Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Champ géothermal Kawah Kamojang - les indonésiens profitent des vapeurs du volcan - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Champ géothermal Kawah Kamojang - les indonésiens profitent des vapeurs du volcan - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Champ géothermal Kawah Kamojang - source chaude et mare de boue - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Champ géothermal Kawah Kamojang - source chaude et mare de boue - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le premier champ géothermal développé avec succès en Indonésie , le Kawah Kamojang, est situé dans l’ouest de l’île de Java , à 7 km du volcan actif Guntur et dans la caldeira Pangkalan, datant du Pléistocène inférieur (vers 2,58 – 2  Ma).

La caldeira Pangkalan , de 4 km sur 2,5 km, avec des parois hautes de 50 mètres, est la conséquence d’un effondrement de failles.

Kawah Kamojang - travailleur en 1935 / excursion au Kawah Kamojang (1925-1933) / bains dans le cratère du Kamojang (1920-1940) - photos d'archives Troppen Museum - un clic pour agrandirKawah Kamojang - travailleur en 1935 / excursion au Kawah Kamojang (1925-1933) / bains dans le cratère du Kamojang (1920-1940) - photos d'archives Troppen Museum - un clic pour agrandir
Kawah Kamojang - travailleur en 1935 / excursion au Kawah Kamojang (1925-1933) / bains dans le cratère du Kamojang (1920-1940) - photos d'archives Troppen Museum - un clic pour agrandir

Kawah Kamojang - travailleur en 1935 / excursion au Kawah Kamojang (1925-1933) / bains dans le cratère du Kamojang (1920-1940) - photos d'archives Troppen Museum - un clic pour agrandir

La zone thermale, de 1,2 km sur 0,7, occupe une structure de type graben densément arborée ; elle est constitué de fumerolles, de lacs et sources chaudes, de bassines de boues … le sol est partout fumant, et altéré hydrothermalement, avec des températures proches du point d’ébullition .

Le champ géothermal est situé sur une chaîne de volcans du quaternaire orientée OSO-ENE, qui comprend les complexes du Gunung Rakutak, Ciharus, Pangkalan, et Gandapura, le Gunung Masigit, et le Gunung Guntur. L’âge des volcans diminue progressivement en direction de l’ENE, de la formation Pangkalan avec 1,2 Ma à la formation Gandapura avec 450.000 ans.

Champ géothermal Kawah Kamojang - mare de boue - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Champ géothermal Kawah Kamojang - mare de boue - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le premier puit y fut creusé en 1926 par le Gouvernement colonial Hollandais. Aujourd’hui, quatre unités sont opérationnelles sur les pentes du Gunung  Guntur ; ils dépendent de PT Indonesia Power, division de PT Pertamina Geothermal Energy. La puissance est passée de 30 MWe en 1987 à 200MWe en 2007.

Kawah Kamojang - une unité géothermique -  photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Kawah Kamojang - une unité géothermique - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Situé dans un complexe volcanique devenu une destination touristique populaire, appelée par les Indonésiens " la Suisse de Java ", le Gunung Guntur domine la plaine de Garut de 1.550  mètres ; sur son flanc, une coulée de lave est la trace d’une éruption datée de 1840. Ce volcan, dont le nom signifie " tonnerre ", a produit de fréquentes éruptions explosives au cours du 19° siècle

Le Gunung Guntur, randonneurs dans "La Suisse de Java" - photo beritabekasi.

Le Gunung Guntur, randonneurs dans "La Suisse de Java" - photo beritabekasi.

Sources :

- Global Volcanism Program - Kawah Kamojang

- PLT Kamojang - link 

- West Java Geothermal update – Achmad Fadillah & al. - link 

- Kamojang foeld study, using formation images to resolce reservoir delineation and developments issues in West Java – by T.Huntoro & al - link

- Global Volcanism Program - Guntur

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Views on the hills of Tasikmalaya and Galunggung - photo Rossche 2011

Views on the hills of Tasikmalaya and Galunggung - photo Rossche 2011

Located southeast of Bandung, in West Java, the stratovolcano Galunggung has its central part occupied by a caldera in horseshoe open towards the southeast; it was formed 4,200 years ago, during an eruption that decapitated the cone and formed "the ten thousand hills Tasikmalaya", countless mounds of 10-80 m. height resulting from a debris avalanche in hummocks.
 

Map of Galunggung crater with the lava dome Gunung Jadi, the edge of the Walirang and the drainages - According Katili and Sudradjat 1984 / GVP

Map of Galunggung crater with the lava dome Gunung Jadi, the edge of the Walirang and the drainages - According Katili and Sudradjat 1984 / GVP

Access to Galunggung is by a suitable route, then by an endless staircase - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh
Access to Galunggung is by a suitable route, then by an endless staircase - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Access to Galunggung is by a suitable route, then by an endless staircase - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

The current crater of Galunggung - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

The current crater of Galunggung - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Among the historical eruptions that marked the volcano, it falls especially those of 1822 and 1982-83.

The eruption of 1822 was relatively short, but was the cause of pyroclastic flows and lahars that killed 4,000 people. This was followed by the extrusion of an andesitic lava dome in the lake: the Gunung Jadi. He quickly reach 500 m. in diameter and 85 m. height.

The dome of Gunung Jadi was sprayed in the last eruptive crisis of 1982-83.

Intermittent explosions began April 5, 1982, destroying 90% of Gunung Jadi, accompanied by ash plumes whose highest has reached 16,500 meters. Ash falls were reported to the Yogyakarta region 300 km to the east; 80,000 people fleeing the volcano unleashed!

As of April 8, stronger explosions, vulcanian type, are accompanied by pyroclastic flows and hot mud flow, through the gap formed by prehistoric eruptions.

On the left the lava dome Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - right, lightning in the ash cloud in 1982 / Photo R.Hadian - USGS - a click to enlargeOn the left the lava dome Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - right, lightning in the ash cloud in 1982 / Photo R.Hadian - USGS - a click to enlarge

On the left the lava dome Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - right, lightning in the ash cloud in 1982 / Photo R.Hadian - USGS - a click to enlarge

The eruption of 1982 Galunggung: left, in October 1982 / photo Ruska Hadian (Volcanological Survey of Indonesia) .- right, Vulcan eruption / Photo Jack Lockwood, US Geological Survey, August 16, 1982 - a click to enlargeThe eruption of 1982 Galunggung: left, in October 1982 / photo Ruska Hadian (Volcanological Survey of Indonesia) .- right, Vulcan eruption / Photo Jack Lockwood, US Geological Survey, August 16, 1982 - a click to enlarge

The eruption of 1982 Galunggung: left, in October 1982 / photo Ruska Hadian (Volcanological Survey of Indonesia) .- right, Vulcan eruption / Photo Jack Lockwood, US Geological Survey, August 16, 1982 - a click to enlarge

From May to October 82: strong phreatomagmatic explosions were accompanied by ash plumes and gas from 10 to 20 km. height. At the end of this phase, the circular crater Walirang appears at the top; it is considered today as a maar (800 m. in diameter and 150 m. deep)

The explosions of June 24 brought down to 8-18 cm of ash and lapilli on villages located 7-10 km from the volcano and destroyed hundreds of homes.

At 8:50 p.m., a jumbo jet of the British Airways flies over Gallungung to 11,000 meters, and meets the ash cloud.

The incident of the British Airways 747 of June 24, 82 - Doc. Anynobody - one click to enlarge.The incident of the British Airways 747 of June 24, 82 - Doc. Anynobody - one click to enlarge.

The incident of the British Airways 747 of June 24, 82 - Doc. Anynobody - one click to enlarge.

Here is the account given by Maurice Krafft in his book "Volcanoes of the World" ed. The Odyssey - Flammarion 1987

" A Boeing 747 of British Airways on a flight Kuala Lumpur - Australia and its passengers, witness a strange phenomenon, passing 12,300 m altitude south of Java: the reactors, the inside of cockpit and instruments are invaded by hundreds of Saint Elmo's fire due to electric shocks. The reactors are so bright that they seem lit by headlights (...) Suddenly the co-pilot reported that a reactor just fail! A few minutes later, it was the turn of the other three to stop. " - Computer image by Anynobody / Wikipedia

Without the thrust provided by the engines, the Boeing 747-200 plane relatively well: for one kilometer lost in altitude, the plane will have traveled 15 kilometers horizontally. The crew quickly determined that the altitude where the aircraft was located (37,000 feet, or about 11 000 meters), it could hover for 23 minutes and travel 169 kilometers.

" A very fine dust and sulfur smell penetrate the interior of the aircraft. The roar of engines fell , replaced by an impressive silence punctuated by the crackle of the fuselage and wings. The pressurization in the cabin no longer maintained by the motors, oxygen masks escape from their cache above the seats. (...) The disaster seems imminent, yet the majority of the passengers apparently remains calm. (...) After 13 minutes of waiting and fall, finally a reactor restarts  , followed shortly after the other three! But the plane is just one altitude of 3,900 meters and a barrier of high mountains separates the plane from Jakarta (. ..) Cautiously, the pilot zigzags between the mountains and then slowly goes down. He was surprised not to see any lights on the ground. In fact, the cockpit windows become opaque. Without any visibility, unbalanced device by the operation of three reactors at four, the pilot managed the very tricky landing. The disaster was narrowly averted! "

The engines were then peeled and the phenomenon, unexplained at first, been finally realized. The problem is initially linked to the ingestion and accumulation of volcanic dust. In addition to their abrasive action in a second time, these dust melts at the heat of engine (1000 °), and adhere to the turbine blades. The reactor suffocates and stops!

Similar explosions take place on 25 June, and between 13 and 15 July ; Note that on July 13, a plane from Singapore Airlines enters the ash cloud at about 9,000 meters, and loses three of its engines; the pilots can restart the engines in losing altitude and land safely at Jakarta.

Galunggung - pyroclastic flow of 7 August 1982 which passes the crater rim and goes to a measuring station - the photo was taken by Butik Pasir Bentag 2 km from the crater / via Jack Lockwood, 1982 (US Geological Survey).

Galunggung - pyroclastic flow of 7 August 1982 which passes the crater rim and goes to a measuring station - the photo was taken by Butik Pasir Bentag 2 km from the crater / via Jack Lockwood, 1982 (US Geological Survey).

On June 27, the number of evacuees reached 40,000. There were 27 deaths, of which only 3 are caused by pyroclastic materials.

On July 13, eruptions resumed, culminating on the 16th, with the destruction of houses and shelters. Cikasasah and its surroundings are covered with a thick gray coat of fine powder; ash soften the forms; rice fields and ponds have smooth terraces, now sterile. Their irrigation system is disturbed by the accumulation of dust ejected for months. To Parentas, located twenty kilometers from the volcano, the ash accumulation threatens to collapse the roofs ... the villagers and remove the pile in front of their house, but this mineral snow don't melt and the roads in the village quickly become impassable, and the rainy season approaching, these deposits will re-engage and create waves of mud or lahars... Everywhere is desolation.

Rice fields of Pasir Haur within 2 km of the crater, buried under the ashes of Galunggung - Doc. Maurice Kraffy / from her book Volcanoes and Eruptions.

Rice fields of Pasir Haur within 2 km of the crater, buried under the ashes of Galunggung - Doc. Maurice Kraffy / from her book Volcanoes and Eruptions.

Kadong village near the Galunggung - photo Jack Lockwood / USGS

Kadong village near the Galunggung - photo Jack Lockwood / USGS

Explosive activity continues intermittently until January 1983. In the crater formed, a tephra cone, of 200 m in diameter and 70-80 m. high, occupies the site of 1918. Its vent with a diameter of 20-30 meters is animated by a strombolian activity. The eruption of VEI 4 is considered complete by the GVP 8 January 1983, with the extrusion of a small lava flow.

The change of eruptive type was accompanied by a change in the composition of the magma that rose from andesite to basalt. In nine months, the Galunggung is spitting 400 million cubic meters of ash. One hundred thousand hectares of land were devastated and teh damage is estimated at $ 100 million.

Galunggung 02.05.1983 ... one month after the end of the eruption, clouds of steam escaping from the cinder cone formed at the center of the crater and the inner edges of the caldera; lake begins to form which will engulf almost the entire cone - photo Don Peterson USGS.

Galunggung 02.05.1983 ... one month after the end of the eruption, clouds of steam escaping from the cinder cone formed at the center of the crater and the inner edges of the caldera; lake begins to form which will engulf almost the entire cone - photo Don Peterson USGS.

Galunggung - The crater and the lake with the remnants of the cone of the last eruption - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh
Galunggung - The crater and the lake with the remnants of the cone of the last eruption - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Galunggung - The crater and the lake with the remnants of the cone of the last eruption - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Sources :

- Global Volcanism Program - Galunggung

- Volcans du Monde - M. & K. Krafft - éd. L'Odyssée / Flammarion

- Guide des Volcans- M. Rosi & al. - éd. Delachaux & Niestlé.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Vues sur les collines de Tasikmalaya et le Galunggung – photo Rossche 2011

Vues sur les collines de Tasikmalaya et le Galunggung – photo Rossche 2011

Situé au sud-est de Bandung, dans l'ouest de l'île de Java, le stratovolcan Galunggung a sa partie centrale occupée par une caldeira en fer à cheval, ouverte vers le sud-est; elle s'est formée il y a 4.200 ans, lors d'une éruption qui a décapité le cône, et formé  "les dix mille collines de Tasikmalaya", d'innombrables buttes de 10 à 80 m. de hauteur résultant d'une avalanche de débris en hummocks.

Carte du cratère du Galunggung, avec le dôme de lave Gunung Jadi, le bord du Walirang et les drainages – D’après Katili and Sudradjat, 1984 / GVP

Carte du cratère du Galunggung, avec le dôme de lave Gunung Jadi, le bord du Walirang et les drainages – D’après Katili and Sudradjat, 1984 / GVP

L'accès au Galunggung se fait par une route convenable, puis par un interminable escalier - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015
L'accès au Galunggung se fait par une route convenable, puis par un interminable escalier - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

L'accès au Galunggung se fait par une route convenable, puis par un interminable escalier - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le cratère actuel du Galunggung - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le cratère actuel du Galunggung - photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Parmi les éruptions historiques qui ont marqué le volcan, on relève surtout celles de 1822 et 1982-83.

L'éruption de 1822 fut relativement courte, mais engendra des coulées pyroclastiques et des lahars qui tuèrent 4.000 personnes. Elle fut suivie de l'extrusion d'un dôme de lave andésitique dans le lac : le Gunung Jadi. Il atteindra vite 500 m. de diamètre et 85 m. de hauteur.

 

Le dôme du Gunung Jadi fut pulvérisé lors de la dernière crise éruptive de 1982-83.

Des explosions intermittentes ont débuté le 5 avril 1982, détruisant 90 % du Gunung Jadi, accompagnées de panaches de cendres dont le plus haut a atteint 16.500 mètres. Des chutes de cendres ont été rapportées jusqu’à la région de Yogjakarta à 300 km à l’est ; 80.000 personnes fuient le volcan déchainé ! A partir du 8 avril, des explosions plus fortes, vulcaniennes, sont accompagnées de coulées pyroclastiques et de coulées de boues chaudes, au travers de la brèche formée par les éruptions préhistoriques.

A gauche, le dôme de lave Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - à droite, éclairs dans le nuage de cendres en 1982 / photo R.Hadian - USGS - un clic pour agrandirA gauche, le dôme de lave Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - à droite, éclairs dans le nuage de cendres en 1982 / photo R.Hadian - USGS - un clic pour agrandir

A gauche, le dôme de lave Gunnung Jadi - Galunggung - ph. Thilly Weissenborn Tropenmuseum - à droite, éclairs dans le nuage de cendres en 1982 / photo R.Hadian - USGS - un clic pour agrandir

L'éruption de 1982 du Galunggung : à gauche, en octobre 1982 / photo Ruska Hadian, 1982 (Volcanological Survey of Indonesia).- à droite, éruption vulcanienne / photo Jack Lockwood, U.S. Geological Survey, August 16, 1982 - un clic pour agrandirL'éruption de 1982 du Galunggung : à gauche, en octobre 1982 / photo Ruska Hadian, 1982 (Volcanological Survey of Indonesia).- à droite, éruption vulcanienne / photo Jack Lockwood, U.S. Geological Survey, August 16, 1982 - un clic pour agrandir

L'éruption de 1982 du Galunggung : à gauche, en octobre 1982 / photo Ruska Hadian, 1982 (Volcanological Survey of Indonesia).- à droite, éruption vulcanienne / photo Jack Lockwood, U.S. Geological Survey, August 16, 1982 - un clic pour agrandir

De mai à octobre 82 : de fortes explosions phréatomagmatiques  sont accompagnées de panaches de cendres et gaz de 10 à 20 km. de hauteur. Au terme de cette phase, le cratère circulaire du Walirang apparait au sommet; il est considéré aujourd'hui comme un maar (800 m. de diamètre et 150 m. de profondeur)

Les explosions des 24 juin ont fait tomber de 8 à 18 cm de cendres et lapilli sur les villages situés à 7-10 km du volcan et détruit des centaines d’habitations. A 20h50, un Jumbo jet de la British Airways survole le Gallungung à 11.000 mètres d’altitude, et rencontre le nuage de cendres.

L'incident du 747 de la British Airways du 24 juin 82  - doc. Anynobody - un clic pour agrandirL'incident du 747 de la British Airways du 24 juin 82  - doc. Anynobody - un clic pour agrandir

L'incident du 747 de la British Airways du 24 juin 82 - doc. Anynobody - un clic pour agrandir

Voici le récit fait par Maurice Krafft dans son livre "Volcans du monde" éd. L'Odyssée - Flammarion 1987 :

"Un boeing 747 de la British Airways, effectuant un vol Kuala Lumpur - Australie, et ses passagers, sont témoins d'un étrange phénomène en passant à 12.300 m. d'altitude au sud de Java : les réacteurs, l'intérieur de la cabine de pilotage et les instruments sont envahis par des centaines de feux Saint-Elme dus à des décharges électriques. Les réacteurs sont si lumineux qu'on les croirait éclairés par des phares (...) Soudain le copilote signale qu'un des réacteurs vient de tomber en panne !  Quelques minutes plus tard, c'est au tour des trois autres de s'arrêter."  - Image de synthèse par Anynobody / Wikipédia

Sans poussée fournie par les moteurs, le Boeing 747-200 plane relativement bien : pour un kilomètre perdu en altitude, l'avion aura parcouru 15 kilomètres horizontalement. L'équipage détermina rapidement qu'à l'altitude où l'avion était situé (37 000 pieds, soit environ 11 000 mètres), il pouvait planer pendant 23 minutes et parcourir 169 kilomètres.

"Une poussière très fine et une odeur de soufre pénètrent à l'intérieur de l'avion. Le vrombissement des moteurs s'est tu, remplacé par un silence impressionnant entrecoupé par les craquements du fuselage et des ailes. La pressurisation dans la cabine n'étant plus maintenue par les moteurs, les masques à oxygène s'échappent de leur cache au-dessus des sièges. (...) La catastrophe semble imminente, pourtant la majorité des passagers reste apparemment calme. (...) Au bout de 13 minutes d'attente et de chute, un réacteur démarre enfin, suivi peu après des trois autres ! Mais l'avion n'est plus qu'à une altitude de 3.900 mètres et une barrière de hautes montagnes le sépare de Jakarta (...) Prudemment, le pilote zigzague entre les montagnes, puis lentement descend. Il s'étonne de n'apercevoir aucune lumière au sol. En fait, les vitres de la cabine de pilotage sont devenues opaques. Sans aucune visibilité, son appareil déséquilibré par le fonctionnement de trois réacteurs sur quatre, le pilote réussit l'atterrissage très délicat. La catastrophe a été évitée de justesse !

Les moteurs furent ensuite décortiqués et le phénomène, inexpliqué de prime abord, pu être enfin compris. Le problème est lié dans un premier temps à l’ingestion et à l’accumulation des poussières volcaniques. Outre leur action abrasive, dans un deuxième temps, ces poussières fondent à la chaleur des moteurs (1.000 ° environ), et adhèrent aux ailettes des turbines. Le réacteur s’étouffe et s’arrête !

Des explosions similaires ont lieu le 25 juin, et entre le 13 et 15 juillet ; à noter que le 13 juillet, un avion de la Singapore Airlines entre dans le nuage de cendres à 9.000 mètres environ, et perd trois de ses moteurs ; les pilotes pourront redémarrer les moteurs en perdant de l’altitude et atterrir sain et sauf à Jakarta.

Galunggung - Coulée pyroclastique du 7 août 1982 qui passe le bord du cratère et se dirige vers une station de mesure – la photo a été prise par Butik Pasir Bentag à 2 km du cratère / via Jack Lockwood, 1982 (U.S. Geological Survey).

Galunggung - Coulée pyroclastique du 7 août 1982 qui passe le bord du cratère et se dirige vers une station de mesure – la photo a été prise par Butik Pasir Bentag à 2 km du cratère / via Jack Lockwood, 1982 (U.S. Geological Survey).

Au 27 juin, le nombre des personnes évacuées atteint 40.000. On dénombre 27 décès, dont seuls 3 sont causés directement par les matériaux pyroclastiques.

Le 13 juillet, les éruptions reprennent pour culminer le 16, avec des destructions de maisons et de refuges. Cikasasah et ses environs sont recouverts d'un épais manteau gris, pulvérulent; les cendres adoucissent les formes ; les rizières et les étangs sont devenus des terrasses lisses, stériles. Leur système d'irrigation est perturbé par l'accumulation de poussières éjectées depuis des mois. A Parentas, situé à une vingtaine de kilomètres du volcan, l’accumulation de cendres menace de faire s’effondrer les toitures … les villageois les enlèvent et les entassent devant leur maison, mais cette neige minérale ne font pas et les chemins dans le village deviennent  vite impraticables, et la saison des pluies en approche, va remobiliser ces dépôts et créer flots de boue ou lahars. Partout, c'est la désolation.  

Les rizières de Pasir Haur à moins de 2 km du cratère, ensevelies sous les cendres du Galunggung - Doc. Maurice Kraffy /de son livre Volcans et Eruptions

Les rizières de Pasir Haur à moins de 2 km du cratère, ensevelies sous les cendres du Galunggung - Doc. Maurice Kraffy /de son livre Volcans et Eruptions

Village de Kadong , près du Galunggung - photo Jack Lockwood  / USGS

Village de Kadong , près du Galunggung - photo Jack Lockwood / USGS

L’activité explosive se poursuit par intermittence jusqu’en janvier 1983. Dans le cratère formé, un cône de tephra de 200 m de diamètre et de 70-80 m. de haut occupe l’emplacement du dôme de lave de 1918. Son évent d’un diamètre de 20 à 30 mètres est animé d’une activité strombolienne. L’éruption de VEI 4 est considérée comme terminée par le GVP le 8 janvier 1983, avec l’extrusion d’une petite coulée de lave.

Le changement de type éruptif s'est accompagné d'un changement de la composition du magma  qui est passé de l'andésite au basalte. En neuf mois, le Galunggung aura craché 400 millions de m³ de cendres. Cent mille hectares de terre ont été dévastés et les dégâts sont estimés à 100 millions de dollars.

Galunggung 05.02.1983 ... un mois après la fin de l'éruption, des nuages de vapeur s'échappent du cinder cone formé au centre du cratère et des bords internes de la caldeira ; un lac commence à se former qui va engloutir presque l'entièreté du cône - photo Don Peterson USGS.

Galunggung 05.02.1983 ... un mois après la fin de l'éruption, des nuages de vapeur s'échappent du cinder cone formé au centre du cratère et des bords internes de la caldeira ; un lac commence à se former qui va engloutir presque l'entièreté du cône - photo Don Peterson USGS.

Le cratère, et le lac avec les restes du cône de la dernière éruption - photos © Jean-Michel Mestdagh 2015
Le cratère, et le lac avec les restes du cône de la dernière éruption - photos © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le cratère, et le lac avec les restes du cône de la dernière éruption - photos © Jean-Michel Mestdagh 2015

Sources :

- Global Volcanism Program - Galunggung

- Volcans du Monde - M. & K. Krafft - éd. L'Odyssée / Flammarion

- Guide des Volcans- M. Rosi & al. - éd. Delachaux & Niestlé.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La dernière éruption du Papandayan en 2002 : de VEI 2, elle concerne les cratères Kawah Baru et Kawah Nangklak, et évolue du type phréatique au type phréatomagmatique ( GVP)

 

Faisant suite à une période d’intense activité sismique, une éruption de type phréatique débute le 11 novembre 2002 à 15h30, au niveau du Kawah Baru, un de ses cratères.

Quatre-vingt minutes plus tard, une partie de sa paroi interne d’effondre et forme une avalanche de débris qui s’engouffre dans la vallée Cibeureum Gede ; elle se transformera en lahar.

Papandayan - Image Aster, bandes VNIR Nasa / in thèse de doctorat d’Agnès Mazot / U.L.B. / réf en sources

Papandayan - Image Aster, bandes VNIR Nasa / in thèse de doctorat d’Agnès Mazot / U.L.B. / réf en sources

La phase phréatique va céder la place à une éruption phréatomagmatique jusqu’au 14 novembre ; durant cette période, on compte sept évents éruptifs dans le Kawah Baru, dont quatre responsables de l’activité phréatomagmatique, les trois autres produisant des éruptions de cendres.

Le 14 novembre, entre 0h17 et 11h50, on totalise 17 éruptions phréatomagmatiques, qui produisent des panaches de cendres grises atteignant entre 500 et 1.000 mètres au-dessus des évents.

Le 15 novembre, à 6h30, un puissant panache s’élève jusqu’à 5.000 mètres au-dessus du volcan.

Des explosions d’ampleurs moyennes vont se succéder au cratère Baru jusque fin novembre.

Papandayan - éruption du 14 novembre 2002 - doc VSI / GVP - & Le nouveau cratère du Papandayan formé le 11.11.2002 ; il n’est plus actif à partir du 08.12.2002 et se remplit d’eau. Son diamètre est d’environ 300 m. – doc . VSI - un clic pour agrandir Papandayan - éruption du 14 novembre 2002 - doc VSI / GVP - & Le nouveau cratère du Papandayan formé le 11.11.2002 ; il n’est plus actif à partir du 08.12.2002 et se remplit d’eau. Son diamètre est d’environ 300 m. – doc . VSI - un clic pour agrandir

Papandayan - éruption du 14 novembre 2002 - doc VSI / GVP - & Le nouveau cratère du Papandayan formé le 11.11.2002 ; il n’est plus actif à partir du 08.12.2002 et se remplit d’eau. Son diamètre est d’environ 300 m. – doc . VSI - un clic pour agrandir

Entretemps le 20 novembre, une éruption produite par le Kawah Nangklak propulse ses cendres grises à 1.500 m ; elles vont dériver vers un large secteur nord, et laisser plus de 2 cm. de cendres sur 2 km. vers le nord-ouest. Une visite des volcanologues va constater les effets d’un blast latéral, qui a balayé tous les arbres présents à l’intérieur du cratère vers le nord-est, et laissé des blocs, des bombes en croûte de pain et entre 4 et 8 cm de cendres humides.

Les 21 et 22 novembre, des explosions et des émissions de gaz forment des panaches gris à blancs selon leur teneur en cendres, principalement au-dessus du Kawah Baru, hauts entre 200 et 600 mètres.

Du 23 au 25 novembre, l’activité est dominée par des explosions de cendres au Nangklak, tandis que six autres cratères émettent des panaches de gaz blancs.

Dans la première moitié de décembre, un panache gris-blanc est émis en continu au niveau du cratère Baru, haut de 150 à 400 mètres, puis remplacé par un panache de gaz blanc jusqu’au 22 décembre.

Le Global Volcanism Program considère l’éruption comme terminée entre le 19 et le 22 décembre 2002 ; le niveau d’alerte est rabaissé à 2  dans le courant de la seconde semaine de janvier 2003.

Papandayan – les évents actifs le 21 novembre 2002 : à gauche, le cratère Baru avec trois panaches blancset à droite, le cratère Nangklak avec un panache gris plus important – photo Igan S. Sutawidjaja (VSI).

Papandayan – les évents actifs le 21 novembre 2002 : à gauche, le cratère Baru avec trois panaches blancset à droite, le cratère Nangklak avec un panache gris plus important – photo Igan S. Sutawidjaja (VSI).

L'évolution des cratères et du lac formé par l'éruption de 2002 en images :

Papandayan - en haut, à gauche en 2006 / photo © M.Rietze - à droite, en juillet 2011  / photo © Devy Syahbana - un clic pour agrandir - En bas, en 2005 / Photo © Jean-Michel MestdaghPapandayan - en haut, à gauche en 2006 / photo © M.Rietze - à droite, en juillet 2011  / photo © Devy Syahbana - un clic pour agrandir - En bas, en 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh
Papandayan - en haut, à gauche en 2006 / photo © M.Rietze - à droite, en juillet 2011  / photo © Devy Syahbana - un clic pour agrandir - En bas, en 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - en haut, à gauche en 2006 / photo © M.Rietze - à droite, en juillet 2011 / photo © Devy Syahbana - un clic pour agrandir - En bas, en 2005 / Photo © Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Le lac du Papandayan en 2006 - photo © M.Rietze

Le lac du Papandayan en 2006 - photo © M.Rietze

Papandayan - zone de fumerolles active près des bords du lac - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - zone de fumerolles active près des bords du lac - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - zone de fumerolles active près des bords du lac - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - zone de fumerolles active près des bords du lac - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Sources :

- Global Volcanism Program - Papandayan

- L'éruption du volcan Papandayan (Indonésie) en novembre 2002: aléas directs et induits – par Franck Lavigne & al. - link

- Activité hydrothermale des volcans Kelud et Papandayan et évaluation des flux de gaz carbonique – thèse de doctorat d’Agnès Mazot /U.L.B. - link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
 Papandayan, under a leaden sky - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan, under a leaden sky - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

"Word to readers" takes us to the west of the island of Java and the volcanoes located southeast of Bandung, thanks to photos of our friend Jean-Michel.

First the Papandayan, a complex stratovolcano with four wide summit craters and which culminates at 2665 meters.

Its building goes back to holocène, there are more than 12,000 years, with the accumulation of andesite to basaltic lava flows, pyroclastic deposits and ash flows; all strongly altered by hydrothermal activity that caused debris avalanches.


 

Papandayan -  arrival on the fumarolian field - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - arrival on the fumarolian field - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Kawah Mas crater and fumaroles - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Kawah Mas crater and fumaroles - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - torrent crossing the crater - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - torrent crossing the crater - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - pool of hot mud and sulfur - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - pool of hot mud and sulfur - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

His first historical eruption was in 1772 : a phreatic eruption caused a collapse in the northeast part of Papandayan and given a horseshoe shaped to the crater Kawah Mas, the gold crater. During this eruption, pyroclastic flows and debris avalanches destroyed 40 villages, causing 2957 casualties.

Then, there are only a few small phreatic eruptions (in 1772, 1923,1925).

Between 1920 and 1940, the Papandayan is cited as responsible for several fatal accidents due to emissions of carbon dioxide in the "Death Valley", located east of the active crater.

In November 2002, a larger phreatic explosive eruption force thousands of people to flee their villages. (see details in the next article)

Map of Papandayan, with its summits and its main structures (faults) - according to A.Mazot / ref. in sources

Map of Papandayan, with its summits and its main structures (faults) - according to A.Mazot / ref. in sources

These phreatic eruptions and fumerolian fields show the presence of a large hydrothermal system.

All the subtleties on this hydrothermal system are developed for specialists in the thesis of Agnes Mazot / Free University of Brussels, by following this link:

http://www.ulb.ac.be/sciences/dste/volcano/AM/Mazot_these.pdf

Papandayan - solfatare of Kawah Mas - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - solfatare of Kawah Mas - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Detail of a sulfur vent in the "Golden Crater" - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - Detail of a sulfur vent in the "Golden Crater" - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - a changing world, where the water can make blood hues - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - a changing world, where the water can make blood hues - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

In 2015, four warnings after swarms of earthquakes and volcanic white plumes amount between 30 and 50 meters above the crater justified maintaining the alert level II / Waspada, established since 06.06.2013.

Papandayan - fragile needles of sulfur - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

Papandayan - fragile needles of sulfur - Photo © 2015 Jean-Michel Mestdagh

To follow: the eruption of 2002 in details, then Gallungung.

 

Sources :

- " Parole aux lecteurs " , avec les photos Jean-Michel Mestdagh, que je remercie

- Activité hydrothermale des volcans Kelud et Papandayan et évaluation des flux de gaz carbonique – thèse de doctorat d’Agnès Mazot /U.L.B. - link

- Global Volcanism Program - Papandayan

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Papandayan, sous un ciel plombé - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan, sous un ciel plombé - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

" Parole aux lecteurs " nous emmène vers l’ouest de l’île de Java et les volcans situés au sud-est de Bandung, grâce aux photos de notre ami Jean-Michel.

 

Place au Papandayan, un stratovolcan complexe équipé de quatre large cratères sommitaux et qui culmine à 2.665 mètres.

Son édification remonte à l’holocène, il y a plus de 12.000 ans, avec l’accumulation de coulées andésitiques à basaltiques, de coulées pyroclastiques et dépôts de cendres ; le tout fortement altéré par l’activité hydrothermale qui a provoqué des avalanches de débris.

Papandayan - arrivée sur le champ fumerolien - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - arrivée sur le champ fumerolien - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - cratère Kawah Mas et ses fumerolles - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - cratère Kawah Mas et ses fumerolles - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - torrent traversant le cratère - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - torrent traversant le cratère - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - mare de boue soufrée et chaude - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - mare de boue soufrée et chaude - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Sa première éruption historique remonte à 1772 : une éruption phréatique a provoqué un effondrement de la partie nord-est du Papandayan et donné une forme en fer à cheval au cratère Kawah Mas, le cratère d’or. Lors de cette éruption, des coulées pyroclastiques et des avalanches de débris ont détruit 40 villages, faisant 2.957 victimes.

Ensuite, on ne dénombre que quelques petites éruptions phréatiques (1772, 1923,1925).

Entre 1920 et 1940, le Papandayan est cité comme responsable de plusieurs accidents mortels dus à des émanations de dioxyde de carbone dans la Vallée de la mort, située à l’est du cratère actif.

En novembre 2002, une éruption explosive phréatique plus importante force des milliers de personnes à fuir leurs villages. (voir détails dans le prochain article)

Carte du Papandayan, avec ses différents sommets et ses principales structures (failles) - d'après A.Mazot / réf. en sources

Carte du Papandayan, avec ses différents sommets et ses principales structures (failles) - d'après A.Mazot / réf. en sources

Ces éruptions phréatiques et les champs fumeroliens attestent de la présence d’un important système hydrothermal.

Toutes les subtilités concernant ce système hydrothermal sont développées pour les spécialistes dans la thèse d'Agnès Mazot / Université Libre de Bruxelles, en suivant ce lien : http://www.ulb.ac.be/sciences/dste/volcano/AM/Mazot_these.pdf

Papandayan - solfatare du Kawah Mas - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - solfatare du Kawah Mas - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - Détail d'un évént soufré dans le "Golden crater" - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - Détail d'un évént soufré dans le "Golden crater" - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - un univers changeant, où les eaux peuvent prendre des teintes sanguines - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - un univers changeant, où les eaux peuvent prendre des teintes sanguines - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

En 2015, quatre alertes suite à des essaims de séismes volcaniques et de panaches blancs montant entre 30 et 50 mètres au-dessus du cratère ont justifié le maintien de l’alerte de niveau II / Waspada, établie depuis le 06.06.2013.

Papandayan - aiguilles fragiles de soufre - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

Papandayan - aiguilles fragiles de soufre - Photo © Jean-Michel Mestdagh 2015

A suivre : l'éruption de 2002 en détails, puis le Gallungung.

 

Sources :

- " Parole aux lecteurs " , avec les photos Jean-Michel Mestdagh, que je remercie

- Activité hydrothermale des volcans Kelud et Papandayan et évaluation des flux de gaz carbonique – thèse de doctorat d’Agnès Mazot /U.L.B. - link

- Global Volcanism Program - Papandayan

 

 

 

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

The eruption of the Laacher See volcano in the Eifel, 13,000 years ago, was one of the most powerful of the late Quaternary in central Europe.

"This is a classic example of a complex Plinian eruption type" according to Professor H.-U. Schmincke, "whose mechanism has radically changed during his brief evolution."

 

The Laacher See, seen from the observation tower - Photo © Bernard Duyck

The Laacher See, seen from the observation tower - Photo © Bernard Duyck

The observation of the strata of the career of Wingertsberg allow to reconstruct the different phases of the eruption :
- The cleaning of the duct was made at the meeting of the magma and the aquifer
- Then a rising plume of ash and gas - of  Plinian type - was formed, amount to more than 30 km. altitude. Its collapse cause the deposits classified in LLST (Lower Laacher See Tephra) and a portion of the tuf ring present around the lake.
- Followed pyroclastic flows that are either pyroclastic flows, either breaking flows... according to the concentration in element : they form the layers MLST (Medium Laacher See Tephra) and ULST (Upper Laacher See Tephra).

 

Career of Wingertsberg - stratification of falling from the eruption of Lacher See - Photo © Bernard Duyck

Career of Wingertsberg - stratification of falling from the eruption of Lacher See - Photo © Bernard Duyck

Laacher See Eruption -emision ratio in m³ / sec and height of the eruption column - according Volcanism of HU.Schmincke

Laacher See Eruption -emision ratio in m³ / sec and height of the eruption column - according Volcanism of HU.Schmincke

Römerbergwerk Meurin - photo left: above, the landscape formed by the eruptions which preceded that of the Laacher See - down, first phase of the eruption of Laacher See - - photo right: above, collapse of Plinian column - downstairs ash emissions at the end of eruption. - A clic to enlarge - photo of explanatory bannersRömerbergwerk Meurin - photo left: above, the landscape formed by the eruptions which preceded that of the Laacher See - down, first phase of the eruption of Laacher See - - photo right: above, collapse of Plinian column - downstairs ash emissions at the end of eruption. - A clic to enlarge - photo of explanatory banners

Römerbergwerk Meurin - photo left: above, the landscape formed by the eruptions which preceded that of the Laacher See - down, first phase of the eruption of Laacher See - - photo right: above, collapse of Plinian column - downstairs ash emissions at the end of eruption. - A clic to enlarge - photo of explanatory banners

The eruption called of the Laacher See has not only changed the area at the time, she also left an impressive amount of tuff and pumice.

These resources have been exploited since Roman times, here is some 2,000 years. The largest tuff mine north of the Alps, also known as Meurin career, is located Kretz: Das Römerbergwerk.

 

Location of Roman exploittions (in red areas) on the vast tuff areas issued by the Laacher See (light gray) - photo of an explanatory banner .

Location of Roman exploittions (in red areas) on the vast tuff areas issued by the Laacher See (light gray) - photo of an explanatory banner .

The tuff layer has a thickness of several meters. The Romans exploited it in dusty and dark underground tunnels.

Rooms have been dug, naturally supported by pillars left in place. Tuff blocks up to 2.5 meters high and 1.60 meters wide were hand cut on all four sides before being released using iron wedges. Pushed to a pit on logs, they came out with a crane.

The original operating area was two to three square kilometers; only a small portion, 45 meters of 55, was preserved in a
futuristic museum, whose the steel cantilever dome protects from the elements. Corridors, stairs and wells explain the life in the mine in the past times ; ancient farming techniques and life of miners and Roman legionnaires are highlighted in a Archéosite.
 

Das Römerbergwerk Meurin - Roman exploitation in the tuff layer exposed and protected under a dome - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - Roman exploitation in the tuff layer exposed and protected under a dome - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - harvestable areas in the tuff layer emitted by the eruption of Laacher See - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - harvestable areas in the tuff layer emitted by the eruption of Laacher See - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - soutainement pillar in a tuff galerie - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - soutainement pillar in a tuff galerie - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - down stairs in the galleries, left - right, extraction pattern of tuff blocks in Roman times - a click to enlarge - Photo © Bernard Duyck 08.2015Das Römerbergwerk Meurin - down stairs in the galleries, left - right, extraction pattern of tuff blocks in Roman times - a click to enlarge - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - down stairs in the galleries, left - right, extraction pattern of tuff blocks in Roman times - a click to enlarge - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin / Archéosite: crane used to lift the tuff blocks extracted from the tuff layer - photo Vulkanpark

Das Römerbergwerk Meurin / Archéosite: crane used to lift the tuff blocks extracted from the tuff layer - photo Vulkanpark

This material was used as building block for homes, for burial sites, sarcophagi, achieving fountains and altars.

He also became one of the Roman concrete constituents ; it was used in the area for the construction of the aqueduct carrying water over 95 km from the Eifel to Cologne / Colonia Claudia Ara Agrippinensum. It was built in 80 AD.

 

Roemerkanal Buschhoven - Eifel Aqueduct in Cologne: the Roman concrete is used for making the channel, the cover is made of cut stones - photo Matthias Abel

Roemerkanal Buschhoven - Eifel Aqueduct in Cologne: the Roman concrete is used for making the channel, the cover is made of cut stones - photo Matthias Abel

Sources :

- Volcanism - chapter on the eruption of Laacher See - by H.-U. Schmincke - ed. Springer

- Eruption dynamics during plinian eruptions : insights from the stratigraphic variations of deposit structures and pumice texture of the Laacher See eruption  : thèse de doctorat de N-A.Urbanski 2003

- Earth of fire - La carrière du Wingerstberg ...ou comment reconstituer l'éruption du Laacher See

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L’éruption, il y a 13.000 ans du volcan Laacher See, dans l’Eifel, fut une des plus puissante de la fin du Quaternaire en Europe centrale.

" C’est un exemple classique d’une éruption de type plinien complexe " selon le Professeur H.-U. Schmincke, " dont le mécanisme a changé radicalement au cours de sa brève évolution ".

Le Laacher See , vu de la tour d'observation - Photo © Bernard Duyck

Le Laacher See , vu de la tour d'observation - Photo © Bernard Duyck

L’observation des strates de la carrière du Wingertsberg permettent de reconstituer les différentes phases de l'éruption :
- le débourrage du conduit s'est fait au moment de la rencontre du magma et de l'aquifère
- ensuite, un  panache ascendant de cendres et de gaz - de type plinien - s'est formé, montant à plus de 30 km. d'altitude. Son effondrement est à l'origine des dépôts classés dans la LLST (Lower Laacher See Tephra) et d'une partie de l'anneau de tuf présent autour du lac.
- Suivent des nuées ardentes qui sont soit des coulées pyroclastiques, soit des déferlantes...selon la concentration en éléments : elles forment les couches MLST (Médium Laacher See Tephra) et ULST (Upper Laacher See Tephra).

Carrière du Wingertsberg - la stratification des retombées de l'éruption du Lacher See - Photo © Bernard Duyck

Carrière du Wingertsberg - la stratification des retombées de l'éruption du Lacher See - Photo © Bernard Duyck

Eruption du Laacher See - Ratio d'émission en m³ / sec. et hauteur de la colonne éruptive - d'après Volcanism de H-U.Schmincke

Eruption du Laacher See - Ratio d'émission en m³ / sec. et hauteur de la colonne éruptive - d'après Volcanism de H-U.Schmincke

Römerbergwerk Meurin - photo de gauche : en haut, le paysage formé par les éruptions qui ont précédé celle du Laacher See - en bas, première phase de l'éruption du Laacher See  - - photo de droite : en haut, effondrement de la colonne plinienne - en bas, émissions de cendres en fin d'éruption. - un clic pour agrandir - photo de bannières explicativesRömerbergwerk Meurin - photo de gauche : en haut, le paysage formé par les éruptions qui ont précédé celle du Laacher See - en bas, première phase de l'éruption du Laacher See  - - photo de droite : en haut, effondrement de la colonne plinienne - en bas, émissions de cendres en fin d'éruption. - un clic pour agrandir - photo de bannières explicatives

Römerbergwerk Meurin - photo de gauche : en haut, le paysage formé par les éruptions qui ont précédé celle du Laacher See - en bas, première phase de l'éruption du Laacher See - - photo de droite : en haut, effondrement de la colonne plinienne - en bas, émissions de cendres en fin d'éruption. - un clic pour agrandir - photo de bannières explicatives

L’éruption dite du Laacher See n’a pas seulement bouleversé la région à l’époque, elle a aussi laissé une impressionnante quantité de tuf et ponces.

Ces ressources ont été exploitées dès l’époque romaine, voici quelques 2.000 ans. La plus grande mine de tuf au nord des Alpes, aussi appelée carrière de Meurin, est située à Kretz : Das Römerbergwerk .

Localisation des exploitations romaines (dans les zones en rouge) sur les vastes zones de tuf émis par le Laacher See (en gris clair) - photo de bannière explicative

Localisation des exploitations romaines (dans les zones en rouge) sur les vastes zones de tuf émis par le Laacher See (en gris clair) - photo de bannière explicative

La couche de tuf est épaisse de plusieurs mètres. Les romains l’ont exploité dans des galeries souterraines poussiéreuses et sombres.

Des chambres ont été creusées, soutenues naturellement par des piliers laissés en place. Des blocs de tuf allant jusqu’à 2,5 mètres de haut sur 1,60 m de large y étaient découpées à la main sur les quatre côtés avant d’être détachés à l’aide de coins de fer. Poussés jusqu’à un puits d’extraction sur des rondins, ils étaient sortis à l’aide d’une grue.

La zone d’exploitation originale était de deux à trois kilomètres carrés ; seule une petite partie, 45 mètres sur 55, a été préservée dans un musée aux allures futuristes, dont la coupole en acier en porte-à-faux la protège des intempéries. Couloirs, puits et escaliers expliquent la vie dans la mine aux temps passés ; les techniques d’exploitation anciennes et la vie des mineurs et des légionnaires romains sont mises en valeur dans un archéosite.

Das Römerbergwerk Meurin - exploitation romaine dans la couche de tuf,  mise au jour, et protégée sous un dôme - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - exploitation romaine dans la couche de tuf, mise au jour, et protégée sous un dôme - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - Zones exploitables dans la couche de tuf émis par l'éruption du Laacher See - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - Zones exploitables dans la couche de tuf émis par l'éruption du Laacher See - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - pilier de soutainement dans une galerie de tuf - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - pilier de soutainement dans une galerie de tuf - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - escalier de descente dans les galeries , à gauche - à droite, schéma d'extraction des blocs à l'époque romaine  - un clic pour agrandir - Photo © Bernard Duyck 08.2015 Das Römerbergwerk Meurin - escalier de descente dans les galeries , à gauche - à droite, schéma d'extraction des blocs à l'époque romaine  - un clic pour agrandir - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin - escalier de descente dans les galeries , à gauche - à droite, schéma d'extraction des blocs à l'époque romaine - un clic pour agrandir - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Das Römerbergwerk Meurin / archéosite : grue utilisée pour remonter les blocs extraits de la couche de tuf - photo Vulkanpark

Das Römerbergwerk Meurin / archéosite : grue utilisée pour remonter les blocs extraits de la couche de tuf - photo Vulkanpark

Ce matériau a été utilisé comme bloc de construction pour les maisons, pour les lieux de sépulture, de sarcophages, la réalisation de fontaines et d’autels.

Il est devenu aussi l’un des constituants du béton romain ; celui-ci a été utilisé dans la région pour la construction de l’aqueduc acheminant l’eau sur 95 km de l’Eifel jusqu’à Cologne / Colonia Claudia Ara Agrippinensum. Il fut construit en 80 après JC.

Roemerkanal buschhoven - Aqueduc de l'Eifel à Cologne : le béton romain est utilisé pour la confection du canal, la couverture faite de pierres taillées - photo Matthias Habel

Roemerkanal buschhoven - Aqueduc de l'Eifel à Cologne : le béton romain est utilisé pour la confection du canal, la couverture faite de pierres taillées - photo Matthias Habel

Sources :

- Volcanism - chapitre sur l'éruption du Laacher See - per H.-U. Schmincke - éd. Springer

- Eruption dynamics during plinian eruptions : insights from the stratigraphic variations of deposit structures and pumice texture of the Laacher See eruption  : thèse de doctorat de N-A.Urbanski 2003

- Earth of fire - La carrière du Wingerstberg ...ou comment reconstituer l'éruption du Laacher See

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Dès le 10 août, l'anomalie thermique est signalée au Cotopaxi par Landsat 8

Dès le 10 août, l'anomalie thermique est signalée au Cotopaxi par Landsat 8

L’IGEPN signale la descente de coulées pyroclastiques sur le flanc sud du volcan , visible sur la webcam à 12h41 UTC le 15.08 , ainsi une sixième explosion de type phréatique au Cotopaxi le 14.08 à 21h31 UTC.

Cotopaxi - 6°explosion du 14.08.2015 - photo Glenda Giacometti  /El comercio

Cotopaxi - 6°explosion du 14.08.2015 - photo Glenda Giacometti /El comercio

Cotopaxi - Coulée pyroclastique - Doc. webcam IGEPN

Cotopaxi - Coulée pyroclastique - Doc. webcam IGEPN

Cotopaxi - Sismos des 14 et 15.08.2015 - doc. IGEPN

Cotopaxi - Sismos des 14 et 15.08.2015 - doc. IGEPN

Suite à la signature par le Président Raphaël Corea d’un décret déclarant l’état d’exception, vraisemblablement suite à l’annonce des coulées pyroclastiques susceptibles de causer une fonte glaciaire er des lahars, des évacuations préventives ont débuté ce 15 août ; elles concernent Mulalo, Lasso et les zones proches des drainages du flanc sud passant par Latacunga.

Le rapport de l’IGEPN précise que les images satellites ne montrent pas d’anomalie thermique au cours des dernières heures. Au matin du 15, une augmentation du trémor est signalée à partir de 5 h, cependant à des niveaux énergétiques inférieurs à ceux enregistrés le 14.

 

A suivre ...

Sources ;

- IGEPN

- El Comercio

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Ulmener maar - photo reisreporter.be

Ulmener maar - photo reisreporter.be

A little apart from the other maars, the Ulmener maar is the youngest maar of the volcanic area of ​​the Eifel.

Born about 2,000 years after the eruption of the Laacher See, her dating by dendrochronology makes up to 11,000 years old, while those by carbon-14 vary between 7.335 and 10.920 years. Volcanologists of the Smithsonian Institution see his activity between 8890 and 8590 BC.

This maar has an irregular shape, in pear shape, measuring 320 m. on 225. Its crater,60 meters deep, notch the underbody from Devonian.

Ulmener maar - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Ulmener maar - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Professor H-U. Schmincke considered a wall 65 meters long, well exposed near the church.
There are eight units, differing in size and color, belonging to types of variables rocks.

In the lower part of the wall, he noticed over three meters high, three distinct layers, each measuring about one meter thick.

Description panel of the wall of the Umener maar - a click to enlarge - Photo © Bernard Duyck 08.Description panel of the wall of the Umener maar - a click to enlarge - Photo © Bernard Duyck 08.

Description panel of the wall of the Umener maar - a click to enlarge - Photo © Bernard Duyck 08.

 The lower layers of the wall of the Ulmener maar - Photo © Bernard Duyck 08.2015

The lower layers of the wall of the Ulmener maar - Photo © Bernard Duyck 08.2015

 The wall of the Ulmener maar, full height - Photo © Bernard Duyck 08.2015

The wall of the Ulmener maar, full height - Photo © Bernard Duyck 08.2015

The lowest layer (A on the didactic panel and on the photo) is characterized by a fine grain size of the thin layers, reflecting episodes of low energy of the eruption.

Layer B, surmounting, is rich in the base Devonian fragments, including a large block of about one meter in diameter, which impacted finer sediments, which hint at the direction of projection.

The C layer is slightly colored and contains many sandstone yellowish
fragments that contrast with those of the layer B. The explosivity of the phreatomagmatic eruption is observed here by the absence of lava or deposits of hot spatters ... the tephra deposited have been cold and wet; they are much more chemically differentiated than in other maars of the Eifel and strongly cemented by carbonate.

"Die Wallenborn brubbel", the cold water geyser of Wallenborn - Photo © Bernard Duyck 08.2015

"Die Wallenborn brubbel", the cold water geyser of Wallenborn - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Western Eifel can not be leave without mentioning "die Wallenborn brubbel"  ; this cold-water geyser is indirectly linked to the volcanism of Eifel . Following the intense activity, there 10-12000 years, large quantities of Carbon dioxide accumulated under the earth's surface. When the pressure is high enough, the water column gushes. With the emptying of the gas pocket, the phenomenon stops and the water flows back.

The geyser Wallenborn - steps of spurt - Photo © Bernard Duyck 08.2015
The geyser Wallenborn - steps of spurt - Photo © Bernard Duyck 08.2015

The geyser Wallenborn - steps of spurt - Photo © Bernard Duyck 08.2015

According to local chronicles, it is mentioned for the first time in the year 1225.
Until 1933, when the first drill, the place was only a source forming a small pond, fenced to prevent accidents related to carbon dioxide emissions.

The well was drilled to 38 m. depth ... for an industrial use of gas; it was quickly abandoned due to the aggressiveness of the mineral water and the rapid corrosion of pipes.
After World War II, there remained a piece of pipe; are regularly found dead birds, for trying to land a few moments there.

In 1975, a competition under "My village is beautiful", won by Wallenborn, allowed villagers helped by a local company to produce a structure making the site highlighted.
The muddy pond was dredged, the bottom filled with gravel, an overflow was laid flowing towards the nearby stream and safety redesigned with the installation of a grid.

Since 1983, long-term agreements governing the source and environment.

Wallenborn brubbel - left, before 1933 - right, rehabilitation work in 1975. - doc. Wallenborn archivesWallenborn brubbel - left, before 1933 - right, rehabilitation work in 1975. - doc. Wallenborn archives

Wallenborn brubbel - left, before 1933 - right, rehabilitation work in 1975. - doc. Wallenborn archives

Walenborn brubbel - between two "eruptions" of the cold geyser - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Walenborn brubbel - between two "eruptions" of the cold geyser - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Maarmuseum Manderscheid

- Vulkaneifel geopark - link

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog