Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le relief du Wasserkuppe révèle en coupe une couverture de basalte et tuff, surmontant des couches de sable, de calcaire coquillier et de grès coloré.

Coupe schématique du Wasserkuppe - en vert foncé : basalte et tuff  - vert clair : évent au niveau de Fliegerdenkmal - Doc. in Die Hessische Rhön / Geotope im land des offenen fermen / Hlug.de

Coupe schématique du Wasserkuppe - en vert foncé : basalte et tuff - vert clair : évent au niveau de Fliegerdenkmal - Doc. in Die Hessische Rhön / Geotope im land des offenen fermen / Hlug.de

Basaltes alcalins au sommet de Abtsrodaer Kuppe / Wasserkuppe - photo Camp-erna.de

Basaltes alcalins au sommet de Abtsrodaer Kuppe / Wasserkuppe - photo Camp-erna.de

L’évent de Fliegerdenkmal correspond à une structure de type maar.

Au lieu d’être rempli par un lac comme les maars le sont dans l’Eifel, celui-ci a été comblé par des coulées de lave, érodées en partie, de même que la structure le bordant à l’origine.

Situation géologique de Fliegerdenkmal  / Wasserkuppe - la grosse ligne noire marque le niveau actuel - Doc. in Die Hessische Rhön / Geotope im land des offenen fermen / Hlug.de

Situation géologique de Fliegerdenkmal / Wasserkuppe - la grosse ligne noire marque le niveau actuel - Doc. in Die Hessische Rhön / Geotope im land des offenen fermen / Hlug.de

Un kilomètre au sud-ouest de Wasserkuppe, le Pferdskopf ne laisse pas deviner son origine … l’analyse des dépôts révèlent un passé hautement explosif : une éruption explosive a produit un  anneau qui a été érodé. Du dôme de trachyte extrudé en fin d’éruption ne reste qu’une petite partie qui constitue le sommet actuel du Pferdskopf (875 m). Des restes d’une coulée de lave en blocs sont aussi visibles.

GPS : 50°29′29″N  / 9°55′16″E

Le massif volcanique de Rhön – 2 – Wasserkuppe.
Le Pferdskopf - photo Geocaching

Le Pferdskopf - photo Geocaching

Vue du sommet du Pferdskopf  - photo virtualtourist

Vue du sommet du Pferdskopf - photo virtualtourist

Pferdskopf - trachyte - photo Kreuzschnabel

Pferdskopf - trachyte - photo Kreuzschnabel

Sources :

- Die Hessische Rhön- Geotope im land der offenen fermen - Umwelt und Geologie - Hlug.de

- Rhön-blog von Stefan Etzel - Géologie & vulkanismus der Rhön

- Rhön tourism portal

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Rhön / Wasserkuppe - le Pferdskopf - photo Rhönbilder

Rhön / Wasserkuppe - le Pferdskopf - photo Rhönbilder

Rhön forme un territoire partagé entre les Bundensländers de Hesse, Thuringe et Bavière, à l’est du massif du Vogelsberg. Il couvre environ 3.500km², avec une forme ovale de 90 km. N-S, sur 50 km E-O.

Ce massif moyennement montagneux et fortement érodé est cependant typiquement volcanique d’apparence. Son nom viendrait du celte raino, signifiant vallonné. Il culmine à 950 mètres au sommet du Wasserkuppe (Hesse), le plus haut point en Bavière étant situé au Kreuzberg, à 927 mètres.

La région est renommée pour son thermalisme, comme l’indiquent les noms de plusieurs villes : Bad Kissingen, Bad Brückenau, Bad Neustadt, ses sports d’hiver et ses compétitions de vol à voile.

Volcanisme du Tertiaire en Allemagne - doc in Die Hessische Rhön- Geotope im land der offenen fermen - Umwelt und Geologie

Volcanisme du Tertiaire en Allemagne - doc in Die Hessische Rhön- Geotope im land der offenen fermen - Umwelt und Geologie

A la Fliergerschule Wasserkuppe, les remorquages de planeurs se succèdent à un rythme élevé - photo © Bernard Duyck 05.2014

A la Fliergerschule Wasserkuppe, les remorquages de planeurs se succèdent à un rythme élevé - photo © Bernard Duyck 05.2014

Rhön / Wasserkuppe - le paysage semi-ouvert du Hohe Rhön, après le décolage de l'école de vol à voile - photo © Bernard Duyck 05.2014

Rhön / Wasserkuppe - le paysage semi-ouvert du Hohe Rhön, après le décolage de l'école de vol à voile - photo © Bernard Duyck 05.2014

Le volcanisme et la géologie sont comparables pour les grandes lignes à ceux qualifiant le Vogelsberg, avec une activité au Tertiaire comprise entre 22 et 18 Ma principalement. Contrairement au Vogelsberg où le volcanisme a été principalement effusif, les magmas plus riches en gaz ont produit à Rhön un volcanisme plus explosif, dont les produits de retombées ont été érodés et ne laissent affleurer les basaltes et la phonolite que par places, et surtout dans le sud.

La phonolite de couleur grise à verdâtre, se compose de feldspath, de feldspathoïde et de pâte de verre peu abondante. Elle se débite en dalle ; comme son nom, dérivé du Grec l’indique, elle transmet bien les sons.

Les basaltes s’y déclinent sous toutes variétés : basanite, népéhlinite, téphrite, trachyte, andésite, trachyandésite, basalte alcalin.

Schéma comparatif des volcanismes plus effusifs du Vogelsberg, et plus explosifs de Rhön - Rhön a étét bombée du Pliocène au Pléistocène en forme de dôme, ce qui a contribué à l'érosion des roches volcaniques donnant les actuels reliefs - doc Géologie & vulkanismus der Rhön / Rhön-blog von Stefan Etzel

Schéma comparatif des volcanismes plus effusifs du Vogelsberg, et plus explosifs de Rhön - Rhön a étét bombée du Pliocène au Pléistocène en forme de dôme, ce qui a contribué à l'érosion des roches volcaniques donnant les actuels reliefs - doc Géologie & vulkanismus der Rhön / Rhön-blog von Stefan Etzel

Deux grandes phases d’activité peuvent être distinguées :

Une phase ancienne caractérisée par des magmas relativement riches en SiO2, principalement dans l’ouest et le nord-ouest de la Rhön, avec production de téphrite, phonolite et trachyte. Elle s’accompagne de coulées pyroclastiques et d’éruptions ignimbritiques.

Une seconde phase plus récente, caractérisée par des magmas avec une proportion de SiO2 plus faible a produit des basaltes alcalins, de la basanite, de la néphélinite. Le volcanisme plus effusif a produit les coulées de lave à partir desquelles le plateau du Hohe Rhön s’est édifié.

Les structures volcaniques apparentes y sont nombreuses et je n’aborderai ici que quelques spots visités : Wasserkuppe, Schafstein, Gangolfsberg et Gebirgsstein

Rhön - le sommet du Wasserkuppe, avec le dôme radar - photo © Bernard Duyck 05.2014

Rhön - le sommet du Wasserkuppe, avec le dôme radar - photo © Bernard Duyck 05.2014

Le Fliegerdenkmal, mémorial aux aviateurs tombés durant la première guerre mondiale, a été construit en 1923. La base est constituée de colonnes basaltiques soudéespar du béton ; elle est surmontée d’un aigle sculpté par Augustus Gaule, initialement fixé à l’entrée du jardin de la villa d’un armateur de Hambourg, et cédé par sa veuve. Devenu partie intégrante du Wasserkuppe, il sert de point de repère.

 Das Fliegerdenkmal auf der Wasserkuppe  - photo Rainer Lippert

Das Fliegerdenkmal auf der Wasserkuppe - photo Rainer Lippert

Sources :

- Die Hessische Rhön- Geotope im land der offenen fermen - Umwelt und Geologie - Hlug.de

- Rhön-blog von Stefan Etzel - Géologie & vulkanismus der Rhön

-Rhön tourism portal

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les environs d’Ulrichstein dissimulent  bien dans les bois de Kölzenhain un ensemble érodé de basanite, vraisemblablement un dyke, une remontée de laves à la faveur de fractures tectoniques.

Deux structures différentes  se découvrent à une centaine de mètres d’intervalle : Schleuningsteine et Mullstaa.

Vogelsberg - Schleuningsteine - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Schleuningsteine - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Schleuningsteine - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Schleuningsteine - photo © Bernard Duyck 05.2014

Schleuningsteine :  de la basanite, caractéristique du volcanisme intraplaque ponctuel et de faible volume, sous forme de vagues colonnes verticales d’une hauteur allant jusqu’à 5 mètres au-dessus du sol forme un monument naturel.

Des noyaux d’olivine et de plagioclase sont inclus dans la matrice, et les cavités laissées par les gaz sont remplies de zéolithes.

Une plaque commémorative en l’honneur du bourgmestre de Feldkrüchen, Wilhelm Scleuning, désigne l’endroit.

GPS : 50 ° 33'38 .50 "/  9 ° 10'39 .93"

Vogelsberg - Mullstaa - un mur de basalte haut de 6 mètres -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Mullstaa - un mur de basalte haut de 6 mètres - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Mullstaa - les éboulis -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Mullstaa - les éboulis - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Mullstaa - de gros blocs parmi les éboulis -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Mullstaa - de gros blocs parmi les éboulis - photo © Bernard Duyck 05.2014

Mullstaa, ou Mullsteine, forme un rocher haut de 6 mètres, entouré d’éboulis de basanite, sur lesquels de gros blocs de lave sont tombés.  Ces laves sont de même composition que celle de Schleuningsteine, 100 m. plus à l’ouest.

 

Selon notre aimable accompagnateur, Mr. Müller, entre les sites de Schleuningsteine et Mullsta, les celtes auraient aligné des blocs de basalte en taille croissante. 

Vogelsberg - Entre Schleuningsteine et Mullstaa, les Celtes ont alignés les blocs de basalte -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Entre Schleuningsteine et Mullstaa, les Celtes ont alignés les blocs de basalte - photo © Bernard Duyck 05.2014

Des légendes locales sont liées ces sites et au culte de la déesse Holle, ou Hulda (Holda), adorée à l’époque pré-chrétienne par les Celtes.

Expansion des Celtes / culture de Halstadt - doc. yves-van-nimmen.e-monsite.com

Expansion des Celtes / culture de Halstadt - doc. yves-van-nimmen.e-monsite.com

L’origine de son nom et sa qualité sont variables : lié selon les uns à Hel, la déeesse germanique de la mort ( à rapprocher du mot allemand Hölle, désignant l’enfer), selon d’autres sources, dérivé du moyen-haut-allemand Hulde, signifiant "bienveillant".

Le personnage surnaturel et légendaire est ambivalent : la déesse remonterait à la surface entre le 23 décembre et le 5 janvier, au cours des Douze nuits, période où devaient cesser les tâches ménagères, pour vérifier qui s’était montré travailleur, ou fainéant durant l’année … récompensant ou châtiant selon le cas, punition pour les négligents, récompense pour les besogneux !

"Holda, the gütige Beschüzerin" - "Holda, la protectrice bienveillante" (Friedrich Wilhelm Heine, 1882)

"Holda, the gütige Beschüzerin" - "Holda, la protectrice bienveillante" (Friedrich Wilhelm Heine, 1882)

La déesse Holle serait responsable des retombées de neige hivernales : plus elle s’emploie à secouer les édredons de ses lits, plus il neige ici-bas. Cette part de légende est reprise dans le conte des frères Grimm, " Frau Holle ".

Symbole de la vertu et de travail acharné,  Hulda est peut-être la seule déesse germanique dont le culte a survécu jusqu'à aujourd'hui . Son association avec la maison et les femmes est peut être la cause de son statut, souvent décrié au cours de la période moderne.

 

Sources :

- Remerciement spécial à Heern Lothar Müller et son épouse, pour leur aide appréciable.

- Vulkan Vogelsberg - link

- "Wanderung zu ur- und frühgeschichtlichen Stätten Oberhessens" – par le Dr. Max Söllner

- Holda, white Lady of winter - link

Le massif volcanique du Vogelsberg - 8 - Schleuningsteine et Mullstaa.Le massif volcanique du Vogelsberg - 8 - Schleuningsteine et Mullstaa.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Located north of the massif Vogelsberg, Ulrichstein, built on an old volcanic vent, is the highest town in Hesse.

This strategic location is topped by a castle dating from the 12th century. A document of 1296 assigns the Ulrichstein's forest as possession of Henrich I. In the 14th century, the word "Castle" (fortified) and stronghold of the Lords of Eisenbach, are attributed to him. Ulrichstein receives the "citizenship" in 1347 by Ludwig the Bavarian.
A fire destroyed the medieval city in 1763. Castle passes under the Grand Duchy of Hesse, but losing its function, it was destroyed in 1826. Restoration and cleaning of the ruins was made between 1991 and 2005.

Basalt is found on the stairs leading to the observation tower.

Ulrichstein - left, extract Matthäus Merian Topographia Hassiae by 1655 - right, copper engraving in "Daniel Meisner's Schatzkästlein". Between 1637 to 1678 -. A click to enlargeUlrichstein - left, extract Matthäus Merian Topographia Hassiae by 1655 - right, copper engraving in "Daniel Meisner's Schatzkästlein". Between 1637 to 1678 -. A click to enlarge

Ulrichstein - left, extract Matthäus Merian Topographia Hassiae by 1655 - right, copper engraving in "Daniel Meisner's Schatzkästlein". Between 1637 to 1678 -. A click to enlarge

Ulrichstein - ruins of the old castle - photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein - ruins of the old castle - photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein- the foundation walls of the castle refound - photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein- the foundation walls of the castle refound - photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein - basalt steps from the observation tower of the castle - Photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein - basalt steps from the observation tower of the castle - Photo © Bernard Duyck 05.2014

Cemetery for the victims of wars, soldiers, prisoners and foreign workers, is located below the castle, next to the grave of 22 Hessian grenadiers fell in the battle for the castle of 1759.

Inaugurated in 1968, the cemetery -. Kriegsgräberstätte - is dominated by a basaltic tuff cross, visible from afar ... imploring peace.

On the opposite side of the hill, the Vogelsberggarten form a garden, which houses condiments and medicinal plants.

 

Kriegsgräberstätte auf dem Schlossberg Ulrichstein - "peace and quiet" suitable - photo © Bernard Duyck 05.2014

Kriegsgräberstätte auf dem Schlossberg Ulrichstein - "peace and quiet" suitable - photo © Bernard Duyck 05.2014

Kriegsgräberstätte auf dem Schlossberg Ulrichstein - photo © Bernard Duyck 05.2014

Kriegsgräberstätte auf dem Schlossberg Ulrichstein - photo © Bernard Duyck 05.2014

Tomorrow, the volcanic hidden gems around Ulrichstein.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Situé au nord du massif du Vogelsberg, Ulrichstein, construit sur une ancienne cheminée volcanique, est la ville la plus haute de la Hesse.

Cet endroit stratégique est surmonté par un château datant du 12° siècle. Un document de 1296 attribue la forêt d’Ulrichstein comme possession d’Henrich I. Au 14° siècle, les mots de "Château fort" (fortifié), et de fief des Seigneurs d’Eisenbach, lui sont attribués. Ulrichstein reçoit le " droit de cité " en 1347, par Ludwig le Bavarois.

Un incendie détruit la ville médiévale en 1763. Le château passe sous le Grand-Duché de Hesse, mais perdant sa fonction, il est détruit en 1826. La restauration et le nettoyage des ruines s’est effectué entre 1991 et 2005.

Du basalte est retrouvé sur les marches de l’escalier menant à la tour d’observation.

Ulrich Stein – à gauche, Extrait du Topographia Hassiae par Matthäus Merian 1655 – à droite,  Gravure sur cuivre in “Daniel Meisner’s Schatzkästlein”. Entre 1637 à 1678. - Un clic pour agrandir Ulrich Stein – à gauche, Extrait du Topographia Hassiae par Matthäus Merian 1655 – à droite,  Gravure sur cuivre in “Daniel Meisner’s Schatzkästlein”. Entre 1637 à 1678. - Un clic pour agrandir

Ulrich Stein – à gauche, Extrait du Topographia Hassiae par Matthäus Merian 1655 – à droite, Gravure sur cuivre in “Daniel Meisner’s Schatzkästlein”. Entre 1637 à 1678. - Un clic pour agrandir

Ulrichstein - ruines de l'ancien château -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein - ruines de l'ancien château - photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein - les bases des murs du château retrouvées -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein - les bases des murs du château retrouvées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein - marches en basalte de la tour d'observation du château -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Ulrichstein - marches en basalte de la tour d'observation du château - photo © Bernard Duyck 05.2014

Un cimetière aux victimes des deux guerres, soldats, prisonniers et travailleurs étrangers, est situé en contrebas du château, à côté de la tombe de 22 grenadiers Hessois tombés à la bataille pour le château de 1759. Inauguré en 1968, le cimetière - Kriegsgräberstätte -  est dominé par une croix en tuff basaltique, visible de loin … imploration à la paix.

Sur le versant opposé de la colline, le Vogelsberggarten forme un jardin, où sont rassemblés des plantes condimentaires et officinales.

Kriegsgräberstätte auf dem Schloßberg Ulrichstein -  "calme et sérénité"  qui conviennent - photo © Bernard Duyck 05.2014

Kriegsgräberstätte auf dem Schloßberg Ulrichstein - "calme et sérénité" qui conviennent - photo © Bernard Duyck 05.2014

Kriegsgräberstätte auf dem Schloßberg Ulrichstein -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Kriegsgräberstätte auf dem Schloßberg Ulrichstein - photo © Bernard Duyck 05.2014

Demain, les merveilles volcaniques cachées des environs d'Ulrichstein

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 L’exploration de la partie nord du massif débute à Herbstein, édifiée sur un ancien évent volcanique (carte) . Cette petite ville possède un centre médiéval regroupé en cercle autour de son église du 14° siècle.

Vogelsberg - Herbstein / Gallberg -   photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Gallberg - photo © Bernard Duyck 05.2014

Le Gallberg, au sud d’Herbstein, est percé de carrières.

Une partie du site, qui n’est plus exploité, abrite un petit lac. Dans la carrière en exploitation, une falaise de basalte haute d’environ 8 mètres, surmontée d’une mince couche de loess, présente une façade tourmentée … et vraisemblablement éphémère.

Vogelsberg - Herbstein / Gallberg -   photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Gallberg - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Gallberg -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Gallberg - photo © Bernard Duyck 05.2014

Une source thermale fut forée en 1976 ; de l’eau à 32,6°C fut trouvée à une profondeur de 1.000 mètres environ. Sa teneur en fluorure sodique et calcique ont permis le développement en 1980 de thermes volcaniques (Vulkantherme) reconnus en orthopédie.

A Altenschlirf, la Wilde stein- la Pierre sauvage – est atteinte par une petite route goudronnée . Une falaise de 30mètres de long et 5 mètres de hauteur de basalte tholéiitique fin se laisse découvrir, encaissée dans la colline.

GPS: 50 ° 32'5 .52 " -  9 ° 23'37 .14"
 

Vogelsberg - Herbstein / Wilde Stein  -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Wilde Stein - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Wilde Stein  -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Wilde Stein - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Wilde Stein  -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Wilde Stein - photo © Bernard Duyck 05.2014

Sources :  

- Petrogenesis of basanitic to tholeiitic volcanic rocks from the Miocene Vogelsberg, Central Germany - by P.J.F. Bogaard & G. Wörner / Journal of Petrology.

- Der Vogelsberg - Geotope im grössten vulkangebiet mitteleuropas - Th. Reischmann & Ad. Schraft.

Vogelsberg - Herbstein / Wilde Stein  - morceau d'orgue basaltique à 5-6 faces.-  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Herbstein / Wilde Stein - morceau d'orgue basaltique à 5-6 faces.- photo © Bernard Duyck 05.2014

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le Vogelsberg, "la montagne aux oiseaux", est le plus grand massif basaltique européen et le seul volcan-bouclier Allemand. Fortement érodé, ses sommets les plus élevés sont le Taufstein avec 773 m. et le Hoherodskopf avec 763 m.

Il est principalement recouvert de feuillus et entouré par ce qu’on appelle la ceinture Grünland-Fichten, un paysage de haies caractéristique du Vogelsberg. Des prairies, des champs, des forêts, un univers végétal aux multiples espèces ainsi que des étangs et des lacs en constituent le décor naturel. Avec un dense réseau de sentiers de randonnée, le Parc naturel de Hoher Vogelsberg permet d’admirer une faune et une flore très diversifiées.

Vogelsberg - survol du Hoherodskopf , un des sommets du massif - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - survol du Hoherodskopf , un des sommets du massif - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Hoherodskopf : la tour de télécommunications, haute de 144 mètres - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Hoherodskopf : la tour de télécommunications, haute de 144 mètres - photo © Bernard Duyck 05.2014

Hoherodskopf :

Situé à proximité du Centre d’information pour la conservation de la nature, ce spot est surexploité touristiquement (installation pour les sports d’hiver, parcours d’acrobranche , sentiers de promenade, cafés, restaurant, arrêt du Vulkan-express … un bus et sa remorque pour cyclistes fatigués ou en mal de raccourcis) , mais mal indiqué au niveau géologique … il faut avoir son nez sur le geotop pour avoir une indication !

Du basalte gris-foncé affleure pourtant près de la tour. Au microscope, olivine et plagioclase se révèlent.

Une particularité : la basanite a une telle haute teneur en magnétite que l’aiguille d’une boussole est déviée.

Vogelsberg - affleurement de basanite - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - affleurement de basanite - photo © Bernard Duyck 05.2014

Taufstein est le plus haut sommet du Vogelsberg, avec ses 773 mètres.

Des affleurements de basanite foncée, avec phénocristaux d’olivine et clinopyroxène, en gros blocs sont visibles dans une partie de forêt laissée naturelle.

Au sommet se dresse la tour Bismarck (1906 -1910) construite en blocs de basalte … une des 240 tours élevées dans l’Empire Allemand , en honneur du Chancelier Otto von Bismarck

Un endroit où Saint Boniface (voir ante) aurait prêché et baptisé au 8° siècle est marqué de quelques gros blocs et appelé " Bonifatiusborn "

Taufstein - les blocs de basalte moussus se laissent à peine deviner - photo © Bernard Duyck 05.2014

Taufstein - les blocs de basalte moussus se laissent à peine deviner - photo © Bernard Duyck 05.2014

Taufstein - un nettoyage sommaire a été nécessaire pour en révéler la nature - photo © Bernard Duyck 05.2014

Taufstein - un nettoyage sommaire a été nécessaire pour en révéler la nature - photo © Bernard Duyck 05.2014

Taufstein - l'austère Tour Bismarck en blocs de basalte - photo © Bernard Duyck 05.2014

Taufstein - l'austère Tour Bismarck en blocs de basalte - photo © Bernard Duyck 05.2014

Taufstein - Bonifatiusborn - photo Dr Mabuse

Taufstein - Bonifatiusborn - photo Dr Mabuse

Sources :  

- Petrogenesis of basanitic to tholeiitic volcanic rocks from the Miocene Vogelsberg, Central Germany - by P.J.F. Bogaard & G. Wörner / Journal of Petrology.

- Petrogenesis of tertiary continental intra-plate lavas from the Westerwald region, Germany  / Journal of Petrology.

- Der Vogelsberg - Geotope im grössten vulkangebiet mitteleuropas - Th. Reischmann & Ad. Schraft.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

A proximité de Nidda, le Vulkan dorf (village volcanique) de Michelnau abrite la carrière de tuff rouge du même nom.

Le massif du Vogelsberg a produit surtout du basalte, mais aussi ce tuff rouge. C’est un agglomérat de scories produites lors d’éruptions explosives de type phréatomagmatique.

Le tuff de Michelnau contient 64% de matrice vitreuse, 32% de zéolithes et de matières indéfinies, 2% de pyroxène, et d’autres minéraux accessoires dont l’olivine. On retrouve les zéolithes dans les pores, constituant pour moitié de ce tuff. La couleur rouge du tuff provient de sa teneur en fer.

Vogelsberg - le tuff rouge de Michelnau - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - le tuff rouge de Michelnau - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Michelnau - panneau explicatif de la terrasse d'observation - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - Michelnau - panneau explicatif de la terrasse d'observation - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - blocs de tuff à l'entrée du parking - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - blocs de tuff à l'entrée du parking - photo © Bernard Duyck 05.2014

L’exploitation :

Johann Weisel, un agriculteur et aubergiste allemand, a débuté l’extraction des pierres en 1863. En raison des caractéristiques tendres de cetuff, il n’a pas pu utiliser des explosifs … le travail très physique s’est donc effectué à la scie …avec l’avantage de pouvoir choisir la taille du bloc extrait en fonction de la demande. De gros lingots de forme parallélépipédique se retrouvent dans la paroi rocheuse, libérés de plusieurs côtés. Le dépôt de tuff mesure environ 100 m de large sur 30, et a été exploité sur plusieurs niveaux.

Une vieille machine laisse deviner le dur labeur nécessaire pour briser ces blocs, et les sortir de la carrière.

L’extraction s’est arrêtée au milieu des années 1990. Depuis 2010, la carrière est devenue un « geotop » , accessible uniquement lors de visites guidées. Une terrasse d’observation est heureusement accessible à tous, au départ d’un parking bien indiqué, et offre une vue imprenable sur le front de taille. La position GPS est : 50° 25’18 – 9° 2’23.

Vogelsberg - l'accès à la carrière de tuff rouge de Michelnau - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - l'accès à la carrière de tuff rouge de Michelnau - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Michelnau - vue de la terrasse d'observation : exploitation sur plusieurs niveaux, parois entaillées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Michelnau - vue de la terrasse d'observation : exploitation sur plusieurs niveaux, parois entaillées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Michelnau - vue de la terrasse d'observation : exploitation sur plusieurs niveaux, parois entaillées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Michelnau - vue de la terrasse d'observation : exploitation sur plusieurs niveaux, parois entaillées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Michelnau - les blocs étaient transportés par wagonnets, avant d'être sciés à mesure - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Michelnau - les blocs étaient transportés par wagonnets, avant d'être sciés à mesure - photo © Bernard Duyck 05.2014

Ce tuff a été utilisé pour la construction de ponts, d’églises, de pierres tombales. Auparavant, le tuff a été employé pour la confection de fours en pierre, en raison de sa résistance à la chaleur et la bonne conservation de celle-ci. Elle est encore prisée par les sculpteurs et les architectes paysagistes.

Carrière de Michelnau - bloc de tuff portant des traces de scie - photo © Bernard Duyck 05.2014

Carrière de Michelnau - bloc de tuff portant des traces de scie - photo © Bernard Duyck 05.2014

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le massif du Vogelsberg - en suivant la Vulkanradweg, à partir de Fulda (à l'est), les spots sont Grebenhain, et aujourd'hui Gedern, avant de pousser à l'ouest vers Nidda.

Le massif du Vogelsberg - en suivant la Vulkanradweg, à partir de Fulda (à l'est), les spots sont Grebenhain, et aujourd'hui Gedern, avant de pousser à l'ouest vers Nidda.

Nous poursuivons notre « chasse au basalte » dans le sud du massif du Vogelsberg … après Grebenhain et la Chaire St.Boniface, voici la carrière de Gedern.

Utilisée par les comtes de Stolberg depuis le 17° siècle pour l’extraction de pierre pour les constructions, la carrière est toujours partiellement en activité. On y accède par une petite route, en essayant de repérer le petit placard jaune avec un marteau noir … beaucoup plus facile avec les coordonnées GPS : 50° 24’50 – 9° 11’33.

Vogelsberg - carrière de Gedern - les coulées basaltiques superposées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Gedern - les coulées basaltiques superposées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Gedern - les coulées basaltiques superposées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Gedern - les coulées basaltiques superposées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Le trou est énorme : 500 m. de longueur et 20 m. de profondeur.

On peut y détecter plusieurs coulées de lave superposées, entrecoupées de scories de teinte rouge-brun.

En cherchant un peu, on retrouve des bombes sphériques mélangées dans la couche de scories, ainsi que de belles zéolithes dans la basanite.

Vogelsberg - carrière de Gedern - bombe volcanique imbriquée dans les scories -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Gedern - bombe volcanique imbriquée dans les scories - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Gedern - basalte et scories -  photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Gedern - basalte et scories - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Gedern - Gros-plan sur le basalte - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg - carrière de Gedern - Gros-plan sur le basalte - photo © Bernard Duyck 05.2014

Après le basalte, demain le tuff rouge de Nidda.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Vogelsberg / Grebenhain : "Bonifatius kanzel", la Chaire St.Boniface - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg / Grebenhain : "Bonifatius kanzel", la Chaire St.Boniface - photo © Bernard Duyck 05.2014

Premier spot dans le massif du Vogelsberg, GREBENHAIN / BONIFATIUS KANZEL

GPS : 50° 29’12 / 9°16’58 – facilement accessible à pied, à partir du parking de la hauteur de Herchenhain.

Ce large affleurement de basanite, appelé " la chaire de Saint Boniface " (*), mesure 10 mètres de long, 4 mètres de hauteur et 3 mètres de largeur.  

Cette formation forme l’extrémité SO d’une série de roches, alignées SO-NE sur 40 mètres. Elle a une teinte gris foncé à presque noir. Le diamètre de certaines colonnes de 3,5 ou 6 côtés est généralement inférieur à 20 cm.

Vogelsberg / Grebenhain : Bonifatius kanzel, colonnes à facettes érodées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg / Grebenhain : Bonifatius kanzel, colonnes à facettes érodées - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg / Grebenhain : Bonifatius kanzel - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg / Grebenhain : Bonifatius kanzel - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg / Grebenhain : Bonifatius kanzel / fin de l'affleurement- photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg / Grebenhain : Bonifatius kanzel / fin de l'affleurement- photo © Bernard Duyck 05.2014

Comme d’autres lieux dans la région, son nom est lié à Saint Boniface, l’évangélisateur de la Germanie.

Né en Angleterre vers 675, au début du Moyen-âge, sous le nom de Wynfreth (Winfrid), l’homme devint moine, prêtre et un savant réputé. Le Pape Grégoire  II reconnait ses talens d’organisateur et lui confie en 719 la mission d’évangéliser les Saxons d’outre-Rhin. Il le place sous la protection de Charles Martel, grand-père du futur empereur Charlemagne.

Il prend le nom de Boniface – " Bonifatius " de bonnus et fatus, bon destin – un ancien martyr, et part évangéliser la Hesse et la Thuringe, en y multipliant les fondations religieuses ; il est le fondateur e.a. de l’Abbaye de Fulda.

Promu archevêque, il préside un concile en 739 en vue de réorganiser l’épiscopat local. Il fondera les évêchés de Wurzbourg, Burabourg et Erfurt.

À la mort de Charles Martel, en 741, Carloman, son fils aîné, qui a reçu en héritage l'Austrasie, la Souabe et la Thuringe, demande à Boniface de réformer également l'Église franque, et le nomme métropolitain d'Austrasie (la région d'entre Meuse et Rhin).

Boniface convoque un concile en 742 puis en 743. À cette occasion, le sort des biens d'Église octroyés par les Pippinides à leurs clients est réglé par la reconnaissance d'un cens dérisoire à payer à l'Église et l'engagement des bénéficiaires de servir le roi en contrepartie... Les historiens voient dans cette disposition le premier exemple d'un engagement personnel de type vassalique des propriétaires terriens envers le roi et une amorce de la féodalité.

Devenu archevêque de Mayence, Boniface a l'honneur de conférer l'onction royale à Pépin le Bref, frère cadet de Carloman.

Mais, insatisfait, il reprend son bâton de pasteur pour convertir les redoutables Frisons. Le vieil homme trouve la mort avec 52 compagnons le jour de la Pentecôte 754 (5 juin), près de Dokkum, dans la Frise. L’apôtre des Germains sera inhumé à Fulda.

Ses principaux attributs sont l'habit d'évêque, la mitre et un livre traversé d'une épée (arme par laquelle il fut tué). Il est parfois représenté baptisant des convertis, un pied posé sur un chêne abattu (le chêne de Thor) qui est le symbole de l'écrasement de la religion païenne. (Hérodote.net)

Vogelsberg / Grebenhain : Bonifatius kanzel - photo © Bernard Duyck 05.2014

Vogelsberg / Grebenhain : Bonifatius kanzel - photo © Bernard Duyck 05.2014

(*) Chaire, du grec Cathedra, siège, est le siège d’un évêque dans son église, par extension, la tribune d’un prédicateur.

Sources :

- Vulkanring-Vogelsberg - link 

- Saint Boniface - link

 

 

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog