Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “l'art mosaïque

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Some lithographs and maps made by a personality, little known today, Franz Wilhem Junghuhn (1809 -1864) on the volcanoes of the island of Java.

This Prussian-Dutch explorer, Indianist, geometer, physician, geographer, geologist and botanist, worked in the service of the Dutch East Indies authorities (present-day Indonesia), including the geology and nature of Java and the Batak country of Sumatra. .

In addition to the scientific recording of his discoveries, his travel books accurately describe the tropical areas, illustrated with colorful lithographs; his collections led years after his death to new discoveries and ideas.

The dome of Merapi - a click to enlarge; characters give the scale - lithography of F.W.Junghuhn - Doc. public of the Troopen Museum

The dome of Merapi - a click to enlarge; characters give the scale - lithography of F.W.Junghuhn - Doc. public of the Troopen Museum

Transferred in 1836 to Jogyakarta, he explored many reliefs, including the Thousand karst hills of the south coast of Java. He investigated volcanoes, including the Merapi, which he climbed several times and whose he measured the height using a bamboo and glass barometer, that was to be kept straight for the entire length of the climb; Patuba, Tangkuban Perahu, Guntur, Papandayan are also part of his research.
 

Merapi - the north and south side of the volcano - lithographs by F.W.Junghuhn - doc. Topographischer Atlas zur Reise durch Java
Merapi - the north and south side of the volcano - lithographs by F.W.Junghuhn - doc. Topographischer Atlas zur Reise durch Java

Merapi - the north and south side of the volcano - lithographs by F.W.Junghuhn - doc. Topographischer Atlas zur Reise durch Java

Gunung Gede - lithograph by F.W.Junghuhn - 1856 - Doc. Doc.Java Album - Amoldische Buchhandlung

Gunung Gede - lithograph by F.W.Junghuhn - 1856 - Doc. Doc.Java Album - Amoldische Buchhandlung

Detailed map of Java - zoom on the central region with Merapi, Merbabu and various other volcanoes - F.W.Junghuhn / 1860

Detailed map of Java - zoom on the central region with Merapi, Merbabu and various other volcanoes - F.W.Junghuhn / 1860

On another trip to the central and eastern part of the island in 1937 under the orders of the German physician E.A.Fritze, he surveyed with him the Lawu, the Sumbiung, the Tengger Mountains, the Bromo, and the mud volcanoes of Surabaya. They split the work, Fritze studying geology and collecting samples, while Junghuhn examined the plants.

Map of the Tengger caldera (Map made with primitive equipment at the time) - Franz Wilhelm Junghuhn - Doc.Java, seine Gestalt, Pflanzendecke and innere Bauart - Publiek domein,

Map of the Tengger caldera (Map made with primitive equipment at the time) - Franz Wilhelm Junghuhn - Doc.Java, seine Gestalt, Pflanzendecke and innere Bauart - Publiek domein,

His scientific work has led to substantial progress in the orographic, topographic, and volcanological fields. The material left in Leiden was taken up by geologists and botanists, who used their classifications of Javanese nature in their own work. Some observations are still used today, such as the distribution of climates according to altitude.

A visionary, he had warned of the catastrophic consequences of large-scale logging.

The Dieng Plateau - F.W. Junghuhn - Doc.Java Album - Amoldische Buchhandlung 1856

The Dieng Plateau - F.W. Junghuhn - Doc.Java Album - Amoldische Buchhandlung 1856

Cover of the Java album with color postcards. - F.W.Junghuhn

Cover of the Java album with color postcards. - F.W.Junghuhn

Sources:

- Troopeen Museum - biography of Franz Wilhelm Junghuhn

- Topographische und naturwissenschaftliche Reisen durch Java (Topographic and scientific explorations in Java) (1845)

- Java-Album, Leipzig 1856

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Joseph Wright of Derby, born in 1734 in Derby and died in 1797 in the same city, is a British landscape painter and portraitist.
He was recognized as the first major professional painter to build his career outside the capital.
He is famous for his technique of chiaroscuro, which accentuates the contrasts between light and dark, and for his candle-lit scenes, influenced in this field by van Honthorst and Rembrandt van Rijn.
His paintings illustrate the beginnings of science, alchemy, scenes of experience, new machines and leaders of the industrial revolution. They constitute important archives on the "Age of Enlightenment", a period when science confronts obscurantism and religious values.

"Vesuvius in Eruption, with a view of the bay of Naples" - work by Joseph Wright of Derby 1734 - 1797 - a click to enlarge - doc. TATE

"Vesuvius in Eruption, with a view of the bay of Naples" - work by Joseph Wright of Derby 1734 - 1797 - a click to enlarge - doc. TATE

We will only be interested in a short period of his professional life, from 1773 to 1777, during which he visited Italy and was marked by the eruptions of Vesuvius, understanding how his interest in light sources could be combined with the painting of landscapes.
He painted thirty canvases of the volcano, combining precise observation of nature, including rock formations or the effects of light from the atmosphere, without sacrificing composition, poetry, beauty or drama.
 
"Vesuvius in eruption, with a view of the islands of the Bay of Naples" does not show a particularly strong eruption, but the painter succeeded in capturing the atmosphere lived after a nocturnal ascent, at the full moon, arriving on the Somma which forms the background of the active cone, on which fall the incandescent rocks that feed the lava flow lower.

"Vesuvius, from Portici" - work by Joseph Wright from Derby - a click to enlarge - doc.Wikicommons

"Vesuvius, from Portici" - work by Joseph Wright from Derby - a click to enlarge - doc.Wikicommons

"The Vesuvius from Portici" takes up the halo surrounding the eruption seat of the preceding picture, while maintaining a different atmosphere, with a wider foreground, better illuminated by the activity of the volcano.


The Global Volcanism Program reports the eruption of February 15, 1770, with a presumed end in October 1779, based on historical observations. From VEI 3, it concerned the summit and the northern and eastern flanks of Vesuvius.
At the same time, Vesuvius was the subject of other painters, including Pierre-Jacques Volaire, or Pietro Fabris, commissioned by Lord Hamilton.
 
Sources:
- Global Volcanism Program - Vesuvius - link
- Totally History - Joseph wright of Derby - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Vivre à Stromboli au début du 20° siècle n'était pas aisé: pas d'électricité, de l'eau collectée dans des citernes. Pas facile non plus d'élever sa famille, avec une économie basée sur une pêche artisanale et aléatoire : elle se pratiquait en barque, à la rame, et était fort dépendante des conditions de mer et de la saison. Thon, espadon , poulpes étaient destinés à être revendus en Sicile. En complément, un peu d'agriculture et de petit élevage : quelques pieds de vigne et d'oliviers, deux, trois chèvres.

 

rowing_hard--200dpi.jpgRamer se faisait "debout" à l'époque - photo archives 1952-53 sur le site de Stromboli on line, avec l'aimable autorisation de Marco Fulle


En 1900, Stromboli comptait 3.000 âmes ...50 ans plus tard, ils étaient moins de 600 habitants.

Les conditions de vie se sont détériorées suite aux problèmes économiques dus à l'unification italienne, la répétition des éruptions et des tremblements de terre et enfin au mildiou, qui dans les années trente détruisit la majorité des vignes.

Beaucoup de familles ont considéré, devant ces difficultés , l'immigration comme seule "planche de salut". Destination l'Australie, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis, l'Argentine ... ou l'Italie toute proche.

 

affiche-italienne-du-film.jpg                   L'affiche italienne du film "Stromboli" - document Bernard Philippe.


L'île sera mise en lumière par le film de Roberto Rossellini : "Stromboli, terra di Dio".

Tourné sur place en 1949, avec comme vedettes Ingrid Bergman et Mario Vitale, ce film doit une partie de sa popularité à une éruption du volcan durant le tournage... et aussi à l'idylle entre l'actrice vedette et le réalisateur. Ce film dépeint bien les conditions de vie sur l'île de Stromboli au début des années 50.

L'histoire du film a été évoquée sur ce blog dans la rubrique "L'art sur les chemins du feu".

 

-ruption-durant-le-tournage-du-film.jpgLes images de l'évacuation en barque de lîle pendant le tournage, suite à une éruption, contribua au succès du film - Document Bernard Philippe.

 

Le succès du film lança le tourisme. Le flux touristique, qui constitue actuellement la principale ressource économique de l'île du Stromboli, fut jusqu'à la fin des années 1970, surtout représenté par des personnes à la recherche d'un environnement particulier, encore naturel et intègre, bien que privé des commodités. Dans les décennies suivantes, le manque de confort a commencé à se réduire et le tourisme a beaucoup augmenté, même s'il est globalement resté limité à la saison estivale. L'île est recherchée par ceux qui désirent la tranquillité , et sera avec Panarea la destination des V.I.P. durant quelques temps.

Les films de Tazieff et de Holzer contribuèrent à populariser le volcan et à développer des activités qui y sont liées, et qui amènent sur l'île des visiteurs qui se comptent chaque année par milliers ... l'été, l'île compte de 3 à 5.000 personnes, pour 500 résidents à demeure.

 

Ces résidents et des immigrants qui reviennent en visite sont attachés à l'île et à son volcan, qu'ils appellent "Idu" - "Lui" en sicilien - ... personnification du volcan avec qui ils vivent selon ses humeurs.

 

P1000123-copie.jpg  Maisons blanches à toit plat, plage de sable noir, et le volcan omniprésent... Stromboli.

 

                                                     © Frédéric & Carole Hardy


De nos jours le principal village habité, Stromboli, au nord-est de l'île, est formé par les quartiers de San Vincenzo (anciennement bourg des agriculteurs), Scari, San Bartolo, Ficogrande (anciennement bourg des armateurs) et Piscità près de la plage.

Au sud-ouest, il y a le village Ginostra seulement rejoingnable par un difficile sentier depuis le sommet, ou par la mer ; l'hiver il n'y réside qu'une dizaine d'habitants. Ginostra s'enorgueillit du titre de porto piu piccolo d'Italia (plus petit port d'Italie), les bateaux de ligne réalisent à chaque voyage un exploit pour y accoster et les marchandises étaient encore récemment transportées à terre à dos d'âne.

 

big_ginostra-IMG_0127.JPG          Ginostra et son minuscule port, rempli avec 2-3 barques - photo sunsicily.com


Sources :

- Le blog de Bernard Philippe sur le film "Stromboli".

      http://stromboli-film.skyrock.com 
- Des photos d'archives, sur "Stromboli on line" confirment les dures conditions de vie de l'époque ... pas d'aliscaphe pour rejoindre l'île, mais une barque et des rames maniés par des costaux aux visages burinés !

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Un sujet plus léger, bien que soumis à controverse, en ce dimanche ... mais tout en restant en Turquie, et en guise d'introduction aux volcans de Cappadoce.


20085catalhuyukthesouthshelter_1.jpg

           Catalhöjük - fouilles, abri sud : les maisons contigues - doc. Turkishclass.com


Catalhöyük est appelée "la plus ancienne cité connue au monde".

Elle est situé au sud de la Turquie, à proximité de la rivière Carsamba, elle-même alimentée par le lac Beysehir.

Cette ville du néolithique, âgée d'environ 8.000 à 10.000 ans BC, a été mise au jour en 1960 par James Mellaert; celui-ci a décrit la ville comme un ensemble de maisons accolées sans véritable rues, autour de cours. On accédait aux maisons par le toit ... à l'intérieur des pièces de 6 mètres sur 4, au sol tapissé d'argile et recouvert de nattes de jonc, aux parois trouées de niches, de four ou recouvertes de peintures. De nombreux objets et décorations à base de crânes d'animaux y ont été trouvés.

 

T1_N110_A5_CatalHoyukMap.jpgCatalhöyük - la plus vieille représentation de volcan en éruption sur une peinture murale retrouvée dans la plus ancienne cité au monde.

 

20082catalhuyukreconstructiondrawing_1.jpgCatalhöyük - reconstitution d'un intérieur néolithique, avec l'escalier d'accès à partir du toit, les petites pièces avec des niches, la décoration à base de têtes de taureau et les peintures murales  -  document Turkishclass.com

 

mere.JPGCatalhöjük  -  Statuette de terre cuite, hauteur 20 cm., représentant la déesse-mère en train d'accoucher, assise sur un trône flanqué de deux léopards sacrés ( 5.750 av.JC.) - Ankara, musée des civilisations anatoliennes.


Une de ces peintures a été interprétée par Mellaert dans son livre "A neolithic town in Anatolia" - 1967 : la partie basse représente le plan de la ville de Catalhöyük, la forme orangée dans la partie supérieure étant attribuée au volcan Hasan Dagi, caractérisé par deux sommets, dont le plus élevé est en éruption.

Ce volcan est situé à 140 km. de la ville et est resté actif jusqu'en 7.500 avant JC.

 

catalhoyuk2.jpg

Des objets sont projetés hors du cratère, des "nuages" surmontent l'édifice et des points, interprétés comme étant les bombes volcaniques, sont dessinés en pluie à droite et sur les flancs jusqu'en bas du volcan; près de la base de la forme orange, des "langues noires" pourraient symboliser des coulées de lave.

 

Cette interprétation a été validée par l'archéologue S.L.Harris dans "Encyclopedia of volcanoes" - 1999, où il est noté que "le volcan apparait en activité strombolienne douce ".

Le volcanologue islandais H.Sigurdsson écrit dans le même ouvrage : "c'est la première interprétation visuelle d'une éruption volcanique ... il est vraisemblable que cette ancienne peinture représente une éruption de l'Hasan Dagi ".

L'oeuvre est citée comme un exemple de l'importance socio-culturelle des volcans dans l'histoire humaine ("Variable effects of cinder-cone eruptions on prehistoric agrarian human populations in the american southwest" - Journal of volcanology and geothermal research 2008)

 

Cette explication est battue en brèche par l'archéologue St. Meece, de Cambridge; elle y voit une peau de léopard et ses taches, surmontant un dessin en damiers. Elle se base sur le fait que les motifs de léopards et de leurs peaux, ainsi que les damiers, sont des motifs décoratifs communément rencontrés dans d'autres sites néolithiques en Anatolie... et que ce fut l'interprétation première de Mellaert.

 

musee-de-civil.-anatolienne-Ankara.JPGCatalhöjük - peinture sur enduit représentant un léopard. - Ankara, musée des civilisations anatoliennes.

 

Je suis pour ma part enclin à privilégier la première hypothèse ... question d'affinités et de reconnaissance des qualités artistiques intrisèques qu'on peut attribuer aux peuples du néolithique.

 

Sources :

- Great ancient civilization of asia minor - first civilization in Anatolia - lien

- Catalhöjük - the south shelter - lien

- Ankara - Musée des civilisations anatoliennes - le paléolithique et le néolithique. - lien

- lien vers des photos du site de Catalhöjük sur Flickr

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Minéralogie

Actu-4 1552 bis

 

                                                                                               ©JM. Mestdagh

 

Une olivine  - (Mg,Fe)2 SiO4 - est un minéral du groupe des silicates, sous-groupe des nésosilicates. Elle n'a pas le statut d'espèce reconnue par l'Association internationale de minéralogie, c'est le terme médian dans la série fayalite-forstérite.

La forstérite - Mg2SiO4 - est le terme de cette série qui ne contient pas de fer; la fayalite - Fe2SiO4 - est l'autre limite sans magnésium.

Elle cristallise dans le système cristallin orthorhombique. Elle possède un fort relief à l'observation au microscope polarisant, ainsi qu'une forte biréfringence, teintes vives du 2e au 3e ordre au microscope polarisant en lumière analysée.


L'olivine est le minéral dominant des péridotites, roches constituant le manteau. 

 

Actu-4-1790.jpg

                   Timanfaya  - Inclusion de péridotite dans du basalte  -  ©JM. Mestdagh


 

L'olivine est le premier minéral à cristalliser lorsqu'un magma refroidit. C'est pourquoi il est souvent présent dans les basaltes. Il peut cristalliser à une température d'environ 1 000°. C'est le premier minéral de la suite réactionnelle :

Olivine (Mg) -->; Olivine (Fe,Mg) -->; Pyroxène (Mg) -->; Pyroxène (Fe,Mg) -->; Amphiboles -->; Biotite (des hautes températures vers les basses températures).


Caractéristiques physiques et optiques :

  • Système cristallin : orthorhombique
  • Composition chimique : (Mg, Fe)2SiO4
  • Couleur : vert jaunâtre, vert olive
  • Dureté  : 6,5 - 7,0 sur l'échelle de Mohs.
  • Gravité spécifique : 3,32 - 3,35
  • Indice de réfraction: 1,65 - 1,69
  • Dispersion  : 0,020
  • Pléochroïsme  : incolore, vert jaunâtre, vert


 

250px-Diagramme basalte.svgModèle basaltique:       plan de saturation de la silice

  • opx:orthopyroxène
  • cpx : clinopyroxène
  • ab : albite
  • Ne : néphéline
  • Qz : quartz
  • ol : olivine

 

 

 

 

 

 

 

 Étant formées à haute température et en absence d’eau, les olivines sont très sensibles aux agents atmosphériques, à l’altération hydrothermale, au métamorphisme de bas degré impliquant l’hydratation, l’oxydation, la silicification ou la carbonatation. Elles s’altèrent en serpentine, chlorite, amphibole, oxydes de fer, talc. Les olivines répondent parfaitement à la loi de Goldich : « les minéraux sont d’autant plus vulnérables que leurs conditions de genèse diffèrent plus de celles qui règnent à la surface ».

 

Le péridot : nom donné à l'olivine lorsqu'elle est utilisée en joaillerie, comme "pierre fine". Son autre nom est chrysolithe, "pierre dorée" en grec.


C’est une pierre ancienne mais très populaire. Elle est si connue, et depuis tant d’années, qu’on en trouve même sur la joaillerie égyptienne, du début du second siècle avant notre ère.
Les pierres que l’on utilisait à cette époque, venaient d’une région située sur une petite île volcanique de la mer Rouge, à environ 70 kilomètres au large d’Assouan. Elle a été redécouverte vers les années 1900 et le gisement est, maintenant, constamment exploité.
Les anciens Romains en étaient déjà férus et ils en convoitaient l’éclat vert et brillant, qui est insensible aux variations de la lumière, même s’il s’agit de lumière artificielle. Ils l’appelaient "l'émeraude vespérale ».
On trouve des péridots en maintes églises européennes, où ils décorent des trésors divers. A la cathédrale de Cologne, par exemple, à l’époque de l’art baroque, le péridot, avec son vert profond, connut une époque florissante mais brève, avant de tomber dans l’oubli.

Le péridot est pourtant une pierre très moderne. Dans les années 1990, un gisement a été mis à jour dans la région du Cachemire. Les pierres qui en proviennent sont, en ce qui concerne leur couleur et leur transparence, d’une beauté unique. Ainsi, l’image de la pierre, qui s’était quelque peu estompée au cours des âges, a été remise "au goût du jour".

 

Pour convaincre la gent féminine, voici un exemple de réalisation moderne ... "avec sa couleur légèrement dorée, d’un vert chatoyant, le péridot est la pierre idéale pour être le complément d’une tenue estivale légère ", dixit un spécialiste.

 

2064R-bague-peridot--jewels-for-me.jpg                          Bague péridot / diamant - or blanc , réalisation "Jewel for me".

 


Sources :

- Péridot-Olivine , par R.Warin

- Roches magmatiques, par Dom.Decobecq

- Peridot, the gorgeous green gemstone - lien

- Joaillerie : site de "Jewel for me " / péridot - lien

   dix pages d'idées !

 

 

Ceci clôture la semaine sur Lanzarote . Encore un grand merci à mon ami Jean-Michel Mestdagh pour son partage d'images.

Un dernier clin d'oeil à César Manrique, avec son logo de Lanzarote, île-volcan, île-soleil.

 

Actu-4-2482-copie.jpg

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Nous restons au Guatémala, avec quelques peintures naïves.

Les principaux sujets évoqués par ce type de peinture évoquent le vie des ruraux, des indiens, avec joies et peines, pratiques rurales et religieuses ... bref "la vie de tous les jours" dans des paysages où les volcans sont bien souvent présents.

 

Peinture_Guatemala_2010-4-CHB-copie-1.JPG

                                                                              © Frédéric & Carole Hardy

 

Un chien méchant, si pas enragé au vu de la bave qui lui dégouline de la gueule, a semé la pagaille parmi le petit groupe de paysans s'en allant au marché.. la femme a chuté, renversant le panier qu'elle portait sur la tête, contenant des volailles qui s'égayent en tous sens; elle semble avoir déséquilibré son compagnon, qui portait des récipients de terre cuite; un troisième personnage, vraisemblablement un enfant, ne doit son salut qu'à son agilité ... il saute dans un arbre.

La scène se déroule dans un paysage de volcans et lac, ce qui la situe au pourtour du lac Atitlan.

 


Peinture_Guatemala_2010-5-CHB.JPG

                                                                                  © Frédéric & Carole Hardy

 

Cet épisode est plus dramatique : un lahar ou un glissement de terrain a emporté personnes et maisons, tandis qu'on pleure les morts. Au milieu de la scène, deux personnages et un animal sont charriés par un flot ... rivière en crue ou coulée de lave ? je penche pour la deuxième solution, avec ce que je prend pour des bords de coulée consolidés.

A gauche, un homme en guenille met des enfants dans des cercueils.

Drame engendré par le déchaînement des forces de la nature.

 

D'autres peintures décrivent des scènes de pratiques religieuses mayas : la scène est décrite ici comme se passant dans la nature, à proximité d'un village et de son église - à moins que la symbolique présence de l'église n'évoque que l'antagonisme entre religion chrétienne et chamanisme maya ?

 

ixt007_l.jpg                               Document "Guatemala, cradle of the Maya civilization".


J'ai personnellement vécu un évènement similaire au Chiapas, à San Juan Chamula. Dans ce village totalement "autonome", seul la police et la justice locales ont droit de citer ... c'est le domaine réservé des mayas Tzotziles.

Dans l'église, vidée de ses habituelles chaises, des épines de pins jonchent le sol, le laissant découvert par bandes, où sont collées à la cire des multitudes de bougies filiformes. Dans les fumées de Copal, des familles se prosternent en buvant force rasades de Posh, un alcool de canne local, alternées de lampées de Coca-cola, liquide noir et faisant "roter", destiné à faire sortir "le mauvais", tout en psalmodiant des chants. Les enfants, même en bas âge, ont droit aux mêmes libations.

Des Curanderos (hommes-médecine, ou chamane ?) aident psychologiquement les croyants, prescrivant des offrandes et faisant de temps en temps sacrifices de poulets. La photo étant strictement interdite par les autorités - y déroger finirait au mieux par des coups de gourdins, au pis par un emprisonnement sous l'arbitraire de la justice tzotzile - , je ne peux transmettre la cérémonie qu'en vous la racontant : regroupés autour du chamane, le famille lui offre un poulet; le chamane l'attrape par les pattes et la tête, et passe plusieurs fois, en psalmodiant, la bête, étirée au maximum et comme en catalepsie, à quelques cinq centimètres au dessus des flammes de nombreuses bougies allumées à même le sol.

Subitement, d'un mouvement sec, il tord le cou du poulet qui disparaît de la scène, comme par magie.

Gageons qu'il finira dans une assiette !

Après quelques prières, la famille se relève et quitte respectueusement l'endroit ... j'hésite à dire l'église, étant donné les pratiques observées.

 

Sources :

- d'autres photos de peintures naïves Guatémaltèques sur le site d'Alain Catté, dont de nombreuses de Carole Hardy.

- Guatemala, cradle of the Maya civilization - site très complet. http://www.authenticmaya.com/index.htm

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Le tryptique dépeignant l'éruption du Mont Bandai, en Japonais Bandaisan, le 15 juillet 1888,est attribuée à Tankei Inoue, aussi dénommé Inoue Yasuji.

Cette éruption s'est produite durant la période Meiji (1868-1912) de l'Empire Japonais. Cette période est considérée comme " l'époque des lumières " par rapport à l'époque d'Edo, qualifiée de " période féodale et vulgaire ".

C'est le seconde vague de l'Ukiyo-e, signifiant " image du monde flottant ", un mouvement artistique comprenant une peinture populaire et narrative, et des estampes gravées sur bois.

Au moment où le Japon s'ouvre à l'Occident, et aux techniques photographiques et d'imprimerie importées, les estampes gardent encore leur force informative et éphémère.

Estampe Ukiyo-e de Tankei Inoue dépeignant l'éruption du Bandaisan du 15 juillet 1888 - Un clic pour agrandir - Doc.Art and Design of Japan

Estampe Ukiyo-e de Tankei Inoue dépeignant l'éruption du Bandaisan du 15 juillet 1888 - Un clic pour agrandir - Doc.Art and Design of Japan

Avant son éruption en 1888, le Bandaisan était un stratovolcan de forme conique (vu du sud), souvent comparé dans la littérature au Mont Fuiji. C'est en fait un complexe formé de plusieurs stratovolcans andésitiques qui se recouvrent, situé sur l'île principale de Honshu.

Le 15 juillet, après plusieurs séismes dont un de magnitude 5, une éruption phréatique débute sur les flancs du Kobandai (le plus jeune édifice), 100 mètres au dessus des sources chaudes Kaminoyu. Les explosions se succèdent au rythme de 15-20 par minutes, accompagnées par du tonnerre parcourant une colonne éruptive noire.

L'éruption culmine dans une explosion cataclysmique qui détruit le cône Kobandai : un panache vertical se développe et atteint 5.000 mètres, un blast latéral, des coulées pyroclastiques et des avalanches de débris estimée à 1,5 kilomètres-cube,  qui vont recouvrir 34 km². Des villages sont balayés par l'avalanche se déplaçant selon des témoignages visuels à 80 km / heure, et 461 japonais sont tués.

Les avalanches de débris causent un barrage qui va donner naissance aux lacs Ibara et Akimoto.

Estampe Ukiyo-e de Tankei Inoue dépeignant l'éruption du Bandaisan du 15 juillet 1888 - détail sur la pulvériastion du sommet du volcan et la blast latéral - Doc.Art and Design of Japan

Estampe Ukiyo-e de Tankei Inoue dépeignant l'éruption du Bandaisan du 15 juillet 1888 - détail sur la pulvériastion du sommet du volcan et la blast latéral - Doc.Art and Design of Japan

Tankei Inoue décrit dans son tryptique, à la fois les séismes bouleversant les habitations, l'explosion du sommet et le blast éruptif latéral, accompagné de bombes gigantesques, et la fuite éperdue des habitants et des animaux le long d'une rivière.

Estampe Ukiyo-e de Tankei Inoue dépeignant l'éruption du Bandaisan du 15 juillet 1888 - détail sur les séismes et le blast éruptif qui terrifient les habitants - Doc.Art and Design of Japan

Estampe Ukiyo-e de Tankei Inoue dépeignant l'éruption du Bandaisan du 15 juillet 1888 - détail sur les séismes et le blast éruptif qui terrifient les habitants - Doc.Art and Design of Japan

Les géologues Japonais de l'Université Impériale de Tokyo, Seikei Sekiya et Y.Kikuchi, vont visiter la région dévastée dans les jours suivants cette éruption d'un jour. Après une étude de plusieurs mois, ils vont publier un rapport en anglais dans le Journal des Sciences devenu un classique de la volcanologie, décrivant une éruption phréatique et un effondrement de flanc définissant "une éruption de type Bandai".

Un photographe va réaliser les premières photos imprimées par le Yomiuri Shimbun.

Le Bandaisan, vu du lac Inawashiro - photo Σ64

Le Bandaisan, vu du lac Inawashiro - photo Σ64

Bandaisan - le gouffre laissé par l'explosion du sommet lors de l'éruption de 1888 - Doc.H.Seo / Geological Survey of Japan / AIST

Bandaisan - le gouffre laissé par l'explosion du sommet lors de l'éruption de 1888 - Doc.H.Seo / Geological Survey of Japan / AIST

Sources :

Volcanodiscovery – Bandai volcano

- Global Volcanism Program – Bandaisan

- Volcanoes of Japan – Quaternary volcanoes – Bandaisan
 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Le temple de Kailâsanâtha, répertorié comme grotte 16, est l'un des 34 temples-cavernes et monastères connus collectivement comme les Grottes d'Ellora, situées dans l'Etat Indien du Maharashtra.

Ni grottes, ni cavernes, ces temples ont été excavés verticalement dans une falaise basaltique qui s'étire sur deux kilomètres, à partir du sommet vers le bas, pour en dégager les salles intérieures, les cours et espaces libres.

Le temple rappelle le Mont Kailash, demeure du dieu Shiva. Il a été construit entre le milieu du 8° siècle et le 9° siècle, tout d'abord sous le règne du roi Krishna premier.

Le temple de Kailâsanâtha, excavé dans les basaltes du Deccan - photo Y.Shishido

Le temple de Kailâsanâtha, excavé dans les basaltes du Deccan - photo Y.Shishido

Une légende Marathi médiévale semble se référer à la construction du temple Kailâsanâtha . Selon cette légende, le roi local souffrait d'une maladie grave. Sa reine a prié le dieu Shiva à Elapura pour guérir son mari. Elle a promis de construire un temple si son souhait était accordé, et a promis d'observer un jeûne jusqu'à ce qu'elle puisse voir le shikhara (le sommet) de ce temple. Après la guérison du Roi, elle lui a demandé de construire un temple immédiatement, mais plusieurs architectes ont déclaré qu'il faudrait des mois pour construire un temple complet avec un shikhara. Un architecte nommé Kokasa a assuré au roi que la reine serait capable de voir le shikhara d'un temple dans le délai d'une semaine. Il a commencé à construire le temple par le haut en sculptant le rocher et a été capable de finir le shikhara en une semaine, permettant à la reine d'abandonner son jeûne.

Le temple de Kailâsanâtha, et le pilier dans la cour, excavés dans les basaltes du Deccan

Le temple de Kailâsanâtha, et le pilier dans la cour, excavés dans les basaltes du Deccan

Le temple Kailâsanâtha - lithographie de James Fergusson et Thomas Dibdin, 1839

Le temple Kailâsanâtha - lithographie de James Fergusson et Thomas Dibdin, 1839

Les trapps du Deccan forment une grande province ignée d'origine volcanique, datée de 66 - 65 millions d'années, dans l'ouest de l'Inde. 

Le volume émis en un million d'années, dont sans doute plus de 80% de coulées en moins de 500.000 ans (Kent C. Condie, in Earth as an Evolving Planetary system, 2005 ) est actuellement d'environ 1,5 millions de kilomètres-cubes, recouvrant une surface de 500.000 km². Plus de la moitié des quantités initiales ont été érodées.

Les trapps du Deccan sont associés au point chaud de La Réunion, actuellement à l'aplomb de l'île de La Réunion. Ainsi, les trapps du Deccan se sont formés lorsque l'Inde était à 4500 km. de sa position actuelle. Les points chauds étant relativement fixes au cours du temps, cela montre le déplacement vers le Nord-Est de la plaque supportant l'Inde, depuis 65 millions d'années.

Les trapps du Deccan à Matheran dans les Western Ghats - photo Nichalp

Les trapps du Deccan à Matheran dans les Western Ghats - photo Nichalp

Localisation des trapps du Deccan - Doc. CNRS

Localisation des trapps du Deccan - Doc. CNRS

Ils sont constitués d'un empilement de multiples coulées de laves tholéitiques, formant des "escaliers" et émises par de nombreux dykes; la couche varie entre 2.400 mètres dans les Western Ghats et plus de 1.000 mètres plus à l'est. Certaines coulées ont une épaisseur de 10 à 50 mètres. 

L'impact environnemental de ces inondations basaltiques est principalement dû aux gaz (principalement du dioxyde de soufre, du dioxyde de carbone et des halogènes) et aérosols sulfatés. On estime que la température de surface de la terre a diminuée de 2°C sur une période de 400.000 ans.

 

Sources :

- Unesco – Patrimoine mondial – Grottes d'Ellora

- Earth as an evolving planetary system - K.C.Condie 2005

- SVT Versailles – La mise en place des trapps du Deccan

Earth of fire - Les LIP's - 2. les trapps du Deccan en Inde.

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

Alexandre-Hyacinthe Dunouy is a talented French landscape artist, born in Paris in 1757. He began his career painting views of the Ile de France and Paris, then around Naples and Rome.

He exhibited in 1791 at the Paris Salon.

He returned to Italy in 1810, where he became the official painter of the King of Naples, Joachim Murat, and of Caroline Bonaparte.

Eruption of Vesuvius in 1813 by Dunouy Alexandre-Hyacinthe - photo Muzéo

Eruption of Vesuvius in 1813 by Dunouy Alexandre-Hyacinthe - photo Muzéo

He left Italy in 1815, after the fall of the French Empire;

he then received from Louis XVIII an order for "an eruption of Vesuvius", and participated in decoration projects for Trianon, Compiegne and Saint-Cloud. It is registered in the inventory of the castle of Fontainebleau from 1820.

He continues to exhibit regularly until 1833. He died in Jouy-en-Josas in 1841.

 

The 1813 Eruption of Vesuvius, Naples 1813 - Alexandre-Hyacinthe Dunouy - Oil on paper ugly down on canvas, 48.5 x 64.5 cm

The 1813 Eruption of Vesuvius, Naples 1813 - Alexandre-Hyacinthe Dunouy - Oil on paper ugly down on canvas, 48.5 x 64.5 cm

From 1701 to 1839, Vesuvius shows a repeated eruptive activity, quite important, VEI 3 very often (see list GVP), which is a source of inspiration for artists, and object of orders by patrons.

The representations of the time illustrate these eruptions, especially the first times of these, with a sky so dark that they can sometimes be considered as night views.

Dunouy focuses on the landscape and the effects of light, often omitting the figures ... and some of his works include elements painted by others, including Nicolas-Antoine Taunay and Jean-Louis Demarne.

Autograph rehearsal of the central part of the Dunouy painting, presented by Galerie Terrades at the 28th Biennale of Antiquaries - http://www.artnet.com

Autograph rehearsal of the central part of the Dunouy painting, presented by Galerie Terrades at the 28th Biennale of Antiquaries - http://www.artnet.com

Two versions depict the early stages of the eruption of Vesuvius on December 25, 1813, one of them preserved at the castle of Fontainebleau.

On the one no character, on the other, an animated crowd on the dike of the port and other characters on an island and on the boat in the foreground.

An autograph rehearsal of the central part of the painting was presented by the Galerie Terrades at the 28th Biennale of Antiquaries in 2016. It differs in its foregrounds.

 

Sources:

- Inventory of the National Museum of Fontainebleau Castle - INV 4297; LL3533 / http://www2.culture.gouv.fr

- Daxer & Marschall - Alexandre-Hyacinth Dunouy

- The 28th Biennale of Antiquaries 2016

- Global Volcanism Program - Vesuvius - Eruptive history

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

 

Comme beaucoup de belges, mon enfance a été marquée par la bande dessinée : les magazines hebdomadaires et les albums ont occupé les planches de ma bibliothèque bien avant les livres de volcanologie.

Mais le sujet avait passionné les observateurs que sont les auteurs de BD, et beaucoup ont illustré l’une de leurs histoires de fiction de dessins de volcans, bien souvent imaginaires.

 

"Le journal de Tintin", appelé ensuite simplement "Tintin", et son alter ego, "le Journal de Spirou", ont tous deux publié des séries comme Alix, Michel Vaillant, Yoko Tsuno en plus des aventures de leurs héros titulaires : Tintin et Spirou, dans lesquelles ont en retrouve trace.

 

Vol-714-pour-Sidney.jpgDans Vol 714 pour Sydney / © Hergé : Eruption du volcan de l'île  Pulau Pulau Bompa (ne cherchez pas dans un atlas !)

 

Hergé, figure emblématique de la BD belge et internationale, s’est laissé inspirer par les volcans.

Dans Vol 714 pour Sydney , le volcan est un personnage à part entière. Tintin, Haddock et Tournesol se rendent à Sydney pour un congrès d'astronautique. A l'escale de Djakarta, ils rencontrent le milliardaire Lazlo Carreidas (personnage inpiré par Marcel Dassault) qui se propose de les emmener à Sydney à bord de son nouveau business-jet supersonique le Carreidas 160. L'avion est détourné sur un îlot volcanique par la bande de l'escroc international Rastapopoulos qui souhaite faire main basse sur la fortune de Carreidas. Sauvés de l'éruption du volcan par un vaisseau extraterrestre et définitivement débarrassés de Rastapopoulos et d'Allan, Tintin et ses amis reprennent la direction de Sydney.

 

Vol-714-pour-sidney---le-Carreidas-160.jpg     Dans Vol 714 pour Sydney / © Hergé : le Carreidas 160 en approche de Pulau Pulau Bompa


Bien avant cette aventure tintinesque, Hergé  en avait fait un acteur de L’éruption du Karamako, une aventure des jeunes Jo et Zette, parue en 1952.

 

L-eruption-du-karamako.jpg                                                                        © Hergé

 

Jacques Martin, auteur Suisse mais qui a collaboré à Tintin, crée son personnage Alix, dont les aventures, extrêmement documentées, se déroulent dans l’antiquité romaine.

Dans son album Les proies du volcan , il raconte l’histoire d’une jeune fille poursuivie par les hommes de sa tribu et recueillie par Alix et son compagnon Enak. Elle échappera à un sort funeste : être jetée vivante dans le cœur d’un volcan pour en apaiser les velléités. Prétexte inventé par le sorcier du village, suite à un pacte avec des pirates phéniciens, pour soustraire des habitants à la vie de leur village et les vendre comme esclaves.

 

9782203312142.jpg                      Couverture de l'album - ©Editions Casterman / J. Martin

 

Dans un contexte plus moderne, Jean Graton fait évoluer son héros Michel Vaillant sur l’île de La Réunion dans Rallye sur un volcan ; le rallye auquel il participe sur une Ford évolue dans la Plaine des Sables, et l’éruption fortuite d’un cône adventif va lui permettre d’échapper aux intrigues du méchant de l’histoire.

 

ford05.jpg                                     Couverture de l'album - ©J. Graton / Graton Editeur

 

Roger Leloup, Verviétois de naissance, fait évoluer son héroïne, Yoko Tsuno, une jolie japonaise, tantôt dans notre monde, tantôt dans des Spirou---La-forge-de-Vulcain.jpgaventures mi-terrestre, mi-Vinéenne (une planète inexplorée).


Exemplaire du Journal de Spirou avec en couverture une planche de La Forge de Vulcain.


La Forge de Vulcain est ainsi le théatre d’une rencontre avec les Vinéens : Au large de la Martinique, sur une plate-forme de forage, les trépans d'une compagnie pétrolière ont heurté une matière mystérieuse, inconnue des scientifiques.
Yoko Tsuno s'alarme aussitôt. Devinant sous cet événement d'apparence anodine la présence de ses amis vinéens, elle rallie aussitôt Saint-Pierre en compagnie de Vic et Pol. L'intrépide trio, conduit au centre de la terre afin d'éviter un cataclysme tellurique qui causerait la perte de milliers de vies, plonge au cœur d'un paysage hallucinant de laves incandescentes et de gaz d'hydrocarbures, de filtres rougeoyants et de vannes gigantesques.

 

La-Forge-de-Vulcain---1973-Yoko-Tsuno-Roger-Leloup.jpg                                                  Couverture de l'album - © R. Leloup / Editions Dupuis

 

... En espérant que cela vous donne envie de relire l'une ou l'autre bande dessinée ... sur les volcans bien sûr !

 

Source : BD-thèque personnelle.

Lire la suite

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog