Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Ce dernier week-end, 54 tremblements de terre d'intensité faible - le plus fort atteignant 1,3 sur l'échelle de Richter -  a obligé l'INGEOMINAS à relever le niveau d'alerte au niveau 3 : "Cambios en el comportamiento de la actividad volcánica" - changement de comportement de l'activité volcanique.
Cette "crise sismique" est la plus importante pour l'année 2009, après une forte activité en 2008 qui n'a pas débouché sur une éruption.


                   Le dôme du Cerro Machin et quelques fumerolles - photo Ingeominas.

Le volcan, qui n'est pas entré en éruption depuis plus de 800 ans, est peu connu et a produit en 1180, et avant cette date, des éruptions explosives, avec des retombées de cendres, des coulées pyroclastiques et des lahars.
S'il entre en éruption, il rejoindra le Galeras et le Nevado del Huila actifs en ce moment.
Cinq cent mille personnes  et la cité d'Ibagué sont sous la menace du volcan.
La prudence doit être de rigueur face à un volcan qui n'est pas entré en éruption depuis longtemps, mal connu, et situé dans une zone volcanique de contexte explosif.

                       Localisation du volcan dans la chaine active Ruiz-Tolima - doc. Ingeominas.


                 Situation du volcan par rapport aux agglomérations d'Ibagué et d'Armenia.


Le Cerro Machin est situé à la pointe sud du massif Ruiz-Tolima, à 20 km. de la ville d'Ibagué. Cet édifice complexe de forme annulaire, résultant de la conjonction de dépôts pyroclastiques entrelacés - un "ash tuff ring" -, est coiffé d'une caldera de +/- 3 km. de large qui contient un dôme de lave dacitique recouvert de forêts. Son activité visible se limite pour le moment à des champs fumerolliens localisés pour la plupart sur la région du dôme.

                 L'anneau de tuff sommital contient un lac et le dôme - 12.12.2008 Ingeominas.

Sources :
- Global Volcanism Program - Machin.
- Ingeominas
- Observatorio Vulcanológico y Sismológico de Manizales

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques



Toujours dans le contexte
de subduction de la plaque africaine sous la plaque européenne (micro-plaque Egéenne) : l'archipel de SANTORIN.

L'archipel de Santorin est constitué de cinq îles; les deux principales, Santorin (Théra - Thira) et Thirasia sont séparées par une baie constituée d'une caldeira immergée.
Ces îles sont les vestiges d'une unique île - Kallistè - détruite partiellement lors de l'éruption Minoenne vers 1600 av.JC. Au centre de l'archipel, Palea Kameni et Néa Kameni, qui constitue la partie active du volcan.
La cinquième se nomme Aspronisi.

                       Carte géologique de l'archipel de Santorin - Vougioukaladis 1997, in Thera expedition.

Toponymie :

L'île antique était appelée Kallistè (la plus belle) ou Strongylè (la ronde). Elle a ete rebaptisée de Kallistè en Théra, à l'époque archaïque suite à la fondation d'une colonie dorienne par Théras, un héros thébain.
Le nom Santorin fut donné par les Vénitiens au 13°s. en l'honneur de St Irène (Santa Irini).
Après le rattachement de l'archipel à la Grèce en 1840, elle a repris son nom antique de THERA ... mais Santorin est toujours usité.


Tectonique :


Le champ volcanique de Santorin est constitué de Santorin, des îles Christiana (20 km. au SO.) et du volcan submergé Columbus (7 km. au NE.)
Il est situé près du horst tectonique appelé "Amorgos ridge".

General map of area, showing location of Santorini (Thera) caldera and the Kolumbo submarine volcano and the distribution of the Minoan submarine pyroclastic flow deposit. The black dashed lines are seismic surveys. The red lines are contour lines of thickness of the Minoan submarine pyroclastic deposit, in meters. The dashed red line is the outer limit of the submarine deposit from this eruption. Figure courtesy of Haraldur Sigurdsson, Steven Carey, Matina Alexandir and Katy Croff.  -  NOAA Ocean Explorer gallery. - http://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/06blacksea/logs/summary_thera/media/thera_caldera.html

                         La caldeira de Santorin - Les lignes Kammeni et Columbo - GPS3

                         Carte géologique de la caldera de Santorin
D'après Heiken & Mc Koy - avec l'aimable autorisation de Tom Pfeiffer - DecadeVolcano.

Sur Santorin elle-même, la majeure partie des structures visibles sur les roches "pré-volcaniques" sont situées au NE. de failles dynamiques, telle que "Mesa Vouno".
La plupart des lignes tectoniques suivent l'orientation SO-NE.; la plus importante étant la ligne Kameni, qui coupe la caldeira et détermine les centres éruptifs connus. Les îles Christiana, la péninsule Akrotiri, Palea et Néa Kameni sont alignés sur cette ligne.
La ligne Columbo, parallèle à la ligne Kameni, passe par les centres de "Megalo Vouno", le maar à Cap Columbo Beach et le volcan sous-marin Columbo.
Le magma aurait donc exploité les zones de failles tectoniques en profondeur pour monter à la surface lors des éruptions passées... (et pourrait le faire à l'avenir).

          Vue de Néa Kameini, le cône actif, sur la caldeira et ses parois sur Théra et Thirasia.
              Crédit photo et lien vers Stromboli on line - avec l'aimable permission de Marco Fulle.


suite : historique des éruptions

Sources :

- Stromboli on line : dossier Santorin avec d'excellentes photos.

- Santorini decade volcano : le site de Tom Pfeiffer sur Santorin.
http://www.decadevolcano.net/santorini/santorini_volcanism.htm

- Expédition Thera 2006 - sur différentes références :
 - http://www.uri.edu/endeavor/thera/index.html

 - NOAA, Ocean Explorer: Aegean and Black Sea 2006 Expedition

 - NOAA Ocean Explorer gallery - over Thera vocanic field :

     http://oceanexplorer.noaa.gov/explorations/06blacksea/logs/summary_thera/media/thera_caldera.html

 

- ISMOSAV : Instituto for the Study and MOnitoring of the

  SAntorini Volcano

 

- Animation de l'éruption :
http://salty.uri.edu/sta/SBarbera/Caldera/Review/Google%2BCaldera%204-4-06.mov

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages


                                                                    Les îles grecques

Situons tout d'abord les îles du Dodécanèse parmi le millier d'îles et d'îlots que compte le territoire grec. Trois grosses entités : à l'ouest, les îles Ioniennes; au centre, les Cyclades avec Santorin, Kolumbo et Milos; à l'est, le Dodécanèse avec Nisyros.

Le nom du groupe d'îles provient du grec ancien : dodeka (douze) - nesos (îles) ; l'archipel compte effectivement douze îles principales, pour un total de plus de 160 îles et îlots, situés en périphérie de l'Egée-méridionale. Par ordre alphabétique, nous avons : Astypalea, Kalymnos, Karpathos, Kassos, Kastellorizo, Kos, Leros, Nisyros, Patmos, Rhodes, Symi et Tylos.

              Situation de Nisyros et Yali parmi les îles du dodécanèse.

  Subduction de la plaque Africaine sous la plaque Egéenne - Arc volcanique Egéen
                  et situation des volcans. - d'après Friedrich 1994.

Le volcan le plus à l'est de  l'arc Egéen forme l'île de Nisyros (Nissiros). L'île représente la portion émergée d'un stratovolcan dont le sommet est tronqué par une caldeira de 4 km. de diamètre résultant d'une activité éruptive d'un âge inférieur à 24.000 ans (Rosi)

Cette île fut construite durant les 150.000 ans passés, par une activité éruptive andésitique explosive et effusive, et une activité dacitique et rhyolitique effusive et extrusive. Cinqs dômes de lave post-caldeira occupent la partie ouet de la caldeira, dont le Boriatiko et le Karaviotis.
Des éruptions phréatiques concernèrent les cratères intra-caldeiras entre 1422 et 1888. Une intense activité hydrothermale est toujours présente sous forme de fumerolles sur la plancher de la caldeira et des sources chaudes situées le long de la côte.

Carte de Gilbert Mahoux sur le site de Dominique Decobecq (Lave)


Nisyros et Yali seraient localisées près de l'intersection de deux lignes de failles. (Davis 1968).

Davis (1968) asserts that Nisyros and Yali Island are located near the intersection of two regional fault lines: The first runs from Episcopi to Patmos, and the second through Soussaki, the Gulf of Saronic, Milos, Santorini, and Dodecanese.  - Doc.USGS


                   Nisyros - cratère Stephanos - cratère phréatique.
 l'échelle est donnée par les personnages, au centre. -photos "holidaycheck.de"


         Nisyros - évent fumerollien et dépôts de soufre. photo "holidauchecck.de"

                    Nisyros - marmite de boue - photo "holidaycheck.de".

Nisyros est entourée de quatre îlots d'origine volcanique: sur l'un d'entre eux, Yali, on extrait intensivement depuis 50 ans la pierre ponce, dans une carrière qui couvre un tiers de sa surface et située dans la partie SO. Le segment N. est constitué principalement par un dôme d'obsidienne rhyolitique; les deux parties de l'île sont reliées par un isthme formé de sédiments, le tout mesurant à peine 6 km. de longueur pour 0,5 à 4 km. de largeur.

Yali est localisée à la place présumée d'une large caldeira sous-marine associée à l'éruption du volumineux K.P.T. - Kos Plateau Tuff, datant de 160.000 ans environ. Cette éruption a produit des ignimbrites recouvrant la moitié ouest de l'île de Kos et une caldeira de dimensions incertaines, qui pourrait s'étendre de la baie de Kephalos aux îles de Kos et Nisyros.
(Keller 1982).

L'île de Kos contient des centres volcaniques datant du Miocène au Pleistocène. La caldeira Kamari date du milieu du Pleistocène et contient un dôme de lave post-caldeira, le Zini, vieux de 1 à 0,55 Ma.
De l'activité géothermale l'a fait classé parmi le Catalogue des volcans actifs en 1962; elle consiste en émission d'hydrogène sulfuré, dépôts de soufre et deux sources chaudes.

            Dépôts d'ignimbrites sur le plateau central de Kos - I.Moriya - in GVP.


Sources :
- Global volcanism Program : fiche signalétique.
- USGS - Greeces volcanoes and volcanics
- Guide des volcans - M.Rosi & al. - ed.Delachaux et Niestlé.
- Holidaycheck.de - photos de Nisyros

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news




Absent pour le week-end de St Nicolas, pour cause d'excursion avec les petits: nous débuterons par un safari dans le parc d'Arusha, près du Kilimandjaro ...




  

avant de nous intéresser à un stratovolcan colérique dans ses environs et qui porte un nom impossible : l'Ol Doinyo Lengai.



A la semaine prochaine !

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Jade et plaques tectoniques :

Le jade est un terme "culturel" pour désigner deux types de roches métamorphiques connues sous le nom de jadéitite et celui de néphrite, toutes deux extrêmement dures et utilisées par le monde pour fabriquer des outils, des bijoux et des talismans. La région de Motagua contient un des plus grand gisement de jadéite mondial, source du jade archéologique Mésoaméricain, employé sous les Mayas, Toltèques et Aztèques.

                      Pectoral de Jadéite - période Maya classique - Wikipedia .

La jadéitite ( ou jadeite jade) peut être considéree comme une sorte de tissu de cicatrisation des blessures faites suite à la collision entre les plaques tectoniques terrestres.
Lorsque la croûte océanique est poussée sous un autre bloc, ou soumise au phénomène de subduction, la pression s'accroit avec seulement une petite augmentation de la température, avec comme résultante une compression et un assèchement des roches sans arriver au stade de fusion. Le jade précipite alors depuis les fluides s'écoulant dans le lit de subduction et dans le dessus du manteau refroidi pour devenir de la serpentinite.

L'assemblage de serpentinite, contenant du jade, est de faible densité et peut être relevé, soulevé durant les phénomènes de collisions intraplaques et se trouver extrudé à la zone frontière de collision. Ce phénomène se rencontre dans les Alpes, en Californie, en Russie et bien d'autres endroits de par le monde.

Jade et histoire géologique du Guatémala :


Situation de la faille transformante de Motagua, traversant le Guatémala
par rapport aux plaques tectoniques en présence (en haut , à gauche de l'image)
Document USGS.


Position de la faille de Motagua par rapport à la zone de subduction de la plaque
Cocos sous la plaque Caraïbe et à l'arc volcanique méso-américain.

Une analyse nouvelle du jade trouvé le long de la faille de Motagua laisse sous-entendre que l'histoire géologique guatémaltèque est plus complexe que prévue.
Comme on retrouve le jade et d'autres roches métamorphiques associées, de part et d'autre de la faille, et que celui retrouvé au nord de la faille est plus jeune de 60 millions d'années, une équipe de géologues a émis l'hypothèse selon laquelle la plaque nord-américaine et la plaque Caraïbes ont fait bien plus que se "frotter" une fois ... elles sont entrées en collision deux fois !
Dans une précédente étude, l'équipe de géologues a mis en évidence la double collision par datation du mica trouvé dans les roches provenant de la collision (et incluant le jade) : le côté nord-américain a été daté à 70 millions d'années tandis que le côté sud (plaque Caraïbe) est plus vieux : 120 à 130 millions d'années.
Cette fois, ils se sont tourné vers l'éclogite, une roche métamorphique formée dans le lit de subduction à partir du plancher océanique basaltique. La datation est identique des deux côtés de la faille transformante : 130 millions d'années.

Le scénario explicatif est le suivant : une collision datée à 130 millions d'années a généré un lit de serpentinite qui fut découpé et dévié entre plusieurs segments.
Dans un deuxième temps, après que le mouvement de la plaque eut changé de direction il y a 100 millions d'années environ, une collision entre l'un des segment formé lors de la première collision et la plaque nord-américaine a transformé le mica en jadéitite (trouvée il y a 70 millions d'années du côté nord de la faille).
Finalement, les mouvements de la plaque au cours des derniers 70 millions d'années a fait se juxtaposer les serpentinites sud et les serpentinites du nord de la faille (qu'on a retrouvé dans des déchets de collision de part et d'autre de la faille).
On aurait donc, selon Harlow - curator in the division of earth and planetary science at the american museum of natural history - deux épisodes de collision :
- un épisode impliquant le côté sud
- deux épisodes impliquant le côté nord.
Toute la serpentinite se serait formée en même temps le long de la faille, mais l'assemblage-nord aurait été "re-métamorphosé" au bout de 70 millions d'années.
Un excellent schéma illustre ce mécanisme, visible seulement sur Geology.com, étant donné le copyright.


Sources :
- article publié dans "Earth and Planetary Science letters" :
This research was published in Earth and Planetary Science Letters. In addition to Brueckner and Harlow, authors on this research paper include Hans Lallemant of Rice University in Houston, Texas; Virginia Sisson of the University of Houston in Texas; Sidney Hemming of Columbia University's Lamont-Doherty Earth Observatory, New York; Uwe Martens of Stanford University, California; Tatsuki Tsujimori of Okayama University in Japan, and Sorena Sorensen of the National Museum of Natural History in Washington, D.C. The National Science Foundation funded the research.

- "Jade sheds lights on Guatemala's geologic history" :
   article original de l'American Museum of Natural History
   http://www.amnh.org/science/papers/jade_guatemala.php
   repris dans :
  
http://www.eurekalert.org/pub_releases/2009-07/amon-jsl072709.php
- "l'origine du Jade - Jadeite" :
                        research.amnh.org/users/gharlow/L'origineDeJade-Sum.pdf
- INSIVUMEH : Instituto Nacional de SIsmologia, VUlcanologia, MEteorologia
   e Hydrologia.
    http://www.insivumeh.gob.gt/

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Des îles volcaniques font des vagues ... dans le ciel !

The Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) on NASA’s Terra satellite captured this natural-color (photo-like) image on November 23, 2009. Saunders, Montagu, and Bristol Islands, part of the South Sandwich chain, all trigger V-shaped waves. Credit: NASA, Jeff Schmaltz, MODIS Rapid Response Team, Goddard Space Flight Center .

Malgré leur immobilisme, les îles peuvent faire des vagues ...dans les nuages. Cette image satellite nous montre le sud des îles Sandwich : une chaine d'îles forme une série de vagues aériennes, en créant des turbulences.

Ces iles, situées dans le Pacifique sud sont des îles d'origine volcanique, Bristol et Montagu ont connu de récentes éruptions.


                             Les îles Sud-Sandwich dans le Pacifique sud.

L'île Montagu est inhabitée; mesurant 12 km.sur 10, avec sa surface couverte en permanence à 90% par de la glace, elle est constituée d'un gigantesque volcan bouclier abritant une caldeira sommitale de 6 km. de large. Le sommet dépasse de 3.000 mètres le fond des mers. Le plus haut point de la caldeira et aussi le plus jeune cône est appelé Mont Belinda (1370 m. asl) ; Le Mont Oceanite est un pic isolé (900 m.asl)  situé au SE. de l'île. On ne perçoit l'activité volcanique à cet endroit que depuis l'utilisation du satellite MODIS en 2001; celui-ci relève les anomalies thermiques. En 2005, une éruption du Mont Belinda créa une coulée de lave, qui accru la superficie de l'île de 0,2 km² ...première observation scientifique d'une éruption volcanique sur la glace.

Septembre 2005 - éruption vue par le sat.Aster - GVP/HIGP thermal alerts team.

                                 volcan Belinda - janvier 2006 - in GVP.

Cette île fut signalée pour la première fois par James Cook, en 1775 et nommée, au moment de sa découverte, par John Montagu, 4° comte de Sandwich et premier Lord de l'Amirauté Britannique.

Sources :
- Nasa earth observatory
- Global volcanism Program


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


NASA Earth Observatory image by Jesse Allen, based on data from the NASA/GSFC/METI/ERSDAC/JAROS, and U.S./Japan ASTER Science Team. Caption by Holli Riebeek with information provided by Kenneth Duda, USGS Earth Resources Observation and Science (EROS) Center. 22.11.2009

Une vue photogénique du lac Atitlan entouré de ses volcans ... et parsemé de filaments verts apparus en octobre et novembre 2009, mis en évidence par le satellite Terra de la Nasa et son radiomètre ASTER ( Advanced Spaceborne Thermal Emission and Reflection radiometer) - en fausses couleurs.
On peut clairement voir les traces des écoulements d'eau de pluies en direction du lac en entonnoir. Ces eaux, chargées en nutriments, proviennent des eaux d'égouts, du lessivage des terres agricoles environnantes et aussi d'un accroissement du déversement lié à la déforestation (peu visible en fausses couleurs, mais bien présente). Ces nutriments, chargés en azote et phosphore, constitue un milieu favorable au développement des algues bleues, ou cyanobactéries.
Les cyanobactéries constituent un sérieux problème car elles sont toxiques pour les hommes et les animaux ; de plus elles "tuent" le milieu en monopolisant l'oxygène qu'elles consomment en totalité.

Le gouvernement du Guatémala estime à 32 millions de dollars le nettoyage du lac, la mise en place de plantes oxygénantes et l'installation de stations de traitement des eaux.

Le lac Atitlan occupe le cratère d'un volcan entré en éruption au Pleistocène (environ 85.000 ans); l'activité volcanique permanente a ensuite produit les cônes des stratovolcans San Pedro, Atitlan et Toliman et divers cônes parasites.

Source : Nasa - photo satellite Terra - Aster. 11.2009


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques


L'acivité à Soufrière Hills continue, avec la croissance du dôme et son lot de coulées pyroclastiques, prise par le satellite Aqua de la Nasa - procédé Modis - le 28.11.2009, à 13h40 locale. Le panache atteint 3700 m. et s'étire jusqu'à 240 km. du volcan.



Activity at Montserrat’s Soufrière Hills Volcano continues to ebb and flow. Growth of the lava dome on the volcano’s summit has led to numerous pyroclastic flows, some of which nearly reached the ocean. The Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer (MODIS) aboard NASA’s Aqua satellite acquired this natural-color image on November 28, 2009, at 1:40 p.m. local time. Roughly 3 hours before, the Air Force Weather Agency reported an ash plume reaching to flight level 120 (3,700 meters) stretching west-northwest 130 nautical miles (240 kilometers) from the volcano.


Les vents poussant la poussière en direction des zones habitées, des coupures de courant interviennent à cause du poids de celle-ci sur les fils électriques, des problèmes se posent aussi au niveau des centrales et des générateurs; des éclairs générés au sein des coulées pyroclastiques peuvent aussi provoquer des chocs électriques.
( http://www.voice-online.co.uk/content.php?show=16701 )

Source: Nasa satellite Aqua - Modis.

Lien vers "You tube" :http://www.youtube.com/watch?v=cBtJ0dhJ-Xc

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Je relaie un poème paru sur le site de BirdLife International, concernant les flamants nains du Lac Natron, toujours menacés :

            Flamant nain - Lesser Flamingo - www.JamesWarwick.co.uk - BirdLife International.
Think pink poem - All for the pink coloured beauties

The lake that is in between,

in between in more ways than one,

in between two countries: Kenya and Tanzania,

in between ecological and economical supremacy,

its home for the pink coloured wading beauties.

 

Tata, once the investor, forever the investor,

while he was saying ‘yes’ to economic development,

we said ‘no’ to environmental degradation,

calculating expenses, as we imagined extinction of the beauties,

how could he, what did these pink ones ever do to him?

These pink coloured wading beauties.

 

 

Lake Natron - abode for the flamingos,

upon threat we had to raise a voice for the voiceless beauties,

we could not, would not…stand and watch them become extinct,

we were ready to fight, ready to match, ready for anything,

all for the bird with a professional one-legged catwalk,

all for the pink coloured wading beauties.

 

 

Noises from the community were unstoppable, uncontrollable,

as Professionals from all walks of life came in between also,

for Tanzania, it was a battle of wits,

between Government and Lake Natron Group,

yet together we stood for this pink splendour to survive,

together for the pink coloured wading beauties.

 

 

To preserve nature, to preserve the fauna,

we felt obliged, not to revolt but to protect,

defying all the chemicals, defying all the proposals,

ready to wage war against destruction and for conservation,

we had to act and Think Pink,

and preserve the pink coloured wading beauties.

 

 

Joan Mwihaki

(Intern Writer, BirdLife International Africa Partnership Secretariat, Nairobi - joankabugu@gmail.com)

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Les protagonistes du jour sont deux : un anglais et un italien.
Le premier, Lord William Hamilton, fut ambassadeur à Naples entre 1764 et 1800. Fasciné par le Vésuve, il relata avec force notes de terrain et croquis l'activité du volcan, interviewa les fermiers locaux et les personnes qui grimpaient le volcan, collecta des roches pour les envoyer en Angleterre.
Il édita, en 1776, un livre qui fera date : "Campi Phlaegraei, Observations on the volcanos of the two Sicilies". Ce livre, abondamment illustré rapelle les éruptions du Vésuve en 1756, 1760, 1767 et 1771, ainsi que l'évolution du cratère lors de l'éruption de 1767.

Il mandata le second, Pietro Fabris, pour dessiner et peindre les phénomènes volcaniques. Se définissant lui-même comme un "artiste Anglais", il exposa à Londres à la "Free Society" et à la "Society of artist".


Sur cette vue : le cône de cendres éjecte des bombes.; les observateurs sont situés sur une coulée solidifiée qui entoure le cinder cone; ils se sont approchés à contre-vent pour éviter les retombées et les gaz.



Cette série de croquis montre avec précision la croissance d'un cône de cendres (cinder cone), résultant d'une éruption strombolienne ayant eu lieu en 1767 (dessin 1 : 8/7, 2 : 25/7, 3 : 6/8, 4 : 17/8, 5 : 3/9, et 6 : 18/10). Le dernier croquis fut pris la veille d'une grande éruption.
Hamilton avait noté :" je constate que cette petite montagne grandit... il n'y a pas de doute, l'ensemble du Vésuve a grandi de cette façon".
                           **                                                **


Le 8 août 1779 : durant une éruption plinienne, une fontaine de lave atteignit 4000 m. au dessus du cratère; le nuage de cendres éruptives est parcouru d'éclairs et des tephras retombent sur le Somma (à gauche)


 

Le matin du 9 août 1779, l'éruption plinienne se poursuit. La colonne éruptive est principalement blanche, indiquant une diminution de la quantité de tephras. Des bombes sont encore éjectées et leur trajectoire parabolique notée ... elle terminent entre le cône et le Monte Somma, dans la Valle del Inferno.


Ceci démontre à la fois la finesse du peintre et les talents d'observateur de Lord Hamilton. Cet ouvrage, représentant des éruptions dans un but scientifique, avec beaucoup de précisions, a été conçu dans l'esprit de "l'Encyclopédie" et du siècle des Lumières. Il fut aussi à l'origine des "gouaches Napolitaines", peintures d'artistes anonymes en vogue à cette époque.

Sources :
- "Les fureurs du Vésuve" - Ed. Découvertes Gallimard , qui
  reprend l'original de W.Hamilton.
- Swisseduc.ch : le site de "Stromboli on line" reprenant
      * les peintures sur le Vésuve
      * des gravures et photos, sur les éruptions historiques.


 

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog