Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “l'art mosaïque

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu, #Actualités volcaniques

Told to represent the artistic part of this meeting on volcanology, Gennaro Regina exhibited her works devoted to volcanoes at the Mostra d'Oltremare in Naples.

The exhibition was titled: "The breath of the Earth" ...

Many photos made by participants in this congress have flourished on social networks, signs of appreciation for these paintings illustrating Vesuvius and other volcanoes.

Exhibition "The breath of the Earth" by Gennaro Regina at the Mostra d'Oltremare in Naples.- photo of visitor of the exhibition on Twitter

Exhibition "The breath of the Earth" by Gennaro Regina at the Mostra d'Oltremare in Naples.- photo of visitor of the exhibition on Twitter

Vesuvius in the spotlight - Gennaro Regina's "The breath of the Earth" exhibition at the Mostra d'Oltremare in Naples - photo of visitor of the exhibition on Twitter

Vesuvius in the spotlight - Gennaro Regina's "The breath of the Earth" exhibition at the Mostra d'Oltremare in Naples - photo of visitor of the exhibition on Twitter

Mount Fuji, another volcano of Gennaro Regina's "The breath of the Earth" at the Mostra d'Oltremare in Naples. - picture from his Facebook page

Mount Fuji, another volcano of Gennaro Regina's "The breath of the Earth" at the Mostra d'Oltremare in Naples. - picture from his Facebook page

To celebrate the end of Cities on Volcanoes 10, Gennaro Regina performed in public and outdoors, accompanied by the music of Roberto Funaro and Marco Auggiero's dance company.

He painted Vesuvius on a four-meter-long panel depicting maps of different volcanoes of the world. Towards the end of the performance, the dancers accompanied him on stage ... he then projected black paint on them, before they came to press their faces, their arms and their hands on the panel, in order to integrate them into the work.

He finally greeted the audience by extending his hands full of paint, then melted into the crowd to see the effect of his work. (Article in Il Mattino)

Public performance for the end of the Congress Cities on Volcanoes - photo of participants in Cities on Volcanoes 10 on Twitter

Public performance for the end of the Congress Cities on Volcanoes - photo of participants in Cities on Volcanoes 10 on Twitter

Public performance for the end of the Congress Cities on Volcanoes - photo MART DANCE international center

Public performance for the end of the Congress Cities on Volcanoes - photo MART DANCE international center

Creativity, spontaneity, improvisation, panache, explosiveness ... volcanic, all these qualifiers do not manage to define it. He will do it himself, saying:

                 "Sono figlio della pop art"

 

Sources:

- Gennaro Regina - website - link

- Gennaro Regina - Facebook page - link

- Il Mattino - Pittore e dj: performance of Regina he vesuviano - 08.09.2018

- Monitorenapoletano - presentato il docucorto suriezione dell (artista Gennaro Regina - and photos on Instagram - link

- Cities on volcanoes 10 - General information

- # COV10 and Cities on Volcanoes 10 on Twitter

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Jocelyn Lardy offers us her last painting, calling at first sight, but rich of a beautiful story.

A professional osteopath, he is also a prolific artist-painter; In addition to his profession and his art, he also takes care of the Lyon Corbas Fighter Aircraft Museum, where he invites and films the testimony of former pilots.

A former fighter pilot recently told him his memories of flying: in the 50s, during a mission with the Air Force in southern Italy, he flew over Etna in eruption.

"Interception on Eruption", painting on canvas by Jocelyn Lardy - 2018.

"Interception on Eruption", painting on canvas by Jocelyn Lardy - 2018.

In his work based on various stories that he has mixed, he proposes the interception by two hunters of a Russian airliner on a background of erupting volcanoes.

At the time, it was not uncommon for Soviet Union planes to "get lost" in the skies of Europe ... just to test the reaction time of NATO forces.

American hunters with French cockades are depicted with precision and dynamism worthy of the situation.

"Interception on Eruption", painting on canvas by Jocelyn Lardy - detail

"Interception on Eruption", painting on canvas by Jocelyn Lardy - detail

"Interception on Eruption", painting on canvas by Jocelyn Lardy - detail

"Interception on Eruption", painting on canvas by Jocelyn Lardy - detail

Although the announcement in some films may be relevant here - " this is a work of fiction. Any resemblance to a situation that really existed would be purely fortuitous "- the atmosphere of the Cold War is confused with the heat of Etna in activity.

In the first half of the 1950s, Etna's activity was focused on the central crater and the north-east crater with some eruptions of VEI 2.

"Interception on eruption", painting on canvas by Jocelyn Lardy - detail on a fountain and the lava flow it feeds.

"Interception on eruption", painting on canvas by Jocelyn Lardy - detail on a fountain and the lava flow it feeds.

"Interception on eruption" - last touch on the painting  by Jocelyn Lardy

"Interception on eruption" - last touch on the painting by Jocelyn Lardy

Sources :

- Jocelyn Lardy sur son site : http://sjlardy.free.fr/

- Global Volcanism Program - Etna – Eruptive history

     

    Start Date

    Stop Date

    Eruption Certainty

    VEI

    Evidence

    Activity Area or Unit

    1955 Apr 5

    1956 Apr 7

    Confirmed

    2

    Historical Observations

    NE Crater, Central Crater

    [ 1953 Jul 30 ]

    [ Unknown ]

    Uncertain

    2

     

     

    1951 Sep 21

    1952 May 30

    Confirmed

    1

    Historical Observations

    NE Crater

    1950 Nov 25

    1951 Dec 2

    Confirmed

    2

    Historical Observations

    East flank (2820-2200 m)

    1949 Dec 3

    1950 Nov 16 ± 15 days

    Confirmed

    1

    Historical Observations

    NE Crater

     

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Art on the way of fire

    I recently took out a small canvas purchased in Bali, returning from the classic night excursion to the top of the Batur, to see the sunrise over the Agung and Rinjani.

    An old man, a little hunched, sold it to me for a few Indonesian rupees.

    Batur - painting on canvas (14 x 17 cm) - unknown artist - photo © Bernard Duyck

    Batur - painting on canvas (14 x 17 cm) - unknown artist - photo © Bernard Duyck

    Relevant to Naive Art, a non-academic movement and without proper definition, it is nevertheless characterized by traits common to these figurative representations: the subject, "rustic", illustrating landscapes and flowers, the non-respect, voluntary or not, of the rules of the Western perspective, the vivid colors without attenuation in the background, its details meticulous and awkward at the same time.

    The description of the three craters of the Batur aligned on a fissure, the lake in the caldera, and its banks drawn by the volcano flows, is precise enough to identify with certainty the site.

     The 3 craters of the Batur - photo of the day 30.10.2017 / Ivana Dorn

    The 3 craters of the Batur - photo of the day 30.10.2017 / Ivana Dorn

    Batur - painting on canvas (14 x 17 cm), detail - unknown artist - photo © Bernard Duyck

    Batur - painting on canvas (14 x 17 cm), detail - unknown artist - photo © Bernard Duyck

    Batur - the lava field of the eruption 1968 eruption (Batur III, VEI 2) - photo Martin Moxter

    Batur - the lava field of the eruption 1968 eruption (Batur III, VEI 2) - photo Martin Moxter

    The Batur, historically active, is located in the center of two concentric caldeiras, northwest of the volcano Agung.

    The outer 10 x 13.5 km caldera was formed during the eruption of the Ubud Ignimbrite, approximately 29,300 years ago, and now contains a caldera lake on the southeast side facing the Gunung satellite cone. Abang, the highest point of the complex.

    The inner caldera, 6.4 x 9.4 km wide, was formed about 20 to 150 years ago during the Gunungkawi Ignimbrite eruption. The south-east wall of the inner caldera is under Lake Batur; The Batur cone was built in the internal caldera at a height higher than the edge of the outer caldera.

    The Batur stratovolcano produced vents over much of its inner caldera, but a NE-SW crack system supports the Batur I, II, and III craters along the summit ridge. Historical eruptions have been characterized by mild to moderate explosive activity, sometimes accompanied by lava emission. Basaltic lava flows from the summit and flank mouths reached the caldera soil and the shores of Lake Batur in a historic period.

    The last eruption is dated March 1999 to June 2000 (GVP)

    Batur - a plume of ashes during the eruption of 1999-2000 - photo © Pascal Blondé on 01.11.1999

    Batur - a plume of ashes during the eruption of 1999-2000 - photo © Pascal Blondé on 01.11.1999

    Sources:

    - Global Volcanism Program - Batur

    - Website of Pascal Blondé - link

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #L'art sur les chemins du feu
    L'examen de l'écusson qui orne la ceinture de karaté de ma petite-fille, sport qu'elle pratique depuis peu, m'a fait dévier cette fois vers le pays du soleil levant et le volcan Fujiyama.

    Cette estampe, réalisée par Katsushika Hokusai, fait partie d'une célèbre série de 46 estampes éditées entre 1831 et 1833.

    Elles représentent le Mont Fuji depuis différents lieux, et suivant les saisons. La série témoigne de l'intégration dans les thèmes de la tradition japonaise, la plus anciennes des représentations artistiques du Fuji datant du 11° siècle, des modes de représentations occidentaux et plus spécialement de la perspective que le peintre a découvert grâce à un artiste japonais, Shiba Kokan, qui fréquentait des hollandais, seuls autorisés à amarrer dans le port de Nagasaki.
    "Les trente-six vues du Mont Fuji" est une des première série consacrée entièrement au paysage et réalisée en grand format ... ce qui révolutionna la peinture japonaise de l'époque.

    Parmi les prelières parues, trois estampes se distinguent et connaissent un succès immédiat : "Le Fuji par temps clair, L'orage sous le sommet et La grande vague de Kanagawa".

    Fichier:The Great Wave off Kanagawa.jpg
                               Image retouchée et détenue par le Bibliothèque du Congrès.

    Kanagawa-oki nami-ura, la grande vague de Kanagawa :

    Le Mont Fuji est l'élément principal, mais ne constitue pas le but essentiel de la série d'estampes  qui est l'illustration du rapport entre l'homme et la nature. Confrontation musclée où les pêcheurs, à bord de trois barques rapides utilisées pour le transport du poisson, doivent affronter d'énormes vagues dans la baie de Tokyo.

    Le bleu de Prusse, pigment importé de Hollande seulement depuis 1820, est utilisé ici : cette couleur d'origine synthétique était fort appréciée des artistes japonais, parce qu'elle était plus stable dans le temps que les pigments naturels. Ils l'utilisèrent d'autant plus qu'ils étaient containts par la censure à n'utiliser qu'un nombre restreint de couleurs et qu'ils avaient réalisé les ressources qu'ils pouvaient tirer de ce seul bleu.
    Toutes les estampes de la série ne sont pas fondées sur ce pigment, mais une tonalité bleue se dégage de l'ensemble ... "bleu de l'espace, bleu de l'éternité" , avec l'avantage matériel que ce bleu de Prusse gardait effectivement longtemps son intensité au contarire d'autres bleus.
    (Kenneth White)

    Hokusai lança une édition en "aizuri-e" , les estampes bleues, avant d'éditer une série avec les couleurs complémentaires.

    Fichier:Tsunami by hokusai 19th century.jpg
                              Metropolitan Museum of Art - New York.

    La composition a toujours été importante pour le peintre Hokusai : dans cette série, les formes géométriques y jouent un rôle essentiel; le triangle du Fuji est compris dans le cercle esquissé par les rouleaux de vagues.
    Nelly Delay souligne cet aspect dans son ouvrage "L'estampe japonaise" :
    «  Il émane d'elles tant de naturel et de spontanéité que l'on imagine mal qu'elles puissent être l'aboutissement d'un projet déterminé. Or, dès que cette idée vient à l'esprit, l'entrecroisement savant des lignes apparaît clairement. L'accent d'un point focal, d'où rayonne un éventail de directions pour le regard, la force des diagonales, qui divisent la composition en plans, prouvent que ces estampes, au-delà de leur climat poétique, s'adresse à notre sensibilité, tout autant qu'à notre esprit. Cheminer à l'intérieur de ces paysages est dès lors d'un intérêt accru. »


    800px-La Grande Vague, Yin et Yang couleur origineLe travail se porte aussi sur la profondeur spatiale, avec le fort contraste entre l'arrière-plan et le premier plan : la violence de la grande vague, avec ses griffes d'écume, s'oppose à la sérénité du fond, vide. Symbôle du Yin et du Yang, l'homme se débatant entre les deux ... cette opposition se traduit au niveau des couleurs : le bleu s'oppose au jaune rosé de l'arrière-plan, qui est sa couleur complémentaire. Formes et couleurs réalisent la symétrie de l'ensemble.

                                                                Fichier:The Great Wave off Kanagawa - wave.jpg
                                                    Détail des "griffes d'écume".

    Les trente-six vues du Mont Fuji" ont révolutionné la peinture japonaise en imposant le paysage comme sujet à part entière, mais ont été aussi une source d'inspiration pour les peintres occidentaux japonisant du 19° siècle. L'influence d'Hokusai se sent chez Van Gogh, Manet, Degas et Monet, chez qui une huile de 1899, "Le pont sur un étang de nymphéas" s'isnpire de l'architecture orientale des ponts.

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #L'art sur les chemins du feu
    Après l'art illustrant les volcans Siciliens, portons le regard sur un autre géant italien : le Vésuve.


    La nature volcanique du Vésuve fut reconnue par le géographe grec Strabon dès l'année 7 BC : "le sommet du volcan présente des roches chauffée par un feu intense".


    ...malgré son identification par Strabon, le Vésuve n'était connu jusque là que comme une "montagne" verte, arborée, et abritant des vignobles. Les tremblements de terre qui ont affecté la baie de Naples en 62-63 ne furent pas mis en relation avec un quelconque activité volcanique.

    L'éruption de 79 après JC fut décrite par Pline le jeune dans sa correspondance à Tacite. (texte en référence, dont un extrait :

    « Il était difficile de discerner de loin de quelle montagne sortait ce nuage ; l'événement a découvert depuis que c'était du mont de Vésuve. Sa figure approchait de celle d'un arbre, et d'un pin plus que d'aucun autre ; car, après s'être élevé fort haut en forme de tronc, il étendait une espèce de feuillage. Je m'imagine qu'un vent souterrain violent le poussait d'abord avec impétuosité et le soutenait ; mais, soit que l'impulsion diminuât peu à peu, soit que ce nuage fût affaissé par son propre poids, on le voyait se dilater et se répandre ; il paraissait tantôt blanc, tantôt noirâtre, et tantôt de diverses couleurs, selon qu'il était plus chargé ou de cendre ou de terre. »
    — Pline le Jeune, Épîtres, livre VI, lettre 16 )

                  Fresque de la Casa del Centenario représentant le Vésuve.

    La fresque fut découverte dans la Casa del Centenario, dans la partie sud de Pompéï et date donc d'avant 79.
    Le volcan y est dépeint comme une grande montagne, aux pentes abruptes et couverte de végétation. Bacchus, dieu du vin, se tient en avant-plan, revêtu d'une grappe géante de raisin et tenant dans sa main droite, un verre dont le contenu est lappé par une panthère. Cet animal fut sa nourrice selon la légende.
    Le serpent représente l'esprit de la fertilité habitant les vignobles et les champs.

    Les fresques romaines représentant des paysages sont l'expression d'un idéal de beauté et de fertilité, matiné de sacré. Cette image du Vésuve se lit donc selon plusieurs registres :  un paysage naturel, d'une harmonieuse beauté, riche et fertile, doté de plus d'un potentiel supranaturel, célébré par la présence du dieu du vin et de l'esprit de la fertilité.
    Le volcan est paisible, ses flancs recouverts de vignes ne faisant pas songer à sa puissance destructrice.

    Les coulées pyroclastiques qui ensevelirent Pompéï et Herculanum ont préservé, en même temps qu'elles détruisaient toute vie, cette fresque sereine pour la postérité.

                                                    La Casa del Centenario - Pompeï


    Données du GVP sur le volcan et son éruption légendaire :

    Dating Technique: Historical Records

    Volcanic Explosivity Index (VEI):  5?

    Tephra Volume:  3.3  ±  0.5  x  109 m3

    Area of Activity: (Pompeii eruption)

    Eruptive Characteristics:
        Central vent eruption
        Explosive eruption
        Pyroclastic flow(s)
        Fatalities
        Damage (land, property, etc.)
        Mudflow(s) (lahars)
        Tsunami (giant sea waves)
        Caldera collapse
        Evacuation


    Sources :

    GVP - Global Volcanism Program :
    http://www.volcano.si.edu/world/volcano.cfm?vnum=0101-02=

    lettres de Pline l'ancien à Tacite :
    http://faculty.cua.edu/pennington/pompeii/PlinyLetters.htm#Pliny3

    article sur "la casa del Centenario" :
    http://www.archart.it/archart/italia/campania/Pompei/Pompei%20-%20Centenario/index.html

    article sur la peinture à l'époque Romaine :
    http://www.metmuseum.org/toah/hd/ropt/hd_ropt.htm

    La semaine prochaine: d'autres tableaux d'éruptions du Vésuve.

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Excursions et voyages

    Yerevan, the capital of Armenia, reveals all its charms when approaching at sunrise or sunset ... the pink city then stands out on the Ararat volcano that dominates the region.

    This city, one of the oldest in the world, was founded in 782 BC by King Arghisti I. It takes its name from the Urartian fortress Erebuni, of which there are only a few ruins.

    Eleven cities have evolved since on the same site until today. In November 1920, the Soviet regime made Yerevan the capital of the Armenian Soviet Socialist Republic, one of the 15 members of the Soviet Union. The city was transformed under this regime from a small city to a metropolis. modern with more than a million inhabitants ... but it was always the same stone that was used to replace the old houses with Soviet-style buildings.

    When the Soviet Union fell in 1991, Yerevan became the capital of the independent Republic of Armenia.

    Yerevan - Republic Square, with the changing colors of the early morning - photo © Bernard Duyck 2019

    Yerevan - Republic Square, with the changing colors of the early morning - photo © Bernard Duyck 2019

    The pink stone of the volcano:

    This stone, pastel-pink to sometimes orange-tinted, is an oxidized ignimbrite, a welded tuff, coming from the upper part of a thick pyroclastic flow widespread around Yerevan.

    Volcanologist Jack Lockwood says that this color is a result of both the speed of the flow, the place where it stopped (flat terrain favoring thick deposit), and oxidation.

    The pinkish color is enhanced at sunset on the snowy peaks of Ararat.

    Yerevan - shade of volcanic tuffs on the buildings of the Republic Square - photo © Bernard Duyck 2019

    Yerevan - shade of volcanic tuffs on the buildings of the Republic Square - photo © Bernard Duyck 2019

    Yerevan - North Avenue - photo © Bernard Duyck 2019

    Yerevan - North Avenue - photo © Bernard Duyck 2019

    Yerevan - extended on the hills - photo © Bernard Duyck 2019

    Yerevan - extended on the hills - photo © Bernard Duyck 2019

    Yerevan is a contrasting capital that stretches over seven hills, and on various levels, from 865 to 1,390 meters, backed by the gorges of the Hrazdan River.

    The center of the city revolves around  Republic Square, and the Opera, lined with Soviet-style buildings, decorated with motifs inspired by medieval architecture.

    The northern avenue connects these neuralgic points, leading to "The Waterfall": this ornamental work has become a place of culture, exhibiting contemporary art; the renovation of the district, the fall of the USSR allowed the establishment of real estate projects, and an art museum, lively shops and many shops and restaurants.

    The traffic in this city of one million two hundred and fifty thousand inhabitants remains chaotic, without respect for the rules, although the police are quick to crack down.

    Yerevan - "The waterfall" - photos © Bernard Duyck 2019
    Yerevan - "The waterfall" - photos © Bernard Duyck 2019
    Yerevan - "The waterfall" - photos © Bernard Duyck 2019

    Yerevan - "The waterfall" - photos © Bernard Duyck 2019

    Sources:

    - Smithsonian Mag - How Ancient Volcanoes Created Armenia 's Pink City - In the capital city of Yerevan, volcanic rock flows pink - link

    - Tourist guides.

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Excursions et voyages

     rotorua-map.jpg

    La région du lac Rotorua est environnée d'aires géothermales : après avoir vu Hells Gate, située à l'est du lac, nous analyserons la caldeira de Rotorua, avant de passer à Wai-O-Tapu situé au sud-est (bas de la carte).

     

    12168_187100756440_645396440_3397023_2821739_n.jpgLes bords du lac Rotorua, peuplés de cygnes noirs -

     

                  
     

    Son nom complet,"Te Rotorua-nui-a-Kahumatamomoe", est d'origine Maori et signifie " deuxième lac" ; c'est le deuxième lac découvert par Ihenga, neveu du chef Kahumatamomoe, et explorateur des Te Arawa, confédération de tribus Maoris basée dans les environs du lac.

     

    La caldeira Rotorua, large de 22 km., fut formée, il y a 220.000 ans, suite à l'éruption et l'émission de 340 km³ d'ignimbrites rhyolitiques appelées "Mamaku".

    L'activité qui a suivi l'effondrement a cessé au Pleistocène et est caractérisée par l'extrusion d'un dôme de lave.

    Il y a environ 25.000 ans, trois dômes de lave se sont formés.

    La ville de Rotorua et diverses zones géothermales sont localisées dans la caldeira, remplie en grande partie par un lac de cratère.

     

    City_of_Rotorua---Sircha.jpgLa ville de Rotorua ressemble à une cocotte-minute sur le point d'exploser - photo Sircha.

     

    Rotorua possède un surnom : "sulphur city" , qui lui a été donné à cause des émissions d'hydrogène sulfuré, donnant à la ville une odeur d'oeufs pourris.

    Les conditions de vie sont réputées comme dangereuses pour la santé des habitants de Rotorua, chez qui on détermine 5 à 10 fois plus de maladies respiratoires et d'asthme qu'ailleurs dans le pays, en relation avec une pollution chronique... et de temps à autre des décès dus à l'inhalation massive et accidentelle d'H2S.

     

    Whakarewarewa, zone géothermale de Rotorua, abrite environ 500 sources chaudes alcalines et au moins 65 geysers; le plus connu est le Pohutu, "Constant splashing" , qui entre en action 2 à 3 fois par heure et expulse un jet d'eau à 10 à 30 mètres de hauteur.

     

    Rotorua-AVE--9-.jpgLe geyser "Prince of Wales" et son déversoir coloré par les thermophiles. - © Antony Van Eeten

    Rotorua-AVE-Maori-geyser.-3-.-jpg.jpg                      Le geyser Pohutu en pleine action - © Antony Van Eeten

    Rotorua-AVE--6-.jpg                    Un oeil sur la tuyauterie ( the plumbing system) - © Antony Van Eeten

    Rotorua-AVE--2-.jpg                             Ngararatuatara, source chaude - © Antony Van Eeten 

    Rotorua-AVE--11-.jpg

                                                    Mud pots en série - © Antony Van Eeten

     

     

    Whakarewarewa , "le village thermal":

    La tribu Maori "Tuhourangi-Ngati Wahiao" a vécu dans cette zone géothermale depuis 200 ans; en 1997, une opportunité lui a été offerte de créer et gérer une expérience au travers d'un village vivant à Whakarewarewa.

     

    12168_187100856440_645396440_3397037_3424152_n.jpg

             Whakarewarewa - maisons traditionnelles et totem - © Antony Van Eeten

     

    12168_187100911440_645396440_3397046_1788789_n.jpg

                                     Guerrier tenant une arme de jade -  © Antony Van Eeten

     

    Rotorua-AVE.jpg

      La même grimace menaçante que sur le modèle !

    normal_TePuia3-copie-1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La Nouvelle-Zélande, autrefois inhabitée, a été une première fois colonisée par les Maori, en provenance de la Polynésie, il y a un peu plus de mille ans. Arrivés à bord de leurs grands canoës (waka hourua), ils ont baptisé cette nouvelle terre : Aotearoa, ce qui signifie "la terre du long nuage blanc".

    Dans le village, on retrouve diverses particularités de la culture Maori : la maison de rencontre, Wharenui, lieu où la tribu enregistre son histoire sous forme de sculptures, dessins, tissages, et qui symbolise un ancêtre (tipuna); des danses folkloriques rappellent les pratiques anciennes de bienvenue ou les danses guerrières, telle le Haka, popularisé par les rugbymen Néo-Zélandais, les All Blacks.

     

    MaoriWardance---J.White-the-ancient-Maori.jpgLe haka, danse guerrière - doc. "The ancient history of the Maori" by J.White  1887-1891.

     

    large_nztz59-whakarewarewa.jpg         La joie s'exprime par les chants, les danses et les costumes colorés - Maori lifestyles.


    On peut y voir aussi les tiki, ces grandes statues de bois antropomorphes marquant la limite d'un site important ou sacré. Dans la mythologie Maori, Tiki fut le premier homme, créé par l'un des Tumatauenga.

     

    Tiki1905.jpg Un Maori retouche le tatouage peint sur un tiki dans le village traditionnel de Whakarewarewa - image d'archives Alexander turnbull library 1905.

      La galerie d'art "Te Rauhura" - "le père rouge" - permet d'admirer l'art traditionnel et contemporain du peuple Arawa.

     

    12168_187101011440_645396440_3397062_5260375_n.jpg                                                                                          © Antony Van Eeten


    Sources :

    - Whakarewarewa, the thermal village - site officiel

    - Introducing Maori lifestyles - blog sur la culture Maori

    - Tatouages Maori - lien

     


    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Excursions et voyages

    L'art pascuan ne se limite pas aux grandes statues, les habitants de l’île de Pâques ont façonné nombre de petites sculptures en bois de Sophora toromiro, à patine nuancée, brun foncé, les moai Miro ; ces arbres caractéristiques de l’île ont tous été coupés.

     

    2rei-miro-1tangata-manu-1tabatiere1tablette-rongo-rongo-.jpgDeux Rei miro, un Tangata manu (homme-oiseau en  bois) une tabatière, une tablette Rongo-rongo - photo issue de http://berphi.skyrock.com, avec l'autorisation de Bernard Philippe.   

    Parmi les moai Miro, on distingue : les moai Kavakava, les moai Pa’apa’a, les moai Tangata et les statuettes Moko. En pascuan, le terme « moai » signifie la représentation d’une personne ou d’un animal ; le terme « kavakava » signifie « côte » … le moai kavakava serait donc la représentation d’une personne aux côtes apparentes.

     

    Moai-kava-kava---berphi.jpgMusées Royaux d'art et d'histoire de Belgique -  Salle Mercator du "Cinquentenaire" - photo issue de http://berphi.skyrock.com avec l'autorisation de Bernard Philippe.  


    Que peuvent représenter ces statuettes décharnées aux visages de souffrance ? Plusieurs hypothèses ont été émises : des ancêtres morts, des personnages émaciés suite à une famine prolongée, ou souffrant de déshydratation et d’hyper chloruration (en relation avec un méga Nino) … sans certitudes, un lien avec une période ancienne d’extrême pénurie est vraisemblable. (lien vers un article sur le site de Jean-Hervé Daude

     

    moai-kavakava-bicep.---H.Daude-musee-de-la-rochelle.jpg         Rare moai Kavakava bicéphale  -  photo Hervé Daude - Musée de La Rochelle.

    Photo issue de http://berphi.skyrock.com avec l'autorisation de Bernard Philippe. 

     

    figure-antropomorphe-fin18-debut19---collection-sir-D.Atte.jpgFigure antropomorphe aux yeux de caméléon - collection Attenborough / British Museum. - photo issue de http://berphi.skyrock.com avec l'autorisation de Bernard Philippe.  

    Des ornements de pouvoir, les Rei miro et le bâton Ua, et des objets cérémoniels, rames de danse et Tahonga, ont été découverts.

     

    pectoral-Rei-miro-17-18--don-du-prince-roland-Bonaparte-au.jpgPectoral Rei Miro 17-18° - au Musée d'histoire Naturelle , don du Prince Roland Bonaparte. - photo issue de http://berphi.skyrock.com avec l'autorisation de Bernard Philippe.   

     

    La plupart des sculptures antropomorphes en bois ont des caractéristiques communes : un crâne chauve, des arcades sourcillières proéminentes , une barbichette coubée en virgule, des lobes d’oreilles étirés, des yeux incrustés d’os et d’obsidienne.

     

    tablette-la-Mamari---berphi.jpg Tablette Rongo-Rongo, "La Mamari" - photo issue de http://berphi.skyrock.com avec l'autorisation de Bernard Philippe.  

     

    Les tablettes Rongo rongo sont des tablettes de bois chargées d’hiéroglyphes, échantillons d’une écriture ancienne qui n’a pu être traduite valablement jusqu’ici… et qui ne le sera probablement jamais, étant donné la disparition des connaisseurs de l’écriture, enlévés après 1862 par les trafiquants d’esclaves et la destruction de nombreuses tablettes au cours des incendies pendant les guerres civiles 1864-1866.

     

    Les tablettes présentent des signes hiéroglyphiques, souvent d'aspect humain ou animal. Parfois il semble aussi s'agir de plantes, d'astres, ou de formes géométriques. Les signes représentant des formes humaines semblent, à l'occasion, accomplir certains gestes ou certaines actions. Les signes sont alignés et disposés la plupart du temps de manière à remplir entièrement la tablette.

     

    Ils sont disposés selon une méthode appelée "boustrophédon". Le terme boustrophédon fait référence au mouvement des sillons tracés dans un champ, la première ligne se lisant de gauche à droite, la suivante de droite à gauche, et ainsi de suite alternativement. Le terme boustrophédon qui provient du Grec signifierait " en tournant d'une ligne à l'autre, comme les bœufs d'un sillon à un autre ". Qui plus est, les signes Rongo rongo sont en " boustrophédon inversé ", c'est à dire qu'alternativement une ligne est à l'endroit, alors que la suivante est automatiquement à l'envers. Il est donc nécessaire pour bien lire la tablette de la retourner à chaque fin de ligne.

     

    Sources :

    - Le blog de Bernard Philippe sur l'île de Pâques - http://berphi.skyrock.com

    - Le site Rapa Nui, beauté et mystères de l'île de Pâques - par Jean-Hervé Daude - lien  

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Volcans et climat
    Les deux ouragans Florence et Hélène et la forte tempête tropicale Isaac - photo NOAA

    Les deux ouragans Florence et Hélène et la forte tempête tropicale Isaac - photo NOAA

    Outre les effets directs dans l'environnement, les cendres et les aérosols produits par les éruptions volcaniques ont une incidence sur le climat mondial par un effet de filtre solaire connu depuis longtemps.

    Un effet collatéral des éruptions volcaniques tropicales moins connu sur des phénomènes météorologiques spécifiques, tels les ouragans, typhons ou cyclones – selon leur dénomination "géographique" – vient d'être étudié.

    Distribution géographique des cyclones, typhons et ouragans - Doc. TV5 Monde

    Distribution géographique des cyclones, typhons et ouragans - Doc. TV5 Monde

    Des modifications atmosphériques et de la circulation des océans peuvent impacter l'activité des cyclones tropicaux : les éruptions peuvent exercer un effet de refroidissement hémisphérique asymétrique, soit dans la zone tropicale nord, soit dans la zone tropicale sud, qui va influencer la zone de convergence intertropicale ( ITCZ) .

    Les anomalies de température de surface associées peuvent influer sur la genèse de potentiels cyclones et leur puissance ... et ce durant une période de plus de 4 ans après une éruption.

    L'effet n'est pas tant dans une réduction générale globalisée de l'activité cyclonique, mais plutôt dans une redistribution suivant les mouvements de la zone de convergence intertropicale.

    Une éruption au nord de l'équateur déplace l' ITCZ au sud, tandis qu'une éruption située au sud de l'équateur va déplacer l' ITCZ vers le nord... comme une modification des précipitations, des vents et des températures se produit dans les régions où naissent les tempêtes tropicales, génératrices de cyclones, le nombre et la fréquence de ces tempêtes va être aussi affecté.

     Carte de la trace des cyclones tropicaux entre 1985 et 2005. La couleur correspond à l'échelle de Saffir-Simpson selon la légende indiquée. - Doc. Robert A. Rohde for Global Warming Art / CC BY-SA 3.0

    Carte de la trace des cyclones tropicaux entre 1985 et 2005. La couleur correspond à l'échelle de Saffir-Simpson selon la légende indiquée. - Doc. Robert A. Rohde for Global Warming Art / CC BY-SA 3.0

    Cette étude est importante en météorologie et climatologie, mais va surtout permettre d'estimer le risque actuel de cyclones, typhons et ouragans, de mieux se préparer aux changements d'activité cyclonique consécutifs à des éruptions volcaniques majeures.


     

    Source : Tropical cyclone activity affected by volcanically induced ITCZ shifts – by Francesco S. R. Pausata and Suzana J. Camargo

    PNAS published ahead of print April 1, 2019 

    https://doi.org/10.1073/pnas.1900777116

    This open access article is distributed under Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives License 4.0 (CC BY-NC-ND).

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

    Gina Ster a débuté son activité artistique en Roumanie en intégrant le groupe Art738, avec ses collègues Gabi Agu et Zoita. Tout en gardant leur spécificité, ces artistes ont exposé ensemble, appris les uns des autres … exercice qu’elles recommandent d’ailleurs.

    Elle peint sur toile et sur d’autres supports, où son inspiration l’emmène. Elle aime le faire seule, mais aussi avec d’autres amis artistes.

    " Volcano getting mad "  par Gina Ster & Dark - oeuvre éphémère dans le Parc Cismigiu à Bucarest.

    " Volcano getting mad " par Gina Ster & Dark - oeuvre éphémère dans le Parc Cismigiu à Bucarest.

    Avec son ami Dark, ils ont décidé de peindre une fresque au parc Cismigiu, le jardin public le plus ancien de Bucarest, inauguré en 1860 et situé au centre-ville.

    Un panneau de 14 mètres de long a été mis à disposition d’artistes «  un peu fous ». Ils se sont lancés un matin d’été vers 8heures au matin et ont peint cette fresque à la bombe et au pinceau, qu’ils ont intitulé "Volcano getting mad " en quelques huit heures.

    Voici quelques photos de cette réalisation en binôme:

    " Volcano getting mad" par Gina Ster & Dark - 1° étape matinale : l'arrière-plan.

    " Volcano getting mad" par Gina Ster & Dark - 1° étape matinale : l'arrière-plan.

    " Volcano getting mad" par Gina Ster & Dark - progression en journée

    " Volcano getting mad" par Gina Ster & Dark - progression en journée

    " Volcano getting mad" par Gina Ster & Dark

    " Volcano getting mad" par Gina Ster & Dark

    " Volcano getting mad" par Gina Ster & Dark - l'oeuvre en fin d'après-midi

    " Volcano getting mad" par Gina Ster & Dark - l'oeuvre en fin d'après-midi

    Comme elle le dit elle-même : " S’adapter à quelque chose de nouveau n’est pas une tâche facile, mais je l’aime beaucoup. C’est une adaptation à mon rêve, et je la perçois comme naturelle. (…) ma peinture respire l’air de la Hollande, de la Sicile ou de la Corse, et seul Dieu sait ce qui va suivre. J’ai beaucoup d’idées et de désirs. J’essaie juste de rester concentré et de continuer à progresser. »

    Sources:

    Art738 group - Gins Ster

    Lire la suite

    << < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>

    Archives

    Articles récents

    Hébergé par Overblog