Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “l'art mosaïque

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

volcans-Armenie.jpg

                       Situation des volcans en Arménie - d'après Google 2010.

 

L'histoire géologique du "Petit Caucase" a débuté il y a 150 millions d'années avec la fermeture d'un océan, le Téthys, et la collision de deux ensembles continentaux, la plaque Arabique et la plaque Eurasienne.

Depuis la fermeture de l'océan, les déformations de l'écorce terrestre et le volcanisme ont façonné la morphologie Arménienne.

Les plus hauts sommets du pays sont d'imposants volcans; les roches volcaniques, basalte et tuf, ont été utilisé depuis la préhistoire pour les édifices civils et religieux, la sculpture et la joaillerie (obsidienne).

La géologie de l'Arménie est toujours marquée par des déformations actives, témoins les nombreuses failles et leurs ruptures qui produisent fréquemment des séismes, dont le tragique tremblement de terre du 7 décembre 1988 - faille de Spitak, magnitude 6,9. (M.Sosson / CNRS)


 

Philip-et-al_Tectonophysics01-2.jpgFailles et mouvements des plaques tectoniques au niveau du "Petit Caucase" - document Hervé Philip.   -  Active tectonics north of the Arabian plate (after Philip et al., 1989; Rebaı¨ et al., 1993). (1) Major strike-slip faults; (2) major thrust faults; (3) relative motion of blocks with respect to Eurasia. Ar—Armenia; D—Dagestan; T—Talish; E.A.F.—East Anatolian fault; N.A.F.—North Anatolian fault; P.S.S.F.—Pambak – Sevan–Sunik fault; Z.F.—Zagros fault.

 

Le mont Aragats :

Ce grand stratovolcan andésitique à dacitique, haut de 4.095 m., est daté du Pliocène au Pleistocène, et couvert de glaciers qui l'ont façonné; le sommet est constitué de quatre pics. Une ligne de cratères et cônes pyroclastiques, longue de 13 km. orientée OSO-ENE., coupe la bordure nord du cratère et est source des jeunes coulées de lave et de lahars, datée de l'holocène.

La dernière éruption n'a pas été datée.

 
Aragats--.jpg

Le mont Aragats - Photo by Alexander Margarian. Taken from the Smithsonian Museum of Natural History.

 

Ghegam Ridge volcanic field :

Le champ volcanique de Ghegam Ridge est localisé entre la capitale Yerevan et le lac Sevan. Il est composé de dômes de lave et de cônes pyroclastiques, ainsi que de coulées de lave, couvrant une surface de 65 km. sur 35.

 

Ghegam-ridge---Nasa-space-shuttle.jpg      Le Ghegam Ridge volcanic field et la lac Sevan, vu du Space Shuttle -  doc. Nasa.

 

Les formations volcaniques sont grossièrement positionnées en trois axes orientés NNO-SSE. Les écoulements de lave en provenance des groupes "centraux et est" se sont produits jusque dans la lac Sevan.

Les éruptions explosives initiales furent suivies de l'extrusion de dômes et de coulées d'obsidienne rhyolitique. La dernière activité en date a produit une série de cônes de cendres et de coulées de lave de nature andésitique à basalto-andésitique.

 

Mount_Azhdahak_-_Seroujo.jpgLe volcan Azdahak et son lac de cratère alimenté par la fonte des neiges - ph. Seroujo / wikipédia.

 

L'Azhdahak , aussi appelé Karmirsar - le mont rouge - est le point culminant du massif du Ghegam; il culmine à 3.597 mètres.

 

 

Temples et orgues basaltiques de Garni :

 Dans la région de Garni, on trouve de superbes orgues basaltiques et le temple païen, édifié en 77 par Tiridate I°, et dédié au dieu solaire Mithra; ce temple est une des rares constructions païennes ayant échappée à la destruction lors de la conversion au christianisme. Il fut disloqué par le séisme de 1679, et reconstruit avec les pierres basaltiques restées en place.

 

Armenia_Garni---R.Zenner-wiki.jpg                       Garni - le temple ionique de Mithra - photo R.Zenner / wikipédia.

 

Garni---orgues-basaltiques---photo-pencroff-2---flickr.jpg                      Garni - Orgues basaltiques - photo Pencroff / flickr.

 

Tethys_garni---mosaique---wiki.jpgA proximité du temple, on a trouvé des bains, datant du 3°siècle, dont le vestibule possède un pavement de mosaïque, avec une illustration de Téthys. Dans la mythologie grecque, Téthys est une déesse marine archaïque; elle est la fille d'Ouranos (le ciel) et de Gaïa (la terre), soeur et épouse d'Océan, avec qui elle eut de nombreux enfants, les dieux fleuves et les Océanides... elle personnifie la fécondité marine.

Garni - mosaïque de Téthys - doc.wikipédia.

Le nom de cette déesse se retrouve dans celui du proto-océan, dont question ci-dessus.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Aragats.

                                             - Ghegam Ridge

- Paysages et géologie de l'Arménie - M.Sosson CNRS

- Estimating slip rates and recurrence intervals for strong
earthquakes along an intracontinental fault: example
of the Pambak–Sevan–Sunik fault (Armenia) -
Hervé Philip & al. Université de Montpellier.

- Le séisme du 7 décembre 1988 - P.Bernard / IPGP.


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
The art of pumpkin carving / The Guardian

The art of pumpkin carving / The Guardian

Joyeux Halloween avec cette citrouille sculptée à l'image de la Kanagawa-oki nami-ura, la grande vague de Kanagawa, extraite des "Trente-six vues du Mont Fuji " de Katsushika Hokusai.

 

Happy Halloween with this carved pumpkin in the image of Kanagawa-oki nami-ura, the Kanagawa Great Wave, from Katsushika Hokusai's "Thirty-six Views of Mount Fuji".

 

Retrouvez cette oeuvre originale sur Overblog

L'art sur les chemins du feu : le mont Fuji par Hokusaï.

L'art sur les chemins du feu : L'art-thérapie - Tsunami art.

 Source photo : The art of pumpkin carving / The Guardian link

he art of pumpkin carving / The Guardian – lin

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

 

prominence_sdo_2010090.jpg

 

NASA image and animation from the Goddard Space Flight Center Scientific Visualization Studio and the Solar Dynamics Observatory. Caption by Rebecca Lindsey.                 Instrument: SDO - AIA

 

Juste pour la beauté du phénomène, et un peu aussi pour ceux qui rèvent d'éruption gigantesque, une jolie vue d'une éruption solaire.

 

Cette image a été prise en mars, et assemblée et diffusée le 30.03.2010; ce panache plasmatique, dense et relativement "froid" par rapport aux températures règnant sur notre étoile, effectue un looping en suivant les lignes de champ magnétique solaire.

De taille insignifiante par rapport au soleil, cette protubérance solaire est d'un diamètre environ égal à dix fois le diamètre de notre terre. (échelle en bas à gauche de l'image)

Sur la séquence complète, on peut voir une partie du cercle de plasma (*) s'échapper dans l'espace, les deux tiers de la protubérance retournant vers le soleil, comme aspirés par celui-ci.

 

Ce programme d'analyse du soleil devrait aider à une meilleure compréhension du climat solaire et des cycles (longueur et intensité) qui influencent notre planète et troublent les émissions de nos satellites GPS.

 

SunSDOfulldisk_c900.jpgImage en UV prise par le satellite SDO le 23.04.2010 - crédit Nasa / Goddard / SDO AIA Team


Une mosaïque en fausses couleurs permet d'identifier, en ultraviolet extrême, les émissions solaires d'une part et son plasma très chaud - un million de Kelvin (*)- ; ces images devraient permettre une étude détaillée : chaque jour, 1,5 téraoctets de données sera envoyé, soit l'équivalent de 500.000 chansons en MP3.

 

(*) - Lexique :

- Plasma : très schématiquement ... le plasma, tout comme le solide, le liquide ou le gaz, est un état de la matière.  Il n'est visible sur Terre qu'à très haute température, quand l'énergie est telle qu'elle réussit à arracher des électrons aux atomes. On observe alors une sorte de « soupe » d'électrons extrêmement actifs dans laquelle « baignent » des noyaux d'atomes.

- Kelvin : unité de température thermdynamique, système international.

. Le point triple de l'eau    est à la température à laquelle peut coexister l’eau à l’état solide, à l’état liquide et à l’état de vapeur : soit + 273,15 K à la pression atmosphérique normale (760 mm de mercure)

 

. La température de 0 K est égale à -273,15°C et correspond au zéro absolu

. Le kelvin est une mesure absolue de la température (référence au troisième principe de la thermodynamique).

. Température absolue, le kelvin n'est jamais précédé du mot « degré » ni du symbole « ° »


Sources :

- Satellite SDO / Nasa - lien

- Prominences from the solar dynamics observatory - Nasa Earth Observatory.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Complètement déconnecté de l'activité volcanique mondiale, timide reprise du blog après huit jours sur Santorin ...

Le volcanisme de cette île-volcan sera développé dans les prochains jours.

Santorin - accostage sur Néa Kameni entre les coulées de lave; en arrière-plan, le bord de la caldeira , et la ville de Fira - photo © Bernard Duyck 2019

Santorin - accostage sur Néa Kameni entre les coulées de lave; en arrière-plan, le bord de la caldeira , et la ville de Fira - photo © Bernard Duyck 2019

A l'Etna, l'activité marque les cratères Nord-est et la Voragine ;

Depuis le 11 septembre au matin, l'activité explosive a repris à la Voragine, calme depuis le 25 mai 2016.

Le 13 septembre, des émissions de cendres sont observées au NEC, dispersées dans la zone sommitale.

Une activité strombolienne, avec émission de matériaux grossiers, anime la Voragine ; elle s'est poursuivie en soirée du 14 septembre, avec quelques explosions, visibles de Tremestieri Etneo.

Le flux de SO2 mesuré par le réseau FLAME de l' Etna le 13 à 15:30 H UTC a montré une valeur moyenne quotidienne d'environ 2000 t / jour, qui se situe en dessous du seuil d'attention de 5000 t /jour.

 

Source : INGVvulcani, Butterfly helicopters / J.Nasi

Etna VOR - photo Joseph Nasi /Butterfly  Helicopters Service le 12.09.2019 / 16h41 UTC

Etna VOR - photo Joseph Nasi /Butterfly Helicopters Service le 12.09.2019 / 16h41 UTC

Etna - activité le 12.09.2019 au NEC et à la Voragine - Sentinel-2 L1C image bands 12,11,4

Etna - activité le 12.09.2019 au NEC et à la Voragine - Sentinel-2 L1C image bands 12,11,4

 Etna - 13.09.2019 - photo F. Ciancitto / INGV-OE

Etna - 13.09.2019 - photo F. Ciancitto / INGV-OE

Au Stromboli, l'activité typique strombolienne se maintient et affecte le nord et le centre-sud de la terrasse cratérique.

Des relevés par drone , effectués du 11 au 13 septembre, permettent de reconnaître au moins sept bouches actives dans la zone nord et huit dans la zone centre-sud.

Le nombre de séismes VLP est de 31 épisodes / heure en moyenne. Aucune variation significative n'est constatée au niveau déformation du sol. Le dégazage est caractérisé par un niveau moyen-bas caractéristique.

 

Source : INGVvulcani

Stromboli -  Image de gauche obtenue à partir de la mosaïque de quatre photos prises  à partir de drone réalisé le 11 septembre 2019 ;  images thermiques  de droite, obtenues avec drone à l'aube du 13 septembre 2019. Images de E. De Beni et M. Cantarero via INGVvulcani

Stromboli - Image de gauche obtenue à partir de la mosaïque de quatre photos prises à partir de drone réalisé le 11 septembre 2019 ; images thermiques de droite, obtenues avec drone à l'aube du 13 septembre 2019. Images de E. De Beni et M. Cantarero via INGVvulcani

L'éruption mineure se poursuit au Nevados de Chillan, toujours en alerte orange.

Depuis le jeudi 12 septembre, on observe l'extrusion d'une coulée de lave en blocs depuis le cratère Nicanor sur le flanc NNE du volcan Nuevo ; elle s'étend sur 600 mètres, et 100 mètres de large, pour une épaisseur moyenne de 5 mètres. La température de surface de la lave, mesurée à la caméra thermique avoisine les 800°C dans le cratère actif, et est supérieure à 100°C dans la coulée. - vidéo :  https://twitter.com/Sernageomin

Cette nouvelle dynamique s'accompagne d'émissions balistiques et de projections, en certains cas visibles de puis la vallée à Trancas et Shangri-lá ; les cendres causent des dépôts de 0,5 cm d'épaisseur à 2 km au sud-ouest du cratère actif.

 

Source : Sernageomin

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Santo Antão, la deuxième plus grande île de l’archipel avec 779 km², est une terre de contrastes : elle alterne le minéral de ses sommets découpés et le vert de profondes vallées plongeant dans l’océan, elle alterne les climats, le sud est sec et aride tandis que le nord est vert et couvert de végétation subtropicale.

 

Santo-Antao---6---CHB.jpg                                                                      photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---2---CHB.jpg

                                                                         photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---11---CHB.jpg         Santo Antão - variété des paysages de l'île - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013


Santo-Antao---5---CHB.jpgSanto Antão - falaises et sables d'origine volcanique - érosion par l'océan - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013


Découverte le 17 janvier 1462, elle ne sera peuplée qu’en 1548… ce qui n’a pas empêché les Capverdiens de sculpter la montagne, d’y cultiver sur d’innombrables terrasses, au sol fait de lave noire et de pouzzolane plus claire, du café, de la canne à sucre, du maïs ou du manioc.

Ce climat favorable a aussi permis l’implantation de palmiers, de manguiers et caroubiers, de citronniers, papayers et orangers. L’eucalyptus y côtoie la lavande, le lotus et le dragonnier.

 

Santo-Antao---9---CHB.jpgSanto Antão - une dentelle de pierre côtoie des cultures en terrasse - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

 

Pour arpenter ces cultures qui dessinent une mosaïque sous des dentelles minérales, d'improbables escaliers et des chemins empierrés en colimaçon parcourent des parois vertigineuses.

 

Santo-Antao---4---Entre-Ponta-Do-Sol-et-Cruzinha-da-Garca-.jpg

                  photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---12---Vale-do-Paul-CHB.jpg

                                 photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---14---CHB.jpg

                                             photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

Santo-Antao---13---CHB.jpgSanto Antão - des chemins empierrés parcourent le flanc de hautes falaises  - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013


L’histoire volcanique de Santo Antão inclue des magmas de séries basanite-phonolite entre 7,5 Ma et 300.000 ans et des magmas de série nephelinite-phonolite entre 700.000 et 100.000 ans. Ces différences sont expliquées par la montée d’un panache mantellique non homogène. La variation inter-îles reflèterait une zonation latérale dans ce panache.

 

Santa antoa - relief - emeraldinsightRelief de Santo Antão

doc. emeraldinsight

 

A mettre en correspondance avec la carte géologique ci-dessous

 

Santa-Antao---carte-geol.-journ-of-petrology.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carte géologique de  Santo Antão - Holm & al. / Journal of Petrology / réf. en sources.

 

 



Santo-Antao---3---CHB.jpgSanto Antão - dyke accessible par des chemins vertigineux dominant la mer - photo © Carole et Frédéric Hardy 2013

 

Sources :

- Journal of Petrology - Sampling the Cape Verde mantle plume : evolution of melt composition on Santo Antão, Cape Verde islands. - by P.M. Holm & al.

- Springer - the Cape Verde archipelago.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Les récents évènements qui ont frappé le Japon, ainsi qu'un article du "Chicago now", intitulé "Tsunami art", m'ont interpellé à plus d'un titre.


Le besoin d'exprimer son ressenti, exacerbé chez les artistes, se fait sentir après avoir vécu ou été marqué par des catastrophes naturelles, tels que les tsunamis. C'est ainsi que des artistes ont exprimés leurs réactions vis à vis des forces de la nature et de leur pouvoir destructeur.

 

800px-The Great Wave off Kanagawa          Hokusai - " La grande vague de Kanagawa " / " les trente- six vues du Mont Fuji ".

 

Katsushika Hohusai (1760-1849) , connu plus simplement sous le nom d'Hokusai, ou de son surnom de "vieux fou de la peinture", est un peintre, dessinateur spécialiste de l'ukiyo-e, graveur et auteur d'écrits populaires japonais.

Une étude de cette estampe, faisant partie de l'ouvre maîtresse d'Hokusai "Les trente-six vues du Mont Fuji", a fait l'objet d'un autre article dans cette rubrique ... ceci démontre, si besoin en est, que volcans et tsunamis marquent l'esprit des japonais, et de leurs artistes.

Petite précision cependant : la grande vague, dont il est question, est souvent référencée comme tsunami (津波) , alors qu'il faudrait la qualifier d'okinami (沖波), une grande vague du large.

 

hokusai-wave-2-thumb-572xauto-333032.jpg

               Un autre Hokusai, sur le thème conjoint de la grande vague et du Mont Fuji.


Great-Kanto-Earthquake---Tsunami-at-Suji-by-Shiun-Kondo-thu.jpg " Tsunami à Suji " - (le tsunami après le grand séisme de Kanto) - par Shiun Kondo - 1926 

 

Le 1 septembre 1923, un violent séisme de magnitude 7,9 touchait la région de Tokyo et Yokohama. D'énormes dégâts furent liés aux incendies provoqués par le renversement des cuisinières au charbon, qui mirent le feu aux maisons en bois, bâties traditionnellement côte à côte ... l'incendie fit rage durant trois jours; Les villes furent détruites à 70-80% et on releva 140.000  tuées, dont 58.000 à Tokyo même.

La fameuse fabrique d'estampes Watanabe fut complètement détruites, avec les précieuses matrices qui y étaient gardées.

 

 

The-Earthquake-at-Lisbon-in-1755-by-Pearson1887-thumb-572xa.jpg                       " The eartquake at Lisbon in 1755 " - Eau forte par  Pearson

 

D'autres lieux de catastrophes furent aussi dépeints, tel le tremblement de terre de Lisbonne (Portugal), en 1755. Après la secousse, un tsunami fut suivi d'incendies ... l'eau puis le feu détruisirent la ville. La force du séisme fut estimée de manière indirecte à une magnitude de 8,5-8,7 sur l'échelle de Richter.

 

       *                    *                       *                      *                    *  

 

Bien que l'application de l'art à des fins thérapeutiques ne soit pas un concept nouveau, la médecine s'intéresse à l'art-thérapie.

 

L'art-thérapie est une forme de psychothérapie utilisant la création artistique, dessin, peinture, collage, sculpture e.a., pour prendre contact avec ses sentiments, ses rêves, son subconscient, pour les exprimer et créer ainsi un exutoire salvateur.

 

 

40605476 tsunami4.300

Cette peinture a été réalisée par un enfant, originaire d'une ville proche de l'épicentre du séisme de Sumatra / Banda Aceh, en décembre 2004 ... oeuvre  destinée à exorciser les craintes ancrées par la catastrophe dans son subconscient.

Doc. BBC News - Children's tsunami art.


Petite histoire de l'art-thérapie :

 

La Grèce antique, tout comme la plupart des cultures traditionnelles, considérait que les arts avaient un effet cathartique et thérapeutique. Au début du 20° siècle, le psychiatre suisse Carl G. Jung (1875-1961) avait déjà lui-même expérimenté les bienfaits de l’expression par le dessin. Il a ensuite intégré cette approche dans sa pratique.

Toutefois, l'art-thérapie n'a fait son entrée officielle dans la société contemporaine que vers les années 1930. Elle s'est d'abord introduite en Angleterre et aux États-Unis grâce à Margaret Naumburg, enseignante et psychothérapeute reconnue comme l'une des pionnières dans le domaine.

Au Canada, parmi les thérapeutes ayant contribué à l'intégration de l'art dans le cadre de traitements psychiatriques, mentionnons Martin A. Fisher qui a fondé, en 1967, le Toronto Art Therapy Institute et, en 1977, la Canadian Art Therapy Association. Au Québec, le premier cours d'initiation à l'art-thérapie remonte à 1979 et, dès 1982, un programme universitaire de maîtrise est mis sur pied. En France, en dépit des programmes de formation offerts depuis les années 1970, l'art-thérapie n'est pas encore très répandue. L'Angleterre est le premier pays européen où la profession a été reconnue par les Services de santé publique, en 1997. En Allemagne, les assurances couvrent, dans certains cas, les frais de prise en charge, tandis que dans la plupart des autres pays européens, le travail de reconnaissance professionnelle reste à faire.

 

Sources :

- Art Talk Chicago - Tsunami art

- Art-thérapie / PasseportSanté.net : nombreuses références. - link

- CATA - Canadian Art Therapy Association - link

- BBC News - Children's tsunami art - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Arménie - les gorges de la rivière Azad et les orgues volcaniques habillant les parois creusées par le rivière - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - les gorges de la rivière Azad et les orgues volcaniques habillant les parois creusées par le rivière - photo © Bernard Duyck 2019

Après des montagnes pelées, sculptées d'orgues de basalte, le petit village de Garni, à 1 400 m d'altitude, fait figure d'une oasis de verdure blottie au-dessus de la rivière Azad, affluent de l'Araxe prenant sa source dans la chaîne volcanique des monts Ghégam.

Arménie - temple du 1° siècle à Garni - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - temple du 1° siècle à Garni - photo © Bernard Duyck 2019

Sur une plate-forme triangulaire dominant les environs , se dresse le temple de Garni.C'est le seul vestige d'un complexe dédié aux dieux arméno-perses, comme Mithra, Anahid et Ahoura, et gréco-romains ; le roi Tridate 1° en aurait entrepris la construction en l'an 77 de notre ère. Cette élégante structure en basalte gris comporte 24 colonnes ioniques , précédée d'un pronaos, sur un podium de 9 marches. Les corniches, chapiteaux, plafonds à caissons, et architraves sont richement décorés.

La forteresse construite dès le 3° siècle comprend des thermes selon le modèle romain classique, dont le vestibule contient des mosaïques représentant des divinités , telles qu'Okéanos (l'océan) , Thalassa (la mer) et Thétis ( qui a donné son nom a l'océan aujourd'hui fermé et disparu – voir la géologie de l'Arménie , à suivre)

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photo © Bernard Duyck 2019

A gauche du temple, un petit sentier permet de rejoindre le fond de la gorge réputée pour ses impressionnantes orgues basaltiques. Effectivement la " Symphonie"  est imposante. Un seul sentier, escarpé y mène.

Les orgues sont édifiées dans des coulées des Ghégam mountains en direction de l'ouest, en relation avec un magmatisme Quaternaire, daté de 700.000 ans à quelques milliers d'années ; en cinq grandes phases séparées par des périodes de dormance de durée comparable, elles datent respectivement de 700.000 ans pour la phase1 ; la phase 2 a duré de 550.000 à 480.000 ans ; la phase 3, de 190;000 à 180.000 ans ; la phase 4 de 110.000 à 70.000 ans et enfin, la phase 5 de moins de 50.000 ans.

L'analyse pétrologique et géochimique-isotopique indique une association bimodale rhyolite-trachyandésite et basaltique-trachyandésite, pratiquement identique à celle d'autres régions du petit Caucase, et une origine commune pour ces formations magmatiques du Quaternaire. (The quaternary volcanic rocks of the Geghama highland, Lesser Caucasus, Armenia: Geochronology, isotopic Sr-Nd characteristics, and origin)

Aragats et Ghégam mountains - avec situation de Garni au sud du champ volcanique - Doc.  Render illustration Persee

Aragats et Ghégam mountains - avec situation de Garni au sud du champ volcanique - Doc. Render illustration Persee

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photos © Bernard Duyck 2019
Arménie - orgues basaltiques de Garni - photos © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photos © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photos © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photos © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photos © Bernard Duyck 2019

Arménie - orgues basaltiques de Garni - photos © Bernard Duyck 2019

Sources :

- The quaternary volcanic rocks of the Geghama highland, Lesser Caucasus, Armenia: Geochronology, isotopic Sr-Nd characteristics, and origin – V.A.Lebedev & al.

- Modelling of a fractured basaltic aquifer with respect to geological setting, and climatic and hydraulic conditions: the case of perched basalts at Garni (Armenia)
- Sur les reliefs volcaniques de l'Arménie soviétique occidentale  -
M. Derruau / Bulletin de l'Association de Géographes Français  Année 1971

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Cerro-dragon---putneymark.jpg

                                Santa Cruz - le Cerro Dragon - photo Putneymark.


Au centre de l'archipel, l'île de Santa Cruz, appelée par les anglais Indefatigable island (du nom d'un bateau de guerre), constitue le centre touristique des Galapagos ; il existe de nombreux moyens de rejoindre Santa Cruz - l'aéroport de Baltra, le port de Puerto Ayora - pour profiter de ses richesses géologiques et naturelles.

Cette île regroupe tous les biotopes caractérisant les Galapagos et c'est pour cette raison qu'on y trouve la station de recherche Charles Darwin.

 

Santa-Cruz-map.jpg

 

Ces divers biotopes sont repartis schématiquement en trois zones : aride, sèche et humide. Une grande partie de cette zone humide n'est pas protégée et c'est là que se sont établis deux villages : Bellavista et Santa Rosa; les nouveaux immigrants y cultivent des avocats, du café, des bananes, de la cane à sucre, des citrons et y élèvent du bétail.

 

Santa Cruz est une île ovale, large de 32 km. sur 40, d'une surface de 986 km² et une hauteur maximale de 864 m., est en fait un grand volcan-bouclier dormant; on estime que les dernières éruptions datent de 1,5 Ma.

Témoins de cette activité historique, on y trouve de jeunes cratères-puits : Los Gemelos (les jumeaux) et Media Luna, plus difficile d'accès. 

 

319157_277663798940687_100000912069394_888153_1246440364_n-.jpg

377598-CFH-copie.jpg

Les pit craters "Los Gemelos" sont voisins de cônes de cendres  - photo © Carole et Frédéric Hardy.

 

 

Des cônes de scories sont groupés le long d'une ceinture parallèle aux failles bordant Academy Bay.

D'anciennes coulées de lave sous-marines soulevées hors des eaux sont visibles au nord-est de l'île, tandis que de jeunes coulées provenant d'évents situés sur une fissure sommitale et sur les flancs nord, présentent une morphologie récente et faiblement végétalisée.

 

317280_277660448941022_100000912069394_888102_2130688157_n.JPG                           photo © Carole et Frédéric Hardy.

 

La riche faune de Santa Cruz se décline entre terre et mer, entre tortues géantes, iguanes terrestres et iguanes marins, diverses espèces de requins, raies et lions de mer. L'avifaune compte des fous, des pélicans, des gobe-mouches, des pinsons de Darwin, des tourterelles des Galapagos.

 

384365_277656135608120_100000912069394_888050_1375204288_n-.jpg

                           Iguane terrestre - Conolophus -   photo © Carole et Frédéric Hardy.


316579_277667352273665_100000912069394_888202_634736477_n.jpg

                   Iguane marin  - Amblyrhynchus cristatus -   photo © Carole et Frédéric Hardy.

 

381007_277663092274091_100000912069394_888142_395092573_n-c.jpg

      Tortue géante de Santa Cruz - Indefatigable Island Tortoise -  photo © Carole et Frédéric Hardy.


378490_277662595607474_100000912069394_888132_569860468_n-c.jpg                                        photo © Carole et Frédéric Hardy.

 

Les tortues géantes des Galapagos forment un complexe de dix espèces, elles sont si proches que certains les considèrent comme des sous-espèces d'une espèce unique Chelonoidis nigra au sens large. Cette tortue terrestre, plus communément appelée Galápago,  peut atteindre, suivant l'espèce, jusqu'à une masse record enregistrée de 422 kg, mais en moyenne autour de 220 kg et mesure 1,2 m long. Bien que l'espérance de vie maximum d'une tortue sauvage soit inconnue, on estime leur espérance de vie moyenne de 150 à 200 ans. Elles sont endémiques de neuf îles de l'archipel.

 

314565_277669678940099_100000912069394_888230_1274335824_n-.jpg          Tourterelle des Galapagos -  Zenaida galapagoensis - photo © Carole et Frédéric Hardy.

 

Nous revenons au volcanisme avec cette mosaïque, où apparaissent d'improbables oiseaux à crête jaune, appâtant des tortues qu'elles chevauchent sur fond de volcans en éruption.

 

378532_277656662274734_100000912069394_888055_1541625256_n-.jpg

                             photo © Carole et Frédéric Hardy.

 

Santa Cruz compte aussi trente cinq tunnels de lave, sur la cinquantaine répertoriée dans l'archipel; localisés sur la propriété foncière de Steve Devine, dans la zone agricole de Santa Rosa, les plus grands tunnels de lave ont été explorés par les vulcano-spéléologues.

La Cueva del Cascajo, le tunnel le plus long atteint un peu plus de 3.000 mètres, le Cueva de Elena mesure 677 m. avec un plafond à 10 m. dans ses parties hautes.

 

el_mirador_de_los_tuneles_foto_03.jpg                Santa Cruz, tunnel de lave - photo Direccion del P.N.Galapagos

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Santa Cruz

- Contribution to the vulcanospeleology of the Galapagos islands - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Face à la pandémie de Covid-19 qui frappe durement l'Italie, l'artiste Napolitain Gennaro Regina, dont un des thème de prédilection est le Vésuve, a réagi en avril 2020 en produisant quelques oeuvres "volcaniques", qui révèlent autant d'émotions artistiques que de messages.

Corona virus vs Vésuve - Oeuvre de Gennaro Regina mise sur sa page Face book le 28.04.2020

Corona virus vs Vésuve - Oeuvre de Gennaro Regina mise sur sa page Face book le 28.04.2020

Il a remis sur sa page Facebook des oeuvres moins récentes en rapport avec la thématique.

I am alive - Oeuvre de Gennaro Regina

I am alive - Oeuvre de Gennaro Regina

Créativité, spontanéité, improvisation, panache, explosivité ... volcanique, tous ces qualificatifs n'arrivent pas à le définir. Il le fera lui-même, en disant:

                                                 "   Sono figlio della pop art  "

 

Né en 1965, dans une famille d'éditeurs et de libraires de livres d'art , il mixe la peinture et la photographie depuis les années 80.

Il a été influencé par les oeuvres d'Andy Warhol et le pop-art, réunion de l'art graphique, et des techniques publicitaires et artistiques, par le Vésuve et les traditions Napolitaines ... ne porte-t-il pas le prénom d'un évêque célèbre pour son interaction avec le volcan ?

Ses thèmes de prédilection sont les Eruptions du Vésuve, sous toutes ses couleurs, Les paysages Napolitains, d'Ischia, ou Capri, et Homo Ludens, vraiment très personnel.

Le Vésuve vu de la Baie de Naples - Oeuvre de Gennaro Regina / Voyage Pittoresque Via Vittoria Colonna, 15b Napoli.

Le Vésuve vu de la Baie de Naples - Oeuvre de Gennaro Regina / Voyage Pittoresque Via Vittoria Colonna, 15b Napoli.

Sources :

- Site web de l'artiste – lien

- Page Facebook de Gennaro Regina – lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Le massif du Sancy, en Auvergne, est annuellement investi par des œuvres éphémères : " Horizons du Sancy ", les rencontres Art Nature, expose en 11 sites différents du Land Art.


L’œuvre de Pier Fabre, " le Réveil ", s’est implantée au centre du cratère du plus jeune volcan Français, le puy de Montchal. Cinq cent rubans de couleur rouge-orangé dansent dans le vent, qui donne vie à cette œuvre suspendue … et rappelle l’activité strombolienne qui a animé ce cratère il y a 7.000 ans. Cette œuvre immobile, et cependant animée, fait un clin d’œil à l’histoire explosive du Puy.


Le-reveil---Pier-Fabre.jpg       "Le réveil" - oeuvre de Pier Fabre, dans son cadre naturel, le cratère arboré du Puy de Montchal .

         photo Bernard Pauty / horizons du Sancy / COAL

 

le-reveil---Pier-Fabre---staticflickr.jpg             Les flammes s'animent sous le vent ... "le réveil" du volcan devient réel... un instant !

                                          Photo staticFlickr.

 

L'artiste : Diplômé de l’Ecole Supérieure d’arts graphiques en 1987, il a été illustrateur et créateur de cerfs-volants originaux, qui lui ont valu de nombreuses invitations à travers le monde entier. Depuis les années 2000, il utilise la dynamique de l’air pour réaliser des installations cinétiques in situ. Avec des centaines de mobiles hypersensibles, il s’attache à rendre visible le passage du vent, les turbulences ou d’imperceptibles mouvements de l’air. En intérieur, ses installations minimalistes jouent aussi d’effets cinétiques, utilisant les petits phénomènes amusants des lois de la physique ou de l’optique, avec des dispositifs électromécaniques de basse technologie. (Horizons : Quand l'art et la nature s'emmêlent) 


Le land Art est une tendance de l’art contemporain qui se veut proche de la nature. Ce mouvement voit le jour en 1968, à New York lors de l’exposition Earth Works. En utilisant des matériaux naturels, intégrés dans des sites naturels, les œuvres du Land Art sont par essence éphémères …cette notion d’éphémère, de transitoire, renvoie au cycle de la vie, et nous confronte à notre passage terrestre, régi par le temps qui passe et le renouvellement des êtres.


La nature n’est plus simplement représentée, elle devient l’œuvre elle-même, ou du moins son cadre ou son support.


Le Land Art se veut une forme d’art libre, dans tous les sens du terme : il ne se soumet à aucune règles, son entrée est gratuite et sort du cadre rigide des musées et galeries, soumis à un ticket d’accès et à des horaires … c’est un art « à l’air libre » !


Ces œuvres sont destinées à disparaître et pour les faire connaître de façon plus durable, les artistes utilisent la photo ou la vidéo, autre forme artistique, qui les fait retourner vers des lieux d’exposition plus clos…bouclant un autre cycle.

 

 

Les sources d’inspiration sont diverses : depuis les grands sites mégalithiques, dolmens et menhirs, aux jardins tant européens que japonais, où le végétal s’accorde avec les éléments minéraux immobiles et l’eau en mouvement perpétuel.

 

Le-Reveil---le-livre-scolaire.jpg               Sous cet angle, l'oeuvre montre sa vraie "grandeur" - 12m. de haut, diamètre : 14 m. -

                                  "Le réveil" , photo Le livre scolaire.


La démarche artistique en elle-même relève d’un concept imaginé longtemps à l’avance et qui implique souvent une importante logistique. L’œuvre de Pier Fabre a nécessité la pose de câbles, auxquels elle est suspendue, et d’établir des points d’ancrages, de calculer aussi les résistance des divers matériaux.

Pensez aussi aux " emballages "  de Christo, qui fait disparaître momentanément des monuments ( Le Reichstag de Berlin) ou des ponts (Le Pont Neuf à Paris ) sous des kilomètres de tissu bruissant … le tissu, utilisé comme une peau, est délicat, et témoigne de la fugacité de l’œuvre, tandis que son travail de plissé ou de drapé rappelle les statues antiques plus pérennes.

 

Source :

- "Horizons" rencontres Art Nature - Massif du Sancy - link

- un peu de technique : hauteur : 12 m - diamètre: 14 m.  Composition de 500 rubans de couleur rouge-orangée, de 30 mm de largeur et de 8 à 12 m de hauteur, étendus entre 6 cercles d’arrimage. Cercles d’armatures en matériaux composites et en acier. L’ensemble forme 3 sections de cônes concentriques suspendus en plein centre du cratère par un réseau de filins. Cordages techniques de haute résistance.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog