Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La rive orientale du lac Sevan est entourée de sommets moins élevés, mais est plus escarpée. Les rivages se rétrécissent et bordent l'Azerbaïdjan ; la situation géographique et le conflit armé expliquent la faible densité de population dans ces zones de pâturages.

Arménie - rive est du lac Sevan - la région est peu développée; on y pratique l'élevage et les rivages se rétrécissent - un clic pour agrandir -  photos © Bernard Duyck 2019Arménie - rive est du lac Sevan - la région est peu développée; on y pratique l'élevage et les rivages se rétrécissent - un clic pour agrandir -  photos © Bernard Duyck 2019
Arménie - rive est du lac Sevan - la région est peu développée; on y pratique l'élevage et les rivages se rétrécissent - un clic pour agrandir -  photos © Bernard Duyck 2019

Arménie - rive est du lac Sevan - la région est peu développée; on y pratique l'élevage et les rivages se rétrécissent - un clic pour agrandir - photos © Bernard Duyck 2019

A la sortie de Sevan, à l'architecture de type soviétique délabrée et sans intérêt, se trouve une colline, qui était encore une île au début du 20° siècle. Devenue presqu'île avec la baisse du niveau du lac Sevan, elle abrite deux modestes églises médiévales, en pierres de lave noires, vestiges du monastère Sevanavank.

Sourp Arakélots ( église des Saints Apôtres) et Sourp Asdvazadzine (église de la Sainte Mère de Dieu) ont été construites au début de la Renaissance Arménienne, succédant à la domination arabe en 874.

Lac Sevan - la presqu'île de Sevan - photo © Bernard Duyck 2019

Lac Sevan - la presqu'île de Sevan - photo © Bernard Duyck 2019

Lac Sevan - les églises des Saints Apôtres et de la Sainte Mère de Dieu,  en pierres volcaniques noires, restes du Monastère Sevanavank - photo © Bernard Duyck 2019

Lac Sevan - les églises des Saints Apôtres et de la Sainte Mère de Dieu, en pierres volcaniques noires, restes du Monastère Sevanavank - photo © Bernard Duyck 2019

Sevanavank - cérémonie d'une antique liturgie dans Sourp Asdvadzadzine - photos © Bernard Duyck 2019
Sevanavank - cérémonie d'une antique liturgie dans Sourp Asdvadzadzine - photos © Bernard Duyck 2019

Sevanavank - cérémonie d'une antique liturgie dans Sourp Asdvadzadzine - photos © Bernard Duyck 2019

Source : Arménie – guide Petit Futé 2019

 

A suivre: les orgues basaltiques de Garni 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
 The volcanoes of Ghegam ridge - photo © Bernard Duyck 2019

The volcanoes of Ghegam ridge - photo © Bernard Duyck 2019

The volcanic field of Ghegam Ridge is located between the Yerevan capital and Lake Sevan. It is composed of lava domes and pyroclastic cones, as well as lava flows, covering an area of ​​65 km. of 35km.

The volcanic formations are roughly positioned in three NNO-SSE oriented axes. Lava flows from the "central and east" groups occurred to Lake Sevan.

The initial explosive eruptions were followed by the extrusion of domes and rhyolitic obsidian flows.

The last activity, dated by the GVP of 1900 BCE, produced a series of basalt-andesitic andesitic lava flows.

Lake Sevan and Ghegam ridge (snow-covered peaks), seen by Sentinel 2 nat colors on 160.06.2019 - one click to enlarge

Lake Sevan and Ghegam ridge (snow-covered peaks), seen by Sentinel 2 nat colors on 160.06.2019 - one click to enlarge

Location of Armenian volcanoes - from Google 2010

Location of Armenian volcanoes - from Google 2010

Armenia - Ghegam ridge and Lake Sevan seen from the northeast shore - photo © Bernard Duyck 2019

Armenia - Ghegam ridge and Lake Sevan seen from the northeast shore - photo © Bernard Duyck 2019

Lake Sevan, also known as Ghegam Sea, is a huge 1,300-square-kilometer freshwater reserve, located at nearly 2,000 meters above sea level, northeast of Yerevan.

Its origin remains hypothetical: crater lake of an extinct volcano, or resulting from a natural dam caused by powerful lava flows millions of years ago.

It is fed by 28 streams and springs, but only 10% of incoming water is drained by the Hrazdan River, while the remaining 90% evaporates.

Lake Sevan comes back from a distance: exploited during the Soviet occupation for the irrigation of the plain of Ararat and the production of electricity, it risked drying up, like the Aral Sea in Central Asia.

After the Stalinist period, the drying process was halted, and we began to realize its ecological importance and tourism potential. In 1981, a tunnel of about fifty kilometers was dug under the chain of the Vardenis mountains to the lake to feed it after the waters of the Arpa torrent. The banks were planted with trees to increase humidity.

Armenia - Lake Sevan - Hayravank church (9 ° -12 ° century) dominates the lake - photo © Bernard Duyck 2019

Armenia - Lake Sevan - Hayravank church (9 ° -12 ° century) dominates the lake - photo © Bernard Duyck 2019

Armenia - Lake Sevan - The khatchkars cemetery of Noradouz - Photo © Bernard Duyck 2019
Armenia - Lake Sevan - The khatchkars cemetery of Noradouz - Photo © Bernard Duyck 2019

Armenia - Lake Sevan - The khatchkars cemetery of Noradouz - Photo © Bernard Duyck 2019

The khachkars, red stone steles, carved with cross, and dating from the 9th to the 15th century, surround the churches found along the banks of Lake Sevan. They embody the Christology of the Armenian Apostolic Church, in that they do not represent the death of Christ but his divine nature, in a "tree of life".

In Noradouz, 800 steles are scattered in a large lapidary field near a medieval chapel. A local legend tells that these steles, camouflaged as warriors, would have allowed to back down the enemy who was trying to seize the region.

Armenia - the Vardenis volcanic mountain range - photo © Bernard Duyck 2019

Armenia - the Vardenis volcanic mountain range - photo © Bernard Duyck 2019

Located on the Armenian high plateau in the Vardenis Volcanic Range, the Porak Volcano straddles the border between Armenia and Azerbaijan, and southeast of Lake Sevan. Porak formed along the breakout fault "Pambak-Sevan"; this fault literally cut in half the volcanoes Khonarassar and Tsursar, respectively relegating their two parts to 800 and 400 meters from each other.

The Porak stratovolcano consists of a main cone culminating at 2,800 meters, surrounded by ten other cones and fissures eruptive satellites. These numerous eruptive mouths have vomited their flow on both sides of the frontier; in Armenia, two flows went to N. and NE. on 21 km.

The project of seeing these flows at the border could not be realized because of the snow cover of the tracks.

The Porak volcano - photo Jim Luhr / Smithsonian.

The Porak volcano - photo Jim Luhr / Smithsonian.

Sources:

- GlobalVolcanism Program - Porak.

- Estimating slip rates and recurrence intervals for strong
earthquakes along an intracontinental fault: example
of the Pambak-Sevan-Sunik fault (Armenia) - Herve Philip et al. University of Montpellier.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages, #Historical eruptions
Arménie - obsidienne de la carrière de Jraber / source du verre volcanique : volcan Gutansar - photo © Bernard Duyck 2019

Arménie - obsidienne de la carrière de Jraber / source du verre volcanique : volcan Gutansar - photo © Bernard Duyck 2019

De nombreuses fouilles ont été faite dans le Caucase et l'Anatolie orientale, et nombre d'artefacts retrouvés sur des sites préhistoriques.

Les analyses des archéologues en concluent que l'abondance de l'obsidienne sur un site n'est pas directement liée à la présence d'affleurements au voisinage ... ce qui permet d'identifier les réseaux de commerce, d'échanges au cours de la préhistoire.

Carte de répartition des sources d’obsidienne dans le Caucase et le nord-est de la Turquie et localisation des sites étudiés. - Doc. Ch. Chataigner / références en sources

Carte de répartition des sources d’obsidienne dans le Caucase et le nord-est de la Turquie et localisation des sites étudiés. - Doc. Ch. Chataigner / références en sources

L'obsidienne est un bon marqueur des échanges, parce qu'il est rapidement possible aujourd'hui de lier avec précision un artefact à sa source au moyen d'une caractérisation des élements par la technologie XRF portable / fluorescence par rayons X appareils portables. Les délais de mesures par cette méthode, non destructrice, se sont réduites sur le terrain de 6 minutes à une dizaine de secondes ... ce qui permet de contrôler de nombreux échantillons en temps réel.

Design d'un analyseur portable XRF et ses fonctions basiques. Il est réliable à un ordi et à des prises de données wi-fi .  Image: Thermo Fisher Scientific / Tewksbury-USA 

Design d'un analyseur portable XRF et ses fonctions basiques. Il est réliable à un ordi et à des prises de données wi-fi . Image: Thermo Fisher Scientific / Tewksbury-USA 

Une étude de Ch.Chataigner sur trois sites de fouilles dans la plaine de l'Ararat, situés dans le même environnement, contemporains de la première moitié du 6° millénaire avant notre ère, et appartenant tous à la culture d'Aratashen, renseigne des approvisionnements en obsidienne différents.

Ces trois sites sont à distance-temps quasi égale de Gutansar (évoqué dans l'article d'hier), mais cette source est exploitée de façon préférentielle sur un seul site. Ce fait est à mettre en relation avec les voies de circulation au néolithique. (Chataigner C. 2015. L’approvisionnement en obsidienne dans le Caucase : des questions et des hypothèses, ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 27 mars 2015.)

D'autres études viennent corroborer celle évoquée et permettent de déchiffrer, par archéométrie de l'obsidienne, la circulation des matières premières dans la région.

Arménie - Nucleus en obsidienne d’Aknashen-Khatunarkh - Doc. Ch. Chataigner / références en sources

Arménie - Nucleus en obsidienne d’Aknashen-Khatunarkh - Doc. Ch. Chataigner / références en sources

Sources et études complètes :

- Archéorient - Obsidian supply in the Caucasus: questions and hypotheses - par Christine Chataigner (mars 2005) - link

- An international research project on Armenian archaeological sites: fission-track dating of obsidians - Badalian, R; Bigazzi, G; Cauvin, M.-C; Chataigner, C; Jrbashyan, R; Karapetyan, S.G .; Oddone, M; Poidevin, J.-L (2001)

- Sourcing geochemically identical obsidian: multiscalar magnetic variations in the volcanic Gutansar complex and implications for Palaeolithic research in Armenia. Journal of Archaeological Science.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages, #Des volcans et des hommes.

Un voyage début mai 2019 en Arménie nous a permis de faire connaissance avec ce petit pays et ses habitants et nous faire une petite idée du volcanisme du Petit Caucase.

 

L'Arménie est un des pays les plus enclavés au monde,

- à la fois pour des raisons naturelles : il n'a en effet aucune façade maritime, son relief est très montagneux avec des vallées encaissées et difficilement franchissables, et des villages isolés

- aussi par manque d'infrastructures de transports, avec un réseau routier en mauvais état et en réfection,

- et enfin par son isolement politique : bien qu'aujourd'hui indépendante, elle a été très longtemps un satellite de l'Union Soviétique. L'Arménie est en conflit et n'entretient pas de relations diplomatiques avec deux de ses voisins, la Turquie et l'Azerbaïdjan ; plus de 80% de ses frontières sont fermées, seul un poste frontalier est ouvert au nord avec la Géorgie, et 35 km praticable avec l'Iran.

La seule porte d'entrée qui relie l'Arménie au reste du monde est l'aéroport international de Zvartnots, proche de la capitale Erevan.  

Carte de l'Arménie, un pays enclavé dans le Petit Caucase.

Carte de l'Arménie, un pays enclavé dans le Petit Caucase.

L'histoire géologique du "Petit Caucase" a débuté il y a 150 millions d'années avec la fermeture d'un océan, le Téthys, et la collision de deux ensembles continentaux, la plaque Arabique et la plaque Eurasienne.

Depuis la fermeture de l'océan, les déformations de l'écorce terrestre et le volcanisme ont façonné la morphologie Arménienne.

Les plus hauts sommets du pays sont d'imposants volcans; les roches volcaniques, basalte et tuf, ont été utilisé depuis la préhistoire pour les édifices civils et religieux, la sculpture et la joaillerie (obsidienne).

La géologie de l'Arménie est toujours marquée par des déformations actives, témoins les nombreuses failles et leurs ruptures qui produisent fréquemment des séismes, dont le tragique tremblement de terre du 7 décembre 1988 - faille de Spitak, magnitude 6,9. (M.Sosson / CNRS)

Arménie - failles actives et sismicité historique - Doc.Philip et al / Tectonophysics

Arménie - failles actives et sismicité historique - Doc.Philip et al / Tectonophysics

Arménie - sources d'obsidienne et sites archéologique en rapport - Doc. Obsidian sourcing geochemically identical - Science direct - un clic pour agrandir

Arménie - sources d'obsidienne et sites archéologique en rapport - Doc. Obsidian sourcing geochemically identical - Science direct - un clic pour agrandir

Gutanasar / Gutansar - photo Albero

Gutanasar / Gutansar - photo Albero

A peine sortie d'Erevan, nous partons vers le lac Sevan, et rencontrons sur sa route des parois où affleure de l'obsidienne.

Cette obsidienne, facilement accessible et de bonne qualité, a été exploitée depuis le Paléolithique au départ de vastes coulées issues du volcan Gutansar et de plusieurs dômes secondaires, le Fontan, l'Alapars et le Gjumush pour n'en citer que quelques uns.

Jraber - vue générale de la carrière d'obsidienne - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - vue générale de la carrière d'obsidienne - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber carrière d'obsidienne - affleurement d'obsidienne noire -  photo © Bernard Duyck 2019

Jraber carrière d'obsidienne - affleurement d'obsidienne noire - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - échantillons d'obsidienne noire veinée d'obsidienne acajou -  photo © Bernard Duyck 2019 - un clic pour agrandir Jraber - échantillons d'obsidienne noire veinée d'obsidienne acajou -  photo © Bernard Duyck 2019 - un clic pour agrandir

Jraber - échantillons d'obsidienne noire veinée d'obsidienne acajou - photo © Bernard Duyck 2019 - un clic pour agrandir

Jraber - obsidienne à lamelles "Midnight Lace" - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - obsidienne à lamelles "Midnight Lace" - photo © Bernard Duyck 2019

Une carrière à Jraber nous permet d'admirer à loisir de l'obsidienne, à la cassure conchoïdale (en cul de bouteille) bien noire et luisante sous une pluie fine.

De l'obsidienne acajou, une variété riche en fer, côtoie de l'obsidienne à lamelles, translucide et striée de couches plus opaques, nommée " Midnight Lace ".

Jraber - blocs et veines d'obsidienne noire - photo © Bernard Duyck 2019

Jraber - blocs et veines d'obsidienne noire - photo © Bernard Duyck 2019

A suivre : les routes de l'obsidienne en Asie mineure

 

Sources :

- Archéorient - L’approvisionnement en obsidienne dans le Caucase : des questions et des hypothèses – Christine Chataigner

- An international research project on Armenian archaeological sites: fission-track dating of obsidians - Badalian, R; Bigazzi, G; Cauvin, M.-C; Chataigner, C; Jrbashyan, R; Karapetyan, S.G; Oddone, M; Poidevin, J.-L (2001)

- Sourcing geochemically identical obsidian: multiscalar magnetic variations in the Gutansar volcanic complex and implications for Palaeolithic research in Armenia. Journal of Archaeological Science.

- Le Paléolithique en Arménie : état des connaissances acquises et données récentes – Fourloubey & al.

- Global Volcanism Program – Gegham ridge – link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
International Day of volcanoes, et activité d'Ambae et du Kirishima Iozan.

A l'occasion de la Première journée Internationale des volcans, non officielle, ce 10 avril 2018, vous êtes invité à nominer votre volcan et à en poster des photos toute la journée sur Facebook et Twitter, en y ajoutant le hashtag # International Day of Volcanoes.

Mon coup de coeur : l'Ol Doinyo Lengai - photo © Bernard duyck 2006 / vue du Lac Natron

Mon coup de coeur : l'Ol Doinyo Lengai - photo © Bernard duyck 2006 / vue du Lac Natron

Depuis mi-mars, et bien qu'il soit maintenu en alerte niveau 3, le volcan d'Ambae / Manaro Voui est devenu encore plus actif.

Ses éruptions explosives génèrent plus de cendres qu'à l'automne 2017.

Avec comme corollaires, des dangers plus importants pour le population et les animaux, la possibilité de lahars en raison de remobilisation des cendres par les pluies de récents cyclones, la pollution des cultures et des réserves d'eaux potables.

De nouvelless évacuations sont envisagées en raison de cette activité et d'inondations majeures dues au cyclone.

Source : Rocky planet

Emission de dioxyde de soufre s'étendant d'ambae sur le Pacifique sud le 9 avril – Nasa Aura OMI 01h14 / via Simon Carn et E. Klemetti

Emission de dioxyde de soufre s'étendant d'ambae sur le Pacifique sud le 9 avril – Nasa Aura OMI 01h14 / via Simon Carn et E. Klemetti

Ambae - émissions de cendres du 10.04.2018 / 16h30 et drumplot du jour - webcam et sismo VGO - un clic pour agrandirAmbae - émissions de cendres du 10.04.2018 / 16h30 et drumplot du jour - webcam et sismo VGO - un clic pour agrandir

Ambae - émissions de cendres du 10.04.2018 / 16h30 et drumplot du jour - webcam et sismo VGO - un clic pour agrandir

Ambae - photo Daren Tari / 07.04.2018 / via Facebook

Ambae - photo Daren Tari / 07.04.2018 / via Facebook

Dans le complexe Kirishima, l'actualité cible depuis quelques jours le Plateau Ebino et l'Iwo Yma (Iozan), où l'activité sismique, fumerollienne et hydrothermale est en augmentation.

On observe des séismes volcaniques, dont le nombre relevé le

- 6 avril : 28 séismes 

- 7 avril : 12

- 8 avril : 28

- 9 avril jusqu'à 17h :13

Des séismes de basse fréquence reflètent les mouvements des gaz et du magma.

La haute température du sol en surface s'est étendue au côté sud-ouest du cratère, avec l'apparition de nouvelles fumerolles.

Le Kagoshima Regional Meteorological Observatory maintient pour l'heure le niveau d'alerte à 2, assorti d'une zone de danger d'un kilomètres autour du cratère.

 

Sources :

- Minami-Nippon Shinbunsha 07,04,2018 / 23h50

- Fastalarm Jp / via Shérine France

Iozan / Plateau Ebino - webcam 09.04.2018 / 16h32

Iozan / Plateau Ebino - webcam 09.04.2018 / 16h32

Situation du Palteau Ebino au sein du complexe Kirishima - au centre (lettres blanches) et à gauche sur la photo par rapport au Shinmoedake - Doc.© Ray_go, wikipedia

Situation du Palteau Ebino au sein du complexe Kirishima - au centre (lettres blanches) et à gauche sur la photo par rapport au Shinmoedake - Doc.© Ray_go, wikipedia

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Excursions et voyages
The volcano Lonquimay - photo webshots

The volcano Lonquimay - photo webshots

After a hundred years' rest, and an increase in seismicity over three weeks, the Chilean Lonquimay volcano erupted on December 25, 1988 at 4:15 pm.

An eruptive fissure opens 800 meters, at the north-east foot of this small flat-roofed stratovolcano, 3,500 meters from the summit,

- The first phase begins with gas emissions on eight vents distributed over the crack; Rapidly Strombolian activity focuses on two of them, characterized by a plume detected by the NOAA weather satellite extending 70 km to the east at 5,500 m. altitude. On December 27, a viscous lava begins to flow from the crack.

Lonquimay and the cone Navidad in eruption - Jeffrey Post, 1988 (Smithsonian Institution) in GVP

Lonquimay and the cone Navidad in eruption - Jeffrey Post, 1988 (Smithsonian Institution) in GVP

- A second phase begins on December 27 at 18:20: an explosive phreatomagmatic activity ejects a column of gas and tephra which reaches 9,000 meters in five minutes. The activity is concentrated at the upper vent of the crack, which will become the main eruptive center. Two other similar explosions follow each other at an interval of one hour.

On December 28th, the activity is practically continuous, with periods of high and low explosivity, and ejection of spatter, bombs, lapilli, slag and ashes. A cone quickly reaches 50 meters in height and a diameter of 80 meters around the active vent and then develops into open horseshoe down the slope to the northeast.

Activity of Lonquimay during the initial phase: Above, from 25-26.12.1988 - below, in early January 1989 - Courtesy of O. González-Ferrán. / GVP

Activity of Lonquimay during the initial phase: Above, from 25-26.12.1988 - below, in early January 1989 - Courtesy of O. González-Ferrán. / GVP

- Sixty hours after the strong explosion of December 27, the third phase of the eruption begins; it is characterized by a substantial production of lava and a strong magma degassing. The flow of andesitic lava blocks presents two lobes, the longest towards the East. The effusion ratio is 400.000 m³ / day, and a progress of 20-25 meters per hour.

Cone Navidad / Lonquimay - Hugo Moreno, 12.01.1989 (University of Chile).

This effusive activity and the degassing continue during the following week; the column of gas and ash remains between 5,000 and 7,000 meters above sea level, and this plume extends for more than 250 km. On January 4th, the plume is capped with a cauliflower in which a thunderstorm develops ... acid rain results.

The explosive activity declines on January 6, before continuing again. On January 8, the block lava flow reaches a length of 3,500 meters.

The Navidad cone, more than 200 meters high in early January, partially collapses on 12 January. Its measurements, on January 21: basal diameter 250 meters, crater 295 meters wide and a cone height of 185 meters.

In April 1989, the Navidad cone is 210 meters high and 700 meters wide.

The fluorinated gases emitted, measured at 300-400 ppm of fluorine over 800 km², have killed hundreds of cattle and horses by fluorosis.

In early July 1989, the authorities began evacuating the 800 inhabitants of the Bernardo Nanco area and 3,800 inhabitants of the city of Lonquimay.

On January 10, 1990, a lava flow was measured at 70 meters / hour emitted by a vent at the NE foot of the Navidad cone.

The eruption ends between January 22nd and 25th, 1990.

It is described as an IEV 3 by the GVP.
 

Eruption of the cone Navidad / Lonquimay - picture M.Winge 1989

Eruption of the cone Navidad / Lonquimay - picture M.Winge 1989

Eruption of the cone Navidad / Lonquimay - 10.03.1989 - Courtesy of O. González-Ferrán. / GVP

Eruption of the cone Navidad / Lonquimay - 10.03.1989 - Courtesy of O. González-Ferrán. / GVP

Eruption of the cone Navidad / Lonquimay - effusive activity between April and November 1989 - Courtesy of J. Naranjo / GVP

Eruption of the cone Navidad / Lonquimay - effusive activity between April and November 1989 - Courtesy of J. Naranjo / GVP

Source: Global Volcanism Program - Lonquimay

The incredible crater of the crater Navidad in recent years - photo Andy Urbina

The incredible crater of the crater Navidad in recent years - photo Andy Urbina

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Eruptions historiques, #Excursions et voyages
Le volcan Lonquimay - photo webshots

Le volcan Lonquimay - photo webshots

Après un repos d'une centaine d'années, et une augmentation de sa sismicité sur trois semaines, le volcan Chilien Lonquimay est entré en éruption le 25 décembre 1988 à 16h15.

Une fissure éruptive s'ouvre sur 800 mètres, au pied nord-est de ce petit stratovolcan à toit plat, à 3.500 mètres du sommet,

- La première phase débute avec de émissions de gaz sur huit évents répartis sur la fissure ; rapidement l'activité strombolienne se concentre sur deux d'entre eux, caractérisée par un panache détecté par le satellite météo du NOAA s'étendant sur 70 km vers l'est à 5,500 m. d'altitude. Le 27 décembre, une lave visqueuse commence à couler de la fissure.

Lonquimay et le cône Navidad en éruption - Jeffrey Post, 1988 (Smithsonian Institution) in GVP

Lonquimay et le cône Navidad en éruption - Jeffrey Post, 1988 (Smithsonian Institution) in GVP

- Une seconde phase débute le 27 décembre à 18h20 : une activité explosive phréatomagmatique éjecte une colonne de gaz et tephra qui atteint 9.000 mètres en cinq minutes. L'activité est concentrée à l'évent supérieur de la fissure, qui deviendra le principal centre éruptif. Deux autres explosions, semblables, se suivent à un intervalle d'une heure.

Le 28 décembre, l'activité est pratiquement continue, avec des périodes d'explosivité haute et basse, et éjection de spatter, bombes, lapilli, scories et cendres. Un cône atteint rapidement 50 mètres de hauteur et un diamètre de 80 mètres autour de l'évent actif puis se développe en fer-à-cheval ouvert vers le bas de la pente vers le nord-est.

Activité du Lonquimay au cours de la phase initiale : Au dessus, du 25-26.12.1988 – en dessous, en début janvier 1989 - Courtesy of O. González-Ferrán.  / GVP

Activité du Lonquimay au cours de la phase initiale : Au dessus, du 25-26.12.1988 – en dessous, en début janvier 1989 - Courtesy of O. González-Ferrán. / GVP

- Soixante heures après la forte explosion du 27 décembre, le troisième phase de l'éruption commence ; elle est caractérisée par une production substantielle de lave et un fort dégazage magmatique.La coulée de blocs de lave andésitique présente deux lobes, le plus long vers l'Est.Le ratio d'effusion est de 400.000 m³/jour, et une avancée de 20-25 mètres par heure.

Cône Navidad / Lonquimay - Hugo Moreno, 12.01.1989 (University of Chile).

Cette activité effusive et le dégazage se poursuivent au cours de la semaine suivante ; la colonne de gaz et cendres reste entre 5.000 et 7.000 mètres d'altitude, et ce panache s'étend sur plus de 250 km. Le 4 janvier, le panache se coiffe d'un choux-fleur dans lequel se développe un orage ... une pluie acide en résulte.

L'activité explosive décline le 6 janvier, avant de reprendre de plus belle. Le 8 janvier, la coulée en blocs atteint une longueur de 3.500 mètres.

Le cône Navidad, haut de plus de 200 mètres début janvier, s'effondre en partie le 12 janvier. Ses mensurations, au 21 janvier : diamètre basal 250 mètres, cratère large de 295 mètres et une hauteur du cône de 185 mètres.

En Avril 1989, le cône Navidad mesure 210 m de hauteur et 700 mètres de large.

Les gaz fluorés émis, mesurés à 300-400ppm de fluor sur 800 km², ont tués des centaines de têtes de bétail et chevaux, par fluorose.

Début juillet 1989, les autorités commencent à évacuer les 800 habitants de la zone de Bernardo Nanco et 3.800 habitants de la ville de Lonquimay.

Le 10 janvier 1990, une coulée de lave est mesurée à 70 mètres/heure émise par un évent au pied NE du cône Navidad.

L'éruption prend fin entre le 22 et le 25 janvier 1990.

Elle est qualifiée d'un VEI 3 par le GVP.

Eruption du cône Navidad / Lonquimay - photo  M.Winge 1989

Eruption du cône Navidad / Lonquimay - photo M.Winge 1989

Eruption du cône Navidad / Lonquimay - 10.03.1989 -  Courtesy of O. González-Ferrán./ GVP

Eruption du cône Navidad / Lonquimay - 10.03.1989 - Courtesy of O. González-Ferrán./ GVP

Eruption du cône Navidad / Lonquimay - activité effusive entre avril- novembre 1989 - Courtesy of J. Naranjo / GVP

Eruption du cône Navidad / Lonquimay - activité effusive entre avril- novembre 1989 - Courtesy of J. Naranjo / GVP

Source : Global Volcanism Program – Lonquimay

L'incroyable gorge du cratère Navidad ces dernières années - photo Andy Urbina

L'incroyable gorge du cratère Navidad ces dernières années - photo Andy Urbina

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news, #Excursions et voyages
Quelques trolls dans la baie de Dyrhólaey près de Vík í Mýrdal - photo © Bernard Duyck

Quelques trolls dans la baie de Dyrhólaey près de Vík í Mýrdal - photo © Bernard Duyck

Une période spéciale a débutée pour les Islandais : à l'approche du 25 décembre, de nombreux lutins font une sortie.

On les appelle les jólasveinar ; ces lutins sont les fils de Grýla, et son mari Leppalúði, des trolls de montagne dont le plat préféré est la viande d'enfants méchants. Ils sont accompagnés du chat de Noël, Jólakötturinn, qui si on en croit le folklore, mange les enfants qui ne recoivent pas de nouveaux vêtements ce jour là.( la coutume veut que les petits islandais reçoivent en cadeau de nouveaux vêtements à cette période).

  Les jólasveinar - un clic pour agrandir - Visit Iceland

Les jólasveinar - un clic pour agrandir - Visit Iceland

Les jólasveinar ne sont pas plus gentils : chacun à leur tour, au jour dit, ils viennent de leurs hautes terres du nord visiter les maisons, et jouer de vilains tours aux habitants, chacun dans sa spécialité.

Et pour les enfants qui posent leurs chaussures sur les appuis de fenêtre, ils y glissent des cadeaux, pour ceux qui ont été gentils ... pour les autres, ils y trouveront une pomme de terre pourrie.

 

Une clique de mauvais bougres qui comprend

- Stekkjastaur : celui qui guette les agneaux dans l'enclos, et les rend fous

- Giljagaur : celui qui se faufile par les ravins, pour attendre une occasion de se faufiler dans le étables pour y voler du lait

- Skyrgámur : celui qui mange le skyr (fromage blanc)

- Þvörusleikir : celui qui lèche les cuillers en bois

- Pottasleikir : celui qui lèche les marmites

- Askasleikir : celui qui lèche les bols à couvercle

- Hurðaskellir : celui qui claque les portes, surtout la nuit

- Stúfur : petit bonhomme, voleur de casseroles

- Bjúgnakækir : celui qui vole les saucisses en train d'être fumées

- Gluggaægir : celui qui regarde par la fenêtre pour y trouver des choses à voler

- Gáttaþefur : celui qui renifle aux portes, pour y localiser le pain islandais

- Ketkrókur : celui qui vole la viande

- Kertasníkir : celui qui renifle les bougies lui qui renifle les bougies, anciennement faite de suif, pour les manger.

    La géante Grila essaie d'attraper les enfants dans un sac. -  Tryggvi Magnússon, 1932

    La géante Grila essaie d'attraper les enfants dans un sac. - Tryggvi Magnússon, 1932

    Au cours des siècles, ils sont devenus plus gentils, mais restent taquins et voleurs. Ce changement de caractère vient peut-être d'une loi de 1746 interdisant d'effrayer les enfants avec des histoires de trolls, ou de la légende du Père Noël qui a gagné en importance.

    Un islandais sur deux serait tenter de croire à l'existence du peuple caché, le huldufólk. Quoi de plus normal dans un pays où l'obscurité quasi permanente en hiver, avec le brouillard présent sur la lande et ses rochers qui s'y noient, ou d'étranges lueurs dans le ciel ... tout cela développe l'imaginaire.

    Et puisque les islandais ne sont pas les derniers à faire la fête, faisons pareil, en inaugurant cette période 13 jours avant avec les jólasveinar.

    Gleðileg jól – Joyeux Nöel

    ... avec un peu d'avance

    Northern lights -  photo © Bernard Duyck

    Northern lights - photo © Bernard Duyck

    Bonus pour les philatélistes.- un clic pour agrandirBonus pour les philatélistes.- un clic pour agrandir

    Bonus pour les philatélistes.- un clic pour agrandir

    La chanson de Jólakötturinn (en Islandais ... pour l'ambiance / Björk )

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #news, #Excursions et voyages
    Some trolls in Dyrhólaey Bay near Vík í Mýrdal - photo © Bernard Duyck

    Some trolls in Dyrhólaey Bay near Vík í Mýrdal - photo © Bernard Duyck

    A special period has begun for the Icelanders: as December 25 is approaching, many goblins make an exit.

    They are called jólasveinar; these goblins are the sons of Grýla, and her husband Leppalúði, mountain trolls whose favorite dish is the meat of wicked children. They are accompanied by the Christmas cat, Jólakötturinn, who, if we believe the folklore, eats children who do not receive new clothes that day (it is customary for Icelandic children to receive new clothes at this time as a gift). 

      The jólasveinar - a click to enlarge - Visit Iceland

      The jólasveinar - a click to enlarge - Visit Iceland

    The jólasveinar are no nicer: each in turn, on the day said, they come from their northern highlands to visit the houses, and play villainous tricks on the inhabitants, each in his specialty.

    And for children who put their shoes on window sills, they slip gifts, for those who have been nice ... for others, they will find a rotten potato.

    A gang of badmouths that includes

    - Stekkjastaur: the one who watches the lambs in the enclosure, and makes them mad

    - Giljagaur: the one who slips through the ravines, waiting for an opportunity to sneak into the stables to steal milk

    - Skyrgámur: the one who eats the skyr (white cheese)

    - Þvörusleikir: the one who licks the wooden spoons

    - Pottasleikir: the one who licks the pots

    - Askasleikir: the one who licks the lid bowls

    - Hurðaskellir: the one who slams the doors, especially at night

    - Stúfur: little man, thief of casseroles

    - Bjúgnakækir: the one who steals sausages being smoked

    - Gluggaægir: the one who looks out of the window to find things to steal

    - Gáttaþefur: the one who sniffs at the doors, to locate Icelandic bread

    - Ketkrókur: the one who steals meat

    - Kertasníkir: the one who sniffs candles , formerly made of tallow, to eat them.

    The giant Grila tries to catch the children in a bag. - Tryggvi Magnusson, 1932

    The giant Grila tries to catch the children in a bag. - Tryggvi Magnusson, 1932

    Over the centuries, they have become nicer, but remain teasing and thieving. This change in character may have come from a 1746 law prohibiting children from being scared with troll stories, or from the growing legend of Santa Claus.

    One in two Icelanders would try to believe in the existence of the hidden people, the huldufólk. What's more normal in a country where the almost permanent darkness in winter, with the fog present on the moor and its rocks drowning in it, or strange gleams in the sky ... all this develops the imagination.

    And since the Icelanders are not the last ones to party, let's do the same, by inaugurating this period 13 days before with the jólasveinar.

    Gleðileg jól - Happy Christmas
    ... with a little advance

    Northern lights - photo © Bernard Duyck

    Northern lights - photo © Bernard Duyck

    Bonus for philatelists.- one click to enlargeBonus for philatelists.- one click to enlarge

    Bonus for philatelists.- one click to enlarge

    Jólakötturinn's song (in Icelandic ... for the mood / Björk)

    Lire la suite

    Publié le par Bernard Duyck
    Publié dans : #Actualités volcaniques, #Excursions et voyages, #news

    The INGV comments on the activity of Etna during the last five months, when it appears again.
    This activity was characterized by degassing from summit craters and sporadic low ash emissions from the saddle cone of the NSEC.

      Etna - top degassing 18.11.2017 / 8:18 GMT - photo © Joseph Nasi / Butterfly Helicopters

      Etna - top degassing 18.11.2017 / 8:18 GMT - photo © Joseph Nasi / Butterfly Helicopters

    Degassing marked the 7 August 2016 vent of the Voragine and the internal pit of the Bocca Nuova. The NE crater exhibited a smoking activity.
    Since September 20, sporadic ash emissions have resumed at the NSEC saddle cone at intervals ranging from a few hours to over a week, sometimes accompanied by the ejection of incandescent pyroclastic materials.

     ETNA - 26.10.2017 / 18:40 - © Credit Photo Benito Morabito Diretta CieloAstronomical Observatory - Diretta Streaming

     ETNA - 26.10.2017 / 18:40 - © Credit Photo Benito Morabito Diretta CieloAstronomical Observatory - Diretta Streaming

     Etna, the Bocca Nuova degassing on 06.10.2017 / 13h50 GMT - photo © Joseph Nasi / Butterfly Helicopters

     Etna, the Bocca Nuova degassing on 06.10.2017 / 13h50 GMT - photo © Joseph Nasi / Butterfly Helicopters

    On November 24, small NSEC emissions increased in frequency, and are still noticed on the morning of November 25th.
    Boris Behncke reports the absence of traces of new magma on the surface at the moment.


    Sources: INGV Catania & Boris Behncke

     Etna - ash emission at the NSEC on 24.11.2017 - © Photo Credit Benito Morabito Diretta Cielo Astronomical Observatory

     Etna - ash emission at the NSEC on 24.11.2017 - © Photo Credit Benito Morabito Diretta Cielo Astronomical Observatory

     Etna - ash emission at the NSEC on 24.11.2017, seen from the INGV headquarters - © Photo Boris Behncke

     Etna - ash emission at the NSEC on 24.11.2017, seen from the INGV headquarters - © Photo Boris Behncke

    For the volcanophiles who prepare for their journey in 2018, the USGS has put online an interesting document: "Geologic field-trip guide to the volcanic and hydrothermal landscape of the Yellowstone Plateau".

    "Geologic field-trip guide to the volcanic and hydrothermal landscape of the Yellowstone Plateau". - References of the pdf below

    "Geologic field-trip guide to the volcanic and hydrothermal landscape of the Yellowstone Plateau". - References of the pdf below

    As commented :

    Over six days, this field trip presents an intensive overview into volcanism, tectonism, and hydrothermal activity on the Yellowstone Plateau. Field stops are linked directly to conceptual models related to monitoring of the various volcanic, geochemical, hydrothermal, and tectonic aspects of the greater Yellowstone system. Recent interest in young and possible future volcanism at Yellowstone as well as new discoveries and synthesis of previous studies, (for example, tomographic, deformation, gas, aeromagnetic, bathymetric, and seismic surveys), provide a framework in which to discuss volcanic, hydrothermal, and seismic activity in this dynamic region.

    Yellowstone N.P. - Whest Thumb basin - photo © Bernard Duyck

    Yellowstone N.P. - Whest Thumb basin - photo © Bernard Duyck

    Source : Morgan, L.A., Shanks, W.C.P., Lowenstern, J.B., Farrell, J.M., and Robinson, J.E., 2017, Geologic field-trip guide to the volcanic and hydrothermal landscape of the Yellowstone Plateau: U.S. Geological Survey Scientific Investigations Report 2017–5022–P, 100 p., https://doi.org/10.3133/sir20175022P.

    ISSN: 2328-0328 (online)

    Lire la suite

    << < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

    Articles récents

    Hébergé par Overblog