Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Articles avec #actualites volcaniques catégorie

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

The pikas of North American volcanic parks are vulnerable to global warming.
Scientists from the national parks and three western universities are predicting a future complex for this rodent found in the highland rocks and snows in the western United States, following a five-year study in eight national parks . The influential factors are diverse and related to local conditions of altitude, climatic variations and genetic diversity.

 A pika holds grass clippings in its mouth.- photo David Restivo - Natural resource stewardship and science directorate

 A pika holds grass clippings in its mouth.- photo David Restivo - Natural resource stewardship and science directorate

The pika is an important indicator of the health of mountain ecosystems ... if the climate changes, areas of high altitudes could warm up to the point that pikas can not survive. These rodents do not hibernate, but live under snow in cold rock fields at high altitude, after making food reserves, or finding it there.

Crater lake in winter - photo planetoddity

Crater lake in winter - photo planetoddity

Each national park has unique conditions, so that the persistence of pika populations at the end of the century may vary from one biotope to another.


In the Crater Lake National Park, the numbers could fall by half as a result of snow cover: with a falling snowpack, groups of pikas will find themselves more isolated.

Pika in the Crater lake N.P. - photo NPS 2017

Pika in the Crater lake N.P. - photo NPS 2017

In the Crater of the Moon National Monument, due to its warmer, dry climate, and insulation, low genetic diversity and restricted distribution areas, vulnerability could go as far as extinction.


In Yellowstone N.P., as in the Rocky Mountains, the climate will become hotter and drier ... however, the current high genetic diversity of local Yellowstone populations could increase the resilience of the species to temperature stress. One hope remains.


In the Lassen Volcanic Park, and although the climate in the Cascades range is already relatively hot and humid, there is a long-term anticipation of the pikas to this habitat, partly due to a wider growing season, and a better availability of plants.

 Will this yellow-bellied marmot, mimicking in the rocks of Crater of the Moon, suffer the same fate as the pikas? - photo © Bernard Duyck

Will this yellow-bellied marmot, mimicking in the rocks of Crater of the Moon, suffer the same fate as the pikas? - photo © Bernard Duyck

In the Grand Teton National Park, because of the high altitudes encountered and the cold and dry climate, the pikas are already living in warmer and dryer niches than elsewhere. On the other hand, thanks to the connection between the different populations well adapted to the pockets of habitat, they should remain stable or even expand.


In the Lava Beds National Monument, this park has a lower, warm and dry climate, but the existence of sub-surface microclimates in lava tunnels could favorably influence the survival of the species.

 Pika in the Grand Teton N.P. / Spirit lake - photo © Bernard Duyck

Pika in the Grand Teton N.P. / Spirit lake - photo © Bernard Duyck

The future will tell us if these forecasts are true, and we can only at this stage wish a long life to the pikas ... a good sign for us too !

Sources:
- Habitat availability and gene flow influence diverging local population trajectories under scenarios of climate change: a place-based approach - Donelle Schwalm & al.- link

- NPS - Pikas in Peril: Tiny Mountain Mammal Faces Uncertain Future - link
- NPS - Pikas in peril - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Les pikas des parcs volcaniques nord-américains sont vulnérables face au réchauffement climatique.

Les scientifiques des parc nationaux et de trois universités de l'ouest prédisent un futur complexe pour ce rongeur présent dans les pierriers et les neiges d'altitude de l'ouest des Etats-Unis, suite à une étude de cinq ans dans huit parc nationaux. Les facteurs influents sont divers et liés aux conditions locales d'altitude, de variations climatiques et de diversité génétique.

Un pika tient des herbes coupées dans sa bouche - photo David Restivo - Natural resource stewardship and science directorate (686x457)

Un pika tient des herbes coupées dans sa bouche - photo David Restivo - Natural resource stewardship and science directorate (686x457)

Le pika est un indicateur important de la bonne santé des écosystèmes de montagne ... si le climat change, les zones d'altitudes élevées pourraient se réchauffer au point que les pikas ne pourraient y survivre. Ces rongeurs n'hibernent pas, mais vivent sous la neige dans les champs de roches froids en altitude, après avoir fait des réserves de nourriture, ou en la trouvant là.

Crater lake en hiver - photo planetoddity

Crater lake en hiver - photo planetoddity

Chaque parc national présente des conditions uniques, si bien que la persistance des populations de pika à la fin du siècle pourrait varier d'un biotope à l'autre.

Dans le Crater Lake national park, les effectifs pourraient chuter de moitié en fonction de l'enneigement : avec un manteau neigeux en baisse, les groupes de pikas vont se trouver plus isolés.

Pika dans le Crater lake N.P. - photo NPS 2017

Pika dans le Crater lake N.P. - photo NPS 2017

Dans le Crater of the Moon National Monument, en raison de son climat plus chaud et sec, et de l'isolation, de la faible diversité génétique et des zones de distribution restreintes des populations, la vulnérabilité pourrait aller jusqu'à l'extinction.

Dans le Yellowstone N.P., comme dans les Rocky Mountains, le climat va devenir plus chaud et plus sec ... cependant, l'actuelle forte diversité génétique des populations locales du Yellowstone pourrait augmenter la résilience de l'espèce au stress de température. Un espoir demeure.

Dans le Parc volcanique Lassen, et bien que dans la chaîne des Cascades, le climat soit déjà relativement chaud et humide, on peut compter sur une anticipation de long terme des pikas à cet habitat, en partie du à une saison de pousse plus étendue, et une meilleure disponibilité des plantes.

Cette marmotte à ventre jaune, mimétique dans les rochers de Crater of the Moon, subira-t-elle le même sort que les pikas ? - photo © Bernard Duyck

Cette marmotte à ventre jaune, mimétique dans les rochers de Crater of the Moon, subira-t-elle le même sort que les pikas ? - photo © Bernard Duyck

Dans le Parc du Grand Teton, à cause des altitudes élevées rencontrées et le climat aussi froid et sec, les pikas vivent déjà dans des niches plus chaudes et sèches qu'ailleurs. D'autre part, grâce à la connection entre les différentes populations bien adaptées aux poches d'habitat, elles devraient rester stables ou même s'étoffer.

Dans le Lava Beds National Monument, ce parc possède un climat d'altitude plus basse, chaud et sec, mais l'existence de microclimats de sub-surface dans les tunnels de lave pourrait influencer favorablement la survie de l'espèce.

Pika dans le Grand Teton N.P. / Spirit lake - photo © Bernard Duyck

Pika dans le Grand Teton N.P. / Spirit lake - photo © Bernard Duyck

L'avenir nous dira si ces prévisions se vérifient, et nous ne pouvons à ce stade que souhaiter une longue vie aux pikas ... un bon signe pour nous aussi !

 

Sources:
- Habitat availability and gene flow influence diverging local population trajectories under scenarios of climate change: a place-based approach - Donelle Schwalm & al.- link

- NPS - Pikas in Peril: Tiny Mountain Mammal Faces Uncertain Future - link
- NPS - Pikas in peril - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Le Kambalny le 26.03.2017 au coucher du soleil - photo L. Varavskaya, Kronotsky Reserve

Le Kambalny le 26.03.2017 au coucher du soleil - photo L. Varavskaya, Kronotsky Reserve

L'éruption se poursuit au Kambalny ; le nuage volcanique est repéré ce 27 mars à 4.000-4.500 mètres asl avant de dériver sur 425 km vers le sud-est du volcan.

Olga Girina, la directrice du KVERT, confie à l'agence TASS :  " C'est une surprise pour nous. Nous continuons à surveiller le volcan et continuons à analyser les menaces possibles à mesure de la rentrée des données "

 

Source : KVERT 27.03.2017 / 5h03 & VAAC Tokyo

Kambalny - hauteur du nuage de cendres (hauteur fonction de la couleur) et distance de dispersion pour le 27.03.2017 à 5h30 - doc. KVERT

Kambalny - hauteur du nuage de cendres (hauteur fonction de la couleur) et distance de dispersion pour le 27.03.2017 à 5h30 - doc. KVERT

Kambalny - nuage de cendres vu par le satellite Himawari-8 le 26.03.2017 / 23h20 -  & carte prévisionnelle de dispersion du nuage pour le 27.03 / à 6h - doc.VAAC Tokyo (2)
Kambalny - nuage de cendres vu par le satellite Himawari-8 le 26.03.2017 / 23h20 -  & carte prévisionnelle de dispersion du nuage pour le 27.03 / à 6h - doc.VAAC Tokyo (2)

Kambalny - nuage de cendres vu par le satellite Himawari-8 le 26.03.2017 / 23h20 - & carte prévisionnelle de dispersion du nuage pour le 27.03 / à 6h - doc.VAAC Tokyo (2)

Au Sinabung, l'activité se poursuit, avec des explosions, et un sommet à la morphologie de plus en plus torturée.

Source : Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

 

2017.03.26  Pkl. 07.29 Wib Sinabung - 26.03.2017 / 7h29 locale -photo Ffirdaus Surbakti / Beidar Sinabung

2017.03.26 Pkl. 07.29 Wib Sinabung - 26.03.2017 / 7h29 locale -photo Ffirdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Sinabung - sommet à la morphologie changeante - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung
Sinabung - sommet à la morphologie changeante - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Sinabung - sommet à la morphologie changeante - photo Firdaus Surbakti / Beidar Sinabung

Au Pérou, les explosions se succèdent au Sabancaya. Ce 26 mars, un panache de cendres est monté à 2.000 mètres au dessus du cratère du volcan, bien droit avec une dispersion des cendres dans toutes les directions autour du point d'émission.

Source : OVI - Ingemmet

Sabancaya - 26.03.2017 / 9h30 - photo webcam OVI Ingemmet

Sabancaya - 26.03.2017 / 9h30 - photo webcam OVI Ingemmet

Sabancaya - modèle de dispersion des cendres pour le 26.03.2017 / 6h - 16h - doc. OVI-Ingemmet

Sabancaya - modèle de dispersion des cendres pour le 26.03.2017 / 6h - 16h - doc. OVI-Ingemmet

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Kambalny - 25.03.2017 - photo Kronotsky reserve

Kambalny - 25.03.2017 - photo Kronotsky reserve

Kambalny - 25.03.2017 - photo L. Varavskaya, Kronotsky Reserve

Kambalny - 25.03.2017 - photo L. Varavskaya, Kronotsky Reserve

The explosive eruption continues in Kambalny, where plumes of ash can reach 6 to 8,000 meters in height at any time.
For the moment, the activity only generates a plume that is folded away by the winds. The satellite data show the path of the plume and gases towards the SSE of the volcano, over 1,350 km (26.03.2017 / 5h56 z).

The area is almost uninhabited, with the nearest settlement in Ozernovsky, 77 km away. Locally, disturbances could affect salmons, which is the main source of food for many bears.
The aviation code remains orange.
Note that the volcano has not erupted for 248 years, during the reign of Catherine II.
 
Source: KVERT & Siberian times

 

Kambalny - way of the gaz and ash plume on 25.03.2017 / 18h07 GMT - KVERT

Kambalny - way of the gaz and ash plume on 25.03.2017 / 18h07 GMT - KVERT

Kambalny 25.03.2017

Kambalny - volcanic ash advisory 26.03.2017 - VAAC Tokyo

Kambalny - volcanic ash advisory 26.03.2017 - VAAC Tokyo

In Chile, a survey of the Nevados de Chillan complex showed that following the most recent cycle of explosions, two craters fused between 7 and 15 March 2017, forming a new one about 100 meters in diameter.
During the flight, five explosions were observed in one hour, the largest reaching 900 meters above the active crater, and dispersing rocks sprayed on the southeast sector of the volcano. Depending on the explosions, the persistence of a low intensity white fumarollian activity, localized to the craters Nuevo and Arrau, is reported.
On March 17, the Sernageomin reported a qualitative change in the volcano's internal situation, suggesting an ascent of the magma body to more superficial levels, and a greater interaction with the superficial hydrothermal system ... which would explain the frequency and the force of the explosions.


Source: Sernageomin

Nevados de Chillan - reminder of the explosive activity of last March 14. - photo Sernageomin

Nevados de Chillan - reminder of the explosive activity of last March 14. - photo Sernageomin

Nevados of Chillan - fly over the 25.03.2017 - photo Sernageomin

Nevados of Chillan - fly over the 25.03.2017 - photo Sernageomin

Nevados of Chillan - 25.03.2017 - unification of craters 3 and 4; Fumaroles in the crater Nuevo and Arrau - doc. Sernageomin

Nevados of Chillan - 25.03.2017 - unification of craters 3 and 4; Fumaroles in the crater Nuevo and Arrau - doc. Sernageomin

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Kambalny - 25.03.2017 - photo Kronotsky reserve

Kambalny - 25.03.2017 - photo Kronotsky reserve

Kambanly - 25.03.2017 -  photo L. Varavskaya, Kronotsky Reserve

Kambanly - 25.03.2017 - photo L. Varavskaya, Kronotsky Reserve

L'éruption explosive se poursuit au Kambalny, où des panaches de cendres peuvent atteindre à tout moment 6 à 8.000 mètres de hauteur.

Pour le moment, l'activité ne génère qu'un panache rabattu de suite par les vents. Les données satellite montrent le cheminement du panache et des gaz vers le SSE du volcan, sur 1.350 km (le 26.03.2017 / 5h56 z). La zone est quasi inhabitée, le plus proche établissement se trouvant à Ozernovsky, à 77 km. Localement, les perturbations pourraient affecter les saumons, qui constituent la source principale de nourriture de nombreux ours.

Le code aviation reste orange.

A noter que le volcan n'est plus entré en éruption depuis 248 ans, au cours du règne de Catherine II.

 

Source : KVERT & Siberian times

Kambalny - trajet du panache de cendres etgaz le 25.03.2017 / 18h07 GMT - KVERT

Kambalny - trajet du panache de cendres etgaz le 25.03.2017 / 18h07 GMT - KVERT

Kambalny - prévision de dispersion des cendres pour le 26.03.2017 - VAAAC Tokyo

Kambalny - prévision de dispersion des cendres pour le 26.03.2017 - VAAAC Tokyo

Kambalny 25.03.2017

Au Chili, un survol du Complexe Nevados de Chillan a montré que suite au cycle le plus récent d'explosions,deux cratères ont fusionné entre le 7 et le 15 mars 2017, pour en former un nouveau de 100 mètres de diamètre environ.

Lors du survol, cinq explosions ont été observées en une heure, la plus importante atteignant 900 mètres au dessus du cratère actif, et dispersant des roches pulvérisées sur le secteur sud-est du volcan. Suivant les explosions, on signale la persistance d'une activité fumerollienne blanche de basse intensité, localisée aux cratères Nuevo et Arrau.

Le 17 mars dernier, le Sernageomin signalait un changement qualitatif de la situation interne du volcan, et suggérait une ascension du corps magmatique vers des niveaux plus superficiels, et une plus grande interaction avec le système hydrothermal superficiel... ce qui expliquerait la fréquence et la force des explosions.

Source : Sernageomin

Nevados de Chillan - rappel de l'activité explosive du 14.mars dernier - photo sernageomin

Nevados de Chillan - rappel de l'activité explosive du 14.mars dernier - photo sernageomin

Nevados de Chillan - survol du 25.03.2017 - photo Sernageomin

Nevados de Chillan - survol du 25.03.2017 - photo Sernageomin

Nevados de Chillan - 25.03.2017 - unification des cratères 3 et 4; fumerolles au cratère Nuevo et Arrau - doc. Sernageomin

Nevados de Chillan - 25.03.2017 - unification des cratères 3 et 4; fumerolles au cratère Nuevo et Arrau - doc. Sernageomin

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
Explosion of the lava dome Myojinsho on the rim of the caldera Bayonaise rocks on September 23, 1952. Note the plume in cypress (vertical) and simultaneous basal (horizontal) surge. - Photo courtesy of Ryohei Morimoto (University of Tokyo) / GVP

Explosion of the lava dome Myojinsho on the rim of the caldera Bayonaise rocks on September 23, 1952. Note the plume in cypress (vertical) and simultaneous basal (horizontal) surge. - Photo courtesy of Ryohei Morimoto (University of Tokyo) / GVP

Alerts about Bayonaise Rocks - 24.03.2017 / 15h00 / JMA

Alerts about Bayonaise Rocks - 24.03.2017 / 15h00 / JMA

On 24th March, the JMA launched a volcanic alert on an underwater volcano on the Izu-Bonin arc south of Tokyo. The Coast Guard observed a change in water coloring due to volcanic activity in the area of ​​Bayonacease Rocks (Bayonaise rocks -Beyonesu rocks).
Bayonacease Rocks represents part of the caldera (8-9 km wide) largely underwater Myojinsho. Its formation was followed by the setting up of a large dome on the caldera floor located at a depth of 1,000-1,100 meters. An explosive underwater eruption destroyed in 1952 a Japanese research vessel and its 31 crew members.
Bayonacease Rocks owes its name to the French ship "Bayonnaise", which probed the volcanic islands south of Tokyo in 1850.
 
Sources: JMA & Global Volcanism Program

Bayonaise rocks - photo 24/03/2017 - photo Japantimes

Bayonaise rocks - photo 24/03/2017 - photo Japantimes

An explosive eruption in the Kambalny, the southernmost stratovolcano of the Kamchatka Peninsula, this 25.03.2017 propels a plume of ash between 6,000 and 8,000 meters asl; These ash drifts south-westerly over 255 km. They could affect international air traffic, and the aviation code has been changed to orange by the KVERT.
His last eruption dates from 1769 (KVERT)


Source: KVERT & VAAC Tokyo

Kambalny - 25.03.2017 / 00h53 - picture Terra Modis / KVERT

Kambalny - 25.03.2017 / 00h53 - picture Terra Modis / KVERT

Kambalny - Volcanic ash advisory  25.03.2017 / 6h by the VAAC Tokyo

Kambalny - Volcanic ash advisory 25.03.2017 / 6h by the VAAC Tokyo

Fuego - 24.03.2017 - photo Conred

Fuego - 24.03.2017 - photo Conred

The Fuego was the site of 22 explosions on 24 March; Qualified from weak to moderate, they generated a plume of gray ash rising to 4,600 asl before drifting south and southwest. Incandescent pulses were observed more than 250 meters above the crater, causing avalanches near the crater


Source: Conred

Etna in the evening of 24.03.2017 - photo Boris Behncke

Etna in the evening of 24.03.2017 - photo Boris Behncke

The activity of Etna in images:

Permanent incandescence at the Voragine, and activity of the effusive mouth at the base of the south-east crater, which feeds the lava flow.


Images: Boris Behncke and EtnaWalk / My Etna Map

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques
 Explosion du dôme de lave Myojinsho sur le bord de la caldeira Bayonaise rocks le 23 septembre 1952. A noter le panache en cyprès (vertical) et le surge basal (horizontal) simultanés. - Photo courtesy of Ryohei Morimoto (University of Tokyo) / GVP

Explosion du dôme de lave Myojinsho sur le bord de la caldeira Bayonaise rocks le 23 septembre 1952. A noter le panache en cyprès (vertical) et le surge basal (horizontal) simultanés. - Photo courtesy of Ryohei Morimoto (University of Tokyo) / GVP

Avis d'alerte concernant Bayonaise Rocks - 24.03.2017 / 15h00 / JMA

Avis d'alerte concernant Bayonaise Rocks - 24.03.2017 / 15h00 / JMA

Le JMA a lancé ce 24 mars une alerte volcanique concernant un volcan sous-marin situé sur l'arc Izu-Bonin au sud de Tokyo. Les gardes-côtes ont constaté un changement de coloration des eaux du à une activité volcanique dans le secteur de Bayonacease Rocks (Bayonnaise rocks -Beyonesu rocks ).

Bayonacease Rocks représente une partie de la caldeira (8-9 km de large) en grande partie sous-marine du Myojinsho. Sa formation a été suivie par la mise en place d'un grand dôme sur le plancher de la caldeira situé à une profondeur de 1.000-1.100 mètres. Une éruption sous-marine explosive a détruit en 1952 un navire de recherche Japonais et ses 31 membres d'équipage.

Bayonacease Rocks doit son nom au navire Français Bayonnaise, qui a sondé les îles volcaniques au sud de Tokyo en 1850.

 

Sources : JMA & Global Volcanism Program

Bayonaise rocks  - 24.03.2017 - photo Japantimes

Bayonaise rocks - 24.03.2017 - photo Japantimes

Une éruption explosive au Kambalny, le stratovolcan le plus au sud de la Péninsule du Kamchatka, ce 25.03.2017 propulse un panache de cendres entre 6.000 et 8.000 mètres asl ; ces cendres dérivent ensuite vers le sud-ouest sur 255 km. Elles pourraient affecter le trafic aérien international, et le code aviation a été modifié à orange par le KVERT.

Sa dernière éruption date de 1769 (KVERT)

Source : KVERT & VAAC Tokyo

Kambalny - 25.03.2017 / 00h53 - image Terra Modis / KVERT

Kambalny - 25.03.2017 / 00h53 - image Terra Modis / KVERT

Kambalny - 25.03.2017 - photo Instagram Kamchatka adventures

Kambalny - 25.03.2017 - photo Instagram Kamchatka adventures

Kambalny - prévision de dispersions des cendres ce 25.03.2017 / 6h par le VAAC Tokyo

Kambalny - prévision de dispersions des cendres ce 25.03.2017 / 6h par le VAAC Tokyo

Fuego - 24.03.2017 - photo Conred

Fuego - 24.03.2017 - photo Conred

Le Fuego a été le siège de 22 explosions ce 24 mars ; Qualifiées de faibles à modérées, elles ont généré u panache de cendres de couleur grise montant à 4.600 ùètres asl avant de dériver vers le sud et sud-ouest. Des pulsions incandescentes ont été observées à plus de 250 mètres au dessus du cratère, causant des avalanches proches du cratère

Source : Conred

L'Etna en soirée du 24.03.2017 - photo Boris Behncke

L'Etna en soirée du 24.03.2017 - photo Boris Behncke

L'activité de l'Etna en images : Incandescence permanente à la Voragine, et activité de la bouche effusive à la base du cratère sud-est, qui alimente la coulée de lave

Images : Boris Behncke et EtnaWalk / My Etna Map

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

L'homme, confronté aux risques naturels, a toujours voulu les quantifier, les mettre dans de petites cases ... sentiment obtenu alors de maîtriser le phénomène.

Le risque volcanique, un des plus difficile à mesurer puisque lié à une activité épisodique, toujours différente, a fait se développer toutes sortes de systèmes de surveillance, de contrôle de ces turbulents voisins.

L'aglomération Napolitaine, l'exemple européen type illustrant les risques volcaniques, et le Vésuve  - photo wallpaper Nat Géo 2007 / Photo Robert Clark.

L'aglomération Napolitaine, l'exemple européen type illustrant les risques volcaniques, et le Vésuve - photo wallpaper Nat Géo 2007 / Photo Robert Clark.

Dans un but de protection, doublé d'un esprit de développement du marché et des profits, Swiss Re, pour Swiss Reinsurance Company, deuxième société mondiale de réassurance, a développé le premier modèle mondial d'évaluation du risque volcanique. Il permet de quantifier ces risques et de calculer les pertes attendues en cas d'éruptions.

Les 15 cités risquant des pertes économiques substantielles en cas de chutes de cendres volcaniques - échelle des pertes en milliards de dollars - en orange : proportion des pertes assurées par rapport à la part non assurée, en rouge. - Doc. Swiss Re / the Financial

Les 15 cités risquant des pertes économiques substantielles en cas de chutes de cendres volcaniques - échelle des pertes en milliards de dollars - en orange : proportion des pertes assurées par rapport à la part non assurée, en rouge. - Doc. Swiss Re / the Financial

Seule l'Islande (en orange sur la carte) a actuellement une assurance volcan obligatoire. Dans les autres régions du monde, les pertes liées aux éruptions volcaniques sont peu ou pas du tout assurées, ce qui crée des différences énormes au niveau protection. Avec une urbanisation toujours plus grande, ces différences de système de protection augmentent.

On remarque sur cette carte que les pertes les plus grandes concernent des grandes villes Japonaises, Tokyo (et le Fuji), Kumamoto et Sendai (avec l'Aso, l'Unzen et le Sakura-jima, e.a.), et en Europe, les villes Italiennes sont concernées avec Naples (et le Vésuve et les Champs phlégréens), et Catane (avec l'Etna).

 

Tokyo et le Mont Fuji - photo Kentaro Iemoto from Tokyo, Japan

Tokyo et le Mont Fuji - photo Kentaro Iemoto from Tokyo, Japan

Les coulées de la dernière éruption 2017 de l'Etna (en partie gauche) et l'agglomération de Catane - photo Thomas Pesquet à bord de l'ISS.

Les coulées de la dernière éruption 2017 de l'Etna (en partie gauche) et l'agglomération de Catane - photo Thomas Pesquet à bord de l'ISS.

Le mot final à Martin Bertogg, responsable des risques catastrophiques chez Swiss Re, qui a déclaré: " Le nouveau modèle nous permet de calculer les primes pour ce risque important pour les particuliers, les entreprises et les pays. Il incombe désormais à l'industrie de l'assurance d'utiliser cette nouvelle opportunité, Partenaires, à concevoir une couverture fiable et abordable pour aider à rendre le monde plus résistant lors d'une catastrophe ".

Sources :

- The Financial - Volcanic eruption could cost large cities up to USD 30 billion - link

- L'Islande et le risque volcanique - link

- Earth of fire – Les sept risques volcaniques – aléas et risques – link

Les risque volcaniques en Europe - Henry Gaudru, conseiller scientifique auprès des Nations-Unies pour la réduction des risques volcaniques SVE-UNISDR, commisssion internationale cities and volcanoes (IAVCEI)

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Several seismic swarms shook the southwest of Isabela Island in the Galapagos since mid-February.
On 16.02, the swarm lasted after 1 hour and included VT earthquakes, related to the fracturing of rocks.

Between 8 and 13 March, sporadic earthquakes were observed at the Sierra Negra volcano. A new swarm lasted 30 minutes on 18 March.

On March 19 and 20, earthquakes are located at the SE of Cerro Azul, characterized by a higher frequency and a local magnitude of up to 3.4.

Galapagos - Isabela Island - the location of the earthquakes of 02-03. 2017 shows a migration of the activity towards the Cerro Azul - crate IGEPN

Galapagos - Isabela Island - the location of the earthquakes of 02-03. 2017 shows a migration of the activity towards the Cerro Azul - crate IGEPN

 Cerro Azul and the lagoons of the caldera - photo P.Ramon / IGEPN

Cerro Azul and the lagoons of the caldera - photo P.Ramon / IGEPN

This migration of seismic activity was observed in 2008 during the last eruption of Cerro Azul, through radial and circumferential cracks, and lasting from a few days to a few weeks.

The IGEPN reports that in the event of an eruption in the caldera, the occurrence of explosive hydromagmatic eruptions is likely due to the presence of small lagoons.
 
Source: IGEPN

Kilauea / Pu'u O'o - Lava entrance to Kamokuna - beautiful cracks are visible at the top in the center on the edge of the cliff - picture HVO 16.03.2017

Kilauea / Pu'u O'o - Lava entrance to Kamokuna - beautiful cracks are visible at the top in the center on the edge of the cliff - picture HVO 16.03.2017

In Kilauea, the 61 g lava flow emitted by Pu'u O'o, continues its entry into the sea and feeds surface flows on the Pali.
 
Interesting changes to the entry of lava at sea in Kamokuna took place on March 20, 2017:
A boat view taken on March 20 at 8:00 am shows that the lava is engulfing in a new lava tunnel design, and forming a new delta start. (Video 1)
Another observation the same day at 3.30 pm shows that this draft pipe has broken and the lava has resumed its old habits, and plunges into the ocean, spattering (Video 2). - Kalapana Cultural Tours

Vidéo 1

Video 2

A 3D model, built on a series of thermal images taken from a survey of the Kilauea summits lava lake, shows that a portion of the wall of the Overlook crater located along the southern wall of the Halema'uma crater 'U, is overhanging ... in case of collapse, a small explosive episode could occur, similar to those that occurred in November and December 2016. - see the video on https://hvo.wr.usgs.gov/multimedia/uploads/multimediaFile-1658.mp4
To be continued.
 
Sources: HVO & Kalapana Cultural Tours

Halema'uma'u - lava lake of the crater Overlook - photo HVO

Halema'uma'u - lava lake of the crater Overlook - photo HVO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques

Plusieurs essaims sismiques ont secoué le sud-ouest de l'île Isabela aux Galapagos, depuis mi-février.

Le 16.02, l'essaim a duré 1 heure et comportait des séismes VT, liés à la fracturation de roches.Entre le 8 et 13 mars, des séismes sporadiques ont été observés au volcan Sierra Negra. Un nouvel essaim a duré 30 minutes le 18 mars. Les 19 et 20 mars, les séismes sont localisés au SE du Cerro Azul, caractérisés par une plus grande fréquence et une magnitude locale plus grande allant jusqu'à 3,4.

Galapagos - île Isabela - la localisation des séismes de fevriér à mars 2017 montre une migration de l'activité en direction du Cerro Azul - crate IGEPN

Galapagos - île Isabela - la localisation des séismes de fevriér à mars 2017 montre une migration de l'activité en direction du Cerro Azul - crate IGEPN

Cerro Azul et les lagunes de la caldeira - photo P.Ramon  / IGEPN

Cerro Azul et les lagunes de la caldeira - photo P.Ramon / IGEPN

Cette migration de l'activité sismique a été observée en 2008 lors de la dernière éruption du Cerro Azul, au travers des fissures radiales et circonférentielles, et durant de quelques jours à quelques semaines. L'IGEPN signale qu'en cas d'éruption dans la caldeira, la survenue d'éruptions hydromagmatiques explosives est probable vu la présence de petites lagunes.

 

Source : IGEPN

Kilauea / Pu'u O'o - entrée de lave à Kamokuna - de belles fissures sont visibles en haut au centre sur le bord de la falaise - photo HVO 16.03.2017

Kilauea / Pu'u O'o - entrée de lave à Kamokuna - de belles fissures sont visibles en haut au centre sur le bord de la falaise - photo HVO 16.03.2017

Au Kilauea, la coulée 61 g émise au niveau du Pu'u O'o, continue son entrée en mer et alimente des coulées de surface sur le Pali.

 

D'intéressantes modifications à l'entrée de la lave en mer à Kamokuna ont eu lieu ce 20 mars 2017 :

Une vue prise de bateau le 20 mars à 8hmontre que la lave s'engouffre dans une ébauche de nouveau tunnel de lave, et la formation d'un début de nouveau delta. (vidéo 1)

Une autre observation le même jour à 15h30 montre que cette ébauche de canalisation s'est brisée et que la lave a repris ses anciennes habitudes, et plonge dans l'océan en éclaboussant. (vidéo 2). - Kalapana Cultural Tours

Vidéo 1

Vidéo 2

Un modèle en 3D, bâti sur une série d'images thermiques prises lors d'un survol du lac de lave sommital du Kilauea montre qu'une portion de la paroi du cratère Overlook, située le long de la paroi sud du cratère Halema'uma'u, est en surplomb ... en cas d'effondrement, un petit épisode explosif pourrait se déclencher, semblable à ceux qui se sont produits en novembre et décembre 2016. - voir la vidéo sur https://hvo.wr.usgs.gov/multimedia/uploads/multimediaFile-1658.mp4

A suivre.

 

Sources : HVO & Kalapana Cultural Tours

Halema'uma'u  - lac de lave du cratère Overlook - photo HVO

Halema'uma'u - lac de lave du cratère Overlook - photo HVO

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog