Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Articles avec #des volcans et des hommes. catégorie

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Des volcans et des hommes., #Mythes et légendes.

" A long time ago, four giants arrived in the south of Australia. While three of them continued their way through the territory, one of them remained on the spot and crouched . His body then changed into a mountain called Budj Bim and his teeth gradually became molten rock that sprang from his gaping mouth, spilling over the surroundings and shaping the landscape. "

A 19th century drawing of the lake in the crater at the top of Budj Bim. - Doc. Eugène Von Guerard / Science Mag

A 19th century drawing of the lake in the crater at the top of Budj Bim. - Doc. Eugène Von Guerard / Science Mag

Budj Bim (Mt_Eccles) National Park, Victoria - Doc. Wikivisually

Budj Bim (Mt_Eccles) National Park, Victoria - Doc. Wikivisually

This history has been transmitted orally for millennia by the Gunditjmara people. More than a legend according to the scientists who are interested in it ... it was inspired by events produced 37,000 years ago, the eruptions of the volcanoes Budj Bim (Mont Eccles) and Parang kuutcha (Tower Hill), today extinct.

The Gunditjmara established themselves around 30,000 years ago in this region, and used the natural topography and terrain features along the lava flows (Tyrendarra lava flow). The area was provided with fresh water, containing eels , fish and aquatic plants. Men channeled water flows and raised eels for year-round supply (manure for food and trade) into interconnected ponds and wetlands, making it one of Australia's oldest aquaculture systems , near Lake Condah.

Landscape of Gunditjmara territories - near Budj Bim - photo by Kaushik Patowary Blogspot

Landscape of Gunditjmara territories - near Budj Bim - photo by Kaushik Patowary Blogspot

The Gunditjmara were not only confronted with volcanoes; the installation of Europeans in the 1830s was a source of war and massacres, followed by displacement of the surviving populations ... a large part of traditional knowledge was lost during this dark period in their history, but the aborigines are attached to ancestral territory to protect their heritage, and live there with the Budj Bim in focus.

 

Sources:

- Is the aboriginal story of an ancient volcano the oldest story ever told ? - link
- National Heritage Places - Budj Bim National Heritage Landscape - link

- Indigenous volcanoes - link

Localisation des volcans et des tunnels de lave dans la Victoria Western province - Doc. Reseach Gate

Localisation des volcans et des tunnels de lave dans la Victoria Western province - Doc. Reseach Gate

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Des volcans et des hommes., #Mythes et légendes.

" Il y a bien longtemps, quatre géants sont arrivés dans le sud de l'Australie. Alors que trois d'entre eux poursuivait leur chemin à travers le territoire, l'un d'entre eux est resté sur place et s'est accroupi. Son corps s'est alors changé en une montagne appelée Budj Bim et ses dents sont peu à peu devenues de la roche en fusion qui a jailli de sa gueule béante, se déversant sur les environs et façonnant le paysage."

Un dessin du 19ème siècle du lac dans le cratère au sommet de Budj Bim. - Doc. Eugène Von Guerard

Un dessin du 19ème siècle du lac dans le cratère au sommet de Budj Bim. - Doc. Eugène Von Guerard

Budj Bim (Mt_Eccles) National Park, Victoria  - Doc. Wikivisually

Budj Bim (Mt_Eccles) National Park, Victoria - Doc. Wikivisually

Cette histoire s'est transmise oralement depuis des millénaires par le peuple Gunditjmara. Plus qu'une légende selon les scientifiques qui s'y sont intéressé ... elle s'est inspiré d'événements produits il y a 37.000 ans, les éruptions des volcans Budj Bim ( Mont Eccles ) et Parang kuutcha (Tower Hill), aujourd'hui éteints.

Les Gunditjmara se sont établis il y a environ 30.000 ans dans cette région, et ont utilisé la topographie naturelle et les caractéristiques du terrain le long des coulées de lave ( Tyrendarra lava flow ).La zone était pourvue d'eau douce, contenant des anguilles, des poissons et des plantes aquatiques. Les hommes ont canalisé les débits d'eau et élevé des anguilles pour un approvisionnement durant toute l'année (fumure pour le nourriture et le commerce) dans des étangs et des zones humides reliées entre elles, constituant ainsi un des plus vieux système aquacole australien, à proximité du lac Condah.

Paysage des terres Gunditjmara - à proximité du Budj Bim - photo by Kaushik Patowary Blogspot

Paysage des terres Gunditjmara - à proximité du Budj Bim - photo by Kaushik Patowary Blogspot

Les Gunditjmara n'ont pas été confronté qu'aux seuls volcans ; l'installation des européens dans les années 1830 a été source de guerre et de massacres, suivies de déplacements des populations survivantes ... une grande partie des connaissances traditionnelles ont été perdues au cours de cette période noire de leur histoire, mais les aborigènes se sont accrochés au territoire ancestral pour protéger leur héritage, et y vivre avec le Budj Bim en point de mire.

 

Sources :

- L'histoire aborigène d'un ancien volcan est-elle la plus ancienne histoire jamais racontée ? - link

- National Heritage Places - Budj Bim National Heritage Landscape - link 

- Indigenous volcanoes - link 

Localisation des volcans et des tunnels de lave dans la Victoria Western province - Doc. Reseach Gate

Localisation des volcans et des tunnels de lave dans la Victoria Western province - Doc. Reseach Gate

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyage.s, #Des volcans et des hommes.

A trip to Armenia at the beginning of May 2019 allowed us to get to know this small country and its inhabitants and to give us an idea of ​​the volcanism of the Lesser Caucasus.

Armenia is one of the most landlocked countries in the world,

- at the same time for natural reasons: it has indeed no sea front, its relief is very mountainous with valleys concealed and difficult to cross, and isolated villages,

- also for lack of transport infrastructure, with a road network in bad condition and in refection,

- and finally by its political isolation: although independent today, it was for a very long time a satellite of the Soviet Union. Armenia is in conflict and does not maintain diplomatic relations with two of its neighbors, Turkey and Azerbaijan; more than 80% of its borders are closed, only one border post is open to the north with Georgia, and 35 km passable with Iran in south-west.

The only gateway that connects Armenia to the rest of the world is the Zvartnots International Airport, close to the capital Yerevan.

Map of Armenia, a landlocked country in the Lesser Caucasus.

Map of Armenia, a landlocked country in the Lesser Caucasus.

The geological history of the "Little Caucasus" began 150 million years ago with the closure of an ocean, the Tethys, and the collision of two continental groups, the Arabian plate and the Eurasian plate.

Since the closure of the ocean, deformations of the Earth's crust and volcanism have shaped the Armenian morphology.

The highest summits of the country are imposing volcanoes; volcanic rocks, basalt and tuff, have been used since prehistoric times for civil and religious buildings, sculpture and jewelery (obsidian).

The geology of Armenia is still marked by active deformations, witnessing the numerous faults and their ruptures that frequently produce earthquakes, including the tragic earthquake of December 7, 1988 - Spitak fault, magnitude 6.9. (M.Sosson / CNRS)

Armenia - active faults and historical seismicity - Doc.Philip et al / Tectonophysics

Armenia 2019 - 1 - the obsidian of Jraber.
Armenia - sources of obsidian and related archaeological sites - Doc. Obsidian sourcing geochemically identical - Science direct - one click to enlarge

Armenia - sources of obsidian and related archaeological sites - Doc. Obsidian sourcing geochemically identical - Science direct - one click to enlarge

Gutanasar / Gutansar volcano - photo Albero

Gutanasar / Gutansar volcano - photo Albero

Just out of Yerevan, we go to Lake Sevan, and meet on the road walls where the obsidian is exposed.

This obsidian, easily accessible and of good quality, has been exploited since the Paleolithic from vast flows from the Gutansar volcano and several secondary domes, Fontan, Alapars and Gjumush to name a few.

Jraber - general view of the obsidian quarry - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - general view of the obsidian quarry - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber obsidian quarry - black obsidian outcrop - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber obsidian quarry - black obsidian outcrop - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - samples of black obsidian veined with mahogany obsidian - photo © Bernard Duyck 2019 - one click to enlargeJraber - samples of black obsidian veined with mahogany obsidian - photo © Bernard Duyck 2019 - one click to enlarge

Jraber - samples of black obsidian veined with mahogany obsidian - photo © Bernard Duyck 2019 - one click to enlarge

Jraber - obsidian with slats "Midnight Lace" - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - obsidian with slats "Midnight Lace" - photo © Bernard Duyck 2019

A career at Jraber allows us to admire obsidian at leisure, with a conchoidal break (in bottle cul), very black and shiny under a fine rain.

Mahogany obsidian, a variety rich in iron, mixes with obsidian with lamellae, translucent and streaked with more opaque layers, named "Midnight Lace".

Jraber - blocks and veins of black obsidian - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - blocks and veins of black obsidian - photo © Bernard Duyck 2019

To follow: the routes of obsidian in Asia Minor

 

Sources:

- Archéorient - Obsidian supply in the Caucasus: questions and hypotheses - Christine Chataigner

- An international research project on Armenian archaeological sites: fission-track dating of obsidians - Badalian, R; Bigazzi, G; Cauvin, M.-C; Chataigner, C; Jrbashyan, R; Karapetyan, S.G .; Oddone, M; Poidevin, J.-L (2001)

- Sourcing geochemically identical obsidian: multiscalar magnetic variations in the volcanic Gutansar complex and implications for Palaeolithic research in Armenia. Journal of Archaeological Science.

- Paleolithic in Armenia: state of acquired knowledge and recent data - Fourloubey & al.

- Global Volcanism Program - Gegham Ridge - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages, #Des volcans et des hommes.

Un voyage début mai 2019 en Arménie nous a permis de faire connaissance avec ce petit pays et ses habitants et nous faire une petite idée du volcanisme du Petit Caucase.

 

L'Arménie est un des pays les plus enclavés au monde,

- à la fois pour des raisons naturelles : il n'a en effet aucune façade maritime, son relief est très montagneux avec des vallées encaissées et difficilement franchissables, et des villages isolés

- aussi par manque d'infrastructures de transports, avec un réseau routier en mauvais état et en réfection,

- et enfin par son isolement politique : bien qu'aujourd'hui indépendante, elle a été très longtemps un satellite de l'Union Soviétique. L'Arménie est en conflit et n'entretient pas de relations diplomatiques avec deux de ses voisins, la Turquie et l'Azerbaïdjan ; plus de 80% de ses frontières sont fermées, seul un poste frontalier est ouvert au nord avec la Géorgie, et 35 km praticable avec l'Iran.

La seule porte d'entrée qui relie l'Arménie au reste du monde est l'aéroport international de Zvartnots, proche de la capitale Erevan.  

Carte de l'Arménie, un pays enclavé dans le Petit Caucase.

Carte de l'Arménie, un pays enclavé dans le Petit Caucase.

L'histoire géologique du "Petit Caucase" a débuté il y a 150 millions d'années avec la fermeture d'un océan, le Téthys, et la collision de deux ensembles continentaux, la plaque Arabique et la plaque Eurasienne.

Depuis la fermeture de l'océan, les déformations de l'écorce terrestre et le volcanisme ont façonné la morphologie Arménienne.

Les plus hauts sommets du pays sont d'imposants volcans; les roches volcaniques, basalte et tuf, ont été utilisé depuis la préhistoire pour les édifices civils et religieux, la sculpture et la joaillerie (obsidienne).

La géologie de l'Arménie est toujours marquée par des déformations actives, témoins les nombreuses failles et leurs ruptures qui produisent fréquemment des séismes, dont le tragique tremblement de terre du 7 décembre 1988 - faille de Spitak, magnitude 6,9. (M.Sosson / CNRS)

Arménie - failles actives et sismicité historique - Doc.Philip et al / Tectonophysics

Arménie - failles actives et sismicité historique - Doc.Philip et al / Tectonophysics

Arménie - sources d'obsidienne et sites archéologique en rapport - Doc. Obsidian sourcing geochemically identical - Science direct - un clic pour agrandir

Arménie - sources d'obsidienne et sites archéologique en rapport - Doc. Obsidian sourcing geochemically identical - Science direct - un clic pour agrandir

Gutanasar / Gutansar - photo Albero

Gutanasar / Gutansar - photo Albero

A peine sortie d'Erevan, nous partons vers le lac Sevan, et rencontrons sur sa route des parois où affleure de l'obsidienne.

Cette obsidienne, facilement accessible et de bonne qualité, a été exploitée depuis le Paléolithique au départ de vastes coulées issues du volcan Gutansar et de plusieurs dômes secondaires, le Fontan, l'Alapars et le Gjumush pour n'en citer que quelques uns.

Jraber - vue générale de la carrière d'obsidienne - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - vue générale de la carrière d'obsidienne - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber carrière d'obsidienne - affleurement d'obsidienne noire -  photo © Bernard Duyck 2019

Jraber carrière d'obsidienne - affleurement d'obsidienne noire - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - échantillons d'obsidienne noire veinée d'obsidienne acajou -  photo © Bernard Duyck 2019 - un clic pour agrandir Jraber - échantillons d'obsidienne noire veinée d'obsidienne acajou -  photo © Bernard Duyck 2019 - un clic pour agrandir

Jraber - échantillons d'obsidienne noire veinée d'obsidienne acajou - photo © Bernard Duyck 2019 - un clic pour agrandir

Jraber - obsidienne à lamelles "Midnight Lace" - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - obsidienne à lamelles "Midnight Lace" - photo © Bernard Duyck 2019

Une carrière à Jraber nous permet d'admirer à loisir de l'obsidienne, à la cassure conchoïdale (en cul de bouteille) bien noire et luisante sous une pluie fine.

De l'obsidienne acajou, une variété riche en fer, côtoie de l'obsidienne à lamelles, translucide et striée de couches plus opaques, nommée " Midnight Lace ".

Jraber - blocs et veines d'obsidienne noire - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - blocs et veines d'obsidienne noire - photo © Bernard Duyck 2019

A suivre : les routes de l'obsidienne en Asie mineure

 

Sources :

- Archéorient - L’approvisionnement en obsidienne dans le Caucase : des questions et des hypothèses – Christine Chataigner

- An international research project on Armenian archaeological sites: fission-track dating of obsidians - Badalian, R; Bigazzi, G; Cauvin, M.-C; Chataigner, C; Jrbashyan, R; Karapetyan, S.G; Oddone, M; Poidevin, J.-L (2001)

- Sourcing geochemically identical obsidian: multiscalar magnetic variations in the Gutansar volcanic complex and implications for Palaeolithic research in Armenia. Journal of Archaeological Science.

- Le Paléolithique en Arménie : état des connaissances acquises et données récentes – Fourloubey & al.

- Global Volcanism Program – Gegham ridge – link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Des volcans et des hommes.

Thanks to their lands rich in fertile elements, the relief and the microclimates they generate, volcanoes have always been terroirs for quality wines.

Another drink, very popular also, owes its flavor to volcanoes: coffee.

Coffee Cherries - Finca Villa Galicia / Salvador - image Cafes PFAFF

Coffee Cherries - Finca Villa Galicia / Salvador - image Cafes PFAFF

The coffee tree, even more than the vine, has specific requirements: it only grows well in the heat, at constant temperature and with sufficient humidity ... which limits the plantations in the tropics and at altitudes between 200 and 2,000 meters ; he also claims shelter from other trees that gives him shade.

In these hilly to rugged biotopes, it requires abundant labor at harvest time, and for a long time all the fruits of the coffee tree do not ripen at the same time.

The production of coffee beans requires important facilities, to achieve separation of the grains of the fruit, fermentation, washing and drying; storage, then roasting ... the small red seed has its requirements to deliver its aromas in the form of dark nectar.

Costa Rica - coffee plantation on the slopes of Poas - photos © Bernard Duyck

Costa Rica - coffee plantation on the slopes of Poas - photos © Bernard Duyck

Costa Rica - on the slopes of Poas, a traditional cart - photos © Bernard Duyck

Costa Rica - on the slopes of Poas, a traditional cart - photos © Bernard Duyck

More than 80 species of coffee are known, but two species dominate the market: coffea arabica and coffea canephora.

Coffea arabica accounts for three-quarters of global production, with high altitude requirements, deep, mineral-rich soils and temperatures between 17 and 20 ° C, clean air and spring water irrigation .

There are some two hundred varieties of Arabica, including mocha, typica, bourbon, caturra ... The arabicas grown today come from two varieties, typica and bourbon, released from Yemen at the end of the 17th century. Century.

As for wines, we speak of "terroirs", and they are innumerable.

Countries producing arabica, robusta, and mixed. Doc. maxicoffee

Countries producing arabica, robusta, and mixed. Doc. maxicoffee

Ethiopia - serving coffee is ceremonial - photo © Jean-Michel Mestdagh

Ethiopia - serving coffee is ceremonial - photo © Jean-Michel Mestdagh

Java - coffee factory in Blawan / Ijen - sorting room and coffee bag Ijen - one click to enlarge - photos © Bernard DuyckJava - coffee factory in Blawan / Ijen - sorting room and coffee bag Ijen - one click to enlarge - photos © Bernard Duyck

Java - coffee factory in Blawan / Ijen - sorting room and coffee bag Ijen - one click to enlarge - photos © Bernard Duyck

To name just a few examples:

The best varieties of Colombia: bucaramenga, miraflores, neiva, popayan.

In Costa Rica, we have classic arabicas, but balanced and very well done, with excellent tres rios, tarrazu, dota, heredia, volcano poas.

In Ethiopia, on its land of origin, the wild coffee still provides 70% of the national production from which come exceptional varieties, fine, distinguished and typified, such as harrar, yirgacheffe, sidamo, limu, djimah. The washed coffees are produced under the name of mocha.

In Indonesia, Java is a big producer of robusta, but also offers aromatic and very sweet arabicas with spicy notes. His best wines: jampit, blawan, kayumas, pancur.

La Reunion is distinguished by the round bourbon and the pointed bourbon, which one takes timidly the culture.

Watercolor by Jean-Joseph Patu de Rosemont representing a coffee plantation on Île Bourbon (La Reunion) - Doc. fr academic

Watercolor by Jean-Joseph Patu de Rosemont representing a coffee plantation on Île Bourbon (La Reunion) - Doc. fr academic

Reunion - Domaine du Café Grillé - coffee plantation "Bourbon" in test - photo Domaine du Café Grillé

Reunion - Domaine du Café Grillé - coffee plantation "Bourbon" in test - photo Domaine du Café Grillé

Sources:

- Coffee growing - link

- Coffee Research - Arabica Coffee Beans Varietals - link

- Réunion - Domaine du Café Grillé, an ethnobotanical garden - link

- Réunion - The Bourbon Café of Reunion Island - link

- Earth of fire - boom on volcanic wines - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Des volcans et des hommes.

Grâce à leurs terres riches en éléments fertiles, le relief et les microclimats particuliers qu'ils engendrent, les volcans ont toujours constitué des terroirs pour des vins de qualité.

Une autre boisson, fort prisée également, doit ses arômes aux volcans : le café.

Cerises de café - Finca Villa Galicia / Salvador  - image Cafés PFAFF

Cerises de café - Finca Villa Galicia / Salvador - image Cafés PFAFF

Le caféier, encore plus que la vigne, a des exigences spécifiques : il ne pousse que bien au chaud, à température constante et avec une humidité suffisante ... ce qui limite les plantations aux tropiques et à des altitudes comprise entre 200 et 2.000 mètres ; il réclame de plus l'abri d'autres arbres qui lui procure de l'ombre.

Dans ces biotopes vallonnés à accidentés, il nécessite au moment de la cueillette une main d'oeuvre abondante, et durant une longue période, tous les fruits du caféier ne mûrissant pas en même temps.

La production des grains de café nécessite des installations importantes, pour réaliser séparation des grains du fruit, la fermentation, le lavage et le séchage ; le stockage, puis la torréfaction ... la petite graine rouge a ses exigences pour nous livrer ses arômes sous forme de nectar foncé.

Costa Rica - plantation de café sur les pentes du Poas et charette traditionnelle - photos © Bernard Duyck
Costa Rica - plantation de café sur les pentes du Poas et charette traditionnelle - photos © Bernard Duyck

Costa Rica - plantation de café sur les pentes du Poas et charette traditionnelle - photos © Bernard Duyck

Plus de 80 espèces de caféier sont connues, mais deux espèces dominent le marché : coffea arabica et coffea canephora.

Coffea arabica représente les trois quarts de la production mondiale, avec des exigences liées à une altitude élevée, des sols profonds et riches en minéraux et une température entre 17 et 20°C, un air sain et une irrigation par de l'eau de source.

On compte quelques deux cents variétés d'arabica, dont le moka, le typica, le bourbon, le caturra ... Les arabicas cultivés aujourd'hui descendent de deux variétés, typica et bourbon, diffusées à partir du Yemen à la fin du 17° siècle.

Comme pour les vins, on parle de " terroirs ", et ils sont innombrables.

Pays producteurs d'arabica , de robusta, et mixtes. Doc. maxicoffee

Pays producteurs d'arabica , de robusta, et mixtes. Doc. maxicoffee

Ethiopie - servir le café fait l'objet d'un cérémonial - photo © Jean-Michel Mestdagh

Ethiopie - servir le café fait l'objet d'un cérémonial - photo © Jean-Michel Mestdagh

Java - fabrique de café à Blawan / Ijen - salle de tri et sachet de café Ijen - un clic pour agrandir - photos © Bernard DuyckJava - fabrique de café à Blawan / Ijen - salle de tri et sachet de café Ijen - un clic pour agrandir - photos © Bernard Duyck

Java - fabrique de café à Blawan / Ijen - salle de tri et sachet de café Ijen - un clic pour agrandir - photos © Bernard Duyck

Pour ne citer que quelques exemples :

Les meilleurs crus de Colombie : bucaramenga, miraflores, neiva, popayan.

Au Costa Rica, on a des arabicas classiques, mais équilibrés et très bien faits, avec les excellents tres rios, tarrazu, dota, heredia, volcan poas.

En Ethiopie, sur sa terre d’origine, le caféier sauvage fournit encore 70 % de la production nationale dont sont issus des crus exceptionnels, fins, distingués et typés, comme les harrar, yirgacheffe, sidamo, limu, djimah. Les cafés lavés y sont produits sous le nom de moka.

En Indonésie, Java est un gros producteur de robusta, mais propose aussi des arabicas aromatiques et très doux, aux notes d’épices. Ses meilleurs crus : jampit, blawan, kayumas, pancur.

La Réunion se distingue par le bourbon rond et le bourbon pointu, dont on reprend timidement la culture.

Aquarelle de Jean-Joseph Patu de Rosemont représentant une plantation de café à l'île Bourbon (La Réunion)- Doc. fr academic

Aquarelle de Jean-Joseph Patu de Rosemont représentant une plantation de café à l'île Bourbon (La Réunion)- Doc. fr academic

La Réunion - Domaine du Café Grillé - plantation de caféiers "Bourbon" en test - photo Domaine du Café Grillé

La Réunion - Domaine du Café Grillé - plantation de caféiers "Bourbon" en test - photo Domaine du Café Grillé

Le café bourbon pointu à l'île de la Réunion - www.hors-frontieres.fr

Sources :

- La culture du café - link

- Coffee Research - Arabica Coffee Bean Varietals - link

- La Réunion - Domaine du Café Grillé, un jardin ethnobotanique - link

- La Réunion - Le Café Bourbon de l’île de La Réunion – link

- Earth of fire - boom sur les vins volcaniques - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Des volcans et des hommes.
Aux premiers jours de l'éruption 1983, les coulées atteignant le complexe touristique autour du Rifugio Sapienza et détruisent le restaurant Casa Cantoniera - photo 28.03.1983 / avec l'aimable autorisation de Pippo Scarpinati.

Aux premiers jours de l'éruption 1983, les coulées atteignant le complexe touristique autour du Rifugio Sapienza et détruisent le restaurant Casa Cantoniera - photo 28.03.1983 / avec l'aimable autorisation de Pippo Scarpinati.

Le 26 mars 1983, une crise sismique se déclenche à l'Etna et une odeur d'oeuf pourri plane aux alentours des Monti Silvestri.

Le 27 mars vers 8 heures, une fissure orientée NNE-SSO, longue de 750 mètres, s'ouvre entre 2.450 et 2.250 mètres, à 4 km au sud du cratère central. Plusieurs coulées sont émises et une petite activié explosive marque la fissure, édifiant une trentaine de hornitos.

Le 28 mars au soir, les coulées de lave ont coupé une route et englouti plusieus bâtiments.

Le 1° avril, de vigoureuses émissions de gaz et cendres créent deux cratères d'explosion en amont de la fissure, vers 2.700 mètres d'altitude.

Le 3 avril, la coulée principale atteint la cote 1.450. Dans le même alignement, en amont, des fissures ouvertes remontent jusqu'au cratère central ; l'une d'entre elles a presque coupé en deux le Piccolo Rifugio.

Fin avril, la coulée principale s'étend sur 6.000 mètres, avec un front situé à l'altitude 1.100 m. La lave a inondé 4 km², partiellement détruit un téléphérique,menacé le Rifugio Sapienza, englouti les restaurants de la Cantoniera, des hôtels et de nombreuses maisons.

Etna - 28.03.1983 - La coulée détruit le restaurant Casa Cantoniera - photo avec l'aimable autorisation de Pippo Scarpinati.

Etna - 28.03.1983 - La coulée détruit le restaurant Casa Cantoniera - photo avec l'aimable autorisation de Pippo Scarpinati.

Carte du champ de lave 1983 / Etna : Un astérique jaune marque l'emplacement où l'on a fait sauter la levée de la coulée de lave pour la faire dévier ; les barrières édifiées parallèlement aux coulées sont en bleu. En pointillé, le tracé du dyke sous-terrain partant près du cratère sud-est, d'après les données de déformation du sol, amenant à l'éruption sous le Piccolo Rifugio.

Carte du champ de lave 1983 / Etna : Un astérique jaune marque l'emplacement où l'on a fait sauter la levée de la coulée de lave pour la faire dévier ; les barrières édifiées parallèlement aux coulées sont en bleu. En pointillé, le tracé du dyke sous-terrain partant près du cratère sud-est, d'après les données de déformation du sol, amenant à l'éruption sous le Piccolo Rifugio.

Carte de l'Etna avec les différentes villes menacée sur le flanc sud

Carte de l'Etna avec les différentes villes menacée sur le flanc sud

Comme le raconte Haroun Tazieff dans son livre "Sur l'Etna" : " Le problème qui se posait était le suivant. Cependant que la source continuait de déverser plusieurs dizaines de milliers de mètres-cubes par jour, le front multilobé, après avoir dépassé la lisière inférieure de la forêt, progressait à présent en terrain découvert et très bientôt en terrains cultivés. L'inquiétude gonflait à Nicolosi et à Belpasso, ainsi que le souci de faire quelque chose, de ne pas rester passif. Le maire de Belpasso parlait même, si les autorités ne daisaient rien, d'intervenir pour tenter de s'opposer à la progression des laves. Exactement comme l'avaient fait, en 1669, Diego Pappalardo et ses Catanais, jusqu'à ce que les chassent ceux de Paterno" .

La coutume, plus respectée qu'une loi, interdisait d'altérer le cours des coulées sur l'Etna ... interférer avec les laves signifiait porter la responsabilité de tout ce qui serait par la suite détruit par l'éruption.

Franco Barberi a convaincu le nouveau Ministre de la Protection Civile et le préfet que barrer la route à la coulée est possible et vaut la peine d'être tenté... au grand dam de protestataires de toutes sortes, animés de motivation diverses.

Coulée de lave destructrice de l'Etna le 28,03,1983 – photo J. Lockwood / USGS

Coulée de lave destructrice de l'Etna le 28,03,1983 – photo J. Lockwood / USGS

Trois chantiers sont ouverts : les deux premiers entre 2.200 et 2.100 mètres d'altitude, le troisième vers 1.800 m.

Le premier chantier, phase active de l'intervention, préparait le dynamitage de la berge droite de la coulée.

Les deux autres, en contrebas, doivent servir, passivement, à canaliser les laves une fois déviées, et à les confiner derrière une digue de scories et de cendres, pour protéger Serra la Nave, l'observatoire météo , le Grand'Albergo Etna et de nombreuses résidences secondaires. Plus de 750.000 m³ de matériaux sont déplacés en 50 jours.

Après plusieurs débordements de la coulée forçant l'arrêt momentané des travaux, le 14 mai à 4h09, les artificiers font exploser 390 kilos de TNT, ouvrant une brèche sur le flanc de la coulée.

 Dans la nuit du 13 au 14 mai 1983, les artificiers travaillent sous la lumière s'un projecteur de DCA, et disposent les explosifs au fond des 48 tubes chemisés sortant des trous de mine et refroidis par des conduites d'eau – photo Haroun Tazieff / dans son livre « Sur l'Etna »

Dans la nuit du 13 au 14 mai 1983, les artificiers travaillent sous la lumière s'un projecteur de DCA, et disposent les explosifs au fond des 48 tubes chemisés sortant des trous de mine et refroidis par des conduites d'eau – photo Haroun Tazieff / dans son livre « Sur l'Etna »

Le chantier de création de digues : A gauche, du marteau-piqueur rouge, la muraille avec les chemisages des trous de mines; le bull jaune consolide la digue du lit artificiel ; 400 m.plus bas, , le complexe touristique et un des Monti Silvestri – photo F.Le Guern / dans le livre de Tazieff  « Sur l'Etna »

Le chantier de création de digues : A gauche, du marteau-piqueur rouge, la muraille avec les chemisages des trous de mines; le bull jaune consolide la digue du lit artificiel ; 400 m.plus bas, , le complexe touristique et un des Monti Silvestri – photo F.Le Guern / dans le livre de Tazieff « Sur l'Etna »

La coulée de lave et la barrière Sapienza, le 31.05.1983  – la vue aérienne  de la coulée a'a le long de la barrière Sapienza le 01.06.1983 – photo J.Lockwood USGS
La coulée de lave et la barrière Sapienza, le 31.05.1983  – la vue aérienne  de la coulée a'a le long de la barrière Sapienza le 01.06.1983 – photo J.Lockwood USGS

La coulée de lave et la barrière Sapienza, le 31.05.1983 – la vue aérienne de la coulée a'a le long de la barrière Sapienza le 01.06.1983 – photo J.Lockwood USGS

Après l'opération, Tazieff répond aux journalistes que " le résultat atteint est excellent par rapport à ce que nous avions redouté, mais en deçà de ce que nous avions espéré ".

Au début, 20% du flux total de lave sont déviés, mais grâce aux gros blocs arrachés par l'explosion, le tunnel de lave va s'obstruer, ce qui provoque un débordement. Finalement, environ 80% du débit (de 15 m³/s en moyenne) se trouvent déviés vers le lit artificiel ménagé au pied du mont Castellazzo, et 20% vers l'est.

L'effusion lente se poursuit pendant plusieurs mois , mais les techniques mises en oeuvre ont permis d'éviter de nombreuses destructions supplémentaires.

Après 131 jours d'activité, l'éruption s'arrête au matin du 6 août.

 

Le bilan : 6 km² ont été recouverts de lave, qui se sont accumulées sur 80 mètres d'épaisseur à l'est du refuge Sapienza. Leur volume est estimé entre 80 et 100 millions de m³... et une technique de détournement de coulée effusive dûment testée.

 

Sources :

- Diversion of lava during the 1983 eruption of Mount Etna

- Earthquake Information Bulletin (USGS) - By:J.P.

Lockwood and R. Romano

-  Oregonstate - Successful Lava Diversion, Etna 1983

- Sur l'Etna - Haroun Tazieff - Ed. L'Odyssée / Flammarion

 

- Guide des volcans d'Europe et des Canaries – par M.Krafft et F.D.de Larouzière – Ed Delachaux & Niestlé

- Les ruptures de surface liées à l'éruption du 28 mars 1983 de l'Etna (Sicile) – JC Bousquet & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Des volcans et des hommes.

Une séismicité vigoureuse a précédé de plus de deux mois le début de l'activité éruptive et les séismes sont devenus particulièrement intenses le 8 mars 1669. Le dernier séisme semble avoir été accompagné par l'ouverture d'une fracture de 9 km qui s'étendait de Monte Frumento Supino (cône de scories situé à environ 2 km au sud du sommet, à 2845 m d'altitude) à Monte San Leo ( à 1200 m d'altitude). 

Reproduction d'une fresque dans la cathédrale de Catane, montrant l'éruption de l'Etna en 1669 dont la coulée de lave a causé d'importants dégâts à Catane et détruit de nombreux villages. - un clic pour agrandir -  Ce dessin montre le cratère principal de l'éruption près de Nicolosi en éruption explosive vigoureuse et les coulées de lave s'étendant de lui (en couleur rouge) à Catane. En bas à gauche, le Castello Ursino est entouré par la lave. Au nord de la ville, on peut voir également la coulée de lave encore érodée quelques siècles plus tôt (peut-être en 1381) à partir d'une fissure près du village de Mascalucia, qui est entré dans la mer à Ognina, aujourd'hui une partie densément peuplée de Catane.

Reproduction d'une fresque dans la cathédrale de Catane, montrant l'éruption de l'Etna en 1669 dont la coulée de lave a causé d'importants dégâts à Catane et détruit de nombreux villages. - un clic pour agrandir - Ce dessin montre le cratère principal de l'éruption près de Nicolosi en éruption explosive vigoureuse et les coulées de lave s'étendant de lui (en couleur rouge) à Catane. En bas à gauche, le Castello Ursino est entouré par la lave. Au nord de la ville, on peut voir également la coulée de lave encore érodée quelques siècles plus tôt (peut-être en 1381) à partir d'une fissure près du village de Mascalucia, qui est entré dans la mer à Ognina, aujourd'hui une partie densément peuplée de Catane.

Dans l'après-midi du 11 mars, probablement vers 16 heures, plusieurs évents se sont ouverts dans la zone située entre Monte Nocilla et Monte Fusara, immédiatement au nord-ouest du village condamné de Nicolosi. Ces évents produisent des explosions incessantes et puissantes, tandis qu'une énorme coulée de lave émane des évents situés plus en aval. Au cours des prochains jours, l'activité explosive; qui continue fortement dans les évents principaux, a commencé à construire un grand cône pyroclastique, qui s'appelait initialement "Monte della Rovina" (montagne de destruction) mais qui est maintenant connu sous le nom de Monti Rossi. Pendant ce temps, la lave coule en deux branches principales. Les restes de Nicolosi et des villages de Mompilieri et Malpasso ont été consumés pendant les premières 24 heures de l'éruption. Au cours des trois jours suivants, les villages de San Pietro Clarenza, Mascalucia, Camporotondo et San Giovanni Galermo ont disparu sous l'énorme fleuve de lave qui s'avançe rapidement et sans relâche vers le sud, se dirigeant vers la ville de Catane elle-même.

Carte des coulées sur le flanc SSE de l'Etna en 1331 (?) et 1669 - carte in www.italysvolcanoes.com/ ETNA1669.- Doc Boris Behncke

Carte des coulées sur le flanc SSE de l'Etna en 1331 (?) et 1669 - carte in www.italysvolcanoes.com/ ETNA1669.- Doc Boris Behncke

Une semaine après le début de l'éruption, les deux principales branches de lave se dirigent vers les principales villes de Paternò et Misterbianco, enterrant un certain nombre de petits villages sur leurs chemins, qui n'ont jamais été reconstruits et dont les emplacements ne sont pas connus. La coulée la plus à l'est a dévoré Misterbianco le 25 mars avant de s'installer dans une petite dépression à l'ouest de Catane (la "Gurna di Nicito"), qui était probablement remplie d'un lac. Une fois la dépression comblée, la lave reprend son avance en direction de Catane.

Le Lago di Nicito et le Bastione degli Infetti, avant l'éruption de 1669.

Le Lago di Nicito et le Bastione degli Infetti, avant l'éruption de 1669.

Le jour où Misterbianco a été détruit (25 mars), de violentes explosions se sont produites au sommet du cratère, annonçant l'effondrement partiel du sommet du cône. Les explosions accompagnant l'effondrement étaient probablement de type phréatomagmatique et des blocs atteignant 15 m de diamètre ont été éjectés à une distance de 1 km du cratère, tandis que des chutes de scories chaudes ont eu lieu jusqu'à 8 km du sommet (Tanguy et Patanè, 1996).La coulée de lave orientale a atteint les murs de la ville de Catane sur le côté ouest de la ville au début d'avril et a été déviée vers le sud par les murs qui initialement résisté à la pression de la rivière de la roche fondue. Le 23 avril, la lave, qui avait précédemment encerclé le Castello Ursino (une forteresse normande située sur la rive sud de Catane), est entrée dans la mer avec un front de plus de 1 km de large et a rapidement rempli le port de la ville. À peu près au même moment, le niveau de lave accumulé contre les murs de la ville dans l'ouest de Catane a progressivement augmenté jusqu'à la crête de la structure. Ce léger débordement de lave a causé peu de dommages, mais le pire était encore à venir. Le 30 avril, une partie des murs cède sous la pression de la lave, lui permettant d'entrer dans la ville par l'ouest. Deux lobes de lave entourent et détruisent partiellement des églises, des monastères et d'autres bâtiments autour de l'église de San Nicolò l'Arèna. Des murs ont été construits à la hâte le long des routes principales menant aux secteurs inférieurs de la ville afin d'arrêter l'avance de la lave dans la ville. Sur la base de documents contemporains, Pagnano (1992) décrit ces murs comme très fonctionnels et réussissant à empêcher la lave de causer des dommages plus étendus. Cependant, au cours du mois de juin, plus de coulées de lave ont atteint la zone du Castello Ursino et du littoral, faisant craindre une nouvelle invasion destructrice de Catane par la lave. Il semble, cependant, que le pire était passé, même si l'éruption a continué pendant un mois avant de se terminer le 11 juillet.

Etna éruption de 1669 - Progression des coulées de lave entre le 11 mars et le 11 juillet - doc in Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region  / S.Branca

Etna éruption de 1669 - Progression des coulées de lave entre le 11 mars et le 11 juillet - doc in Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region / S.Branca

L'Etna et Catane durant l'éruption de 1669. - Borelli, Giovani Alfonso (1608-1679). Historia, et meteorologia incendii Aetnaei anni 1669. Reggio di Calabria: Domenico Ferro, 1670.

L'Etna et Catane durant l'éruption de 1669. - Borelli, Giovani Alfonso (1608-1679). Historia, et meteorologia incendii Aetnaei anni 1669. Reggio di Calabria: Domenico Ferro, 1670.

La dévastation causée par l'éruption de 1669 a été très large. Au moins 10 villages ont été complètement détruits et beaucoup d'autres gravement endommagés par les coulées de lave et, dans une moindre mesure, par les chutes de téphra. La partie ouest de Catane a subi de lourds dégâts en raison de l'invasion de lave. Les zones à l'ouest et sud-ouest de la ville, autrefois riches en jardins fruitiers et diverses villas et plusieurs monuments de l'époque grecque et romaine, ont été transformées en terres incultes et Catania était maintenant entourée de coulées de lave de tous côtés sauf sur la mer. .

 

De Catane, seule une partie relativement petite a été détruite. Peu de temps après l'invasion de Catane par la lave, des mesures ont été prises par le vicaire Don Stefano Reggio pour protéger les zones basses de la ville: la construction de barrières de pierre dans les rues principales. "La rapidité des décisions, le bon fonctionnement et l'efficacité de l'opération doivent être admirés, compte tenu des outils disponibles à cette époque, et des dimensions du problème, ce qui représenterait d'énormes difficultés même dans un État moderne si confronté à un situation "(Pagnano, 1992).

 

Les maisons à côté du front de lave ont été démolies pour utiliser les briques pour la construction d'une grande barrière à travers la Strada del Corso, l'endroit le plus critique. La coulée de lave a en effet été stoppée par cet obstacle, et une autre barrière similaire a été construite près de l'église de la Madonna della Palma, où un autre écoulement avait percé les murs de la ville.

 

Portrait de Don Pappalardo

Le succès de ces efforts a conduit à une autre tentative, plus célèbre, de détourner la coulée de lave beaucoup plus près de sa source, afin d'arrêter l'approvisionnement des fronts de lave actifs dans la région de Catane. Cette tentative, menée par un groupe de personnes dirigé par don Diego Pappalardo de Pedara, commandeur de l'Ordre de Malte, visait à rompre le toit du tunnel de lave (ou la digue latérale du canal d'écoulement principal). De cette manière, la lave devrait être obligée de se refroidir rapidement à l'extérieur du tunnel ou du canal de protection. Il est souvent mentionné qu'après le succès de leurs efforts, des hommes armés de Paternò sont arrivés sur les lieux, parce que le nouveau flux artificiel menaçait leur ville, et a forcé Pappalardo et ses hommes à abandonner le site de détournement. En conséquence, le flux de lave aurait réoccupé l'ancien système de tubes (ou canal d'écoulement), et la lave a de nouveau coulé vers Catania.

En tout cas, la série de mesures de protection mises en œuvre à Catane et près des bouches éruptives semble avoir été largement couronnée de succès. En raison des divergences souvent citées entre les habitants de Paternò et ceux de Catane au cours du dernier effort de diversion, tout détournement de coulée de lave artificielle était interdit par la loi en Italie jusqu'en 1983.

L'Etna en éruption en 1669 et Catane - gravure ancienne

L'Etna en éruption en 1669 et Catane - gravure ancienne

Sources :

- Italy's volcanoes – The cradle of volcanology – by Boros Behncke

Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region (Eastern Sicily, Italy): An example of recovery and response of a small area to extreme events – S.Branca & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Des volcans et des hommes.

A vigorous seismicity preceded the onset of eruptive activity by more than two months, and the earthquakes became particularly intense on March 8, 1669. The last earthquake seems to have been accompanied by the opening of a 9 km fracture. extended from Monte Frumento Supino (slag cone located about 2 km south of the summit, at 2845 m altitude) to Monte San Leo (at 1200 m altitude).

Reproduction of a fresco in the cathedral of Catania, showing the eruption of Etna in 1669 whose lava flow has caused extensive damage in Catania and destroyed many villages. - one click to enlarge - This drawing shows the main crater of the eruption near Nicolosi in vigorous explosive eruption and the lava flows extending from it (in red color) to Catania. In the lower left, the Castello Ursino is surrounded by lava. North of the city, one can also see the lava flow still eroded a few centuries earlier (perhaps in 1381) from a crack near the village of Mascalucia, which entered the sea in Ognina, today a densely populated part of Catania.

Reproduction of a fresco in the cathedral of Catania, showing the eruption of Etna in 1669 whose lava flow has caused extensive damage in Catania and destroyed many villages. - one click to enlarge - This drawing shows the main crater of the eruption near Nicolosi in vigorous explosive eruption and the lava flows extending from it (in red color) to Catania. In the lower left, the Castello Ursino is surrounded by lava. North of the city, one can also see the lava flow still eroded a few centuries earlier (perhaps in 1381) from a crack near the village of Mascalucia, which entered the sea in Ognina, today a densely populated part of Catania.

On the afternoon of March 11, probably around 4 pm, several vents opened in the area between Monte Nocilla and Monte Fusara, immediately northwest of the condemned Nicolosi village. These vents produce incessant and powerful explosions, while a huge lava flow emanates from vents further downstream. Over the next few days, explosive activity, which continues strongly in the main vents, began to build a large pyroclastic cone, which was originally called "Monte della Rovina" (mountain of destruction) but is now known as Monti Rossi. Meanwhile, the lava flows into two main branches. The remains of Nicolosi and the villages of Mompilieri and Malpasso were consumed during the first 24 hours of the eruption. Over the next three days, the villages of San Pietro Clarenza, Mascalucia, Camporotondo and San Giovanni Galermo disappeared under the huge river of lava, which is advancing rapidly and relentlessly towards the south, heading towards the city of Catania.

Map of the flows on the SSE side of Etna in 1331 (?) And 1669 - map in www.italysvolcanoes.com/ ETNA1669.- Doc Boris Behncke

Map of the flows on the SSE side of Etna in 1331 (?) And 1669 - map in www.italysvolcanoes.com/ ETNA1669.- Doc Boris Behncke

One week after the beginning of theeruption, the two main lava branches are heading towards the main towns of Paternò and Misterbianco, burying a number of small villages on their paths, which have never been rebuilt and whose are not known. The easternmost stream devoured Misterbianco on March 25 before settling in a small depression west of Catania (the "Gurna di Nicito"), which was probably filled with a lake. Once the depression filled, the lava resumes its lead towards Catania.

Lago di Nicito and Bastione degli Infetti, before the eruption of 1669. - go Etna

Lago di Nicito and Bastione degli Infetti, before the eruption of 1669. - go Etna

The day that Misterbianco was destroyed (March 25), violent explosions occurred at the top of the crater, announcing the partial collapse of the summit of the cone. The explosions accompanying the collapse were probably phreatomagmatic and blocks up to 15 m in diameter were ejected at a distance of 1 km from the crater, while hot slag falls occurred up to 8 km from the summit (Tanguy and Patanè, 1996) .The eastern lava flow reached the walls of the city of Catania on the west side of the city in early April and was deflected southward by the walls, which initially withstood the pressure of the river of molten rock. On April 23, the lava, which had previously encircled the Castello Ursino (a Norman fortress located on the south shore of Catania), entered the sea with a front more than 1 km wide and quickly filled the port of the city. At about the same time, the level of lava accumulated against the walls of the city in western Catania gradually increased to the crest of the structure. This slight overflow of lava caused little damage, but the worst was yet to come. On April 30, part of the walls gave way under the pressure of the lava, allowing it to enter the city from the west. Two lava lobes surround and partially destroy churches, monasteries and other buildings around the church of San Nicolò l'Arèna. Walls were hurriedly built along the main roads leading to the lower areas of the city to stop the advance of the lava in the city. On the basis of contemporary documents, Pagnano (1992) describes these walls as very functional and managing to prevent the lava from causing more extensive damage. However, during the month of June, more lava flows reached the area of ​​Castello Ursino and the coastline, raising fears of another destructive invasion of Catania by lava. It seems, however, that the worst was over, even though the eruption continued for a month before ending on July 11th.

Etna eruption of 1669 - Progression of lava flows between March 11 and July 11 - doc in Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region / S.Branca

Etna eruption of 1669 - Progression of lava flows between March 11 and July 11 - doc in Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region / S.Branca

Etna and Catania during the eruption of 1669. - Borelli, Giovani Alfonso (1608-1679). Historia, and meteorologia incendii Aetnaei anni 1669. Reggio di Calabria: Domenico Ferro, 1670.

Etna and Catania during the eruption of 1669. - Borelli, Giovani Alfonso (1608-1679). Historia, and meteorologia incendii Aetnaei anni 1669. Reggio di Calabria: Domenico Ferro, 1670.

The devastation caused by the eruption of 1669 was very wide. At least 10 villages have been completely destroyed and many more severely damaged by lava flows and, to a lesser extent, by tephra falls. The western part of Catania suffered heavy damage due to the invasion of lava. The areas to the west and southwest of the city, once rich in fruit gardens and various villas and several monuments of Greek and Roman times, were turned into wasteland and Catania was now surrounded by lava flows of all sides except on the sea.

From Catania, only a relatively small part was destroyed. Shortly after the invasion of Catania by the lava, steps were taken by the vicar Don Stefano Reggio to protect the lower areas of the city: the construction of stone barriers in the main streets. "The speed of decisions, the smooth operation and the efficiency of the operation must be admired, given the tools available at that time, and the dimensions of the problem, which would represent enormous difficulties even in a modern state if confronted to a situation "(Pagnano, 1992).

The houses next to the lava front were demolished to use the bricks for the construction of a great barrier across the Strada del Corso, the most critical place. The lava flow was indeed stopped by this obstacle, and another similar barrier was built near the church of Madonna della Palma, where another flow had pierced the walls of the city.

Portrait of Don Pappalardo

The success of these efforts led to another, more famous, attempt to divert the lava flow much closer to its source, in order to stop the supply of active lava fronts in the Catania region. This attempt, led by a group of people led by Don Diego Pappalardo de Pedara, commander of the Order of Malta, aimed to break the roof of the lava tunnel (or the lateral dyke of the main flow channel). In this way, the lava should be forced to cool rapidly outside the tunnel or protection channel. It is often mentioned that after the success of their efforts, armed men from Paternò arrived at the scene, because the new artificial flow threatened their city, and forced Pappalardo and his men to abandon the hijacking site. As a result, the lava flow would have reoccupied the old tube system (or flow channel), and the lava flowed back to Catania.

In any case, the series of protective measures implemented in Catania and near the eruptive mouths seems to have been largely successful. Because of the often cited differences between the inhabitants of Paternò and those of Catania during the last diversion effort, any diversion of artificial lava flow was prohibited by law in Italy until 1983.

Sources:

- Italy's volcanoes - The cradle of volcanology - by Boros Behncke

- Impacts of the 1669 eruption and the 1693 earthquakes on the Etna Region (Eastern Sicily, Italy): An example of recovery and response of a small area to extreme events - S.Branca & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Des volcans et des hommes.

The inhabitants of Vestmannaeyjar, on the Icelandic island of Heimaey, were all fast asleep when the eruption began at 1:55 am GMT on 23 January 1973 on the eastern slope of Helgafell, "the sacred mountain".

The eruption was a surprise, the scientists did not notice any harbinger (with the means of the time).

The lava flows to the east, emitted by a fissure of about 1,600 meters in length.

As indicated by a cable received by the Smithsonian, the eruption was preceded by a seismic swarm beginning January 21 at 21h GMT; some 200 tremors of low magnitude are recorded until January 23, the largest of M about 2.7.

The fissure eruption on the eastern flank of Helgafell in 1973 - Eldheimar museum doc

The fissure eruption on the eastern flank of Helgafell in 1973 - Eldheimar museum doc

The eyewitnesses initially thought that all the houses in the eastern part of the city had caught fire, but they soon realized that the earth had just opened up and vomited lava at tens of meters high.

Sirens are triggered to warn the population, and very quickly, under the threat of the advance of lava and emission of gas, the inhabitants reach the port where fishing boats begin the evacuation to Iceland. The sick and the elderly are evacuated by planes. Almost all residents are evacuated on the first day, and only 150 people remain on Heimaey, joined by the ICE-SAR volunteers.
 

Heimaey - the third day of the eruption - photo Digo

Heimaey - the third day of the eruption - photo Digo

Heimaey 1973 - photo Valdís Óskarsdóttir / Reykjavík Museum of Photography

Heimaey 1973 - photo Valdís Óskarsdóttir / Reykjavík Museum of Photography

The eruptive fissure has between 30 and 40 vents and extends along the east coast of the island. The lava comes out fountains from a height of up to 600 meters, and bombs are catapulted to more than 2,500 meters in the air.

The eruption concentrates quickly in the center of the fisssure, and lava and tephra of the central crater erect a cone that will become the Eldfell, "the mountain of fire".

Heimaey, its volcanoes, and the progression of surfaces covered by lava flows in 1973 - USGS map

Heimaey, its volcanoes, and the progression of surfaces covered by lava flows in 1973 - USGS map

From the beginning of the eruption, houses close to the rift disappear under the lava and the tephra. A few days later, the winds turn to the west, and ashes fall on the city, burying quickly the buildings.

Lava fountains seen from the port of Vestmannaeyjar, on the island of Heimaey, January 25, 1973 - photo Bettmann archives

Lava fountains seen from the port of Vestmannaeyjar, on the island of Heimaey, January 25, 1973 - photo Bettmann archives

The houses of Vestmannaeyjar, buried under the ashes, after the eruption of 1973 - photo Owen Franken / Corbis in The Atlantic

The houses of Vestmannaeyjar, buried under the ashes, after the eruption of 1973 - photo Owen Franken / Corbis in The Atlantic

The lava flows enlarge the island: on January 30, the lavas cover 1 km² and the volume of ash poured on the city is estiimé to 2 million m³.

Middle of February, the lavas covers 3 km ², and its volume reaches 110 million m³. The flows threaten to close the entrance to the port, and cut the freshwater pipeline with the mainland ... which would mean the economic death of the city, fishing being its main resource.

Heimaey 1973 - Will the entrance to the harbor be blocked by lava flows ?

Heimaey 1973 - Will the entrance to the harbor be blocked by lava flows ?

The Icelanders then decided to dump large amounts of seawater on the front of lava, at a rate of 20 tons of water per hour. At the beginning of March, the Sandey boat projects 12,000 tons of water per hour on the lava flows. Then high-power pumps are provided by the United States.

All this watering down the temperature of the flows to about 200 ° C and solidifies the lava, which are immediately attacked by the bulldozers, while rollers compress tons of ashes dumped in dams.

The entrance to Heimaey Harbor and the watering of the flows with sea water - picture Comptoir d'Irlande

The entrance to Heimaey Harbor and the watering of the flows with sea water - picture Comptoir d'Irlande

Heimaey - the watering of lava flows forms a curtain of steam - photo Will Perry / Reykjavik Museum of Photography

Heimaey - the watering of lava flows forms a curtain of steam - photo Will Perry / Reykjavik Museum of Photography

The man once again knew how to control "a little bit"  the destructive force of the volcano.

In July 1973, the pumping stops, and the amount of seawater pumped is estimated at more than 6 million cubic meters. The first families return to the island, and a fish processing plant is restarted.

In the following year, all the inhabitants returned to the city, which is now heated by the volcano.

 

In 2005, the city council decided to clear 10 houses buried since 1973, and to build a memorial museum, the Eldheimar museum.

Heimaey - one of the houses cleared from the ashes of the 1973 eruption - Photo Eldheimar museum

Heimaey - one of the houses cleared from the ashes of the 1973 eruption - Photo Eldheimar museum

Eldheimar museum - photo Ljósm. Rúnar Þórarinsson

Eldheimar museum - photo Ljósm. Rúnar Þórarinsson

Sources:

- Iceland Mag - The Westman Islands are the Pompeii of the North

- Iceland Mag - When the residents of Vestmannaeyjar woke up to discover a volcano erupting on the outskirts of town

- Global Volcanism Program - Vestmannaeyjar

- Guide to the volcanoes of Europe and the Canaries - by M.Krafft and F.D.de Larouzière - Ed. Delachaux and Niestlé

Lire la suite

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog