Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Résultat pour “l'art mosaïque

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

 DarwinShuttle

  Vus du Space shuttle, le volcan Darwin et ses deux tuff cone côtiers - doc. Nasa

Darwin - àG Ecuador -à D Wolf - P.Ramon 2003 IGEPN

La caldeira du Darwin, avec sa terrasse sud-ouest; à droite, le volcan-bouclier Wolf et à gauche, une portion de l'Ecuador - photo Patricio Ramon / IGEPN

 

Le volcan Darwin, baptisé du nom du célèbre naturaliste, est un volcan-bouclier coiffé d’une caldeira de 5 km. de diamètre et 200 mètres de profondeur, couverte de jeunes coulées de lave.

Une terrasse occupe une partie sud-ouest de la caldeira.

L’activité sommitale la plus récente a produit des coulées de lave intra-caldeira à partir des évents situés côté est de la caldeira et sur les rives nord-est et sud-est.

Les flancs du volcan sont couverts de laves « aa » ; de nombreuses coulées débutent sous forme « pahoehoe » pour se convertir en laves « aa »  lorqu’elles descendent des pentes raides …et caractérisent ainsi les pentes raides des volcans de l’ouest de l’archipel.

Des fissures radiales descendent les flancs du volcan ; l’une d’entre elle atteint sa base au sud-ouest et coupe le cône de tuf Tagus. Sur la fissure, s’est établie une chaine de petits cônes de scories et de spatter cones.

 

Darwin spatter cones - Lee SiebertSpatter cones établis sur la fissure de flanc du Darwin - photo Lee Siebert / Smithsonian


Deux cônes de tuf littoraux, appelés Tagus et Beagle cone, furent formés lors d’éruption phréatomagmatiques qui ont produit, lors de ces processus extrêmement explosifs, de la palagonite dont ces structures sont composées. Le cône de tuf Tagus abrite quatre cratères nichés, le plus récent d’entre eux étant occupé par un petit lac salé.

Les deux cônes sont entourés de coulées de lave produites au niveau de fissures de flancs du Darwin.

Ces deux cônes sont ouvert vers la mer et furent fréquentés tant par l’expédition Darwin, que par les baleiniers qui venaient y faire provision de vivres, et y tuèrent de nombreuses tortues.

 

darwin volcano ecuador photo us air force

Les deux tuff cones côtiers : le Tagus et ses cratères nichés, à gauche - à droite, le Beagle, qui porte le nom du navire qui emmena Darwin aux îles Galapagos (2°expédition du Beagle de 1831 à 1836).


Darwin - Tagus cone

Tagus tuff  cone - le plus petit des cratères du Tagus est occupé par un lac salé - au loin, la silhouette du Cerro Azul, situé à l'extrême sud de l'île d'Isabela.

 

L'Alcedo est le plus petit volcan d'Isabela. Il est bien végétalisé tant sur ses flancs qu'au niveau de sa caldeira; seuls de jeunes coulées de lave ressortent au niveau de sa jonction avec le Darwin voisin. Des failles récentes ont creusé un fossé autour d'une partie de la caldeira.

 

Alcedo---au-fond-Darwin---Wolf---P.Ramon-2005-IGEPN.jpgLa caldeira et les flancs végétalisés de l'Alcedo, où l'on distingue le fossé et les fumerolles - au loin, les volcans Darwin et Wolf situés plus au nord - photo Patricio Ramon / IGEPN.


 

C'est le seul volcan connu des Galapagos à avoir produit des laves tant rhyolitiques que basaltiques : à la fin du Pléistocène (100.000 ans environ), il a érupté un kilomètre-cube de téphra rhyolitique et des coulées de lave aux dépens de plusieurs évents, avant de retourner vers un dynamisme basaltique.

La production rhyolitique a été favorisée par une diminution de l'apport en magma basaltique quand le volcan Alcedo ne fut plus au foucus du point chaud des Galapagos. (Denis Geist - Journal of Petrology).

L'activité fumerollienne est sous le contrôle d'une faille en bordure de caldeira, contenant pas moins de sept cratère d'explosion hydrothermale, et par un évent rhyolitique intra-caldeira; la température de décharge est de 97°C, les gaz sulfureux sont dominés par la présence d'H2S. On estime la température du réservoir à 260-320°C, et le temps de stationnement des eaux, météoriques, dans ce réservoir à 400 ans.

 
     

Volcan-Alcedo---Galapagos---P.Oxford.jpgDes tortues géantes fréquentent le cratère de l'Alcedo, abritant diverses fumerolles - photo Pete Oxford.

 

En descendant toujours plus au sud de l'île d'Isabela, Punta Moreno est un endroit où les forces de la nature se sont jointes pour créer de l’art brut : des rochers en bord de mer abritent des colonies d’oiseaux pélagiques et de pingouins des Galapagos. Plus loin, ce sont des champs de lave ponctués de mares végétalisées, entourées de zones de mangroves où nichent les pélicans bruns, où se nourrissent des flamants roses, des hérons bleus, ou quelques tortues vertes.

 

 

03puntamoreno-laves-cordees.jpg

Punta Moreno - une coulée pahoehoe cordée colonisée par la végétation - photo OceansArt.US

12puntamoreno cactus pioniers

Punta Moreno - des cactus pionniers se sont installés sur les coulées de lave - photo OceansArt.US

Punta Morano fous pieds bleus Rochers et coulées sont blanchis par le guano d'une colonie de fous à pieds bleus - photo OceansArt.US


Au pied du volcan Alcedo, au sud du cône de tuf Tagus, Urbina Bay fut le siège d’un brutal soulèvement en 1954 : une intrusion de matériaux fondus sous la surface releva environ 1.200 m² de plancher marin de plus de 4 mètres, fit apparaître un récif corallien au-dessus du niveau des eaux et agrandit d’autant la surface de l’île. On retrouva des squelettes de requins, de tortues marines et de crustacés incapables de regagner la mer suite à cet évènement brutal.

On y observe quantité d’iguanes terrestres et marins, qui ont fait surnommer la zone : « iguana land ».

 

Iguane-terrestre---Urbina-bay.jpgUrbina Bay - Iguane terrestre - photo Roubicek/Mark Rowland.

 

Fat_Marine_Iguana_opens_wide----Eric-Chan.jpg                 Un iguane marin manifeste sa réprobation - photo Eric Chan

 

Suite des articles sur les Galapagos dès le 2 janvier ...

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Darwin

- Global Volcanism Program - Alcedo

- Contrasting hydrothermal activity at Sierre Negra and Alcedo volcanoes, Galapagos archipelago - by Goff Fraser & al.

- The generation of oceanic rhyolites by crystal fractionation : the basalt-rhyolite associationat volcan Alcedo - by Dennis Geist & al. - Journal of Petrology.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity
Nishinoshima, seen from the west on 08.16.2021 / 4:13 p.m. during the reconnaissance overflight by the JMA - Doc. 1.kaiho.mlit.go.jp

Nishinoshima, seen from the west on 08.16.2021 / 4:13 p.m. during the reconnaissance overflight by the JMA - Doc. 1.kaiho.mlit.go.jp

Nishinoshima, seen from the east on 08/16/2021 / 4:02 p.m. during the reconnaissance overflight by the JMA - Doc. 1.kaiho.mlit.go.jp

Nishinoshima, seen from the east on 08/16/2021 / 4:02 p.m. during the reconnaissance overflight by the JMA - Doc. 1.kaiho.mlit.go.jp

The Japan Meteo Agency / JMA reported that ash plumes from Nishinoshima in the Ogasawara Islands were visible on satellite images on August 14, rising about 1,900 meters and drifting north. The Japanese Coast Guard carried out an overflight the next day and did not observe any eruptive activity or new deposits the day before.

The central crater is well open and occupies a large part of the island.

The Tokyo VAAC noted that a period of continuous ash emissions was visible in satellite data on August 15.

 

Sources: JMA & VAAC Tokyo

Nishinoshima, the crater on 08.16.2021 / 4:15 p.m. during the reconnaissance overflight by the JMA - Doc. 1.kaiho.mlit.go.jp

Nishinoshima, the crater on 08.16.2021 / 4:15 p.m. during the reconnaissance overflight by the JMA - Doc. 1.kaiho.mlit.go.jp

A strong eruptive episode occurred at Suwanosejima (Mitake crater), in the Ryukyu arc, at 1:37 a.m. on August 19, and the plume of the eruption rose 3,000 m above the edge of the crater, crossed by lightning.
Volcanic ash was observed northeast of the crater and at 8 a.m. on the 19th there was a fairly large amount of ash in the village of Toshima.
They should reach the city of Nishinoomote, Kojima prefecture.
Slightly large quantity Kagoshima Prefecture: Toshima Village
Small quantity Kagoshima Prefecture: Yakushima Town, Nishinoomote Town, Nakatane Town

 

Source: JMA

Suwanosejima - eruptive episode of 08.19.2021 / 01.40 a.m. - JMA webcams

Suwanosejima - eruptive episode of 08.19.2021 / 01.40 a.m. - JMA webcams

A new vent, which opened in Geldingadalur on August 9, was not confirmed to be separated from the neighboring main vent until about a week later. The new cone grew rapidly due to the intense spattering , and by August 17 it was at about the same height as the main crater. Spattering from the new vent was at times ejected higher than spatter from the main vent.

The aviation color code remained at Orange for Fagradalsfjall due to the lack of ash and tephra emissions, although IMO warned of the potential for lapilli and slag fallout within a radius of 650 m from the active vent. Authorities have also warned of the dangers of gas emissions.

 

Sources : mbls, Iceland Review, Almannavarnir, IMO, Global Volcanism Program weekly report

Fagradalsfjall eruption - image Sentinel-2 bands 12,11,8A from 17.08.2021

Fagradalsfjall eruption - image Sentinel-2 bands 12,11,8A from 17.08.2021

Fagradalsfjall - active zone on 08/18/2021 / 11:10 a.m. - webcam Almananavarnir

Fagradalsfjall - active zone on 08/18/2021 / 11:10 a.m. - webcam Almananavarnir

Fagradalsfjall - tremor at 19.08.2021 - Doc. Hraun.vedur

Fagradalsfjall - tremor at 19.08.2021 - Doc. Hraun.vedur

Opinion of the Police du Suðurnes:

We need your help to protect Geldingardalir's unique lava

Please do not:
- walk on lava
- throw stones or garbage on the lava
- make inscriptions on it
Even when no activity is visible in the crater, the eruption is still active. Under the hardened top layer of lava, hot lava can flow. The top layer can easily break when walked on, causing hazards to people and damage to geological monuments.


Geldingadalir lava is a unique geological monument that we must respect and protect. It is important that visitors do not leave any traces such as throwing stones on the lava or making inscriptions on it. The lavas are under special protection according to art. 61 of the Nature Protection Act.

(Lögreglan to Suðurnesjum)

Reminder of the rules to be observed on lava in Iceland - Doc. Lögreglan in Suðurnesjum - one click to enlarge
Reminder of the rules to be observed on lava in Iceland - Doc. Lögreglan in Suðurnesjum - one click to enlargeReminder of the rules to be observed on lava in Iceland - Doc. Lögreglan in Suðurnesjum - one click to enlargeReminder of the rules to be observed on lava in Iceland - Doc. Lögreglan in Suðurnesjum - one click to enlarge

Reminder of the rules to be observed on lava in Iceland - Doc. Lögreglan in Suðurnesjum - one click to enlarge

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Kilauea / Halema'uma'u - 03.03.2022 / 21h44 HST - webcam F1 / HVO - un clic pour agrandir

Kilauea / Halema'uma'u - 03.03.2022 / 21h44 HST - webcam F1 / HVO - un clic pour agrandir

L'éruption au sommet du volcan Kīlauea, dans le cratère Halema'uma'u, se poursuit en ce moment.

La semaine dernière, l'éruption au sommet du Kīlauea a été marquée par 4 courtes pauses, avec de la lave jaillissant après environ une journée à chaque fois. Le fond du cratère sud-ouest a montré le plus de changement, d'abord près de la sortie la plus au sud de l'évent ouest où un petit bassin d'étang s'est formé, et ensuite sur la marge sud-est du lac de lave actif, où la roche durcie a commencé à isoler une partie du grand bassin lacustre.

Après une réduction significative de l'activité le 02.03.2022 après-midi et soir, l'éruption de lave de l'évent ouest dans le lac de lave actif a de nouveau augmenté vers 22h30 HST la nuit dernière. Le tremblement au sommet reste élevé et régulier. La déflation au sommet du volcan Kīlauea hier est devenue inflationniste vers 22h00 HST la nuit dernière, devenant plate ce matin.

L'éruption de lave de l'évent ouest dans le lac de lave actif dans le cratère Halema'uma'u a augmenté vers 22h30 HST la nuit dernière. Des flux continus de lave active éclatent actuellement de l'évent ouest et s'écoulent dans le lac de lave active ouest. Il y a eu peu ou pas de suintement le long des marges du fond du cratère au cours des dernières 24 heures. La surface active du lac de lave du cratère Halemaʻumaʻu a diminué de 12 m tout au long de la journée d'hier et a augmenté d'environ 9 mètres au cours des 8 dernières heures. Cette activité effusive correspond à une augmentation de l'inclinaison du sommet et à une augmentation du tremblement au sommet.



Source : HVO, 3 mars 2022, 8 h 30 HST

 Reventador - Couléé pyroclastique et panache du 02.03.2022 / 17h47 TL,  sur le flanc S-SE - webcam Copete / IGEPN - un clic pour agrandir

Reventador - Couléé pyroclastique et panache du 02.03.2022 / 17h47 TL, sur le flanc S-SE - webcam Copete / IGEPN - un clic pour agrandir

L'IGEPN nous informe que le 2 mars après-midi, des émissions de gaz et de cendres ont été observées au Reventador, avec des hauteurs supérieures à 1000 mètres au-dessus du niveau du cratère, dans une direction nord-ouest et ouest.
Le VAAC de Washington a signalé 2 alertes d'émission avec des hauteurs allant jusqu'à 988 mètres au-dessus du niveau du cratère dans une direction nord-ouest et sud-ouest.

La sismicité des dernières 24 heures est caractérisée par 6 séismes d'explosion, 2 séismes LP, et 32 épisodes de trémor d'émission.

Hier après-midi, le volcan est resté partiellement clair. Au cours de la nuit, une incandescence a été observée dans le cratère
avec des blocs roulants jusqu'à 500 mètres sous le sommet (flanc ouest).

La descente de coulée pyroclastique a pu être observée sur les flancs sud et sud-est.

Pour le moment le volcan est nuageux, et en alerte Naranja
 

Source : IGEPN 03,03,2022 / 11h

Yellowstone N.P. - Le vieux fidèle - photo archives © Bernard Duyck 2009 - un clic pour agrandir

Yellowstone N.P. - Le vieux fidèle - photo archives © Bernard Duyck 2009 - un clic pour agrandir

Un anniversaire, avec un peu de retard :

Le 1er mars 2022 marque le 150e anniversaire de la création du parc national de Yellowstone, le premier parc national au monde.


Le Yellowstone est situé à la convergence des Grandes Plaines, du Grand Bassin et du Plateau Columbia. Pendant plus de 10.000 ans avant sa désignation en tant que parc, les Amérindiens ont vécu, chassé, pêché, cueilli des plantes, extrait de l'obsidienne et utilisé l'eau thermale à des fins religieuses et médicinales. Le National Park Service reconnaît 27 tribus individuelles ayant des liens historiques et modernes avec Yellowstone.
Une autre preuve des caractéristiques géothermiques et géologiques uniques de Yellowstone sous la forme d'œuvres d'art de Thomas Moran et de photographies de William H. Jackson aurait contribué à convaincre le Congrès que le paysage de Yellowstone méritait d'être protégé.

Depuis 150 ans, des mesures sont prises pour protéger les incroyables animaux sauvages du parc, pour préserver les sentiers qui présentent aux visiteurs des geysers, des mudpots, des lacs et des rivières, et pour garantir par des efforts de développement durable et l'éducation le maintien de ce joyau volcanique et naturel.

 

Source : Yellowstone for Ever

Yellowstone N.P. (Lamar valley) - le bison y vit depuis less temps préhistoriques - photo archives © Bernard Duyck 2009

Yellowstone N.P. (Lamar valley) - le bison y vit depuis less temps préhistoriques - photo archives © Bernard Duyck 2009

Yellowstone N.P.  Le grand prismatique et les couléurs des thermophiles - - photo archives © Bernard Duyck 2009

Yellowstone N.P. Le grand prismatique et les couléurs des thermophiles - - photo archives © Bernard Duyck 2009

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #L'art sur les chemins du feu

In his series "The great volcanologists," our friend Jocelyn Lardy give us the scoop on his latest canvas ...

"Surtsey, virgin land, forbidden world"

"Surtsey, virgin land, forbidden world" - © work of Jocelyn Lardy, 2015.

"Surtsey, virgin land, forbidden world" - © work of Jocelyn Lardy, 2015.

As usual, he gives us the various stages of its completion, from the sketch to the finished work.

His inspiration comes, he tells us, from the first chapter "of water and fire ... the last wave" of the book of Guy De Saint Cyr, "From a volcano to another ... the adventures of a lava hunter ".

"I shared the canvas in a low third, two thirds up, very classic. In the bottom third, I want a somewhat turbulent sea, subject always exciting to paint. In the upper part, I want a very impressive volcanic cloud covering most of the top. My two main elements will be on each side, the boat and the island, in which I will insert a column of lava as described Guy de Saint Cyr. Then I will join the two elements with a scene where members of the trawler try to bring on board two people in a dinghy ... "

"Surtsey, virgin land, forbidden world": The work to his beginning in May 2015 - a click to enlarge - Photo © Jocelyn Lardy "Surtsey, virgin land, forbidden world": The work to his beginning in May 2015 - a click to enlarge - Photo © Jocelyn Lardy

"Surtsey, virgin land, forbidden world": The work to his beginning in May 2015 - a click to enlarge - Photo © Jocelyn Lardy

His idea takes a few words from Guy: "... the trawler rears rises, sinks ... a huge cloud ... slowly rises above the crater ... with terrifying majesty. ..this is the first time a trawler is approaching also near the volcano .... a titanic fluid basalt vertical cylinder ... fuse to dizzying heights as a huge range of fire. "

"Surtsey, virgin land, forbidden world": growth of the canvas in late May - click to enlarge - Photo © Jocelyn Lardy "Surtsey, virgin land, forbidden world": growth of the canvas in late May - click to enlarge - Photo © Jocelyn Lardy

"Surtsey, virgin land, forbidden world": growth of the canvas in late May - click to enlarge - Photo © Jocelyn Lardy

The viewer's eye goes, in a Dantesque atmosphere, from the boat buffeted in a rough seas to the volcano spewing his guts ... before seeing the little yellow boat and the drama that is being played.

Guy and Monique, his young wife, are on the verge of drowning, so they had to contemplate this volcanic eruption for two days. "... A rope is connected to the orange canoe, Monique can not swim, dramatic moments, I grab the rope ... Monique clinging to me, the dinghy, deforms (after puncture) ... we have water up to size ".

They were finally recovered just in time by the crew of the trawler.

"Surtsey, virgin land, forbidden world" ... an entry in the canvas to experience this dramatic episode - Photo © Jocelyn Lardy

"Surtsey, virgin land, forbidden world" ... an entry in the canvas to experience this dramatic episode - Photo © Jocelyn Lardy

"Surtsey, virgin land, forbidden world" ... an entry in the canvas: "... a rope is connected to the orange canoe" - Photo © Jocelyn Lardy

"Surtsey, virgin land, forbidden world" ... an entry in the canvas: "... a rope is connected to the orange canoe" - Photo © Jocelyn Lardy

"Surtsey, virgin land, forbidden world" ... an entry in the canvas : "Monique clinging to me, the dinghy, deforms ... we have water up to the waist" .- Photo © Jocelyn Lardy

"Surtsey, virgin land, forbidden world" ... an entry in the canvas : "Monique clinging to me, the dinghy, deforms ... we have water up to the waist" .- Photo © Jocelyn Lardy

The impression of what happened to the couple Saint-Cyr traveled extensively, with various phases of the eruption, and acrobatic recovery of the  protagonists ... this canvas do not want to be a photo, it revives "an impossible epic" as the author says.

Written with four hands, by Jocelyn and Bernard.

 


The distribution of this canvas agrees with the news of the island of Surtsey:

Scientists measured a temperature rise of the soil of the island of 10 ° C compared to previous measurements made there are two or three years ago. They think Surtsey temperature began to rise after an earthquake occurred in the spring 2015. This temperature rise indicates that magma is moving in the volcanic system of Westman Islands ... of course too early to predict an eruption in thefollowing years.

At this time, there is nothing to suggest an eruption, volcanoes often warm in surface before cooling again. The biggest risk for the case of Surtsey would be the occurrence of a steam explosion ... incurred only by the birds and plants that live there in the summer.

Aerial photo of Surtsey and craters in August 2002 - The Surtsey Research Society / http://www.surtsey.is/pp_ens/photo_map_3.htm

Aerial photo of Surtsey and craters in August 2002 - The Surtsey Research Society / http://www.surtsey.is/pp_ens/photo_map_3.htm

Sources :

  • Find the works of Jocelyn Lardy on its website::http://sjlardy.free.fr/ 
  • A big thank you to Jocelyn Lardy for his confidence, his document sharing, and all the happiness he gives us to admire the volcanic canvas.
  • " D’un volcan à l’autre "– par Guy de Saint-Cyr aux éditions de La Martinière

Actualité :

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Toujours dans la série des grandes éruptions et des méga-caldeiras, la caldeira Valles au Nouveau-Mexique.


Situation générale :

 Les caldeiras Valles et Toledo, ainsi que les diverses structures volcaniques associées constituent le champ volcanique Jemez, qui se situe à l’intersection entre le rift du Rio Grande, qui court nord-sud au travers du Nouveau-Mexique, et l’alignement Jemez, qui s’étend du sud-est de l’Arizona jusqu’à l’Oklahoma.

 

colorado_plateau_four_corne-copie-1.gif Situation de l'alignement Jemez et du rift du Rio Grande par rapport au plateau du Colorado

 

main.jpgSituation de l'alignement Jemez /Jemez lineament et des champs volcaniques (VF) qui le composent

 

800px-Riogranderift_deepXsection.png                                  doc. crédit utdlabrador, after W. Baldrige, K. Olsen & J. Callender

 

 

valles1.gif

Au centre de cet image Landsat en fausses couleurs, la caldeira Valles-Toledo - crédit LANL/ Nasa

Les zones sèches sont en gris-brun, les zones boisées en rouge.

 

 

Le complexe de caldeira Valles-Toledo :

La caldeira Valles, large de 20-24 km., a été formée suite à deux grandes éruptions qui ont créé le plateau ignimbritique  : " Bandelier tuff ".

 

La formation débute il y a 1,2 millions d’années, lorsqu’une masse de magma granitique riche en eau d’environ 1 million de km³ remonte vers la surface. En arrivant près de la surface, elle brise les roches qui le surmontent créant des fractures en cercle. Lorsque l’éruption se produit, l’eau présente dans le magma se vaporise et pulvérise le magma en épais nuages de cendres et vapeur. Ces ignimbrites se déposent en tous sens pour former le Bandelier tuff, d’un volume de 300 km³. L'émission de ce gigantesque volume vide la chambre magmatique, causant ainsi l’effondrement de la caldeira : 20-24 km. de large et 300 mètres de profondeur.

Les eaux de pluie et de fonte emplissent la caldeira, pour donner un lac fumant et sulfureux, étant donné que les éruptions sont encore en cours.

 

Bandelier-tuff-Jemez-canyon---the-great-desert.jpg                     Le Bandelier tuff exposé dans Jemez canyon - photo The great desert


Le volcanisme post-caldeira se poursuit avec

sts040-614-063c4.jpg

 

 

- la mise en place de dômes de lave situés sur les fractures circulaires, il y a 1Ma (en violet), 900.000 ans (en bleu) 800.000 ans (en rouge) et 530.000 ans (en orange) 

 


Valles caldera - oregonstate un.-copie-1- et un soulèvement du plancher de la caldeira, avec la formation de Redondo peak, un dôme de résurgence. En croissant, le dôme de résurgence se brise et se divise, formant des failles.

 

 

Schéma du dessus : Valles grande caldeara - geologic history (The great desert)

schéma du dessous : limites de caldeira en rouge- limites du dôme de résurgence en vert (Oregonstate university)

 

redondopanorama2as---the-great-desert.jpg                       Panorama sur Redondo peak - photo et légendes The great desert.

 

 

mapshadedgeologic.jpgLes différents dômes, le dôme de résurgence, Redondo peak et la dépression Valle Grande

 

 Il y a environ 500.000 ans, le lac de caldeira se vide de façon brutale au travers du canyon de San diego, vers le sud, suite vraisemblablement à l’érosion de l’ancestrale rivière Jemez combinée à la sape due aux phénomènes hydrothermaux. La rupture du barrage diminue la quantité d’eau disponible et les manifestations hydrothermales diminuent d’intensité, d’autant que la chambre magmatique commence à se refroidir.

 

Valles---Soda-dam-Jemez-river---L.Siebert.jpgValles caldera - Soda dam et la rivière Jemez - photo Lee Siebert / Smithsonian institution.


Les ponces El Cajete, l’ignimbrite Battleship Rock, la rhyolite Banco Bonito et la rhyolite VC-1 furent mises en place au cours de la plus récente éruption 800px-RioGrande_Rift_RISTRA_Seismic_Image.jpg, il y a 50 à 60.000 ans.


L’activité actuelle se concrétise en sources chaudes et fumerolles, confirmée aussi par la tomographie sismique, qui indique une zone de faible vélocité sous la caldeira .

 

betterbattleship_m---photo-ronda.jpg 

Battleship rock dans San Diego canyon - ignimbrite post-caldeira datée de 50-60.000 ans - photo Rhonda Spidell / in The great desert

 

MapTMDLGeology.jpg

                                              Carte géologique de Valles caldera - TMDL Geology.

Extension du Bandelier tuff, en ivoire - Rhyolite, en rose - Roches volcaniques siliciques, en vert

 

Le Bandelier tuff :

Cette formation rhyolitique dans les Jemez mountain est constituée des dépôts de deux éruptions : l'unité inférieure correspond à la formation de la caldeira Toledo, il y a  1,45 Ma - volume 400 km³; l'unité supérieure à celle de la caldeira Valles, il y a 1,1 Ma - volume 250 km³.

 

valles---mesas-dans-Bandelier-tuff.jpg Les "mesas", longues formations tabulaires, dans le Bandeleir tuff (à l'avant-plan) produit par l'éruption de la caldeira Valles, visible au fond de la photo.

Le dôme de résurgence,  Redondo peak, est au centre gauche en arrière-plan. - photo The great desert.

 

"La mesa " est un relief tabulaire caractéristique des paysages arides, en particulier dans le sud des Etats-Unis, générallement formé par l'érosion différentielle et des mouvements tectoniques. En contexte volcanique, une mesa correspond à une inversion de relief , mettant en élévation des coulées de lave initiallement épanchées dans des vallées dont les matériaux sont moins résistants et facilement dégagés par l'érosion..

 

 

Colonisation de la région par les humains :

La sédentarisation des paléoindiens chasseurs et cueilleurs a commencé dans le sud-ouest de l'amérique du nord, il y a environ 12.000 ans.

Les Anasazis ont succédé au 8° siècle aux "Basketmakers", les vanniers, implantés dans ces territoires avant l'ère chrétienne. La sédentarisation a abouti à la création d'une nouvelle culture, dite de Pueblo, en référence aux villages constitués de maisons en briques de terre construites par les Anasazis du Mesa Verde, au coeur du désert du Colorado.

Ce qui nous intéresse ici, c'est l'habitat troglodyte en rapport avec le Bandelier tuff.

En plus des maisons construites avec des blocs de tuff, d'autres habitations ont été creusées dans la couche elle-même ; le tuff altéré était un peu dur en surface, mais la combinaison de cet "extérieur dur" et d'un "intérieur plus maléable" en a fait un endroit idéal pour y creuser des cavités : ces habitations troglodytes conservaient la fraicheur en été et la chaleur en hiver, et étaient accessible par une succession d'échelles et de plate-formes. Les "trois soeurs", céréales, haricots et courges, étaient cultivées sur le sommet des mesas, arrosé par les orages de fin de journée. La teneur en ponce du tuff permettait de retenir l'eau comme le ferait une éponge.

Le dindon était domestiqué, à la fois comme source de nourriture et de plumes.


NPS-copie.jpg

Bandelier tuff - habitations troglodytes et les échelles d'accès - remarquez le personnage à gauche qui permet de se rendre compte de la taille du site - photo NPS.

 

Bandelier-NM.---NPS---interieur.jpgBandelier tuff - habitations troglodytes - les plafonds noircis montrent qu'on y faisait du feu - photo NPS.

 

Les kivas étaient des chambres rituelles circulaires creusées dans le sol et recouvertes d'un toit : édifice en partie souterrain, on y descendait par une petite échelle pour pratiquer le culte ou réunir le conseil du village. Un foyer était aménagé au centre et la fumée s'échappait par un conduit de ventilation, doté d'un,déflecteur. Les plus grandes pouvaient accueillir plusieurs centaines de personnes qui pouvaient s'asseoir sur des banquettes en pierre. Les grandes kivas de Chaco Canyon avaient un diamètre de dix-huit mètres. Des fêtes religieuses liées aux cycles agricoles devaient être célébrées dans ces kivas, exclusivement par les hommes.

 

Bandelier_Kiva---Ishwar.jpg                     Une kiva, creusée en hauteur dsns le Bandelier tuff - photo Ishwar.

 

Kiva-copie.jpgIntérieur d'une autre kiva, semi-enterrée, avec un plafond bombé reconstitué - photo auteur non référencé.

 

Les Anasazis ont laissé de nombreux pétroglyphes sur les parois des canyons. Ces gravures, et autres graffitis peints, pouvaient couvrir plusieurs mètres carrés et figuraient des animaux, des céréales, des cartes, un calendrier, etc.

 

Newspaper_Rock_Utah_USA2---ethernectar.jpgn-hands-400med.jpg

 

 

       

 

 

 

 

A gauche, "Newspaper rock" (Utah) - photo ethernectar

A droite, des mains peintes à Salt Wash - photo Ray Ramussen - http://raysweb.net/anasazi-images/

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Valles caldera

- The great desert - Valles caldera - link

- Bandelier National Monument - NPS - 

- Bandelier N.M. - People - NPS

- The Bandelier tuff , the study of te formation and composition of a pumice,  by A. Costakis & al.

- Anasazi places : ruins and rock art - a photography journey through some Anasazi sites - by Ray Rasmussen

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Merapi - plume of the phreatic eruption of 11.05.2018 / 7:40 AM WIB - photo Magma Indonesia

Merapi - plume of the phreatic eruption of 11.05.2018 / 7:40 AM WIB - photo Magma Indonesia

A brief phreatic eruption occurred at Gunung Merapi on the island of Java on May 11th at 7:40 am WIB; it was accompanied by an eruptive column which rose very straight, and reached 5,500 meters above the summit.

Video of the eruption of Merapi this 11.05.2018, from the last stop before the summit

Merapi - seismogram of the phreatic eruption of 11.05.2018 / 7:40 AM WIB - Doc.Magma Indonesia

Merapi - seismogram of the phreatic eruption of 11.05.2018 / 7:40 AM WIB - Doc.Magma Indonesia

The eruption began with a small roar, and vibrations felt around the observation post, on which fell a shower of ashes and fine lapilli.

Vt earthquakes preceded this eruption on May 9 and 10, respectively 2 and 4/ day. Two hours before the eruption, the temperature inside the crater increased from 38.2 ° C at 1h WIB to 90 , 6 ° C at 8:30 WIB.

The event remained isolated and the volcanic alert level remains at 1 / normal.

About fifty hikers are reported on the volcano, on the last stop before the summit, without apparent damage.

Merapi - visuals of the crater on 11.05.2018 / respectively at 9h10 and 11h25 - Doc. BPPTKG
Merapi - visuals of the crater on 11.05.2018 / respectively at 9h10 and 11h25 - Doc. BPPTKG

Merapi - visuals of the crater on 11.05.2018 / respectively at 9h10 and 11h25 - Doc. BPPTKG

Merapi - ash cloud / Sat RGB Citra 11.05.2018 at 10am WIB and no fly zone above and south of the volcano / Flight radar
Merapi - ash cloud / Sat RGB Citra 11.05.2018 at 10am WIB and no fly zone above and south of the volcano / Flight radar

Merapi - ash cloud / Sat RGB Citra 11.05.2018 at 10am WIB and no fly zone above and south of the volcano / Flight radar

Following the eruption, a VONA was set up above and in the southern area of ​​Merapi. An Air Asia Singapore-Yogjakarta flight was diverted to Jakarta, following a likely closure of the destination airport.

Sources: PVMBG, Magma Indonesia, BNPB, BPPTKG
 

Dispersion of ashes from Merapi - map BNPB 11.05.2018

Dispersion of ashes from Merapi - map BNPB 11.05.2018

Kilauea - East rift zone - degassing on cracks; location of geothermal facilities threatened by a possible advance of the lava, bottom left. 09.05 2018 Extreme Exposure Fine Art Gallery / Bruce Omori

Kilauea - East rift zone - degassing on cracks; location of geothermal facilities threatened by a possible advance of the lava, bottom left. 09.05 2018 Extreme Exposure Fine Art Gallery / Bruce Omori

In the eastern rift zone of Kilauea, the eruption appears to be pausing: no lava emitted from any fissure at 7 pm on May 10, but sulfur dioxide emissions continue.

To report, the lava stop a mile from the geothermal plant, where thousands of liters of fuel are stored ... a strong explosion is likely in case of advance of the lava flow.
 

Kilauea - East rift zone - crevasses and steam west of Highway 130, under investigation by the USGS

Kilauea - East rift zone - crevasses and steam west of Highway 130, under investigation by the USGS

New cracks are likely to open, without prior localization possible. Cracks near Highway 130 continue to emit steam.

Seismic activity remains high; seismicity and deformation indicate that the magma intrusion migrates to the northeast.

Kilauea - East rift zone - strange breached structure (in an arc behind the emissions) ... never before seen following Ken Rubin - from Video

Kilauea - East rift zone - strange breached structure (in an arc behind the emissions) ... never before seen following Ken Rubin - from Video

Ken Rubin reports, based on videos from May 10, the rather unusual sighting of a breached cone of spatters / slag on one of the crack segments in Leilani Estates.

ALOS-2 / Jaxa data analysis by Caltech-JPL shows the opening of a dyke following the magmatic intrusion (communication from Eric Fielding)

Kilauea - Halema'uma'u's crater and two-colored plume  of the explosion following a collapse on 10.05.2018 - photo Paradise Helicopters

Kilauea - Halema'uma'u's crater and two-colored plume  of the explosion following a collapse on 10.05.2018 - photo Paradise Helicopters

In the summit area, no changes from yesterday.

The explosion of yesterday at 8:30 shows a two-colored plume, with the presence of a brown color in its upper part, sign of an incorporation of rock fragments.

Samples collected by an NSF researcher show that the explosion is due to the collapse of the wall of the vent following an earthquake. (NSF / Bruce Houghton) 

Source: HVO - USGS

Piton de La Fournaise - the eruptive site on 08.05.2017 - photo OVPF

Piton de La Fournaise - the eruptive site on 08.05.2017 - photo OVPF

At the Piton de La Fournaise, the field reconnaissance carried out on May 10th still shows an activity mainly focused on a main cone whose mouth continues to close. The second cone slightly further upstream showed today a more sustained activity than in recent days, with regular lava projections of 10-20m high.

Piton de la Fournaise 10.05.2018 - lava flows in the slope break below Piton Bert on May 10 (16h20 local time). (© OVPF / IPGP)

Piton de la Fournaise 10.05.2018 - lava flows in the slope break below Piton Bert on May 10 (16h20 local time). (© OVPF / IPGP)

Piton de La Fournaise - Thermal image of the lava flows in the slope break below Piton Bert on May 10 (16h20 local time). (© OVPF- IPGP)

Piton de La Fournaise - Thermal image of the lava flows in the slope break below Piton Bert on May 10 (16h20 local time). (© OVPF- IPGP)

The flow is still mainly in lava tubes with most of the resurgences and therefore flows visible at the level of the slope below Piton de Bert.

Many fires were observed on the 10.05 at the foot of the rampart and in the rampart, especially against the bottom of Piton Bert.

The surface flows estimated from the satellite data, via the HOTVOLC platform (OPGC - Clermont Ferrand) and MIROVA (University of Turin), recorded today were less than 2 m3 / s.

No significant deformation is recorded.

A volcano-tectonic earthquake has been recorded in the past 24 hours under the Piton de la Fournaise building.

Source: OVPF

2018.05.10 Piton de La Fournaise - fire departure at the casting front on May 10 (16h00 local time). (© OVPF - IPGP)

2018.05.10 Piton de La Fournaise - fire departure at the casting front on May 10 (16h00 local time). (© OVPF - IPGP)

Small complement with the activity of Sabancaya and Sinabung these last days, in some images.

Sabancaya - summary of the activity from April 30 to May 6, 2018 - IG Peru

Sabancaya - summary of the activity from April 30 to May 6, 2018 - IG Peru

Sabancaya 10.05.2018- eruptive plume slanted east - photo flight FL320 via IG Peru / Twitter

Sabancaya 10.05.2018- eruptive plume slanted east - photo flight FL320 via IG Peru / Twitter

Sinabung - 09.05.2018 / 15h14 - photo Endro Lewa

Sinabung - 09.05.2018 / 15h14 - photo Endro Lewa

Sinabung - seismicity on 10.05.2018 - Doc. Magma Indonesia

Sinabung - seismicity on 10.05.2018 - Doc. Magma Indonesia

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

At the summit of Kilauea, ash emissions at the Overlook crater decreased on May 16; although variable, the plume contains enough ash to be gray in color. It rises between 900 and 1,200 meters above the ground, with a maximum of 3,600 meters high, before sliding north. Communities located downwind must take precautions to guard against falling ash.

Kilauea - Overlook crater plume on 15.05.2018 / 13h20 - photo HVO

Kilauea - Overlook crater plume on 15.05.2018 / 13h20 - photo HVO

USGS Status Update of Kīlauea Volcano - May 16, 2018

Several earthquakes of magnitude 3 or greater occurred below the summit zone; their shallow depth resulted in fractures in Highway 11, near the entrance to the Volcanoes National Park, and in damaged buildings and roads within the Park. They are attributed to the ongoing deflation and the drop of the lava in the volcano's chimney.

As of the afternoon of May 16, the floor of Kīlauea caldera has dropped approximately 3 feet (90 cm). This movement is stressing faults around the caldera of Kilauea, causing them to move and resulting in strong earthquakes of up to magnitude 4.4 thus far. 

The Observatory notes that the 1924 explosive eruption was also preceded by hundreds of earthquakes during magma drainage.

2018.05.16Kilauea Rift Zone ESt - Spattering zone between cracks 16 and 20 at 8:20 and 9:33 - HVO photos
2018.05.16Kilauea Rift Zone ESt - Spattering zone between cracks 16 and 20 at 8:20 and 9:33 - HVO photos

2018.05.16Kilauea Rift Zone ESt - Spattering zone between cracks 16 and 20 at 8:20 and 9:33 - HVO photos

In the eastern rift, eruptive activity was concentrated on fissure 17, with less vigorous spattering, and slower lava flow in the afternoon ... the length of the flow was maintained around 2,500 meters.

Spattering was maintained between 8:20 and 9:33 in an area between the fissure 16 and 20, followed by noisy degassing.

Fissure 6, near Leilani Avenue and Pohoiki Road, has become active again; lava and spattering were noted until 4:45 pm.

Volcanic gas emissions through cracks remain high in leeward areas, and generally under low cloud cover. The RED is set for air quality conditions, with serious threats to the health of people with respiratory problems, seniors and young children. The Volcano School of Art and Science has remained closed.

 

The beautiful videos and photos made by Mick Kalber and Bruce Omori / Paradise Helicopters are missing today due to imposed flight restrictions ... but this is an opportunity to highlight the exceptional quality of their work. (update)

 

Source: HVO - USGS

Kilauea - east rift zone - map of fissure and lava flows updated in 15 may 2018 - Doc. HVO

Kilauea - east rift zone - map of fissure and lava flows updated in 15 may 2018 - Doc. HVO

At Piton de La Fournaise, the intensity of the volcanic tremor (indicator of surface eruptive intensity) has remained relatively stable over the last 24 hours at values ​​twice as high as those recorded last week.

Piton de La Fournaise: Evolution of the RSAM (indicator of the volcanic tremor and the intensity of the eruption) between 20:00 (16h UTC) on April 27 and 15:30 (11:30 UTC) May 16 on the seismic station BOR (located at summit).

Piton de La Fournaise: Evolution of the RSAM (indicator of the volcanic tremor and the intensity of the eruption) between 20:00 (16h UTC) on April 27 and 15:30 (11:30 UTC) May 16 on the seismic station BOR (located at summit).

The flow activity is still predominantly in lava tubes but the resurgences are more numerous these past two days, especially at the foot of the secondary cone. This secondary cone (the most upstream at the foot of the crater Rivals) is now the most active of the two with projections of 20-30m high reported in the last 24 hours. On the cone further downstream, only low projections persist.

Inflation (swelling) of the building continues:

The GPS of the summit zone and located in far field record an inflation, respective witnesses of the putting in pressure of a superficial source and a deep source

Source: OVPF

Piton de La Fournaise: view of the eruptive site on May 16th at 6:31 am (2:31 UTC) (IRT / OVPF webcam)

Piton de La Fournaise: view of the eruptive site on May 16th at 6:31 am (2:31 UTC) (IRT / OVPF webcam)

A mud volcano erupted on May 15, between 2 pm and the afternoon, in Wantan Township, Taiwan; it was produced by two mounds.

No injuries were reported, but the mud waves flooded over one hectare of farmland. The damage will impact future harvests for at least two years; assistance has been promised to the farmers affected by this disaster.

The location of these mud volcanoes, which come into activity one to three a year at this time of year, varies each year.

Source: Taiwan News

Mud volcano and fields covered by the mud in Wantan / Taiwan Township - Taiwan News photos
Mud volcano and fields covered by the mud in Wantan / Taiwan Township - Taiwan News photos

Mud volcano and fields covered by the mud in Wantan / Taiwan Township - Taiwan News photos

A brief summary of the volcanic activity of the week, which you can find with more details on the Global Volcano Program Weekly report.

- New activity or instability:

Kilauea, Hawaiian Islands (USA) - Merapi, Central Java (Indonesia) - Oraefajokull, Iceland - Piton de la Fournaise, Reunion Island (France) - Sangeang Api, Indonesia.

- Activity in progress:

Aira, Kyushu (Japan) - Bagana, Bougainville (New Guinea Papua) - Dukono, Halmahera (Indonesia) - Ebeko, Paramushir Island (Russia) - Fuego, Guatemala - Karymsky, Eastern Kamchatka (Russia) - Kirishimayama, Kyushu (Japan) - Langila, New Britain - Popocatepetl, Mexico - Reventador, Ecuador - Sabancaya, Peru - Sheveluch, Central Kamchatka (Russia) - Stromboli, Aeolian Islands (Italy) - Suwanosejima, Ryukyu Islands (Japan) - Turrialba, Costa Rica .
 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Palmerston-Aerial-aerial-pictures-of-the-cook-isl-jpg

                       Iles Cook du sud - Palmerston - photo Aerial vieuws of Cook islands.

 

 

Selon la tradition orale, les îles Cook auraient été peuplées à partir du 8°ou 9° siècle par vagues successives en provenance des Samoa, des îles de la Société, des Tuamotu et sans doute également des îles Marquises et des îles Australes. Aucune trace archéologique probante antérieure à cette date n’a jusqu'en 2008 été mise à jour. Néanmoins, selon l'archéologue Patrick V. Kirch, certaines modifications environnementales observées sur les île de Mangaia et d'Aitutaki et datant d'il y a 2000 à 2500 ans pourraient être d’origine humaine. Les îles Cook furent également l'une des bases de départ des migrations polynésiennes vers la Nouvelle-Zélande.

 

p1migmap.gif      Carte des migrations des ancêtres polynésiens (en orange) entre 5000 avant JC et 300 après JC.


Des navigateurs espagnols et portugais atteignirent les îles du sous-groupe nord à la fin du XVI° siècle. Plus tard, les Britanniques explorèrent également la région et nommèrent l’île de Pukapuka Danger Island (1664). Au cours deson second tour du monde, James Cook visita les îles de Manuae (septembre 1773) et Palmerston (Juin 1774) puis, au cours de son troisième voyage, Mangaia et Atiu (mars 1777). En 1804, le nom d'Îles Cook fut employé pour la première fois par le navigateur Johann Adam von Krusenstern. Ce n'est qu'avec le protectorat britannique que l'archipel dans son ensemble fut officiellement baptisé ainsi après avoir porté un temps le nom d'îles Hervey.

Les îles Cook furent officiellement annexées le 7 octobre 1900 par la Nouvelle-Zélande. En 1946, les habitants des îles Cook purent élire leur propre Conseil législatif et participer davantage à l’administration de leur archipel. Au cours des années 1960, le mouvement de décolonisation qui balayait le monde atteignit aussi l'Océanie, ce qui incita le gouvernement à accorder aux îles Cook un statut d'indépendance associée ("self government") en instaurant une nouvelle constitution.

Les îles Cook conservent depuis cette date d'étroits liens politiques et économiques avec la Nouvelle-Zélande. Ce statut particulier leur permet ainsi de recevoir une aide financière annuelle, alors que les insulaires sont automatiquement citoyens néo-zélandais.

 

 

Rarotonga---sculpture-de-basalte.jpg                            Rarotonga - sculpture de basalte -photo Rarotonga cultural center

 

La sculpture sur bois est une forme d'art courante aux îles Cook. Chaque 220px-British_Museum_-_Wooden_carving_from_Rarotonga_18th-1.jpgîle garde cependant une spécialisation ... c'est ainsi que Rarotonga est connue pour ses statues de dieu des pêcheurs et leurs aidants, et Atiu est célèbre pour ses sièges en bois. La plupart des oeuvres originales furent cependant escamotées par les premiers visiteurs européens, ou brûlées par les missionnaires.

 

Statuette en bois du dieu des pêcheurs ayant échappée à l'émasculation - Origine Rarotonga 18°-19° - conservée au British Museum.


La sculpture sur pierre est plus rare, bien qu'il subsiste d'excellentes oeuvres de Mike Taveoni.


Mitiaro Nukoroa 3.1

L'expression culturelle se manifeste aussi aux îles Cook, sous forme de chants et danses, au cours de festivals; chaque île possède ses propres dances, pratiquées depuis la prime enfance.

Festival Te Maeva Nui 2005 - photo L. Bailey / Ministry of cultural development.

 

La chaine volcanique Cook-Austral :


Bien que grossièrement orienté dans la direction de déplacement actuel de la plaque Pacifique, caractérisée par un ratio de 11 cm/an et une direction 115°N., le modèle formé par les volcans émergés et sous-marins est complexe.

 

CookFig1a_700---mantle-plume.gif                   La chaîne volcanique COOK-AUSTRAL - doc. Mantle plume by A. Bonneville.


La morphologie et la géométrie des groupes d’îles suggère l’existence de deux alignements volcaniques, dans le contexte de la Cook-Austral volcanic chain.

Un alignement nord, le groupe d’îles Aitutaki-Mauke, avec Rimatara, Rurutu, Tubuai, Raivavae, President Thiers bank. La branche sud est constituée de Rarotonga, Mangaia, Neilson bank, Rapa, Marotiri et du seul volcan actif, le seamount Mc Donald.


Les îles Cook :

 

_841414_orig.jpg                 Présentation pour les volcano-philatélistes - doc. Cook islands philatelic bureau.

 

cw-map.gif                 Les îles Cook - les deux branches de l'archipel - doc. The World Factbook / CIA


Les îles Cook, divisées géographiquement en deux branches, sont le résultat de l’activité volcanique et corallienne dans le Pacifique sud.


Les îles de Rarotonga, Mangaia, Atiu, Mauke, Mitiaro et Aitutaki sont constitués des sommets émergents de volcans éteints ; Manuae, Palmerston, Penrhyn, Manihiki, Rakahanga,  Pukapuka, et Suwarrow sont des atolls, des récifs coralliens entourant un lagon , qui surmontent le sommet submergé d’un volcan.

A noter des formations intermédiaires : Aitutaki est pour part volcanique, pour part un atoll. Takutea est un presqu’atoll et Nassau est un banc de sable sur une base de récif corallien.

 

atoll.jpg

Les atolls du groupe nord, à l’exception de Penrhyn, s’élève depuis la périphérie d’une grande plate-forme  peu profonde nommée le plateau Manihiki. Ce plateau est situé à une profondeur de 2500-3000 m. et couvre une superficie de 600.000 km², soulevé probablement durant le crétacé, entre 135 et 65 Ma. 

Penrhyn est située entre le plateau Manihiki et les îles Line ; elle constitue la plus haute montagne volcanique des îles cook, avec un relief à plus de 4876 m.

L’activité des volcans situés sur 4 îles du nord, Mangaia, Atiu, Mauke et Mitiaro, fut suivie d’une subsidence : les sommets disparurent sous le niveau marin et une barrière récifale commença à croître ; par après l’ensemble remonta lentement vers la surface, à moins que ce ne soit le niveau marin qui baissa , laissant réapparaitre sommets et récifs. Cette barrière soulevée est appelée " makatea " … et ces 4 îles sont qualifiées de " type-makatea ". Une nouvelle barrière de corail commence alors à croître sous le niveau de la mer.  

 

cooks_islands_arialview.jpg        Iles Cook du sud - Rarotonga - photo aerial views of Cook Islands

 

Aitutaki3.jpg                           Iles Cook du sud - Aitutaki - photo Cook islands


Datation des évènements :


La phase éruptive des îles Cook, à l’exception de Rarotonga, est datée du Paléocène, entre 65 et 60 Ma. A cette époque, l’altitude des volcans du groupe nord dépasse le niveau marin. Leur subsidende s’opère durant l’eocène, entre 60 et 38 Ma.

Mangaia est plus jeune : on retrouve, dans son récif surélevé,des fossiles datés entre 38 et 7 Ma. Penrhyn, Manihiki-Rakahanga et Suwarrow reposent sur des calcaires du Miocène, vieux de 22 à 14 Ma.

Le makatea de Mangaia, Ngatangiia, Roratonga sont datés de 110-90.000 ans, à plus de deux mètres, tandis que les formations principales de récifs sur rarotonga et Aitutaki se constituèrent il y a 15.000 ans, avant le dernierâge glaciaire.

Les récifs coralliens ont débuté leur croissance à Atiu, il y a 7 Ma, tandis que les formations de Suwarrow, Rakahanga, Pukapuka et Manihiki dateraient de 2 Ma ou moins.

 

Rarotonga_TeManga_Cook_Islands.jpg         Iles Cook du sud -  le pic Te Manga, point culminant de Rarotonga - photo Marcus Gleinig

 

Deux "cartes postales" des îles Cook ...

 

Cook_Islands-1.jpgcook-islands-dancers-beach

 

 

 

 

 

 

 

 

 

... sur un "rythme" différent, mais toujours enchanteur !

 

 

 

 

 

Sources :

- NZETC - Geological history of the Cook islands - link

- Culture of the Cook Islands - Lords of the dance - link 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Volcans et climat

 

On parle beaucoup ces jours-ci de l’influence du volcanisme sur le climat, et particulièrement de son implication au niveau du Petit age Glaciaire  - LIA , Little Ice Age.

 

lia-pic2

 

lia-pic3Variations dans le temps des températures - situation du Little Ice Age par rapport à la période Holocène et suivant l'Optimum climatique médiéval. - doc. atmos. Washington.edu.


Un article dans le Geophysical research letters, cosigné par Gifford H. Miller (INSTAAR and Department of Geological Sciences, University of Colorado at Boulder, Boulder, Colorado, USA / Institute of Earth Sciences, University of Iceland, Reykjavík, Iceland) et nombre d’autres scientifiques, principalement des climatologues, va dans ce sens. Il s’intitule  : "Abrupt onset of the Little Ice Age triggered by volcanism and sustained by sea-ice/ocean feedbacks", et pointe un début brutal du LIA en deux paliers, une possible explication par des décades d’activité volcanique explosive, et un relais / soutien du refroidissement par le couple océan – calotte glaciaire.  


Le petit âge glaciaire : sa nature, sa période d’existence, ses causes possibles :


Le Petit âge glaciaire est défini comme une période de refroidissement suivant la période chaude médiévale (l’optimum climatique médiéval).

Bien que ne caractérisant pas une véritable période glaciaire, ce terme fut introduit dans la littérature scientifique en 1939 par François  E. Matthes ; il définit par convention une période non uniforme s’étendant depuis le 16° jusqu’au 19° siècle. (1550 à 1850, selon la Nasa).

Son importance a été relativisée … le LIA doit être considéré comme un refroidissement de l’hémisphère nord de moins de 1°C par rapport aux niveaux moyen de température de la fin du 20° siècle (GRID 2001).

 

1000 Year Temperature Comparison

The reconstructions used, in order from oldest to most recent publication are:

  1. (dark blue 1000-1991): The Holocene.
  2. (blue 1000-1980): Geophysical Research Letters.
  3. (light blue 1000-1965): Ambio. Modified as published in Science.
  4. (lightest blue 1402-1960): J. Geophys. Res..
  5. (light green 831-1992): Science.
  6. (yellow 200-1980): Geophysical Research Letters. 
  7. (orange 200-1995): Reviews of Geophysics. 
  8. (red-orange 1500-1980): Geophys. Res Lett.. 
  9. (red 1-1979): Nature. 
  10. (dark red 1600-1990): Science. 

The original version of this figure was prepared by Robert A. Rohde from publicly available data and is incorporated into the Global Warming Art project

 

Diverses causes ont été proposées : des baisses cycliques de la radiation solaire, une activité volcanique soutenue, des variations de l'albedo et de la circulation des eaux océaniques, une variabilité inhérente au climat, et même une diminution de la population humaine (en relation avec une reforestation et un boom de CO2).

Les causes réelles sont multifactorielles, mais quelle est la part prise par les éruptions volcaniques explosives ?


Les températures estivales de l’hémisphère nord au cours des derniers 8.000 ans ont été rythmées par une lente diminution de l’insolation résultant de la précession des équinoxes (La précession est le nom donné au changement graduel d'orientation de l'axe de rotation d'un objet ou, de façon plus générale, d'un vecteur sous l'action de l'environnement, par exemple, quand un couple lui est appliqué … la précession des équinoxes est le lent changement de direction de l'axe de rotation de la Terre).

On débat cependant toujours sur les causes des anomalies thermiques estivales, principalement durant les années les plus froides du Petit âge glaciaire, à cause de la faiblesse des interventions en provenance de phénomènes naturels et de la courte action dans le temps de l’effet des éruptions volcaniques.

 

L’étude de Miller & al. relève deux périodes de croissance de la couverture glaciaire arctique du Canada et de l’Islande, en relation avec des étés froids :

- la première entre 1275 et 1300 , période où l’on répertorie les éruptions du Quilotoa (Equateur) en 1280 / VEI 6, du Cayambe (Equateur) en 1290 / VEI 4, et de l’Hekla (Islande) en 1300 / VEI 4. On peut y ajouter celle du Katla (Islande) en 1262 / VEI 5.

- la seconde entre 1430 et 1455, période d’éruptions du Shiveluch (Kamchatka) en 1430 / VEI 4, de la Soufrière de la Guadeloupe en 1440 / VEI P, du Katla (Islande) en 1440 / VEI 4, du Furnas et du Sete Citades (Açores) respectivement en 1441 et 1444 / VEI 4, du Pinatubo (Philippines) en 1450 / VEI 5.

 

Stratospheric-volcanic-sulfate-aerosol---Gao-geophysical-re.jpg

Injection annuelle d'aérosol sulfatés dans la stratosphère de l'hémisphère nord (au dessus), de l'hémisphère sud (au milieu) , et globalement (en bas)  au cours des derniers 1500 ans, sur base d'analyse de carottes glaciaires - doc. Gao & al. 2008

 

 Un modèle climatique montre que le volcanisme de type explosif puissant peut induire un refroidissement des étés, et que les étés froids peuvent se maintenir longtemps après que l’effet des aérosols volcaniques ait cessé, grâce à l’action combinée suivante de la calotte glaciaire et des océans.

L’étude met en évidence la concordance du "démarrage" du LIA et d’une période de grandes éruptions explosives et d’émissions fortes de gaz soufrés sur un laps de temps de 50 ans, chaque éruption avec un ratio de charge en sulfate supérieur à 60 Tg. La rétroaction du couple calotte glaciaire–océan s’explique par la persistance d’étés froids, liés à une insolation hémisphérique estivale minimum, sans intervention nécessaire de changements de la radiance solaire.

 

Examinons quelques fortes éruptions qui ont constellées cette période :

 

Eruption du Quilotoa en 1280 :

img01-02Le Quilotoa est un stratovolcan dacitique au sommet tronqué d'une petite caldeira large de 3 km., situé à 80 km. au SSO de Quito - Equateur. Enchassée dans des parois atteignant une hauteur de 400 m, elle est occupée par un lac profond de 240 m.

Au cours des derniers 200.000 ans, le Quilotoa a produit au moins huit épisodes éruptifs explosifs, à un intervalle de 10.000-14.000 ans.

 

Le Quilotoa est le volcan andin "le plus à l'ouest" .

 

Panorama_quilotoa_crater_lake_ecuador---Annom---2.jpg                           La caldeira et le lac du Quilotoa - photo Annom

 

L'une des plus importantes éruptions du dernier millénaire est datée au radiocarbone de 1280. En quatre phases, 11 km³ de magma furent émis

; la première phase a produit l'un des plus gros dépôt de ponces et cendres  des Andes du nord, avec 2,1 . 1010 m³ de tephra émis, ce qui la classe en VEI 6 . Les phases suivantes sont caractérisées par de grandes coulées pyroclastiques et des lahars qui ont atteint les côtes du Pacifique.

Cette éruption s'est produite après une période de dormance de 14.000 années; elle fut suivie par la formation de l'actuelle caldeira et la mise en place d'un petit dôme de lave.

 

 

Pour suivre, d'autres éruptions datées du Petit âge glaciaire.

 

Sources :

- Abrupt onset of the Little Ice Age triggered by volcanism and sustained by sea-ice/ocean feedbacks  - by Gifford H. Miller (INSTAAR and Department of Geological Sciences, University of Colorado at Boulder, Boulder, Colorado, USA / Institute of Earth Sciences, University of Iceland, Reykjavík, Iceland) & al. - link

- Wired Science / Eruptions - Volcanoes and the Little Ice Age : not the smoking gun ? - link

- Global volcanism Program - Large holocene eruptions - link

- "The plinian fallout associated with Quilotoa's 800 yr BP eruption, Ecuadorian Andes", Journal of Volcanology and Geothermal Research - by Patricia A. Mothes, Minard L. Hall (2008)

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Après avoir admiré les oeuvres de Pietro Fabris, examinons la dernière éruption du Vésuve à la fin de la dernière guerre mondiale, en 1944.

 

Vesuve-eruption-1944---Geologically.jpg

                     Vésuve - éruption de 1944 - une des rares photos couleurs - doc. Geologically


Cette éruption est considérée comme la fin d'une période éruptive qui a débuté le 5 juillet 1913. L'activité strombolienne a commencé à partir de ce moment-là pour former un cône de scories à l'intérieur du cratère qui avait atteint en mars 44, une hauteur de 100 m., portant celle du volcan à 1260 m.

L'éruption est précédée par des signes annonciateurs évidents à partir du 13 mars, quand il y avait un effondrement du cône de scories à l'intérieur du cratère.

 

vesuve-en-mars-1944.jpg                        L'éruption du Vésuve en mars 1944 - photo U.S. Air Force

These B-25s from the 447th Squadron of the 321st Bombardment Group passed very near the erupting volcano on their way to bomb targets.

L'éruption commence le 18 mars avec une augmentation de l’activité strombolienne et de petites coulées de lave très fluides sur les rives est et sud.

Peu après, une coulée de lave se déverse dans l'Atrio del Cavallo, descend la vallée étroite entre la colline de l'observatoire et l'extrémité funiculaire1.jpgouest de La Somma,  et s’arrête à 1,2 km de Cercola, après avoir envahi et partiellement détruit les villes de Massa di Somma et San Sebastiano. Sa vitesse est de 100 mètres par heure, sa viscosité de 9 x 104 poises.

Une petite coulée  engloutit le téléphérique et passe sur les rails de l'ancien chemin de fer à crémaillère.

 

Le Funiculaire du Vésuve, détruit par l'éruption de 1944. 

 

Norman Lewis, un agent de l'intelligence service britannique, témoin de l'éruption, fournit une description intéressante de la progression du front de lave dans la ville de San Sebastiano, dans son livre "Naples 44 " (paru en 1978).:
La lave s'est introduite tranquillement le long de la rue principale, et à une cinquantaine de mètres du bord de la montagne de scories qui progressait lentement, une foule de plusieurs centaines de personnes, pour la plupart vêtus de noir, priait à genoux . [...] La lave se déplace à la vitesse de quelques mètres par heure, et a déjà recouvert la moitié de la ville sous une épaisseur d'environ 10 mètres. Le dôme d'une église, émergeant intact alors que l'édifice est submergé, est venu vers nous en rebondissant sur son lit de cendres. L'ensemble du processus était étrangement calme. La colline noire de scorie, ébranlée, tremble un peu et des blocs coulent sur ses pentes.

Une maison, d'abord complètement entouré et submergée, disparaît, intacte, de notre vue. Un bruit de machine, faible et lointain, indique que la lave a commencé à se contracter. J'ai vu un grand bâtiment avec plusieurs appartements faire face à la pression de la lave en mouvement. Il a réussi à tenir pendant quinze ou vingt minutes, puis les spasmes de la lave semblant se transmettre à la structure, il a également commencé à trembler, jusqu'à ce que ses parois se bombent puis s'écroulent. ..."

 

San-Sebastiano-1944---flickr.jpgSan Sebastiano en 1944 - photo Shaffer, Melvin C. /  World War II photographs, Medical Museum and Arts Service / Flickr.

HudlowVesuvius01.jpg                                             Vésuve - éruption de 1944 - avancée des coulées de lave
                  Photo from Francis Hudlow, Photographer of the 65th Fighter Squadron, 57th Fighter Group.
                    The 57th Fighter Group was based at Cercola, Italy at the time of the eruption.

 

Dans l’après-midi du 21 mars, commence la deuxième phase de l'éruption caractérisée par des fontaines de lave ... les coulées ne sont plus alimentées et s'arrêtent.

 

A partir de midi, le 22 mars, il y a eu un changement significatif dans le style éruptif :

Le 22 mars à 17 heures, la cheminée s'effondre, mais trois heures plus tard elle est de nouveau dégagée par de fortes explosions.

 

vesuve-en-mars-1944---23----ph.-Nara.jpg                                                  Le Vésuve en éruption le 23 mars 1944
                  Photographs from the National Archives and Records Administration (NARA) in College Park


Le 23 mars, des tremblements de terre sont accompagnés de puissantes explosions de cendres. Les panaches en forme de choux-fleurs, qui Vesuve---archives-1944-eclairs.JPGmontent jusqu'à 5.000 mètres, sont sillonnés d'éclairs.

 

Eruption du Vésuve en 1944 - le panache parcouru par des éclairs électrostatiques - doc. archives

 

L'accumulation de cendres est tellement importante sur les flancs que les pluies provoquent des fleuves de boue. A Terzigno, 5 kilomètres à l'est du cratère, il y a 80 centimètres de poussières volcaniques. A 28 kilomètres, à Cava dei Tirreni, il y en a encore 30. Les cendres retombent jusqu'en Albanie.

Des avalanches de blocs chauds et de petites coulées pyroclastiques marquent les flancs du cône.

 

De plus on constate une intense activité sismique jusqu'au matin du 23, période au cours de laquelle l'activité éruptive se réduit à la seule émission de cendres. L'émission de cendres du 24 mars marque la fin de l'activité éruptive ; elles blanchissent le Grand cône comme après une chute de neige. Les explosions se réduisent progressivement jusqu’à disparition le 29. Ne subsistent alors que des nuages de poussière, causés par des glissements de terrain en bordure du cratère.

 

printemps-1944---US-Navy.jpg                                  Le cône du Vésuve au printemps 1944 - Photo U.S. Air Force

 

Cette éruption parsème tout le versant méridional de cendres. Les villages les plus touchés par les dépôts pyroclastiques sont Terzigno, Pompei, Scafati, Angri, Nocera, Poggiomarino et Cava. Les habitants de San Sebastieno, de Massa et Cercola, quelque 12.000 personnes, doivent être évacués. Naples est épargnée par des vents favorables, qui écartent cendres et lapilli loin de l’agglomération.

La fin de l'éruption se produit enfin le 4 Avril 1944 .

 

On évalue à 250 millions de mètres cubes le volume des coulées de lave, et à 60 millions de mètres cube celui des téphra éjectés durant l'éruption. Le cratère a changé ; il a dorénavant un diamètre de 500 mètres et une profondeur de 300 mètres, son volume est trois fois moindre qu'en 1906.

Les chercheurs de l'observatoire du Vésuve ont calculé l'énergie libérée par l'éruption de 1944: elle fut supérieure à 6 x 1012 joules.

 

Actuel---depots-superieurs-de-er.-1944---R.Scandone.jpgVésuve - Les dépôts de tephra de l'éruption de 1944 recouvrent une couche plus claire formée par une coulée de lave de date antérieure - photo Roberto Scandone, 1989 (University of Rome).

 

L'éruption de 1944 fut la dernière éruption historique du Vésuve, et marque une transition entre l'état actif caractérisé par des conditions de conduit éruptif ouvert vers l’état de conduit éruptif obstrué.

 

Les dommages causés par l'éruption furent :
- 26 personnes tuées dans la zone touchée par les retombées de cendres dû à l'effondrement des toits des maisons;
- 2 villes partiellement détruites par des coulées de lave;
- 3 ans de perte de récolte dans les zones touchées par les retombées de cendres.

 

Vesuve---194-jpg                   Une jeep soulève les cendres du Vésuve en éruption - photo U.S.Army

 

L' éruption de 1944 a été rendue célèbre dans les actualités en raison de la présence des troupes anglo-américaines occupant Naples à cette époque. Plusieurs dizaines de bombardiers B-25 de l'Air Force sont gravement endommagés.

 

D'après des informations locales , un avion américain aurait été abattu durant l'éruption par des projections de lave et d'autres débris volcanique car il se serait trop approché de la colonne de fumée ainsi que du cratère .
Une petite base américaine à l'est du Vésuve à quant-à-elle été recouverte de cendres de même que 15 avions de chasse et plusieurs jeeps . Lorsqu'on a parlé de les dégager , un officier américain à dit : " Inutile . Laissons-les pour permettre aux archéologues qui feront des fouilles dans quelques centaines d'années , d'avoir la joie de découvrir et de s'extasier devant les "Cars" étranges et grossiers qu'employaient les armées du
XXème siècle ."
Sur un autre terrain d'aviation au pied du Vésuve , 31 avions ont été criblés de projections de lave solidifiée, ce qui les a mis hors d'usage .

 

B-25-apree-er.-23.03.44.jpgUn bombardier B-25 du 310° groupe de bombardement , troué et recouvert des cendres de l'éruption en mars 1944 - Photo from the National Archives and Records Administration (NARA) in College Park

 

 

Précisions de Boris Behncke / INGV : "  dans ce vidéo, ils ont mélangé des images de l'éruption 1944 et de quelques années  auparavant, quand la lave couvrait le fond du cratère, souvent en forme de pahoehoe .
(par example à 1:51-1:57 mn et encore à 2:10-2:12 mn). 

 

 

Sources :

- INGV - Osservatorio Vesuviano - Eruzione del Vesuvio del 1944 - link

- Nara - National archives and records administration / College Park - http://www.warwingsart.com

- Nara - The  489th bombardment squadron on Corsica.

- Flickr - SMU Central University Libraries

- Global Volcanism Program - Vesuvius

- Guide des volcans d'europe et des Canaries - par M. Krafft et de Larouzière - éd. Delachaux & Niestlé.

Lire la suite

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog