Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Articles avec #eruptions historiques catégorie

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques
Ngorongoro Conservation Area. - Ngorongoro crater - photo William Warby / London, England

Ngorongoro Conservation Area. - Ngorongoro crater - photo William Warby / London, England

There 3.66 million years ago, proto-humans marched in wet volcanic ash at Laetoli in Tanzania, in the Ngorongoro Conservation Area.
When the nearby volcano erupted again, successive layers of ashes covered their footprints, considered to be the oldest known, and preserved them.

Geographical location and site plan of Laetoli - doc.elifesciences.org

Geographical location and site plan of Laetoli - doc.elifesciences.org

Laetoli footprints on the terrain and molding - doc. Smithsonian and elifesciences
Laetoli footprints on the terrain and molding - doc. Smithsonian and elifesciences

Laetoli footprints on the terrain and molding - doc. Smithsonian and elifesciences

A team of paleontologists led by Mary Leakey found footprints of animals cemented in volcanic ash in 1976, and in 1978 found a path 27 meters long, including about 70 human footprints.
These fingerprints were attributed to the Australopithecus afarensis, a fossil exemplar of which was found in the same layer of sediment.
The first humans who left these footprints were bipeds and had the big toes in line with the rest of their foot. This means that these first human feet were more human-like than ape-like, because the monkeys have very divergent big toes that help them climb and grab the materials as do the thumbs. The footprints also show that the gait of these first humans was "heel-strike"   (The heel of the foot strikes first) f
ollowed by "toe-off" (the toes push at the end of the stride), the way of modern humans walk.

The largest and smallest hominid fossils by species between 1 and 4 Ma - one click to enlarge - doc. Marco-Cherin / Nature

The largest and smallest hominid fossils by species between 1 and 4 Ma - one click to enlarge - doc. Marco-Cherin / Nature

Australopithecus afarensis - reconstruction of A. afarensis by John Gurche. (Photo Chip Clark)

Australopithecus afarensis - reconstruction of A. afarensis by John Gurche. (Photo Chip Clark)

Volcanoes have preserved the traces of Australopithecus afarensis, and confirmed their presence in the East African rift from Ethiopia to Tanzania, as well as variations in size and morphology (including sexual dimorphism)... and allowed to add one more milestone to the history of man.
 
Sources:
- Smithsonian - Laetoli Footprint Trails - link
- New footprints from Laetoli (Tanzania) - Fidelis T Masao & al - link
- Lallyouneedisbiology.wordpress.com - Lucy in the ground with diamonds.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques
aire de conservation du Ngorongoro - le cratère du Ngorongoro - photo  William Warby / London, England

aire de conservation du Ngorongoro - le cratère du Ngorongoro - photo William Warby / London, England

Il y a 3,66 millions d'années, des proto-humains marchaient dans la cendre volcanique humide à Laetoli en Tanzanie, dans l'aire de conservation du Ngorongoro.

Lorsque le volcan proche est de nouveau entré en éruption, des couches successives de cendres ont recouvert leurs empreintes, considérées comme les plus anciennes connues, et les ont préservées.

Localisation géographique et plan du site de Laetoli - doc.elifesciences.org

Localisation géographique et plan du site de Laetoli - doc.elifesciences.org

Empreintes de pas de Laetoli sur le terrain et moulage - doc. Smithsonian et elifesciences
Empreintes de pas de Laetoli sur le terrain et moulage - doc. Smithsonian et elifesciences

Empreintes de pas de Laetoli sur le terrain et moulage - doc. Smithsonian et elifesciences

Une équipe de paléontologues dirigée par Mary Leakey a retrouvé des empreintes d'animaux cimentées dans la cendre volcanique en 1976, puis en 1978, ils ont trouvés un cheminement long de 27 mètres, et incluant environ 70 empreintes humaines.

Ces empreintes ont été attribuée à l'Australopithecus afarensis, dont un exemplaire fossile fut retrouvé dans la même couche de sédiment.

Les premiers humains qui ont laissé ces empreintes étaient bipèdes et avaient les gros orteils en ligne avec le reste de leur pied. Cela signifie que ces premiers pieds humains étaient plus humains que les singes, car les singes ont des gros orteils très divergents qui les aident à grimper et à saisir les matériaux comme le font les pouces. Les empreintes montrent également que la démarche de ces premiers humains était «heel-strike» (le talon du pied frappe en premier) suivi de «toe-off» (les orteils poussent au bout de la foulée), la façon dont marchent les humains modernes.

Les plus grands et les plus petits fossiles d'hominidés par espèces entre 1 et 4 Ma - un clic pour agrandir - doc. Marco-Cherin / Nature

Les plus grands et les plus petits fossiles d'hominidés par espèces entre 1 et 4 Ma - un clic pour agrandir - doc. Marco-Cherin / Nature

Australopithecus afarensis - reconstruction d' A. afarensis par John Gurche. (Photo Chip Clark)

Australopithecus afarensis - reconstruction d' A. afarensis par John Gurche. (Photo Chip Clark)

Les volcans ont ainsi préservé les traces de l'Australopithecus afarensis , et confirmé sa présence dans la rift est-africain depuis l'Ethiopie actuelle jusqu'en Tanzanie, ainsi que les variations en taille et morphologie (dont le dimorphisme sexuel) ... et permis d'ajouter un jalon de plus à l'histoire de l'homme.

 

Sources :

- Smithsonian - Laetoli Footprint Trails - link 

- New footprints from Laetoli (Tanzania) provide evidence for marked body size variation in early hominins - Fidelis T Masao & al - link  

    - Lallyouneedisbiology.wordpress.com – Lucy in the ground with diamonds.

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Eruptions historiques
    White terraces - Photo C. Spencer, 1880.

    White terraces - Photo C. Spencer, 1880.

    Before the eruption of Tarawera:

    The Okataina volcanic center, with a rhyolitic dominance, is surrounded by extensive ignimbrite and layers of pyroclastic materials produced in multiple eruptions formative calderas. Many craters and lava domes form a northeast / southwest line belonging to volcanic complex Haroharo and Tarawera.

    The caldera Haroharo, 16km of 26, gradually formed between 300,000 years ago and 50,000 years. Lava domes occupy a part of the caldera.

    The complex Tarawera, south of the center Okataina, consists of 11 domes of rhyolitic lava and flows associated. Their dating ranges between 15,000 and there are 800 years.

    The volcanic center Okataina and Tarawera eruption fissure of 1886 - a click to enlarge - Doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htmThe volcanic center Okataina and Tarawera eruption fissure of 1886 - a click to enlarge - Doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm
    The volcanic center Okataina and Tarawera eruption fissure of 1886 - a click to enlarge - Doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm

    The volcanic center Okataina and Tarawera eruption fissure of 1886 - a click to enlarge - Doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm

    White terraces ... before the destruction - photo NZ holiday homes

    White terraces ... before the destruction - photo NZ holiday homes

    The eruption of Tarawera in 1886:

    Since the year 1310, when occurred the Kaharoa eruption of VEI 5, Mount Tarawera was "calm" ...

    On 1 June 1886, the waters of Lake Rotomahana are troubled by strange waves. A local Maori priest interpreted the phenomenon as the appearance of a spirit -canoë representing the harbinger of a terrible future event ... legendary interpretation conveyed by tourists of the time.

    At 0:30 on June 10, local residents were awakened by violent tremors marking the start of the eruption.

    The initial phase is phreatomagmatic type, resulting from the rise of a basaltic magma -  different from the other eruptions with rhyolitic magma - and he met the groundwater at a depth of 300 meters below surface.

    At 1:30, the side of Wahanga dome explodes, opening a crack. The opening step by step and the expansion of the eruptive fissure resulting in a series of 13 craters through the Tarawera dome complex.
     

    The eruption of Tarawera June 10, 1886 - doc.Waimangu.co.nz

    The eruption of Tarawera June 10, 1886 - doc.Waimangu.co.nz

    The main Plinian phase Plinian generates an eruptive column about 30 kilometers high, according to the analysis of deposits, and could have stopped after four hours. A study of deposits nearby the crack corroborates the testimonies of several smaller eruption columns feeding the main Plinian column. We now think that vents 4 craters, located in an area between the tuff cone Ruawahia and the southwest portion of the Tarawera Dome, contributed to the establishment of the Plinian column. During the Plinian phase, lower vents in a section northeast of the crack had a strombolian activity.

    At the end of the Plinian phase, a brief phreatomagmatic phase took place, perhaps as a result of a further collapse of the summit of the magma column in the groundwater.

    This eruption, described by the GVP of VEI 5, opened a rift 17 km long across the top of the mountain, through the Lake Rotomahana and into the Waimangu Valley. A mixture of steam and finely pulverized
    rock, known as the "Mud of Roromahana" formed by the phreatic / phreatomagmatic massive eruptions, has spread as a base surge over 4-6 km, causing destruction and death. Although some deaths are directly caused by this surge, most were attributed to the collapse of roofs caused by the accumulation of wet ash. Villages were destroyed and instead the site of Pink and White terraces, a crater deep more 100 meters open.

    Steam eruptions continued for several months in this crater, but in fifteen years, a new Rotomahana lake was formed, larger than the previous. The chain of craters in the Waimangu area became the seat of new geothermal structures, and the largest hot spring in New Zealand, Frying Pan Lake.

     

    The eruptive fissure of the Tarawera - photo C.Lindberg

    The eruptive fissure of the Tarawera - photo C.Lindberg

    Mount Tarawera - photo Gerald ViaBloga

    Mount Tarawera - photo Gerald ViaBloga

    Waimangu - active fumaroles in the  geothermal area - photo Antony Van Eeten

    Waimangu - active fumaroles in the geothermal area - photo Antony Van Eeten

    Sources :

    - GNS - Okataina Volcanic Centre/ Mt Tarawera Volcano

    - Te Ara – Historic volcanic activity – Tarawera

    - Global Volcanism Program – Okataina

     

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Eruptions historiques
    White terraces - photo C. Spencer, 1880.

    White terraces - photo C. Spencer, 1880.

    Avant l’éruption du Tarawera :

    Le centre volcanique Okataina, à dominance rhyolitique, est entouré d’ignimbrites extensives et de couches de matériaux pyroclastiques produits au cours de multiples éruptions formatrices de caldeira. De nombreux dômes de laves et cratères forment une ligne nord-est / sud-ouest appartenant aux complexes volcaniques Haroharo et Tarawera.

    La caldeira Haroharo, de 16 km sur 26, s’est progressivement formée entre il y a 300.000 ans et 50.000 ans. Les dômes de lave occupent une partie de cette caldeira.

    Le complexe Tarawera, au sud du centre Okataina, est constitué de 11 dômes de lave rhyolitique et des coulées associées. Leur datation s’échelonne entre il y a 15.000 et 800 ans.

    Le Centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - un clic pour agrandir - doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htmLe Centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - un clic pour agrandir - doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm
    Le Centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - un clic pour agrandir - doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm

    Le Centre volcanique Okataina et la fissure éruptive du Tarawera 1886 - un clic pour agrandir - doc. http://users.skynet.be/etna/NZ/Tarawera.htm

    White terraces ... avant leur destruction - photo NZ holiday homes

    White terraces ... avant leur destruction - photo NZ holiday homes

    L’éruption du Tarawera en 1886 :

    Depuis l’an 1310, époque à laquelle s’est produite l’éruption Kaharoa de VEI 5, le Mont Tarawera était " calme " …

    Le 1° juin 1886, les eaux du lac Rotomahana sont troublées d’étranges vagues. Le prêtre Maori local a interprété le phénomène comme l’apparition d’un esprit -canoë représentant le présage d’un futur horrible évènement … interprétation légendaire véhiculée par les touristes de l’époque.

    A 0h30 le 10 juin, les habitants locaux sont réveillés par de violents tremblements marquant le début de l’éruption. La phase initiale  est de type phréatomagmatique, résultante de la montée d’un magma basaltique – et différent du magma rhyolitique d’autres éruptions – et de sa rencontre avec les eaux souterraines à une profondeur de 300 mètres sous la surface. A 1h30, le flanc du dôme Wahanga explose, ouvrant une fissure. L’ouverture par étapes et l’élargissement de la fissure éruptive résultent en une série de 13 cratères au travers du complexe de dômes Tarawera.

    L'éruption du Tarawera du 10 juin 1886 - doc.Waimangu.co.nz

    L'éruption du Tarawera du 10 juin 1886 - doc.Waimangu.co.nz

    La phase principale plinienne génère une colonne éruptive d’environ 30 kilomètres de haut, d’après l’analyse des dépôts, et pourrait avoir cessé au bout de quatre heures. Une étude des dépôts proches de la fissure corrobore les témoignages faisant état de de plusieurs colonnes éruptives plus petites alimentant la colonne plinienne principale. On pense aujourd’hui  que les évents de 4 cratères , situés dans une zone comprise entre le cône de tuff Ruawahia et la portion sud-ouest du dôme Tarawera, ont contribué à l’établissement de la colonne plinienne. Au cours de cette phase plinienne, des évents plus faibles situés dans la section nord-est de la fissure ont eu une activité  strombolienne.

    A la fin de la phase plinienne, une brève phase phréatomagmatique  a pris place, peut-être à la suite d’un nouvel effondrement du sommet de la colonne magmatique dans les eaux souterraines.

    Cette éruption, qualifiée par le GVP de VEI 5, a ouvert un rift de 17 km de long à travers le sommet de la montagne, au travers du lac Rotomahana et jusque dans la vallée de Waimangu. Un mélange de vapeur et de roche finement fragmentée, connue sous le nom de " Boue de Roromahana ", formé par les éruptions phréatiques / phréatomagmatiques massives , s’est propagé comme un base surge sur 4 à 6 km, causant destruction et morts. Bien que certains décès soient causés directement par ce surge, la plupart fut attribué à l’effondrement des toits sous l’accumulation de cendres humides. Des villages furent détruits et à la place du site des Pink & White terraces, un cratère profond de plus de 100 mètres s’est ouvert.

    Des éruptions de vapeur continuèrent durant plusieurs mois dans ce cratère, mais en quinze années, un nouveau lac Rotomahana s’est formé, plus grand que le précédent. La chaîne de cratères dans la zone de Waimangu est devenu le siège de nouvelles structures géothermales, et de la source chaude la plus importante de Nouvelle-Zélande, Frying Pan lake.

    La fissure éruptive du Tarawera - photo C.Lindberg

    La fissure éruptive du Tarawera - photo C.Lindberg

    Le Mont Tarawera - photo Gerald Viabloga

    Le Mont Tarawera - photo Gerald Viabloga

    Waimangu - fumerolles actives dans la zone géothermale - photo Antony Van Eeten

    Waimangu - fumerolles actives dans la zone géothermale - photo Antony Van Eeten

    Sources :

    - GNS - Okataina Volcanic Centre/ Mt Tarawera Volcano

    - Te Ara – Historic volcanic activity – Tarawera

    - Global Volcanism Program – Okataina

    http://volcano.si.edu/volcano.cfm?vn=241050

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Eruptions historiques

    Voici sept ans, débutait une éruption soudaine et puissante, qualifiée de VEI 4, dans la caldeira du volcan Okmok , dans le centre de l’arc des Aléoutiennes.

    Le 12 juillet 2008, l’activité éruptive commence, seulement quelques heures après une subtile augmentation de la sismicité, suivie d’une courte séquence d’essaim sismique, le tour remarqué rétrospectivement.

    Les premières explosions ont emporté une partie du cône intracaldérique D, dans le secteur centre-est de la caldeira large de 10 km. La phase le plus énergétique a lieu au cours des dix premières heures d’activité. Les données du satellite GOES et la comparaison avec le modèle de dispersion des cendres Puff indiquent une hauteur de la colonne éruptive initiale de 16 km environ.

    Okmok éruption et panache du 12 juillet 2008 - doc. AVO

    Okmok éruption et panache du 12 juillet 2008 - doc. AVO

    Okmok - émissions du dioxyde de soufre cumulées du 12 au 20.07.2008 - doc. NILU /  Nasa Earth Observatory

    Okmok - émissions du dioxyde de soufre cumulées du 12 au 20.07.2008 - doc. NILU / Nasa Earth Observatory

    Au cours des cinq semaines suivantes, plusieurs centaines de millions de mètres-cubes de téphras et de dépôts de lahars vont recouvrir une grande partie du nord-est de l’île Umnak. Au sein de la caldeira, des explosions hydrovolcaniques presque en continu vont accumuler plusieurs dizaines de mètres de téphras humide et à grains fins. L’activité explosive va complètement perturber la nappe phréatique et les eaux stagnantes dans la caldeira ; un nouveau cône de téphra va s’édifier, atteignant au final 200 mètres de haut. Cette éruption est le premier évènement volcanique à dominance phéatomagmatique marquant les Etats-Unis depuis l’éruption du maar Ukinrek (au nord de l’arc des Aléoutiennes) en 1977.

    Le 23 juillet, de nombreux lahars sont remarqués par un fermier ; leur formation n’est pas identifiée avec certitude : remobilisation des cendres par la pluie,  condensation de vapeur d’eau syn-éruptive, perte d’eau lors de chutes de cendres humides, fonte des neiges, ou combinaison de plusieurs facteurs ?

    Le panache éruptif , vu le 3 août 2008 d’un avion d’Alaska Airlines volant à une altitude de 10,7 km – photo Burke Mees

    Le panache éruptif , vu le 3 août 2008 d’un avion d’Alaska Airlines volant à une altitude de 10,7 km – photo Burke Mees

    Les 2 et 3 août, le panache éruptif augmente en hauteur, en force et en charge de cendres ; ceci coïncide avec une hausse de l’amplitude du trémor. Ce rehaussement d’activité fait élever le niveau d’alerte aviation au Rouge par l’AVO. Durant les deux premières semaines d’août, l’intensité de l’éruption et la hauteur du panache diminuent, et les émissions de cendres cessent le 19 août. Un survol laisse voir un unique évent contenu dans un cône de téphra aux parois abruptes.

    Des observations de terrain en septembre, combinées à l’analyse des photos vont cependant indiquer que l’éruption s’est produite au départ d’une série d’évents, qui se sont ouverts au cours des deux premières semaines, et disposés sur une ligne de 2 km dans la caldeira. Un cône de téphra s’est édifié au-dessus de l’évent 2008 actif le plus longtemps. L’explosion et l’effondrement des cratères à l’ouest du cône D ont formé une dépression qui s’est rempli d’eau et formé un lac de 0,6 km².

    Plus de détails sur le site de l’AVO.

    Caldeira de l'Okmok - le cône et le lac nouvellement formés - doc. AVO

    Caldeira de l'Okmok - le cône et le lac nouvellement formés - doc. AVO

    Sources :

    - AVO / Alaska Volcano Observatory - link

    - Global Volcanism Program - Okmok

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Eruptions historiques

    The year 2015 marks the centenary of the explosive eruption of Lassen Peak, located in the south of the Cascades volcanic Range. From a volume of 2 cubic kilometers and dominant the environmeny of around 600 meters, the Lassen Peak is the largest dacite lava dome on earth. It is established, there are about 27,000 years, on the northeast side of a now extinct stratovolcano, Mount Tehama.


    On 22 May 1915 the Lassen Peak explodes, devastating the nearby areas and dropped a rain of ashes up to 300 km east of the volcano. This eruption has changed forever the landscape and led to the creation of the National Park of the same name.

    The eruptive plume Lassen Peak, viewed from Red Bluff May 22, 1915 - Archive F.R.Eldredge wordpress

    The eruptive plume Lassen Peak, viewed from Red Bluff May 22, 1915 - Archive F.R.Eldredge wordpress

    The eruption of Lassen Peak 1914-1917:


    The explosion of May 22 is the strongest of a series of eruptions that characterize the episode of 1914-1947; this series is the latest to have rocked the Cascades Range before the eruption of St. Helens in 1980.
    The eruptive episode begins on May 30, 1914, with a phreatic explosion from the summit of Lassen Peak. During the following years, 180 steam explosions dug a 300 meters wide crater at the top.

    Lassen Peak in 1914, before the explosive eruption - photo of the Devastated area by BFLoomis / USGS

    Lassen Peak in 1914, before the explosive eruption - photo of the Devastated area by BFLoomis / USGS

    Lassen Peak - Steam Explosion and blast of June 14, 1914 at 9:45 am - photo BFLoomis of Manzanita Lake, 10 km from Lassen Peak / via Shasta County

    Lassen Peak - Steam Explosion and blast of June 14, 1914 at 9:45 am - photo BFLoomis of Manzanita Lake, 10 km from Lassen Peak / via Shasta County

    Lassen Peak - the summit crater, October 12, 1914, blown by the steam explosions in May - photo BFLoomis / via USGS

    Lassen Peak - the summit crater, October 12, 1914, blown by the steam explosions in May - photo BFLoomis / via USGS

    From mid-May 1915, the eruption changes of character, with the extrusion of a lava dome in the summit crater. This dome will expand to the west and the east extending beyond the walls of the crater. On May 19, a large explosion sprayed the dacitic dome, creating a new summit crater. Incandescent blocks fall on the top and the upper slopes of Lassen Peak, covered with a thick layer of snow. An avalanche of snow and lava blocks will travel 6,500 meters and spend Emigrant Pass, a pass used by the pioneers. The large rock, dubbed "Hot rock" by Loomis, is a piece of the lava dome carted away by the avalanche (see map below).

    On May 22, an explosive eruption is accompanied by a pyroclastic flow that devastates an area which extends up to 6 km northeast of the crater. It is called from “the Devastated Area of ​​Lassen Volcanic Park” (8 km²); this area have still little tree, following the low in nutrients and an high soil porosity.

    Lassen Peak - the Devastated area "Before & after" 1915/1984 - Doc. USGS archive

    Lassen Peak - the Devastated area "Before & after" 1915/1984 - Doc. USGS archive

    Lassen Peak - Devastated area created by the explosion of 19.05 - the "Hot Rock", still a hot boulder at the photo taken by BF Loomis between 19 and 05.22.1915 - Archive VI-PH-C1. 63 / Lassen NPS / Flickr

    Lassen Peak - Devastated area created by the explosion of 19.05 - the "Hot Rock", still a hot boulder at the photo taken by BF Loomis between 19 and 05.22.1915 - Archive VI-PH-C1. 63 / Lassen NPS / Flickr

    Deposits of eruptions and lahars of Lassen Peak 1915-1917 - Doc. USGS

    Deposits of eruptions and lahars of Lassen Peak 1915-1917 - Doc. USGS

    The eruptive column rises vertically to more than 9,500 meters above the crater and deposited a lobe of pumice tephra  over 30 km to ENE. Fine ash is found to Winnemucca, Nevada, more than 325 km. east of Lassen Peak.

    These events are causing more snow melt, that feeds mudflows / lahars and flooding of Lost Creek and Hat Creek valley on more than 20 kilometers.

    Lassen peak - the eruptive plume 05/22/1915 - photo RE Stinson - Archive VI-PH-C1.192 - Lassen NPS / Flickr

    Lassen peak - the eruptive plume 05/22/1915 - photo RE Stinson - Archive VI-PH-C1.192 - Lassen NPS / Flickr

    Lassen Peak from the west, shortly after the eruptive climax of 22 May 1915. The hot pumice fallout on the snow covered flanks of the volcano generated low-volume lahars more viscous and not reaching the base of Lassen Peak, unlike the lahars pf 19-20.05.15  - photo BF Loomis - Archive VI-PH-C1.27 Lassen NPS / Flickr

    Lassen Peak from the west, shortly after the eruptive climax of 22 May 1915. The hot pumice fallout on the snow covered flanks of the volcano generated low-volume lahars more viscous and not reaching the base of Lassen Peak, unlike the lahars pf 19-20.05.15 - photo BF Loomis - Archive VI-PH-C1.27 Lassen NPS / Flickr

    Intermittent eruptions will succeed until mid 1917 ... the percolation of snow meltwater engendered steam explosions, indicating the heat below the surface. In May 1917, a very strong steam explosion blew the northernmost crater. Steam vents could still be at the top into the 50s, but are difficult to detect today.
    The total volume of 1915 eruptions is relatively low, about 0.03 cubic kilometers, compared to the well-known St Helens eruption  in 1980, of the order of 1 cubic km.
    Today, the Lassen Peak is dormant, but steam vents, hot springs and bubbling mud pools still exist in the Lassen Volcanic National Park.

    The Lassen Peak in 2012 - photo Fotopedia

    The Lassen Peak in 2012 - photo Fotopedia

    A collector : the poster of Lassen Volcanic National Park - published in 1938 by the National Park Service

    A collector : the poster of Lassen Volcanic National Park - published in 1938 by the National Park Service

    Sources :

    - USGS - A Sight “Fearfully Grand”—Eruptions of Lassen Peak, California, 1914 to 1917 - By Michael A. Clynne, Robert L. Christiansen, Peter H. Stauffer, James W. Hendley II, and Heather Bleick - link

    - Photos d'archives : Lassen NPS on Flickr / https://www.flickr.com/photos/lassennps  / creative commons.org/licenses/by/2.0/

    - Flickr Lassen peak eruption - link

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Eruptions historiques

    L’année 2015 marque le centième anniversaire de l’éruption explosive du Lassen Peak, situé dans le sud de la Chaîne volcanique des Cascades.

    D’un volume de 2 km³ et dominant les environs de 600 mètres, le Lassen Peak constitue le plus grand dôme de lave dacitique sur terre. Il s’est établi, il y a environ 27.000 ans, sur le flanc nord-est d’un stratovolcan disparu aujourd’hui, le Mont Tehama.

    Le 22 mai 1915, le Lassen Peak explose, dévaste les zones proches et fait tomber une pluie de cendres jusqu’à 300 km à l’est du volcan. Cette éruption a changé pour toujours le paysage et a conduit à la création du Parc National du même nom.

    Le panache éruptif du Lassen Peak, vu de Red Bluff  le 22 mai 1915 - archives F.R.Eldredge wordpress

    Le panache éruptif du Lassen Peak, vu de Red Bluff le 22 mai 1915 - archives F.R.Eldredge wordpress

    L’éruption du Lassen Peak 1914-1917 :

    L’explosion du 22 mai est la plus forte d’une série d’éruptions caractérisant l’épisode de 1914-1917 ; cette série est la dernière à avoir secoué la Chaîne des Cascades avant l’éruption du St Helens en 1980.

    L’épisode éruptif débute le 30 mai 1914, avec une explosion phréatique du sommet de Lassen Peak. Au cours de l’année suivante, 180 explosions de vapeur ont creusé un cratère de 300 mètres de large au sommet.

    Lassen Peak en 1914, avant l’éruption explosive – photo de la Devastated area par B.F.Loomis / USGS

    Lassen Peak en 1914, avant l’éruption explosive – photo de la Devastated area par B.F.Loomis / USGS

    Lassen Peak - Explosion de vapeur et blast du 14 juin 1914 à 9h45 – photo B.F.Loomis du Manzanita lake, à 10 km de Lassen Peak  / via  Shasta County

    Lassen Peak - Explosion de vapeur et blast du 14 juin 1914 à 9h45 – photo B.F.Loomis du Manzanita lake, à 10 km de Lassen Peak / via Shasta County

    Lassen Peak - le cratère sommital, le 12 octobre 1914, soufflé par les explosions de vapeur de mai - photo B.F.Loomis / via USGS

    Lassen Peak - le cratère sommital, le 12 octobre 1914, soufflé par les explosions de vapeur de mai - photo B.F.Loomis / via USGS

    A partir de la mi-mai 1915, l’éruption change de caractère, avec l’extrusion d’un dôme de lave dans le cratère sommital. Ce dôme va s’étendre vers l’ouest et l’est débordant les parois du cratère.

    La seconde photo ci-dessous, prise le 22 mai 1915, montre les destructions dues aux avalanche et lahar des 19 et 20 mai . Le 19 mai, une importante explosion pulvérise le dôme de dacite, créant un nouveau cratère sommital. Les blocs incandescents retombent sur le sommet et les flancs supérieurs du Lassen Peak, recouverts d’une épaisse couche de neige. Une avalanche de neige et blocs de lave va parcourir 6.500 mètres et passer Emigrant Pass, un col emprunté par les pionniers. Le gros rocher, baptisé " Hot rock " par Loomis, est un morceau du dôme de lave charrié à distance par l’avalanche (voir carte ci-dessous).

    Le 22 mai, une éruption explosive s’accompagne d’une coulée pyroclastique qui dévaste une zone qui s’étend jusqu’à 6 km au nord-est du cratère. Elle est appelée depuis la "Devastated Area du Lassen volcanic Park" (8 km²) ; cette zone est toujours peu arborée, suite au faible niveau en nutriments et la haute porosité du sol.

    Lassen Peak - la Devastated area "Before & after"  1915 / 1984 - doc. archives USGS

    Lassen Peak - la Devastated area "Before & after" 1915 / 1984 - doc. archives USGS

    Lassen Peak -  Devastated area créée par l'explosion du 19.05 -  le "Hot rock", un bloc de roche toujours chaud au moment de la photo prise par B.F. Loomis entre le 19 et la 22.05.1915  - Archive VI-PH-C1.63 / Lassen NPS / Flickr

    Lassen Peak - Devastated area créée par l'explosion du 19.05 - le "Hot rock", un bloc de roche toujours chaud au moment de la photo prise par B.F. Loomis entre le 19 et la 22.05.1915 - Archive VI-PH-C1.63 / Lassen NPS / Flickr

    Dépôts des éruptions et lahars du Lassen Peal 1915-1917 - doc. USGS

    Dépôts des éruptions et lahars du Lassen Peal 1915-1917 - doc. USGS

    La colonne éruptive monte verticalement à plus de 9.500 mètres au-dessus du cratère et dépose un lobe de tephra ponceux sur 30 km vers l’ENE. Des cendres fines sont retrouvées jusqu’à Winnemucca, au Nevada, à plus de 325 km. à l’est du Lassen Peak.

    Les évènements de mai causent une fonte des neiges qui alimente des coulées de boue/ lahars, et l’inondation des drainages de Lost Creek et Hat Creek valley, sur plus de 20 kilomètres.

    Lassen peak – le panache éruptif du 22.05.1915 – photo R.E. Stinson - Archive VI-PH-C1.192 - Lassen NPS / Flickr

    Lassen peak – le panache éruptif du 22.05.1915 – photo R.E. Stinson - Archive VI-PH-C1.192 - Lassen NPS / Flickr

    Lassen Peak de l’ouest peu après le climax éruptif du 22 mai 1915. Les retombées de ponces chaudes sur les flancs couverts de neige du volcan ont généré des lahars de faible volume et plus visqueux n’atteignant que la base de Lassen Peak, contrairement aux lahars des 19-20.05.15  - photo B.F. Loomis -  Archive VI-PH-C1.27 Lassen NPS / Flickr

    Lassen Peak de l’ouest peu après le climax éruptif du 22 mai 1915. Les retombées de ponces chaudes sur les flancs couverts de neige du volcan ont généré des lahars de faible volume et plus visqueux n’atteignant que la base de Lassen Peak, contrairement aux lahars des 19-20.05.15 - photo B.F. Loomis - Archive VI-PH-C1.27 Lassen NPS / Flickr

    Des éruptions intermittentes vont se succéder jusqu’en milieu 1917… la percolation des eaux de fonte neigeuse engendrèrent des explosions de vapeur, indication de la chaleur présente sous la surface. En mai 1917, une explosion de vapeur très vigoureuse fait sauter le cratère le plus au nord. Des évents de vapeur pouvaient encore se trouver au sommet jusque dans les années 50, mais sont difficilement détectables aujourd’hui.

    Le volume total des éruptions de 1915 est relativement faible, environ 0,03 km³, comparée à celle bien connue du St Helens en 1980, de l’ordre de 1 km³.

    Aujourd’hui, le Lassen Peak est en dormance, mais des évents de vapeur, des sources chaudes et des mares de boue bouillonnantes existent toujours dans le Lassen Volcanic National Park.

    Le Lassen Peak en 2012 - photo Fotopedia

    Le Lassen Peak en 2012 - photo Fotopedia

    un collector : le poster du Lassen Volcanic National Park - éditée en 1938 par le National Park Service

    un collector : le poster du Lassen Volcanic National Park - éditée en 1938 par le National Park Service

    Sources :

    - USGS - A Sight “Fearfully Grand”—Eruptions of Lassen Peak, California, 1914 to 1917 - By Michael A. Clynne, Robert L. Christiansen, Peter H. Stauffer, James W. Hendley II, and Heather Bleick - link

    - Photos d'archives : Lassen NPS on Flickr / https://www.flickr.com/photos/lassennps  / creative commons.org/licenses/by/2.0/

    - Flickr Lassen peak eruption - link

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Eruptions historiques

    L'éruption du Tambora n'a pas laissé que des victimes ... Les émanations volcaniques ont des répercussions sur le climat, et sont également responsables de phénomènes optiques : ce voile d'aérosols, principalement de dioxyde de soufre/ acide sulfurique, peut changer les couleurs du ciel au couchant.

    "Chichester Canal"  par J. M. W. Turner (vers 1828)

    "Chichester Canal" par J. M. W. Turner (vers 1828)

    Le Professeur Zerefos a donné une clef de ce changement, dans un article dans le Journal of the EuropeanGeosciences Union : " Dans la coloration des couchers de soleil, c'est la façon dont le cerveau perçoit les verts et les rouges qui renferme des informations importantes sur l'environnement ".

    Les peintres du 19° siècle ont reproduit ces couleurs spécifiques sans en comprendre la cause. Cette éruption a aussi permis l'évolution artistique de William Turner, qui est passé d'une peinture convenue à la magnification de la couleur; son attirance pour la représentation des atmosphères le place comme un des précurseurs de "l'impressionnisme". Il ira même plus loin, en supprimant le côté descriptif et se limitant à la juxtaposition colorée, comme dans son "coucher de soleil" de 1840 ... selon certains, "les prémices de l'abstraction lyrique", un autre mouvement de la peinture moderne.

    "Coucher de soleil " – par W.Turner (1840)

    "Coucher de soleil " – par W.Turner (1840)

    Les effets climatiques touchants la Suisse vont influencer la littérature de l’époque.

    Cette année-là, une villa, proche du lac Léman en Suisse, abrite Lord Byron. Durant l’été, il reçoit la visite de Mary Shelley et de sa famille proche ; retenus à l’intérieur à cause de la pluie incessante, Byron propose à ses hôtes d’écrire chacun une histoire de fantôme.

    Byron écrit un scénario fragmentaire qui permit à un ami de s’en inspirer pour écrire " Dracula ".

    Mary Shelley, inspirée par la lecture des Fantasmagoriana et sous l’influence de l’opium, fait un cauchemar où elle a une vision " d’un étudiant pâle penché sur la chose qu’il avait animé ". Elle achève d’écrire " Frankestein " au printemps 1817. " Frankestein, ou le Prométhée moderne ", est considéré comme le roman précurseur de la science-fiction.

    John William Polidori va quant à lui écrire " The Vampire ".

    A gauche, Frontispice de l'édition de 1831de Frankenstein - à droite, Lord Byron - portrait de 1824 par Thomas Phillips (1770-1845) / UK Government Art Collection - un clic pour visualiserA gauche, Frontispice de l'édition de 1831de Frankenstein - à droite, Lord Byron - portrait de 1824 par Thomas Phillips (1770-1845) / UK Government Art Collection - un clic pour visualiser

    A gauche, Frontispice de l'édition de 1831de Frankenstein - à droite, Lord Byron - portrait de 1824 par Thomas Phillips (1770-1845) / UK Government Art Collection - un clic pour visualiser

    Cette période coïncide  avec la publication du poème de lord Byron : " Darkness ", dont voici les premiers vers :

    I had a dream, which was not all a dream.
    The bright sun was extinguish’d, and the stars
    Did wander darkling in the eternal space,
    Rayless, and pathless, and the icy earth
    Swung blind and blackening in the moonless air;
    Morn came and went – and came, and brought no day

     

    Brillantes couleurs et noires pensées ... inspirées par l'éruption du Tambora et ses effets atmosphériques.

     

    Sources :

    - Darkness, poème de Lord Byron - link

    - European Geosciences Union - Famous paintings help study the Earth’s past atmosphere - 25.03.2014 - link

    - Further evidence of important environmental information content in red-to-green ratios as depicted in paintings by great masters - C. S. Zerefos & al. - link

    - Zerefos, C. S., Gerogiannis, V. T., Balis, D., Zerefos, S. C., and Kazantzidis, A.: Atmospheric effects of volcanic eruptions as seen by famous artists and depicted in their paintings, Atmos. Chem. Phys., 7, 4027-4042, doi:10.5194/acp-7-4027-2007, 2007.

     

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Eruptions historiques

    Les effets furent globaux …  "une année sans été" :

    L’éruption a relâché un énorme volume d’aérosols soufrés, estimé à 175 trillion de kilos {soit 175.1018 – Source E.Klemetti – Un trillion est égal à un million à la puissance trois c.à.d. un million de millions de millions (106x106x106), d'où le terme.} générant une baisse de température atmosphérique.

    Elle a aussi perturbé la route du Jet stream au-dessus de l’Atlantique, ce qui a modifié durant quatre années le climat de l’hémisphère nord.

    Baisses relatives des températures en degrés centigrades liées aux éruptions – doc. Berkeley

    Baisses relatives des températures en degrés centigrades liées aux éruptions – doc. Berkeley

    Concentrations en sulfates relevées dans des carottages effectués au Groenland – Celles des années 1815 et suivantes sont liées à l’éruption du Tambora - doc. Dai, J.; Mosley-Thompson, E.; Thompson, L. G. (1991). "Ice core evidence for an explosive tropical volcanic eruption six years preceding Tambora". Journal of Geophysical Research (Atmospheres) 96 (D9): 17361–17366.

    Concentrations en sulfates relevées dans des carottages effectués au Groenland – Celles des années 1815 et suivantes sont liées à l’éruption du Tambora - doc. Dai, J.; Mosley-Thompson, E.; Thompson, L. G. (1991). "Ice core evidence for an explosive tropical volcanic eruption six years preceding Tambora". Journal of Geophysical Research (Atmospheres) 96 (D9): 17361–17366.

    Au printemps et à l’été 1815, un brouillard sec et persistant est observé dans le NE. des Etats-Unis. Le brouillard rougit et affaiblit la lumière solaire, au point qu’on peut en observer les contours à l’œil nu.

    L’été 1816 est marqué dans l’hémisphère nord par des conditions extrêmes, au point qu’on qualifie 1816 « d’année sans été » - « The year without a summer ». Les températures baissent globalement de 0,7°C- 3°C, suffisamment pour causer des problèmes à l’agriculture mondiale durant plusieurs années. En juin, des gelées sont rapportées dans le Connecticut et de la neige dans les états de New-York et du Maine. Ces conditions durent les trois mois suivants ce qui réduit la période de croissance des végétaux et aboutit à des récoltes désastreuses. 

    Nombre d'historiens américains parlent de l'« Année sans été » comme d'une motivation essentielle pour le mouvement vers l'Ouest et le peuplement rapide de ce qui est maintenant l'Ouest et le centre de l'État de New York et du Middle-West américain. En Nouvelle-Angleterre, un grand nombre d'habitants furent victimes de l’année 1816, surnommée « Eighteen hundred and froze to death », autrement dit « L’année 1800 où il a gelé à en mourir » et ce sont des dizaines de milliers de fermiers qui partirent pour le Middle-West septentrional (qui constituait alors les Territoires du Nord-Ouest), où ils espéraient trouver un sol plus riche et de meilleures conditions de croissance pour la végétation.

    L’Asie fut touchée : en Chine, des températures exceptionnellement basses conjuguées à des trombes d’eau firent chuter la production de riz dans le Yunnan, avec une famine à la clef. Dans d’autres provinces, les champs furent ravagés par le gel ou la neige d’été. Taïwan, pourtant caractérisé par un climat tropical, connu le gel et la neige.

    L’Europe a vécu cet "hiver volcanique" : temps froid et pluvieux, hivers neigeux … suivis de la crue des grands fleuves et d’inondations, récoltes perdues, famine, épidémie de typhus … Le continent, non encore rétabli des guerres Napoléoniennes connut des émeutes de subsistance, avec pillage des magasins de grains.

    Eté 1816 - anomalies de température enregistrées en Europe  - doc.CNCEP

    Eté 1816 - anomalies de température enregistrées en Europe - doc.CNCEP

    BRESSAN  Prix de diverses denrées alimentaires – développement des augmentation de prix dans les années 1816-17 en Europe - Tambora foodprices -  Development of costs in the years 1816-17 of important articles of food in Europe.

    BRESSAN Prix de diverses denrées alimentaires – développement des augmentation de prix dans les années 1816-17 en Europe - Tambora foodprices - Development of costs in the years 1816-17 of important articles of food in Europe.

    Cette baisse atteint 1 à 1,5°C sous la normale dans les îles Britanniques. (Oppenheimer 2003), où l’été est froid et humide – la pluie et la neige sont tombées sans cesse en juillet 1816 - menant à un manque de récoltes et la famine. Le typhus frappe de nombreux villages en Angleterre et en Ecosse. En Irlande, près de 800.000 personnes sont infectées par l'épidémie et 4.300 périssent des ravages réunis de la famine, de la dysenterie et de fièvres.

    En Hongrie, et en Italie, on rapporte des épisodes de neige rouge-marron tout au long de l’année … la cause serait la cendre volcanique présente dans l’atmosphère.

    La Suisse, privée d’accès à la mer et d’approvisionnement, connu une famine et une violence consécutive telle que le gouvernement du déclarer l’état d’urgence. On estime que les taux de mortalité en 1816 étaient deux fois supérieurs à la moyenne, avec un total de 200.000 morts.

    La situation est pareille en France, dans toutes les provinces. Divers témoignages viennent l’illustrer.

    Sur le mur d'une maison à Heiligenstein, en Alsace, on peut lire :

    Im Jahr 1817 ist diese Hütte gebauet worden, in welchem Jahr man für ein Furtel Waißen bezahlte 120 fr für ein Sack Erdapfel 24 fr für ein Ohmen Wein 100 fr. Jacob Stiedel.

    (En l'année 1817 cette chaumière a été construite ; cette année-là on payait 120 francs pour une mesure de froment, 24 francs pour un sac de pommes de terre, 100 francs pour un Ohmen (50 litres) de vin. Jacob Stiedel.)

    Le Hungersjohr à Heiligenstein - Gustave Graetzlin

    Le Hungersjohr à Heiligenstein - Gustave Graetzlin

    Léonard Nebinger (né en 1794), qui en fut le maire, raconte dans ses mémoires cette année épouvantable :

    "1817 fut une année d'une invraisemblable cherté. Le quart de blé valait 150 francs. Il y eut peu de vin et il était aigre. Huit jours avant les vendanges la neige tomba jusqu'à la hauteur d'une moitié de chaussure, si bien qu'en grand nombre les ceps se brisèrent et que de nombreux arbres sur le ban de la commune et dans la forêt rompirent sous la neige. Cette année-là on ne put travailler le sol des vignes tant il avait plu. Dans ce trimestre de disette un ohm de Klevener (un vin blanc Alacien) de 1811 valait 80 francs, un quarteau de blé 150 francs, un sac de pommes de terre 24 francs, une mesure de haricots de 15 à 16 sous. Les paysans sur le marché n'arrivaient plus à savoir ce qu'ils devaient demander, si bien que plus d'une fois, quand ils avaient exagéré, les gens renversaient ce qu'ils avaient sur leur étalage et les pauvres, qui se tenaient derrière eux le leur volaient, imités souvent par les gradés allemands qui étaient encore dans la région4. Les pauvres allaient en forêt, dans les coupes, cueillaient des herbes, les faisaient cuire, les hachaient comme du chou et les mangeaient. Mais tout ce qu'on arrivait à manger cette année-là ne nourrissait pas, si bien que les gens avaient encore faim une heure après. Bien des gens périrent d'inanition dans les environs de Strasbourg et l'on trouva deux enfants morts dans un champ de trèfles où ils avaient mangé de jeunes pousses."

    L’Alsace est marquée en 1817 par une vague d’émigration sans précédent, avec 5191 émigrants en six mois, attribuée à la disette et à l’occupation par les soldats alliés et leurs cheveaux,  bouches supplémentaires à nourrir . (Emigration alsacienne aux Etats-Unis, 1815-1870)

     

    Michel Lecouteur, qui a étudié les suites de l’éruption du Tambora dans sa région, rapporte dans un article intitulé " Eruption en Indonésie, famine en Normandie " :

    «  Après un printemps médiocre, l’été 1816 pluvieux et humide contribua à réduire le rendement des cultures, amenant une hausse du prix des céréales, aggravée par la spéculation des fermiers qui disposaient de granges assez vastes pour abriter leurs récoltes et de réserves financières leur permettant de ne pas se presser pour proposer leurs grains au marché, des meuniers, des boulangers, des blattiers vendeurs de grains au détail, et d’autres intermédiaires.

    A l’automne 1816, la hausse du prix du blé des est générale, mais variable selon qu’on demeure à Neufchâtel  ou à Forges. Si elle reste modérée un moment à Rouen, elle culmine bientôt à Doudeville et Yvetot.

    Les manifestations de mécontentement populaire se multiplient, d’autant que les fabriques débauchent, que la production de laine diminue, amenant la misère. Sur le littoral, on constate que le hareng semble déserter les côtes normandes. La pêche ressource essentielle de beaucoup de villages du littoral n’est pas bonne. « Le peuple souffre » affirme un rapport de police dès le mois de novembre 1816. Le sous-préfet lance un appel à la charité, relevant « l’intempérie des saisons, la stagnation du commerce et le défaut de pêche » Même misère autour de Saint-Valéry, tandis qu’au Havre on souligne « la gravité de la situation, la mauvais récolte et le marasme des autres formes d’activités ».

    {…} Il faudra attendre le premier trimestre 1818 pour que l’approvisionnement en denrées soit sensible. Les prix restaient élevés mais la confiance était revenue, et des mesures de police affirmaient leur efficacité. A Rouen, à partir du 16 janvier, le prix du pain qui était jusque-là de 5 sous la livre baisse à 3 sous 3 centimes. Cependant, si la situation s’est améliorée, en mars, le Procureur Général souligne : « Un grand nombre d’ouvriers sont occupés, mais leurs salaires sont tombés si bas qu’il n’ont pas de quoi se nourrir, eux et leurs familles…. »

     

    La santé des Normands s’en ressent : le docteur Artus Barthélémy Vingtrinier, Médecin des Epidémies, relève qu’en 1817 et 1818 se manifesta au Havre une affection épidémique que fit des ravages. Les symptômes en étaient : « douleurs dans les membres, perte de force, anxiété précordiale, borborygmes, nausées, éructations, vomissements de matières bilieuses verdâtres ou diarrhée  liquide abondante ; soif vive, bouche sèche, amères urines rares, brûlantes ; le plus souvent, terminaison heureuse, mais convalescence longues ; les membres reprennent difficilement leur vigueur. ». Selon lui la cause la plus probable réside dans les alternatives brusques et fréquentes de la température qui eurent leu ces deux années.

    Un autre médecin, le docteur Lemercier, a étudié lui l’épidémie de péripneumonie qui s’est abattue en avril 1816 sur Lignières-la-Doucelle, bourg proche Carrouge. « La maladie, note le docteur Lemercier dans un rapport daté du 1er juin 1816, commença à se montrer dans la commune de Lignères  vers le 15 avril. Pendant ce mois l’air a été alternativement humide et sec, des vents violents ont soufflé, les rigueurs de l’hiver ont reparu dans la dernière quinzaine. Le contraste du soleil chaud et de l’atmosphère humide et froide a occasionné des fluxions de poitrine,  pleurésies, catarrhes, rhumatismes, apoplexies….

    Le 27 avril, lorsque j’arrivai dans la commune, il y avait 40 individus de morts ou mourants. Il Y eut en tout 101 personnes de malades, 42 ont succombé. Il n’a pas été possible de faire l’ouverture des corps des morts ».

     

    Dans un récit caractéristique, un épistolier qui traversa la Bourgogne en 1817 notait : « Les mendiants, très nombreux hier, plus nombreux encore aujourd'hui. À chaque relais, une troupe de femmes, d'enfants et de vieillards se rassemblaient autour de la voiture. » Un autre observateur, venu des îles Britanniques, remarquait, toujours à propos de la Bourgogne, que le nombre des miséreux « quoique important, n'atteint d'aucune manière celui de ceux qui assiègent le voyageur en Irlande ».

    Sources :

    • Global Volcanism Program – Tambora
    • Eruption blog / Eric Klemetti : 194 years since the great Tambora eruption
    • Michel Lecouteur - Eruption en Indonésie, famine en Normandie - Communication personnelle.
    • Grand Québec : 1816, l’année sans été / la disette de 1816 - link
    • La Gazette de Montréal -  An Indonesian volcano made Montreal's summer of 1816 miserable – link 

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Eruptions historiques

    Les effets "directs" de l’éruption de 1815 :

    On estime que des milliers de personnes moururent des effets directs dans les quatre mois suivant l’éruption.

    Les importantes coulées pyroclastiques, les nuées de gaz toxiques, et les tsunamis ont fait les premières victimes sur Sumbawa, environ 10.000 personnes.

    Avec la pulvérisation du sommet du volcan lors de l’éruption, le volume érupté au cours du premier jour avoisine les 150 km³ de cendres, et 25 km³ d’ignimbrites. Les cendres sont retombées jusqu’à 1.300 km du Tambora, ensevelissant la végétation des îles environnantes, et polluant les eaux potables. Les pluies acides causées par les émanations gazeuses vont tuer le peu de végétaux restant et empoisonner les sols pour des années. Bien que ce soit difficilement quantifiable, on pense que la famine consécutive à la perte des récoltes va causer la perte de plus de 80.000 vies. (d’après les sources de Zollinger et Raffles)

    Isopaques des retombées de cendres du Tambora, couvrant le sud de Sulawesi, Bali, Lombok, l'est de Java et le sud de Bornéo. - The base map was taken from NASA picture and the isopach maps were traced from Oppenheimer (2003).

    Isopaques des retombées de cendres du Tambora, couvrant le sud de Sulawesi, Bali, Lombok, l'est de Java et le sud de Bornéo. - The base map was taken from NASA picture and the isopach maps were traced from Oppenheimer (2003).

    Des écrits de l’époque en témoignent :

    «  On my trip towards the western part of the island, I passed through nearly the whole of Dompo and a considerable part of Bima. The extreme misery to which the inhabitants have been reduced is shocking to behold. There were still on the road side the remains of several corpses, and the marks of where many others had been interred: the villages almost entirely deserted and the houses fallen down, the surviving inhabitants having dispersed in search of food ...
    Since the eruption, a violent diarrhoea has prevailed in Bima, Dompo, and Sang'ir, which has carried off a great number of people. It is supposed by the natives to have been caused by drinking water which has been impregnated with ashes; and horses have also died, in great numbers, from a similar complaint.
     »

    ( Lt. Philips, ordered by Sir Stamford Raffles to go to Sumbawa./ cité par Oppenheimer 2003)

    Caldeira du Tambora – des gaz soufrés montent de la caldeira - 1988

    Caldeira du Tambora – des gaz soufrés montent de la caldeira - 1988

    Le " Royaume perdu de Tambora ".

    Deux scientifiques de l’Université de Rhode Island s’y sont intéressés depuis 1986 : Haraldur Sigurðsson et Steve Carey. En 1988 lors d’une exploration de la caldeira, un de leurs guides leur parle de fragments de poteries et de pièces de bronze trouvées dans la jungle à 25 km à l’ouest de la caldeira.

    2004.08 - Excavation du Tambora - doc.Siggurdsson -  Lewis Abrams  -  Univesity of Rhode Island via AP

    2004.08 - Excavation du Tambora - doc.Siggurdsson - Lewis Abrams - Univesity of Rhode Island via AP

    Les scientifiques vont utiliser un radar à pénétration de sol pour examiner les dépôts volcaniques de 1815. Les fouilles, réalisées en association avec l’Institut indonésien de volcanologie en 2004, s’avèrent de suite prometteuses : dans une ravine, sous 3 mètres de cendres, les traces d’une habitation et des plats de bronze, des pots de céramique sont retrouvés intacts, ainsi qu’une femme carbonisée et enveloppée de lave au moment où elle s’apprêtait à saisir une bouteille en verre, qui a fondu sous l’effet de la chaleur. Les objets présentent une parenté avec ceux circulant à cette époque au Vietnam et au Cambodge et témoignent d’un certain niveau de vie. Un autre cadavre est retrouvé figé devant sa porte.

    Fouilles du Tambora – zone délimitée par les équipes de l’Université de Rhode Island et résultat de fouilles. - un clic pour afficher -– photos URI news Fouilles du Tambora – zone délimitée par les équipes de l’Université de Rhode Island et résultat de fouilles. - un clic pour afficher -– photos URI news

    Fouilles du Tambora – zone délimitée par les équipes de l’Université de Rhode Island et résultat de fouilles. - un clic pour afficher -– photos URI news

    Ce village, situé à cinq kilomètres dans les terres, était à l’abri des pirates qui contrôlaient le trafic maritime … et il est plus que probable que ses habitants furent ensevelis et carbonisés par une coulée pyroclastique.

    Les trouvailles archéologiques suggèrent une culture propre à Sumbawa, balayée brutalement et complètement par l’éruption de 1815. Les habitants de Tambora étaient connus comme marchands dans les Indes orientales ; Du miel, des chevaux, du bois de Sappan pour produire un colorant rouge, du bois de santal pour l’encens et les médicaments, faisaient l’objet de ce commerce. Les décors retrouvés sur les objets usuels laissent penser à un langage en relation avec celui des groupes Mon-Khmer, et différents des parlers indonésiens. La civilisation de Sumbawa avait d'ailleurs intrigué les explorateurs Hollandais et Britanniques au début des années 1800 ; ils furent surpris d’y entendre un langage parlé nulle part ailleurs en Indonésie.

    Cette découverte ouvre en fait une fenêtre sur une culture que Sigurdsson n’hésite pas à appeler : " La Pompéï de l’Est ".

    Squelettes d’habitants de Tambora pris dans une coulée pyroclastique - un clic pour agrandir - Images Rik StoetmanSquelettes d’habitants de Tambora pris dans une coulée pyroclastique - un clic pour agrandir - Images Rik Stoetman

    Squelettes d’habitants de Tambora pris dans une coulée pyroclastique - un clic pour agrandir - Images Rik Stoetman

    Rouleau de cordes retrouvés dans les restes d’une habitation carbonisée – photo Rik Stoetman

    Rouleau de cordes retrouvés dans les restes d’une habitation carbonisée – photo Rik Stoetman

    Sources :

    • Global Volcanism Program – Tambora
    • Scientific American  - April 10, 1815: The Eruption that Shook the World
    • "Plinian and co-ignimbrite tephra fall from the 1815 eruption of Tambora volcano". Bulletin of Volcanology 51 / Sigurdsson, H.; Carey, S. (1983)
    • Nat Geo  - "Lost Kingdom" Discovered on Volcanic Island in Indonesia - link
    • Past Horizons, adventures in archeologia – Lost Kingdom of Tambora - By Rik Stoetman and Dan McLerran. - link

    Lire la suite

    1 2 3 4 > >>

    Articles récents

    Hébergé par Overblog