Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “fogo cap vert

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages


Pendant des siècles, les indiens Shoshone et Bannock ont collecté des minéraux à cet endroit pour leur peintures blanches. Ces minéraux, l'eau, la chaleur et le calcaire sont à la base des belles terraces.


Mammoth hot springs est un des meilleurs exemple au monde de dépôts de travertins liés à uns source chaude; les deux autres endroits principaux étant Pumakale (Turquie) et Dallol (Ethiopie).
L'eau provenant des précipitations - pluies et neiges - pénêtre dans le sol, forme une nappe souterraine contenue dans une roche calcaire, dont la présence due aux invasions marines historiques.
Un réseau de fissures et de fractures forme un véritable système de plomberie qui permet à l'eau chaude circulant en profondeur d'atteindre la surface;  de petits séismes gardent toujours "la plomberie" opérationnelle.
L'eau chaude dissout le dioxyde de carbone pour former une solution d'acide carbonique; en circulant dans le calcaire, cette solution fait précipiter le carbonate calcique, principal composant du calcaire.

                   Ca²+  + 2 (HCO³-) --> CaCO³ + CO² + H²O

A la surface, le carbonate calcique se dépose sous forme de travertin (ou tuf); des débris végétaux y sont parfois emprisonnés, et leur empreinte conservée pour des millions d'années. (Le travertin est utilisé comme matériel de construction).


LIBERTY CAP :
Figure de proue du site,et haute de 11 mètre, Liberty cap fut crée par une source chaude active pendant longtemps et à la même place. La pression interne fut suffisante pour propulser l'eau et les minéraux à bonne hauteur et construire patiemment cette sculpture naturelle.
Son âge est estimé à 2500 ans; cette source chaude s'est tarie il y a plus d'un siècle, et depuis, inexorablement, Liberty Cap se délite.



MINERVA TERRACE :
Ces cascades de travertins furent formées en 1990.
L'activité de cet ensemble de terraces diminue dramatiquement et est liée à la présence de l'eau. Les parties sèches et claires laissent apercevoir les différentes couches et la variété de la profondeur des bassins.
Dès que l'eau revient et s'écoule, les terraces reprennent des couleurs qui leur sont données par les "thermophiles" , microorganismes vivants dans les eaux chaudes.
 Ces colorations et les variations de leurs formes rendent ces sculptures "vivantes" : la couleur des thermophiles est fonction de la température de l'eau, liée à l'éloignement de la source et aux saisons. (voir article à suivre sur les thermophiles)
Bien que localement le niveau des eaux varie, le volume total de l'eau émise demeure relativement constant pour l'ensemble du site
.





La formation des terraces se fait par paliers et très lentement: de micro-terraces se forment d'abord, et/ou des stalactites ensuite pour finalement arriver au stade de muret.











PALETTE SPRING :
L'eau coule en permanence sur de petits sillons et les thermophiles s'y déchainent pour colorer la zone dans un camaïeu de brun et d'orange...
à la manière d'un peintre diluant ses teintes peu à peu sur sa palette.
 

OVERLOOK :




CANARY SPRING :
Imaginez-vous fin 19°siècle...l'eau cascade ici en permanence et à ce moment, prédominent des bactéries à longs filaments jaunâtres. Cette source est colorée en jaune, et brun, orange et vert se partagent les autres sources chaudes du site : d'où son nom Canary spring.
Le canari a perdu ses couleurs depuis, n'est resté que son nom !
Mais cela vaut le détour.



© B.Duyck pour toutes les photos.


Demain : Mammoth Upper terraces

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu
The headquarters of the Natural Park in Cha das Caldeiras, Fogo - photo Fernando Guerra Archdaily.

The headquarters of the Natural Park in Cha das Caldeiras, Fogo - photo Fernando Guerra Archdaily.

The building housing the headquarters of the Park of the island of Fogo in Cape Verde Nature, is the winner of Archdaily International Building Award 2015 / Section cultural buildings.

Created by  OTO Arquitectos Lisbon, this space well integrated with the surrounding nature, must not only house the responsibility technicians for monitoring the volcano, but also the collections of the local fauna and flora, recreational, and cultural places for both residents and visitors to Cha das Caldeiras, auditorium, outdoor amphitheater, outdoor café and library.

Given the specific implantation conditions in the caldera of Fogo, the building is self-sufficient, electricity and water supply levels. His ventilation is passive. Night lighting of buildings imperceptibly radiates outward in order to not disturb birds that fly over and nest around the site.

Local materials have been preferred for the construction of this very minimalist spiral, and volcanic ash cover the roof and external areas, planted with local plants. Dark and matte shade, it just emerging from the ground.

 

Cha das Caldeiras: the headquarters of the Natural Park and the Fogo volcano in early 2014 - photo OTO.pt
Cha das Caldeiras: the headquarters of the Natural Park and the Fogo volcano in early 2014 - photo OTO.pt

Cha das Caldeiras: the headquarters of the Natural Park and the Fogo volcano in early 2014 - photo OTO.pt

Cha das Caldeiras: the headquarters of the Natural Park early 2014 - photo OTO.pt / De Zeen magazine

Cha das Caldeiras: the headquarters of the Natural Park early 2014 - photo OTO.pt / De Zeen magazine

Ironically, the dialogue between architecture and landscape was interrupted by the eruption of Fogo, only seven months after its opening in March 2014.

André Castro Santos, a founder of the architectural firm, describes this dramatic event. " The first three days, the building resisted and halted the advance of the lava, only the south wall being destroyed. But the fourth day, the volcano became stronger and the building was swallowed by lava ... It took seven years to complete, and he lived only seven months. We believe that these structures are eternal, but the nature is the strongest " .

Built near the villages of Portala and Bangueira, the building of the Natural Park, completely destroyed by the eruption of Fogo volcano, should be rebuilt, perhaps out of the caldera ... but when and with what funding ?

Its spiral shape was perhaps a premonition ... the volcano creates and destroys its own environment, at his own rhythm,
an eternal renewal !
 

Cha das Caldeiras: the seat of the Natural Park overrun by lava in November 2014 - photo Special travel Adventure & Volcano / Guy SaintCyr, Michael Grant and Pippo Scarpinati

Cha das Caldeiras: the seat of the Natural Park overrun by lava in November 2014 - photo Special travel Adventure & Volcano / Guy SaintCyr, Michael Grant and Pippo Scarpinati

Cha das Caldeiras on 11/30/2014 - building carried away by the lava flow - photo Radio Atlantico

Cha das Caldeiras on 11/30/2014 - building carried away by the lava flow - photo Radio Atlantico

Sources :

- De Zeen magazine – Award-winning building destroyed by volcano seven months after completion - link

- OTO architectos – Building of the year 2015 – Winner - link

- Aventure et Volcans - voyages "spécial éruption" - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Santo Antão, la deuxième plus grande île de l’archipel avec 779 km², est une terre de contrastes : elle alterne le minéral de ses sommets découpés et le vert de profondes vallées plongeant dans l’océan, elle alterne les climats, le sud est sec et aride tandis que le nord est vert et couvert de végétation subtropicale.

 

Santo-Antao---6---CHB.jpg                                                                      photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---2---CHB.jpg

                                                                         photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---11---CHB.jpg         Santo Antão - variété des paysages de l'île - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013


Santo-Antao---5---CHB.jpgSanto Antão - falaises et sables d'origine volcanique - érosion par l'océan - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013


Découverte le 17 janvier 1462, elle ne sera peuplée qu’en 1548… ce qui n’a pas empêché les Capverdiens de sculpter la montagne, d’y cultiver sur d’innombrables terrasses, au sol fait de lave noire et de pouzzolane plus claire, du café, de la canne à sucre, du maïs ou du manioc.

Ce climat favorable a aussi permis l’implantation de palmiers, de manguiers et caroubiers, de citronniers, papayers et orangers. L’eucalyptus y côtoie la lavande, le lotus et le dragonnier.

 

Santo-Antao---9---CHB.jpgSanto Antão - une dentelle de pierre côtoie des cultures en terrasse - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

 

Pour arpenter ces cultures qui dessinent une mosaïque sous des dentelles minérales, d'improbables escaliers et des chemins empierrés en colimaçon parcourent des parois vertigineuses.

 

Santo-Antao---4---Entre-Ponta-Do-Sol-et-Cruzinha-da-Garca-.jpg

                  photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---12---Vale-do-Paul-CHB.jpg

                                 photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---14---CHB.jpg

                                             photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---13---CHB.jpgSanto Antão - des chemins empierrés parcourent le flanc de hautes falaises  - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013


L’histoire volcanique de Santo Antão inclue des magmas de séries basanite-phonolite entre 7,5 Ma et 300.000 ans et des magmas de série nephelinite-phonolite entre 700.000 et 100.000 ans. Ces différences sont expliquées par la montée d’un panache mantellique non homogène. La variation inter-îles reflèterait une zonation latérale dans ce panache.

 

Santa antoa - relief - emeraldinsightRelief de Santo Antão

doc. emeraldinsight

 

A mettre en correspondance avec la carte géologique ci-dessous

 

Santa-Antao---carte-geol.-journ-of-petrology.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carte géologique de  Santo Antão - Holm & al. / Journal of Petrology / réf. en sources.

 

 



Santo-Antao---3---CHB.jpgSanto Antão - dyke accessible par des chemins vertigineux dominant la mer - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

 

Sources :

- Journal of Petrology - Sampling the Cape Verde mantle plume : evolution of melt composition on Santo Antão, Cape Verde islands. - by P.M. Holm & al.

- Springer - the Cape Verde archipelago.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Öreafajökull - le chaudron le 10.12.2017 / 12h34 - image Landsat 8 - IMO

Öreafajökull - le chaudron le 10.12.2017 / 12h34 - image Landsat 8 - IMO

L'Université d'Islande et l'Icelandic Met Office ont obtenu dans les semaines précédentes un accord avec la NASA et l'USGS pour que le satellite Landsat 8 continue à acquérir des images du volcan, alors qu'en principe elles ne le sont pas en décembre et janvier, lorsque l'angle solaire est faible.

Une comparaison des image prises entre le 17 octobre et le 10 décembre 2017 montrent que la chaudron s'est élargi et que la surface du glacier présente un schéma de fissures/crevasses plus important ou plus visible. ( Icelandic Met Office & University of Iceland)

Öraefajökull chaudron & crevasses  - images Landsat 8 du 17.11.2017 & 10.12.2017 / Nasa& USGS - un clic pour agrandir

Öraefajökull chaudron & crevasses - images Landsat 8 du 17.11.2017 & 10.12.2017 / Nasa& USGS - un clic pour agrandir

Magnus Tumi Guðmundsson, professeur de géologie, déclarait ce 12 décembre à Mbl.is, que suite à l'étude de photos prises la veille, l'affaissement du chaudron s'est ralenti, et ne s'est creusé que de d'environ 2-3 mètres depuis le dernier survol il y a deux semaines.

Selon Guðmundsson, la chaleur géothermique baisse, ou l'a déjà fait avant que le chaudron n'ait été repéré. La puissance du flux géothermique dans le chaudron glaciaire est de 100-150 MW, ce qui correspond à celle des chaudrons du Bárðarbunga, et compte tenu de la rapidité de l'affaissement, il est probable que l'eau qui s'est accumulée en dessous pendant des semaines ou des mois se soit infiltrée. Il ajoute qu'il est cependant impossible d'exclure la possibilité d'une éruption volcanique dans un futur proche, et que l'interprétation des événements à l'Öræfajökull reste le fait des scientifiques en charge. (Iceland Review)

A noter : du 4 au 10 décembre, l'IMO a enregistré plus de cent séismes à l' Öræfajökull.

 

Le chaudron de l'Öerafajökull et les crevasses , lors du survol du 11.12.2017 par RAX / in Iceland Review

Le chaudron de l'Öerafajökull et les crevasses , lors du survol du 11.12.2017 par RAX / in Iceland Review

Une étude intéressante du volcan et de sa couverture glaciaire de 2014 est accessible sur le site de l'Institute of Earth Science, intitulé " Removing the ice cap of Öræfajökull central volcano, SE-Iceland: Mapping and interpretation of bedrock topography, ice volumes, subglacial troughs " .

La couverture glaciaire et les glaciers exutoires de l'Öraefajökull - doc. Removing the ice cap of Öræfajökull central volcano, SE-Iceland: Mapping and interpretation of bedrock topography, ice volumes, subglacial troughs and implications for hazards assessments Eyjólfur Magnússon, Finnur Pálsson , Helgi Björnsson and Snævarr Guðmundsson  - 2014

La couverture glaciaire et les glaciers exutoires de l'Öraefajökull - doc. Removing the ice cap of Öræfajökull central volcano, SE-Iceland: Mapping and interpretation of bedrock topography, ice volumes, subglacial troughs and implications for hazards assessments Eyjólfur Magnússon, Finnur Pálsson , Helgi Björnsson and Snævarr Guðmundsson - 2014

L'étude du substrat rocheux et de la couverture glaciaire de l' Öræfajökull a permis d'établir un DEM / un modèle digital d'élévation de surface, sur base de sondage écho radio et de mesures LiDAR.

Au centre de l'Öræfajökull, on trouve une caldeira de 14 km², contenant un volume de glace de 4,3 km³, qui atteint une épaisseur de 540 mètres. 

La plus grande part des eaux de fonte de la caldeira est drainée vers l'est et la rivière Kvíá , le reste vers l'ouest et la rivière Virkisá. Le plancher de la caldeira est doux dans l'ensemble, à l'exception d'une bouche, sous 400 mètres de glace, proche de la ligne de séparation des eaux entre les rivières.

Une seconde caldeira séparée semble apparaître au sein de la caldeira principale, et mesure 6 km² et 150 mètres de profondeur.

La topographie sous-glaciaire implique également la présence d'une ancienne caldeira fortement érodée au nord du sommet du volcan, l'Hvannadalshnúkur, culminant à 2110 m a.s.l., de grandeur similaire à la caldeira principale présente aujourd'hui.

 

 Vue en perspective du SSO de la calotte glaciaire de l'Öraefajökull (au dessus) et du substrat rocheux (dessous). Au centre, le remplacement de la calotte glaciaire par des lacs dans de larges dépressions. - doc. Removing the ice cap of Öræfajökull central volcano, SE-Iceland: Mapping and interpretation of bedrock topography, ice volumes, subglacial troughs and implications for hazards assessments Eyjólfur Magnússon, Finnur Pálsson , Helgi Björnsson and Snævarr Guðmundsson  - 2014

Vue en perspective du SSO de la calotte glaciaire de l'Öraefajökull (au dessus) et du substrat rocheux (dessous). Au centre, le remplacement de la calotte glaciaire par des lacs dans de larges dépressions. - doc. Removing the ice cap of Öræfajökull central volcano, SE-Iceland: Mapping and interpretation of bedrock topography, ice volumes, subglacial troughs and implications for hazards assessments Eyjólfur Magnússon, Finnur Pálsson , Helgi Björnsson and Snævarr Guðmundsson - 2014

Topographie du substrat rocheux de la partie centrale de l'Öraefajökull, avec la caldeira actuelle (ligne rouge en pointillé), une potentielle formation intra-caldeira (ligne jaune en pointillé) et une possible ancienne caldeira érodée (ligne verte en pointillé ) -  - doc. Removing the ice cap of Öræfajökull central volcano, SE-Iceland: Mapping and interpretation of bedrock topography, ice volumes, subglacial troughs and implications for hazards assessments Eyjólfur Magnússon, Finnur Pálsson , Helgi Björnsson and Snævarr Guðmundsson  - 2014

Topographie du substrat rocheux de la partie centrale de l'Öraefajökull, avec la caldeira actuelle (ligne rouge en pointillé), une potentielle formation intra-caldeira (ligne jaune en pointillé) et une possible ancienne caldeira érodée (ligne verte en pointillé ) - - doc. Removing the ice cap of Öræfajökull central volcano, SE-Iceland: Mapping and interpretation of bedrock topography, ice volumes, subglacial troughs and implications for hazards assessments Eyjólfur Magnússon, Finnur Pálsson , Helgi Björnsson and Snævarr Guðmundsson - 2014

Les glaciers exutoires de l'Öræfajökull, épais par endroits de 550 mètres, ont creusé le substrat jusqu'à 220 mètres sous le niveau marin actuel, à une période estimée à plus de 4.000 ans, soit une excavation pendant le petit âge glaciaire.

En supposant le réchauffement climatique, des lacs marginaux vont se former au fur et à mesure du retrait glaciaire dans les prochaines décennies, variable d'un exutoire à l'autre. Une hausse persistante de température de 0,5 à 1°C pourrait entraîner la disparition complète des exutoires les plus bas, tandis que les exutoires situés plus en hauteur, tels que le Kvíárjökull, pourraient survivre à ces conditions climatiques défavorables, et laisser 1/4 des eaux de fonte au sein de la caldeira.

 

Seuls le comportement du volcan et l'avenir climatique nous donneront des réponses précises à ces estimations.

 

Sources :

- IMO, University of Iceland, Iceland Review, Nasa & USGS / Landsat 8

Removing the ice cap of Öræfajökull central volcano, SE-Iceland: Mapping and interpretation of bedrock topography, ice volumes, subglacial troughs and implications for hazards assessments Eyjólfur Magnússon, Finnur Pálsson , Helgi Björnsson and Snævarr Guðmundsson - 2014 - link 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

São Miguel présente une structure variée : un massif ancien à l'est de l'île, le complexe de Povoação; trois stratovolcans à caldeira, Sete Cidades, Agua de Pau et Furnas. Ces massifs volcaniques sont reliés entre eux par des alignements récents de cônes de scories et leurs coulées de lave : la région des Pics.

Les trois stratovolcans à caldeira du Quaternaire sont le résultat de volumineuses éruptions de nature principalement trachytique, de coulées pyroclastiques et retombées de cendres.

La caldeira la plus ancienne est la caldeira externe d’Agua de Pau, en position centrale, entre 26.500 et 46.000 ans. Ensuite on assiste à une progression d’ouest en est, vers des structures plus récentes : à l’ouest, la caldeira de Sete Citades, daté de 22.000 ans, puis la caldeira interne d’Agua de Pau, datée de 15.000 ans, et enfin à l’est, celle de Furnas, datée de 12.000 ans.

São Miguel  et la localisation de ses caldeiras (carte VolcanoWorld / Oregonstate.)
São Miguel  et la localisation de ses caldeiras (carte VolcanoWorld / Oregonstate.)

São Miguel et la localisation de ses caldeiras (carte VolcanoWorld / Oregonstate.)

São Miguel  - le massif Agua de Pau - photo Hansueli Krapf

São Miguel - le massif Agua de Pau - photo Hansueli Krapf

São Miguel, la caldeira Agua de Pau : le Lagoa do Fogo - photo Geoparque Azores

São Miguel, la caldeira Agua de Pau : le Lagoa do Fogo - photo Geoparque Azores

Le stratovolcan central Agua de Pau :

Les roches subaériennes les plus anciennes d’Agua de Pau, du Pléistocène, incluent un dôme de trachyte (181.000 ans) sur la côte sud, une coulée de trachyte proche du sommet (121.000 ans) et des tuffs trachytiques (dont une unité de 103.000 ans). L’édifice principal consiste en coulées trachytiques, dômes et dépôts pyroclastiques, datés d’entre 100.000 et 40.000 ans.

São Miguel, le centre de l'ile - Le stratovolcan central Agua de Pau : la caldeira externe, en pointillé / la caldeire interne, délimitée par des étoiles  - doc. in Geology of Three Late Quaternary Stratovolcanoes on Sao Miguel, Azores – by R.Moore

São Miguel, le centre de l'ile - Le stratovolcan central Agua de Pau : la caldeira externe, en pointillé / la caldeire interne, délimitée par des étoiles - doc. in Geology of Three Late Quaternary Stratovolcanoes on Sao Miguel, Azores – by R.Moore

São Miguel, la caldeira Agua de Pau : le Lagoa do Fogo, du Miradouro da Serra da Barrosa – photo Luis Silveira

São Miguel, la caldeira Agua de Pau : le Lagoa do Fogo, du Miradouro da Serra da Barrosa – photo Luis Silveira

La caldeira externe, de 4.000 sur 7.000 mètres, est datée de 26.500 à 46.000 ans.

La caldeira interne, de 2.500 sur 3.000 mètres, a été formée il y a 15.000 ans.

L’activité post-caldeira concerne des dômes de lave, qui se sont mis en place sur les flancs nord et ouest du volcan, et la caldeira, où une des plus importantes éruptions des Açores – de VEI 5 - est datée de 2.990 avant JC., caractérisée par un dépôt de ponces de 3 km³ (Fogo-A plinian fall deposit). La caldeira le plus récente abrite un lac, le lagoa do Fogo. Des cinder cones ponctuent des fissures radiales et concentriques.

La dernière éruption trachytique explosive a pris place en 1563, à l'évent Cerro Qurimado, sur le flanc NO de la caldeira . Des sources chaudes, localisées sur le flanc NO., suggèrent la présence de magma, ou roches chauffées par celui-ci, associé aux éruptions du Pléistocène / Holocène, proche de la surface.

 

São Miguel  - Caldeira Agua de Pau, le lagoa do Fogo - photo Rae Brune

São Miguel - Caldeira Agua de Pau, le lagoa do Fogo - photo Rae Brune

Sources :

- Geology of Three Late Quaternary Stratovolcanoes on Sao Miguel, Azores – by R.Moore - link

- Global Volcanism Program - Agua de Pau

- Geoparque Azores - Sao Miguel

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L’océan et l’atmosphère sont des fluides en constant mouvement. A notre échelle, on ne perçoit ces mouvements qu’en sentant le souffle du vent ou le courant le long de l’eau. Les satellites nous permettent d’avoir une vision globale du phénomène.

 

Iles-aleoutiennes---Nasa-Landsat-7-Novapix.jpgAllées de von Karman photographiées (en fausses couleurs) par le satellite Landsat 7 au dessus des îles Aléoutiennes - doc. Nasa


Ces curieuses formations nuageuses sont appelées allée de tourbillons de von Karman , ou encore allée de Bénard-von Karman ; elles se forment lorsque l’air glisse autour d’un objet, causant une séparation des flux et la création de tourbillons dans son sillage.


Dans le cas qui nous intéresse, l’objet troublant l’écoulement du fluide est une île ou un groupe d’île, souvent d’origine volcanique sur les exemples présentés.

Lorsqu’un vent dominant rencontre ces îles, la perturbation dans le flux se propage vers l’aval de celles-ci en une double rangée de tourbillons qui alternent leur sens de rotation (dans le sens horaire et anti-horaire).

 

Vortex-street-animation-w.gifPhénomène décrit par von Karman - Von Kármán vortex street animation, courtesy Cesareo de La Rosa Siqueira / English wikipedia.

Ndlr : Ne regardez pas trop longtemps cette animation ... elle hypnotise !

 

Ce phénomène a été décrit par l’ingénieur aéronautique hongro-américain Théodore von Karman - Szőllőskislaki Kármán Tódor, qui fut professeur d’aéronautique au California Institute of Technology, puis le premier directeur du Jet Propulsion Laboratory de 1938 à 1944 et responsable d’avancées cruciales en aérodynamique.


La Nasa a bien analysé le phénomène d’allée de von Karman grâce aux images prises en 1999 par le satellite Landsat7 au dessus des îles Juan Fernandez, aussi connues comme îles Robinson Crusoe, situées au large des côtes chiliennes.

L’obstacle est ici constitué par une île de 1,5 km. de diamètre et 1,6 km. de hauteur , l’île Alejandro Selkirk, vis-à-vis d’un paquet de stratocumulus marins. Ce type de nuage, soit dit en passant, joue un rôle important dans le refroidissement de la surface terrestre, et contrarie ainsi partiellement le réchauffement climatique.

Un vent equatorial soutenu et régulier crée un vortex de sens horaire à la pointe est de l’île, et un vortex anti-horaire à sa pointe ouest. Ces vortex croissent ensuite avec leur avancée sous le vent  sur des centaines de kilomètres.

 

vortex-Juan-fernandez-isl.---15.09.1999-Landsat-7--Nasa.jpg            Vortex au dessus des îles Juan Fernandez - 15.09.1999 - images Nasa Landsat 7

 

wakes.82_small.gifAutre détail de cette photo montrant les sens horaire et anti-horaire des vortex créé par l'île Selkirk -15.09.1999 - images Nasa Landsat 7

 

Un autre exemple au dessus de l'archipel des Galapagos, où la forme des différentes îles influence la formation des vortex.

 

Terra---MODIS---Galapagos---08-09-2010---500m.jpg

         Vortex au dessus des îles Galapagos, par le satellite Terra MODIS le 08.09.2010 - 500 m.


Ces allées de von Karman ont été aussi photographiées par le satellite Envisat de l’ESA (capter MERIS – Medium Resolution Imaging Spectrometer), au dessus des archipels de la Macaronésie, Madère, les Canaries et le Cap Vert.

 

Meris---Canaries---14-08-2010---11h16---SE2.jpg              Vortex au dessus des îles Canaries, au centre droit(© ESA Agence spatiale Européenne)

Cette image a été saisie par le spectromètre MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer) embarqué sur le satellite Envisat fabriqué par Astrium.


En haut au centre, on aperçoit l'île de Madère, ravagée ce 14 août 2010 par un incendie, et le nuage qui s'en dégage. Cet incendie a détruit presque intégralement le parc écologique de Funchal, sur les hauteurs de la capitale.

Capo-verde---weathervortex.jpg

                   Allées de von Karman au dessus des îles du Cap Vert - photo weather vortex

 

Sources :

- Weather Vortex - the strange world of weird climate and weather phenomena - link

- ESA - European Space Agency - link

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Avant de quitter le Massif du Piton de La Fournaise, et au sud de celui-ci entre Saint Philippe et Saint Joseph, deux sites sont à voir : Le Cap méchant et la ravine de la Rivière Langevin.

Le Cap Méchant - la coulée et l'arche -  photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Le Cap Méchant - la coulée et l'arche - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Le Cap Méchant - l'arche dans la coulée de basalte, résultat de l'érosion marine -  photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Le Cap Méchant - l'arche dans la coulée de basalte, résultat de l'érosion marine - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Précédé d'une forêt de Pandanus utilis (Vacoas bord de mer) et d'une pelouse moelleuse, les coulées de La Fournaise dominent d'une quinzaine de mètres l'océan, entre le Cap Méchant et le Cap Sel tout proche.

Le gazon "bord de mer", ou herbe pique-fesses, cette graminée indigène s'encre à la faveur de l'humidité ambiante, sur le basalte ; cette pelouse, présente sur les falaises du sud, est agrémentée de manioc marron (Scaevola taccada), aux feuilles charnues et cirées.

Cap Méchant - Manioc marron et herbe pique-fesses sur le basalte - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Cap Méchant - Manioc marron et herbe pique-fesses sur le basalte - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Eternel combat entre les éléments, le basalte affronte les lames de l'océan indien. Le travail de sape de l'eau parvient à creuser ce matériau volcanique très dur pour y former l'arche caractéristique du Cap Méchant ... et du sable à olivine.

Cap Méchant - l'érosion donne un sable grossier m^élé de cristaux d'olivine -  photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Cap Méchant - l'érosion donne un sable grossier m^élé de cristaux d'olivine - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Cap Méchant - un lieu de forte érosion marine de la coulée basaltique - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Cap Méchant - un lieu de forte érosion marine de la coulée basaltique - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Cap Méchant - la coulée du Cap Sel fait pendant à celle de l'arche du Cap Méchant -  photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Cap Méchant - la coulée du Cap Sel fait pendant à celle de l'arche du Cap Méchant - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La Ravine de la Rivière Langevin, fortement encaissée, prend sa source dans le Massif du Piton de La Fournaise à plus de 2.000 mètres d'altitude, près du Piton Chisny. Longue de 18 km, elle s'écoule au cœur du sol volcanique, souterraine jusqu'à Grand Galet, pour se jeter dans l'océan à saint Joseph. Elle a de nombreux petits affluents : Bras des Chevrettes, ravine des Sept Bras, ravine Ti Bon Dieu, ravine de Grand Coude, ravine Mara.

La ravine de la Rivière Langevin - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La ravine de la Rivière Langevin - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La Rivière Langevin offre une succession de bassins, alimentés par des cascades ... la plus célèbre est la Cascade de Grand Galet, ou Cascade Langevin. Située en contrebas d'une épingle à cheveu serrée, elle est formée par les résurgences de la rivière et se compose de multiples chutes d'eau qui s'étale sur un large mur, qui laisse voir de belles colonnades basaltiques. Grand mystère : le basalte est-il issu des coulées du Piton Chisny qui se sont déversées dans la ravine, ou issus de coulées plus anciennes ?

La Cascade Langevin - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La Cascade Langevin - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La Cascade Langevin - détail sur la paroi et ses orgues basaltiques - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La Cascade Langevin - détail sur la paroi et ses orgues basaltiques - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Plus bas sur la rivière, la cascade du Trou noir est plaisante, et forme un endroit tranquille, sauf les week-ends où de nombreuses familles viennent y pique-niquer.

La Cascade du Trou noir / rivière  Langevin - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La Cascade du Trou noir / rivière Langevin - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Gamalama - 03.08.2016 - photo BNPB

Gamalama - 03.08.2016 - photo BNPB

The Gamalama was the seat of explosions Wednesday, August 3rd from 6:28 local. They were accompanied by plumes of ash amount to 500-600 meters.

The BPBD binds these explosions to a 4.6 magnitude earthquake on August 3 at 6:14, with an epicenter 86 km west of Halmahera and a depth of 18 km., followed by replicas up M1,5 . This earthquake had compressed the magma chamber of Gamalama, causing loud explosions at 7:09, 7:12, and 7:13. ash emissions ceased at 6:55 p.m. local.

The airport of Ternate, in the Moluccas of the north, covered by ash from the volcano, is temporarily closed until 10 am Thursday.

Source: DPDT -
link
 

Gamalama - 08/03/2016 - via Sutopo Purwo Nugroho / Twitter

Gamalama - 08/03/2016 - via Sutopo Purwo Nugroho / Twitter

L'aéroport de Ternate sous les cendres du Gamalama  - 03.08.2016 - photo BPBD

L'aéroport de Ternate sous les cendres du Gamalama - 03.08.2016 - photo BPBD

After the explosion of August 1, the Nevados de Chillan have still had ash emissions August 2, less important. The alert level remains unchanged.
 

Nevados de Chillan webcam portezuelo 02/08/2016 - SERNAGEOMIN

Nevados de Chillan webcam portezuelo 02/08/2016 - SERNAGEOMIN

Video of 08.01.2016

In Cape Verde, 300 people were evacuated from the town of Cova Joana. Indeed, the Institute of Meteorology and Geophysics indicates an intensification of seismic activity on the island of Brava since 1 July and feared an eruption in the coming hours.

To recall, a volcanic eruption hit the nearby island of Fogo from September 2014 to February 2015 .

Source: Impala / Portugal

Brava - earthquakes of 08.01.2016 - via Impala.pt

Brava - earthquakes of 08.01.2016 - via Impala.pt

 Fogo and Brava - seen from ISS004-E-10729 / 27.04.2002

Fogo and Brava - seen from ISS004-E-10729 / 27.04.2002

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le volcan Chikurachi - photo Alex. Belousov / KVERT

Le volcan Chikurachi - photo Alex. Belousov / KVERT

Un fort panache de gaz et vapeur, contenant certaines quantités de cendres, est signalé par le KVERT le 31 janvier 2022 à 02h UTC au Chikurachki, dans le nord des Kouriles. Il s'étend sur 75 km vers le sud-ouest du volcan, à une altitude de 4.500-5.000 mètres. Cette activité se poursuit. Des explosions de cendres pouvant dépasser les 6.000 mètres asl. peuvent se produire à tout instant et affecter l'aviation.

Le code couleur aviation est passé du vert à l'orange.

La dernière activité du Chikurachki est datée du 27 juillet au 18 août 2016 (GVP).

 

Le Chikurachki, le plus haut volcan de l'île de Paramushir dans le nord des Kouriles, est en fait un cône relativement petit construit sur un haut édifice volcanique du Pléistocène. Les dépôts de scories basaltiques à andésitiques oxydées recouvrant la partie supérieure du jeune cône lui donnent une couleur rouge caractéristique. De fréquentes éruptions pliniennes basaltiques se sont produites au cours de l'Holocène. Des coulées de lave de 1781 m de haut Chikurachki ont atteint la mer et formé des caps sur la côte nord-ouest
 

Sources : KVERT, VAAC Tokyo & Global Volcanism Program

Chikurachki - Volcanic ash advisory au 31.01.2022 / 0713Z - VAAC Tokyo

Chikurachki - Volcanic ash advisory au 31.01.2022 / 0713Z - VAAC Tokyo

Chikurachki , sur l'île Paramushir au SO de la pointe de la péninsule du Kamchatka - image Nasa Worlview Eodis 2016

Chikurachki , sur l'île Paramushir au SO de la pointe de la péninsule du Kamchatka - image Nasa Worlview Eodis 2016

L'Institut national de géophysique et de volcanologie, Etneo Observatory, rapporte que la faible activité strombolienne se poursuit au niveau du cratère sud-est de l'Etna. Cette activité produit des émissions de cendres légères et discontinues qui se dispersent rapidement dans l'atmosphère.
L'amplitude du trémor est presque stationnaire et atteint des valeurs moyennes. Les sources sont situées au SE du Cratère Sud-Est à un niveau d'environ 3000 m. d'altitude
L'activité infrasonore est globalement faible.
Les stations des réseaux de surveillance de la déformation du sol (GPS et inclinaison) opérant sur le volcan ne montrent pas de variations significatives.

Source : INGV OE 31.01.2022 – 12h59

 Etna SEC - 31.01.2022 / 10h57 - webcam2 LAVE

Etna SEC - 31.01.2022 / 10h57 - webcam2 LAVE

Etna SEC - émission de cendres le 31.01.2022 / 12h10  - webcam INGV

Etna SEC - émission de cendres le 31.01.2022 / 12h10 - webcam INGV

La semaine du 24 au 30 janvier 2022 est caractérisée au Sabancaya par un activité éruptive modérée, avec une moyenne de 28 explosions par jour, accompagnées de panaches de cendres et gaz atteignant 2.500 mètres au dessus du sommet.

Au cours de cette période, l'IGP a détecté 275 séismes d'origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques internes. Les séismes VT, en lien avec la fracturation de roches, restent localisé à l'ouest du volcan, de magnitude jusqu'à M2,9. Pas d'anomalies significatives de déformation.

L'alerte volcanique reste à naranja, couplée à une zonne non accessible de 12 km de rayon autour du cratère.

 

Source : I.G.Peru

2022.01.30-01.24 Sabancaya  - rapport d'activité entre le 24 et le 30.01.2022 / I.G.Peru

2022.01.30-01.24 Sabancaya - rapport d'activité entre le 24 et le 30.01.2022 / I.G.Peru

À l'aide d'images satellite et d'instruments GPS sophistiqués, les géophysiciens de l'observatoire du volcan Cascades ont détecté une augmentation subtile du taux de soulèvement de la surface du sol à environ 5 km à l'ouest du volcan South Sister, dans l'Oregon.

Le soulèvement est attribué à de petites impulsions de magma qui s'accumulent à environ 7 km sous la surface du sol. Bien que toute intrusion magmatique puisse éventuellement conduire à une éruption volcanique, une éruption serait probablement précédée de tremblements de terre détectables et plus vigoureux, de mouvements du sol (déformation) et de changements géochimiques.

Comparison of vertical GPS motion measured at station HUSB - USGS
Comparison of vertical GPS motion measured at station HUSB - USGS

Aucun de ces signes n'est détecté actuellement. Le niveau d'alerte et le code couleur du volcan restent à NORMAL / VERT.

 

Source : CVO

Three Sisters, Oregon - interférogramme radar 19.06.2020 - 13.08.2021 - Doc. USGS

Three Sisters, Oregon - interférogramme radar 19.06.2020 - 13.08.2021 - Doc. USGS

South Sister , Oregon - photo USGS

South Sister , Oregon - photo USGS

Le géologue de l'USGS, Dan Dzurisin, est près de Sisters, dans le centre de l'Oregon, pour mettre en place un équipement de surveillance GPS portable pour suivre quelque chose qui se passe depuis 25 ans et qui se poursuit encore aujourd'hui. C'est un soulèvement, une élévation subtile de la surface du sol, dans une zone à l'ouest du volcan South Sister.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Beaucoup de réunions et/ou de projets en ce moment aux îles Canaries, le tout boosté par la crise sismique suivie de l'éruption sous-marine qui frappent El Hierro.

 

Teneguia-vu-du-San-Antonio---Summitpost.jpg

                    Canaries - La Palma - volcan de Teneguia - photo Summitpost.

 

 

Du 24 au 28 octobre, va se tenir sur l'île de La Palma, à Fuencaliente, le MAKAVOL 2011 ; ce meeting international de volcanologie réunit de nombreuses associations espagnoles et portugaises, cap-verdiennes et açoriennes, à l'occasion de la commémoration de l'anniversaire de l'éruption de Teneguia en 1971.

Le volcan Teneguia constitue la pointe méridionale de la Cumbre Vieja, chaîne de volcans de 25 km de long et culminant à 1949 m au cône de Duraznero (réactivé lors d’une éruption mémorable en 1949). Il est au sud du village de Fuencaliente, sous le volcan San Antonio (mis en place il y a 3 200 ans et réactivé en 1677).

Cette réunion sera aussi le lieu idéal pour célébrer la cinquième réunion du Réseau espagnol de volcanologie.

 

elhierro5.gifTableau des éruptions qui ont marqué les îles Canaries entre 1450 et 1971 - doc. Los Volcanes de Canarias.

 

La réunion va permettre de discuter de la réduction des risques volcaniques, spécialement au niveau des îles volcaniques de l'écorégion Macaronésie. Un autre aspect abordé sera la comparaison entre les dangers à court terme posés par les volcans et les bénéfices sur le long terme pour les populations.

 

 

Hasard du calendrier ... cette semaine, un arrêté ministériel soumis à l'information publique fait part de l'incorporation de la côte ouest de El Hierro et de la mer de Las Calmas, zones affectées en ce moment par la tâche verte de pollution volcanique, au réseau ZEPA - Zonas Especiales de Protección de Aves - et au réseau européen Natura 2000.

Ces zones constituent en effet l'espace le plus approprié pour la conservation des espèces migratrices d'oiseaux  ... bien que le volcan sous-marin soit responsable de la pollution des eaux côtières et de la mort de nombreux poissons, les oiseaux qui nichent au sol ne sont pas touchés, car ils vont chercher leur nourriture en eaux profondes et pas sur la côte (A.Lorenzo, délégué Birdlife Ténérife).

Les principales espèces concernées sont le balbuzard pêcheur, le goéland leucophée et le puffin cendré.

 

Calonectris_diomedea_borealis---Nelson-Meneses--biodiversit.jpg

        Puffin cendré - Calonectris diomedea - photo Nelson Menoses / biodiversité des Açores.   

      Excellent document où l'on détaille bien le bec avec ses narines tubulaires.

 

  Cette semaine a vu également la présentation du livre "Géologie des îles Geologia-de-canarias---Juan-Carlos-Carracedo.JPGCanaries" par D. Juan Carlos Carracedo.

L'auteur a passé en revue les constants progrès réalisé depuis von Buch et Humboldt, dans la compréhension de la naissance et de l'évolution géologique de l'archipel canarien au sein d'une plaque tectonique sous l'action d'un point chaud. 

 

Tous ces évènements se passent malheureusement dans un contexte de tensions scientifico-politiques préjudiciables.

 

Sources:

- Teide Astro, volcanes y estrellas

- Avcan

- BirdLife international

 

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog