Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “l'art mosaïque

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Artiste autodidacte travaillant la mosaïque depuis quelque années, Carole Hardy est de plus une volcanophile passionnée.

Ses nombreux voyages l'ont menée sur différents volcans, et mêlant plusieurs passions, elle a réalisé quelques mosaïques « volcaniques », dont nous avons parlé dans cette rubrique.

Faire du surf à La Réunion ... une invite au voyage dans l'île intense - Mosaïque par Carole Hardy

Faire du surf à La Réunion ... une invite au voyage dans l'île intense - Mosaïque par Carole Hardy

L'inspiration de sa dernière création lui vient d'une randonnée sur l'île de La Réunion. Magique à divers titres, l'île intense, comme l'appelle ses inconditionnels, combine une nature tropicale exubérante, des paysages grandioses sculptés par le volcanisme qui l'a formé, et le plaisir d'y rencontrer sur terre, dans les airs et sous les vagues une biodiversité chatoyante.

Détail de la planche recouverte de Mosaïque - par Carole Hardy

Détail de la planche recouverte de Mosaïque - par Carole Hardy

Cette ancienne surfeuse a ainsi habillé de mosaïque une planche qui reprend ces impressions.

Dans un dégradé de bleu, on voyage ainsi du volcan en activité, le Piton de La Fournaise, vers l'océan qui borde l'île. Au passage, une Paille en queue survole, parmi les fleurs d'hibiscus, un margouillat qui étreint l'île d'or.

Détail de la planche recouverte de Mosaïque - par Carole Hardy

Détail de la planche recouverte de Mosaïque - par Carole Hardy

La nature fleurie en abondance laisse s'écouler deux cascades qui rejoignent une mer où nagent des poissons tropicaux colorés.

 

Tout est dit ... une invitation au surf à La Réunion, qui fera le bonheur de son heureux destinataire au moment des fêtes.

 

Carole à l'ouvrage dans son atelier, ou sur le terrain à Tarnos.
Carole à l'ouvrage dans son atelier, ou sur le terrain à Tarnos.

Carole à l'ouvrage dans son atelier, ou sur le terrain à Tarnos.

Carole ne fait pas que des planches, son oeuvre se décline en habillage de divers objets usuels ou/et décoratifs : des tables, de petits meubles, des guitares, des pots, des jardinières, des nichoirs. Elle a récemment décoré un vieux banc de baton dans son quartier à Tarnos, lui donnant une seconde jeunesse.

Félicitations à Carole ! 

 

Ndlr : Le phaéton ou Paille-en-queue est un oiseau pélagique au plumage blanc doté d’une tâche oculaire et de rayures transversales noires sur le dos. Sa queue est prolongée par deux plumes médianes qui peuvent mesurer jusqu’à 50 cm.

Le margouillat ou mabouya est le nom créole donné aux geckos que l'on retrouve sur La Réunion.

 

    Sources :

    - Caro Mosaïque – link

    - Earth of fire – l'art sur les chemins du feu : une mosaïque pluri-volcanique – link

    - Sud-ouest – Le banc public a pris de belles couleurs – link

     

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

    Récemment nous avons visité les volcans des îles Galapagos grâce aux photos de Carole et Frédéric Hardy, nous y retournons brièvement pour admirer une « mosaïque pluri-volcanique » .


    Art millénaire, la mosaïque est un art décoratif utilisé pour animer diverses surfaces d’un jeu de matière et de lumière.

    Cet art, pratiqué en architecture et décoration, depuis l’antiquité grecque et romaine, puis à Byzance, a ensuite perdu de sa notoriété durant plusieurs siècles avant de revenir en force avec le mouvement Art nouveau puis l’Op Art.


    Les fragments de matériaux utilisés pour sa réalisation sont nommés tesselles, ou abacules. Ils sont constitués de diverses substances : pierre, marbre, céramique, émail, pâte de verre, parfois même pierre semi-précieuse.

    Selon le procédé employé, on qualifie la mosaïque d’opus tessellatum  lorsque les tesselles sont constituées de petits cubes réguliers, collés directement sur la surface à décorer, ou par un enduit intermédiaire. On l’appelle opus sectile quand les fragments utilisés sont de taille inégale, et constitués de pierre, marbre ou verre coloré.

     

     

    377510 CFH copie 2                                                       photo © Carole Hardy.

     

    Je laisse la parole à Carole pour présenter son œuvre et sa source d’inspiration :  

    "Depuis longtemps je souhaitais réaliser une création en rapport avec les volcans. L'art qui me plaisait le plus étant la mosaïque, j'ai commencé à prendre des cours mi-septembre. En octobre, lors d'un séjour aux îles Galapagos, j'ai trouvé dans une rue en impasse, bien protégée du regard des touristes, un mur couvert de mosaïques avec diverses représentations dont une avec des animaux endémiques sur fond de volcans en éruption. Ravie d'avoir un si beau modèle, je me suis lancée dès mon retour dans la reproduction de ces volcans, mais par manque de place sur mon tableau, j'ai préféré incrusté des bateau et un peu de mer. J'espère par la suite pouvoir réaliser mes propres créations volcaniques."

     

    Suivons pas à pas la réalisation de ce tableau:

     

     

    P1030146 CHB copie-copie-2

                            Débuts par les coulées de lave et les projections ...

      

    P1230150-CHB-copie.jpg

                                             Plusieurs sommets se dessinent !


    P1030594-CHB-copie.jpg

                    Pour passer ensuite vers la mer et ses voiliers ...

     

    et aboutir à l'oeuvre terminée et exposée sur son chevalet ... pas moins de sept volcans sur cette photo !

     

    377510_306469876060079_100000912069394_975007_703963582_n.JPG

                                      photo© Carole Hardy.

     

    Quand on pense aux heures consacrées à concevoir le projet, à le dessiner puis à assembler toutes les tesselles, ce mode d’expression artistique tend vers la méditation, tant son rythme de travail le déconnecte de la réalité du temps qui passe et renforce la relation entre la matière et l’artiste.


    Bravo à Carole !

     

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

    Grâce aux fonds de l’Union Européenne, en partenariat avec les autorités Italiennes depuis 2012, six nouvelles maisons d’exception restaurées viennent de rouvrir au public… marquant une " renaissance "  du site Pompéien inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.

    Après avoir été enterrées sous les cendres de l’éruption du Vésuve en l’an 79, et ainsi préservées durant des siècles, elles ont failli disparaître, victimes du manque d’entretien, des infiltrations d’eau, d’un surpâturage touristique non encadré, et des pratiques mafieuses.

    Pompéi - la Fullonica de Stephanus - photo il Mattino

    Pompéi - la Fullonica de Stephanus - photo il Mattino

    Parmi celles-ci, la Fullonica de Stephanus, redécouverte en 1911. Ce n’est pas une maison patricienne, mais une habitation transformée en un atelier où la laine, et d’autres linges, étaient piétinés pour les dégraisser.  Après le foulage, l’étoffe était assouplie avec une argile, appelée "terre à foulon", puis lavée et rincée avant d’être mise à sécher.

    Pompéi - plan de la Fullonica de Stéphanus.  - Source rozsavolgyi.free.fr

    Pompéi - plan de la Fullonica de Stéphanus. - Source rozsavolgyi.free.fr

    Pompéi - la Fullonica de Stephanus - bassin de la foulerie restauré - photo La Republica

    Pompéi - la Fullonica de Stephanus - bassin de la foulerie restauré - photo La Republica

    On y retrouve le traditionnel atrium et le tablinum, mais aussi cinq grandes cuves, des bassins et de grands étendoirs à l’étage. Un des ingrédients nécessaires dans une foulerie était l’urine, utilisée pour sa teneur en ammoniaque, et recueillie dans des pots placés près de la porte dans la rue. D’autres " urinoirs " existaient en ville, à l’angle de certaines rues ; ils étaient soumis, comme leur contenu, à une taxe par l’Empereur Vespasien (69-79) … qui a laissé son nom à ces lieux d’aisance.

    Pompéi - mosaïque à l'entrée de la maison de Paquius Proculus - photo http://locipompeiani.free.fr/

    Pompéi - mosaïque à l'entrée de la maison de Paquius Proculus - photo http://locipompeiani.free.fr/

    Les autres maisons sauvées sont la maison du Cryptoportique, la maison de l’Ephèbe, la maison de Fabius Amandius, la maison des amants chastes et la maison de Paquius Proculus.

    Cette dernière fait partie des demeures les plus richement décorées. Située dans la rue de l’abondance, on y pénètre par un vestibule pavé d’une mosaïque représentant un chien de garde tenu en chaîne … « Cave canem ».

    Pompéi - Maison de Paquius Proculus -  portrait de Paquius Proculus et de sa femme dorénavant conservé dans les collections du Musée archéologique de Naples.

    Pompéi - Maison de Paquius Proculus - portrait de Paquius Proculus et de sa femme dorénavant conservé dans les collections du Musée archéologique de Naples.

    L’atrium possède une mosaïque imitant au sol un plafond à caissons,, où chaque caisson est habillé d’un motif différent. La maison appartenait à Paquius Proculus, un homme politique de premier plan. Une fresque le représentant avec sa femme est conservée au Musée Archéologique de Napoli.

    Pompéi - Atrium de la maison de Paquius Proculus - image Google

    Pompéi - Atrium de la maison de Paquius Proculus - image Google

    Espérons que cette fois, ces oeuvres restaurées sauront être protégées et conservées pour de nombreuses années.

     

    Sources :

    - Roma Aeterna – Réouverture au public de six maisons à Popméi. - link

    - Live Newcast - WVTM 13  news  - Ancient city of Pompei unveils a facelift - link

    - Libération – Pompéi, l’histoire tombe en ruines  - link 

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

    Pompéï, cité figée dans le temps lors de l’éruption du Vésuve en l’an 79, exerce une fascination sur le public, et pas seulement sur les volcanophiles, depuis sa découverte en 1748.


    L’an dernier, le musée Maillol à Paris accueillait une  exposition magnifiant le vie privée des romains dans cette cité du premier siècle : " Pompéï, un art de vivre ". Une " domus pompeiana " y était évoquée, avec ses pièces traditionnelles : atrium, triclinium, culina, péristyle entourant un jardin, balneum et venereum … chaque pièce étant ornée de fresques et objets d’époque.


    pompei-sensualite-liberte-no-limit-L-p6NpEc.jpeg

    Affiche de l'exposition "Pompéi, un art de vivre" - OEnochoé en forme de tête de jeune femme. Ces vases en bronze, perpétuent une mode déjà en vogue dans les milieux grecs et étrusques. La polychromie des bandeaux de cuivre et des yeux en pâte de verre accentue le raffinement de l’objet.

     

    Pompei_Casa_Dei_Vettii_Hercules_Child---AlMare.jpg                  Pompéï - Casa dei Vettii - fresques :  l'enfance d'Hercule - photo AlMare


    En 2013, du 28 mars au 29 septembre, c’est au tour du British Museum de Londres de mettre à l’honneur les cités romaines, dans " Life and death in Pompeii and Herculaneum ".

     

    Britain-Pompeii.JPEG-0f13f.jpg    Portrait de Terentius Neo et son épouse - Pompéi - 55-79 - photo © DeAgostini/SuperStock.

     

    L’accent sera mis cette fois aussi sur la vie domestique des habitants de l’époque, en montrant les différences entre une Pompéï industrieuse et sa voisine Herculanum, cité plus calme.

    Ces deux cités provinciales ne sont en fait exceptionnelles que par leur fin tragique  … caractéristique grâce à laquelle elles nous livrent aujourd’hui un aperçu incomparable sur la vie des romains, à une époque de " révolution sociale " où les anciens esclaves pouvaient devenir riches et puissants, et où les femmes jouaient un rôle important dans la société.

     

    Herculanum---decoration-maison-AVE.jpg            Herculanum - Maison de Neptune et Amphitrite, détail - photo Antony Van Eeten


    Les autorités Italiennes vont prêter pour l’occasion quelques 250 objets, y compris des mosaïques et peintures, des moulages de corps emboîtés dans les cendres et des restes carbonisés par les nuées ardentes.

     

    Pompeji_getoteter_Hund.jpg    Pompéï - moulage d'un chien, témoignant des conditions de sa mort - photo Musée de Naples.

     

    Pompéï et Herculanum ont déjà été évoqués sur ce blog dans " Pompéï et Herculanum ... plusieurs façons de mourir dans une éruption plinienne " et

    " Un volcan préserve le parfum des romains du 1°siècle ".

     

    A vos agendas !


    Sources :

    - The British Museum - Life and deathin Pompeii and Herculaneum - link

    - Associeted Press / Washington Post

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck

    Self-taught artist working the mosaic for some years, Carole Hardy is moreover a passionate volcanolover.
    Her many trips have led her to different volcanoes, and mixing several passions, she has realized some "volcanic" mosaics, of which we have spoken in this section
    .

    Art on the way of fire: Surf to La Reunion by Carole Hardy.

    The inspiration of his latest creation comes from a hike on the island of La Reunion.

    Magical in different ways, the "intense island", as its fans call it, combines an exuberant tropical nature, grandiose landscapes sculpted by the volcanism that formed it, and the pleasure to meet there on earth, in the air and under the waves a shimmering biodiversity.

    This former surfer has dressed with mosaic a board that takes up these impressions.
    In a gradient of blue, one travels from the active volcano, the Piton de La Fournaise, to the ocean that borders the island. In passing, a Paille en queue flying over among the flowers of hibiscus, a margouillat that hugs the golden island.Nature flowered in abundance allows two waterfalls to flow to join a sea where are swimming tropical colored fishes.

     

    Detail of the board covered with Mosaic - a clic to enlarge - by Carole HardyDetail of the board covered with Mosaic - a clic to enlarge - by Carole Hardy

    Detail of the board covered with Mosaic - a clic to enlarge - by Carole Hardy

    Everything is said ... an invitation to surf in La Réunion, which will make the happiness of its recipient at the time of the holidays.
     
    Carole does not only make boards, his work is declined in the dressing of various usual and / or decorative objects: tables, small furniture, guitars, pots, planters, nest boxes. She recently decorated an old bench in her neighborhood in Tarnos, giving it a second youth.


    Congratulations to Carole!

    Carole at work in her workshop, or on the ground in Tarnos
    Carole at work in her workshop, or on the ground in Tarnos

    Carole at work in her workshop, or on the ground in Tarnos

    Editor's note:

    Phaeton or Paille-en-queue is a pelagic bird with white plumage with an ocular task and black transverse stripes on the back. Its tail is extended by two median feathers that can measure up to 50 cm.
    The margouillat or mabouya is the Creole name given to the geckos that are found on Reunion Island.

     

    Sources :

    - Caro Mosaïque – link

    - Earth of fire – l'art sur les chemins du feu : une mosaïque pluri-volcanique – link

    - Sud-ouest – Le banc public a pris de belles couleurs – link

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Excursions et voyages

     

    MArs--Uranius-CerauniusTholi_--ESA.jpg                                                       Credits: ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

     

    Art volcanique abstrait ? ...


    Simplement une vue altimétrique colorée de deux volcans jumeaux, situés dans l'hémisphère nord de la Planète rouge dans la région de Tharsis, et fournie par l'ESA - European Space Agency : à gauche le Ceraunius tholus, et à droite, l'Uranius tholus. 


    L'image a été réalisée en utilisant le DTM - Digital Terrain Model - au départ d'une caméra haute résolution à bord du vaisseau spatial Mars Express ; elle dérive de données acquises au cours de trois orbites séparées, datées entre novembre2004 et juin 2006. Le code couleur est propre au DTM : du pourpre pour les régions les plus basses, au gris pour les plus hautes.

    Le nom "tholus" dérive du latin et signifie "dôme conique". Ces deux tholi voisinent, sur la carte, avec une structure nommée "patera" et une autre appelée "mons" (explication de ces termes en cliquant sur les noms).


     

    502-20110322-1096-1107-3144-6-co-01-uranius-cerauniustholi_.jpg

    La même image en couleurs naturelles, prise entre trois orbites séparées - durant la seconde orbite, la caméra a capturé des nuages glacés au dessus du tholus Ceraunius.

    La composition de la mosaïque d'images sur base de ces données justifie la ligne de nuages tranchée nettement -  Credits: ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

     

     

    Le tholus Ceraunius possède des mensurations imposantes : 130 km. de large ; les parois de sa caldeira sommitale, d'un diamètre d'environ 25 km., dominent les environs de 5.500 mètres.

    Uranius-CerauniusTholi - situation - ESALe tholus Uranius est plus petit : un diamètre basal de 62 km. pour une hauteur de 4.500 mètres.

     

    Situation des tholi Uranius et Ceraunius - doc ESA.

     

    Les flancs du Ceraunius tholus sont relativement raides, avec une inclinaison de 8°. Ils sont gravés de profondes vallées, suggérant un matériau facilement érodable, tel que de la cendre déposée pendant une éruption volcanique.

    La vallée la plus large et la plus profonde, 3.500 m. de largeur et 300 m. de profondeur, se termine à l'intérieur d'un cratère d'impact allongé, situé entre les deux volcans, par un dépôt en éventail. (bleu plus clair sur la photo du dessus). Ce cratère, de 35 km. sur 18, est le résultat d'un impact oblique de météorite; il est appelé Rahe

     

    La caldeira sommitale a un sol apparemment plat et susceptible d'avoir abrité un lac lorsque l'atmosphère martienne était jadis plus dense. On ne peut cependant pas préciser si l'éventail de dépôts s'est formé lorsqu'un chenal, ou un tunnel, de lave a été balayé par les eaux de fonte de la couverture glaciaire du volcan, fonte en relation avec l'activité volcanique.

     

    Mars---Uranius-CerauniusTholi_H1.jpg

      De l'avant à l'arrière-plan, la caldeira du Ceraunius tholus, le cratère d'impact Rahe, puis l'Uranius tholus, avec sur la gauche d'autres cratères d'impacts. -  Credits: ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

     
       

     

     

    Sources :

    - ESA - European space Agency - Mars Express

    - sur ce blog : Le volcanisme planétaire - les volcans martiens 1 - 2 - 3.

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #"Parole aux lecteurs"

     

    Actu-4-0539.jpg                          Oeuvre de Manrique - Jardin de cactus - ©JM. Mestdagh

                                             " L'intégration de l'homme à la nature ".


     

    Dans le tunnel de lave généré par le volcan La Corona, nous avons vu hier La Cueva de los Verdes ... il existe dans le même tunnel, une "grotte" aménagée par César Manrique : le Jameos del Agua.

    Jameos est un mot issu du dialecte local signifiant grotte ou bulle.

    Les infiltrations d'eau ont engendré un lac  naturel qui sert de tanière à une espèce unique au monde : un crabe albinos et aveugle, appelé familièrement "jameitos", le Munidopsis polymorpha.

    Les rayons du soleil pénétrant par les ouvertures du plafond illuminent ce lac : le Jameo grande.

     

    Jameos-del-Agua.jpg                     Jameo grande - le lac au crabes albinos - doc. wiki.

     

    Rapprochement de l'art et de la nature, voulu par César Marique, peintre, designer, architecte, sculpteur et surtout grand défenseur de la nature de Lanzarote.

    Né en 1919 à Arrecife, il a toujours vécu sur l'île et a eu la chance, contrairement à beaucoup d'artistes, d'être reconnu "de son vivant". Manrique est partout sur Lanzarote : il a conçu le Mirador del Rio, observatoire intégré à la nature, créé le jardin de cactus, et sa résidence privée devenue la Fondation Cesar Manrique; c'est aussi lui qui a pensé et dessiné le sympathique petit diable , mascotte du parc de Timanfaya.

     

    Un jardin qui ne manque pas de piquant, à Guatiza.

    Il constitue un bel exemple d'intervention architectonique intégrée au paysage : en pleine démarche d'intégration des ouvrages au paysage insulaire, il s'est intéressé à l'ancienne carrière de Guatiza, a fait restaurer le moulin à gofio (farine de maïs) qui couronne l'enceinte.

     

    Actu-4-0532.jpg

                Une partie du jardin de cactus et le moulin à golfio. - ©JM. Mestdagh


     

    L'intérieur circulaire est une métaphore des cratères de l'île; des murs en terrasses descendantes dévoilent les différentes variétés de cactus, avec au centre des monolithes de gravier compacté qui témoignent de l'activité carrière passée.

     

    Actu-4 0481

     

                                                                                                            ©JM. Mestdagh

     

    Actu-4 0552

     

                                                                                                                    ©JM. Mestdagh

     

    Actu-4-0503.jpg

      Intégration de la carrière de Guatiza au paysage volcanique environnant - ©JM. Mestdagh

     

    Ce jardin de cactus, où se mêlent plantes, sculptures, architecture, se situe dans un environnement agricole de figuiers de barbarie, support d'un insecte, la cochenille - Dactylopius Coccus - à la base de la production d'un colorant naturel : la carmin de cochenille.

     

    Actu-4-0199.jpg

            "Sculpture du vent", jouet des alizées - oeuvre de César Manrique - ©JM. Mestdagh

     

    Taro de Tahiche : c'est ici que Manrique a construit sa spectaculaire demeure, sur une coulée de lave produite par l'éruption de 1730-1736.

       En 1970, lors d'une excursion à Tahiche, il découvre un figuier dont l'extrémité verte pointe d'une coulée de lave noire figée. Il décide alors de construire sa maison à cet endroit. Les propriétaires de cette terre ne veulent pas êtres payés car ils estiment qu'elle est sans valeur, et ils proposent même à César Manrique de prendre tout le terrain dont il a besoin. L'artiste y bâti sa maison sur deux  niveaux et intègre cinq bulles volcaniques découvertes lors de la construction, les aménageant en salon, piscine, atelier...

     

    Taro_Tahiche_2.JPGUne bulle de lave aménagée en salon - meubles modernes intégrés aux pierres volcaniques

    photo Wollex - Wikipedia.

     

    En 1988, il quitte l'endroit pour emménager dans une maison paysanne; sa demeure deviendra un musée et le siège de sa fondation, qui a pour rôle de promouvoir et développer les activités artistiques.

     

    2008-12-16_Lanzarote_FundacionCesarManrique.jpgLe jardin de la fondation et la fresque de mosaïque conçue par Manrique - photo G.Keller.

     

    Sur la zone d'El Jable, une frange de terrain calcaro-siliceux d'origine marine propice aux cultures abrite un monument  de Manrique.


    Actu-4-0182.jpg

      "Fécondité", hommage sculptural gigantesque aux agriculteurs de Lanzarote, situé à côté de    la Casa del Campesino  -  ©JM. Mestdagh

     

    Manrique se définit lui-même en premier lieu comme peintre; On lui attribue un rôle de pionnier dans le mouvement espagnol d'art abstrait et il passe pour être un précurseur du surréalisme. Le fil rouge de son oeuvre et de sa vie est la mise en avant de la symbiose entre l'homme et la nature; il laisse la nature intacte et essaie de donner un cadre artistique à sa beauté pour en révéler sa valeur et le faire partager.

    Son projet de transformer son île natale en l'un des plus beaux endroits du monde a convaincu Pepin Ramirez, un ami devenu président du gouvernement des Canaries; il prévoit de n'autoriser que des constructions traditionnelles, de renoncer aux bâtiments de plus de deux étages et de supprimer les panneaux publicitaires !

    Si on pouvait s'inspirer de cette ligne directrice un peu partout !

     

    Sources :

    - Le jardin de cactus - Centros de arte, cultura y turismo.

    - Jameos del Agua - islanzarote.com


     

     

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

    La maison des Vettii est une ancienne demeure réhabilitée en l’an 62. Après un important séisme cette même année, rapporté par Suetone dans sa "Vie de Néron", l’élite quitte Pompéï pour d’autres lieux … ce vide permet aux nouveaux riches de s’y installer.

    C’est le cas des Vettii, Aulus Vettius Restituts et Aulus Vettius Conviva, deux affranchis devenus marchands de vin qui ont acquis cette demeure et  vont ainsi pouvoir étaler leur nouveau statut de notables.

    C'est sans doute la plus belle maison de Pompéï. Contrairement à l’usage en cours de réserver le rez-de-chaussée à une boutique ou un commerce, cette maison, située dans un quartier calme de Pompéï ne possède aucune pièce le long d’une rue principale.

    casa_vettii_pompeya_ebg01.jpgPompéï - Maison des Vettii : le triclinium / oechus ouvre sur le jardin et son péristyle - photo E. Barragan / Italica romana.

    Fidèlement reconstituée (on a été jusqu'à rétablir le toit de l'atrium), elle comporte un délicieux jardin embelli de statuettes, de vasques, de jets d'eau. Les fresques du triclinium représentant des scènes mythologiques et des frises d'amours occupés à des tâches quotidiennes, figurent parmi les plus jolies de l'Antiquité.

    triclinium-Casa-dei-Vettii---xs4all.nl.JPGPompéï - Maison des Vettii : peintures murales du triclinium / oechus, avec la "frise des amours" - photo xs4all.nl

    Elles sont situées dans une pièce ouverte sur le jardin et son péristyle. Les parois sont décorées dans la " quatrième style " (*), caractérisé par un socle rouge et noir avec figures et guirlandes. Une frise avec des amours occupés à diverses activités est située à hauteurs des yeux des convives (couchés), une zone centrale constituée de champs rouges avec des figures flottantes, divisée par des candélabres (des colonnes) avec fond noir. Le sol est recouvert de mosaïques blanches, cernée par un motif serpentant et un liseré noirs.

    Estampe-de-pompei-Casa-dei-Vettii---litho-De-luca-bartello.jpgPompéï - Maison des Vettii : Les Amours dans une course de chars
    Lithographie en couleurs de De Luca, Bartelloni, d'après les relevés du prof. Discaramo, édités par Negenborn et Bokwinkel à Naples. Hauteur : 11,8 cm - Largeur : 44,5 cm.  - Vers 1900.

     

    Brogi-_Carlo_-1850-1925-_-_n._11241_-_Pompei_-_Domus_Vettio.jpgPompéï - Maison des Vettii : Les Amours dans une course de chars- Doc. photo Carlo Brogi (1850-1925)

     

    foto-vettii73---Giovanni-Lattanzi---archart.it.JPGPompéï - Maison des Vettii : Les Amours dans une course de chars- Détail - photo Giovanni Lattanzi / Artchart.it

     

    Estampe-de-pompei-Casa-dei-Vettii---litho-De-luca-copie-1.jpgPompéï - Maison des Vettii : Les Amours vendangeurs
    Lithographie en couleurs de De Luca, Bartelloni, d'après les relevés du prof. Discaramo, édités par Negenborn et Bokwinkel à Naples. Hauteur : 11,8 cm - Largeur : 44,5 cm.  - Vers 1900.

    Ces fresques sont précieuses pour comprendre les techniques vinicoles pratiquées sur les flancs du volcan avant son éruption.

    Cette pièce porte le nom d’oecus, l’équivalent d’un salon dans une maison romaine, utilisé occasionnellement comme triclinium pour des banquets.

    Le 24 août 79, le Vésuve entre en éruption et recouvre Pompéï de cendres et de ponces … préservant cette demeure jusqu’en septembre 1894, date du début de l’excavation qui dura deux ans.

    Sommer-_Giorgio_-1834-1914-_-_n._3002_-_Pompei_-_Ultimi_sca.jpg

     

    Sommer-_Giorgio_-1834-1914-_-_n._3002_-_Pompei_-_U-copie-1.jpgPompéï - Maison des Vettii - photos de l'excavation du jardin et du péristyle entre 1894 et 1896 - doc. Sommer Giorgio (1834-1914)

     (*) : les peintures murales de Pompéï sont divisées en quatre différentes périodes, d’après une classification d’Auguste Mau en 1882. Les premier et second styles sont caractérisés par le placement des peintures dans des espaces de mur délimités. Le troisième style est marqué par l’inclusion de dieux et héros dans les peintures, avec un  côté mythologico-narratif. Le quatrième style est plus axé sur l’ambiance et la décoration, avec des zones centrales de murs divisés en panneaux séparés par une perspective architecturale élaborée. 

    759px-Brogi-_Carlo_-1850-1925-_-_Pompei_-_Domus_Vettiorum_-.jpg

     Pompéï - Maison des Vettii : le jardin et son péristyle reconstitués - peu après 1896 - photo
    Carlo Brogi (1850-1925) - "Pompei. Domus Vettiorum Veduta del peristilio".  Numero di catalogo: 9711.

     

    Sources :

    Merci à Damien Becquart de m'avoir inspiré le sujet.

    - The house of the Vettii - link  

    - Archart – Pompeï – Casa of the Vettii - link  

    - Expertissim.com - Pompéï, casa dei Vettii - deux planches de décor - link

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Dossiers

    La volcanologie, en tant que description d’un phénomène volcanique, est née au néolithique : la fresque d’un volcan à deux sommets en éruption, probablement le Hassan Dag , datée de 6.000 avant JC. a été découverte à Catal Hüyük en Turquie.

     

     

    T1_N110_A5_CatalHoyukMap.jpg Catal Hüyük - la plus vieille représentation de volcan en éruption sur une peinture murale retrouvée dans la plus ancienne cité au monde.


    Les premières civilisations méditerranéennes ont associé les volcans et leurs éruptions à des  manifestations divines.


    Une première interprétation du volcanisme nous vient de Thalès, un mathématicien grec du 6° siècle av. JC. ( vraisemblablement, les Babyloniens, les Phéniciens et les Hébreux avaient tenté une explication … mais aucune trace n’en a été trouvée) : il imagine que les convulsions terrestres sont provoquées par l’eau. La terre serait un disque flottant sur un océan, qui, à chaque tempête, déclenche des séismes.


    Eschyle (525-456 av. JC),le père de la tragédie grecque, fait allusion à l’éruption de l’Etna en 479 av. JC.


    Pindare (518-438 av.JC) décrit l’activité du volcan sicilien : " du mont sortent, vomis par ses abîmes, les sources les plus pures du feu insondable … ".


    Au 5° siècle avant JC, le philosophe grec Empédocle d’Agrigente (490-435 ?? av. JC) considère que le monde est régi par quatre éléments " racines de toute chose " : le feu souterrain, l’eau, la terre et l’air.

    Il se serait installé au bord de l’Etna pour y percer ses secrets et y méditer. Il décrit ses coulées : " des masses de feu s’avancent ; devant, elles roulent pêle-mêle d’informes quartiers de roches, des nuées de sables noirs s’envolent avec fracas … un fleuve tranquille laisse s’écouler ses flots … rien n’arrête la houle ignée, nulle digue ne la contient .

    Ne trouvant pas réponse à ses interrogations, il se serait jeté de désespoir dans le cratère du volcan, en laissant sur le bord une de ses sandales.

     

    La-mort-d-Empedocle---Salvatore-Rosa-2--1660-65.jpg                         "La mort d'empédocle" - tableau de Salvatore Rosa - 1600-1665.


    Pour Platon (428-348 av. JC), l’univers est fait de sept sphères ou hémisphères concentriques liées, comme par des cordages, par des rayons de lumière dont l’isotropie assure au globe équilibre et immobilité.

    C’est un texte poétique qui met l’homme au centre du monde, mais qui surtout définit notre planète comme une sphère, alors que la plupart des Grecs (dont Homère) la croyaient plate. Et cette sphéricité est nécessaire pour comprendre l’organisation géographique et éthique des trois terres concentriques. La Terre supérieure, soit la plus grande partie de sa surface, est ignorée des hommes. Elle n’est pas enveloppée par l’air atmosphérique mais par l’éther sidéral, intermédiaire entre feu et air. La Terre intermédiaire est celle de l’air, des mers et des hommes situés dans des cavités de la surface supérieure : ainsi les hommes vivent sous la surface de la terre, souterrainement en quelque sorte, mais ils l’ignorent. L'inférieure, l’Hadès n’est pas de feu, comme l’enfer des chrétiens ou le magma des géologues. Il est d’eau, de marais, de lacs et surtout de fleuves " intarissables, d’une grandeur immense" toujours en mouvement comme le sont les âmes des hommes. Ils sont quatre, selon Platon : l’Océan, le plus grand et le plus extérieur ; l’Achéron, qui aboutit au lac Achérousias, le plus souterrain de tous ; le Phlégéthon ou Pyriphlégéthon, aux eaux brûlantes, rougeoyantes, flamboyantes, parfois même de feu ; le Cocyte, aux eaux bleues glacées ou boueuses, qui aboutit au lac appelé Styx, souvent confondu avec le fleuve lui-même, avant de descendre sous terre.

     

    Platos_Academy_mosaic_T_Siminius_Stephanus_Pompeii-1024x102.jpg

                     "L'académie de Platon" - Mosaïque de la villa de T.Siminius à Pompéï - 1° siècle.

     

    Platon décrit en spéléologue la circulation des eaux souterraines dans les régions calcaires : " Or toutes les régions souterraines communiquent entre elles, en une foule d’endroits, par des trous d’un diamètre plus étroit ou plus large, et elles possèdent en outre des voies de passage (...) par où une eau abondante s’écoule des unes dans les autres ainsi qu’en de grands vases ".

    En profondeur, un énorme fleuve de feu sinueux, le Périphlégéton, alimente les bouches volcaniques. Platon décrit pour la première fois la genèse des laves : " parfois, lorsque la terre a fondu sous l’action du feu, puis s’est refroidie, il se forme une pierre dotée d’une couleur noire ".

     

    Carte_Enfers_Phedon12.jpg                  "La vraie Terre" dans le Mythe de Phédon, de Platon - doc. O. Baruck


    Une des légendes les plus tenaces est liée au volcanisme … Platon relate dans Critias et dans Timée la disparition soudaine d’un continent, l’Atlantide, et de ses habitants, les Atlantes. Raffinés, ceux-ci aimaient les arts vénéraient les taureaux, construisaient de somptueux palais et prônaient la justice sociale. Leur civilisation était prospère … lorsque tout bascula.

    Les travaux archéologiques montrent que si l’Atlantide a existé, c’est à Santorin qu’il faut la chercher : une des plus catastrophique éruption des trois derniers millénaires, accompagnée d’un tsunami colossal qui balaya les côtes de la Crête et de la Méditerranée orientale.

     

    Akrotiri---la-dame-aux-payrus---culture-minoenne.jpg                         Santorin - site d'Akrotiri : "La dame aux papyrus" - culture minoenne.


    Dans un autre récit, quand les Argonautes s’apprêtent à mouiller en rade, Thalos leur lance des blocs de rochers, mais Médée vient à bout du monstre de bronze, " dont le sang se met à couler comme du plomb fondu , et qui tombe dans un terrible craquement ". Les argonautes quittent lîle, vainqueurs, quand un voile obscurcit la mer  … sont-ce les retombées de cendres de Santorin ?


    Le Géographe grec Strabon (58 av.-21 ap. JC) décrit le Vésuve alors endormi et couvert de végétation jusqu’au sommet comme un volcan : " il possède des cratères de feu, lesquels se sont éteints faute d’aliments ". Il décrit l’éruption de 126 av JC au large de Panarea, dans les îles eoliennes, et celle d’Ischia, au large de Naples, accompagnée d’un raz-de-marée : " la mer,après s’être retirée, revint au bout de peu de temps. Le flux submergea l’île et le feu (du volcan) qui s’y trouvait s’éteignit ". il parle aussi de Lipari, de " ses eaux chaudes et ses souffles de feu ", de Vulcano, " l’enflammée ", de Strongyle (la ronde … Stromboli), " inférieure pour la violence de sa flamme, mais supérieure pour l’éclat ".


    A suivre : les volcans sous Rome.

     

    Sources :

    - Les feux de la Terre - histoires de volcans - par M. Krafft

     - Catalhöjük - the south shelter - lien

    - Electrum mag - Plato's circle in the mosaic of Pompeii.

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Excursions et voyages

    volcans-Armenie.jpg

                           Situation des volcans en Arménie - d'après Google 2010.

     

    L'histoire géologique du "Petit Caucase" a débuté il y a 150 millions d'années avec la fermeture d'un océan, le Téthys, et la collision de deux ensembles continentaux, la plaque Arabique et la plaque Eurasienne.

    Depuis la fermeture de l'océan, les déformations de l'écorce terrestre et le volcanisme ont façonné la morphologie Arménienne.

    Les plus hauts sommets du pays sont d'imposants volcans; les roches volcaniques, basalte et tuf, ont été utilisé depuis la préhistoire pour les édifices civils et religieux, la sculpture et la joaillerie (obsidienne).

    La géologie de l'Arménie est toujours marquée par des déformations actives, témoins les nombreuses failles et leurs ruptures qui produisent fréquemment des séismes, dont le tragique tremblement de terre du 7 décembre 1988 - faille de Spitak, magnitude 6,9. (M.Sosson / CNRS)


     

    Philip-et-al_Tectonophysics01-2.jpgFailles et mouvements des plaques tectoniques au niveau du "Petit Caucase" - document Hervé Philip.   -  Active tectonics north of the Arabian plate (after Philip et al., 1989; Rebaı¨ et al., 1993). (1) Major strike-slip faults; (2) major thrust faults; (3) relative motion of blocks with respect to Eurasia. Ar—Armenia; D—Dagestan; T—Talish; E.A.F.—East Anatolian fault; N.A.F.—North Anatolian fault; P.S.S.F.—Pambak – Sevan–Sunik fault; Z.F.—Zagros fault.

     

    Le mont Aragats :

    Ce grand stratovolcan andésitique à dacitique, haut de 4.095 m., est daté du Pliocène au Pleistocène, et couvert de glaciers qui l'ont façonné; le sommet est constitué de quatre pics. Une ligne de cratères et cônes pyroclastiques, longue de 13 km. orientée OSO-ENE., coupe la bordure nord du cratère et est source des jeunes coulées de lave et de lahars, datée de l'holocène.

    La dernière éruption n'a pas été datée.

     
    Aragats--.jpg

    Le mont Aragats - Photo by Alexander Margarian. Taken from the Smithsonian Museum of Natural History.

     

    Ghegam Ridge volcanic field :

    Le champ volcanique de Ghegam Ridge est localisé entre la capitale Yerevan et le lac Sevan. Il est composé de dômes de lave et de cônes pyroclastiques, ainsi que de coulées de lave, couvrant une surface de 65 km. sur 35.

     

    Ghegam-ridge---Nasa-space-shuttle.jpg      Le Ghegam Ridge volcanic field et la lac Sevan, vu du Space Shuttle -  doc. Nasa.

     

    Les formations volcaniques sont grossièrement positionnées en trois axes orientés NNO-SSE. Les écoulements de lave en provenance des groupes "centraux et est" se sont produits jusque dans la lac Sevan.

    Les éruptions explosives initiales furent suivies de l'extrusion de dômes et de coulées d'obsidienne rhyolitique. La dernière activité en date a produit une série de cônes de cendres et de coulées de lave de nature andésitique à basalto-andésitique.

     

    Mount_Azhdahak_-_Seroujo.jpgLe volcan Azdahak et son lac de cratère alimenté par la fonte des neiges - ph. Seroujo / wikipédia.

     

    L'Azhdahak , aussi appelé Karmirsar - le mont rouge - est le point culminant du massif du Ghegam; il culmine à 3.597 mètres.

     

     

    Temples et orgues basaltiques de Garni :

     Dans la région de Garni, on trouve de superbes orgues basaltiques et le temple païen, édifié en 77 par Tiridate I°, et dédié au dieu solaire Mithra; ce temple est une des rares constructions païennes ayant échappée à la destruction lors de la conversion au christianisme. Il fut disloqué par le séisme de 1679, et reconstruit avec les pierres basaltiques restées en place.

     

    Armenia_Garni---R.Zenner-wiki.jpg                       Garni - le temple ionique de Mithra - photo R.Zenner / wikipédia.

     

    Garni---orgues-basaltiques---photo-pencroff-2---flickr.jpg                      Garni - Orgues basaltiques - photo Pencroff / flickr.

     

    Tethys_garni---mosaique---wiki.jpgA proximité du temple, on a trouvé des bains, datant du 3°siècle, dont le vestibule possède un pavement de mosaïque, avec une illustration de Téthys. Dans la mythologie grecque, Téthys est une déesse marine archaïque; elle est la fille d'Ouranos (le ciel) et de Gaïa (la terre), soeur et épouse d'Océan, avec qui elle eut de nombreux enfants, les dieux fleuves et les Océanides... elle personnifie la fécondité marine.

    Garni - mosaïque de Téthys - doc.wikipédia.

    Le nom de cette déesse se retrouve dans celui du proto-océan, dont question ci-dessus.

     

     

    Sources :

    - Global Volcanism Program - Aragats.

                                                 - Ghegam Ridge

    - Paysages et géologie de l'Arménie - M.Sosson CNRS

    - Estimating slip rates and recurrence intervals for strong
    earthquakes along an intracontinental fault: example
    of the Pambak–Sevan–Sunik fault (Armenia) -
    Hervé Philip & al. Université de Montpellier.

    - Le séisme du 7 décembre 1988 - P.Bernard / IPGP.


    Lire la suite

    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>

    Articles récents

    Hébergé par Overblog