Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “fogo cap vert

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fogo - colonne éruptive - photo Fogo News 13.01.2015

Fogo - colonne éruptive - photo Fogo News 13.01.2015

Malgré un semblant de déclin la semaine passée, l’éruption de Fogo n’est pas terminée.

Le 12 janvier en fin d’après-midi, une série de fortes explosions a duré environ deux heures (15h30-17h10) . Un panache dense et foncé s’est formé ; montant à une altitude de 2.000 mètres avant de se déplacer vers l’Est.

Fogo - le cône actif - photo Fogo News 13.01.2015

Fogo - le cône actif - photo Fogo News 13.01.2015

Entre Monte Beco et Monte Saia, des bruits liés à la progression souterraine de la lave ont été perçus ; une petite coulée de lave bifide s’est formée le long d’une petite fissure à 2-3 mètres du tunnel de lave situé à la base du cône … selon les volcanologues de l’Université du Cap-Vert, la coulée s’est probablement formée en relation avec l’évènement explosif  du 12.01.

Fogo - coulée de lave bifide en relation avec l'activité du 12.01.2015 - photo Universidad de Capo Verde

Fogo - coulée de lave bifide en relation avec l'activité du 12.01.2015 - photo Universidad de Capo Verde

Le 13 janvier, l’éruption s’est poursuivie activement, avec des explosions rythmiques et plus continues, formant une colonne éruptive de 1.500 mètres de hauteur.

Des mesures, pratiquées par les scientifiques de l’Université du Cap-Vert, donnent une température de la lave tant à la base du cône qu’au niveau des fronts de lave d’environ 100°C (mesures à la caméra thermique). Le taux de SO2 du 12 janvier est de 1.200 tonnes par jour. Les fronts de lave demeurent stagnants.

D’après Sónia Silva, il est nécessaire d'attendre plus d'une semaine pour voir le comportement du volcan … sans aucune date prévisible pour la fin de l’éruption.

Fogo - à gauche, Explosion de gaz et cendres le 13.01.2015 / 18h15 -  photo Observatorio Volcanológico de Cabo Verde. - à droite, l'évolution temporelle de la valeur moyenne hebdomadaire des émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l'atmosphère par la récente éruption volcanique de Fogo, Cap-Vert - un clic pour agrandirFogo - à gauche, Explosion de gaz et cendres le 13.01.2015 / 18h15 -  photo Observatorio Volcanológico de Cabo Verde. - à droite, l'évolution temporelle de la valeur moyenne hebdomadaire des émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l'atmosphère par la récente éruption volcanique de Fogo, Cap-Vert - un clic pour agrandir

Fogo - à gauche, Explosion de gaz et cendres le 13.01.2015 / 18h15 - photo Observatorio Volcanológico de Cabo Verde. - à droite, l'évolution temporelle de la valeur moyenne hebdomadaire des émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l'atmosphère par la récente éruption volcanique de Fogo, Cap-Vert - un clic pour agrandir

Sources :

- Université du Cap-Vert - Informação sobre a atividade eruptiva da ilha do Fogo de 08 a 12 de janeiro de 2015 - link

- Fogo News / Facebook

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le Fogo en éruption le 24.11.2014 - photo Marcos Rochas / Fogo news

Le Fogo en éruption le 24.11.2014 - photo Marcos Rochas / Fogo news

Un peu décalé suite à une coupure du réseau internet, j’ai raté l’entrée en éruption du Volcan Fogo dans l’archipel du Cap Vert.

INVOLCAN et l’Université du Cap Vert ont enregistré depuis plusieurs mois des émissions diffuses de dioxyde de carbone anormales … elles ont précédé l’éruption qui a débuté le Dimanche 23 novembre 2014.

Le site Volcanodiscovery signale qu’une forte activité sismique est enregistrée depuis le 23, ce qui a poussé les habitants à dormir à la belle étoile. Environ 1.000 personnes ont été évacuées de la caldeira de Chà. L’armée, la Protection Civile et le Croix-Rouge ont été mobilisés.

 Fogo - activité explosive au départ de différents évents - photo MuzikaTV

Fogo - activité explosive au départ de différents évents - photo MuzikaTV

Fogo - la fissure éruptive - photo Fogo News

Fogo - la fissure éruptive - photo Fogo News

Le site éruptif comprend deux évents situés sur une fissure, proches des évents de l’éruption de 1995.

L’évent supérieur produit un panache de cendres, l’évent inférieur est le siège d’une activité strombolienne intense alimentant des fontaines de lave visibles en plein jour, et des coulées de lave ‘a’a. L’une de ces coulées a rapidement coupé la route principale dans la caldeira, et quelques bâtiments.

Le panache de cendres est visible depuis Paraia, la capitale du Cap Vert située sur une île voisine. Le niveau d’alerte est au rouge, et l’aéroport local fermé.

Selon la BBC, l’éruption en cours dépasse en intensité celle qui s’est produite il y a une vingtaine d’année ; l’éruption de 1995 avait débuté le 2 avril pour se terminer fin mai, détruisant un village dans la caldeira et provoquant l’évacuation de plus de 5.000 personnes.

L'île de Fogo et le volcan en éruption le 25.11.2014 - les différents fronts de lave - images LANDSAT-8 RGB of Bands 432, 30 m resolution - via Peter Webley et son report sur Google Earth view LANDSAT-8 RGB of Bands 765, 30 m resolution
L'île de Fogo et le volcan en éruption le 25.11.2014 - les différents fronts de lave - images LANDSAT-8 RGB of Bands 432, 30 m resolution - via Peter Webley et son report sur Google Earth view LANDSAT-8 RGB of Bands 765, 30 m resolution

L'île de Fogo et le volcan en éruption le 25.11.2014 - les différents fronts de lave - images LANDSAT-8 RGB of Bands 432, 30 m resolution - via Peter Webley et son report sur Google Earth view LANDSAT-8 RGB of Bands 765, 30 m resolution

Le 25 novembre, la branche nord de la coulée est entrée dans le village de Portela, et a endommagé divers bâtiments, dont le quartier général du Parc Naturel de Fogo.

Portela risque d’être isolé par la coupure de la route par la coulée de lave, et de dépendre pour son évacuation d’un passage difficile et plus long au nord-est via Monte Velha.

Les nouvelles restent contradictoires : selon un géologue accordant une interview à la Televisão de Cabo Verde (TCV), l’intensité de l’éruption commencerait à décroître ; l’avancée de la branche nord des coulées est passée de 30-40 mètres par heure le 24, à 25 mètres par heure le 25. Cependant des sources locales suggèrent que l’activité au niveau des divers évents reste violente et accompagnée d’émissions significatives de gaz et cendres.
 

Les évacuations deviennent difficiles sur Fogo / caldera de Chà - photos Nicolau Centeio / Fogo newsLes évacuations deviennent difficiles sur Fogo / caldera de Chà - photos Nicolau Centeio / Fogo news

Les évacuations deviennent difficiles sur Fogo / caldera de Chà - photos Nicolau Centeio / Fogo news

Sources :

- Volcanodiscovery news - link

- Fogo News / Facebook & link

- Involcan noticias - link

- Peter Webley

- Global Volcanism Program - Fogo

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Retour dans l’archipel du Cap Vert avec les photos récentes de Carole et Frédéric Hardy, qui ont effectués un trek sur l’île de Fogo au sud de l’archipel, et au nord, sur les îles  de Sao Vicente et Santa Antao.

 

Une vidéo en guise d'introduction :

 

 

 

Les îles du Cap Vert représentent le sommet du bombement Capverdien, une région d’environ 1.000 km de diamètre s’élevant à plusieurs milliers de mètres au-dessus de plancher océanique.

Ce bombement est associé au panache mantellique Capverdien et proche du point de rotation de la plaque africaine. La tomographie sismique a révélé une anomalie ressemblant à un panache mantellique sous ce bombement atteignant 1900 km de profondeur (Montelli & al. 2004).

 

Les îles s’organisent en un fer-à-cheval ouvert vers l’ouest. Elles montrent une progression de leur âge de l’est vers l’ouest, autant sur la chaîne d’îles nord que sur celle du sud. L’activité volcanique a débuté au début du Miocène vers 24-22 Ma ; le magmatisme implique des mélanges sous-saturés en silice, alcalins, de composition allant de la basanite à la téphrite, et présence de phonolites et carbonatites sur certaines îles.

 

Cap-Vert-Archipel---Sat-Envisat-copie.jpg                 L'archipel du Cap Vert - doc. photographique Envisat annoté / B.Duyck

 

The-role-of-mass-movements-on-the-geomorphologic-evolution-.jpg                   Archipel du Cap Vert et indication de lâge des volcans-boucliers pour chaque île 

Ages compiled from MITCHELL et al. (1983); GERLACH et al. (1988); TORRES (1998); JORGENSEN & HOLM (2002); TORRES et al. (2002) PLESNER et al. (2002); MADEIRA et al. (2005); HOLM et al. (2006; 2008); DUPRAT et al. (2007).

 

L'île de Fogo est la seule de l’archipel présentant un volcanisme actif au cours des temps historiques. L’île de Fogo partage un tablier volcanique commun avec l’île de Brava au sud-ouest. 

 

Magma-storage-and-ascent-of-historic-and-prehistoric-erupti.jpg 

Modèle 3D de la plate-forme Brava-Fogo - à l'est de Fogo, les traces de l'avalanche de débris du Monte Amarelo - entre les deux îles, un groupe de cônes volcaniques immergés - Modified after Masson et al.
(2008)

 

fogo_ali_2009161_lrg.jpgL'île de Fogo et sa caldeira excentrée, abritant le stratovolcan Pico do Fogo - photo satellite Nasa EO-1 ALI  2009

 

Fogo---NASA-Earth-Observatory.-Image-created-by-Jesse-Allen.jpgFogo - Cha das Caldera, occupée par des coulées de lave et le Pico do Fogo, est habité comme en témoignent les deux villages et la route, visibles du satellite -  photo satellite Nasa EO-1 ALI  2009

 

Fogo---1--CHB.jpg              Fogo - le stratovolcan Pico do Fogo -  photo © Carole et Frédéric Hardy 2013.

 

 D’un diamètre de 25 km, elle culmine au stratovolcan Pico do Fogo à 2.829 m. au-dessus du niveau de la mer (soit 6.000 mètres au-dessus du plancher océanique) : Ce " volcan dans un volcan " est inclus dans une caldeira, large de 9 km., dont ne subsiste que la muraille ouest, La Bordeira, haute de plus de 1.000 mètres. Cette caldeira se décline en deux grandes entités, la plaine Cha das Caldeiras et le jeune stratovolcan Pico do Fogo. Bordée au nord et au sud de cicatrices d’effondrement, la caldeira s’ouvre largement vers l’est suite à deux glissements de terrain colossaux, cumulant 150 à 200 km³.

 

Fogo---11---CHB.jpgFogo - une partie de la Bordeira, avec les villages de Portela et Bangaeira dans la plaine Cha das Caldeiras, vus du Pico do Fogo- photo © Carole et Frédéric Hardy 2013.

 

fogo--Aster-red-jpg1.jpgA droite, image ASTER de FOGO - à gauche, maquette du Piton de La Fournaise / La Réunion.

 

Cette configuration se retrouve sur d'autres îles de point chaud, et plus particulièrement au Piton de La Fournaise, à La Réunion.

 

L’histoire géologique de Fogo peut se diviser en quatre grandes phases :

1. Le volcan sous-marin composé de carbonatites et basaltes alcalins est daté de ~4.5 Ma.

2. Le groupe de laves le plus âgé, le groupe Monte Barro, qui recouvre les carbonatites manque de datation précise.

3. Le groupe Monte Amarelo, du quaternaire, est constitué de 2 à 3 km d’épaisseur de laves hautement alcalines et cônes de scories. Son activité se termine avec l’effondrement latéral géant, il y a plus de 10.000 ans. Le volcan Monte Amarelo est suspecté d’avoir possédé une chambre magmatique durable située dans la croûte superficielle, qui a disparue suite à cet effondrement gigantesque, et n’aurait pas eu le temps (à l’échelle géologique) de se reformer depuis.

 

The-role-of-mass-movements-on-the-geomorphologic-e-copie-1.jpgFogo - contours de Cha das Caldeiras, du Pico do Fogo, des dépôts d'avalanche de débris / groupe Monte Amarelo - carte MASSON et al. (2008).


4. Le groupe Cha das Caldeiras est âgé de 62.000 ans à aujourd’hui ; il se caractérise par des roches volcaniques alcalines formant une couche de 2 km. d’épaisseur qui remplit la cicatrice d’effondrement, et par le Pico do Fogo.


Le Pico do Fogo a été surveillé de visu depuis les années 1500.

De 1500 à 1769, son activité éruptive se concentre au niveau du sommet du stratovolcan, rythmée par des périodes d’éruptions fréquentes et prolongées , entrecoupées de calme sur plusieurs décades. La dernière éruption sommitale est datée de 1785.

 

Pico-de-Fogo-cratere-red.--Kogo-W-jpg                       Pico do Fogo - panorama sur le cratère sommital - photo Kogo W


Au cours du 18° siècle, le siège d’activité se déplace vers les flancs, au niveau d’une fissure orientée N-S ; ce changement est interprété comme une reconfiguration structurelle du système volcanique, liée à une instabilité renouvelée du flanc Est (Day & al. 1999)

Les deux éruptions les plus récentes, datées respectivement de 1951 et 1995 sont bien documentées et ont permis une étude des dynamismes récents animants le système de plomberie sous Fogo.

 

A suivre ...

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Fogo

- Magma storage and ascent of historic and prehistoric eruptions of Fogo,
Cape Verde Islands: A barometric, petrologic and geochemical approach - by
Elliot Hildner / University of Bremen

- The role of mass movements on the geomorphologic evolution of island volcanoes: examples from Fogo and Brava in the Cape Verde archipelago - by J. Madeira & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L’éruption de 1951, précédée d’un fort séisme, débute sur une fissure au sud du Pico do Fogo, le 12 juin, où elle bâtit les cônes de scories appelés Monte Orlando et Monte Rendall.

Suite à la propagation du dyke nourricier vers le nord-ouest, d’autres évents fissuraux s’ouvrent cette fois de l’autre côté du Pico, et finalement au cône Monte Preto de Cima.


 

Magma-storage-and-ascent-of-historic-and-prehistor-copie-2.jpgFogo - emplacement des coulées et cônes de scories de l'éruption de 1951 - d'après Brum da Silveira et al. (1997) and Torres et al. (1997) / in Hildner réf. en sources.


L’éruption, de type strombolien à hawaiien, va se poursuivre jusqu’au 21 août ; elle va nourrir de volumineuses coulées de lave, qui vont détruire les cultures dans Cha das Caldeiras. Les coulées émises sur le flanc sud descendent vers la côte, pour ne s’arrêter qu’à 100 mètres de la plage, et détruisent le village de Cova Martinho. Le volume de lave émis est de 11 millions de m³.

 

17----fogo---6---CHB.jpg

                     Fogo - côté nord du Pico et laves de 1951 - photo © Carole et Frédéric Hardy


51---Fogo---4----CHB.jpg

            Fogo - côté nord du Pico - cône de scories de 1951 - photo © Carole et Frédéric Hardy


51---Fogo---3----CHB.jpg

                          Fogo - Cha das Caldeiras - hornito - photo © Carole et Frédéric Hardy


Le géographe portugais Orlando Ribeiro va assister à cette éruption et y consacré une étude : A Ilha de Fogo e as Suas Erupções. En hommage, on nomme Monte Orlando, l’un des cône de scorie formé lors de cette éruption.

 

51.07.09-Mt-Orlando---CEG.jpgFogo - le 9 juillet 1951 / 4° semaine de l'éruption -  le Monte Orlando fume - en arrière -plan, le Pico do Fogo - © CEG / site d'Orlando Ribeiro.

 

51---Fogo---12---CHB.jpg

Fogo - laves de l'éruption 1951 - "pressure ridge" sur un tunnel de lave - photo © Carole et Frédéric Hardy


51---Fogo---19---CHB.jpg

                            Fogo - laves de l'éruption 1951 - photo © Carole et Frédéric Hardy


51---Fogo---17---CHB.jpg

                   Fogo - laves de 1951 - photo © Carole et Frédéric Hardy


Les roches correspondant à cette éruption vont des basanites aux téphrites, avec un pourcentage en MgO variant de 5,0 à 8,2 wt%. Les concentrations faibles en MgO, Ni et Cr indiquent que ces roches ne représentent pas un magma primitif. On constate aussi une abondance de mégacristaux de xénolithe d’amphibole particulièrement en fin d’éruption.

L’éruption de 1951 est caractérisée par une cristallisation fractionnée à 17-22 km. dans le manteau supérieur avant que ne prenne place le phénomène éruptif  et une courte stagnation du magma au cours de son ascension, à 9-13 km dans la croûte.

Le modèle de plomberie se complète par un grand corps intrusif dans la croûte.

 

Magma-storage-and-ascent-of-historic-and-prehistor-copie-3.jpg             Fogo - système de plomberie en 1951 - d'après Pim & al. / in Hildner réf. en sources. 


 

Sources :

- Global Volcanism Program - Fogo

- Magma storage and ascent of historic and prehistoric eruptions of Fogo,
Cape Verde Islands: A barometric, petrologic and geochemical approach - by
Elliot Hildner / University of Bremen 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Selon l'agence de nouvelles Inforpress, citant un géophysicien du Cap-Vert Bruno Faria, l'île de Fogo a été la cible de plusieurs séismes de faible intensité depuis le 5 mars; le plus fort d'entre eux a atteint la magnitude de 3,2 sur l'échelle de Richter. 

 

fogo--Aster-red-jpg                            Archipel du Cap Vert - Relief de Fogo - image Nasa ASTER

 

Bruno Faria a collaboré en 2011 à l'installation d'un réseau de surveillance géophysique au volcan Fogo; il est co-auteur d'une étude, en collaboration avec l'Institut allemand Leibniz, sur le volcanisme des seamounts entre Brava et Fuego.

Les séismes enregistrés seraient dus d'après lui au volcan sous-marin situé entre les deux îles.

 

Les séismes les plus récents furent observés au sud-ouest de l'archipel du Cap Vert en 1998 et 2004, à distance des centres volcaniques aériens. Ils pourraient provenir du volcan sous-marin Cadamosto, un édifice de 3.000 m. de hauteur.

Capeverde_Seamounts---Cadamoto-seamount.jpgUne cartographie sous-marine a révélé la présence de nombreux petits cônes volcaniques entre les îles de Fogo et Brava, et entre Brava et le seamount Cadamosto.

La distribution des structures sous-marines révèle une alimentation par deux systèmes distincts, l'un alimentant Fogo et les cônes situés entre les îles, l'autre nourrissant Cadamosto.

 

Source: J. Schneider, T. Hansteen, I. Grevemeyer, W. Weinrebe; IFM-GEOMAR Kiel)


L'analyse sismique des évènements 2004 suggère une intrusion magmatique sous forme de dyke, et une activité en cours du volcan Cadamosto, qui pourrait croître et donner une île nouvelle à terme.


Cap-Vert-seamounts.jpg

               L'archipel du Cap Vert et le Cadamosto seamount à la pointe sud-ouest de celui-ci.

               From Seamounts from Cape verde archipelago / A. KlÜgel, T. Hansteen et K. Hoenle.


Une étude des fonds marins par une équipe de l'Ifremer rapporte une histoire géologique commune aux archipels des Canaries et du Cap Vert depuis la formation de leur soubassement au Jurassique. Ils présentent de plus une évolution sédimentaire et volcanique synchrones.
Il en ressort que le modèle basé sur l'intervention de deux points chauds distincts n'est pas adapté à la formation de ces structures et qu'il existe au minimum un lien entre ces points chauds. Ces deux régions ne doivent pas être traitées distinctement.

 


acreti2.jpg                    Bombement du socle commun aux deux archipels Canarien et Capverdien.

 

Il sera intéressant de suivre l'évolution des volcans sous-marins de ces deux archipels, après les évènements en mer de Las Calmas / Canaries et ces séismes récents, et de pouvoir avancer dans cette hypothèse.

 

  
Sources :

- Correio da manha - Cabo Verde : sismos de fraca magnitude abalam ha cinco dias ihla do Fogo.

- Geophysical Journal international - seismic activity at Cadamosto seamount near Fogo island, Cape Verdes - formation of a new ocean island ? - 12.2009 by  Grevemeyer, I., Helffrich, G., Faria, B., Booth-Rea, G., Schnabel, M. and Weinrebe, W. 

- Marine Geophysical researches - Linking the Canary and Cape-verde Hot-spots par M. Patriat & C. Labails - Ifremer . - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Volcan, viticulture, vin … ces mots sont souvent associés !

Au Cap Vert, la viticulture se cantonne sur l’île de Fogo, dans la caldeira Chã das Caldeiras, au pied du Pico do Fogo.

 

vignoble-with-the-volcan---www.vinhamariachaves.eu.jpg            Fogo - Cha das Caldeiras - vignoble au pied du Pico do Fogo - photo Vinha Maria Chaves


Elle bénificie du sol volcanique riche et d’un micro-climat, maritime et d’altitude. Les journées sont chaudes et sèches la température variant entre 20 et 32°C, les nuits fraiches et humides. La vigne n’y subit pas de stress hydrique, la pluie est suffisante pour entretenir l’humidité dans le sol volcanique. Pas d’irrigation en dépit de la latitude, ni d’apport en engrais !

 

vignes---Fogo---1---CHB.jpg            Cap Vert - Fogo - Chã das Caldeiras - Vin et Volcan - photo Carole et Frédéric Hardy


C’est une viticulture jeune, qui n’a que 120 ans de tradition vinicole. Exportés au départ vers le Brésil et la Guinée-Bissau, de langue portugaise, les vins ont obtenu un label Chã par l'Associação dos Agricultores de Chã, avec l’aide de l’Union Européenne et sont commercialisés sous l’appellation Vinho de Fogo.

Les cépages employés sont le muscat blanc et le preta tradicional.

Les vins de Chã das Caldeiras titrent naturellement 14°. Ils se déclinent en rouge, blanc, rosé et passito (vin de paille).

Etiquettes dessinées par des artistes, circuit vinicole ... autant d'initiatives destinées à faire connaitre cette production très locale.

 

Fotos-David-Lima-Monteiro--Alternativa--15.Jan.2013.jpeg Des étiquettes d'artistes (Tchale Figueira, Leo Lopes et José Gomes) décorent la nouvelle production de  Chã  - photo David Lima Monteiro 2013

 

-Cha_das_Caldeiras-Vinho_do_Fogo_-1----Ji-Elle.jpg Fogo - Coopérative vinicole Agro-Coop de l'Associação dos Agricultores de Chã à Portela, dans la caldeira - photo Ji-Elle

 

Etant donné la proximité de l’équateur, le processus de vinification demande une attention particulière tant au niveau des conditions d’hygiène de la  cave que de celle de l’appareillage.

Foulage ou pressurage sont effectués rapidement pour éviter toute contamination microbienne. Le moût est ensuite mis à fermenter en fûts dans la cave, naturellement fraîche même pendant les jours les plus chauds. Puis, le vin est fermenté pour une deuxième fois pour éliminer les bactéries restantes et réduire son acidité. Après la seconde fermentation, le vin est filtré et mis en barrique.

Les vins blancs et rosés sont immédiatement filtrés après la première fermentation pour maintenir la fraîcheur et pour éviter la multiplication des bactéries.

Ils restent en barrique jusqu'à l'embouteillage.

 

Anecdote ou histoire vrai ?

La population de Cha das Caldeiras compte parmi les "moins noires" du Cap Vert ... certains ont même des cheveux blonds et des yeux bleus. Ce serait des descendants du Duc de Montrond, un français qui s'y est établi en 1872, pour échapper à un duel, et y a introduit les premiers vins et des plantes médicinales. Il a également participer au creusement de puits et à la construction de la route reliant Sao Felipe à la caldeira.

 

Quelques références :

- Câmara de Comércio, Indústria e Turismo Portugal Cabo Verde - link

- Fogo de Chão - link

- Vinha Maria Chaves - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Fogo - 10.12.2014 - paysage de désolation dans Chã das Caldeiras - photo Waldemar Pires

Fogo - 10.12.2014 - paysage de désolation dans Chã das Caldeiras - photo Waldemar Pires

Vingt-trois jours après le début de l’éruption, le volcan Fogo semble se calmer … depuis sept jours, les émissions de gaz et cendres sont en diminution et la coulée de lave stagne, selon l’agence officielle Lusa.

La coulée de lave se maintient à un peu plus de 600 mètres de Bangeira (samedi), et à 3.500 mètres de Fernão Gomes (situé à une altitude de 1.900 mètres), au "point critique de rupture de pente", ouvrant une descente sans obstacle vers les villages côtiers, où Cutelo Alto et Fonsaco sont en ligne de mire.

Ces informations sont contredites en ce dimanche, où le Groupe d’investigation GEOVOL signale que de la lave se déverse par endroits, latéralement, dans des zones où la coulée en refroidissement  présente des faiblesses. Les émissions de dioxyde de soufre ont été mesurées par Involcan à 9.000 tonnes par jour le 13.12. Fogo News rapporte une coulée se dirigeant vers Cova Tina, au sud-ouest du site éruptif, qui envahit des terres agricoles.

Reportage par des scientifiques de l'Université du Cap Vert / RTC Tv

Fogo : l'éruption semble se calmer !

Devant l’imprévisibilité du volcan, le Bureau de coordination du Gouvernement Cap-Verdien continue de mettre en œuvre le plan d’urgence concernant le nord de l’île, pour être prêt à réagir en cas d’aggravation de la situation. . Environ 2300 habitants sont en alerte pour une évacuation si nécessaire.

Destructions importantes dans les villages de Chã das Caldeiras. - photo Alcindo Montornd

Destructions importantes dans les villages de Chã das Caldeiras. - photo Alcindo Montornd

Entretemps, l’aide humanitaire continue d’arriver … deux avions-cargos géants Ilyushin 76 ont atterris sur l’île de Sal, chargés de six tonnes de matériel de soutien. Ils permettront une évacuation éventuelle vers São Filipe.

Un navire a quitté l’Angola avec plus de 9.000 tonnes d’aide alimentaire et des kits de construction de logements.

Le Gouvernement du Cap Vert se concentre maintenant sur la réinstallation du millier de personnes déplacées après la destruction des villages de Portela et Bangueira, et sur la création de sources de revenus pour les familles vivant dans la zone agricole de Chã das Caldeiras.

Carte de l'OCHA avec la localisation des déplacés suite à l'éruption du Fogo - doc OCHA 11.12.2014

Carte de l'OCHA avec la localisation des déplacés suite à l'éruption du Fogo - doc OCHA 11.12.2014

La lave stagne après l'éruption du Fogo - photo Avcan 13.12.2014

La lave stagne après l'éruption du Fogo - photo Avcan 13.12.2014

Sources :

- Sapo / Lusa - Vulcão do Fogo continua "adormecido", mas imprevisibilidade mantém-se - link

- Fogo News  - Actividades vulcânica abranda mas o alerta da Protecção Civil para Cutelo Alto e Fonsaco mantém-se

- OCHA - Cabo Verde / Fogo volcano emergency situation report - link

- RTC Tv - reportage

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Seconde partie de l'archipel Capverdien :
              les îles sous le vent - ilhas do Sotavento.


Fogo - l'île-volcan :

L'île est un énorme stratovolcan  qui culmine à 2.829 m. au dessus du niveau de la mer, soit à environ 7.000 m. au dessus du plancher océanique.
Il y a plusieurs dizaines de milliers d'années, ce volcan atteignait, au stade ancestral de volcan-bouclier, l'altitude de 3500 à 4000 m..
Il y a 10.000 ans, suite à diverses influences (effondrement de la chambre magmatique, jeu de grandes failles, multiplication de dykes d'alimentation, variation du niveau marin), un volume correspondant à 150 km³ a basculé vers l'est dans l'océan ... il en reste une vaste caldeira ouverte d'une dizaine de kilomètres de diamètre, avec le Monte Amarelo, reste du volcan primitif.
Un nouveau système volcanique s'est ensuite développé : le Cha das Calderas, la plaine des cratères.

Cap-Vert---pico-de-Fogo---Cha-das-caldeira---A.Klugel.jpg       Cap Vert - Cha das Calderas - Pico de Fogo  -  photo A.Klügel

La Bordeira, une falaise en demi-cercle de 800 à 1.000 m. de haut et longue de 20 km., constitue sa frontière ouest. Le Pico de Fogo, un cône parfait flanqué de cônes adventifs, une plaine couverte de champs de laves, quelques cultures et deux villages, Portela et Bangaeria, peuplés de villageois accueillants ... voilà planté le décor de l'actuel Fogo.
Le Pico de Fogo dépasse la caldeira de plus de 1.000 m.; il est coiffé d'un cratère sommital de 500 m. de large, profond de 150 m. et est toujours en activité depuis l'installation des Portugais sur l'île. Toutes les éruptions, jusqu'en 1785, se sont déroulées au niveau du cratère sommital.
Ses dernières manifestations datent de juin à août 1951 et d'avril-mai 1995, et ont été fissurales (alimentation en magma par des dykes).

Pico_de_Fogo_Krater---Kogo-W.jpg                          Le cratère du Pico de Fogo - Wikipedia

L'éruption de 1995 a été très localisée dans Cha das Caldeiras ; elle a permis l'édification d'un petit cône adventif au Pico do Fogo : le Pico Pequeno (1920 m). L'ascension de ce cône, la visite de son cratère, de la vallée des bombes, des champs de laves, des tunnels et des coulées aux formes les plus fantastiques, pourra prendre une journée.

Fogo-1995-copie.jpg     Pico Pequeno, l'éruption de 1995 - image d'archives.

Fogo---1995----joao-Gaspar.png                            Eruption de 1995 - carte de Joao Gaspar / GVP
                 Position du cône de scories, des bombes et des coulées de laves.

Tous les ouvrages sur le Cap-Vert décrivent en détail les différents événements de cette éruption de 1995: du 3 avril au 18 mai, explosions, projections de blocs, de bombes, coulée de lave d'un débit moyen de 800 000 m³ par jour et de 3 à 10 m d'épaisseur avançant à 10 mètres par heure : trente millions de m³ émis couvrant presque 5 km², nuages de poussières de 500 m de haut, panaches de particules atteignant 1,5 km de haut ; plus de 1300 personnes déplacées, un village, Boca de Fonte, complètement détruit, la visite des médias, de l'ONU, des volcanologues (entre autres François Le Guern du CNRS)
...


Brava, l'île sauvage en Portugais, mérite son nom : en absence d'aéroport et de ligne maritime régulière, il est difficile de la rejoindre. Cette île, la plus petite de l'archipel est aussi le plus "verte", baignée qu'elle est dans une brume quasi permanente.

570_cap-vert_brava_faja-da-agua---altamuc.jpg                   Cap Vert - Brava, Faja de agua - photo Aldamuc.

Elle comporte une quinzaine de cratère alignés selon 2 ou 3 directions se recoupant. Ils ont été formés suite à l'interaction entre un magma phonolitique et un important réservoir d'eau souterraine contenu dans un terrain volcanique plus ancien. Des carbonatites ont été découvertes sur Brava.
La présence de cratères jeunes et de nombreux séismes mineurs dans les dernières années indique qu'un risque volcanique significatif existe bien.


Sources :
- Global volcanism Program - Fogo
-                                       - Brava
- Lave-volcans.com - fiche du volcan Fogo & photos
- Fogo volcano, Cape Verde islands - 21.04.1995 - USGS/ HVO
- "Emissions of Fogo volcano" - K.D.Pfeiffer - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L’activité volcanique de Fogo /  Chã das Caldeira a été peu commentée en février … un rapport de l’Université du Cap vert permet de combler cette lacune.

Malgré une nette diminution des émissions de dioxyde de soufre, associées à la colonne éruptive, estimées à un taux moyen de 214 tonnes/jour (en comparaison de 12.500 tonnes/jour le 2 décembre 2014), l’éruption n’est pas terminée.

Fogo - 01.02.2015 / 18h - photo OVCV

Fogo - 01.02.2015 / 18h - photo OVCV

Les scientifiques de l’Université du Cap Vert relèvent des explosions modérées à un rythme de 1 à 12 explosions par minute le 3 février, et la présence d’une colonne éruptive de 800 à 1.000 mètres de hauteur avec des projections de spatters et de matériaux pyroclastiques. La température des coulées actives entre le Monte Beco et le Monte Saia atteint 639°C.

Fogo - Coulée de lave pahoehoe sub-verticale et prises de température à la caméra thermique le 3 février - un clic pour agrandir -doc. OVCVFogo - Coulée de lave pahoehoe sub-verticale et prises de température à la caméra thermique le 3 février - un clic pour agrandir -doc. OVCV

Fogo - Coulée de lave pahoehoe sub-verticale et prises de température à la caméra thermique le 3 février - un clic pour agrandir -doc. OVCV

Fogo - 03.02.2015 / 17h30 - photo OVCV

Fogo - 03.02.2015 / 17h30 - photo OVCV

Le 5 février, la nébulosité ne permet pas de voir clairement les panaches émis ; des explosions sont entendues à un rythme allant jusqu’à 3-6 par minute. De forts bruits sont attribués à des mouvements en sub-surface.

Le 6 février en début d’après-midi,  une série d’explosions génère la formation de panaches chargés , de couleur brunâtre montant à 400-600 m de haut. De 13h 45 à 15h45, l’activité explosive devient plus intense accompagnée d’un panache montant à 1200-1500 mètres, et la projection de blocs et bombes plus importants. La température des coulées diminue cependant, comprise entre 200 et 345°C.

Fogo - le 6 février / 13h10 - photo OVCV

Fogo - le 6 février / 13h10 - photo OVCV

Le 7 février, le panache de cendres et gaz est moins dense, mais les explosions restent bruyantes … vers 14h30, le niveau de l’activité volcanique augmente, avec d’importants volume de gaz au niveau de la fissure et des panaches éruptifs chargés, qui déposent des cendres dans l’est de l’île. Vers 17h20, l’intensité et la fréquence des explosions diminuent, de même que la hauteur des panaches.

Fogo, le 7 février 2015 - la colonne éruptive dense vers 16h - photos OVCV
Fogo, le 7 février 2015 - la colonne éruptive dense vers 16h - photos OVCV

Fogo, le 7 février 2015 - la colonne éruptive dense vers 16h - photos OVCV

Le 10 février, Fogo news relate une accalmie générale, avec moins de libération de gaz, de fumerolles et de cendres, qui serait selon Nadir Cardoso, de l’Uni-CV n indicateur de phase finale de l’éruption, au vu de la stabilité de la situation ces trois derniers jours. Le taux de SO2 mesuré a baissé autour de 100 tonnes/jour.  

A suivre ...

 

Sources :

- Universidade de Cabo Verde - Acompanhe os desenvolvimentos científicos da Erupção Vulcânica de 2014/2015 

- Fogo news.       

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L’ascension du Pico do Fogo s’impose d’elle-même : 1.000 mètres de dénivelé environ, à monter dans les scories, les lapilli, et quelques pyroclastites soudées provenant d’éruption phréatique pour atteindre le cratère sommital d’un diamètre de 500 mètres pour une profondeur de 150 mètres.


Fogo---5--CHB.jpg

              Fogo - le cône presque parfait du Pico do Fogo -    photo © Carole et Frédéric Hardy 2013.


Fogo---15---CHB.jpg

                        Pico do Fogo - le cratère sommital -  photos © Carole et Frédéric Hardy 2013.

Fogo---18---CHB.jpg

                                                                                               photo © Carole et Frédéric Hardy 2013.

Fogo---19---CHB.jpgPico do Fogo - activité fumerollienne et dépôts soufrés intracratérique - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013.


L’activité sismique sur le plateau commun à Brava et Fogo, et la découverte de cônes immergés entre Cadamosto et Brava, et entre Fogo et Brava, laissent supposer l’existence de deux système de plomberie, l’un alimentant en magma Fogo et les cônes entre Brava et Fogo, l’autre alimentant le seamount Cadamosto.

 

L’activité du Pico do Fogo a été répertoriée depuis l’installation des Européens vers l’an 1500, avec des imprécisions pour les 300 premières années … Environ 30 éruptions historiques sont reconnues et détaillées dans l’ouvrage d’Orlando Ribeiro (1960).

 

2003fog1.gif             Fogo - emplacement des différentes coulées de lave historiques avec date - doc. GVP


Jusqu’en 1785, l’activité volcanique est localisée en grande partie au sommet du Pico, avec des périodes de repos entre 1500 et 1564, puis de 1604 à 1662.


 L’éruption de 1785 (24.01-25.02) est la seule éruption historique mettant en cause simultanément des évents situés à l’intérieur et à l’extérieur de la cicatrice d’effondrement, et la dernière à marquer le sommet d’explosions phréatiques. Les cendres vont saupoudrer l’archipel jusqu’à Maio, distante de 140 km., qui va recevoir plus de 20 cm. de cendres. Les coulées de lave externes à la caldeira vont atteindre l’océan Atlantique après un parcours de plusieurs kilomètres. De nombreuses terres agricoles seront détruites par cette éruption.


17----fogo---2---CHB.jpg                                             Fogo - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013.

 

 

Après 1785, l’activité se localise préférentiellement sur une fissure N-S sur le flanc du Pico do Fogo. Quelques faits marquants :

En juin 1799, une fissure s’ouvre dans le nord de la caldeira entre les deux évents actifs en 1785. L’activité explosive va édifié un petit cône sur la fissure et les coulées de lave va dévaler le flanc est de la caldeira pour pénétrer dans l’océan, en ensevelissant au passage des cultures. (02.06 – 28.06.1799)


L’éruption du 9 avril au 2 mai 1847 est localisée sur une fissure excentrique au nord du cône du Pico, et marquée par des explosions stromboliennes et une coulée de lave. Des victimes sont dénombrées, suite à l’activité sismique pré-éruptive.

 

Entre le 27 juin et le 15 décembre 1857, un évent excentrique localisé dans la partie sud de la zone de fissuration est le siège d’activité strombolienne qui va édifier un cône de scories et produire deux coulées qui n’atteindront pas la côte.

 

Les deux dernières éruptions seront examinées séparément.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Fogo

- Magma storage and ascent of historic and prehistoric eruptions of Fogo,
Cape Verde Islands: A barometric, petrologic and geochemical approach - by
Elliot Hildner / University of Bremen 

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog