Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “fogo cap vert

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Ísafjarðardjúp - 1 ° fjord - picture © Bernard Duyck 10.2016

Ísafjarðardjúp - 1 ° fjord - picture © Bernard Duyck 10.2016

 Ísafjarðardjúp - basalt traps - the house gives the scale - photo © Bernard Duyck 10.2016

Ísafjarðardjúp - basalt traps - the house gives the scale - photo © Bernard Duyck 10.2016

We will go, for waste of time, only to part of the Ísafjarðardjúp.
Ísafjarðardjúp means in English "the deep frozen fjord"; It extends 120 km inland, and branches off in many smaller fjords on its southwestern shore.

The Road 61 in Iceland marked in red, with tunnels in grey. This map was created from OpenStreetMap project data, collected by the community.

The Road 61 in Iceland marked in red, with tunnels in grey. This map was created from OpenStreetMap project data, collected by the community.

On the opposite side, the only great glacier in this region, the Drangajökull dominates the landscape. It is characterized by its low average altitude of only 635 meters ... what compensates his location : approximately 66 ° north.

The present glacier is the rest of an enormous group which covered during the dryas (18,000 to 11,700 years before our era) all this peninsula and the Glama plateau.
A progressive deglaciation of the plateaus and heights, starting from about 26,000 years ago, then led to rock slides on the western peripheries of the peninsula.

Drangajokull, the only Icelandic northwestern glacier - photo Johann Dréo

Drangajokull, the only Icelandic northwestern glacier - photo Johann Dréo

The ice cap of the Drangjökull and the emissary glaciers

The ice cap of the Drangjökull and the emissary glaciers

At the tip of Isafjördur, near Reykjanes (the village, not the peninsula much to the south), the road intersects the plateau and reveals different layers more or less rich in iron oxides.

The Isafjördur, near Reykjanes - cut in the plateau - photo © Bernard Duyck 10.2016

The Isafjördur, near Reykjanes - cut in the plateau - photo © Bernard Duyck 10.2016

The low density of the habitat is beneficial to wildlife: the waters of these fjords are home to many common eiders, crested mergansers, singing swans, and seal colonies (Phoca vitulina), as in the Skötufjördur.
This same fjord gratifies us with small photogenic falls that cascade on strange blistered structures.

Skötufjördur. Cascadelle dressed the walls - photo © Bernard Duyck 10.2016

Skötufjördur. Cascadelle dressed the walls - photo © Bernard Duyck 10.2016

Common Eider - photo digiscopie

Common Eider - photo digiscopie

Seals making "the banana" in Skötufjördur. - photo © Bernard Duyck 10.2016

Seals making "the banana" in Skötufjördur. - photo © Bernard Duyck 10.2016

Skötufjördur. - bubbles in the basalt - a click to enlarge - photos © Bernard Duyck
Skötufjördur. - bubbles in the basalt - a click to enlarge - photos © Bernard Duyck
Skötufjördur. - bubbles in the basalt - a click to enlarge - photos © Bernard Duyck

Skötufjördur. - bubbles in the basalt - a click to enlarge - photos © Bernard Duyck

To the north, the farm of Litlibaer, built in 1895, testifies to the habitat of this century. Surrounded by a stone wall, the property covered three hectares ... the house made only 3.9 m. on 7,4 m., with sheds serving as kitchen.

Litlibaer - the farmhouse - picture © Bernard Duyck 10.2016

Litlibaer - the farmhouse - picture © Bernard Duyck 10.2016

Ísafjarðardjúp, in summer - with archive pictures - video Harpa Halldorsdottir

Sources:
- Geomorphology - Distribution and spatial analysis of rockslides failures in the Icelandic Westfjords: first results - by Aurore Peras & al.
- Geomorphology and the Little Ice Age of the Drangajökull ice cap, NW Iceland, with focus on its three surge-type outlets - by Skafti Brynjolfsson & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Le laccolite (laccolithe) - du grec lakos, cavité et lithos, roche - est une laccolitemasse de roches intrusives, bombée à la partie supérieure, qui s’insinue dans une série sédimentaire. La masse en fusion n’arrive pas à atteindre la surface ou s’arrête dans la lithosphère pour s’étendre latéralement entre des couches parallèles.

 

 


 

Plutonismus.gif


Un lopolite - du grec lopas, plat creux et lithos, roche - est un massif lopolite.gifplutonique, beaucoup plus étendu que le laccolite, de plusieurs kilomètres de diamètre, qui forme une cuvette et concorde avec l'encaissant.

 

 

 

Un exemple en France, avec le laccolite du Drammont, près de St-Raphël dans le Var.


L'estérellite est intrusive dans les arkoses roses datées du Permien et y forme un laccolite orienté NW-SE.; elle affleure dans la région d'Agay et au Cap Drammont.

Elle a été datée à -31.9 ± 0.7 Ma soit de la période Oligocène (Ivaldi et al., 2003). L'intrusion de ces roches magmatiques a entraîné l'apparition d'un métamorphisme de contact sur les roches permiennes.

 

carte_geol_drammont.jpg Carte géologique du Drammont - BRGM - l'estérellite (Tertiaire) est en bleu clair, la rhyolite (Permien) en rouge.

 


De gauche à droite, la plage du Drammont et les carrières du Drammont, vues du sémaphore du Cap Drammont  - La plage du Drammont avec ses gros galets gris-bleu était en fait une aire de stockage des déchets de la carrière du même nom. La mer, avec ses flux et reflux, et les tempêtes ont façonné ces pierres jusqu'à les rendre lisses et douces, donnant un cachet spécial à cette plage bordée de pins.- © Bernard Duyck


               Carrière d'estérellite du Drammont, reconvertie en base nautique - © Bernard Duyck


L'estérellite est une microdiorite quarztique, renfermant des phénocristaux de plagioclases zonés d'amphiboles et de biotites; on rencontre parfois des phénocristaux de quartz et de feldspath. Les minéraux accessoires sont la magnétite, l'apatite et le zircon.

 

83_esterellite_drammont_LPA.jpg              Estérellite au microscope - doc. BRGM / Magmatisme tertiaire de l'Estérel / M.Corsini


                Estérellite de la carrière du Dramont, faciès à amphiboles et pyroxène - © B.Duyck

 

 Elle est caractéristique des contextes de subduction. La genèse de l'estérellite est à placer dans le contexte de l’orogenèse alpine.

 
Sur la plage d’Aiguebonne, le contact entre l'estérellite et les roches encaissantes (grès et pélites d'âge Permien) peut être observé . Les grès présentent des stratifications obliques alors qu'une prismation plus ou moins bien développée affecte la roche magmatique (refroidissement du magma).

 

83_esterellite_aiguebonne1.jpgEstérellite sur la plage d'Aiguebonne - photo N.Romeoeuf / BRGM / Magmatisme tertiaire de l'Estérel .

 

Un autre exemple avec le Parc National de Torres del Paine dans les Andes de Patagonie chilienne, grâce à ses vertigineuses parois verticales créées par l'érosion glaciaire, permet de voir un tel laccolite sur toute sont épaisseur. Cette intrusion granitique mesure environ 20 km d'Est en Ouest, 10 km du Nord au Sud pour 1 à 2 km d'épaisseur seulement.

Il s'agit d'un laccolite de granite clair, d'âge miocène (12 à 13 Ma), intrusif dans des sédiments du Crétacé supérieur (Albien, 110 Ma, à Santonien, 85 Ma) beaucoup plus sombres. Pétrographiquement, ce "granite" de Torres del Paine est intermédiaire entre une granodiorite claire et un granite au sens strict.

 

Cuernos del Paine from Lake Pehoé - ph. Miguel.v.

Laccolite de Torres del Paine, en gris clair, dégagé par l'érosion  - Torres del Paine National Park, Chili - photo Miguel.v..

 

"Devil tower", situé dans les black Hills au nord-est du Wyoming, est considéré, selon une théorie, comme les restes d'un laccolite érodé datant de 65 millions d'années ... voir sur ce blog dans la rubrique "Mythes et légendes"

 

Sources :

- BRGM - Lithothèque PACA - magmatisme tertiaire de l'Estérel - link

- Planet Terre - l'intrusion granitique de Torres del Paine - link

- Structure des corps ignés - ULB - link

- Les roches ignées - Bourque - link

- Reocities - College Park - Etude des roches ignées - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Tectonique, #news

The details of Greenland's geological past have just been revealed in a NASA study.

Dr. Y. Martos of the Goddard Space Flight Center and his team exploited the magnetic field, gravity and other available geological data to measure the amount and distribution of heat under a portion of the north tectonic plate American: Greenland.

Credits: NASA Goddard Space Center / Dan Gallagher / Ernie Wright

At a time when Pangea was divided into various drifting continents, Greenland moved, along with the tectonic plate that supported it, for more than 100 million years over a mantle plume that left a scar of hot and dense rocks under the surface. This mantle plume is currently under Iceland.

Monitoring the mantle plume (hot spot) since 60 Ma - Doc. A. Petrunin - GFZ

Monitoring the mantle plume (hot spot) since 60 Ma - Doc. A. Petrunin - GFZ

"We were expecting Greenland to have a more uniform signal of geothermal heat flux in its interior, but that is not the case", Martos said.

The magnetic field information revealed anomalies in the magnetism of rocks under Greenland covered by a thick ice cap.

Magnetism is related to temperature, so rocks heated at certain temperatures lose their magnetism. This happens deep in the earth. Magnetite is the most abundant magnetic mineral in the lower part of the crust. Magnetite loses its ferromagnetic properties, or magnetism, when heated to 580 degrees Celsius, a point known as "Curie temperature". Taking into account the effect of this temperature on magnetite allowed the team to find the basis of magnetism in the crust of Greenland. From there, they observed variations in the depth of the "Curie Temperature" location for magnetite to map the heat generated throughout the island.

Along the plume trail, the team found that the Curie temperature was closer to the surface. This proved that the plume had heated the bottom of the lithosphere and that the heat was still there.

Heat flow map, hot spot trace, and North American tectonic plate displacement over it, over the last 100 Ma - Credits: NASA's Scientific Visualization Studio; Blue Marble data courtesy of Reto Stockli (NASA Goddard)

Heat flow map, hot spot trace, and North American tectonic plate displacement over it, over the last 100 Ma - Credits: NASA's Scientific Visualization Studio; Blue Marble data courtesy of Reto Stockli (NASA Goddard)

Tracking this geodynamics helps scientists understand the evolution of our planet and the effect of sub-surface heat on such things as melting or breaking at the base of ice caps and glaciers on Earth. It will also help them to study the remote sites of the Earth and other rocky bodies in our solar system.

 

Sources:

- NASA Scientist Reveals Details of Greenland's Icy Heated Geologic Past - link

- Heat flow from Earth's mantle to Greenland ice melting

- Crustal thickness map based on gravity inversion and revised location of the Iceland feather

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

New research from the NOC / National Oceanography Center reveals a link between major volcanic eruptions and landslides, but also suggests that landslides could trigger eruptions.

Flank collapses and explosive volcanic eruptions are among the most important and destructive processes on earth. As evidence, the St.Helens eruption of May 1980 demonstrated how a relatively small flank collapse, of less than 5 km³, could precede a devastating eruption. These lateral collapses at the level of volcano-shields can produce much larger landslides, of the order of more than 300 km³, as is the case in Hawaii, in Cape Verde (Fogo), in Reunion (Piton of La Fournaise) and in the Canary Islands archipelago.

By studying landslide deposits in the Canary Islands and the Moroccan turbidity system, scientists have noted that materials from explosive volcanic eruptions are only found in the upper layers of each landslide... this implies that the early stages of each landslide occurred underwater, before each eruption, and suggests that the initial stages of landslides may have triggered each eruption.

Map of the Canary Islands and the Moroccan Turbidite System. Canary Islands debris avalanche deposits shown in black, while Icod deposit is in dark green, the Orotava deposit in dark blue, Roques de Garcia in red, and Cumbre Neuva in yellow. Pale overlay signifies the spatial distribution of the sediment gravity flow deposits associated with the Icod landslide from Northern Tenerife. Sediment core locations are shown as red circles, while cores referenced in this contribution are in yellow and labelled (including ODP Sites 950, 951 and 952). Abbreviations are: AC = Agadir Canyon, AB = Agadir Basin, MAP = Madeira Abyssal Plain, SAP = Seine Abyssal Plain, MDCS = Madeira Distributary Channels, and CBR = Casablanca Ridge. Canary Islands landslides Icod (brown), Orotava (purple) and Rogues de Garcia (red) from Tenerife and Cumbre Nueva (grey). May also shows the area extent of the turbidites associated with the Icod landslide. Map was generated using ArcGIS 10.1 software based upon bathymetric and digital elevation data from GEBCO. - Doc. Multi-stage volcanic island flank collapses with coeval explosive caldera-forming eruptions – Jaames E.Hunt & al.

Map of the Canary Islands and the Moroccan Turbidite System. Canary Islands debris avalanche deposits shown in black, while Icod deposit is in dark green, the Orotava deposit in dark blue, Roques de Garcia in red, and Cumbre Neuva in yellow. Pale overlay signifies the spatial distribution of the sediment gravity flow deposits associated with the Icod landslide from Northern Tenerife. Sediment core locations are shown as red circles, while cores referenced in this contribution are in yellow and labelled (including ODP Sites 950, 951 and 952). Abbreviations are: AC = Agadir Canyon, AB = Agadir Basin, MAP = Madeira Abyssal Plain, SAP = Seine Abyssal Plain, MDCS = Madeira Distributary Channels, and CBR = Casablanca Ridge. Canary Islands landslides Icod (brown), Orotava (purple) and Rogues de Garcia (red) from Tenerife and Cumbre Nueva (grey). May also shows the area extent of the turbidites associated with the Icod landslide. Map was generated using ArcGIS 10.1 software based upon bathymetric and digital elevation data from GEBCO. - Doc. Multi-stage volcanic island flank collapses with coeval explosive caldera-forming eruptions – Jaames E.Hunt & al.

By studying the fine clay layers between the landslide deposits and the eruptive deposits, they were able to estimate a minimum delay of about ten hours, to several weeks, between the initiating slip and the subsequent eruption. We are far from the "instant trigger" of St Helens.

Tenerife - Idealised model for the relationship between the multistage Icod, Orotava and Roques de Garcia landslides and the Abrigo, Granadilla and terminal Ucanca Formation caldera-forming eruptions. (A) Minor vent related volcanism and shallow magma chamber activity precondition the submarine slopes to fail. (B) Minor eruptions and related seismicity trigger initial submarine stages of multi-stage landslides. (C) Submarine landslides unroof both shallow and deep magma chambers, this either (i) caused static decompression in the shallow magma chamber causing immediate explosive eruption, or (ii) static decompression at depth causing ascension of volatile-rich basalt magma that mixes with otherwise volatile undersaturated shallow magma to trigger explosive eruption. (D) Explosive or caldera-formning eruptions weaken edifice flanks resulting in subaerial stages of multi-stage failure, containing volcanic debris from explosive eruptions. - Doc. Multi-stage volcanic island flank collapses with coeval explosive caldera-forming eruptions – Jaames E.Hunt & al.

Tenerife - Idealised model for the relationship between the multistage Icod, Orotava and Roques de Garcia landslides and the Abrigo, Granadilla and terminal Ucanca Formation caldera-forming eruptions. (A) Minor vent related volcanism and shallow magma chamber activity precondition the submarine slopes to fail. (B) Minor eruptions and related seismicity trigger initial submarine stages of multi-stage landslides. (C) Submarine landslides unroof both shallow and deep magma chambers, this either (i) caused static decompression in the shallow magma chamber causing immediate explosive eruption, or (ii) static decompression at depth causing ascension of volatile-rich basalt magma that mixes with otherwise volatile undersaturated shallow magma to trigger explosive eruption. (D) Explosive or caldera-formning eruptions weaken edifice flanks resulting in subaerial stages of multi-stage failure, containing volcanic debris from explosive eruptions. - Doc. Multi-stage volcanic island flank collapses with coeval explosive caldera-forming eruptions – Jaames E.Hunt & al.

In the case of Tenerife, and its caldera Las Cañadas, the northern flank of the island is carved by the large landslides Icod (165,000 years), Orotava (535,000 years) and Roques de Garcia (1.15 Ma), corresponding to the age forming eruptions of caldeiras Abrigo, Granadilla and Ucanca.

The turbidites (*) were deposited under dilute turbulent sediment flows, formed as the mass descended under gravity and was disintegrated. The landslide deposits of the Canary Islands in adjacent deep basins, such as the Icod, Oratava and Roques de Garcia landslides, are unusual as they include a series of sand and mud intervals of stacked turbidite.

(*): Turbidity refers to both a structured geological unit composed of sedimentary rocks emplaced as a result of a sediment flow along an underwater or sub-lacustrine slope, and the rocks that make up this unit.

Turbidity formation - Doc. SVT Rennes

Turbidity formation - Doc. SVT Rennes

Major landslides on the island of Tenerife / Canary Islands - Doc AVCAN - one click to enlarge
Major landslides on the island of Tenerife / Canary Islands - Doc AVCAN - one click to enlargeMajor landslides on the island of Tenerife / Canary Islands - Doc AVCAN - one click to enlarge

Major landslides on the island of Tenerife / Canary Islands - Doc AVCAN - one click to enlarge

The study suggests that this delay could be due to the fact that the Teide's superficial magma chamber does not contain enough "volatiles" to immediately create explosive eruptions. The removal of volcanic material by the landslide could cause the magma to rise from a deep magma chamber richer in volatiles, and the mixture with the more superficial magma, to generate eruptions displaced in time, and to leave a structure of large caldera type.

This delay between slip and static decompression has implications for the response of magmatic systems to its lack of coverage, and is an implication for the planning of civil protection systems in oceanic islands.

The caldera Las Cañadas and the Teide - photo ISS013-E-23272 lrg

The caldera Las Cañadas and the Teide - photo ISS013-E-23272 lrg

Sources:

- Multi-stage volcanic island flank collapses with coeval explosive caldera-forming eruptions - James E. Hunt & al. - link
- Large volcanic island flank collapses trigger catastrophic eruptions - Science daily - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Dossiers

Une éruption volcanique est un des plus envoûtant spectacle auquel on peut assister, c’est aussi un des phénomènes les plus destructeurs parmi ceux qui frappent notre planète.

Le 20° siècle a été ponctué d’éruptions destructrices qui ont coûté le vie à des dizaines de milliers de personnes et qui ont dévasté des régions entières.

Quelques dates : (liste non limitative)

- La Martinique, éruption de la Montagne Pelée en 1902 – 28.000 morts.

- Papouasie – Nouvelle-Guinée - Mont Lamington en 1951.

- Costa-Rica – éruption de l’Arenal en 1968 - 78 tués.

- USA – éruption du St Helens en 1980.

- Mexique – El Chichon en 1982 - 2.500 morts.

- Colombie – Nevado del Ruiz  en 1985 – 22.000 morts.

- Papouasie – Nouvelle-Guinée – Rabaul en 1995-97.

- Montserrat – Soufrière Hills en 1995-en cours.

 

montserrat-eruption 12.07.97 RP Hoblitt USGS

               Montserrat - Plymouth sous Soufrière Hills - photo R.P.Hobblitt / USGS.

 

Le nombre total de décès au cours du siècle survenus à la suite d’éruptions volcaniques se chiffre à 75.000.

 

Comment quantifier le risque volcanique ?

 

Un risque, quel qu’il soit, dépend directement de l’intensité et de la fréquence du phénomène envisagé. Le risque correspond à la perte potentielle dans une zone sujette à l’aléa …


                       Risque = aléa x valeur x vulnérabilité .

 

Cette équation appliquée au volcanisme nous fait définir le risque volcanique comme la menace qui existe quand le volcan n'est pas encore réveillé ou n'est pas encore entré en activité. Par exemple, quand un volcan actif se trouve à proximité d'une zone habitée, on étudie les risques courus par les habitants afin d'éviter qu'ils se produisent. On surveille tout le temps le volcan parce qu'on sait que l'éruption peut mettre la vie des habitants en danger. Pour résumer, on peut dire que le risque volcanique, c'est ce qui peut arriver, mais qu'on peut éviter ou limiter.

On parle d’aléa pour décrire les conséquences. Ici, l’éruption a eu lieu et a provoqué des dégâts. Les aléas des volcans sont très nombreux. On a, par exemple, les pluies de cendres, des émissions de gaz toxiques, des coulées de lave incandescentes, etc. Les aléas ne peuvent pas être évités si on n’a pas étudié et prévenu les risques au préalable.

 

La notion de valeur peut s’exprimer par le nombre de vies humaines, l’ensemble des biens mobiliers et immobiliers et les capacités de production exposés … auxquels il faut ajouter le préjudice psychologique.

 

La vulnérabilité est la possibilité d'endommagement partiel ou total.

 

La notion de risque intervient à plusieurs niveaux :

-  au moment de l’éruption et directement à cause de celle-ci

-  lors de phénomènes induits : on parle de risques secondaires, tels que lahars ou tsunamis.

-  des causes liées à l’occupation et aux activités humaines peuvent faire varier les bilans : incendie, famine, modification des équilibres écologiques. Un exemple avec l’éruption du Santa Maria en 1902 : à la suite de la mort de nombreux oiseaux, les moustiques, sans prédateurs, ont proliféré, causant une épidémie grave de malaria, qui a tué plus de personnes que l’éruption elle-même.


décès dus aux eruptions

                   Doc. extrait de Futura Sciences - Le volcanisme de A à Z.

 

L’examen de ces diagrammes nous fait constater une diminution des risques de famine, suite à de meilleures pratiques agricoles et à l’internationalisation des échanges. Par contre, les risques liés aux nuées ardentes et lahars sont en augmentation, lié à la présence humaine plus forte à proximité des volcans

Le risque volcanique « moderne » doit donc tenir compte de l’urbanisation de plus en plus forte à proximité d’un volcan.

 

Quelques grandes villes vivent sous la menace directe d’un volcan : Seattle, aux USA, vit sous la menace de lahars générés par le Mt Rainier ; Quito, capitale de l’Equateur, est proche de 3 volcans : le Cotopaxi, le Guagua Pichincha et le Pululagua ; Kagoshima est situé au pied du turbulent Sakura-Jima.

 

Dans l’Union Européenne, il y a plusieurs volcans qui peuvent menacer directement les habitants de certaines régions et être la cause de problèmes socio-économiques sérieux.

 

Vesuve--sept07-08-1024.jpgLe Vésuve dominant l'agglomération napolitaine - wallpaper Nat Géo / Photo Robert Clark.


Parmi les pays menacés, l’Italie est sans aucun doute le plus exposé aux risques volcaniques. Le Vésuve, aux abords de la grande cité de Naples est probablement l’un des volcans les plus potentiellement dangereux du Monde avec une population d’environ 600.000 personnes qui devraient être évacuées avant une future éruption et plus d’un million d’autres qui pourraient être soumises aux impacts des retombées de cendres volcaniques. Depuis la célèbre éruption de l’an 79 qui a détruit notamment les villes de Pompeii et Herculanum, le Vésuve a connu plusieurs autres éruptions catastrophiques de grande ampleur. L’absence d’activité depuis sa dernière éruption en 1944 et le fait que le cratère actuel soit obstrué par un bouchon de lave, créent des conditions qui peuvent favoriser une prochaine éruption explosive majeure. De la même manière, la zone volcanique des Champs Phlégréens, au Nord de Naples, compte environ 500.000 habitants qui sont potentiellement menacés en cas de reprise d’activité éruptive.

Plus au Sud, en Sicile, l’Etna connaît de fréquentes éruptions souvent effusives, mais il a été prouvé récemment que même une activité explosive de basse énergie peut causer des problèmes importants pour les communications, les infrastructures et l’économie de la région.

 

actu-13-6248-copie.jpg

Vulcano - Iles Eoliennes - toute la zone sous le cône de La Fossa s'est peuplée depuis la dernière éruption - © Bernard Duyck

 

Sur les îles voisines de l’archipel des Eoliennes, une reprise d’activité éruptive violente deVulcano, en sommeil depuis 1888-89, aurait également des répercussions importantes sur l’île qui s’est urbanisée de façon anarchique et même sur toute la région. Le Stromboli, quant à lui, bien qu’en activité permanente depuis plusieurs siècles, peut de temps en temps montrer une forme d’activité plus violente, et perturber la vie de ses habitants et des nombreux visiteurs.

 

Tenerife_hazards.jpg                        Carte des risques de l'île de Ténérife - sous la menace du Teide.


L’archipel des Açores (Portugal) comprend 9 îles volcaniques. La capitale, Ponta Delgada se trouve sur la plus grande d’entre-elles, Sao Miguel. La ville qui compte 75 000 habitants se situe à environ 15 km de la caldeira de Siete Cidades et à quelques dizaines de kilomètres des autres volcans actifs de l’île, le Fogo et le Furnas.

L’archipel volcanique des Canaries (Espagne) est également une zone où une éruption peut se produire. Notamment, sur l’île de Tenerife, le Pic de Teide (3 718 m) est à lui seul un danger potentiel important pour les populations alentour et les millions de touristes qui visitent l’île chaque année. Une éruption, même minime initialement, et dont l’évolution demeurerait incertaine, pourrait être désastreuse pour l’industrie touristique très développée sur Tenerife.

La même chose en Grèce, où Nysiros et Santorin témoignent d’une activité volcanique fumerollienne. La dernière activité sur Santorin – Nea Kameini – date de 1950.

 

16.4-13h-sdpiegel.jpgCarte de localisation du nuage de cendres de l'Eyjafjallajôkull à une altitude de 6.000 mètres, et du trafic aérien relégué dans une zone sud 'avions jaunes) - Der Spiegel 16.04.2010


En Islande, une île essentiellement volcanique, de nombreux volcans ont été actifs au cours de l’histoire passée et récente. L’éruption du Laki en 1783 a été à l’origine de l’une des plus grandes catastrophes, avec des répercussions importantes sur le climat du continent européen, y compris sur le climat social, les dégradations climatiques ayant même entraîné des famines.
Plus près de nous, l’éruption en 2010 de l’Eyjafjallajôkull  a fortement perturbé le trafic aérien et prouvé la fragilité de notre mode de vie basé sur des échanges humains et commerciaux « en flux tendu ».

 

puy-dome-236182---C.DaCosta-l-internaute.jpg  Le Puit de Dôme dans un paysage verdoyant et calme - photo C. Da Costa / L'Internaute.


Voilà pour les volcans européens actifs au 20° siècle, mais il ne faut pas oublier les zones volcaniques actives à l’holocène, aire « récente d’un point de vue géologique » :  en Allemagne , où les dernières éruptions datent d’environ 11.000 ans pour le maar du Laaacher See et 10.000 ans pour le plus récent : l’Ulmener ; en Espagne, avec la zone quaternaire d’Olot active il y a  11.500+/- 1.100 ans ; et la France, où les dernières manifestations volcaniques dans le massif central sont datées d'à peine 5.000 ans.

 

 

Sources :

- Volcanologie – Jacques-Marie Bardontzeff – éd. Dunod

- Guide des volcans – M.Rosi & al. – éd. Delachaux et Niestlé

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries - M.Krafft et de Larouzière - éd. Delachaux et Niestlé.

- Les risque volcaniques en Europe - Henry Gaudru, conseiller scientifique auprès des Nations-Unies pour la réduction des risques volcaniques SVE-UNISDR, commisssion internationale cities and volcanoes (IAVCEI)

- Futura sciences - le volcanisme de A à Z

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Pantelleria - La Montagna Grande en feu - photo Salvatore Gabrielle

Pantelleria - La Montagna Grande en feu - photo Salvatore Gabrielle

La Montagna Grande, coiffée de pins maritimes, de pins d’Alep et de chênes, a été dévastée par le feu, sans doute d’origine criminelle.

Samedi vers 18 heures, un incendie a éclaté dans la localité de Monastero, et en très peu de temps, les flammes se sont propagées le long de la crête nord-est de la montagne en brûlant la couverture forestière. La chaleur devenue torride ce samedi, l’impossibilité pour les services de secours d’accéder à certaines zones, ont favorisé la propagation de l’incendie. Les Canadairs demandés en renfort n’ont pu intervenir que Dimanche matin, pour attaquer ce feu sur plusieurs fronts.

Pantelleria - la Montagna Grande brûle - photo La Stampa.it

Pantelleria - la Montagna Grande brûle - photo La Stampa.it

Environ 600 hectares de zones boisées ont été réduits en cendres, et les installations électriques et téléphoniques endommagées. De nombreuses maisons ont pu être sauvées, mais la " Perle noire de la Méditerranée ", ainsi nommée en raison de ses bâtisses en pierre volcanique noire, va rester marquée pour des années par ces incendies. La pierre noire ne se détachera plus sur les sommets verts et la mer bleue, tout est devenu monochrome … noir, couleur de désolation.

Pantelleria - Le Monte Gibele, vu de la Montagna Grande - photo pantellerialink

Pantelleria - Le Monte Gibele, vu de la Montagna Grande - photo pantellerialink

Pantelleria, avec les îles de Lampedusa, Linosa, et Lampione, forme l'archipel italien des Pélagies, un groupe d'îles volcaniques qui doit son existence à la présence d'un rift continental au centre du canal de Sicile.

Ce belvédère en Méditerranée a été habité depuis le mésolithique. Aujourd’hui, son classement en réserve naturelle a permis de cataloguer et cartographier des chemins anciens menant à  la découverte de cet environnement particulier. Les points hauts sont des cônes volcaniques : outre la Montagna grande (836 m.), le Monte Gibele (700 m.), le Cuddia attalora (560 m.) et le Monte Gelkamar (286 m.) ont une activité qui remonte entre 50.000 et 22.000 ans. L’ex noyau vert de Montagna Grande comptait 600 espèces végétales, dont 8 endémiques.

Le conseiller régional de l’Agriculture, indigné, a déclaré : Pantelleria est un patrimoine qui ne sera  pas abandonné parce que quatre vauriens ont crus bon d’utiliser le feu pour la réalisation d’objectifs impossibles. Après avoir fait face à la situation d’urgence actuelle, nous allons évaluer les initiatives permettant de restituer à l’île son espace vert qui lui a été volé.

 

Sources :

- La Stampa  - “L’incendio appiccato da vigliacchi che vogliono uccidere Pantelleria” - Il sindaco contro i piromani, le fiamme hanno devastato 600 ettari di bosco - link

- Ans.it - "Pantelleria brucia: il sindaco chiede lo stato di emergenza" - Fiamme da sabato sera, operazioni difficili per forte vento

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le drapeau du Costa Rica, hissé lors des cérémonies protocolaires, comporte, outre les trois couleurs en bandes horizontales, un écusson qui donne une  représentation idéologique du pays.

 

8_ecusson_Costa_Rica_Grand.jpg
Ecusson modifié par la loi du 27 novembre 1906, sous le mandat de don Cleto González Víquez.

 

 

Coat_of_arms_of_Costa_Rica.svg-1998.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ecusson de 1995, souscrit par l’ancien Président José María Figueres Olsen, énonce comme suit :
« Article 1 : est adopté comme modèle officiel de l’Ecusson National, le dessin joint au présent décret. Les couleurs de l’Ecusson sont : vert clair pour la vallée, bleu vert pour les volcans, comme le sont les montagnes du Costa Rica. Les volcans ont été dessinés fumant afin de les différencier. Le soleil levant est de couleur vieil or et les palmes de myrte de couleur vert foncé. Les cinq étoiles qui devinrent ensuite sept seront argentées et le listel bleu sera de couleur bleu clair. La mer est de couleur bleue ».

 

Tout d'abord sa forme représente le tronc d'une fougère arborescente en coupe transversale, vestige de la végétation préhistorique de l'ère secondaire encore présente dans les forêts de nuages du pays. Trois volcans sont dessinés sur l'écusson, chacun d'eux représentant les trois principales cordillères du pays : celle de Talamanca au sud, la cordillère centrale et celle de Tilaràn au nord (celle, plus au nord du Guanacaste n'est pas présente, car cette partie du territoire était encore Nicaraguayenne au moment de la formation de l'écusson).

 

Costa_Rica_relief_location_map-copie.jpg                           Costa Rica - les trois cordillera reprise dans la symbolique de l'écusson

 

Les 3 volcans sont bordés par l'océan Pacifique et la mer des Caraïbes, sur lesquels naviguent deux goélettes abordant les deux principaux ports du pays. Le soleil levant symbolise la jeunesse de la République du Costa Rica. Les sept étoiles du firmament sont les sept provinces du pays : San José, Alajuela, Cartago, Heredia, Limon, Puntarenas et Guanacaste. Le tout est bordé de grains de café, les éléments belliqueux ayant été supprimés dès 1906. L'ensemble est surmonté de deux palmes de myrte unies par un listel blanc, portant en lettres d’or la légende : "Republica de Costa Rica". Un listel bleu, enroulé en forme de couronne, achève l’écusson avec en lettres d’argent : "America Central". 

 

04.2012---2---Red-sism-nac.jpgCosta Rica - Cordillera Central - Massif du Volcan Poas - à l'avant-plan, la caldera et la laguna Caliente (lac acide) - en arrière-plan, la laguna Botos (lac d'eau douce) - photo aérienne R.S.N.

 

Arenal-Volcano-2008---Ovsicori.jpgCosta Rica - Cordillera de Tilaràn - le volcan arenal en 2008, bordé du lac du même nom - photo OVSICORI

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Costa Rica

- Imagines Tropicales - Costa Rica

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Itinéraire :

Carte topographique IGN Top 25 - 3544 ET .
Au départ de Fréjus, emprunter l'ancienne Nationale 7 en direction de Cannes. Au col du Testanier, bifurquer à droite sur la route forestière en direction de la Maison forestière du Malpey. Devant la maison, prendre la route à gauche pour atteindre le parking en cul de sac ... suivre à pied le balisage rouge et blanc vers le sommet.

                     La route forestière vers le Mont Vinaigre - © B.Duyck

Dénomination : pourquoi "vinaigre" ?

trois versions s'opposent:
- ce serait un dérivé du mot "vent", le mistral soufflant 
  beaucoup dans la région.
- de part sa géologie - Estérel signifiant lieu stérile -
  la vigne s'y développerait mal, donnant un mauvais vin   
  (vinaigre)
- hypothèse la plus probable : son nom dériverait d'une
  plante appelée "vinaigrier" que l'on trouve sur les flancs
  du mont.

Cette route fut longtemps la seule permettant la communication avec Nice et l'Italie; menacée par les brigands, elle était peu sure ... ne disait-on pas "passer le pas de l'Estérel".  Les diligences passaient devant la maison du Malpey, signifiant en vieux français "mauvais pas".
Aux 17 et 18° siècles, la région devint le refuge des forçats évadés qui y trouvèrent de quoi satisfaire leurs besoins.

Le volcan expliqué par Maurice Moine :

Deux excellents schémas tirés de l'article de Maurice Moine sur le volcanisme Permien du Mont Vinaigre expliquent sa topographie.

                                                                                         © M.Moine

  Coulées ignimbritiques A5 et A7 (270 Ma) , A10 - phases explosives

  Dôme constitué de lave dégazée pyromidale A11 (248 Ma).

  Les différentes coulées de laves acides sont séparées d'environ 20 Ma.


N'étant pas géologue, ni accompagné d'un spécialiste, je vous renvoie à son article et ne vous parle que du sommet, zone plus facilement déchiffrable.

                                                                                                 © B.Duyck


Entre le parking et le sommet, une coulée ignimbritique
( A10 - explosive) située du côté ouest.

Au sommet :

                                                                                       © B.Duyck


Brèches volcaniques de projection, correspondant au dégazage du volcan; il s'agit dans ce cas de morceaux de lave projetés par l'explosion et soudés entre eux par la chaleur.

                                                                                                © B.Duyck


                                                                                              © B.Duyck


La tour de surveillance incendies : on y surveille d'éventuels départs de feux.
A noter que la zone peut être fermée en été, par forte chaleur pour éviter tout risque d'incendie. Pour connaître la situation journalière, consulter avant de partir :
04.98.10.55.41 ou http://ddaf.cdig-83.org/fermeture.htm.

                                                                                                 © B.Duyck


En descendant le Mont Vinaigre, on aperçoit d'étranges affleurements de tufs volcaniques colorés en vert pâle.
explication de M.Moine :
"
En ce qui concerne l’affleurement en cause, il s’agit de la formation rBa  ( formation de Bayonne du nom du lieu dit ) et  composée de : « ensemble de grés rosâtres à taches vertes de décoloration, tufs volcaniques, cinérite et gouttes de cendres pisolithique »  ( d’après la carte géol ).

Là on est dans les tufs volcaniques.

La couleur verte provenant généralement de l’oxydation du fer en milieu aqueux et réducteur.

Ces formations sont généralement relativement tendres et non pas la dureté de la rhyolite. "


Source :
à voir et revoir :
"La planète du géologue randonneur" de M.Moine & al.
http://geologierandonneurs.fr/index.php?p=sommaire - point 5.3

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

39663 426260221440 645396440 5107060 4947536 n copie

    Landmannalaugar, le mélange des plans d'eau et de la roche colorée - © Antony Van Eeten

 

39226_426319651440_645396440_5109739_6599039_n-copie.jpg                                       Paysages ravinés  - © Antony Van Eeten


Landmannalaugar signifie en islandais « les sources chaudes des gens du pays » , trait qui caractérise une partie de cette vaste zone située à proximité de l’Hekla.

Le massif du Landmannalaugar présente un paysage tourmenté où un volcanisme acide a forgé des montagnes de rhyolite, qui côtoient des cratères rougeâtres, des vallons et des champs de cendres et laves, qui bordent des lacs d’un bleu profond. La palette de couleur regroupe le noir, le jaune pâle, le bleu, le rose et le rouge … peu de vert, à part quelques mousses.

 

36804 426262151440 645396440 5107194 7469383 n copie

                 © Antony Van Eeten

36938_426260181440_645396440_5107056_2756411_n-copie.jpg

               © Antony Van Eeten

38850_426080886440_645396440_5101756_5609232_n-2--copie.jpg

                    © Antony Van Eeten

37576 426261041440 645396440 5107113 2912437 n copie                            Une palette assez étonnante - © Antony Van Eeten


Le paysage semble à première vue stérile, mais abrite une flore discrète et adaptée au terrain volcanique.

 

39169_426320031440_645396440_5109774_6840630_n-copie.jpg

       Les plantes se défendent contre la sécheresse en se nanifiant - © Antony Van Eeten


A part quelques structures importantes, inutile d’essayer de nommer chaque bosse … il faut se laisser bercer par les couleurs douces en camaïeu et savourer l’Islande.

 

38507 426261296440 645396440 5107131 4278781 n copie                                                                                                      © Antony Van Eeten

 

Blahnukur  - signifiant le pic bleu - est une montagne soulignée de bleu-vert, creusée de sillons profonds dus à l’érosion par les pluies et la neige.

 

blahnukur-surplombe-la-vallee-de-Brandsgil---voyage-en-isl.jpg                      Blahnukur surplombe la vallée de Brandsgil - photo voyage en Islande.

 

39226_426319686440_645396440_5109746_4856948_n-copie.jpg

                         Le pic bleu ressort du paysage ocre - © Antony Van Eeten


Le Brennisteinsalda est un volcan, haut de 855 mètres, qui doit son nom islandais signifiant « la vague de soufre », aux spots de soufre qui le colore. Mais ici tout n’est pas jaune ! Le vert des mousses se marie au noir ou au bleu des laves, et au rouille des oxydes de fer. Ce volcan est toujours actif , comme en témoignent les solfatares.

 

39810_426259416440_645396440_5106949_1785752_n-copie.jpg

                                      Brennisteinsalda -  © Antony Van Eeten

39051 426260756440 645396440 5107095 5553795 n copie                              Mamelon oxydé et fumant - © Antony Van Eeten

 

37673_426268446440_645396440_5107677_6037370_n-copie.jpg

              Quelques plaques de neige gelée parmi les fumerolles - © Antony Van Eeten

 

39821 426268986440 645396440 5107724 7248155 n copie                                                                                                    © Antony Van Eeten

 

38224 426268841440 645396440 5107709 1552556 n copie                           Certains bassins font plus que fumer -  © Antony Van Eeten


Au pied du Laugarhraun, une coulée de lave située au centre du site laisse voir par endroit des passes d’obsidienne.

 

38506_426259486440_645396440_5106956_6954121_n-copie.jpg

                           La grande coulée du Laugarhraun - © Antony Van Eeten

 

39827_426260031440_645396440_5107041_8109776_n-copie.jpg                                            Début de coulée - © Antony Van Eeten


35974_426269741440_645396440_5107793_1174143_n-copie.jpg

                                     Bloc d'obsidienne - © Antony Van Eeten

 

Une rivière aux eaux chaudes, près de 40 degrés, invite à la baignade.

 

37744_426081496440_645396440_5101795_4948986_n-copie.jpg                          © Antony Van Eeten

 

Dans la réserve, seul trois endroits sont autorisés pour y planter sa tente : Landmannalaugar, Landmannahellir et Hrafntinnusker.

Hors réserve, on peut le faire partout à condition de ne rien souiller.


38430_426081271440_645396440_5101780_6260261_n-copie.jpg

                  Concentration de tentes dans la réserve - © Antony Van Eeten


Les possibilités de randonnée y sont nombreuses dans ce dédale, où l’on peut à sa guise suivre les sentiers plus ou moins balisés ou se laisser guider par le lit des torrents.

Le trek, qui peut durer quatre jours dans le Landmannalaugar, finit habituellement à Thorsmörk, mais peut se prolonger, via Fimmvörduhals, situé entre deux glaciers maintenant bien connus, l’Eyjafjallajökull et le Myrdalsjökull, en direction de Skogar et de la côte sud.

 

 

 

Sources :

- Landmannalaugar - le site officiel - pour tout renseignement pratique - link

- Landmannalaugar -ascension du Blahnukur - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Pour suivre : Glacier peak et le Mount Rainier.

Glacier peak SW - 2004 - J.H.Scurlock                               Glacier Peak - photo J.H.Shurlock 2004 - USGS.

Glacier Peak, le plus isolé des volcans de la chaîne des Cascades, est un stratovolcan dacito-andésitique, avec des dômes situés sur ses flancs et au sommet.
Plus d'une douzaine de glaciers habillent ses flancs, et lui ont valu son nom.

Bien que culminant à 3.213 m., le volcan s’est construit sur une crête et l’édifice volcanique lui-même n’atteint que 1.000 m.

Glacier Peak est bien connu pour ses énormes volumes de tephras libérés au cours d’éruptions datées de la fin du Pléistocène et de l’Holocène. Cette éruption majeure fut suivie d’une dormance de 6.000 ans. D’autres épisodes coïncident avec des nuées pyroclastiques et des tephras en moindre volume.

Selon des légendes indiennes, confirmées par l’analyse de tephras, une éruption récente eu lieu au 18° siècle.

Trois sources chaudes entourent le volcan et des zones dépourvues de neige coïncident avec des dômes de dacite fraîchement apparus.

(J.Beget – Volcanoes of North America)

 

Mt_Rainier_peaks--liberty-cap-columbia-crest-pt-success.JPG              Les pics du Mount Rainier : Liberty cap, Columbia crest et Pt Success - USGS.

Le Mount Rainier, le plus haut volcan de la chaîne avec ses 4.392 m., est considéré comme le plus dangereux, à cause de l’urbanisation dans ses zones de drainage et de divers facteurs aggravants : la hauteur du relief, les énormes volumes de neige et de glace surmontant le cône, de larges secteurs formés de débris riches en argiles et altérés hydrothermalement …tous facteurs favorisant de gigantesques lahars.

Dans les derniers 6.000 ans, trois coulées importantes furent répertoriées : "Osceola, Round Pass et Electron mudflows”.

 

Rainier-drainages.jpg

 

       Les zones de récurences de lahars, avec en haut à gauche, le Puget Sound et la ville

                                               de Tacoma - Carte USGS.

Le sommet actuel est composé de deux cratères jumeaux.

La partie sommitale du volcan est altérée hydrothermalement : des zones perpétuellement dépourvues de glace et la couverture glaciaire percée de grottes  témoignent d’une faiblesse structurale.

(Patrick Pringle - in Volcanoes of North America)


Rainier-twin-craters---D.Wieprecht-1995-USGS.jpg

                 Les cratères sommitaux et jumeaux du Mount Rainier.

                                                    Photo D.Wieprecht - USGS.



Sources :
- Global Volcanism Program - Glacier Peak
- Global Volcanism Program - Rainier
- CVO website - Mount Rainier
- CVO website - Glacier Peak
- "Volcanoes of North America" by C.A.Wood & J.Kienle.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog