Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Articles avec #ces photographes qui nous enchantent catégorie

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

After inspiring the canvas of Jocelyn Lardy this November 5 (link), Olivier Grunewald and Nyiragongo volcano are again at the forefront of the news, with the teaser of the second film of the photographer:

                   Nyiragongo, travels to the center of the Earth

 

Nyiragongo, travels to the center of the earth , a film of the photographer Olivier Grunewald

Since 2003, a volunteer team of volcano lovers is helping scientists of the Volcanological Observatory of Goma and UNOPS, an UN antenna to natural hazards in the DRC, to learn more about this African giant.
Seasoned with the difficult terrain, they will help volcanologists to descend into the huge crater to collect samples, gather data and installing surveillance equipment.
The film of Olivier Grunewald recounts, in 52 minutes, the adventure of these enthusiasts for over 10 years, to the foot of the largest lava lake on the planet.

The film will be broadcast on Ushuaia TV and TV5 Monde, the dates are not yet fixed.

Overflow of Nyiragongo lava lake - photo of O.Grunewald / doc. "Journey to the Center of the World".

Overflow of Nyiragongo lava lake - photo of O.Grunewald / doc. "Journey to the Center of the World".

The photographer Olivier Grunewald approaches closest to the Nyiragongo lava lake, in the Democratic Republic of Congo during an expedition of the Society of volcanology of Geneva (SVG). The images are filmed by Peter Vetsch from the camp set for nine days in the crater. Olivier will be the third of the team to win the shore of the eight million cubic meters of lava bubbling after Marc Caillet and Franck Pothé.

From November 19 to 22, the photographer will present his photos in the Montier en Der festival, in France, and its exhibition ORIGINS ... a "best of" of thirty years of photography in the heart of the creation.

The 2016 calendar signed Olivier Grunewald

The 2016 calendar signed Olivier Grunewald

On this occasion, his 2016 calendar, a limited edition, takes up the theme ORIGINS.
To order :
www.oliviergrunewald.com

 

To find Olivier Grunewald on the web :

-  site web : www.oliviergrunewald.com

- sur Facebook : Olivier Grunewald, Photographe - https://www.facebook.com/grunewald.gilbertas/?fref=ts

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

Après avoir inspiré la toile de Jocelyn Lardy ce 5 novembre (link), voici Olivier Grunewald et le volcan Nyiragongo de nouveau à la pointe de l’actualité, avec le teaser du second film du photographe :

Nyiragongo, voyages au centre de la Terre

NYIRAGONGO, VOYAGES AU CENTRE DE LA TERRE Un Film du photographe Olivier Grunewald

Depuis 2003, une équipe de passionnés de volcans apporte bénévolement son aide aux scientifiques de l’Observatoire Volcanologique de Goma et à l’UNOPS, antenne des Nations Unies pour les risques naturels en RDC, pour mieux connaître ce géant africain.
Aguerris aux terrains difficiles, ils vont aider les volcanologues à descendre dans l’immense cratère pour collecter des échantillons, amasser des données et installer du matériel de surveillance.
Le film d’Olivier Grunewald retrace en 52 minutes, l’aventure de ces passionnés, pendant plus de 10 ans, au chevet du plus grand lac de lave de la planète.

Le film sera diffusé sur Ushuaïa TV et TV5 Monde, les dates ne sont pas encore fixées.

Débordement du lac de lave du Nyiragongo - photo d'O.Grunewald / doc. « Journey to the center of the world ».

Débordement du lac de lave du Nyiragongo - photo d'O.Grunewald / doc. « Journey to the center of the world ».

Le photographe Olivier Grunewald s’approche au plus près du lac de lave du Nyiragongo en République Démocratique du Congo pendant une expédition de la Société de Volcanologie de Genève (SVG). Les images sont filmées par Pierre Vetsch depuis le camp installé pendant neuf jours dans le cratère. Olivier sera le troisième de l’équipe à gagner la rive de ces huit millions de mètres cube de lave bouillonnante après Marc Caillet et Franck Pothé.

Du 19 au 22 novembre, le photographe présentera ses photos dans le cadre du Festival de Montier en Der et de son exposition ORIGINES … un « best of » de trente ans de photographies au cœur de la création.

Le calendrier 2016 signé Olivier Grunewald

Le calendrier 2016 signé Olivier Grunewald

A cette occasion, son calendrier 2016, en édition limitée,  reprend le thème Origines.
Pour le commander : www.oliviergrunewald.com

 

Pour retrouver Olivier Grunewald :

-  site web : www.oliviergrunewald.com

- sur Facebook : Olivier Grunewald, Photographe - https://www.facebook.com/grunewald.gilbertas/?fref=ts

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

Ses préférences vont "au reportage, principalement les volcans et les peuples indigènes, vivant dans des conditions extrêmes et qui ont un autre regard que nous sur la vie et la mort " , comme elle le dit dans une interview.
C’est une exception dans le monde fermé des journalistes-photographes illustrant les volcans, et rarement ouvert aux femmes : Ulla Lohmann.

 

Ulla-Lohmann.JPG

Ulla Lohmann, et son légendaire sourire - photo de Pierre-Emmanuël Rastoin / artikel in German DB mobil. - Avec l'aimable autorisation d'Ulla Lohmann / Facebook.

 

Cette jeune allemande a su, en quelques années, s’imposer dans le milieu et collabore avec des magazines prestigieux et des chaines de TV , pour n’en citer que quelques uns : National Geographic, GEO, Stern view, Science, la BBC.

Née en 1977, elle remporte dès 1996 le concours concours "Jugend Forscht" destiné aux jeunes scientifiques, en reconstruisant un fossile d'amphibien.
Diplômée en Géographie et journalisme à Mainz en 99, elle travaille en tant qu'assistante-caméra pour le National Geographic au Vanuatu.
En 2001, elle est diplômée de photo-journalisme et management de ressources naturelles à l’Université Australienne James Cook.
Elle devient membre de l’association photo FREELENS et rejoint l’agence LOOK un an plus tard.

Entretemps, elle parcourt les îles du Pacifique en voilier, et de nombreux endroits en Australie, participant à une expédition scientifique sur l’art rupestre ou plongeant sur le grande barrière.
En 2001, le Tarvurvur est en éruption, et Ulla parcourt la région en solo … " the country the most dangerous outside a war zone ”. Puis ce sera la Papouasie-Nouvelle Guinée : au cours de trois voyages successifs, elle s’intéresse aux momies et aux rites funéraires, photographie plantes et animaux nouvellement découverts.

 

ulla_lohmann.jpg  Momies de Nouvelle-Guinée -  dans GEO Germany mai 2010 - avec l'aimable autorisation d'Ulla Lohmann.

 

Son récent film, produit par National Geographic et John Rubin, «Lost Momies of New Guineas" a remporté un Emmy Award.
De janvier à juillet 2007, elle parcourt l’Afrique avec un team de Citroën – old timer. En 2008, c’est un reportage pour une expédition dans les Andes avec BMW Motorrad.

 

08_BMW_5903-Andes.jpg                    Dans les Andes en janvier 2008 - photo Olivier Rupert / Ulla Lohmann site.

 

De plus, deux fois par an, elle conduit pour VolcanoDiscovery et Terra discovery tours des expéditions à la découverte des volcans et des peuples du Pacifique … elle avoue d’ailleurs un faible pour le Vanuatu : " Vanuatu is like a large adventure playground. There is so much to do, so much to discover- and the people are incredibly peaceful and friendly ".

 

30127_409921131440_645396440_4658689_7035315_n.jpg  Vanuatu mai 2010 - sur fond d'explosion du Yasur - photographiée par mon ami Antony Van Eeten.

 

ulla---ph.jpg      Sous les cendres du Vanuatu - photo Benoit Demarle / avec l'aimable autorisation d'Ulla Lohmann / Facebook.

 

Difficile de la suivre ... elle pratique la plongée sous-marine, l'alpinisme, parle couramment six langues, en plus des dialectes des peuples isolés qu'elle apprend au fur et à mesure de ses rencontres. Comme le dit Paperblog, "son regard, franc et humain, est celui d'un ethnologue, et sa photographie, celle d'un grand reporter

 

Ses projets pour 2012 :
- Workshop Expedition-Photography: Easter 2012 (04.04.- 08.04.2012) and Summer 2012 (24.06.- 28.06.2011)
- Expedition Papua New Guinea: 06.08.- 01.09.2012 in cooperation with VolcanoDiscovery and TerraDiscovery
- Expedition Vanuatu: 3.-16.9.2012 in cooperation with VolcanoDiscovery and TerraDiscovery

 

Quelques superbes réalisations, à voir sur son site :

- " Ash City, Papua New Guinea " : 15 ans de poussières, une histoire de survie, d'espoir et d'obstination. - link

- " American gods, cargo cult in vanuatu" : les dieux doivent être américains - link

- " Mummies in Papua New Guinea " : des momies sauvées de l'oubli - link

 

 

Ulla  se raconte :


 

Sources :

- Ulla Lohmann , Expedition Photography & Film - link

- Arte reportages - "un volcan dans le viseur" 2010 - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

 

ETNA---Th.Reichart-2008.jpg     Photo symbôle de son amour de la vie et de sa passion pour l'Etna -   ╬Thomas Reichart ╬  2008. 

 

Le 30 novembre 2008, Thomas Reichart disparaissait sur les pentes de l'Etna, qu'il avait arpenté des dizaines de fois.

 

Parti seul pour photographier les coulées de lave de l'éruption en cours, il a glissé et fait une chute d'une cinquantaine de mètres sur la route de retour dans la Valle del Bove.

Un SMS parvenu à l'INGV à l'un de ses amis et collaborateur stipule simplement : "Help ".


 

                          "Arrivederci Thomas. Ci mancherai."  - hommage de Klaus Dorschfelt / YouTube.

 

 AFP :

Thomas-Reichart-2008---ph.Reuters.jpgUn photographe allemand a été retrouvé mort ce matin sur l'Etna, en Sicile (sud de l'Italie) où il était parti samedi observer les phénomènes éruptifs de ce volcan toujours en activité, a annoncé l'agence Ansa. Le corps du photographe, Thomas Reichart, 32 ans, originaire de Stuttgart, a été retrouvé à 2.780 mètres d'altitude sur les flancs du volcan.

Le jeune homme avait envoyé samedi un message de détresse avec son téléphone portable mais sans préciser sa localisation.

Les recherches au sol et par hélicoptère aussitôt déclenchées par les services de secours avaient été gênées par les mauvaises conditions météorologiques. Les températures négatives enregistrées sur le volcan étaient encore aggravées par un vent violent.

photo Reuters 2008.

Cette dépêche laconique de l'AFP confirme la mort de Thomas Reichart , retrouvé par un guide de Volcanodiscovery, Rosario Basile.


thomas_reichart_800.jpg

 

 


Thomas est né en Allemagne, à Sindelfingen le 13 novembre 1976 ; après des études à l'Université de Stuttgart, il obtient son "master's degree en biotechnologie" en 2004, et son doctorat en 2008. Il travaille ensuite à l'institut technique de biochimie de Stuttgart.

 

Th.Reichart-2-.jpg             A Stuttgart, dans son labo  -  photo de sa page Flickr / ╬Thomas Reichart ╬

 

Ses hobbies et domaines d'intérêts sont liés aux phénomènes naturels : volcans, éclipses solaires, plantes et fleurs, photographie.

Ses passions le mène à voyager et à randonner sur la planète ... mais il

il voue un attachement particulier au massif volcanique de l'Etna, magnifiant le volcan et sa nature par de superbes clichés.

 

Montagnola-and-glow-of-Etna---Th.R.2006.jpg   Etna - La Montagnola et les lueurs des coulées dans la Valle del Bove - ╬Thomas Reichart ╬ - 2006

 

Etna-Th-Reichaert.jpg    La première photo d'une série de cartes postales de l'Etna - EtnART par   ╬Thomas Reichart ╬ .

 

Th.Reichart-er-2008.jpg

  Amoureux des volcans, il savait magnifier leurs laves - coulée de l'Etna en 2008 - ╬Thomas Reichart ╬

 

Th.Reichart---Alcantara-river-2008.jpgIl parcourait aussi les abords de l'Etna - ici, les effets de l'érosion de la rivière Alcantara - ╬Thomas Reichart ╬

 

 

Th.Reichart-Ice-cristal---de-.jpgSes photos-nature sont autant de chefs d'oeuvre - cette photo intitulée "Ice cristal" a été prise en Allemagne près de chez lui -  ╬Thomas Reichart ╬

 

Th.Reichart---derniere-photo-30.11.2008.jpg       Sa dernière photo : l'Etna, en bordure de la Valle del Bove - le 30.11.2008 - ╬Thomas Reichart ╬ 

 

 

Il continue à nous accompagner et à partager sa passion pour le Mongibello grâce à ses photos, que vous pouvez retrouver sur sa page Flickr, tenue à jour par ses parents et son frère, que je remercie pour leur autorisation de partage des photos jointes à l'article.

 

Sources :

- Flickr - page de Thomas Reichart - link

- Photo medvekoma - une sélection de ses meilleures photos - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

Aujourd’hui nous faisons plus ample connaissance avec les “Geonautes” , un groupe de photographes amateurs d’astronomie, de volcans et autres merveilles naturlles, travaillant et voyageant souvent ensembles, mais ayant chacun leur site web et leur spécificité … difficile donc d’en parler ensemble. Nous commençons avec Martin Rietze.

 

Dossier-25-4101---M.Rietze-2004-Lengai.jpgOl Doynio Lengai - coulées nocturnes rougeoyantes de carbonatite fluide en 2004 - © Martin Rietze 

 

Martin-rietze.jpgNé à Fuerstenfeldbruck, près de Munich en juin 1964, il y étudie l’électro-technologie , puis se spécialise en astro-photographie.

Dehors dans le froid, dormant peu, à photographier les galaxies, il s’est forgé une résistance aux rudes conditions d’observation … mais tout cela lui semblait peu palpable, trop lointain.

Accompagnant souvent ses parents en montagne, il s’est tourné vers l’alpinisme et s’est bâti , selon ses propres termes, « une seconde dimension ».

 

Grossglockner---M.Rietze.jpg  Point culminant de l'Autriche, le Grossglockner (3.798 m.) et le Kleinglockner - Alps 2009 en solo.


Sa rencontre avec les volcans s’est faite à l’âge de 15 ans, au cours d’une tournée sicilienne, puis aux Canaries et à Hawaii … et ce fut la découverte de « sa troisième dimension » : plus complexe qu’un sommet, point fixe et immuable, dont l’ascension nécessite certes des connaissances techniques et des aptitudes physiques, le volcan le fascine par ses facettes multiples, sa personnalité « lunatique ». En plus de l’exposition aux éléments naturels, il faut « percevoir son langage, interagir avec le volcan, pour pouvoir le rencontrer ».

De plus, toujours en mutations, les volcans constituent un thème varié et non épuisé !

 

Gilching-observatory---M.Rietze.jpg          Martin Rietze (en chemise blanche) en compagnie d'astronomes à l'observatoire de Gilnich.

 

Deux pôles différents régissent actuellement sa vie : le domaine de l’astronomie reste important, puisqu’il en a fait une profession, qu’il est membre d’Astrogilde, et fasse toujours des voyages pour observer des évènements astronomiques particuliers, des éclipses, des aurores boréales.

 

westen1---mr.jpg                                          Northern Lights -  Aurore boréale© Martin Rietze


Les volcans actifs constituent depuis les années 2000 un domaine tout aussi important : bien que "non sponsorisé", il compense en ne prenant ni vacances, ni loisirs – mais ses voyages n’en sont-ils pas de fabuleux. Sa façon "très basique" de vivre sur le terrain et sa résistance sont des atouts peu coûteux … et ses priorités financières sont ainsi consacrées aux frais de vol et aux équipements photographiques.

 

 sb_img_2321b.jpgpicture  

 

 

 

 

 

 

 

Ses volcans fétiches sont le Stromboli, toujours photogénique, le Santiaguito au Guatémala , et l’Ol Doinyo L engai en Tanzanie qui l’a frappé par ses laves carbonatées fluides et noires comme l’encre, s’illuminant de rouge la nuit. Il déplore d’ailleurs la grande éruption de 2008 qui a creusé son cratère, et rendu momentanément hors de portée ces fabuleuses observations.

 

Stromboli-2010---M.Rietze.jpgStromboli 2010 - Esthétique et documentation : quatre évents sur cette photo qui combine éruption strombolienne et jet de gaz enflammés -   © Martin Rietze  

 

Le Kawah Ijen le séduit par son esthétique propre et ses couleurs ; il a fait de superbes clichés du soufre qui tapisse ses pentes internes, et des flammes bleues qui marquent les coulées nocturnes, lorsqu’elles sont allumées par l’action combinée du vent et d’une torche.

 

ijen-06.2008-M.Rietze.jpg                          Kawah Ijen / Java : le soufre en feu - © Martin Rietze 2008 

 

Il cultive l’art de savoir se placer sur le terrain, avant les autres, pour des photos toujours bien piquées, artistiques et documentaires, comme lors de la dernière éruption de l’Eyjafjallajökull.

 

06-11.05----6----MR.jpgIslande / Eujafjallajökull - 08.05.2010 - embrasement des gaz dans le panache de cendres émis par la phase éruptive phréatomagmatique -   © Martin Rietze

 

L'un de ses derniers voyages a permis de fixer l'éruption du Batu Tara sur l'île indonésienne de Florès.

 

Batu-Tara---M.R-08.2011.jpg       Florès - Batu Tara - bombardement des parois du cratère en août 2011 - © Martin Rietze 

 

 Sources :

Un merci tout spécial à Martin Rietze pour sa coopération et son aimable autorisation de publication de ses photos !

Vous les retrouverez sur son site : A.L.P.E. - Alien Landscape on Planet Earth - photography by Martin Rietze.

 

Extraits d'une interview sur 4-Seasons.de : Vulkanfotograf Martin Rietze: der grosse fauerzauber.

 

Pour ceux qui maitrisent la langue germanique, "Vulkane", une introduction illustrée au volcanisme co-écrite avec Marc Szeglat, aux éd. Primus

 

Geonauten.de - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

On ne peux séparer les membres de cette équipe de son site web déjà ancien - ils le qualifient eux-mêmes de "dinosaure des sites sur les volcans " - et du but qu'ils se sont fixé lors de son démarrage dans les années 90.

 

Le premier but de leur projet était, et est toujours, d'enrichir et de stimuler l'enseignement des sciences naturelles par la présentation d'images, de films, de données, de matériels d'éducation en relation avec les volcans.

 

intro-SOL.jpgPage d'introduction sur le Stromboli, qui a donné son nom au site web et au projet. - doc. Stromboli on line, avec la permission de Marco Fulle.

 

L'équipe :

 

Jurg-Alean---SOL.jpgJürg Alean a étudié la géographie et enseigne ce sujet passionnant et important au collège de Bülach près de Zurich.
En 1984, il a obtenu son doctorat à l'EPF de Zurich avec une étude sur les avalanches de glace des glaciers escarpés, et il est co-auteur de plusieurs livres sur la glaciologie. De plus, il aime aussi les volcans.  

 

Il a fondé en 1995, avec Roberto Carniel, le site " Stromboli on line" - SOL pour la facilité -, qui a été intégré depuis 2000 dans "SwissEduc", dont il est toujours le président.

 

roberto-carniel.jpgLe Dr. Roberto Carniel est chercheur en géophysique et membre d'un groupe de recherche en sismologie de l'université italienne d'Udine. Il est secrétaire d'un groupe de travail intitulé " Phénomènes sismiques associés à l'activité volcanique"  au sein de la Commission sismologique européenne depuis 1997, qui se réunit chaque année sur un volcan différent.

 

En 1997, le Dr. Marco Fulle, physicien spécialisé dans l'étude des comètes Marco-Fulle.jpget astronome à l'Observatoire astronomique de Trieste, se joint à l'équipe, et partage depuis son temps entre le ciel et les volcans.

En 2004, il a publié "Vulcani di Luce" - volcans de lumière - un livre illustré sur le sujet.

En tant qu'astronome, il a été sélectionné pour une mission à la station spatiale internationale / mission Colombus / laboratoire de l'ESA.;

il est impliqué dans un projet de l'ESA, baptisé Rosetta : l'engin spatial,  lâché en 2004, devrait rencontrer une comète en 2014.

 

Je ne saurais citer tous les collaborateurs de Stromboli on Line ... vous les retrouverez sur le site.


 

marco_astronaut-SOL.jpgMarco Fulle, engoncé dans sa tenue d'astronaute, avant d'être plongé dans la piscine - doc. SOL / ESA.

 

 

Bien que le site SOL ait une attention toute spéciale pour le Stromboli et l'Etna, il couvre aussi d'autres volcans partout sur la planète : de l'Alaska à l'Indonésie, du Kamchatka à l'Afrique centrale.

La datation précise et la classification des photos marquent bien la vocation éducative du site.

 

Etna-16.12.2002-Rifugio-sapienza.jpgEtna 16.12.2002 / 22 h. ... c'en est fini pour le Rifugio Sapienza - doc. Stromboli on line, avec la permission de Marco Fulle. 

 

krakatau_fulle13.07.2009.jpgAnak Krakatau en juillet 2009 - courtesy of Marco Fulle - sélectionnée comme "Astronomy Picture o the day"

 

MF-Astronomy-picture-of-the-day-19.04.2010.jpgEclairs dans le panache éruptif de l'Eyjafjallajökull, le 19.04.2010 - courtesy of Marco Fulle - sélectionnée comme "Astronomy Picture o the day"

 

Marco-Fulle1.jpg        Aurore boréale à Nesjavellir / Iceland en septembre 2007 -  photo Marco Fulle / Spaceweather 

                                  (Fuji finepix , ISO 800, Nikkor fisheye lens f=10.5mm, f/2.8, 30sec exp)

 

Toutes les photos sont de "Stromboli on line" - un clic sur la photo vous mène à la page SOL du volcan correspondant ; merci à Marco Fulle pour son autorisation de diffusion.

 

 

Sources :

- Swisseduc.ch  - link

- Stromboli on line - Volcanoes of the world - link

copertina-vulcani-di-luce.jpg

 

 

 

 

 

 

- Vulcani di Luce - par M.Fulle, éd. rebus.

Ce livre est édité en deux versions : italien/anglais et allemand/français.

29 € port compris sur SOL

 


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

 

Si l'on devait faire le curriculum vitae de Carsten Peter, il serait difficile de choisir entre toute les spécialisations qu'il a du développer pour nous ramenez ses superbes photos, et lui accorder un qualificatif  ... je mettrais en premier :

                         

                          " photographe de l'extrême" !

 

Après des débuts de photographe nature dès 17 ans et ses premières photos du Stromboli, il fait des études de biologie à l'Université Ludwig-Maximilians de Munich (LMU Munich).

Il développera par la suite, pour sa survie et la pratique de la photo, des talents de grimpeur, de parapentiste, de spéléologue et de plongeur.

 

dallol-volcano.jpg    Le Dallol en Ethiopie - free wallpaper du National Geographic / photo de Carsten Peter.


Des concrétions multicolores entrecoupées de flaques acides du Dallol, à la Grotte des cristaux géants de Naïca, ou encore au lac de lave du Nyiragongo, il parcourt la planète dans les plus extrêmes conditions à la recherche des merveilles de la nature.

 

6-NYIRAGONGO---Carsten-Peter--Michael-Finken-Nat-geo.jpg            Article du National Geographic - textes Michael Finken / photos de Carsten Peter.

 

Volcan-de-Nijragongo--Congo-photo-de-Carsten-Peter.jpg    Seul dans la lueur du lac incandescent du Nyiragongo - photo Carsten Peter / Nat. Geo. d'avril 2011 : "Au dessus d'un volcan".

 

Il travaille en free lance depuis 1988, mais collabore depuis 1996 avec le National Geographic Magazine.

Il a été, entre autre, distingué en 2000 par un Emmy Award pour son travail de vidéaste sur un volcan actif du Pacifique sud; en 2005, du World Press Award pour sa couverture d'une tornade dans l'ouest américain.

 

Obsédé par la conception de techniques photograhiques innovantes pour capturer des images inédites dans des milieux hostiles, il a affronté les pires environnements de la planète : passant de l'atmosphère torride des lacs de lave à celle des déserts, des grottes surchauffées à d'autres à l'atmosphère toxique, de la plongée sous-glaciaire au froid extrême de la haute altitude pour un record à bord de son parapente motorisé.

 

Carsten Peter, par lui-même :

 

 

 

Il nous livre un truc pour capturer toute la fureur d'un volcan sans désintégrer son matériel photographique : Peter étudie les courants éoliens dans le cratère et se positionne dans un "spot" bien ventilé, conscient que le problème vient plus des gaz empoisonnés par le soufre et le chlore que de la lave elle-même ... ceux-ci corrodent non seulement la peau et les voies respiratoires mais ravagent aussi les équipements photographiques.

 

Quelques images du making-off du Nyiragongo :

 

 

Dans son film "Vietnam's Infinitive Cave" ,  une énorme grotte du plateau calcaire du centre du Vietnam, ses images font ressortir sa spécialisation en biologie ainsi que sa faculté à les faire vivre.

 

 

  D'autres photographes allemands dans les articles ultérieurs ...


Sources :

- Carsten Peter - photograhy & film - link

- National Geographic - Carsten Peter - link

- National Geographic - Australian's slot canyons - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

Avec Philippe Bourseiller, nous changeons d'univers ... nous n'avons plus affaire ici à un volcanologue-photographe, mais à un photographe de terrain, travaillant en "indépendant" , et collaborant pour ses photos de volcans avec des volcanologues.

 

Courte biographie (extraite de son site) :

En 1983 il intègre le staff de France Soir Magazine. C'est sa première approche de la couleur, tous les sujets sont abordés : actualité, people, sport, expéditions…. De 1987 à 1990 il devient membre du département magazine de l'agence Sygma et se dirige progressivement vers ce qui deviendra son terrain de prédilection : la nature.

philippe-bourseiller---photographe.jpgEn 1991, sa décision de devenir photographe free lance répond à ce désir de spécialisation définitive vers les sujets nature et environnement.

 

Son premier reportage sur l'éruption du volcan Pinatubo en 1991 oriente alors une partie importante de son travail vers le monde des volcans actifs.


Philippe Bourseiller est un photographe de terrain, sachant être à la fois alpiniste, spéléologue, plongeur …, son expérience lui permet d'évoluer facilement dans les univers extrêmes qu'il côtoie, et de nous en ramener des images rares.   Photo de Ph.Bourseiller sur son site.

 

Bourseiller et les volcans, c'est aussi le tandem Bourseiller - Durieux :

Pendant plus d'une décennie, le photographe et le volcanologue ont parcouru la planète, observant les volcans et toujours à la recherche de cette lumière magique qui va sublimer ces paysages et les portraits des hommes qui y habitent.

Leur collaboration a débouché en 2001 sur un livre exceptionnel : "Des volcans et des hommes" .

 

394306130_L.jpg

Incontournable dans une bonne bibliothèque de volcanophile, ce livre peut surprendre par ses dimensions ( 30 x 37 cm.) et son poids.

 

Les superbes photos du livre sont l'oeuvre de Philippe Bourseiller, à quelques rares exceptions. Il a travaillé principalement avec des Leica M6, R6 et R8, et des films Fujichrome Velvia 50 Asa, qui offrent selon lui " une magnifique saturation des couleurs alliée à une résolution et une brillance remarquables ".

Les textes sont du regretté Jacques Durieux , volcanologue et directeur depuis 1982, du groupe d'études des volcans actifs. Il a travaillé de 1970 à 1975 comme attaché technique gouvernemental au Zaïre, sur la chaîne des Virunga.

 

Ci-dessous, quelques photos extraites des "fonds d'écran" du site de Philippe Bourseiller, que je remercie pour son autorisation, et que vous pouvez revoir en grand format en cliquant sur ce lien.

 

BOURSEILLER066---caldera-de-Uzon.JPG                            La caldeira d'Uzon au Kamchatka - © Philippe Bourseiller

 

BOURSEILLER054---Kilauea.JPG                                     Laves du Kilauea / Hawaii - © Philippe Bourseiller

 

BOURSEILLER062-Sangay-equateur.JPGRare photo du Sangay / Equateur, quasi perpétuellement la tête dans les nuages - © Philippe Bourseiller

 

Parallèlement aux volcans, il a entrepris un travail sur les grands déserts de sable et de glace.

 

BOURSEILLER033---the-wave---USA.JPG

                  "The Wave" - Vermilion cliffs Natinal Monument / Utah - USA -  © Philippe Bourseiller

 

BOURSEILLER072-Antarctique.JPG                               Paysage de l'Antarctique - © Philippe Bourseiller.

 

Reconnu mondialement pour sa maitrise de la lumière, de la couleur et de la composition, son travail a été primé à plusieurs reprises par le prix mondial du World Press et in Visa d'Or au Festival International de Photo-journalisme de Perpignan.

Il collabore régulièrement avec les grands magazines : Géo, Paris Match, Figaro Magazine, Stern, Life, National Geographic….et a publié plus d’une vingtaine de livres traduit en plusieurs langues.

 

Sources :

- Philippe Bourseiller, reporter photographe - link

- Des volcans et des hommes - par Philippe Bourseiller et Jacques Durieux, aux éditions de La Martinière - ISBN 2-7324-2742-X

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

 

katia-et-maurice-krafft-sur-le-nyiragongo-en-repub-copie-1

                    Katia et Maurice Krafft à Hawaii - photo Bertrand Krafft / Alsace.fr.

 

Nous n’avons pas affaire dans ce cas à un photographe/cinéaste, mais à un couple d’ "homo volcanicus" comme se définissait lui-même Maurice Krafft.

Il ajoutait : " Katia, moi et les volcans, c'est une histoire d'amour. Notre passion est exclusive, dévorante, loin des hommes. J'aime les volcans parce qu'ils nous dépassent, qu'ils sont indifférents à la vanité des choses humaines. Si nous avons encore le courage de vivre dans notre société moderne, c'est grâce aux volcans, aux joies qu'ils nous apportent par leur beauté, leur sérénité, leurs embrasements, leur violence qui, peut-être un jour, aura raison de notre témérité. "

 

Brève biographie :

Ils ont eu une enfance très proche de la nature et les sciences naturelles ont occupé toutes leurs jeunes années. Ils n'ont jamais démenti cette origine "provinciale" et au cours de leur vie, ils restèrent ancré dans cette région qu'ils aimaient, passant seulement d'un village à un autre : Cernay, Guebwiller, Ensisheim, Wattwiller enfin… Les grandes villes n'étaient pour eux que des zones de transit entre des départs multiples et des contacts professionnels…

Bien que rien dans leur environnement immédiat ne les prédestinait à cela, ils vécurent d'abord les volcans comme une passion de jeunesse. Maurice découvrit le volcanisme actif sur les pentes du Stromboli que ses parents lui firent visiter lorsqu'il avait 10 ans, en 1956… Depuis ce moment toute son énergie fut consacrée à assouvir cette passion qui devint vite unique.
Katia, quant à elle, décida de devenir volcanologue en découvrant les volcans dans des films de conférence. Plus tard, ses parents lui firent également visiter les volcans de Sicile.
Mais il faut se donner les moyens de vivre sa passion : tous deux firent des études scientifiques qu'ils couronnèrent d'une Maîtrise en Sciences de la Terre pour Maurice et en Chimie pour Katia.

Leur voie semblait alors toute tracée : recherche en université ou en institut avec quelques missions de terrain pour collationner des données… C'était mal connaître leur volonté et leur impatience, leur envie de voyager aussi. Dès ce moment, une "bougeotte" invraisemblable les prend pour ne plus les quitter : les années soixante les voient sur les volcans du Massif Central, puis en Italie. En 1968, ils sont en Islande.
Entre deux voyages, ils se marient en août 1970 puis partent pour plusieurs mois en Indonésie… A partir de ce moment, ils n'arrêteront plus : Afrique, Japon, Amérique Centrale, Réunion, Hawaii, Amérique du Sud, Alaska,… pas un continent, pas un site volcanique du monde qu'ils n'aient visités.


Une biograhie extensive est disponible sur le site de L.A.V.E./ Volcanologues/ M. & K.Krafft.

 

 Leurs motivations à photographier et filmer :

 

Afin de pouvoir vivre pleinement "au rythme de la Terre", ils ont voulu être indépendants, c'est à dire acquérir la liberté de partir sur n'importe quel volcan du monde quand bon leur semblait ou quand une éruption les y appellait…

Encore fallait-il en vivre … Maurice le disait :  "je ne suis pas un cinéaste … filmer des volcans, je crois que je sais bien le faire, mais ne me demandez pas de filmer un paysage, j’en suis incapable … je suis un volcanologue errant, qui est obligé de faire du film pour pouvoir errer ".


En plus de cette motivation "alimentaire", ils voulaient faire oeuvre de prévention en faisant des films sur les dangers que représentent les éruptions et les montrer aux populations directement concernées. Ils avaient en effet été choqués du peu de considération accordée par les autorités à l’avis des volcanolgues avant l'éruption du Nevado del Ruiz … qui a causé la catastrophe d’Armero, et ne voulaient pas que cette histoire se répète.

 

Leurs images cinéma servirent de base à une cassette vidéo ( réalisée par Maurice à l'initiative de IAVCEI - Association Internationale de Volcanologie Médaille d'honneur IAVCEI en 2008et de Chimie de l'Intérieur de la Terre - et de l'UNESCO) sur les risques volcaniques. Elle fut utilisée avec succès au pied du volcan Pinatubo (Philippines) en juin 1991 pour provoquer et motiver l'évacuation de près de 200.000 personnes. A posteriori, l'on peut dire que cette cassette a permis de sauver là près de 20.000 vies humaines menacées par des coulées pyroclastiques.  

 

Quelques jours après leur disparition, le lundi 3 juin 1991, embrassés par le souffle chaud d'une nuée ardente émise par le mont Unzen au Japon à l'âge de 45 et 49 ans, leur travail sur la prévention des risques volcaniques fut présenté aux autorités philippines. Il participa à la décision d'évacuer les flancs du volcan Pinatubo, ce qui permit de sauver des milliers de vies.

 

Leur oeuvre :

Maurice et Katia Krafft ont rédigé une vingtaine d'ouvrages, produit et réalisé cinq grands films sur le volcanisme planétaire diffusés lors de centaines de conférences, à plus de 4 millions de spectateurs séduits par la simplicité tranquille de l'une et le charisme de l'autre.


En 1973, ils filment la spectaculaire crise de l'Eldfell en Islande, c'est un de leur premier reportage télévisuel et leur première interview diffusée au JT de TF1.


"Au rythme de la terre" - extrait du film de Maryse Bergonzat - présentation des volcanologues dont des images de jeunesse, l'éruption de Heimaey en 1973 et quelques volcans indonésiens.

 

   

 

 

Le cycle de conférences "Connaissance du Monde" fait leur notoriété en France et à l'étranger. Ils multiplient les émissions de télévision (entre autres pour le compte de la BBC), les expositions (dont "l'Homme face aux volcans" présenté à Kagoshima en 1988 - voir la dernière vidéo) et les films vidéo. Les deux Alsaciens furent systématiquement invités à tous les congrès de volcanologie dans le monde. Les volcanologues américains les ont surnommés, par admiration, les "Volcano devils".

 

Les-diables-des-volcans---A.Demaison.jpg        Couverture du dernier livre sur les Kraffts par André Demaison - paru le 06.07.2011

La photo de couverture mixe une photo du couple à Hawaii (plus haut) et celle de Katia , intitulée "Pelée dancing" .


En 1980, ils sont en direct sur l’éruption du St.Helens, à bord d’un petit avion, quasi "détourné pour la circonstance ".

Sur la vidéo, une spectaculaire scéance de marche sur une nappe de ponce fraiche et non refroidie !

 

 

En 1988, lors d'un colloque international à Tokyo, Maurice Krafft fait découvrir à la communauté scientifique les images de l'Ol Doinyo Lengai en éruption (Tanzanie). Ce sont les premières images d'une lave noire, fluide, carbonatée, unique au monde.

 

MKrafft1977---bis.jpgLe sommet et le cratère du Langai survolé en 1977 - document intéressant pour visualiser un cycle complet du volcan, la situation étant similaire en 2008-2009 - photo Maurice Krafft

 

MKrafft1988Lengai             Maurice Krafft filmant la natrocarbonatite noire et fluide dix ans plus tard - 1988.

 

Quel devenir pour leur œuvre photographique et cinématographique :

A leur mort en 1991, ils avaient accumulé une documentation sans équivalent en matière d'étude des volcans : plus de 300.000 diapositives, 300 heures de films montés, 20.000 ouvrages géologiques et plus de 6.000 lithographies, gouaches napolitaines, gravures originales et tableaux anciens.

Une petite partie de leur magnifique collection pétrographique fait l'objet d'une exposition permanente à Vulcania. Ce Parc Européen du Volcanisme situé dans le Puy de Dôme, dont Maurice Krafft avait déjà imaginé le concept en 1986, a ouvert en 2002 et a accueilli près de deux millions de visiteurs. Une autre part a fait l’objet d’une dation à l’Etat Français et a été confiée au Museum National d’histoire Naturelle, à la disposition de la communauté scientifique. 


japon-Bandai---mnhn.fr---Dation-Krafft.jpg

                       L’effet du souffle de l’explosion dirigée du mont Bandaï en 1888
Estampe japonaise (triptyque).  - Anonyme, XIXe siècle, 355x714 mm. - Dation Krafft. 1995/ Bibliothèque centrale M.N.H.N. Paris

 

Leurs collections de photos et de films, parmis les plus grandes connues, sont gérées par l'Association Images & Volcans : ces images sont toujours vivantes parce qu'elles circulent et sont largement utilisées tout autour du monde.

D'autres sites honorent la mémoire de ces véritables "têtes de mules alsaciennes" (Ch. Zuber) qui ont choisi de réaliser à l'âge adulte leurs rêves d'enfant. La Maison du volcan sur l'île de la Réunion leur consacre plus de 1.600 m².

A Hawaï, le Musée Jaggar leur rend hommage et une fondation scientifique qui porte leur nom a soutenu financièrement des étudiants qui souhaitaient travailler au Centre d'étude des volcans actifs de l'Université.
Le Muséum National d'Histoire Naturelle de Washington leur a consacré plusieurs expositions et la Smithsonian Institution s'est montrée plus qu'intéressée par l'aspect scientifique de leur collection.

 

Katia_Krafft-copie-1.JPG                     Katia Krafft à l'action dans le cratère du Lengai - photo 1988 André Demaison.

 

 

Christine Muller  parle de Katia dans son livre : « Femmes d’alsace – De Sainte Odile à Katia Krafft … portraits de femmes rebelles »

Femmes-d-Alsace-de-StOdile-a-Katia-Krafft.jpg"A l'heure où les femmes sont représentées dans tous les domaines jusque-là réservés aux hommes, il est judicieux de mettre en valeur des personnalités féminines qui n'ont pas attendu Mai 68 ou la libération sexuelle pour affirmer leur originalité et leur indépendance. Très différentes les unes des autres, ces vingt femmes d'origine alsacienne - choisies parmi des dizaines d'illustres femmes d'Alsace - ont toutes néanmoins un aspect en commun : leur courage et leur volonté de se faire une place au soleil. Ces destins singuliers témoignent aussi de la volonté farouche qui les habitait, bien souvent en avance sur leur temps.
Aucune d'entre elles n'a voulu supplanter les hommes dans leurs prérogatives, mais elles ont voulu exister comme de simples égales.
Rebelles, elles l'ont été, malgré elles, et elles n'auraient pas renié le propos d'un Michel de Montaigne lorsqu'il affirmait : " Les femmes n'ont pas du tout tort quand elles refusent les règles qui sont introduites au monde, d'autant que ce sont les hommes qui les ont faites sans elles. " De sainte Odile à Katia Krafft, ces vingt destins de femmes d'Alsace sont une leçon de force morale, de courage et de conviction".

 

 Extrait de "Connaissance du monde - l'homme face aux volcans"  ... vidéo synthétique

avec des photos du Gallungung (1982) - des images sous-marines de La Réunion - des nuées ardentes de l'Una Una (1983) et de Deception island (1984)


 

 

En cette année anniversaire de leur mort, ils nous laissent le souvenir d’un couple de scientifiques passionnés qui ont consacré leur vie aux volcans … Maurice répétait souvent cette phrase : «  la vie ne vaut la peine d’être vécue qu’aussi longtemps qu’elle vous consume ! » , qu’il ponctuait ensuite d’un grand éclat de rire.

 

Bibliographie :

 

1974 - KRAFFT M. - Guide des volcans d’Europe (généralités, France, Islande, Italie, Grèce, Allemagne), préf. Jean Orcel. Delachaux et Niestlé, Neuchâtel (Suisse), 412 p.
1975 - KRAFFT K. & M. - A l’assaut des volcans, Islande-Indonésie. Presses de la Cité, Paris, 109 p.
1975 - KRAFFT K. & M. - Les Volcans. Draeger-Vilo, Paris, 174 p.
1977 - KRAFFT K. & M. et BÉNARD Roland - La Fournaise, Volcan actif de l’île de la Réunion. Éditions Roland Benard, Saint-Denis (La Réunion), 121 p.
1979 - KRAFFT K. & M. - Volcans, le réveil de la Terre. Hachette-Réalités, Paris, 158 p.
1981 - KRAFFT K. & M. - Dans l’antre du Diable, volcans d’Afrique, Canaries et Réunion. Presses de la Cité, Paris, 124 p.
1981 - KRAFFT M. - Questions à un volcanologue : Maurice Krafft répond. Hachette-Jeunesse, Paris, 233 p.
1982 - KRAFFT K. & M. - Volcans et tremblements de terre. (Nouvelle édition.), Les Deux Coqs d’Or, 78 p.
1984 - KRAFFT K. & M. - Volcans et dérives des continents. (Nouvelle édition de Notre Terre, une planète vivante, publiée en 1978), Hachette, Paris, 157 p.
1984 - KRAFFT M. - Le monde merveilleux des volcans, dessins de Gilles Bachelet Hachette-Jeunesse, collection « Dis pourquoi? des 5-8 ans », Paris, 59 p.
1984 - KRAFFT M. - Les volcans et leurs secrets. Nathan, Paris, 64 p.
1985 - KRAFFT K. & M. - Les plus beaux volcans, d’Alaska en Antarctique et Hawaï. Solar (autour du monde), Paris, 88 p.
1985 - KRAFFT K. & M. - Volcans et éruptions, dessins d’André Demaison. Hachette-Jeunesse (Le temps de la découverte), Paris, 93 p.
1986 - KRAFFT K. & M. - Les volcans du monde. Éditions Mondo S.A., Vevey-Lausanne (Suisse), existe également en allemand et italien, 152 p.
1986 - KRAFFT M. et BÉNARD Roland - Au cœur de la Fournaise. Éditions Nourault - Bénard, Saint-Denis, La Réunion, 220 p.
1987 - KRAFFT K. & M. - Volcans du monde. Flammarion, Coll. L’Odyssée, Paris, 190 p.
1988 - KRAFFT K. & M. - Objectif volcans. Nathan Image, Paris, 154 p.
1989 - KRAFFT M. et FAYREAU Luc - Les volcans, des montagnes vivantes. Gallimard Jeunesse, Coll. Découvertes benjamin, 34 p.
1990 - KRAFFT K. & M. - Führer zu den Virunga Vulkanen. Enke, Stuttgart.
1991 - KRAFFT M. - Les feux de la Terre, histoire de volcans. Découvertes Gallimard, Paris, 208 p.
1991 - KRAFFT M. et De LAROUZIÈRE François-Dominique - Guide des volcans d’Europe et des Canaries : France, Islande, Italie, Grèce, Allemagne, Canaries. Delachaux et Niestlé, Suisse, 455 p.
1999 - KRAFFT M. et De LAROUZIÈRE François-Dominique - Guide des volcans d’Europe et des Canaries : France, Islande, Italie, Grèce, Allemagne, Canaries. Réédition, Delachaux et Niestlé, Lausanne, Paris, 416 p.

 

 

2001 - Madeleine Conrad, Maurice et Katia Krafft, histoires d'une passion, Jérôme Do Bentzinger.

2001 - Michel Loetscher, « Katia et Maurice Krafft, danseurs de volcans », in Saisons d'Alsace, no 11.

2009 - Christine Muller, « Katia Krafft » in Femmes d'Alsace : de Sainte Odile à Katia Krafft... Portraits de femmes rebelles, Éditions Place Stanislas.

2009 - Maurice et Katia krafft, Images de volcans - Ed. du Conservatoire de l'image Nancy Lorraine

2011 - André Demaison - Les diables des volcans - éd. Glénat.

 

Sources :

- Conservatoire de l'image Nancy-Lorraine - images de volcans - link

- Vulcania - Les diables des volcans - link

- Vulcania - Maurice et Katia Krafft, exposition hommage - link

- La Réunion - La maison du volcan- link

- CSAV - Hawai - Krafft memorial fund - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Ces photographes qui nous enchantent

Tous les volcanophiles adorent les belles images de volcans, les éruptions, les laves bien rouges, les coulées onctueuses ...

Une fois par semaine, nous ferons plus ample connaissance avec ces professionnels ou ces amateurs éclairés qui nous enchantent avec des photos ou des vidéos, volées aux monstres en colère parfois au péril de leur vie !

 

Honneur aux précurseurs et aux aînés ... nous débuterons par le pionnier de l'imagerie volcanique, notre illustre compatriote belgo-français Haroun Tazieff (1914 - 1998).

 

Biographie_haroun_tazieff---geneawiki-Cbouju.jpgHTazieff-31janv82-v3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haroun Tazieff :

photo de gauche, Cbouju / gegeawiki

photo de droite, prise en janvier 1982 / auteur non référencé.

Avant de débuter cette série, un examen de l'évolution rapide du matériel photographique et cinématographique et des équipements des hommes de terrain s'impose.

La progression a été surprenante au cours du demi-siècle précédent, avec l'apparition de nouveaux matériaux, l'informatisation et ses limites sans cesse repoussées (la performance des microprocesseurs double tous les 18 mois), le passage de l'argentique au numérique, du super 8 à la vidéo HD...

 

Quelques dates significatives ;

- 1925 : Rolleiflex inaugure les premiers systèmes de visée.

- 1935 : apparition des pellicules couleur.

- 1968 : les premiers appareils "Reflex" automatiques voient le jour.

- 1984 : naissance de la première caméra électronique compacte.

- 1990 : avènement du numérique, avec le premier appareil photo "sans film".


plattenkamera.-1952-pg-copie-1.jpgTenue vestimentaire, casque et appareil à soufflet de 1952, pour la photographie d'une fumerolle - photo archives Stromboli on line - avec l'aimable autorisation de Marco Fulle.

 

Nat-Geo-juillet-2010---Ch.Balagizi.jpgLes équipes du "National Geographic" sur le cratère du Nyiragongo en juillet 2010, accompagnées par Charles Balagizi du Goma Volcano Observatory, à qui on doit la photo   ... le matériel est un peu plus élaboré qu'en 52 !

 

Dans le domaine de l'équipement humain, la progression est semblable.

Des premiers heaumes, qui donnaient aux audacieux qui les portaient des allures de dinausaures, aux combinaisons modernes ignifugées qui permettent d'approcher quelques instants les laves les plus chaudes, le matériel a suivi l'avance technologique des dernières années.

 

haroun-tazieff--image-Fr.-Le-Guern.jpg                        Haroun Tazieff coiffé d'un heaume - photo du regretté François Le Guern.

 

Quelques mots sur l'homme, sans faire sa biographie exhaustive, puisque c'est son "côté photographe" qui nous intéresse :

Tour à tour écolier à Tbilissi, émigré à Constantinople, ingénieur agronome, " terroriste " face à l'occupant nazi, ingénieur géologue, boxeur, plongeur sous-marin, coureur cycliste, alpiniste, spéléologue, chercheur d'épaves, pilier de rugby, géothermiste, citoyen engagé, Haroun Tazieff découvre en 1948, au Congo, son premier volcan, et sa vocation.

Tazieff--une-vie-de-feu.gifAventurier très sage, savant téméraire et judicieux, il aura, à coups de piolet, de sonde et de génie, découvert une Terre qui n'aura pas été seulement une Terre qui sent le soufre, mais aussi celle qui sent le foin. " Ces lignes de Jean Lacouture ne font que survoler les mille et une vies d'Haroun Tazieff (1914-1998). L'homme appartient au panthéon de l'aventure humaine et scientifique du XXe siècle.
Son histoire se lit comme un roman de découverte et d'exploration. C'est un hommage qui lui est ici rendu par ceux qui l'aimaient, pourtant les témoignages recueillis par son épouse, France Tazieff, et par Jean Lacouture montrent bien la complexité d'un homme captivant.

(extrait "d'Haroun Tazieff, une vie de feu" - témoignages de ses nombreux amis)

 

François Le Guern, disparu récement et compagnon indéfectible de Tazieff, nous parle de ses photos et films :

 " Les images, dans cette activité scientifique, peuvent avoir ainsi une fonction de preuve pour trancher un débat entre géologues, ou encore pour conserver la trace d'observations, utilisées plus tard, lorsque de nouvelles questions apparaissent. L'autre usage, plus connu du grand public, est l'enseignement et la vulgarisation. Haroun Tazieff a d'abord tourné de nombreux cours métrages en 16 mm, dont des extraits illustraient ses cours et ses conférences. Il a également réalisé deux longs métrages en 35 mm, les Rendez-vous du diable (1948) et le Volcan interdit (1966), puis plusieurs moyens métrages ...

 

Dossier-24-0003-copie-1.JPGAffiche du film "Les Rendez-vous du Diable" - photo prise à l'exposition "Le Monde des volcans" qui se tient à Liège du 14 mai au 30 octobre 2011. - photo Bernard Duyck


A partir des années 1980, il réalise des séries d'émissions télévisuelles : " Haroun Tazieff raconte sa Terre ", 1984, " Etna 1989 " diffusé en 1991 et " Le feu de la Terre " (1994).

Cette illustration des conclusions scientifiques des missions sur le terrain a contribué au rayonnement international de la volcanologie française et suscité de nombreuses vocations. Les films ont également servi à la communication, pour convaincre des populations de quitter leur domicile menacé ou pour inciter les Etats de financer de nouvelles études de volcanologie. "

 

Sur une boutade, Haroun Tazieff a un jour dit :

 “Donnez-moi un levier et je soulèverai la Terre...”

“Donnez-moi 60 000 mètres de pellicule et je vous raconterai le monde !”

 

 

Place aux images ave cette vidéo des années 70 sur l'Etna, commentée par la voix rocailleuse du maître (excellent document, malgré une faibe luminosité, quelques "poils et griffes" ... excusables pour l'époque) - durée : 45 min.

 

                       

 

Peu de photos d'Haroun Tazieff sur le net : nous sommes à l'époque des images argentiques, et elles sont esssentiellement diffusées par ses livres

(sous copyright).

 

Garouk-sur-guyot---Ethiopie-1992---B.Barbey.jpg                        Tazieff sur un guyot Ethiopien en 1992 - photo B.Barbey / Magnum photos.

 

 

Sources :

- L.A.V.E. - Volcanologues - H.Tazieff

- François Le Guern, " Les films de volcans ", dans  Le Cinéma et la science, sd Alexis Martinet, Paris, CNRS, 1994, pp.137-147.

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog