Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Après les volcans du Japon, nous passons de l'autre côté de la planète-volcan avec les photos et vidéos de nos amis Carole et Frédéric Hardy.

 

Ils viennent de revenir du nord Chili et de Bolivie après un trek "Nomade aventure", et nous proposent de voir ou revoir l'Atacama, le salar d'Uyuni, les laguna Colorada, Verde et Blanca, le volcan Toco, à 5.600 mètres, pour un panoramique à couper le souffle.

 

Voyage-Nomade-Aventure.jpg                       Itinéraire du voyage "Désert d'Atacama et Salar d'Uyuni" - doc. Nomade Aventure

 

Pour se mettre en appétit, rien ne vaut une vidéo :

 

 

 

En route donc vers ces terres salées et les hauts-plateaux gelés ...

 

Source :

- Vidéo you tube / theFREDCAROLE - link

- Nomade Aventure - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le Sakurajima est entouré par un vaste système de canaux artificiels et de barrages qui servent à protéger les villages environnants de l'impact par des lahars, des coulées de débris et de l'érosion. Le Japon est devenu le leader mondial dans le développement de ces structures, appelées communément aujourd'hui "barrages Sabo".  
Le système SABO :  
un terme japonais passé dans la terminologie internationale, comme tsunami, judo, karaoke et qui signifie littéralement " défense contre la terre " , et qui devrait se traduire par « correction des torrents et reboisement ».
Sabo fait référence aux travaux de contrôle des glissements de terrain, avalanches de débris, rupture de pentes, glissements de terrain , et à la prévention de ces désastres. 
   Sabo 2 - AVE                    Dans la ligne d'un chenal Sabo ... le Sakura-jima - photo © Antony Van Eeten 2012  

sakura---26---AVE-2012.jpg      Sakura-jima :  canal anti-lahar, vu du point de vue sur le flanc ouest - photo Antony Van Eeten

 

 

Le système vise à réduire le débit des flux, à retenir les sédiments, à retirer du flux le maximum de liquide et ralentir celui-ci par épaississement, à piéger les matériaux importants (grosses pierres, arbres), à établir des bassins de réduction de débit et de recueil des matériaux. La totalité du système est contrôlée par divers dispositifs de surveillance : caméras, capteurs de vibration, capteurs sonores, capteurs Henel ( pendules suspendus dans le canal d’écoulement), capteurs à fil, capteurs à ultrasons ou encore lumineux. Le système d’alerte doit être suffisamment rapide et performant pour permettre une évacuation des personnels de maintenance.

Sakura-jima - chenal Sabo et ses différents plateaux  avec barrages filtrants - photo Thorsten Boeckel

Sabo-syst---2---Th-B.JPG  Barrage tubulaire filtrant sur un ouvrage Sabo sur la rivière Haramatsu - photo Thorsten Boeckel

Le reforestation, qui est une autre mesure contre l’érosion, vise à remplacer la végétation tuée par les gaz , ou détruite par les bombes ou les incendies. Des tests ont été effectués sur la rivière Kurukami , ainsi que des plantations sur le cratère Gongen (avec des pins noirs japonais et Yeddo).
Le SIVSC – le Sakurajima International volcanic Sabo center – abrite un centre de contrôle et un hall d’exposition des techniques diverses employées sur les flancs du volcan Sakura-jima.

JAP09 1115 Sabo center                            Le siège du SIVSC proche du Sakura-jima - photo R. Roscoe / Photovolcanica

Les projets Sabo ont été initié dès 1946 au Sakura-jima, mais les travaux majeurs ont débuté dans les années 1970, après des coulées dévastatrices, et se sont poursuivis jusqu’en 1995.


Sources :

- International Sabo network
- SIVSC - Sakurajima International Volcanic Sabo Center - link
- Study of shearing force and impact force of a volcanic mud flow at Sakura-jima volcano – Y. Taniguchi & al.
- Investigation and analysis of volcanic mud flows o Mt Sakura-jima – by M. Watanabe & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les volcans ont ambivalents sur le plan de leurs effets ; pour le Sakura-jima, le côté négatif semble l'emporter.
La reprise d’activité en 1955 a affecté négativement la population locale de différentes manières : après des évènements éruptifs importants, plusieurs centimètres de cendres peuvent recouvrir les cultures et entraver la circulation, soit directement, soit par une remobilisation par les vents.      Les cendres volcaniques humides causent des courts-circuits. Les gaz se combinent à l’humidité atmosphérique pour générer des pluies acides.
sakura---17---AVE-2012.jpg               Les cultures de radis sous les cendres du Sakura-jima - photo © Antony Van Eeten 2012

sakura---14---AVE-2012.jpg

                      Sakura-jima - "Brouillard de cendres" -  photo © Antony Van Eeten 2012 

 

sakura---15---AVE-2012.jpg                Sakura-jima -  Cendres mouillées et collantes - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

Bien que contenu en grande partie par le système Sabo, les avalanches de 192424 10151105564511441 824128266 odébris peuvent causer sporadiquement des dommages aux propriétés et couper les voies de communication. En 1974, un lahar a causé la mort de 8 personnes.

Un panneau routier suffisamment explicite, même sans lire le japonais - photo © Antony Van Eeten 2012
Des retombées de bombes et de lapilli causent occasionnellement des dégâts, brisant les tuiles des toits ou les pare-brises des voitures.
Ces retombées de cendres et lapilli chauds sont responsables de fréquents incendies de forêt. En 1985/86 de grands cratères, certains de plus d’un mètre de large, ont été creusé par la chute de bombes … en novembre 2006, une bombe de 5 tonnes a brisé le toit et le sol d’un hôtel de la côte sud, à 3 km. du cratère, et blessé 5 personnes.
L’impact d’une exposition aux cendres volcaniques sur un long terme a été étudié. Elles ne contiennent pas de particules fibreuses et un taux de cristobalite faible … cette forme de silice cristalline pouvant être responsable de dommages au niveau du système respiratoire à long terme. (La cristobalite est considérée comme carcinogène : http://nj.gov/health/eoh/rtkweb/documents/fs/1657.pdf).
Les cendres ont un impact sur les personnes souffrant de problèmes respiratoires, auquel il faut ajouter l’effet délétère du dioxyde de soufre inhalé.
Une étude (Higuchi & al.2012) parue en 2012 suggère cependant un taux de cancer pulmonaire de 50% supérieur pour la cité de Sakurajima par rapport à Kanoya, située à 30 km. et non exposée aux cendres volcaniques, sur une période d’étude entre 1968 et 2002.

665297_10151105573326441_1223980382_o.jpgLe masque et les pelles sont des ustensiles utlisés journalièrement à proximité du volcan - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

Une adaptation de la vie locale a été nécessaire … des abris contre les projections balistiques sont présents en de nombreux endroits. Les routes sont régulièrement nettoyées et la cendre peut être mise en sac et déposée sur des endroits de collecte présents partout. Les patrouilles de pompiers sont intensifiées en période d’activité augmentée, pour prévenir les feux de forêt. Cendres et lapilli entravent aussi la circulation aérienne de l’aéroport de Kagoshima, et un monitoring constant est nécessaire.

 

Sakura-abri--2---AVE-copie.jpg

Sakura-abri---AVE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des abris ne sont jamais loin - photo © Antony Van Eeten 2012

 

 

 


daikon radishMais les habitants s’adaptent et peuplent les pentes du volcan, qui leur fournit un terrain favorable aux cultures. On y trouve des daikons, d’énormes radis blancs spécialité de la région et récoltés de décembre à février, et aussi de minuscules mandarines.
Les daikons pèsent environ 6 kg, pour un diamètre de 50 cm. … mais certains atteignent les 45 kg. Quant aux mandarines, elles ne mesurent que 3 cm. de diamètre.
sakura---23---AVE-2012.jpg            Un "Sakura-jima daikon" de bonne taille saupoudré de la poussière du volcan

sakura---19---AVE-2012.jpgLa vie triomphe toujours ... des fleurs de Verge d'or resplendissent malgré leurs feuilles recouvertes de cendres - photos © Antony Van Eeten 2012

 

Sources :

Photovolcanica - Sakura-jima - by R. Roscoe.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les éruptions historiques majeures qui ont marqué le Sakura-jima sont datées de 1471-76 (Bunmei), de 1779 (An-ei), de 1914-15 (Taisho) et de 1946 (Showa).


Chaque éruption est responsable de grandes coulées de lave andésitique qui ont atteint et modifié les contours de l’île volcanique. Elles sont le résultat d’un mélange entre deux magmas dans une chambre située à une profondeur de 3-6 km. sous la partie sud-ouest de la caldeira Aira. L’actuelle source dacitique est estimé se trouver sous le centre de la caldeira, tandis que la source basaltique git beaucoup plus profondément. Le volcanologue Arakawa relève une progressive réduction du niveau de silice des laves : de 66% pour les laves Bunmei (1471) à 59% pour les laves Showa (1946).

 

L’éruption de 1779 - éruption An-ei - fut précédée de plusieurs jours de violent trémor. Le 8 novembre à 11h., les premières émissions gazeuses sont repérées au sommet du Minami-dake. Une éruption violente débute à 14 h. sur le flanc sud ; aux environs de  16h., des évents sur le flanc nord-est entrent en éruption. Après une journée d’éruptions intenses, une phase effusive commence avec des coulées qui atteignent les eaux de la baie.

Cette éruption sera suivie au cours des 20 ans qui suivent d’une dizaine d’explosions ; l’une d’entre elles s’est passé sous le niveau marin et a causé un tsunami dévastateur.

 

Sakurajima-eruption-01.1914---coll-R.Wilson.jpg                   Eruption du Sakura-jima en janvier 1914 - photo archives R. Wilson collection

 

L’éruption de 1914-1915 - éruption Taisho - : Elle est considérée comme la plus importante éruption historique du Japon.

Du trémor volcanique se fait sentir dès le 10 janvier 1914, avec une fréquence et une intensité qui augmentent les jours suivants. Ce signe d’une éruption imminente fut bien interprété par les 22.000 habitants de l’île, fermiers et pêcheurs, qui l’évacuent spontanément. Le 11 janvier vers 14h., les premières émissions gazeuses sont remarquées.

Le 12, à 10h10, le premier d’un groupe de cinq évents s’ouvre sur le flanc ouest. Dix minutes plus tard, c’est au tour du  premier d’un groupe de six évents localisés sur le flanc est, d’entrer en action. Des éruptions puissantes produisent des colonnes incandescentes sur les deux sites, les panaches atteignant 10.000 mètres, parcourus d’éclairs. Des coulées pyroclastiques dues à l’effondrement de la colonne éruptive sont observés. De fortes chutes de cendres marquent une zone à l’est du volcan, la couche atteignant 1 mètres à 20 km. du volcan.

 

Sakura---er.-12.01.1914-du-port-de-Kagoshima---ph.S.Shashi.JPG         Eruption du Sakura-jima - Vue le 12.01.1914 du port de Kagoshima - photo S. Shashinkan

 

Eruption-Sakura-1914---Hamasaki---Jour.Sci.coll.-Imperial-u.JPGEruption du Sakura-jima en 1914 - l'intérêt du dessin de ce point de vue est de montrer quatre panaches éruptifs touchant deux côtés du volcan - doc. Hamasaki / Journ. Sci. coll. Imperial University of Tokyo. - in Geological Survey of Japan.


Suite à la poursuite du trémor, la plupart des 70.000 habitants de Kagoshima évacuent aussi la zone … seuls 35 morts sont attribués au séisme de magnitude 6-7 du 12 janvier, qui provoque des effondrement de bâtiments et des glissement de terrain. Un petit tsunami endommage des bateaux dans le port.

 

-kagoshima_1914---NYPL-picture-collection-Illustrated-Londo.jpgKagoshima sous les cendres de l'éruption du Sakura-jima en 1914 -  doc. NYPL Pictures collection / Illustrated London news.


Le 13 janvier, vers 20h., une secousse forte marque le début de l’activité effusive, et deux coulées importantes se développent au cours des 20 jours suivants. Une activité explosive moins forte que durant le climax accompagne les effusions. Le 20 janvier, l’activité cesse sur le flanc ouest, tandis que six cratères alimentent les coulées côté est.. La lave s’écoule à une vitesse de 30 mètres à l’heure près des évents, ce qui est remarquablement rapide pour une lave andésitique. Les coulées est s’étendent jusqu’à 3 km. des évents, larges de 2 km. par places.

Le 1° février 1914, elles remplissent le chenal large de 400 mètres qui sépare l’île de la péninsule Oosumi … le Sakura-jima n’est plus une île !

Les effusions cessent pour un temps, relayées par une activité explosive variable, puis reprennent le 22 mars 1914 au départ des évents situés à l’est, pour continuer de façon sporadique jusqu’en début 1915.

 

sakura---9---AVE-2012.jpgLe Torii du temple Shinto de Kurokami-cho, situé à 5 km. à l'est du volcan, haut de trois mètres, a été enseveli presqu'entièrement sous les dépôts pyroclastiques de l'éruption - ce lieu commémoratif est préservé par des chaînes et un portique. - photo © Antony Van Eeten 2012

Cette éruption a engloutit sept des 18 villages de Sakura-jima sous sa lave, et en a enterré sous ses cendres beaucoup d’autres ainsi que les champs qui les entourent. Au total, 2500 habitations ont été détruites. Des radeaux de ponces flottantes ont entravé la navigation sur la baie. Le gouvernement a initié la première opération de secours d’envergure après une éruption volcanique.


Le Global Volcanism Program qualifie cette éruption d’un index d’explosivité sakura---21---AVE-2012.jpg4 ; le volume de lave émis est estimé à 1,6 milliards de m³ pour 570 Mm³ de téphra.

 

Pancarte locale schématisant la position d'une chambre magmatique principale sous la caldeira, en communication par des failles avec une autre plus superficielle sous le Sakyra-jima -


Suite à l’éruption, on a constaté une déflation importante, avec perte de 70 cm. à différentes places du bord de la caldeira et de plus de 2 m. sur le rivage nord et sud de Sakura-jima. Ceci suggère une source magmatique située, au moins partiellement, sous le centre de la caldeira Aira. Elle fut suivie d’une inflation précédant l’éruption à venir.

 

Quelques éruptions explosives de courte durée émaillent les années 1935, 1938 et 1939, puis le calme revient jusqu’en 1946.

En 1946 - éruption Showa -, le volcan entre en éruption au cratère Showa, qui s’est créé en 1939, sur le flanc est du Minami-dake ; l’éruption fut essentiellement effusive , 180 Mm³ de lave émis, sans production de ponces. Les dommages ont été limités aux terres agricoles englouties sous la lave. Une coulée bifide sakurajima---09.09.1985---Tom-Pierson-USGS.jpga entouré celle de 1914, vers les côtes est et sud de "l’île perdue" de Sakura-jima.

Le panache du Sakura-jima le 09.09.1985 - photo Tom Pierson / USGS

 


A dater de 1955, l'activité reprend et diverses éruptions explosives plus petites vont marquer le cratère sommital Minami-dake, jusqu'en 2006 ... où après in intervalle de 58 ans, on observe une éruption hors cratère sommital. (détails sur GVP Montly report)


 

Quelques belles photos des éruptions en tout début d'année 2010 par Thorsten Boeckel et Martin Rietze :

 

 

Astronomical-picture-of-the-day-MR-01.2010.jpg       Sakura-jima - 25.12.2009 /09.01. 2010 /  Astronomical picture of the day  - by Martin Rietze.


Dossier-41 1847 - Th B 2010

   Sakura-jima - 25.12.2009 /09.01. 2010 / by Thorsten Boeckel : " New Year eruption around 00:05:23 at 01.01.2010, two minutes later the next fontain. "

 

Il demeure toujours bien actif comme en témoignent les photos prises en 2012.

 

sakura---10---AVE-2012.jpg

 

sakura---13---AVE-2012.jpg 

sakura---28---AVE-2012.jpg

           Sakura-jima en octobre 2012 -trois photos  © Antony Van Eeten 2012 


Sources :

- Global Volcanism Program - Sakura-jima 

- Geological Survey of Japan - Sakura-jima

- Photos de Martin Rietze / A.L.P.E. - link 2010 - link 2012

- Photos de Thorsten Boeckel / from Etna to Stromboli - link 201010

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

sakura---25---AVE-2012.jpg

La baie de Kagoshima et le Sakura-jima dans la brume automnale - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

 

Le graben Kagoshima et ses caldeiras :

La baie de Kagoshima et ses volcans sont compris dans les limites du graben Kagoshima.

Une série de cinq caldeiras y sont discernables :

- les caldeiras Kakuto et Kobayashi, à proximité du volcan Kirishima;

- les caldeiras Aira et Ata, situées dans la baie de Kagoshima;

- et la caldeira Kikai, en grande partie submergée, dans l'arc de Ryukyu, au sud de Kyushu.

Ces cinq caldeiras "majeures" incluent des caldeiras de plus petites tailles et des cônes formés post-caldeira.

Ces diverses caldeiras ont été reconnues grâce à des études géologiques et gravitationnelles, et au fait qu'une roche moins dense remplit les caldeiras après leur formation.

 

 

Kagoshima-graben-et-caldeiras.jpgCarte des caldeiras du graben Kagoshima - doc Eartquake Research Institute University Tokyo. - le tracé du graben est constitué d'une "ligne grise pleine".

 

 

Sakura-jima_from_space-Radar.jpg

                        La caldeira Aira et le volcan Sakura-jima - image radar doc. Nasa

 

 

La baie de Kagoshima est essentiellement formée par la caldeira Aira au nord, la caldeira Ata près de l'entrée de la baie au sud, et un certain nombre de dépressions situées entre les deux.

La caldeira Aira est une dépression, de 23 km. sur 17, en forme d'entonnoir profonde de 4.000 mètres, mais remplie de matériaux de l'explosion originelle et d'explosions ultérieures, ainsi que de sédiments ... si bien que la baie n'a plus actuellement qu'une profondeur d'une centaine de mètres. Elle est datée de 24.000 ans environ.

Dans son coin nord-est, une sub-caldeira, nommée Wakimako, d'un diamètre de 6 km. et formée à l'holocène, possède un fond plat à une profondeur de 190 m. et un petit cône responsable de fumerolles sous-marines.

L'éruption qui a conduit à la formation de la caldeira a entraîné un dépôt de plus de 400km³ de ponces et cendres, ce qui équivaut à plus de 100 km³ de magma rhyolitique.

La caldeira Ata, au sud de la baie, s'est formée il y a 95.000 ans; le volume émis lors de l'éruption causale est estimé à 300 km³de ponces et cendres dacitiques.

 

Sakura-jima---Aster-2001.09.19.jpg                              Le volcan Sakura-jima vu par ASTER le 19.09.2001 - doc. Nasa

 

Le volcan Sakura-jima :

 

171986_10151104957971441_2065456124_o.jpgPancarte locale indiquant les principales éruptions du Sakura-jima - photo © Antony Van Eeten 2012


Ce volcan  commencé à se former il y a 13.000 ans sur le bordure sud de la caldeira Aira; il a bâti progressivement une île suite à l'activité de ses divers évents :

- le Kita-dake, le cône sommital, a été actif jusqu'il y a 4.850 ans

- puis l'activité s'est déplacée vers le Minami-dake, responsable de fréquentes éruptions, qui sont enregistrées depuis le 8° siècle, et qui ont déposé constamment des cendres sur la ville de Kagoshima, située au bord de la baie du même nom, à 8 km. du sommet.

- Depuis 2009, l'activité marque régulièrement le cratère Showa, sur le flanc est du volcan.

 

Sakura-crat.---JAXA.jpgLe Sakura-jima et ses différents cratères - Satellite image courtesy of Japan Aerospace Exploration Agency (JAXA) and index map from MapsOf.net.

 

Activite-crat.-Minadake-et-Showa-2009-2011.jpgHauteur des panaches et explosions documéntées du sakura-jima entre janvier 2009 et juillet 2011, respectivement aux évents Minami-dake (graphiques supérieurs) et Showa (graphiques inférieurs) - doc. JMA / GVP.

 

Quelques vues de l'activité du cratère Showa en octobre 2012 :

 

sakura---3---AVE-2012.jpg

 

sakura---13---AVE-2012.jpg

 

sakura---16---AVE-2012.jpg

Sakura-jima - cratère Showa - sur la photo du bas, remarquez l'épaisse couche de cendres récentes sur le bord gauche du cratère - photos  © Antony Van Eeten 2012 

 

Demain, les éruptions historiques importantes.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Sakura-jima

- Geological Survey of Japan - Japanese Quaternary volcanoes - Sakura-jima

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Dans la partie sud-est du groupe volcanique Kirishima, on trouve un stratovolcan doté d’un énorme cratère par rapport à la taille de l’édifice, et garni d'agglutinats affleurants sur les parois du cratère : le volcan Ohachi.

 

photo_kirishima---Nat.park.jpgExtrémité sud-est du groupe Kirishima : au centre, le Takachihonomine et à droite, l'Ohachi. - photo Kirishima National Park

 

 Kirishima azalea - AVE copieA la bonne saison, il apparaît, dans un environnement bucolique d’azalées japonaises, accolé au volcan Takachihonomine, plus haut et pointu.

 

Azalea japonica - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

Japan 2005 Kirishima Volcano stamp


Les azalées sont profondément liées à l'histoire et la culture du Japon; on en dénombre 15 espèces. Les azalées à feuilles persistantes sont classées en deux séries, dont l'obtusum, divisée elle-même en 8 groupes, dont le groupe de Kyushu.

 

 

kirishima-gr.---Takachihonomine-et-Ohachi---H.Seo.JPG

Le volcan Ohachi, doté d'un large cratère et accolé au Takachihonomine - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

 

Ohachi-dake -3 - AVE

                               Sur le bord du cratère de l'Ohachi - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

On lui reconnaît deux types d’éruptions magmatiques : sub-plinienne et vulcanienne. Des émissions de lave ont pris place quatre fois au moins associées à des éruptions sub-plinienne. La plus volumineuse d’entre elles, nommée Takaharu tephra (ThT) en l’an 1235, a été accompagnée de coulées pyroclastiques .


Le volume total de magma érupté (y inclus l’édifice volcanique) est estimé à 250 millions de m³. Le ratio éruptif ne fut pas constant durant l’histoire du volcan, et l’on distingue ainsi trois période différentes qualifiées par des ratios différents.

- de 700 à 1235, avec production de plus de 80% du magma

- de 1236 à 1717, avec environ les 20% restants

- de 1718 à aujourd’hui, avec des éruptions de taille réduite et une difficulté de retrouver les tephra correspondants.

 

Ohachi-dake--4---AVE.jpg

 

Ohachi-dake--5----AVE.jpg

          Ohachi - un grand et profond cratère bien coloré - photos © Antony Van Eeten 2012 


 L’édifice volcanique se compose principalement d’une succession d’épaisses couches de téphra, certaines d’entre elles changées en agglutinats.

Il a grandi principalement au cours de deux évènements éruptifs sub-plinien conséquents – émissions de 1 à 10 Mm³- : le Katazoe tephra en 788 et le Takaharu tephra en 1235.

 

Ohachi-dake---2---AVE.jpg                     Ohachi - superposition de couches de tephra - photo © Antony Van Eeten 2012 

 Ohachi-dake-AVE.jpg

Ohachi - couches de tephra agglutinés sur les flancs du stratovolcan - photo © Antony Van Eeten 2012 

 

Sources : 

- Global Volcanism Program - Kirishima

- Eruptive History of Ohachi Volcano, Kirishima Volcano Group, Southern Kyushu, Japan - by M. Tsutsui, M. Okuno & T. Kobayashi.  

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

kirishima-gr.---Shinmoe-dake---H.Seo-2002.JPG

   Groupe volcanique Kirishima - le Shinmoe-dake - photo H. Seo 2002 / Geological survey of Japan

 

Considéré comme l'un des sièges d'activité du groupe Kirishima à l'Holocène, le Shinmoe-dake présente des explosions petites à modérées, enregistrées depuis le 8° siècle.

Son cratère est caractérisé par des parois importantes ; les matériaux qui drapent la partie inférieure des parois constituent les restes d'un lac de lave formé lors de son éruption en 1716-17. Il est occupé périodiquement par un lac aux eaux bleues.

Le GVP relève des augmentations de la sismicité en 1991, et 2003-2004.

En 2008, il est le siège d'une éruption soudaine et courte, accompagnée d'un panache de 850 m. et d'un dépôt fin de cendres au NE. Une inspection suivant cette éruption a révélé l'ouverture de fissures dans le cratère et sur ses flancs ouest, et la présence abondante de blocs ballistiques.


Shinmoe-dake-24.08.2008---JMA.jpg

Le flanc supérieur ouest du Shinmoe-dake, parsemé de blocs et coupé de fissures - photo JMA 24.08.2008

 

L’éruption du Shinmoe-dake en 2011 :

 

Après un an d’inflation du volcan, lié à une injection magmatique estimée à 20 Mm³, l’éruption débute le 19 janvier 2011 par une explosion de type  phréatomagmatique, contenant environ 10% de ponce juvénile.

L’onde de choc est perçue jusqu’à 12 km. au NE du Shinmoe-dake. Le nuage de cendres dérive vers le SE, où l’on remarque des chutes de cendres. Une seconde explosion a lieu le 22 janvier,avec éjection de matériaux à 220 m. au dessus du cratère et un panache montant à 1800-2100 m.

 

Kirishima-01.2011-AP-2.jpg                Shinmoe-dake : "une éruption à panache"  en janvier 2011 - photo Associeted Press

       Les silhouettes du Takachihonomine - Obachi se dessinent à gauche du volcan en éruption.


Un troisième épisode démarre le 26 janvier et des explosions subpliniennes surviennent les 26, 27 et 28.01, avec des panaches mesurés à 8.500 m. au dessus du cratère, et zébrés d’éclairs.

Les dépôts de cendres sont de 17 cm. d’épaisseur à 3 km au SO du cratère , et 8 cm à 6 km.

 

28.01.11-KIR---kirishima-city---Minami-Nippon-Shimbun---Han.jpgDes éclairs zèbrent le panache de cendres du Shinmoe-dake - photo 28.01.2011 Minami Nippon Shinbun

 

28.01.11-KIR---Miyazaki-pref.---Kyodo-Reuters.jpg                Enlèvement des cendres dans la préfecture de Miyazaki - photo Kyodo Reuters.

 

Kirishima-28.01.11--GMJ.Reynolds.jpgShinmoe-dake : des panaches sombres surmontent le cône recouvert de cendres - 28.01.2011 - photo de James Reynold, grand chasseur de typhons et de volcans, toujours sur la brèche en Asie.


Le 28 janvier, un petit dôme de 200 m de diamètre apparaît sur le plancher du cratère … en trois jours, son diamètre passe à 600 m., et son volume atteint plus de 10 Mm³, recouvrant l’évent actif.

 

31.01.11-KIR---Kyodo-Reuters.jpg                    Le dôme du Shinmoe-dake, le 31.01.2011 - photo Totally Cool Pix / Reuters.

 

kirishima---03.02.2011-Nasa-Aqua-Modis.jpgDeux volcans actis sur cette photo de la Nasa / satellite Aqua / Modis prise le 03.02.2011 : le Sakura-jima et le Shinmoe-dake, dont le panache passe au dessus de la ville de Miyazaki.


Dans la nuit du 31 janvier, 1.158 personnes sont évacuées de la ville de Takaharu, à 12 km. à l’O du cratère, par crainte des coulées pyroclastiques et d’une éruption plinienne potentielles.

 

more-ash-japan-volcano-caldera_--31.01.11-Motoki-Nakashima-.jpgShinmoe-dake : le 31.01.2011, le dôme fume et rougeoit fortement, tandis que la caldeira est couverte des cendres de l'éruption - photo Motoki Nakashima / Yomuri Shimbun / AP


Kiri-01.02.2011-15h36.pngUne éruption vulcanienne survient le 1° février, détruisant une partie du dôme, accompagnée d’un panache atteignant 7.000 m au dessus du cratère.

 

Shinmoe-dake - webcam du 01.02.2011 / 15h36.

 

On relève des blocs ballistiques de 70 cm. de diamètre à 3,2 km à l’ouest du cratère.


152c3fk.jpg

                                            Shinmoe-dake - webcam 01.02.2011 / 23h20

 

De nouvelles évacuations sont décrétées en raison du risque de lahars.

Le dôme cesse ensuite sa croissance et sa morphologie s’aplatit, il se couvre de ses éjectats. Le 4 février, de fortes émanations de vapeurs en émanent.

L’activité va ensuite décliner, avec des panaches montant à seulement 1.000 m au dessus du cratère.  Aucune explosion n’est signalée durant mai et juin 2012. L’alerte volcanique de niveau 3 (sur 5) est maintenue jusqu’en juin 2012.

 

L’analyse des ponces de l’éruption révèle une composition dacitique à pyroxène (57-62% SiO2), montrant un mélange de deux magmas de couleurs différentes.

 

 

 

 

Evolution récente du sommet et du cratère du Shinmoe-dake, en quelques photos :

 

shinmoe-dake---H.Seo-2008-GSJ.JPG                       Shinmoe-dake en 2008 - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

 

Shinmoedake---H.Seo-05.2009.jpg                  Shinmoe-dake en mai 2009 - photo H. Seo / Geological Survey of Japan

 

Ave--10---2012.jpg

 

Ave--9---2012.jpg                          Shinmoe-dake en octobre 2012  - photos Antony Van Eeten

On ne remarque plus de lac, après l'éruption de 2011, suivie de la création d'un dôme, recouvert ensuite de ses productions.

 


Le Shinmoe-dake est parfois appelé "le volcan de James Bond", depuis 1967, date à laquelle on réalisa le film " You only live twice "  … et où le volcan servit comme base de fusée aux méchants.

Pour les amateurs, une vidéo de l'éruption mâtinée de scènes du film, en cliquant sur ce lien :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-8RI6zoi9Cc

 

Sources:

- Global Volcanism Program - Kirishima

- Tephrochronology and eruptive history of Kirishima volcano in southern Japan - by S. Nagaoka - M. Okuno - link  

- Geological survey of Japan - Quaternary Volcanoes in Japan- link

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Av-ar.-karakunidake--shinmoedake---Takacihonomine---S.Nakan.JPG

Le groupe Kirishima-yama - partie centrale - photo S. Nakano 08.03.2011 / Geological survey of Japan

D'avant en arrière : le Karakuni-dake, le Shinmoe-dake, et le groupe Takachihonomine - Ohachi.


Le groupe volcanique Kirishima-yama est constitué de volcans du map_kirishima.jpgQuaternaire, couvrant une surface de 20 x 30 km., au nord de la baie de Kagoshima.


Ce groupe de volcans majoritairement andésitique comprend des stratovolcans, des cônes pyroclastiques, des maars et des volcans-boucliers sous-jacents.


Les stratovolcans sont disséminé au travers du champ volcanique ; le plus haut est localisé au centre, le Karakuni-dake (1700 m.)


Au Nord-ouest du groupe, l’aire thermale Iwo-yama (sulfur mountain)  est située entre le stratovolcan Karakuni-dake et le maar Mi-ike.

 

14_15cm.JPG        Le groupe Kirishima et la caldeira Kakuto - d'après une vue 3D  Geological survey of Japan

 

Karakunidake-et-Onami-ike---H.Seo-2008-GSJ.JPGGroupe Kirishima-yama : à droite, le Karakuni-dake - à gauche, le maar Onami-ike. - photo H. Seo 2008 / Geological Survey of Japan

 

kirishima---Ioyama---Y.Yoshitsuru.JPG                       Groupe Kirishima : l'aire thermale Io-yama - photo Y .Yoshitsuru

 

 Au sud-ouest et à l’est de celui-ci, sont situés deux maars, respectivement l’Onami-ike et le Mi-ike.

L’holocène  a été marqué par des éruptions le long d’une ligne d’évents E-O depuis le Mi-ike en direction de l’Ohachi, et au Shinmoe-dake.


Au sud-est du groupe, le Takachiho-dake se fait remarquer par ses pentes fortes, 45°, et les multiples teintes de ses pentes, qui passent du rouille, au brun et au noir.

Une légende y est liée : la déesse du soleil Amaterasu envoya son fils Ninigi-no-Mikoto sur terre ; celui-ci descendit sur le sommet du Takachiho-dake. Sa première action fut de sortir les terres japonaises de la mer. Il est considéré de ce fait comme le fondateur légendaire de la lignée d’Empereur du Japon, et aurait emporté avec lui les trois symboles célestes qui caractérisent l’Empereur : le sabre, le miroir et le joyau.

 

 Kirishima-group---Nakajima--GSJ.JPG

                  Le groupe Kirishima-yama -  carte 3D Nakajima / Geological survey of Japan

 

Ave--7-lo-yama---2012.jpg

Ave--8--lo-yama---2012.jpg

             Groupe Kirishima - " Pas facile de s'y retrouver ..." - photo © Antony Van Eeten 2012 


Datation des éruptions :

 

Sur base d'analyses téphrostratigraphiques, on va distinguer

1. le groupe Pré-Kirishima : entre 900.000 et 600.000 ans, dont l'historique est peu connue en détails

2. le groupe Kirishima entre 600.000 ans et actuellement.

 

Kirishima group - S.Nagaoka                                    Carte géologique des groupes Kirishima - doc. S. Nagaoka & al.


- le Kirishima ancien : Entre 600.000 et 330.000 ans, l’activité a consisté principalement en éruptions formatrices de caldeira, ponctuées de deux coulées pyroclastiques importantes de plus de 50 km³ DRE (dense-rock equivalent) :

De 530 à 520 ka, formation de la caldeira Kobayashi, aux contours estimés.

De 340 à 330 ka, formation de la caldeira Kakuto, aux contours nord et ouest bien visibles.

On évalue que depuis 600.000 ans, 83% de la décharge magmatique l’a été sous forme de matériaux pyroclastiques.

 

- le jeune Kirishima :

Après 330.000 ans, l’activité s’est modifiée et a produit les stratovolcans, suite à diverses éruptions dont le type varie de plinien, vulcanien, strombolien à phréatomagmatique.

Les centres éruptifs ont migré de l’ouest vers l’est, avec la production de plus de 25 petits stratovolcans et cônes pyroclastiques.

 

-Kirishima_from_Maruoka---Ray-go.jpg            Quelques sommets du groupe Kirishima, de Marouoka - photo annotée de Ray-go.

 

Tout n'y est pas que caillasse et fumerolles, des zones boisées intersticielles acceuillent une flore et une faune riches.

 

kirishima-cerf---1---AVE.jpg

 

kirishima-cerf---3---AVE.jpg

                 Cerf Sika - Sika Deer - Cervus Nippon - photos © Antony Van Eeten 2012

 

Demain, le Shinmoe-dake.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Kirishima

- Tephrochronology and eruptive history of Kirishima volcano in southern Japan - by S. Nagaoka - M. Okuno - link

- The past 600.000 years explosive eruptive history of Kirishima volcano based on tephra layers in Miyazaki plain, Southern japan - by S. Nagaoka & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les gorges de Takachiho est une gorge en V, creusée par la rivière Gokase-gawa dans les coulées de lave de l'Aso.

Elle est bordée des deux côtés et sur une longue distance de hautes falaises, marquées d'orgues volcaniques imposantes, et parfois tourmentées.

 

Takachihokyou-----J.Tanaka.jpg

                      Les gorges Takachiho et la chute Manai - photo Tanaka Juuyoh / Flickr

 

Takachiho - wikitravel                                                  Les gorges Takachiho - photo wikitravel

 

Takachiho-kyo - 2 - Tanaka Juuyoh flickr

  Les gorges Takachiho : les orgues volcaniques s'incurvent ... cherchent-elles le soleil ?- photo Tanaka Juuyoh / Flickr


Les chutes Manai-no-taki, hautes de 17 mètres, constitue une scène appréciée pour son brouillard d'eau qui se marie, du printemps à l'été, à la floraison des cerisiers, puis des azalées japonaises et des wisteria. En automne, les feuillages aux teintes rouge et jaune prennent le relais.

 

Takachiho-kyo---6---Tanaka-Juuyoh-flickr.jpg          Takachiho-kyo : la chute Manai, ambiance bleue et verte  - photo Tanaka Juuyoh / Flickr

 

Takachiho_Gorge_by_boat---Max-Smith.jpg                    Takachiho-kyo : la chute Manai - basalte mouillé et noir - photo Max Smith

 

Deux façons de les appréhender :

Par le bas, en barques disponibles à l'extrémité sud de la gorge: cette navigation aisée dans des eaux calmes permet de se rendre compte de la hauteur des chutes et des gorges.

Par le haut: un chemin de 600 m. de long court sur le haut de la gorge et permet, outre la vue plongeante, un point de vue en enfilade intéressant.

 

Takachiho-kyo---3---Tanaka-Juuyoh-flickr-copie-1.jpg           Gorges Takachiho - orgues et empilements basaltiques-  photo Tanaka Juuyoh / Flickr

 

Le sentier continue ensuite sur un kilomètre vers le temple Takachiho, dans un environnement de cèdres Chichibu, d'un âge estimé à 800 ans. Ce temple est associé aux mythes fondateurs de la nation et on y pratique la dance Yokugara, transmise de génération en génération.

Les gorges sont illuminées jusqu'à 22 h. durant l'été.

L'extrémité sud de la gorge offre un accès à un aquarium d'eau fraîche, peuplé de traditionnelles carpes Koï.

 

Takachiho-kyo---Tanaka-Juuyoh-flickr.jpg

 

Takachiho-kyo---4-carpes---Tanaka-Juuyoh-flickr.jpg Des bassins naturels abritent des carpes Koï, symbole d'amour et de virilité dans la culture japonaise.photo Tanaka Juuyoh / Flickr

 

Sources :

- Flickr - Takachiho-kyo - par Tanaka Juuyoh - link

- Japan guide - Takachiho gorge and shrine

- Zooming Japan - Takachiho

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Eboshi-dake-et-Kusasenri---caldeira-Aso---H.Seo.JPG

Vue aérienne de l'Eboshi-dake, au centre, et du Kusasenri-ga-hara , à droite - les parois de la caldeira en arrière-plan - photo vue du NE par rapport à la carte ci-dessous / H. Seo / Japanese Quaternary Volcanoes. 

 

Parmi tous les cônes volcaniques de la caldeira de l'Aso, les plus grands sont le Naka-dake (1 506 mètres, le plus actif dans les temps historiques), le Taka-dake (le plus élevé, qui culmine à 1 592 mètres), le Neko-dake (1 408 mètres, estimé le plus ancien), le Kishima-dake (1 270 mètres), le Narao-dake (1 331 mètres) et le Eboshi-dake (1 337 mètres).

 

334767_10151101477916441_760480143_o.jpg

                         Caldeira Aso - les pentes de l'Eboshi-dake - photo © Antony Van Eeten 2012


AsoSan----N.Nakajima.JPGLa caldeira Aso et le groupe de cônes post-caldeira - la position des cratères Naga-dake et Kusasenri - doc. N. Nakajima  / Geological survey of Japan.


  Au pied nord de l'Eboshi-dake, proche de la station de bus, le Kusasenri-ga-hara possède un large cratère de 1.000 mètres de diamètre, formé il y a environ 30.000 ans.

Une zone de prairies, ponctuée de deux lacs, constitue aujourd’hui une aire de détente propice à l’équitation ou au pique-nique. Un dôme de lave qui s’était installé dans le cratère intérieur (400 m. de diamètre), occupé par un des lacs, fut pulvérisé par une éruption qui laissa une partie connue comme « pièce Tateyama »

 

Aso--11---AVE-2012---Kusasenri-ga-hama.jpgAso-san - les cratères du Kusasenri - le cratère de gauche est bordé par le "Tateyama piece" (au centre, entre les lacs) -  photo © Antony Van Eeten 2012 

 

Aso--12---AVE-2012.jpgAso-san - les cratères du Kusasenri et le parking de la station de bus / musée - à gauche au fond, le Naga-dake et son cratère n°1 fumant -  photo © Antony Van Eeten 2012 

 

665589_10151101476596441_508884015_o.jpg     Des vaches dans un cratère  ... les contreforts du Naga-dake -  photo © Antony Van Eeten 2012 

 

Face au cratère du Kusasenri se trouve l'Aso Volcano Museum, un vaste espace éducatif expliquant l'activité du volcan ; on peut y voir sur un moniteur l'état du cratère actif.

 

Aso_Volcano_Museum---STA3816.jpg

                                  Kusasenri volcano - Aso Volcanic Museum - photo STA3816

 

Sources :

- Geological survey of Japan - Quaternary Volcanoes in Japan- link

- Aso Geopark

- Aso museum

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog