Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Ulmener maar - photo reisreporter.be

Ulmener maar - photo reisreporter.be

Un peu à l’écart des autres maars, l’Ulmener maar est le plus jeune maar de la zone volcanique de l’Eifel.

Né environ 2.000 ans après l’éruption du Laacher See, sa datation par dendrochronologie le fait remonter à 11.000 ans, tandis que celles au carbone-14  varient entre 7.335 et 10.920 ans. Les volcanologues du Smithsonian Institute voient son activité entre 8.890 et 8.590 avant JC.

Ce maar a une forme irrégulière,  en poire, mesurant 320 m. sur 225. Son cratère,  profond de 60 mètres, entaille le sous-bassement du Dévonien..

Ulmener maar - photo © Bernard Duyck 08.2015

Ulmener maar - photo © Bernard Duyck 08.2015

Le professeur H-U. Schmincke a examiné une paroi de 65 mètres de long, bien exposée à proximité de l’église. Il y distingue huit unités, différant en granulométrie et couleur, appartenant à des types de roches variables. Dans la partie basse de la paroi, il remarque sur trois mètres de hauteur, trois couches distinctes, chacune mesurant environ un mètre d’épaisseur.

Panneau didactique de la paroi de l'Umener maar - un clic pour agrandir - photos © Bernard Duyck 08.2015Panneau didactique de la paroi de l'Umener maar - un clic pour agrandir - photos © Bernard Duyck 08.2015

Panneau didactique de la paroi de l'Umener maar - un clic pour agrandir - photos © Bernard Duyck 08.2015

Les couches inférieures de la paroi de l'Ulmener maar - photo © Bernard Duyck 08.2015

Les couches inférieures de la paroi de l'Ulmener maar - photo © Bernard Duyck 08.2015

La paroi de l'Ulmener maar , hauteur complète - photo © Bernard Duyck 08.2015

La paroi de l'Ulmener maar , hauteur complète - photo © Bernard Duyck 08.2015

La couche la plus basse (A sur le panneau didactique et la photo) est caractérisé par une granulométrie fine des couches minces, reflétant des épisodes de basses énergie de l’éruption.

La couche B qui la surmonte est riche en fragments du socle Dévonien, dont un gros bloc d’environ un mètres de diamètre, qui a impacté des sédiments plus fins, et qui laissent deviner sa direction de projection .

La couche C est peu colorée et contient de nombreux fragments jaunâtres de grès qui contrastent avec ceux de la couche B. L’explosivité de l’éruption phréatomagmatique se remarque ici par l’absence de coulées de lave ou de dépôts de spatters à chaud … les téphras déposés l’ont été à froid et en milieu humide ; ils sont beaucoup plus différenciés chimiquement que ceux des autres maars de l’Eifel et fortement cimentés par des carbonates.

"Die Wallenborn brubbel" , le geyser d'eau froide de Wallenborn - photo © Bernard Duyck 08.2015

"Die Wallenborn brubbel" , le geyser d'eau froide de Wallenborn - photo © Bernard Duyck 08.2015

On ne peut quitter l’Eifel ouest sans mentionner « die Wallenborn brubbel" : ce geyser d’eau froide est lié indirectement au volcanisme de l'Eifel :  suite à l'activité intense, il y a 10 à 12.000 ans, de grandes quantités de dioxyde de carbone se sont accumulées sous la surface terrestre. Lorsque la pression est suffisamment élevée, une colonne d'eau jaillit . Avec la vidange de la poche de gaz, le phénomène s'interrompt et l'eau reflue.

Le geyser de Wallenborn - étapes du jaillissement - photos © Bernard Duyck 08.2015
Le geyser de Wallenborn - étapes du jaillissement - photos © Bernard Duyck 08.2015

Le geyser de Wallenborn - étapes du jaillissement - photos © Bernard Duyck 08.2015

Selon les chroniques locales, il en est fait mention pour la première fois en l'an 1225.

Jusqu'en 1933, date du premier forage, l'endroit n'était qu'une source de plein pied formant une petite mare, cloturée pour éviter les accidents liés aux émanations de dioxyde de carbone.

Le puits a été foré à 38 m. de profondeur... en vue d'une utilisation industrielle du gaz; celle-ci fut rapidement abandonnée en raison de l'agressivité de l'eau minérale et de la corrosion rapide des tuyaux.

Après la seconde guerre mondiale, ne subsistait qu'un bout de tuyau; on retrouvait régulièrement des oiseaux morts, pour avoir voulu se poser quelques instants à cet endroit.

En 1975, un concours, dans le cadre "Mon village est beau",  gagné par Wallenborn permis aux villageois, aidés d'une entreprise locale, de réaliser une structure mettant le site en évidence. L'étang boueux a été dragué, le fond rempli de gravier, un trop-plein a été posé se déversant vers le ruisseau proche et la sécurité repensée avec la pose d'une grille.

Depuis 1983, des accords à long terme régissent la source et son environnement.

Wallenborn brubbel - à gauche, avant 1933 - à droite, travaux de réhabilitation à partir de 1975. - archives WallenbornWallenborn brubbel - à gauche, avant 1933 - à droite, travaux de réhabilitation à partir de 1975. - archives Wallenborn

Wallenborn brubbel - à gauche, avant 1933 - à droite, travaux de réhabilitation à partir de 1975. - archives Wallenborn

Walenborn brubbel - entre deux "éruptions" du geyser froid - photos © Bernard Duyck 08.2015

Walenborn brubbel - entre deux "éruptions" du geyser froid - photos © Bernard Duyck 08.2015

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Maarmuseum Manderscheid

- Vulkaneifel geopark - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

The Pulvermaar, sometimes called Gillenfelder maar, is driven in the forest, and occupied by a lake, whose level is 411 meters.
Her measurements: 900 m long by 800 wide and 120m deep. Its walls are carved in sediments dating from the Devonian and covered with ten meters of tuff at the top.
Its banks are home to an outdoor center and swimming pool; tourism overgrazing reduced much of his interest.

The Pulvermaar, driven in the forest - photo Eifel tourism gmbh

The Pulvermaar, driven in the forest - photo Eifel tourism gmbh

Further south lies the stratovolcano Römerberg; it is cut by a career of ejection tuff from the maar of Strohn. The cuvette, 210 meters of 140, is occupied by a bog, the Strohner Määrchen, and surrounded by fields.

The small maar of Strohn, also called Dürresmaar, formed 8,100 years ago, during a flank eruption of Römerberg. With a diameter of 170 meters and an area of ​​113 hectares, this is the type "finalmaar", a maar in the siltation point of silting :  thick peat deposits of about ten meters, still intact, cover the bottom of the tank ... making it a place of importance for geology, paleobotany and biodiversity (250 plant species find their habitat).

Pulvermaar, stratovolcano of Römerberg and Strohner Määrchen.

Pulvermaar, stratovolcano of Römerberg and Strohner Määrchen.

Strohner Määrchen - photo GPS Eifel

Strohner Määrchen - photo GPS Eifel

A large fissure eruption, dated of 20-30,000 years, formed three coalescing ash cones, aligned on a NS axis. completed by the maar Sprinker. The volcanoes are so close that they are not individually identifiable; they form the Wartgesberg.

The youngest cinder cone, located south, has produced the longest lava flow in the Eifel: 5.500 meters.

Wartgesberg situation, largely destroyed by quarries, and Sprinker maar - both south of Pulvermaar - according to a local display. The Vulkanhaus of Strohn (gray) is also on the casting.

Wartgesberg situation, largely destroyed by quarries, and Sprinker maar - both south of Pulvermaar - according to a local display. The Vulkanhaus of Strohn (gray) is also on the casting.

This quarry exposes welded slag and some lava tongues; it also has two "mythical" bombs: a real ... and another!

The largest (the true) volcanic bomb in the Eifel weighs 1.46 tons and was discovered in 2007.

Wartgesberg - a cut in welded slag, with some lava tongues - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Wartgesberg - a cut in welded slag, with some lava tongues - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Wartgesberg - the biggest true bomb in Eifel - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Wartgesberg - the biggest true bomb in Eifel - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Didactic panel of  Wartgesberg and thumbnail showing the extracting of the bomb of  1.46 T by carriers. - a click to open - Photo © Bernard Duyck 08.2015Didactic panel of  Wartgesberg and thumbnail showing the extracting of the bomb of  1.46 T by carriers. - a click to open - Photo © Bernard Duyck 08.2015

Didactic panel of Wartgesberg and thumbnail showing the extracting of the bomb of 1.46 T by carriers. - a click to open - Photo © Bernard Duyck 08.2015

The "Strohner lava bomb," star of the place, is in no way a pyroclastic formation. Its gigantic measurements, 5 meters in diameter and weighs 120 tons, suggest that she has no time could be propelled into the air. It can be described as a "ball of basalt formed by volcanic activity."

Nevertheless, it is a geological curiosity: discovered in 1969 during a mine fire, it was demonstrated in a quarry wall, before being placed in its current location, on a metal plate in years 80.

The "Strohner lava bomb" - Photo © Bernard Duyck 08.2015

The "Strohner lava bomb" - Photo © Bernard Duyck 08.2015

A hole at its base has allowed us to understand its formation: during one of the eruptions of Wartgesberg (between 15 and there 31,000 years), a piece of the crater collapsed into the vent. During his fall, he met fragments of incandescent lava, which are glued to the surface. Raised in a new eruptive episode, this chunk of basalt played the "yoyo" and has been enriched with new fragments of lava, who did grow to reach its respectable size, a bit like including a small snowball grows when the rolls in a layer of snow. The structure was installed in the walls of the crater, which it was dislodged by a mine fire in the industrial exploitation of the site.

 

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Maarmuseum Manderscheid

- Vulkaneifel geopark - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le Pulvermaar, parfois appelé Gillenfelder maar, est enchassé dans la forêt, et occupé par un lac, dont le niveau se trouve à 411 mètres d’altitude.

Ses mensurations : 900 m de long sur 800 de large, et 120m de profondeur. Ses parois sont taillées dans des sédiments datés du Dévonien, et recouverts d’une dizaine de mètres de tuf au sommet.

Ses berges abritent un centre de plein air et une piscine ; le surpâturage touristique en réduit de beaucoup l’intérêt.

Le Pulvermaar enchassé dans la forêt - photo Eifel tourism gmbh

Le Pulvermaar enchassé dans la forêt - photo Eifel tourism gmbh

Plus au sud, se trouve le stratovolcan du Römerberg ; il est entamé par une carrière de tufs d’éjection du maar de Strohn. La cuvette, de 210 mètres sur 140, est occupé par une tourbière,  le Strohner Määrchen, et entourée de champs.

Le petit maar de Strohn, appelé aussi Dürresmaar, s'est formé il y a 8.100 ans, lors d'une éruption de flanc du Römerberg. D'un diamètre de 170 mètres, et une surface de 113 hectares, c'est le type "finalmaar", un maar sur le point d'envasement : des dépôts de tourbe épais d'une dizaine de mètres, encore intacts, couvrent le fond du réservoir... ce qui en fait un lieu d'importance pour la géologie, la paléobotanique et la biodiversité (250 espèces de plantes y trouvent leur habitat).

Pulvermaar, stratovolcan du Römerberg et Strohner Määrchen.

Pulvermaar, stratovolcan du Römerberg et Strohner Määrchen.

Strohner Määrchen" - photo Eifel GPS

Strohner Määrchen" - photo Eifel GPS

Une éruption fissurale importante, datée de 20-30.000 ans, a formé trois cônes de cendres coalescents, alignés sur un axe N-S. terminé par le Sprinker maar. Les volcans sont tellement proches qu'ils ne sont plus identifiables individuellement; ils forment le Wartgesberg.

Le plus jeune cinder cone situé au sud a produit la coulée de lave la plus longue de l'Eifel : 5.500 mètres.

Situation du Wartgesberg, largement entamé par les carrières, et du Sprinker maar - tous deux au sud du Pulvermaar - d'après une affiche locale.  La Vulkanhaus de Strohn  (en gris) se trouve elle aussi sur la coulée.

Situation du Wartgesberg, largement entamé par les carrières, et du Sprinker maar - tous deux au sud du Pulvermaar - d'après une affiche locale. La Vulkanhaus de Strohn (en gris) se trouve elle aussi sur la coulée.

Cette carrière expose des scories soudées et quelques langues de lave ; elle présente aussi deux bombes "mythiques" : une vraie et une ... autre !

La plus grande (vraie) bombe volcanique de l'Eifel pèse 1,46 tonnes et fut découverte en 2007.

Wartgesberg - coupe dans des scories soudées, présentant quelques langues de lave.- photo © Bernard Duyck 08.2015

Wartgesberg - coupe dans des scories soudées, présentant quelques langues de lave.- photo © Bernard Duyck 08.2015

Wartgesberg - la plus grosse bombe (véritable) de l'Eifel - photo © Bernard Duyck 08.2015

Wartgesberg - la plus grosse bombe (véritable) de l'Eifel - photo © Bernard Duyck 08.2015

Panneau didactique sur le Wartgesberg et vignette montrant l'extraction de la bombe de 1,46 T par les carriers. - un clic pour ouvrir - photo © Bernard Duyck 08.2015Panneau didactique sur le Wartgesberg et vignette montrant l'extraction de la bombe de 1,46 T par les carriers. - un clic pour ouvrir - photo © Bernard Duyck 08.2015

Panneau didactique sur le Wartgesberg et vignette montrant l'extraction de la bombe de 1,46 T par les carriers. - un clic pour ouvrir - photo © Bernard Duyck 08.2015

La "Ströhner lava bombe", vedette du lieu, n'est en rien une formation pyroclastique. Ses gigantesques mensurations, 5 mètres de diamètre pour un poids de 120 tonnes, laissent supposer qu'elle n'a pu a aucun moment être propulsée dans les airs. On peut la qualifier de "boule de basalte formée par l'activité volcanique ".

C'est néanmoins une curiosité géologique : découverte en 1969 lors d'un tir de mine, elle fut mise en évidence dans une paroi de la carrière, avant d'être placée à son emplacement actuel, sur une plaque de métal, dans les années 80.

La "Ströhner lava bombe" - photo © Bernard Duyck 08.2015

La "Ströhner lava bombe" - photo © Bernard Duyck 08.2015

Un trou à sa base a permis de comprendre sa formation : durant l'une des éruptions du Wartgesberg (entre il y a 15 et 31.000 ans), un morceau du cratère s'est effondré dans l'évent. Lors de sa chute, il a rencontré des fragments de lave incandescente, qui se sont collés à la surface. Rehaussé lors d'un nouvel épisode éruptif, ce gros morceau de basalte a joué le "yoyo" et s'est enrichi de nouveaux lambeaux de lave, qui l'ont fait grossir jusqu'à atteindre sa taille respectable, un peu à la façon dont une petite boule de neige grossit lorsqu'on la roule dans une couche de neige. La structure s'est installée dans les parois du cratère, dont elle a été délogée par un tir de mine lors de l'exploitation industrielle du site.

 

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Maarmuseum Manderscheid

- Vulkaneifel geopark - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
The maars of Daun in the foreground woody, the Gemündener maar - in the center, the Weinfelder maar, and in the background, the maar of Schalkenmehren. - Photo "Maare" by Martin Schildgen - Own work. Under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

The maars of Daun in the foreground woody, the Gemündener maar - in the center, the Weinfelder maar, and in the background, the maar of Schalkenmehren. - Photo "Maare" by Martin Schildgen - Own work. Under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

South of the small town of Daun, the three maars overlapping an eruptive fissure stretching on a northwest / south-east axix. The "Dauner Maare" were formed, there are tens of thousands of years, starting with the explosion crater of Schalkenmehren, then came that of Gemünden and finally that of Weinfeld.

The Daun maars on eruptive fissure - Photo © Bernard Duyck / 08.2015 after a didactic panel

The Daun maars on eruptive fissure - Photo © Bernard Duyck / 08.2015 after a didactic panel

Maars Daun seen in section - legends from the top : altitude of thelakes / height difference over the tributary of the Moselle River Lieser / lake depth / lakes diameter of max & min / ... / superficie - Doc. Schalkenmehren.de

Maars Daun seen in section - legends from the top : altitude of thelakes / height difference over the tributary of the Moselle River Lieser / lake depth / lakes diameter of max & min / ... / superficie - Doc. Schalkenmehren.de

The circuit from Daun takes no account of the chronology of eruptions ...

So we begin by Gemündener maar.
It is pressed in a forest and partially occupied by a lake, whose level is 406 m. altitude. The measurements of the explosion crater  : 675 m. long by 560 m. wide, with a depth of 53-154 meters.

Gemündener maar - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Gemündener maar - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

We must descend into the valley by a one-way road and ride, bypassing the heights of the Mäuseberg, to the pass that separates Weinfelder maar of Schalkenmehrener maar ; an amazing perspective emerges from both sides to these two entities.

The Weinfelder maar is 625 m. of 575 to a depth of 67-87 meters. The lake that fills an important part of the maar is located 484 meters above sea level. Its banks are accessible by the Mäuseberg, topped its Dronketurm.

Weinfelder maar, seen from the point of view of the pass - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Weinfelder maar, seen from the point of view of the pass - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

The Schalkenmehrener maar, the oldest, is divided into two entities: the east and west, covering 21.6 hectares. (See formation schedule).

Te eastern maar is the smallest and the oldest, and transformed nowadays in a bog; the maar West, 920 m to a depth of 880 51-105 meters, has largely filled the previous during his formation. The maar West is partly occupied by a lake whose level is 420 m. above sea level, bordering the Schalkenmehren village.

Schalkenmehrener maar west - the lake and the village of Schalkenmehren - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Schalkenmehrener maar west - the lake and the village of Schalkenmehren - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

 Schalkenmehrener maar East - the dry maar and bog - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Schalkenmehrener maar East - the dry maar and bog - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Maarmuseum Manderscheid

- Vulkaneifel geopark - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Les maars de Daun  : à l'avant-plan boisé, le Gemündener maar - au centre, le Weinfelder maar, et en arrière plan, les maars de Schalkenmehren. - photo « Maare » par Martin Schildgen — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Les maars de Daun : à l'avant-plan boisé, le Gemündener maar - au centre, le Weinfelder maar, et en arrière plan, les maars de Schalkenmehren. - photo « Maare » par Martin Schildgen — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Au sud de la petite ville de Daun, les trois maars chevauchent une fissure éruptive s’étirant sur un axe nord-ouest / sud-est. Les " Dauner maare " se sont formés, il y a une dizaine de milliers d’années, en commençant par le cratère d’explosion de Schalkenmehren, puis vint celui de Gemünden et enfin celui de Weinfeld.

Les maars de Daun sur la fissure éruptive - Photo © Bernard Duyck / 08.2015 d'après un panneau didactique  -

Les maars de Daun sur la fissure éruptive - Photo © Bernard Duyck / 08.2015 d'après un panneau didactique -

Maars de Daun vus en coupe - légendes de haut en bas : altitude des lacs / dénivellé par rapport à l’affluent de la Moselle, la rivière Lieser / profondeur des lacs / diamètres des lacs max & min. / … / superficie en hectares. - doc. Schalkenmehren.de

Maars de Daun vus en coupe - légendes de haut en bas : altitude des lacs / dénivellé par rapport à l’affluent de la Moselle, la rivière Lieser / profondeur des lacs / diamètres des lacs max & min. / … / superficie en hectares. - doc. Schalkenmehren.de

Le circuit au départ de Daun ne tient aucun compte de la chronologie des éruptions …

nous débutons donc par le Gemündener maar.

Il est encaissé dans une forêt et partiellement occupé par un lac, dont le niveau est de 406 m. d’altitude. Les mensurations du cratère d’explosion : 675 m. de long, sur 560 m. de large, pour une profondeur variant de 53 à 154 mètres.

Gemündener maar -  photo © Bernard Duyck / 08.2015

Gemündener maar - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Il faut redescendre dans la vallée par une route à sens unique et monter, en contournant le relief du Mäuseberg, vers le col qui sépare les maars de Weinfeld et de Schalkenmehren ; un étonnant point de vue se dégage de part et d’autre vers ces deux entités.

Le Weinfelder maar fait 625 m. sur 575, pour une profondeur de 67 à 87 mètres. Le lac qui en remplit une importante part est situé à 484 mètres d’altitude. Ses berges sont accessibles par le Mäuseberg, surmonté de sa Dronketurm.

Weinfelder maar , vu du pointr de vue du col -  photo © Bernard Duyck / 08.2015

Weinfelder maar , vu du pointr de vue du col - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Le Schalkenmehrener maar, le plus ancien, se décline en deux entités : est et ouest, qui couvrent 21,6 hectares. (voir schéma de formation).

Le maar Est plus petit est le plus ancien, et transformé de nos jours en tourbière ; le maar Ouest, de 920 m sur 880 pour une profondeur de 51 à 105 mètres, a comblé en grande partie le précédent lors de sa formation. Le maar Ouest est occupé en partie par un lac, dont le niveau est à 420 m. d’altitude, que borde l’agglomération de Schalkenmehren..

Schalkenmehrener maar ouest - le lac et la bourgade de Schalkenmehren - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Schalkenmehrener maar ouest - le lac et la bourgade de Schalkenmehren - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Schalkenmehrener maar Est - maar sec et tourbière - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Schalkenmehrener maar Est - maar sec et tourbière - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Maarmuseum Manderscheid

- Vulkaneifel geopark - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Near Manderscheid, and its castles Oberburg and Niederburg, which reflect the political upheavals in the Middle Ages, we find two maars, the maar of Meerfeld and of Hinkel, and the Mosenberg volcanic complex.

The medieval castles of Manserscheid - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

The medieval castles of Manserscheid - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

The Meerfelder maar is the largest formation resulting from a phreatomagmatic eruption in the western Eifel.

Located west of the massif, the structure measure 1,480 meters over 1200 meters; its depth is 180 meters. The lake itself occupies only a part of the explosion crater, with 490 meters in diameter. The romantic village of Meerfeld and fields invested the rest.

The maar is shallow : 17-18 meters and its waters are polytrophes; during the summer months, the water is cloudy and brownish in color, because of algae.

Mr. Krafft date him of a little less than 11,000 years

Meerfelder maar - photo Wandermagazin

Meerfelder maar - photo Wandermagazin

 Meerfeldermaar and the village of Meerfeld - Doc. official site

Meerfeldermaar and the village of Meerfeld - Doc. official site

South of Meerfeldermaar, the Hinkelsmaar dried up around the year 1840;

The drainage of Hinkelmaar, to exploit peat, empty a part of the year of its waters. Its tuff crater lies under the thick layer of peat 4.8 to 9.5 meters ... his age is estimated to be 17,000 years old. Superficially, the peat layer contains a layer of tuff from the eruption of Meerfelder maar.

The Hinkelsmaar - top view, the bog - down, the maar partially filled by water in March 2009 - photo Panoramio
The Hinkelsmaar - top view, the bog - down, the maar partially filled by water in March 2009 - photo Panoramio

The Hinkelsmaar - top view, the bog - down, the maar partially filled by water in March 2009 - photo Panoramio

The volcanic history of Mosenberg-Reihen group began here 80,000 years ago,with the first eruption. Eruptions are then succeeded on a NNW-SSE axis, on which there are six vents.

Mosenberg up consists of two cinder cones, including a basalt flow, 17 meters thick, that escapes from the most southern cone, and is channeled over 1,600 m in the Horngraben. A career cut its crater in iron horse.

The two maars, Meerfelder maar and Hinkelsmaar, and the volcanic group Mosenberg - the area is intersected by faults - from a didactic panel / Photo © Bernard Duyck / 08.2015

The two maars, Meerfelder maar and Hinkelsmaar, and the volcanic group Mosenberg - the area is intersected by faults - from a didactic panel / Photo © Bernard Duyck / 08.2015

North of the group, Windsborn cinder cone, a little separated from the twins Mosenberg, contains a real crater lake, not a maar, and the only crater lake north of the Alps.

On top of the large cross, whjere we find ejection slag strongly welded, one can admire the sunken Windsborn kratersee.

The Windsborn kratersee - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

The Windsborn kratersee - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Welded scoria of cone Windsborn - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Welded scoria of cone Windsborn - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Maarmuseum Manderscheid

- Vulkaneifel geopark - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

A proximité de Manderscheid, et de ses châteaux Oberburg et Niederburg, qui témoignent des déchirements politiques du Moyen-âge, on découvre deux maars, le maar de Meerfeld et celui de Hinkel, et le complexe volcanique Mosenberg.

Les châteaux médiévaux de Manserscheid - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Les châteaux médiévaux de Manserscheid - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Le Meerfelder maar est la plus grande formation résultant d'une éruption phréatomagmatique de l'Eifel occidental.

Située à l’ouest du massif, la structure mesure 1480 mètres sur 1200 mètres; sa profondeur est de 180 mètres. Le maar proprement dit n'occupe qu'une partie, avec 490 mètres de diamètre. La bourgade romantique de Meerfeld et des champs ont investi le reste du cratère d’explosion.

Le maar est peu profond : 17 à 18 mètres et ses eaux sont polytrophes ; durant les mois d'été, l'eau est trouble et de couleur brunâtre, à cause des algues.

M. Krafft le date d’un peu moins de 11.000 ans.

Meerfelder maar - photo Wandermagazin

Meerfelder maar - photo Wandermagazin

Meerfeldermaar et le village de Meerfeld - doc. site officiel

Meerfeldermaar et le village de Meerfeld - doc. site officiel

Au sud du Meerfeldermaar, l’Hinkelsmaar s’est asséché vers l’an 1840 ; Le drainage de l'Hinkelmaar, en vue d'exploiter la tourbe, le vide une partie de l'année de ses eaux. Son cratère de tuff gît sous la couche de tourbe épaisse de 4,8 à 9,5 mètres ... son âge est estimé à 17.000 ans. Superficiellement, la couche de tourbe abrite une couche de tuff provenant de l'éruption du Meerfelder maar.

l'Hinkelsmaar - en haut, la tourbière - en bas, le maar partiellement rempli par les eaux en mars 2009 - photo Panoramio
l'Hinkelsmaar - en haut, la tourbière - en bas, le maar partiellement rempli par les eaux en mars 2009 - photo Panoramio

l'Hinkelsmaar - en haut, la tourbière - en bas, le maar partiellement rempli par les eaux en mars 2009 - photo Panoramio

L’histoire volcanique du groupe Mosenberg-Reihen a débuté voici 80.000 ans avec la première éruption. Les éruptions se sont ensuite succédé sur un axe NNO-SSE, sur lequel on compte six évents.

Le haut Mosenberg se compose de deux cônes de scories, dont une coulée basaltique, épaisse de 17 mètres, s’échappe du cône le plus au sud, et est canalisée  sur 1.600 m dans le Horngraben. Une carrière entaille son cratère en fer-à-cheval.

Les deux maars, Meerfelder maar et Hinkelsmaar, et le groupe volcanique Mosenberg - la zone est recoupée par des failles - d'après un panneau didactique / photo © Bernard Duyck / 08.2015

Les deux maars, Meerfelder maar et Hinkelsmaar, et le groupe volcanique Mosenberg - la zone est recoupée par des failles - d'après un panneau didactique / photo © Bernard Duyck / 08.2015

Au nord du groupe, le cône de scories Windsborn, un peu séparé des jumeaux du Mosenberg, contient un lac de cratère véritable, pas un maar, et le seul lac de cratère au nord des Alpes. Du haut de la grande croix, où l’on trouve des scories d’éjection fortement soudées, on peut admirer en contrebas le Windsborn kratersee.

Le Windsborn kratersee - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Le Windsborn kratersee - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Scories soudées du cône Windsborn - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Scories soudées du cône Windsborn - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Maarmuseum Manderscheid

- Vulkaneifel geopark - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Besides its many volcanoes, the Eifel massif, in Germany, has some explosion craters, called maar.
They are mostly gathered in the western part of the massif.

 

The eruptive centers of Eifel - the maars are concentrated in the western part of the massif - map from "Vulkane in der Eifel / Hans-Ulrich Schmincke"

The eruptive centers of Eifel - the maars are concentrated in the western part of the massif - map from "Vulkane in der Eifel / Hans-Ulrich Schmincke"

We called "maar" an explosion crater, usually of large diameter, occupied by a lake or clogged, not located on top of an eruptive building, but hacking to the punch the pre-existing bedrock. The fragments torn from the bedrock are still an important part, often predominant, of the products projected by the crater.

The hydrovolcanisme characterizes the maars, and implements phreatic eruptions type sensu stricto,  when the magma underlying, cause of the increased of yhe flow of heat and vaporization of water, remains deeply, or phreatomagmatic eruptions type, where magma and water are involved in various proportions, with output of the magma in the surface.

Maar type structure - Doc. Geomorphology journals

Maar type structure - Doc. Geomorphology journals

In the Eifel massif, there are between 12,000 and 10,000 years ago, the encounter between the waters of the aquifer and the magma dug craters in the bedrock of the massif, dating back to the Devonian (420-359 Ma) ... fragments of rock cooled from the eruptions of maars that we find in surface contain up to 90% of fragments of the bedrock.

The negative morphology of the land after the explosions resulting from the surface collapse;

at the end of the activity, this flat-bottomed depression fills with rocks from collapsing edges of the crater and impact in the bowl. Waterproofed by alteration clays, it can then be occupied by a lake - a maar in German - that forms under rain water and / or groundwater inflows.

Die Dauner Maare - the Schalkenmehrener maar - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Die Dauner Maare - the Schalkenmehrener maar - Photo © Bernard Duyck / 08.2015

Lakes of the Eifel, also called the "Eifel eyes" because of their indigo blue waters are just some examples :the maars of Ulmen, Gemünd, Weinfeld, Schalkenmehren, Immerath, Meerfeld or the Pulvermaar and Holzmaar.

To follow: Meerfeldermaar and Hinkelsmaar, the maars of Daun and the Mosenberg group.

 

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Károly Németh, Ulrike Martin et Gábor Csillag  - «  Pitfalls in erosion level calculation based on remnants of maar and diatreme volcanoes », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], 3/2007 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 08 août 2015. URL :http://geomorphologie.revues.org/3822 ;DOI :10.4000/geomorphologie.3822

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Outre ses nombreux volcans, le massif de l’Eifel, en Allemagne, compte quelques cratères d’explosion appelés maars.

Ils sont pour la plupart rassemblés dans la zone ouest du massif.

Les centres éruptifs du massif de l'Eifel - les maars sont concentrés dans la partie ouest du massif - carte in Vulkane der Eifel / Hans-Ulrich Schmincke

Les centres éruptifs du massif de l'Eifel - les maars sont concentrés dans la partie ouest du massif - carte in Vulkane der Eifel / Hans-Ulrich Schmincke

On appelle “maar” un cratère d’explosion, généralement de grand diamètre, occupé par un lac ou colmaté, non situé au sommet d’un édifice éruptif, mais entaillant à l’emporte-pièce le substratum préexistant. Les fragments arrachés à ce substratum constituent toujours une part importante, souvent prédominante, des produits projetés par ce cratère.

C’est l’hydrovolcanisme qui caractérise les maars, et met en œuvre les éruptions de type phréatique sensu stricto, lorsque le magma sous-jacent, à l’origine de l’augmentation du flux de chaleur et de la vaporisation de l’eau, reste en profondeur, ou les éruptions de type phréatomagmatique, dans lesquelles le magma et l’eau interviennent en diverses proportions, avec sortie du magma en surface.

Structure de type maar - doc. Géomorphologie revues

Structure de type maar - doc. Géomorphologie revues

Dans l’Eifel, il y a entre 12.000 et 10.000 ans, la rencontre entre les eaux de l’aquifère et le magma, ont creusé des cratères dans le socle rocheux du massif, datant du Dévonien (420 à 359 Ma) … les fragments de roches refroidis des éruptions de maars qu’on retrouve en surface contiennent jusqu’à 90% de fragment du socle.

La morphologie négative du terrain après les explosions résulte de l’effondrement en surface ; au terme de l’activité, la dépression à fond plat se remplit de roches provenant d’effondrement des bords du cratère et des retombées dans la cuvette. Imperméabilisée par des argiles d’altération,  elle peut être ensuite occupée par un lac – un maar en allemand – qui se forme sous les apports d’eau de pluie et/ou d’eau souterraine.

Die Dauner maare - le Schalkenmehrener maar - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Die Dauner maare - le Schalkenmehrener maar - photo © Bernard Duyck / 08.2015

Des lacs de l’Eifel, appelés aussi les " yeux de l’Eifel " en raison de leur eaux bleu indigo, ne restent que quelques exemplaires, les maars d’Ulmen, de Gemünd, de Weinfeld, de Schalkenmehren, d’Immerath, de Meerfeld ou encore le Pulvermaar et le Holzmaar.

A suivre : Meerfelder maar et Hinkelsmaar, les maars de Daun et le groupe Mosenberg.

 

Sources :

- Vulkane der Eifel – par H-U. Schmincke – éd. Spektrum

- Guide des volcans d’Europe et des Canaries – par M.Krafft et FD. De Larouzière – éd. Delachaux & Niestlé

- Károly Németh, Ulrike Martin et Gábor Csillag  - «  Pitfalls in erosion level calculation based on remnants of maar and diatreme volcanoes », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], 3/2007 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 08 août 2015. URL :http://geomorphologie.revues.org/3822 ;DOI :10.4000/geomorphologie.3822

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Les trois maars de Daun - les Gemündenener, Weinfelder et Schalkenmehrener maars - photo Martin Schildgen

Les trois maars de Daun - les Gemündenener, Weinfelder et Schalkenmehrener maars - photo Martin Schildgen

Bientôt dans ce blog, une visite des maars de l'Eifel, connus comme les "yeux de l'Eifel" , en raison du bleu profond de leurs eaux, et de leur forme circulaire.

Le Meerfelder Maar - photo Manderscheid région de vacances

Le Meerfelder Maar - photo Manderscheid région de vacances

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog