Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “l'art mosaïque

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Piton de La Fournaise - évent central avec un lac de lave agité par du spattering - photo IPR

Piton de La Fournaise - évent central avec un lac de lave agité par du spattering - photo IPR

L’éruption débutée le 27 avril 2018 à 23h50 heure locale au Piton de La Fournaise se poursuit. L’intensité du trémor volcanique (indicateur de l’intensité éruptive en surface) est en très légère baisse depuis 48 heures .

Les débits de surface estimés à partir des données satellites, via la plate-forme HOTVOLC (OPGC – Clermont Ferrand), relevés ce jour étaient compris entre 1 m3/s et 2 m3/s.

Une très légère déflation (dégonflement) du volcan continue à être enregistrée sur les capteurs de déformation de l’OVPF. Ceci signifie que le volume de magma qui sort du réservoir pour venir alimenter l’éruption est supérieur au volume de magma qui le réalimente.

Aucun séisme volcano-tectonique n’a été enregistré ces dernières 24 heures sous l’édifice du Piton de la Fournaise.

Une équipe de l’Observatoire présente sur le terrain rapportait à 14h30 (heure locale) une activité concentrée sur l’évent central (comme les jours précédents), des coulées uniquement en tunnel de lave ainsi que des projections sporadiques. Par ailleurs quelques incendies de faibles ampleurs ont été repérés au pied du rempart à l’ouest du Piton de Bert.

Il est intéressant de comparer à chaque fois les images en lumière naturelle et celles faites par Nicolas Villeneuve à la caméra FLIR.

Sources : OVPF & Imazpress

Piton de La Fournaise - évent central actif  04.05.2018 - photos Imazpress - image thermique FLIR par N.Villeneuve OVPF - un clic pour agrandirPiton de La Fournaise - évent central actif  04.05.2018 - photos Imazpress - image thermique FLIR par N.Villeneuve OVPF - un clic pour agrandir

Piton de La Fournaise - évent central actif 04.05.2018 - photos Imazpress - image thermique FLIR par N.Villeneuve OVPF - un clic pour agrandir

Piton de La Fournaise - évent central actif  04.05.2018 - mesure thermique à la caméra FLIR - photo IPR

Piton de La Fournaise - évent central actif 04.05.2018 - mesure thermique à la caméra FLIR - photo IPR

Piton de La Fournaise - front de coulée 04.05.2018 - photos Imazpress - image thermique FLIR par N.Villeneuve OVPF - un clic pour agrandirPiton de La Fournaise - front de coulée 04.05.2018 - photos Imazpress - image thermique FLIR par N.Villeneuve OVPF - un clic pour agrandir

Piton de La Fournaise - front de coulée 04.05.2018 - photos Imazpress - image thermique FLIR par N.Villeneuve OVPF - un clic pour agrandir

Le point après une semaine d'éruption , par Nivolas Villeneuve : l'éruption peut durer ! / OVPF

Reportage au plus près du volcan avec Aline Peltier, Patrice Boissier, Laurent Figon, Christine Ducos. Images drone : OVPF-IPGP

Au Kilauea, l'éruption dans la zone inférieure du Rift Est dans Leilani Estate se poursuit et concerne un ou deux segments de fissure depuis la fin de la soirée dernière. Une coulée de lave s'est avancée de la fissure 8 à partir de 5h. HST et a progressé de 900 mètres vers le NNE.

La dernière carte de positionnement des fissures en mentionne dix, le 06.05.2018 / 6h.

Au cours des 12 dernières heures, la déformation du sol suggère une pause dans l'accumulation magmatique dans la partie distale de l'intrusion. La déflation sommitale continue, de même que la baisse de niveau du lac de lave Overlook. Le cratère du Pu'u O'o ne contient pas de lave active.

Les deux cratères sont le siège d'éboulements lors de répliques sismiques.

Sources : HVO-USGS, Extrême exposure / Paradise helicopters, Big Island Now

Kilauea zone de Rift Est - localisation des 10 fissures le 06.05.2018 / 6h - carte USGS in HVO

Kilauea zone de Rift Est - localisation des 10 fissures le 06.05.2018 / 6h - carte USGS in HVO

Kilauea zone de Rift Est  - 06.05.2018 / 9h32 HST  - coulée de lave dans Makamae Street / Leilani Estates - photo HVO - USGS

Kilauea zone de Rift Est - 06.05.2018 / 9h32 HST - coulée de lave dans Makamae Street / Leilani Estates - photo HVO - USGS

Kilauea zone de Rift Est - Report des fissures éruptives et des zones recouvertes par la lave dans Leilani Estates au 05.05.2018,  sur une image satellite Digital Globe du 17.03.2018 -  Doc. USGS / Nasa Worldview / Digital Globe

Kilauea zone de Rift Est - Report des fissures éruptives et des zones recouvertes par la lave dans Leilani Estates au 05.05.2018, sur une image satellite Digital Globe du 17.03.2018 - Doc. USGS / Nasa Worldview / Digital Globe

Kilauea zone de Rift Est - 05.05.2018 / 6h – ouverture de la septième fisssure près de l'intersection entre les routes Leilani et Makamae ; envoyant un panache de plus de 1.200 mètres – photo Bruce Omori / Extreme Exposure Fine Art / Paradise Helico

Kilauea zone de Rift Est - 05.05.2018 / 6h – ouverture de la septième fisssure près de l'intersection entre les routes Leilani et Makamae ; envoyant un panache de plus de 1.200 mètres – photo Bruce Omori / Extreme Exposure Fine Art / Paradise Helico

Kilauea zone de Rift Est - 05.05.2018 / 6h – Une coulée de lave ( #7 )recoupe une rue de Leilani Estates et menace des habitations – photo du dessus : photo Bruce Omori / Extreme Exposure Fine Art / Paradise Helico – photo du dessous : la même fissure, prise plus tard sous un autre angle et une activité différente plus basse - photo Instagram utilisateur kilaueakyle.
Kilauea zone de Rift Est - 05.05.2018 / 6h – Une coulée de lave ( #7 )recoupe une rue de Leilani Estates et menace des habitations – photo du dessus : photo Bruce Omori / Extreme Exposure Fine Art / Paradise Helico – photo du dessous : la même fissure, prise plus tard sous un autre angle et une activité différente plus basse - photo Instagram utilisateur kilaueakyle.

Kilauea zone de Rift Est - 05.05.2018 / 6h – Une coulée de lave ( #7 )recoupe une rue de Leilani Estates et menace des habitations – photo du dessus : photo Bruce Omori / Extreme Exposure Fine Art / Paradise Helico – photo du dessous : la même fissure, prise plus tard sous un autre angle et une activité différente plus basse - photo Instagram utilisateur kilaueakyle.

Kilauea zone de Rift Est - vue de la fissure #7 à 180° par rapport à la photo précédente (identifiez les maisons)  montrant dans l'encart la linéarité de la fissure - doc.USGS

Kilauea zone de Rift Est - vue de la fissure #7 à 180° par rapport à la photo précédente (identifiez les maisons) montrant dans l'encart la linéarité de la fissure - doc.USGS

Hawaii - anomalies thermiques au Kilauea vues par Suomi  NPP VIIRS   EOSDIS Worldview le 06.05.2018

Hawaii - anomalies thermiques au Kilauea vues par Suomi NPP VIIRS EOSDIS Worldview le 06.05.2018

Kiluaea Halema'uma'u - 06.05.2018- Le niveau du lac de lave sommital a plongé à 220 m. sous le bord du cratère Overlook .- photo HVO

Kiluaea Halema'uma'u - 06.05.2018- Le niveau du lac de lave sommital a plongé à 220 m. sous le bord du cratère Overlook .- photo HVO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Piton de La Fournaise - central vent with a lava lake agitated by spattering - photo IPR

Piton de La Fournaise - central vent with a lava lake agitated by spattering - photo IPR

The eruption started on April 27, 2018 at 11:50 pm local time at Piton de La Fournaise continues. The intensity of the volcanic tremor (indicator of the eruptive intensity at the surface) is very slightly down for 48 hours.

The surface flows estimated from the satellite data, via the HOTVOLC platform (OPGC - Clermont Ferrand), recorded today were between 1 m3 / s and 2 m3 / s.

A very slight deflation of the volcano continues to be recorded on the deformation sensors of the OVPF. This means that the volume of magma coming out of the reservoir to feed the eruption is greater than the volume of magma that replenishes it.

No volcano-tectonic earthquake has been recorded in the past 24 hours under the Piton de la Fournaise building.

A team from the Observatory, on the ground, reported at 14:30 (local time) an activity focused on the central vent (as in previous days), lava flows only in lava tubes and sporadic projections. In addition, some small fires have been identified at the foot of the rampart west of Piton Bert.

It is interesting to compare each time the images in natural light and those made by Nicolas Villeneuve with the FLIR camera.

Sources: OVPF & Imazpress
 

Piton de La Fournaise - active central vent 04.05.2018 - photos Imazpress - thermal image FLIR by N.Villeneuve OVPF - one click to enlargePiton de La Fournaise - active central vent 04.05.2018 - photos Imazpress - thermal image FLIR by N.Villeneuve OVPF - one click to enlarge

Piton de La Fournaise - active central vent 04.05.2018 - photos Imazpress - thermal image FLIR by N.Villeneuve OVPF - one click to enlarge

Piton de la Fournaise - active central vent 04.05.2018 - thermal measurement at the FLIR camera - IPR photo

Piton de la Fournaise - active central vent 04.05.2018 - thermal measurement at the FLIR camera - IPR photo

Piton de la Fournaise - lava flow front 04.05.2018 - pictures Imazpress - thermal picture FLIR by N.Villeneuve OVPF - one click to enlargePiton de la Fournaise - lava flow front 04.05.2018 - pictures Imazpress - thermal picture FLIR by N.Villeneuve OVPF - one click to enlarge

Piton de la Fournaise - lava flow front 04.05.2018 - pictures Imazpress - thermal picture FLIR by N.Villeneuve OVPF - one click to enlarge

The point after a week of eruption, by Nivolas Villeneuve: the eruption can last ! / OVPF

Report closer to the volcano with Aline Peltier, Patrice Boissier, Laurent Figon, Christine Ducos. Drone Images: OVPF-IPGP

At Kilauea, the eruption in the lower East Rift zone in Leilani Estate continues and concerns one or two crack segments since the end of last evening. A lava flow advanced from crack #8 from 5am. HST and progressed 900 meters to the NNE.

The last card of placement of the cracks mentions ten, the 06.05.2018 / 6h.

During the last 12 hours, soil deformation suggests a pause in magmatic accumulation in the distal part of the intrusion. Summit deflation continues, as does the level of the Overlook Lava Lake. The crater of Pu'u O'o does not contain active lava.

The two craters are the site of rockfalls during seismic aftershocks.

Sources: HVO-USGS, Extreme Exposure / Paradise helicopters, Big Island Now

 Kilauea East Rift area - location of the 10 fissures on 06.05.2018 / 6h - map USGS in HVO

Kilauea East Rift area - location of the 10 fissures on 06.05.2018 / 6h - map USGS in HVO

Kilauea East Rift area - 06.05.2018 / 9:32 HST - lava flow in Makamae Street / Leilani Estates - HVO photo - USGS

Kilauea East Rift area - 06.05.2018 / 9:32 HST - lava flow in Makamae Street / Leilani Estates - HVO photo - USGS

Kilauea East Rift Zone - Report eruptive cracks and areas covered by lava in Leilani Estates on 05.05.2018, on a Digital Globe satellite image of 17.03.2018 - Doc. USGS / Nasa Worldview / Digital Globe

Kilauea East Rift Zone - Report eruptive cracks and areas covered by lava in Leilani Estates on 05.05.2018, on a Digital Globe satellite image of 17.03.2018 - Doc. USGS / Nasa Worldview / Digital Globe

Kilauea East Rift area - 05.05.2018 / 6am - opening of the seventh fissure near the intersection between the Leilani and Makamae roads; sending a plume of more than 1,200 meters - photo Bruce Omori / Fine Exposure Fine Art / Paradise Helico

Kilauea East Rift area - 05.05.2018 / 6am - opening of the seventh fissure near the intersection between the Leilani and Makamae roads; sending a plume of more than 1,200 meters - photo Bruce Omori / Fine Exposure Fine Art / Paradise Helico

Kilauea East Rift area - 05.05.2018 / 6h - A lava flow (# 7) crosses a street in Leilani Estates and threatens houses - photo above: photo Bruce Omori / Extreme Fine Art Exposure / Paradise Helico - photo below : the same crack, taken later from another angle and a different activity lower - Instagram photo user kilaueakyle.
Kilauea East Rift area - 05.05.2018 / 6h - A lava flow (# 7) crosses a street in Leilani Estates and threatens houses - photo above: photo Bruce Omori / Extreme Fine Art Exposure / Paradise Helico - photo below : the same crack, taken later from another angle and a different activity lower - Instagram photo user kilaueakyle.

Kilauea East Rift area - 05.05.2018 / 6h - A lava flow (# 7) crosses a street in Leilani Estates and threatens houses - photo above: photo Bruce Omori / Extreme Fine Art Exposure / Paradise Helico - photo below : the same crack, taken later from another angle and a different activity lower - Instagram photo user kilaueakyle.

Kilauea East Rift Zone - view of the crack # 7 at 180 ° to the previous photo (identify the houses) showing in the inset the linearity of the crack - photo USGS

Kilauea East Rift Zone - view of the crack # 7 at 180 ° to the previous photo (identify the houses) showing in the inset the linearity of the crack - photo USGS

Hawaii - 2018.05.06 - thermal anomalies of Kilauea  by  Suomi  NPP VIIRS /  EOSDIS Worldview

Hawaii - 2018.05.06 - thermal anomalies of Kilauea by Suomi NPP VIIRS / EOSDIS Worldview

Kilauea - Halema'uma'u - 06.05.2018 The summit lava lake has dropped significantly over the past few days, and this evening was roughly 220 m below the crater rim.- HVO

Kilauea - Halema'uma'u - 06.05.2018 The summit lava lake has dropped significantly over the past few days, and this evening was roughly 220 m below the crater rim.- HVO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

volcan - le havre patrimonial

            "Le Grand volcan" du Havre - réalisation Oscar Niemeyer - photo Le Havre patrimonial.


La mort, le 5 décembre, à l’âge respectable de 104 ans, du "poète des courbes ", l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, nous invite à revisiter son œuvre.

Né en 1907 dans une famille bourgeoise d'origine allemande, portugaise et arabe, Oscar Ribeiro de Almeida de Niemeyer Soares étudie l'architecture aux Beaux Arts à Rio, un enseignement qu'il juge trop classique. Il s'intéresse à l'architecture moderne internationale de Walter Gropius à Frank Lloyd Wright en passant par Ludwig Mies van der Rohe ou Le Corbusier. Il fait un stage dans l'agence de l'architecte Carioca.

En 1952, il travaille avec Le Corbusier sur le projet du siège de l'ONU à New York.

Niemeyer-cathedrale-Brasilia.jpgEn 1956, Niemeyer participe à la création de la nouvelle capitale administrative du Brésil. Il conçoit les principaux équipements publics de Brasilia, dont la cathédrale (photo), le Congrès National du Brésil, les ministères, où il allie la légèreté du verre et la brutalité du béton. Brasilia, inaugurée le 21 avril 1960, lui assure une notoriété internationale.

Cet homme engagé choisit l'exil en France lorsque le Brésil bascule dans la dictature militaire en 1964. Proche du PC, il construit le siège du parti communiste à Paris, et celui du journal "L'Humanité" à Saint-Denis. Il donne à sa terre d'accueil près de vingt édifices, comme la Bourse du travail à Bobigny, ou le centre culturel Le Volcan du Havre.

Oscar Niemeyer obtient en 1988 le Pritzker, le Nobel d'architecture.

Il a acquis sa gloire en mariant la fonctionnalité épurée du modernisme et la suavité des courbes tropicales.
Il avait écrit dans ses mémoires, "Les courbes du temps", : "Je n'aime pas les angles droits. Ni les lignes droites, inflexibles et dures créées par l'Homme. Je suis attiré par les courbes qui se répandent librement et sensuellement. Ces courbes, on les retrouve dans les montagnes de mon pays, dans les méandres de ses fleuves, dans les vagues de l'océan et dans les courbes de la femme que j'aime. "

Il a conçu en septante ans de carrière plus de 600 œuvres, dont une vingtaine sont encore en cours de réalisation.

 

Le volcan du Havre

 

Après sa destruction à la fin de la seconde guerre mondiale, la réédification de la ville du Havre a été confiée à l’architecte Auguste Perret. Sa volonté était de recréer une zone culturelle et commerciale autour de la place Gambetta, autrefois lieu de la vie intellectuelle et artistique de la ville.


le-volcan - LE Havre - O.Niemeyer

   "Le Grand volcan" du Havre, côté fontaine - réalisation Oscar Niemeyer - photo Le Havre patrimonial.

 

Cette mission particulière fut confiée à Oscar Niemeyer, qui y implanta un forum en contrebas des rues, avec des boutiques abritées sous des marquises en béton, et deux bâtiments circulaires, le théâtre et la salle polyvalente, reliés par une grande dalle comprenant l'accueil, les expositions, les restaurants, la garderie et les bureaux de renseignements.

 

volcan001.jpgvolcan002.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Un croquis tout en courbes, et le plan des aménagements intérieurs du Grand volcan - doc. Le Havre patrimonial.

 

Surnommé familièrement le " pot de yaourt" par les Havrais, le bâtiment phare, où fut transféré la première maison de la culture de France, fut renommée en 1990 " le volcan " par son directeur … il est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco en 2005.

 

le-volcan---le-Havre---creafrance.jpg                    "Le Petit volcan" du Havre - - réalisation Oscar Niemeyer - photo créafrance

 

Sur un espace de 11.000 m², l’œuvre se compose de deux volumes en béton blanc aux lignes courbes : le Grand volcan, haut et massif, abrite un volcan-fontaine.jpgthéâtre et un cinéma, le Petit volcan, plus discret et ouvert, contient une salle polyvalente, un auditorium, des salles de réunion et de répétition. Les espaces intermédiaires se composent d’un hall d’exposition, d’ateliers et bureaux, de parkings. La sculpture-fontaine fixée sur le Grand Volcan a été effectuée d'après un moulage de la main de Niemeyer. L'inscription reprend une citation manuscrite de l'architecte en légende d'un croquis de la Maison de la Culture.

Les édifices, aux volumes affinés vers le haut, semblent surgir de façon dynamique du sous-sol, impression renforcée par une dalle en cantilever qui prolonge le sol de la place. Cette architecture inédite prend en compte le climat du Havre ; à 3,70 mètres sous le niveau de la place, les piétons sont ainsi protégés des vents marins.

 

volcan---projection---le-Havre-patrimonial.jpgLa dynamique du volcan est renforcée par une projection nocturne - réalisation Oscar Niemeyer - photo Le Havre patrimonial.

 

 

Un volcan en mutation :

La dégradation des bâtiments et une inadaptation aux contraintes artistiques modernes ont nécessité un programme de rénovation et de restructuration, en cours et qui s’achèvera en fin 2013.

 

Avant-apres-mutation.jpg

               Le forum et les volcans, avant et après rénovation - photo Le Havre patrimonial.


Au Grand volcan, la salle de spectacle sera modernisée pour répondre aux exigences acoustiques et scéniques des futures représentations. Le Petit volcan voit sa fonction changer, pour abriter une grande bibliothèque municipale. Le forum Niemeyer deviendra ainsi un pôle complet et cohérent, dédié à la culture et au spectacle, ouvert sur la ville et vivant tant la journée qu’en soirée.

 

volcan-le-havre---projection--Canalblog-copie-1.jpg          Mariage des formes et des lumières ... une fleur à Niemeyer - photo Le Havre patrimonial.

 

Sources :

- Le Havre : Maison de la culture “le Volcan”- link

- Le Havre patrimonial - archives le Volcan - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Dans tous les voyages "volcaniques" que je fait, je m'intéresse à la vie, à la culture et aux racines des peuples rencontrés ... les Maasai près de l'Ol Doinyo Lengai, les Tenggers sur Java-est, les Tica & Ticos et leurs prédecesseurs indiens au Costa-Rica ...
Aux Etats-Unis, grosse déception : on ne parle pas des Indiens, on ne les voit pas - à moins de se rendre dans des "réserves", mais je n'aime pas les zoo -
...pourtant des villes portent le nom de tribus ou de chef indien : Blackfoot, Pocatello; des formations volcaniques également : Sheepeater cliff.; quelques boutiques offrent de l'art natif à Jackson, mais dans cette ville, on parle beaucoup plus des cow-boys.

J'ai eu la désagréable impression que la civilisation américaine, pourtant récente, a littéralement "gommé" toute trace des peuples qui ont précédé l'envahissement par les blancs dans un premier temps, par toutes sortes d'immigrants par après !

Je ne vais pas vous narrer toutes les histoires de guerres entre indiens et colons/armée américaine. Des liens ci-dessous peuvent vous renseigner.

Une anecdote cependant :
Tout le monde connait William Cody, alias "Buffalo Bill" : il fut mandaté pour exterminer les bisons, pour nourrir les ouvriers du chemin de fer, satisfaire les besoins européens en peaux, ... et pour affamer les indiens des plaines, dépendants de ces animaux.


et deux courts extraits de l'encyclopédie Encarta, en rapport avec les conflits entre natifs et colons :

http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761570777_5/Amerindiens.html

La politique des États-Unis envers les Amérindiens fut, dans les faits, impitoyable : guerres indiennes, déportations, massacres, dévastations des territoires et de leurs ressources, spoliation (Indian Removal Act de mai 1830, Homestead Act de 1862), alliances non respectées (l’Oklahoma, officiellement territoire des « Cinq Nations » en 1834, fut ouvert aux colons en 1889 et devint un État de l’Union en 1907). Les populations amérindiennes atteignirent leurs taux les plus bas au début du XXe siècle. En juin 1924, le Congrès accorda finalement à ces Américains d’origine la citoyenneté des États-Unis.


http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761553925_2/indiennes_guerres.html

À partir de 1840 environ, lorsque les Américains se lancent à la conquête des territoires de l’Ouest (à la suite de l’expédition de Lewis et Clark, 1804-1806), ils rencontrent la résistance des tribus amérindiennes vivant sur ces territoires. Jusqu’années 1880, les forces américaines livrent de nombreuses batailles pour ouvrir la voie aux émigrants, et pour permettre au gouvernement d’établir son contrôle sur ce vaste territoire.

La ruée vers l’or de 1849 est un désastre pour les Amérindiens du Far West. Les Bannocks et les Shoshones de l’Oregon et de l’Idaho, les Utes du Nevada et de l’Utah, et les Apaches et Navajos du Sud-Ouest entreprennent une résistance organisée contre les spoliations. Vaincus, ils finissent parqués dans des réserves. Le conflit majeur a lieu dans les Grandes Plaines. Les restes de nombreuses tribus de l’Est s’entassent dans ce territoire, ayant de grandes difficultés à s’adapter à un environnement si différent, tandis que les tribus originaires de la région s’irritent de la présence de ces nouveaux venus.

Dans les années 1860 et 1870, les Arapahos, les Cheyennes et les Sioux se battent farouchement contre l’installation d’émigrants sur leurs territoires. Parmi tous les combats, la bataille de Little Big Horn est la plus célèbre : le 25 juin 1876, une grande partie du 7e régiment de cavalerie du lieutenant-colonel George A. Custer est anéantie par les Sioux et les Cheyennes, commandés par Sitting Bull et Crazy Horse. Moins d’un an plus tard cependant, la plupart des Sioux et des Cheyennes se sont rendus. Seuls les Nez-Percés, jusqu’à la fin des années 1870, et Geronimo avec les Apaches continuent le combat jusque dans les années 1880. Les guerres indiennes s’achèvent avec le massacre de Wounded Knee dans le Dakota du Sud, le 29 décembre 1890, au cours duquel des guerriers, des femmes et des enfants sioux sont abattus par la cavalerie américaine.






Obama semble s'intéresser au problème des natifs... mais c'était avant les élections et toute voix bonne à prendre; l'avenir nous dira si le dialogue va s'engager.









Journal Le Monde.




Deux petits exemples de l'art indien, qui outre les parures et bijoux plus connus, montre le potentiel de ces hommes qui méritent mieux que d'être spoliés de leurs terres, de leurs droits et d'être parqués dans des réserves.
Ensuite, chacun se fera une idée personnelle du problème.

                                                        Une peinture de Fernando Caro.

                                              Des hiboux , de Jon Anderson  - www.fimocreations.com
                                         Ndlr :Les chouettes et hiboux sont mes oiseaux préférés, et je les collectionne.



Quelques liens :
   - http://amerindiens-libres.over-blog.com
   - http://amerindien.e-monsite.com
   - http://en.wikipedia.org/wiki/Shoshone , aussi suivre "Sheepeater" en   
             bas de page.
   - http://www.shoshoneindian.com
   - http://www.legendsofamerica.com/NA-Shoshone.html

      -

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu



                                       "La forge de Vulcain"  par Diego Velasquez - 1630 - musée du Prado.


L'oeuvre du peintre Velasquez fut peinte lors de sa "période Italienne".
Elle représente Apollon annonçant à un Vulcain stupéfait la nouvelle infidélité de sa compagne Vénus.
Vulcain est dépeint sous les traits d'un forgeron oeuvrant parmi ses assistants, les Cyclopes, dans un décor typiquement espagnol d'une forge Andalouse.
Seul Apollon dénote dans cet ensemble réaliste,afin de rappeler le sujet de la toile. Son attitude hiératique, le doigt indicatif et l'auréole (chrétienne) contribue à lui donner de l'importance. 
La stupéfaction du hideux Vulcain et l'intérêt des assistants, au récit de son infortune, est bien dépeinte. Une attention particulière a été accordée à l'expression des visages, à la musculature des forgerons et à l'aspect metallique de l'armure qu'ils façonnent.

La mythologie :

Vulcain a pour parents Junon et Jupiter. Il nait difforme et sa mère, honteuse d'avoir donné naissance à un tel rejeton, le lance du haut de l'Olympe, afiin de ne le laisser voir à personne.
Il tombe dans la mer et est sauvé par Thétis et Eurynomé, filles d'Océan.
Pendant 9 années, il demeure caché dans une grotte, entouré de leurs soins et développe un grand talent à leur fabriquer des bijoux.
Un jour, lors d'une promenade sur terre, Junon rencontre les deux  nourrices ... les voyant parées des plus beaux bijoux, elle s'enquit de leur provenance. Les filles d'Océan lui répondirent que c'était l'enfant recueilli qui les leur avait fabriqué. Junon décide alors d'aller le voir, et reconnaissant la difformité qui l'avait dégoûtée à la naissance de Vulcain, elle essaye de l'amadouer afin d'obtenir de plus belles parures que celles vues en possession des nourrices.
Vulcain, qui gardait un juste
ressentiment contre cette mère indigne, lui fabrique une chaise d'or muni d'un ressort caché; il lui envoye dans l'Olympe.
Junon, admirative devant cet oeuvre, ne se méfie pas; elle s'assied sur le siège et est prise au piège. Seul Vulcain a le pouvoir de la délivrer !
Il n'y consent qu'à la condition d'obtenir la main de Vénus, et c'est ainsi que ce fait cette union contre nature, entre la déesse de la beauté et l'hideux rejeton. Cette aventure arrivée à "la mère des dieux" suscita l'hilarité des habitants de l'Olympe.
Ndlr : il peut y avoir d'autres variantes à cette histoire mythologique.

Revenons au tableau : Apollon lui annonce l'infidélité de Vénus.
Après avoir appris son infortune, le mari trompé tisse un filet metallique invisible et y enferme Mars et Vénus durant leur sommeil. A leur réveil, les dieux de l'Olympe purent rire des amants pris au piège... mais aussi de Vulcain, le cocu.

Vulcain est considéré comme le dieu du feu, des métaux, de toutes les matières qui brûlent, des forgerons et des volcans ... qui deviennent son domaine.
Sa forge se trouverait selon les uns sous l'Etna, selon d'autres sous Vulcano : c'est là qu'il travaille en compagnie des cyclopes. C'est là qu'il fabrique les bijoux des déesses, qu'il forge les foudres de Jupiter, les armes d'Achille et d'Enée, le sceptre d'Agamemnon...
 

 

Vulcain portant la tunique et le bonnet conique des artisans,est représenté avec une claudication légère - bronze romain du Ier siècle ap. J.-C., musée des Beaux-Arts de Lyon



Vénéré à Rome, il faisait l'objet de fêtes qui se célébraient au mois d'août, durant les ardentes chaleurs estivales. En son honneur et afin de se rendre propice le dieu du feu, le peuple jetait des victimes dans un brasier.
Ces cérémonies duraient huit jours consécutifs.
Vulcain était assimilé à Hephaïstos, son homolgue mythologique grec.

Le peintre :

Diégo Vélasquez est né à Séville, en Espagne en 1599. Fils de Juan Rodriguez de Silva, un aristocrate portuguais  et de Jéronima Velasquez, appartenant à la petite noblesse des Hidalgos. La coutume espagnole autorisait un fils ainé à adopter le nom de sa mère si un important héritage maternel était en jeu ... d'où son nom de peintre.
Ses parents lui donnèrent une éducation chrétienne stricte et des connaissances en langues et en philosophie. Montrant des dispositions artistiques, il fut placé chez Franciso de Herrera, puis chez Francisco Pacheco établi à Séville, dont il épousa la fille.
Remarqué à Madrid, par le comte-duc Olivares, il fit son entrée à la cour de Philippe IV, époque où il rencontre Pierre-Paul Rubens.
Après plusieurs voyages en Italie, il reçu la permission de Philippe IV d'aller y séjourner. Il passa par Venise, puis Rome où il étudia les oeuvres de Raphaël et Michel-Ange. Logé à la Villa Médicis, il fut contraint de retourner à Rome, suite à la contraction d'une fièvre ... c'est à cette époque qu'il peignit "La forge de Vulcain" (1630).

Une de ses oeuvres maitresses fut peinte en 1656: "Las Meninas" (les demoiselles d'honneur) . La composition de cet oeuvre, complexe et enigmatique, crée une relation entre celui qui regarde la toile et les personnages dépeints. Le roi y est représenté comme quelqu'un qui regarderait le tableau sans y figurer directement ... on peut l'apercevoir dans le miroir du fond.
Cette complexité a été source d'analyses et font de cette toile l'une des plus commentées de l'histoire de la Peinture occidentale.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

San-Martin-region---DZ.jpg

                         Paysage de la Sierra de Los Tuxtlas - photo DZ / Picasa


La Sierra de Los Tuxtlas est une chaîne montagneuse et un champ volcanique situé le long du golfe du Mexique. Elle constitue une « anomalie insulaire » … ces volcans sont situés à 250 km à l’est du Champ volcanique Trans-Mexicain, et à 330 km. au nord-ouest de l’arc volcanique d’Amérique centrale.

La partie nord s’est formée il y a 2 à 3 millions d’années, et la partie sud entre 5 et 7 millions d’années.

 

Tuxtlas-volcanoes---DZ.jpg                                         Les volcans de Los Tuxtlas - Document DZ


Les principaux volcans sont le San Martin Tuxtla (1700 m.), le San Martin Pajapan (1160 m.) et le Cerro El Vijia (800 m.) ; ils sont voisins de centaines de petits cônes de cendres.

 

San_martin---Dongringo.jpg                              Le volcan San Martin Tuxtla - photo Dongringo.


Le San Martin Tuxtla  est un volcan-bouclier alcalin allongé selon un axe NO-SE. Le sommet, large de 1.000 mètres, et les flancs sont ponctués de plus de 250 cônes pyroclastiques monogéniques et maars. Il doit son nom actuel au premier marin de la flotte d’invasion de Cortès à l’avoir aperçu. Son nom en Nahuatl est Titepetl , le Cerro de la Lumbre o del Fuego

La plus ancienne manifestation datée l’est de 3.440 avant JC ; les éruptions pré-hispaniques sont présumées avoir causé des dommages aux établissements Olmèques. Ses deux plus importantes éruptions historiques datent de 1664 et 1793.

 

San-Martin-tuxtla----Archivo-general-de-la-nacion--Mexico.jpg             San Martin Textla , éruption de 1793 - Archivo general de la Nacion Mexico


L’éruption de 1793 s’est produite au départ de deux cônes de cendres situés sur le sommet et a produit des chutes de cendres sur une zone étendue et des coulées de lave qui se sont répandues sur 3,5 km sur le flanc nord-est. L’éruption fut décrite par Don José Mariano Moziño, un naturaliste travaillant pour le vice-Roi de la Nouvelle Espagne. Des études récentes révèlent que l’activité volcanique a débuté par une phase explosive phréatomagmatique, suivie d’une activité strombolienne de mars à octobre 1793. L’activité s’est poursuivie par une phase effusive qui dura deux ans.

Classée de VEI 4 par le GVP, l’éruption a émis un vol. de lave de 20 Mm³ et un volume considérable de tephras de 250 millions de m³ ; la surface couverte par au moins 1 cm. de poussières est de 480 km², les plus fines atteignant une distance de 300 km. par rapport au cratère. Le panache doit avoir atteint d’après les calculs une hauteur de 10 km. au plus fort de l’éruption.

 

LosConosCineriticos---San-Martin---photo-DZ---Picasa.jpg                            Los conos cineriticos - San Martin - photo DZ / Picasa.


En l’an 600, le Cerro Nixtamalapan, situé quelques kilomètres au NE de Catemaco entra en éruption et émis de substantielles coulées de lave sur les bords de la laguna Catemaco, toujours visibles dans la région de La Punta.

 

santa-marta-ridge2_siemens---DZ.jpg                                      Santa Martha ridge - photo DZ / Picasa

 

 

 

L’isolation historique a permis à la région de Los Tuxtlas de conserver nombre d’espèces animales et végétales endémiques, qui sont aujourd’hui protégé en zone réservée.

 

San_Martin_Pajapan_Monument---dedios-la-piedra.jpgStatue olmèque en basalte de 142 cm. de haut retrouvée au sommet du volcan San Martin Pajapan, et représentant la jaguar avec ses lèvres retroussées - trouvée en 1925 par Frans Blom - photo Dois de Piedra.

 

 

Cette région géographique composée de plages et dunes de sable, de lagons, de nombreuses chutes d’eau et de volcans dormants ou éteints fut appréciée par les Olmèques, à l’origine de la première civilisation mésoaméricaine à partir de 1200 avant JC. Les volcans furent utilisés comme source de basalte par les premiers Olmèques, qui le transportèrent sur des radeaux au travers d’un réseau de rivières pour la confection de leurs monuments et de leurs têtes colossales.

 

800px-Olmec_Heartland_Overview_v2.svg.pngLe coeur de la civilisation Olmèque - les sites historiques sont signalés par un rond jaune

 

La civilisation Olmèque s’est épanouie de 1.200 avant JC jusqu’à 500 avant JC. Et sur une vaste partie de la mésoamérique. Pour autant, la culture Olmèque va demeuré inconnue jusque dans la deuxième moitié du 19° siècle. Le nom Olmeca, terme Nahuatl, signifie «  les gens du pays du caoutchouc », et lié à la découverte de la première tête colossale en 1862.

hache-Olmeque-en-jade.JPGUn des traits marquant de l’art Olmèque est l’omniprésence du jaguar, qui apparaît sous de nombreuses formes plus ou moins antropomorphisées ; ces nombreux aspects vont se retrouver dans l’iconographie mésoaméricaine jusque chez les Aztèques.


Hâche Olmèque en jade, à l'effigie du jaguar - remarquez les lèvres retroussées et les sourcils "en flammes" conservée au British Museum.

 

Le jaguar est associé avec le feu, aussi bien cosmique – du fait de son lien avec le soleil – que chthonien – le feu des volcans.

L’étude des Olmèques montrent qu’ils sont à la base de changements importants : de nouvelles techniques agricoles vont permettrent la croissance démographique, l’intensification des échanges commerciaux et une forte urbanisation , ceci sous l’influence d’une centralisation des pouvoirs politiques, d’une religion institutionnalisée. On constate aussi de grands travaux d’architecture et de sculpture, dont la taille est liée à la majesté des centres de cérémonie. Les Olmèques ont influencé les civilisations qui leur succédèrent au Mexique, dans tous les domaines, de l'architecture à la religion.

L’art Olmèque montre une grande maîtrise de la sculpture et la ciselure ; il utilise comme matériaux la pierre, l’argile, le bois, mais aussi le basalte, l’andésite, la serpentine , le jade-jadéite et l’obsidienne.

 

Altar_4_La_Venta_-Ruben_Charles-.jpg

Site de La Venta - Altar 4 : ces autels sont en réalité des trônes cérémoniels , surlesquels s'asseyaient les souverains et qui les aidaient à entrer en contact avec leurs ancêtres.

Ce monolithe de basalte comporte une figure semblant sortir de la bouche d'une monstrueuse créature; il tient une corde qui fait le tour de l'autel et est connecté à diverses figures - photo Ruben Charles.

 

San_Lorenzo_Monument_61---Sergio-gonzalez.jpg         Tête monumentale Olmèque - San Lorenzo monument 61 - photo Sergio Gonzalez

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - San Martin

- Los tuxtlas volcanoes - catemaco - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions and trips, #Historical eruptions
Santorini - archaeological site of Akrotiri - xeste 2 / facade north - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - archaeological site of Akrotiri - xeste 2 / facade north - photo © Bernard Duyck 09.2019

Excavations still in progress at Akrotiri have yielded many finds, the study of which has challenged ancient theories about the history of the Aegean Sea.

The site of Akrotiri has been inhabited since the middle of the 5th millennium BC; At the end of the third millennium and the beginning of the second millennium BC, Akrotiri was an important commercial and urban center of cosmopolitan character, with a sophisticated culture.

Specialization in the fields of craftsmanship and the division of labor is reflected in the products of this culture: pottery, metalworking, shipbuilding, etc., and testifies to the urban character of the Santorini society.

Santorini - archaeological site of Akrotiri - stratification of ash and pumice deposits - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - archaeological site of Akrotiri - stratification of ash and pumice deposits - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - archaeological site of Akrotiri - Shop with "pithois" (large storage jars) - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - archaeological site of Akrotiri - Shop with "pithois" (large storage jars) - photo © Bernard Duyck 09.2019

The houses have two to three floors and many rooms. The most luxurious were built with carved stones (they are called "xestes"), the most modest in mud and straw. Wooden beams support the ceilings and lintels of doors and windows; they were equipped with sanitary facilities, household equipment and furniture, of which casts were found in the ashes.

The houses are nested in an urbanized plan equipped with a network of sewers, and are divided in small streets which widen in places of variable size in places.

 

Map of Akrotiri at the Bronze Age around 1600 BC - Doc.Maximilian Dörrbecker / Kimdime69

Map of Akrotiri at the Bronze Age around 1600 BC - Doc.Maximilian Dörrbecker / Kimdime69

Santorini - archaeological site of Akrotiri - digital reconstruction of a two-storey house and a decorated interior, with doors and cupboards, and paved with volcanic stone slabs - photo © Bernard Duyck 09.2019 - one click to enlarge
Santorini - archaeological site of Akrotiri - digital reconstruction of a two-storey house and a decorated interior, with doors and cupboards, and paved with volcanic stone slabs - photo © Bernard Duyck 09.2019 - one click to enlarge

Santorini - archaeological site of Akrotiri - digital reconstruction of a two-storey house and a decorated interior, with doors and cupboards, and paved with volcanic stone slabs - photo © Bernard Duyck 09.2019 - one click to enlarge

The murals found in the ruins testify to the daily life of the activities and the appearance of the inhabitants of Akrotiri, merchants, sailors or craftsmen; The nature scenes show the original links with Greece, and the contacts with Egypt. They are all true works of art, which will be mentioned in an article on art.

Wool or linen tissues were dyed naturally, and sometimes expensive products: murex shells were found, and saffron was grown.

Santorini - archaeological site of Akrotiri - West house / room 4 - decoration with a young man with fish, naked and shaved head - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - archaeological site of Akrotiri - West house / room 4 - decoration with a young man with fish, naked and shaved head - photo © Bernard Duyck 09.2019

The great eruption of 1600 BC covered this civilization with pumice and ashes, apparently without much casualties ... only pottery and some inexpensive utensils, no skeletons (as in Pompeii and Herculaneum the eruption of Vesuvius). The inhabitants of the island, populated at the time, were able to assess the risks and flee, with their valuables, from the first strong earthquakes ( traces visible on a staircase), or eruptive manifestations, thanks to their fleet.

Santorini - archaeological site of Akrotiri - broken stairs in the delta complex of excavations - photo © Bernard Duyck 09.2019

Santorini - archaeological site of Akrotiri - broken stairs in the delta complex of excavations - photo © Bernard Duyck 09.2019

Source : Akrotiri - Thera and the Mediterranean - by Nanno Marinatos / Edit. Militos

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

  Valley_of_the_Geysers-avant---Robert-Nunn.jpgLa vallée des geysers avant le glissement de terrain - photo Robert Runn / wikipedia.

 

Situation et découverte :

La vallée des geysers se situe dans la réserve naturelle Kronotsky, au centre de la péninsule du Kamchatka; elle constitue un phénomène géologique unique sur la plaque eurasienne, par le nombre et la concentration de geysers actifs.

Elle fut découverte fortuitement en avril 1941 par une équipe d'hydrologues, dirigée par Tatiana Ustinova.

Au cours d'une étude effectuée sur la rivière Shunmaya, qui sort de la caldeira d'Uzon, ils découvrirent un passage entre les rochers et atteignirent un affluent inconnu de cette rivière. L'heure du repas venue, ils s'arrêtèrent pour se restaurer ... durant la pause, ils furent surpris par un jet d'eau soudain : ils venaient de voir un geyser, le premier vu au Kamchatka. Tatiana le baptisa "Pervenets", "le premier né". L'histoire de la vallée des geysers venait de débuter.

 

L'affluent mystérieux se nomme Geysernaia; cette rivière prend sa source au pied du volcan Kikpinich. Ses eaux sont chaudes; elles ne descendent pas sous les 19°C, même au coeur de l'hiver. Sur environ 8 km. de son parcours, on dénombre plus de trente geysers, petits ou grands, des sources chaudes et des marmites de boue. Cet ensemble est chauffé par le magma présent en profondeur sous la caldeire d'Uzon.

 

Ces geysers portent des noms : Velikan (le géant), Zhemchuznhy (le perlé), Sakharny (le sucré), Troynoy (le triple), Konus (le cône), Maly (le petit), Bolshoy (le grand), Shchel (la fissure).

Leur manifestation est rythmée de façon particulière et différente : le Velikan se manifeste à 25 m. toutes les 6 heures, le Maly à 8 m. toutes les 35 minutes, le Bolshoy à 10 m. toutes les 10 minutes...

Ce magnifique paysage est soumis aux aléas de la météo : c'est ainsi qu'en octobre 1981, il a subi le passage du typhon Elsa; la rivière Geysernaia monta alors de 3 mètres, causant de nombreux dégâts.

Le 3 juin 2007, la vallée fut en partie touchée pau un glissement de terrain, qui a fait disparaître plusieurs geysers.

 

L'évènement de juin 2007 :

Le glissement de terrain du 3 juin a fait disparaître cinq geysers : le Pervenets, le Troynoy, le Sakharny, le Sosed et l'Uvodopa; il a aussi créé un obstacle à l'écoulement naturel de la rivière Geysernaia et un barrage qui a noyé pour un temps d'autres structures.


54082896.jpgLa zone touchée par le glissement de terrain est colorée en brun - le lac de barrage consécutif en bleu, les rivières en rouge. - schéma sur base d'une image Aster/Nasa.

Names of geysers: 1 - Pervenets (Firstborn); 2 - Troynoi (Triple); 3 - Sakharny (Sugar); 4 - Sosed (Neighbour); 5 – U vodopada (Near the waterfall); 6 - Skalisty (Rocky); 7 - Konus (Cone); 8 - Bolshaya Pechka (Gross Owen); 9 - Maly (Lesser); 10 - Bolshoi (Greater); 11 - Shchel (Crack); 12-16 - "Vitrazh" (Stained glass) - Grot (Grotto), Novy Fontan (New Fountain), Fontan (Fountain), Dvoynoi (Double), Nepostoyanny (Unstable); 17 - Velikan (Giant); 18 - Zhemchuzhny (Pearl).

 

Le glissement de terrain s'est formé dans la vallée Vodopadny ; 22,7 millions de m³ furent mobilisés, ce qui constitue un record historique pour le Kamchatka. La cause supposée serait un phénomène géologique "naturel" d'érosion progressive des collines environnantes.

 

Middle-part-of-landslide-07.06.2007.jpg

Partie centrale du glissement de terrain - photo I.F.Delemen/ inst. volcanologie Kamchatka / GVP.

On apercoit à droite les immeubles épargnés de justesse par le glissement de terrain ( hôtel, maison des rangers et des scientifiques - petites maisons en vert sur le schéma ci-dessus)  

 

Le barrage formé par les terres mobilisées a atteint plus de 60 mètres, et causé une retenue d'eau au niveau de la rivière, qui a noyé d'autres geysers. Le 7 juillet, le niveau de la rivière Geysernaia augmentait de 20 mètres durant deux jours, pour s'abaisser ensuite rapidement suite à l'infiltration du barrage par les eaux.

La rivière Geysernaia s'est creusé ensuite un nouveau lit à la surface du glissement de terrain.

Situation des geysers au 07.07.2007 - donnée par le GVP :

  Number    Status              Name                   English translation of name




1 Covered by slide Pervenets First born



2 Covered by slide Troynoi Triple



3 Covered by slide Sakharny Sugar



4 Covered by slide Sosed Neighbor



5 Covered by slide Uvodopada Near the waterfall



6 Flooded by lake Skalisty Rocky



7 Flooded by lake Konus Cone



8 Flooded by lake Bolshaya Pechka Gross Owen



9 Flooded by lake Maly Lesser



10 Flooded by lake Bolshoi Greater



11 Active mid-Sep Shchel Crack



12-16 Active on 28 Jun

"Vitrazh" geyser field: "Stained glass" geyser field:



Grot, Novy Fontan, Grotto, New Fountain,



Fontan, Dvoynoi, Fountain, Double,



Nepostoyanny Unstable



17 Active on 28 Jun Velikan Giant



18 Active on 28 Jun Zhemchuzhny Pearl




Situation en 2010 :

Les photos de Carole et Frédéric parlent d'elles-même...

P8020182.JPGP1100957P1100909 copie Fumerolles -
© Carole et Frédéric Hardy

 

  P1100974                                  Geyser - © Carole et Frédéric Hardy

P1100914.JPG                      Source chaude - © Carole et Frédéric Hardy
P1100924.JPG                    Mare de boue - © Carole et Frédéric Hardy

...pour terminer, un peu d'art moderne :


P1100940 copie
                                        "Mud art" by © Carole et Frédéric Hardy

   

Sources :

- Global Volcanism Program - Uzon - Montly reports  

- Le glissement de terrain 2007 - Spanishflyer livejournal  

- The valley of geyser - Kamchatka geysers

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Jocelyn Lardy nous présente sa dernière toile volcanique, qu’il a intitulé " Dans le chaudron du Diable ".

"Dans le chaudron du diable" -  huile sur toile (120cmx90cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

"Dans le chaudron du diable" - huile sur toile (120cmx90cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

Jocelyn pratique l’ostéopathie, et la peinture, dans le sud-est de la France.

Il développe dans ses ouvres des sujets aussi différents que le sport, particulièrement le sport automobile, la nature, ou l’aviation.

Une autre de ses passions, les volcans  … Il est fasciné depuis sa jeunesse par les films d’Haroun Tazieff, puis les documentaires de Maurice et Katia Krafft. Grâce à Aventure et Volcans, il a pu concrétiser ses rêves en parcourant au printemps l’Etna, le Stromboli et Vulcano, et projette de voir d’autres volcans actifs.

Il s’est attelé à ses premières représentations sur "Les grands volcanologues".

" La colère d’un gris " - huile sur toile (120cmx100cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

" La colère d’un gris " - huile sur toile (120cmx100cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

Dans " La colère d’un gris ", une huile sur toile, il rend hommage à Katia Krafft lors de l’éruption du Mont St. Helens en 1980.

" Dans le Chaudron du Diable ", il dépeint le couple de volcanologues au Kilauea en 1984. A cette époque, une éruption fissurale du Kilauea dans la zone de rift Est, qui a débuté en janvier 1983, a édifié un cône de cendres et de projections, le Pu’u O’o.  Cette période est caractérisée par de spectaculaires fontaines de lave, qui ont alimenté d’importantes coulées de lave.

"Dans le chaudron du diable" - détail (le cône du Pu'u O'o) -  huile sur toile (120cmx90cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

"Dans le chaudron du diable" - détail (le cône du Pu'u O'o) - huile sur toile (120cmx90cm) de Jocelyn Lardy - photo © Jocelyn Lardy

Comme il le dit : " les photos volcaniques sont tellement belles de nos jours, que j’essaie d’aborder le sujet un peu différemment ".

Son œuvre demande du temps … il travaille " à l’ancienne ", en plusieurs couches successives avec glacis.

Il s’explique ainsi : " la peinture, c'est un peu comme l'ostéopathie, car il faut garder une vue d'ensemble à tout instant, et chaque détail est important car il peut perturber l'équilibre général. Pour le peintre aussi, le mouvement et les changements de rythme du pinceau qui court sur la toile sont un peu comme la main de l'ostéopathe suivant le mouvement des tissus du corps ; et parfois le langage se rejoint ... en ostéopathie, on entre progressivement dans les couches de tissus et en peinture, on ajoute progressivement les couches les unes sur les autres ".

Merci à Jocelyn Lardy de nous faire partager ses émotions volcaniques.

Le cône du Pu'u O'o au début de l'éruption en septembre 1983 - Photograph by J.D. Griggs on 06.09.1983 / HVO-USGS

Le cône du Pu'u O'o au début de l'éruption en septembre 1983 - Photograph by J.D. Griggs on 06.09.1983 / HVO-USGS

Sources :

- Galeries de Jocelyn Lardy sur son site : http://sjlardy.free.fr/

- "Le feu de la Terre" - par Katia et Maurice Krafft - aux Ed. de La Martinière-  récit d'André Demaison, dit M'Toto : L'éruption du Pu'u O'o (page 119-121)

- Hawaiian Volcano Observatory / USGS - Kīlauea's East Rift Zone (Puʻu ʻŌʻō) Eruption
1983 to present - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu
L'éruption du volcan de Garachico (en 1706) - peinture d'Ubaldo Bordanova Moreno (1898) /  La pintura pertenece a la colección particular de D. Luis Lopez de Ayala y Aznar, XI Marques de Villafuerte.- un clic pour agrandir.

L'éruption du volcan de Garachico (en 1706) - peinture d'Ubaldo Bordanova Moreno (1898) / La pintura pertenece a la colección particular de D. Luis Lopez de Ayala y Aznar, XI Marques de Villafuerte.- un clic pour agrandir.

L’éruption du volcan de Garachico en 1706, sur l’île de Ténérife, par le peintre d’origine Madrilène, Ubaldo Bordanova Moreno, est en fait une copie et interprétation libre, réalisée en 1898, d’une peinture antérieure, d’un artiste non identifié.

L'éruption du volcan de Garachico (1706) - auteur non identifié - l'oeuvre est antérieure à celle  d'Ubaldo Bordonova.

L'éruption du volcan de Garachico (1706) - auteur non identifié - l'oeuvre est antérieure à celle d'Ubaldo Bordonova.

Ubaldo Bordanova (1866 – 1909) est une figure fondamentale du paysage artistique Canarien du dernier tiers du 19° siècle. Formé à Madrid, puis à Paris, il s’établit en 1889 dans les îles Canaries, où il travaille comme peintre-décorateur, portraitiste, paysagiste et graveur sur Gran Canaria et Tenerife. En 1895, il s’installe à La Palma et s’y marie avec une grande bourgeoise. Artiste à la mode, il est fort sollicité, et s’illustre par ses lithographie et articles d’opinions. Sa vie de bohême va s’achever prématurément en raison d’e son alcoolisme.

Garachico - El volcán de Arenas Negras - photo Miguel Bravo

Garachico - El volcán de Arenas Negras - photo Miguel Bravo

La ville de Garachico et son port furent fondés en 1496, juste après la conquête de Ténérife, par le banquier génois Christobal del Ponte. Garachico devint le port le plus important de l’île aux 16° et 17° siècles.

Sa période faste prend fin avec l’éruption d’un cratère secondaire du Teide, selon certaines sources le volcan de Montaña Negra, selon d’autres le volcan de Montaña de Trebejo, ou le volcan de Garachico.

En mai 1706, après plusieurs séismes, une fissure éruptive s’ouvre dans les collines surmontant la ville … en moins de 15 heures, le village d’El Tanque et une partie de la ville de Garachico et son port, établi dans une magnifique anse naturelle, furent ensevelis sous la lave. Une semaine plus tard, une autre coulée de lave a recouvert le village de San Juan del Reparo et ce qui restait de Garachico. L’éruption a duré au total une quarantaine de jours, entre le 5 mai et le 13 juin. Plusieurs bouches éruptives s’y sont mises, faisant dégouliner sept coulées importantes sur la zone de Garachico, en plusieurs phases successives.

Garachico - les piscines naturelles d'El Caletón -  photo Xavigivax

Garachico - les piscines naturelles d'El Caletón - photo Xavigivax

Les marchands se sont installés à Puerto de la Cruz, après cette catastrophe … seul un fort gardant l’entrée de l’ancien port, le Castillo de San Miguel, persiste. A son pied, plusieurs piscines naturelles, formées par les coulées de lave, sont devenues une attraction prisée. Elles se remplissent au gré des marées d’une eau très claire, et après leur aménagement par l’homme, constituent un endroit de baignade abrité de la forte houle de l’océan.

Sources :

- article de Involcan

- Reconstruction of the 1706 Montaña Negra eruption. Emergency procedures for Garachico and El Tanque, Tenerife, Canary Islands – by M.C.Solana & A.Aparicio

- Global Volcanism Program - Tenerife - eruptive history

Lire la suite

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog