’écosystème lié au brouillard ; ils décrivent une augmentation de ce brouillard dans le temps et une tendance : plus les plantes sont jeunes, plus un type léger d’azote (isotope) est intégré dans leurs tissus. Cet azote, présent dans le brouillard sous forme moléculaire ou d’oxyde nitreux, est d’origine marine ; il existe en effet au large des côtes du nord Chili une zone caractérisée par une teneur minimale en oxygène, à mettre en rapport avec la basse température des eaux, où s’opère un phénomène de dénitrification.

 

Le succès de ces plantes dans le piégeage et l'utilisation de brouillard ancre tout un écosystème qui soutient des créatures aussi diverses que les scarabées, scorpions, araignées et même des lézards.

Fog catcher - photo Daily Mail / Neil Hall

Fog catcher - photo Daily Mail / Neil Hall

Exploitation du brouillard pour les cultures, ou la nature comme modèle :

Différents systèmes, d’abord des filets archaïques, ont été développés par les populations locales  pour capter de l’eau à partir des brouillards du désert.

Dans les dernières décades, les apports en eau diminuant au niveau des rivières soumises à moins d’alimentation, les agriculteurs ont dû s’adapter et ont mis au point des méthodes de captage plus performantes.

Dans la vallée de la rivière Huasco, des tours de condensation hautes de 400 mètres ont été imaginées : chaque tour, d’une surface verticale de 10.000 m², pourrait produire journellement au minimum 20.000 litres d’eau, ce qui permettrait de démarrer et /ou maintenir des cultures.

Chili - projet de tours à brouillard - photo Coastal fog towers  - eVolo08

Chili - projet de tours à brouillard - photo Coastal fog towers - eVolo08

Sources :

- BBC Science & environnement - Fog history of Atacama reconstructed - By Jonathan Amos. – link

-  Coastal Fog Skyscraper - link

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Soputan - éruption du 04.01.2016 / 20h53 WITA - notez la coulée de lave depuis le sommet du cône vers la gauche, et des éclairs sur la gauche du panache à 2 endroits  - photo PVMBG via Twitter / Devy syahbana

Soputan - éruption du 04.01.2016 / 20h53 WITA - notez la coulée de lave depuis le sommet du cône vers la gauche, et des éclairs sur la gauche du panache à 2 endroits - photo PVMBG via Twitter / Devy syahbana

Le porte-parole du PVMBG Sutopo Purwo Nugrobo rapporte à l’agence Xinhua l’éruption du Soputan le 04.01.2016 à 20h53 locale.

Suite à l’explosion, le panache de cendres est monté à 6.000 mètres d’altitude (moyenne, étant donné les données contradictoires entre le PVMBG et le VAAC Darwin), parcouru d’éclairs, avant de se diriger vers le sud-est. De la lave a été émise sur le flanc est du volcan, tandis que des bruits de tonnerre étaient perçus. Des retombées de cendres sont signalées sur Langowan, Minahasa

Les autorités ont élevé le niveau d’alerte à 3, assorti d’une zone interdite de 4 km de rayon, augmentée à 6,5 km côté ouest et nord.

Soputan - éruption du 04.01.2016 / 20h53 WITA - caméra thermique FLIR / PVMBG

Soputan - éruption du 04.01.2016 / 20h53 WITA - caméra thermique FLIR / PVMBG

Au matin du 5 janvier, des photos du PVMBG montrent une nouvelle explosion à 6h38, accompagnée d’un panache de cendres montant verticalement jusqu’à 6.500 mètres.

Soputan - 05.01.2016 / 6h38 - photo PVMBG / via Devy Syahbana

Soputan - 05.01.2016 / 6h38 - photo PVMBG / via Devy Syahbana

Soputan - 05.01.2016 / 6h38 - photo Media center / Twitter

Soputan - 05.01.2016 / 6h38 - photo Media center / Twitter

Soputan - les prévisions de déplacement du nuage de cendres par le VAAC Darwin pour le 5 janvier laisse craindre des perturbations pour les vols commerciaux.

Soputan - les prévisions de déplacement du nuage de cendres par le VAAC Darwin pour le 5 janvier laisse craindre des perturbations pour les vols commerciaux.

Avec le Soputan, l’indonésie applique le niveau d’alerte 3 / Siaga à trois autres volcans, le Bromo, le Karangetang et le Lokon. Le Sinabung demeure au niveau 4 / Awas.

Selon Øystein Lund Andersen, le panache émis par le Bromo aurait une teneur en cendres moindre que les jours précédents, et monterait à 1.000 mètres environ avant de dériver.

 

Sources :

- Soputan : Xinhua – TribunManado – Devy Syahbana via Twitter

- Bromo : Øystein Lund Andersen - link

Bromo -  2016.01.04 / 5h23 - photo Øystein Lund Andersen

Bromo - 2016.01.04 / 5h23 - photo Øystein Lund Andersen

Fuego - panache de cendres du 04.01.2016 - photo Conred

Fuego - panache de cendres du 04.01.2016 - photo Conred

L’éruption effusive du Fuego / Guatemala maintient une énergie élevée, caractérisée par un panache de cendres montant à 7.000 mètres asl, avant de se déplacer vers un grand secteur ouest et sud, sur 40 km., et des bruits d’explosions générant des ondes de chocs qui font vibrer toits et fenêtres dans un rayon de 25 à 30 km.

Des chutes de cendres sont signalées sur entre autre sur Panimache I y II, Morelia, Santa Sofía, El Porvenir, La Rochela,  et Osuna.

Des projections incandescentes, montant à 400-500 mètres au-dessus du cratère alimentent trois coulées de lave dans les barrancas Santa Teresa, Trinidad et Las Lajas longues d’environ 2.500 mètres. Des coulées pyroclastiques en rapport avec les effondrements de blocs de la coulée peuvent marquer ces ravines, et générer des panaches co-pyroclastiques.

Fuego - retombées de cendres du 04.01.2016 - photo Conred

Fuego - retombées de cendres du 04.01.2016 - photo Conred

En fin de journée du 4 janvier, l’Insivumeh annonce une diminution de l’activité avec un panache signalé entre 4.600 et 4.700 mètres asl, en déplacement vers le sud-sud-est sur 15 km., et des explosions plus faibles et des ondes de chocs modérées.

Sources :

 Rapports de l’Insivumeh et de la Conred

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

After an emission of  brown ash, visible on the seismic station webcam El Cardon on January 2, 2016 to 6h47-49,  the Momotombo presented according to La Prensa, relaying the INETER, two explosions at 2:28 p.m. local respectively (8:28 p.m. GMT) and 2:35 p.m. local (8:35 p.m. GMT) accompanied by emission of ash and gas.

January 3 at 4:22 local, a loud explosion covered the upper flanks of the volcano with glowing fragments; these high temperature fallout set fire to the vegetation partially covering the upper flanks (distinct light spots visible on the last two pictures).

In the absence of a report from SINAPRED and INETER, we can rely only on the webcam pictures and comments in the local press.

Sources :

- La Prensa – link

- Tn8 tv – link

- Nacion – link 

 Momotombo - explosion of Jan. 03, respectively, 4:22, 4:25, 4:27 and 4:43 a.m. local - webcam seismic station El Cardon / INETER - a click to open each photo Momotombo - explosion of Jan. 03, respectively, 4:22, 4:25, 4:27 and 4:43 a.m. local - webcam seismic station El Cardon / INETER - a click to open each photo
 Momotombo - explosion of Jan. 03, respectively, 4:22, 4:25, 4:27 and 4:43 a.m. local - webcam seismic station El Cardon / INETER - a click to open each photo Momotombo - explosion of Jan. 03, respectively, 4:22, 4:25, 4:27 and 4:43 a.m. local - webcam seismic station El Cardon / INETER - a click to open each photo

Momotombo - explosion of Jan. 03, respectively, 4:22, 4:25, 4:27 and 4:43 a.m. local - webcam seismic station El Cardon / INETER - a click to open each photo

Fuego - 03.01.2016 / 08:41 a.m.loc.- traces of a probable pyroclastic flow - webcam seismic station El Cardon / INETER

Fuego - 03.01.2016 / 08:41 a.m.loc.- traces of a probable pyroclastic flow - webcam seismic station El Cardon / INETER

Fuego - lava fountains - 01.03.2016 - photo Insivumeh / Robin Campion UNAM

Fuego - lava fountains - 01.03.2016 - photo Insivumeh / Robin Campion UNAM

The Fuego, in Guatemala, which maintained an important activity in recent days, has entered a new phase effusive this January 3 from 5am local, according Insivumeh.

Moderate to heavy explosions are accompanied by ash plumes amount between 4,800 and 7,300 meters asl, before spreading to the west and south-west, 14 km. Ash fallout are reported up to 12 km from the volcano, to Panimaché, Morelia, Santa Sofia, La Rochela and Osuna.

Lava flows mark the east and south sides towards Las Lajas and Trinidad ravines; this activity is likely to increase in the coming hours, with risk of pyroclastic flows.

Sources: Insivumeh & Conred

 

Fuego - fontaine et coulée de lave  - photo 03.01.2016 Giovany Godoy, CONRED-Alotenango

Fuego - fontaine et coulée de lave - photo 03.01.2016 Giovany Godoy, CONRED-Alotenango

Fuego - Landsat 7 bands 7-5-3 (Visible-SWIR) of 01.03.2016

Fuego - Landsat 7 bands 7-5-3 (Visible-SWIR) of 01.03.2016

Fuego - Maps of scattering of ashes on 01/04/2016 - doc NOAA

Fuego - Maps of scattering of ashes on 01/04/2016 - doc NOAA

Lahar from Bromo in the Tengger Caldera - photo Øystein Lund Andersen - 01.03.2016 / 2:34 p.m.

Lahar from Bromo in the Tengger Caldera - photo Øystein Lund Andersen - 01.03.2016 / 2:34 p.m.

In Bromo, on Java island, ash emissions continued. They cover nearby agricultural areas and homes forcing residents to clear roofs and around houses.

Øystein Lund Andersen information about the occurrence of lahars in the Tengger caldera, in his beautiful photo report (link below).

Source: Øystein Lund Andersen -
link

 The ashes of Bromo cover the landscape and trees have fallen ... only datura flowers appear to escape - photo Øystein Lund Andersen 01/03/2016

The ashes of Bromo cover the landscape and trees have fallen ... only datura flowers appear to escape - photo Øystein Lund Andersen 01/03/2016

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Après une émission de cendres brunes visible sur la webcam de la station sismique El Cardon le 2 janvier 2016 vers 6h47-49, le Momotombo a présenté selon La Prensa, relayant l’Ineter, deux explosions respectivement à 14h28 locale (20h28 GMT) et 14h35 locale (20h35 GMT) accompagnées d’émission de cendres et gaz.

Le 3 janvier à 4h22 locale, une forte explosion a couvert les flancs supérieurs du volcan de fragments incandescents ; ces retombées de haute température ont mis le feu à la végétation recouvrant très partiellement les flancs supérieurs (spots lumineux distincts visibles sur les deux dernières photos).

En absence de rapport de l’Ineter et du Sinapred, on ne peut se fier qu’aux images de la webcam et aux commentaires de la Presse locale.

Sources :

- La Prensa – link

- Tn8 tv – link

- Nacion – link 

 

Momotombo - explosion du 3 janvier, respectivement à 04h22, 04h25, 04h27, et 04h43 locale - webcam station sismique El Cardon / Ineter - un clic pour ouvrir chaque photo.Momotombo - explosion du 3 janvier, respectivement à 04h22, 04h25, 04h27, et 04h43 locale - webcam station sismique El Cardon / Ineter - un clic pour ouvrir chaque photo.
Momotombo - explosion du 3 janvier, respectivement à 04h22, 04h25, 04h27, et 04h43 locale - webcam station sismique El Cardon / Ineter - un clic pour ouvrir chaque photo.Momotombo - explosion du 3 janvier, respectivement à 04h22, 04h25, 04h27, et 04h43 locale - webcam station sismique El Cardon / Ineter - un clic pour ouvrir chaque photo.

Momotombo - explosion du 3 janvier, respectivement à 04h22, 04h25, 04h27, et 04h43 locale - webcam station sismique El Cardon / Ineter - un clic pour ouvrir chaque photo.

Fuego - fontaines de lave - 03.01.2016 - photo Insivumeh / Robin Campion UNAM

Fuego - fontaines de lave - 03.01.2016 - photo Insivumeh / Robin Campion UNAM

Le Fuego, qui maintenait une activité importante ces derniers jours, est entré dans une nouvelle phase effusive ce 3 janvier à partir de 5h locale, selon l’Insivumeh.

Des explosions modérées à fortes s’accompagnent de panaches de cendres montant entre 4.800 et 7.300 mètres asl, avant de se disperser vers l’ouest et le sud-ouest, sur 14 km. Des retombées de cendres sont rapportées jusqu’à 12 km du volcan, sur Panimaché, Morelia,Santa Sofia, La Rochela et Osuna.

Des coulées de lave marquent le flanc est et sud en direction des barrancas Las Lajas et Trinidad ; cette activité est susceptible d’augmentation dans les heures prochaines, avec risque de coulées pyroclastiques.

Sources : Insivumeh & Conred

Fuego - lava fountain and flow - 03.01.2016 - photo Giovany Godoy, CONRED-Alotenango

Fuego - lava fountain and flow - 03.01.2016 - photo Giovany Godoy, CONRED-Alotenango

 Fuego - image Landsat 7 bandes 7-5-3 (SWIR-Visible) du 03.01.2016

Fuego - image Landsat 7 bandes 7-5-3 (SWIR-Visible) du 03.01.2016

Fuego - Carte prévisionnelle de dispersion des cendres pour le 04.01.2016 - doc NOAA

Fuego - Carte prévisionnelle de dispersion des cendres pour le 04.01.2016 - doc NOAA

Lahar du Bromo dans la caldeira du Tengger - photo Øystein Lund Andersen  - 03.01.2016 / 14h34

Lahar du Bromo dans la caldeira du Tengger - photo Øystein Lund Andersen - 03.01.2016 / 14h34

Au Bromo, sur l'île de Java, les émissions de cendres se poursuivent. Elles recouvrent les zones agricoles proches, ainsi que les habitations forçant les riverains à dégager les toits et les abords des maisons.

Øystein Lund Andersen renseigne l’apparition de lahars dans la caldeira du Tengger, dans son magnifique reportage photo (lien ci-dessous).

Source : Øystein Lund Andersen - link

Les cendres du Bromo recouvrent le paysage et ont fait tomber des arbres ... seules les fleurs de datura semblent épargnées - photo Øystein Lund Andersen 03.01.2016

Les cendres du Bromo recouvrent le paysage et ont fait tomber des arbres ... seules les fleurs de datura semblent épargnées - photo Øystein Lund Andersen 03.01.2016

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

The Juan Fernandez Islands, located on the ridge of the same name, are of volcanic origin.

Formed by a mantle plume above which moved the Nazca tectonic plate, their age, determined by potassium argon dating, is growing from west to east : for the main islands, Santa Clara is the oldest, dated 3.8 to 5.8 Ma (. Steussy et al, 1984), then follows Robinson Crusoe Island, with 3.8 to 4.2 Ma, and finally Alejandro Selkirk Island, dated to between 1.0 and 2.4 Ma.

 

The Juan Fernandez ridge and archipelago, emerged structures and seamounts - one click to enlargeThe Juan Fernandez ridge and archipelago, emerged structures and seamounts - one click to enlarge

The Juan Fernandez ridge and archipelago, emerged structures and seamounts - one click to enlarge

 The Juan Fernandez Archipelago - Robinson Crusoe Island - photo Serpentus

The Juan Fernandez Archipelago - Robinson Crusoe Island - photo Serpentus

Juan Fernandez Island - Doc. Foreign archives / National Library of France

Juan Fernandez Island - Doc. Foreign archives / National Library of France

Robinson Crusoe is the largest with 93 km², and culminates in El Yunque peak to 916 meters; The Robinson Island, or Mas-a-Tierra, is composed of four overlapping basaltic shield volcanoes (olivinifères)  with calderas open towards the northeast. The southwest of the island is made up of small altered cones. Recent activity would be marked by an eruption in El Yunque, in 1743, and another eruption underwater this time, in 1835, to 1.5 km. north of the Robinson island.

Los Innocent marks the highest point of the island Selkirk (Mas-a-Fuera) with 1.319 meters, while Santa Clara, with its 2.2 km²,  reaches at most 350 meters.

A multitude of peripheral islands complete the archipelago; the most important are the Juanango,  Verdugo, Vinillo and Los Chamelos islets.

Robinson Crusoe Island at the end of 19th / beginning of the 20th century, with the cruiser Esmeralda in Cumberland bay - Doc. Carpenter Archive fr. & Fr.

Robinson Crusoe Island at the end of 19th / beginning of the 20th century, with the cruiser Esmeralda in Cumberland bay - Doc. Carpenter Archive fr. & Fr.

Robinson Crusoe - the eruption in 1835 - Doc. Sutcliff - Oscar Gonzalez-Ferran / Univ.of Chile / GVP

Robinson Crusoe - the eruption in 1835 - Doc. Sutcliff - Oscar Gonzalez-Ferran / Univ.of Chile / GVP

History and legend merge to:

The archipelago was discovered in November 1574 by the Spanish navigator Juan Fernandez, sailing between Peru and Valparaiso, which had deviated from its course; He called these islands Más Afuera, Más a Tierra, and Islote Santa Clara.

A pirate expedition to the Pacific in 1703 includes the ship's Captain Thomas Stradling. He stopped to Fernandez Islands to supply the boat in wood and water before returning to England.

The boat has undergone major damage in battle, a Scottish officer named Alexander Selkrik (or Selcraig) considers that it must undergo a refit, before crossing Cape Horn. Captain stubbornly refuses and Selkirk refuses then to continuing on, demanding to be let on the island Mas-a-Tierra. Selkrik lived alone for four years and twelve days on the island. He was rescued in 1709 by an expedition led by Captain Rogers, whom he saved the crew from scurvy, and with it participates in raids on Chilean and Peruvian coasts. He finally returned to England in 1711 where his story will be published in the newspaper "The Englishman".

Daniel Defoe wrote and published a novel in 1719 entitled "The Life and strange and surprising adventures of Robinson Crusoe." The story is based very loosely on the life of Alexander Selkrik. Written in the first person, the main plot of the novel takes place on a deserted island where Robinson survives for 28 years. During his forced stay, he met a native, named it Friday, and the two live together for several years before leaving the island.

These Chilean islands were renamed in 1966 in honor of Alexander Selkrik spouse and novel inspired his adventure.

On the left, first of "Life and adventures of Alexander Selkrik, the real Robinson Crusoe" - right, 1865 Illustration by Alexander Frank Lydon (Groombridge and Sons edition). Robinson Crusoe finds a refuge cave. - a click on the images to open them.On the left, first of "Life and adventures of Alexander Selkrik, the real Robinson Crusoe" - right, 1865 Illustration by Alexander Frank Lydon (Groombridge and Sons edition). Robinson Crusoe finds a refuge cave. - a click on the images to open them.

On the left, first of "Life and adventures of Alexander Selkrik, the real Robinson Crusoe" - right, 1865 Illustration by Alexander Frank Lydon (Groombridge and Sons edition). Robinson Crusoe finds a refuge cave. - a click on the images to open them.

 Photo Landsat 7 showing the islands Robinson Crusoe and Selkrik, highlighted by a cloud formation known as "von Karman vortex ", caused by the interaction between the winds and the relief of the islands.

Photo Landsat 7 showing the islands Robinson Crusoe and Selkrik, highlighted by a cloud formation known as "von Karman vortex ", caused by the interaction between the winds and the relief of the islands.

These islands have a subtropical climate influenced by the cold Humboldt current, flowing northwards along the South American coast, and winds from the southeast.

The temperature can fluctuate between 3 and 34 ° C, with an average of 15.4 ° C; the coldest peaks may become coated with frost. Rainfall is most important in winter and variable, depending on exposure and altitude, between 318 and 1698 mm per year, dependent on the oscillation El Nino-Southern.

Because of their isolation and their volcanic origin, the flora and fauna of these islands is relatively poor, having reached this land by the sea. This little known archipelago is also a haven for many species of endemic plants and animals. The Conaf - administration of Parque Nacional Archipelago - largely financed by European funds, provides a natural protection.

The flora is diverse and has 101 endemic varieties with a range of giant ferns. In the animal kingdom, the Robinson hummingbird or Picaflor rojo, Sephanoides fernandensis, distinguished: a brick red body, black beak with the end like a needle, green and silky wings. It has declined from 798 (1987-1988) to 179 (2002) in 15 years.

Sephanoides fernandensis - the Picaflor of Juan Fernandez feeding on Cuminia eriantha flowers - photo Hector Guzman Gutierrez / Flickr CC BY 2.0

Sephanoides fernandensis - the Picaflor of Juan Fernandez feeding on Cuminia eriantha flowers - photo Hector Guzman Gutierrez / Flickr CC BY 2.0

Sources :

- Global Volcanism Program - Juan Fernandez

- Architectures des plantes de l'île Robinson Crusoe - par F.Hallé - lien

- Menaces et perspective pour la préservation de la biodiversité de l'archipel Juan Fernandez - ULB - Lien

 

Bonus for volcano-philatelists: Chileans stamps commemorating the 4th centenary of Juan Fernandez islands (1574 to 1974) and representing respectively the two largest islands, Robinson Crusoe and Selkrik, and flora and fauna.

Four Chileans stamps commemorating the 4th centenary of Juan Fernandez Islands (1574-1974) - Doc. Delcampe.net

Four Chileans stamps commemorating the 4th centenary of Juan Fernandez Islands (1574-1974) - Doc. Delcampe.net

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les îles Juan Fernandez, situées sur la dorsale du même nom, sont d’origine volcanique.

Formées par un panache mantellique au-dessus duquel s’est déplacée la plaque tectonique Nazca, leur âge, déterminé par datation potassium-argon, va grandissant d’ouest en est : pour les îles principales, Santa Clara est la plus vieille, datée de 3,8 - 5,8 Ma (Steussy et al., 1984), ensuite suit l’île Robinson Crusoe, avec 3,8 à 4,2 Ma, et enfin l’île Alejandro Selkirk, datée d’entre 1,0 et 2,4 Ma. 

La Dorsale et l'archipel Juan Fernandez, structures émergées et seamounts - un clic pour agrandirLa Dorsale et l'archipel Juan Fernandez, structures émergées et seamounts - un clic pour agrandir

La Dorsale et l'archipel Juan Fernandez, structures émergées et seamounts - un clic pour agrandir

L'archipel Juan Fernandez - l'île Robinson Crusoe -  photo Serpentus

L'archipel Juan Fernandez - l'île Robinson Crusoe - photo Serpentus

Ile Juan Fernandez - doc. archives Etrangères / Bibliothèque Nationale de France

Ile Juan Fernandez - doc. archives Etrangères / Bibliothèque Nationale de France

Robinson Crusoe est la plus grande avec 93 km², et culmine au pic El Yunque à 916 mètres ; L'île Robinson, ou encore Mas-a-Tierra, est composée de quatre volcans-boucliers basaltiques (olivinifères) qui se chevauchent, avec des caldeiras ouvertes vers le nord-est. Le sud-ouest de l'île est composé de petits cônes altérés. L'activité récente serait marquée par une éruption à El Yunque, en 1743, et une autre éruption, sous-marine cette fois, en 1835, à 1,5 km. au nord de l'île Robinson.

Los Innocentes marque le plus haut point de l’île Selkirk (Mas-a-Fuera) avec 1.319 mètres, tandis que Santa Clara avec ses 2,2 km² n’atteint qu’au maximum 350 mètres.

Une multitude d'îlots périphériques complète l'archipel; les plus importants sont les îlots Juanango, Verdugo, Vinillo et Los Chamelos.

L’île Robinson Crusoe en fin 19° / début 20° siècle, avec le croiseur Esmeralda dans la baie Cumberland – doc. Archives Carpenter fr.&fr.

L’île Robinson Crusoe en fin 19° / début 20° siècle, avec le croiseur Esmeralda dans la baie Cumberland – doc. Archives Carpenter fr.&fr.

Robinson Crusoe - l'éruption 1835 - doc. Sutcliff - Oscar Gonzalez-Ferran  / Univ.of Chile / GVP

Robinson Crusoe - l'éruption 1835 - doc. Sutcliff - Oscar Gonzalez-Ferran / Univ.of Chile / GVP

Histoire et légende s’y confondent :

L’archipel fut découvert en novembre 1574 par le navigateur espagnol Juan Fernandez, naviguant entre le Pérou et Valparaiso, et qui avait dévié de sa route ; Il appela ces îles Más Afuera, Más a Tierra, et Islote de Santa Clara.

Une expédition corsaire dans le Pacifique, en 1703, comprend le navire du Capitaine Thomas Stradling. Il fait escale aux îles Fernandez pour approvisionner le bateau en bois et eau avant son retour en Angleterre.

Le bateau ayant subi de gros dommages au cours des batailles, un officier écossais, du nom d’Alexander Selkrik (ou Selcraig) considère qu’il doit subir un carénage avant de franchir le Cap Horn. Le Capitaine refuse obstinément, et Selkirk refuse alors de poursuivre sa route, exigeant qu’on le laisse sur l’île Mas-a-Tierra. Selkrik vécut seul durant quatre ans et douze jours sur l’île. Il est secouru en 1709 par une expédition menée par le Capitaine Rogers, dont il sauva l’équipage du scorbut, puis participe avec celui-ci à des raids sur les côtes chiliennes et péruviennes. Il rentre finalement en Angleterre en 1711 où son histoire sera publiée dans le journal The Englishman.

Daniel Defoe écrit et publie en 1719 un roman intitulé « La Vie et les aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoé ». L'histoire s'inspire très librement de la vie d'Alexander Selkrik. Écrit à la première personne, l'intrigue principale du roman se déroule sur une île déserte où Robinson survit pendant 28 ans. Pendant son séjour forcé, il fait connaissance d'un indigène qu'il nommera Vendredi et les deux vivront ensemble pendant plusieurs années avant de pouvoir quitter l'île. Ces îles chiliennes furent rebaptisées en 1966 en hommage conjoint à Alexander Selkrik et au roman inspiré de son aventure.

A gauche, première de "Life and adventures of Alexander Selkrik, the real Robinson Crusoe" - à droite, Illustration de 1865 par Alexander Frank Lydon (Groombridge and Sons edition). Robinson Crusoé découvre une grotte refuge. - un clic sur les images pour les ouvrir.A gauche, première de "Life and adventures of Alexander Selkrik, the real Robinson Crusoe" - à droite, Illustration de 1865 par Alexander Frank Lydon (Groombridge and Sons edition). Robinson Crusoé découvre une grotte refuge. - un clic sur les images pour les ouvrir.

A gauche, première de "Life and adventures of Alexander Selkrik, the real Robinson Crusoe" - à droite, Illustration de 1865 par Alexander Frank Lydon (Groombridge and Sons edition). Robinson Crusoé découvre une grotte refuge. - un clic sur les images pour les ouvrir.

Photo Landsat 7 montrant les îles Selkrik et Robinson Crusoe, mises en évidence par une formation nuageuse connue comme ' vortex de von Karman ", causée par l’interaction entre les vents et les reliefs des îles.

Photo Landsat 7 montrant les îles Selkrik et Robinson Crusoe, mises en évidence par une formation nuageuse connue comme ' vortex de von Karman ", causée par l’interaction entre les vents et les reliefs des îles.

Ces îles ont un climat subtropical influencé par le courant froid de Humboldt, coulant en direction du nord le long de la côte sud-américaine, et les vents soufflant du sud-est.

Les températures peuvent fluctuer entre 3 et 34 °C, avec une moyenne de 15,4 °C ; les sommets plus froids peuvent se recouvrir de givre. Les pluies sont plus importantes en hiver, et variables, en fonction de l’exposition et de l’altitude, entre 318 et 1.698 mm par an, dépendent de l’oscillation El Nino-sud .

Du fait de leur isolement et de leur origine volcanique, la faune et la flore de ces îles est relativement pauvre, n’ayant atteint ces terres que par la mer. Cet archipel méconnu est aussi un havre de paix pour de nombreuses espèces de plantes et d'animauxendémiques. La Conaf - administration du Parque Nacional Archipelago -, largement financée par des fonds européens, assure la protection naturelle. La flore est diversifiée et compte 101 variétés endémiques dont un éventail de fougères géantes. Pour le règne animal, c'est le colibri robinson ou Picaflor rojo, Sephanoides fernandensis, qui se distingue : corps rouge brique, bec noir et fin comme une aiguille, ailes vertes et soyeuses. Ses effectifs ont diminué de 798 (1987-88) à 179 (2002) en 15 ans.

Sephanoides fernandensis - le Picaflor de Juan Fernandez se nourrissant sur des fleurs de Cuminia eriantha - photo Hector Gutierez Guzman /  Flickr CC BY 2,0

Sephanoides fernandensis - le Picaflor de Juan Fernandez se nourrissant sur des fleurs de Cuminia eriantha - photo Hector Gutierez Guzman / Flickr CC BY 2,0

Sources :

- Global Volcanism Program - Juan Fernandez

- Architectures des plantes de l'île Robinson Crusoe - par F.Hallé - lien

- Menaces et perspective pour la préservation de la biodiversité de l'archipel Juan Fernandez - ULB - Lien

 

Bonus pour les volcano-philatélistes : timbres Chiliens commémorant le 4° centenaire des ïles juan Fernandez (1574-1974) et représentant respectivement les deux îles les plus grandes, Robinson Crusoe et Selkrik, et la flore et la faune locale.

Timbres Chiliens commémorant le 4° centenaire des îles juan Fernandez (1574-1974) - doc. Delcampe.net

Timbres Chiliens commémorant le 4° centenaire des îles juan Fernandez (1574-1974) - doc. Delcampe.net

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck

The eastern part of Juan Fernandez ridge, located on the Nazca tectonic plate, opposite to the city of Valparaiso, has recently been mapped and sampled during an expedition under the patronage of SERNAGEOMIN, with funding provided by CONICYT between November 20 and December 13, 2015.

 Location of the Juan Fernandez ridge, south of the Nazca plate - Doc. Andean geology / Scielo.cl

Location of the Juan Fernandez ridge, south of the Nazca plate - Doc. Andean geology / Scielo.cl

The research focused on underwater volcanoes, Monte O'Higgins and O'Higgins Guyot.

The Monte O'Higgins base to almost 3,000 meters below sea level, and its highest point is at 360 meters depth. It features volcanic forms with a relatively new aspect, which leaves suggest a subsequent volcanic activity to the main construction phase ... in association with the hypothesis of a stationary mantle plume above which the Nazca plate moving move eastward at an average speed of 6 to 7 cm per year. This is supported by the age of Monte O'Higgins, more aged than Robinson Crusoe Island, older that Alexander Selkirk Island.

Location of the submarines volcanoes recently visited - Doc. SERNAGEOMIN

Location of the submarines volcanoes recently visited - Doc. SERNAGEOMIN

  Bathymetry of Guyot O'Higgins, left and Monte O'Higgins, right - Doc.Sernageomin

Bathymetry of Guyot O'Higgins, left and Monte O'Higgins, right - Doc.Sernageomin

Near the Monte O'Higgins, the Guyot of the same name, is a distinct volcanic center, apparently contemporary but with a different evolution. A guyot is a flat-roofed building, interpreted as a form of typical marine erosion of a submarine volcano growing up to reach, or even exceed, the sea level.

As these volcanic structures belong to a long chain of several kilometers in length, called Juan Fernandez ridge, whose islands are younger going towards the west, the most recent episodes of volcanism at the old structures ask another explanation that association with a fixed mantle plume.

Samples of volcanic rock extracted on the summit of Monte O'Higgins will help to understand the origin and evolution of this submarine volcanoes and the Nazca plate islands.

Rock samples collected on the summit of Monte O'Higgins - photo SERNAGEOMIN
Rock samples collected on the summit of Monte O'Higgins - photo SERNAGEOMIN

Rock samples collected on the summit of Monte O'Higgins - photo SERNAGEOMIN

The results of the study and interpretation of geologists / volcanologists is eagerly awaited.

 

Sources :

- Sernageomin busca desentrañar secretos de volcanes submarinos de la placa de Nazca - link

- A plate model for Jurassic to recent intraplate volcanism in the Pacific Ocean basin - Alan D.Smith & al. - link

- Plate tectonics and the origin of the Juan Fernández Ridge: analysis of bathymetry and magnetic - link

 

To follow : the islands of the Juan Fernandez ridge.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’est de la dorsale Juan Fernandez, située sur la plaque tectonique Nazca, en face de la ville de Valparaiso a été récemment cartographiée et échantillonnée  lors d’une expédition sous le patronage du Sernageomin, grâce au financement apporté par la CONICYT, entre le 20 novembre et le 13 décembre 2015.

Localisation de la dorsale Juan Fernandez au sud de la plaque Nazca - doc. Andean geology  / Scielo.cl

Localisation de la dorsale Juan Fernandez au sud de la plaque Nazca - doc. Andean geology / Scielo.cl

Les recherches se sont concentrées sur les volcans sous-marins, Monte O’Higgins et le Guyot O’Higgins.

Le Monte O’Higgins a sa base à près de 3.000 mètres sous le niveau marin, et son point culminant à 360 mètres de profondeur. Il présente des formes volcaniques d’un aspect relativement récent, ce qui laisse suggérer une activité volcanique postérieure à la phase de construction principale … en liaison avec l’hypothèse d’un panache mantellique stationnaire au-dessus duquel se déplace la plaque Nazca en mouvement vers l’est, à une vitesse moyenne de 6 à 7 cm par an. Cette hypothèse est corroborée par l’âge du Monte O’Higgins, plus ancien que celui de l’île Robinson Crusoe ; à son tour plus ancienne que l’île Alexander Selkirk.

Localisation des volcans sous-marins récemment visités - doc. Sernageomin

Localisation des volcans sous-marins récemment visités - doc. Sernageomin

Bathymétrie des Guyot O'Higgins, à gauche et du Monte O'Higgins, à droite - Doc.Sernageomin

Bathymétrie des Guyot O'Higgins, à gauche et du Monte O'Higgins, à droite - Doc.Sernageomin

A proximité du Monte O’Higgins, le guyot du même nom, constitue un centre volcanique distinct, apparemment contemporain mais d’évolution différente. Un guyot est un édifice à toit plat, interprété  comme une forme d’érosion marine typique d’un volcan sous-marin croissant jusqu’à atteindre, voire dépasser, le niveau marin.

Comme ces structures volcaniques appartiennent à une chaîne longue de plusieurs kilomètres de longueur, appelée dorsale Juan Fernandez, dont les îles sont plus jeunes en allant vers l’ouest, les épisodes de volcanisme plus récent au niveau des anciennes demandent une autre explication que l’association à un panache mantellique fixe.

Des échantillons de roches volcaniques extraits sur le sommet du Monte O’Higgins aideront à comprendre l’origine et l’évolution des volcans sous-marins et des îles de la plaque Nazca.

Echantillons de roches recueillies au sommet du Monte O'Higgins - photo Sernageomin
Echantillons de roches recueillies au sommet du Monte O'Higgins - photo Sernageomin

Echantillons de roches recueillies au sommet du Monte O'Higgins - photo Sernageomin

Le résultat des études et l'interprétation des géologues / volcanologues est attendu avec impatience.

 

Sources :

- Sernageomin busca desentrañar secretos de volcanes submarinos de la placa de Nazca - link

- A plate model for Jurassic to recent intraplate volcanism in the Pacific Ocean basin - Alan D.Smith & al. - link

- Plate tectonics and the origin of the Juan Fernández Ridge: analysis of bathymetry and magnetic - link
 

A suivre : les îles de la Dorsale Juan Fernandez

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fuego - one of the pyroclastic flows of 12.30.2015 - photo Conred

Fuego - one of the pyroclastic flows of 12.30.2015 - photo Conred

The activity of Fuego, Guatemala, abruptly increases on December 30, 2015, from 10am. local, with a series of pyroclastic flows that traveled the ravines Las Lajas and El Jute and a plume of ash and gas rising to 5,000 meters asl, before moving west-northwesterly direction over at least 20 kilometers.

This activity generated degassing sounds similar to a locomotive noise; Ash falls were recorded on Panimache, Morella, Santa Sofia

Sources:
- Insivumeh Report 12/30/2015 11h. Equip. / 17 h. GMT
- Conred

Fuego - Pyroclastic flow and co-pyroclastic cloud - photo 12.30.2015 via Guatemala Sismos

Fuego - Pyroclastic flow and co-pyroclastic cloud - photo 12.30.2015 via Guatemala Sismos

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

 

Bonne Année - Happy New Year -  Glückliches neues Jahr - Gelukkig Nieuwjaar - Feliz Año Nuevo - Buon anno - Ευτυχισμένο το Νέο Έτος - с Новым годом

photo Hawaiian Volcano Observatory / USGS

photo Hawaiian Volcano Observatory / USGS

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog