Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

L’Arizona possède quelques autres champs volcaniques, localisés sur la carte ci-dessous :

 

volcanic-history-of-arizona---Winter---Arizona-geology.jpgArizona - Les champs volcaniques et leur âge : du nord au sud, UI / Uinkaret, FL / Flagstaff, SP /Spingerville, SC / San Carlos, SE / Sentinel, SB / San Bernardino.

Carte Winter 2000 / Arizona Geology.

 

Parmi ceux-ci,

 

Le Sentinel volcanic field : il est caractérisé par des coulées de lave basaltique, datées de 2 à 6 millions d’années.

Sa frontière nord est soulignée par des fronts de coulée irréguliers formés d’un mince flux basaltique émanant de cônes volcaniques bas, entre 3,3 et 1,3 Ma.

 

Sentinel-volcanic-field-ISS017-E-9598_lrg.jpgSentinel Volcanic field - au nord de la Gila river, le site d'Oatman Mountain - au sud des zones cultivées, les laves de Sentinel - photo Nasa ISS017-E-09598.


Oatman mountains , proche du champ Sentinel, représente une phase antérieure du volcanisme régional, caractérisé par des laves plus visqueuses, et des coulées plus fortes et plus courtes, altérées dans les escarpements et les drainages.

Oatman mountain constitue un "spot" pour le deltaplane, en raison des thermiques abondants émanant du désert et des surfaces de lave qui l’entourent.

Dans le désert proche d’Oatman mountain, des rochers comportent des pétroglyphes indiens, à Painted Rock Petroglyph Campground.

  

Sentinel---Oatman-mountain---painted-rock-Petroglyph.jpg         Sentinel volcanic field - Painted Rock Petroglyph campground.

 

Sentinel-V.F.---narod.ru.jpg                                          Sentinel Volcanic field - photo narod.ru

 

Le San Bernardino volcanic field , localisé au sud-est de l’état, contient 130 évents et cinder cones, maars, et coulées de basalte à olivine, datés entre 1 million d’années et 25.000 ans avant JC.

Paramore crater est le plus grand maar, de 1.000 à 1.500 mètres de large et 60 mètres de profondeur. La San Simon valley, une extension nord, abrite des sources chaudes.

 

800px-Paramore_crater_in_San_Bernardino_lava_field_arizona-.jpg                          San Bernardino volcanic field - Paramore crater - photo BAlvarius

 

Le champ volcanique San Carlos est un champ monogénique, sité au sein de la réserve indienne du même nom, à l’Est de Globe. Ses 50 km² sont couverts de cônes volcaniques et coulées de lave. Les coulées de basalte contiennent des xénolithes de péridotite, et sont datées entre 7 Ma et 500.000 ans.

L’évent Peridot Mesa est un diatrème caractérisé par la présence de nombreux nodules de xénolithes de lherzolite, où l’on trouve du péridot de qualité gemmologique. La lherzolite est une variété de péridotite, les autres variétés incluent la dunite, la pyroxénite, la wherlite et l’harzburgite.

Nonante pour cent du péridot mondial serait originaire de Peridot Mesa.

Ces xénolithes sont des fragments de manteau remontés à la surface depuis une profondeur de 50 à 60 km.

 

Peridot-mesa-flow----Lherzolite-mantle-xenolith---San-Carlo.jpgLherzolite (verte) sur basanite vésiculaire (grise) -  échantillon de 7,5 cm. de Peridot Mesa flow / Peridot Mesa - San carlos V.F. - photo James St John / Ohio Univ.

 

manrle-xenolith-in-basanite---Peridot-mine-san-Carlos-arizo.jpgXénolithe du manteau dans une matrice de basanite - de la Peridot mine San Carlos -  photo Ken Larsen / Smithsonian.

 

Peridot-mesa---desert-USA.jpg                Tapis de "Poppies" sur les flancs de Peridot Mesa / San Carlos V.F. - photo Desert USA

 

Sources :

- Arizona volcanoes

- USGS minerals - Peridot - link

- Peridot Mesa  - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 C'est dans un cadre naturel grandiose que l’histoire récente du grand Canyon interfère avec celle d’un champ volcanique ...

 

bretwebsterimages-toroweap-and-vulcans-throne-come-to-life-.pngTempête sur le Grand Canyon ... c'est un peu comme si Toroweap et Vulcan's Throne reprennaient vie dans le déchainement des élements - photo Earth Science Picture of the day / Bret Webster - 05.2011 


Le champ volcanique Uinkaret :

Ce champ volcanique, qui chevauche le Grand Canyon, est daté d’entre 1,2 millions d’années et il y a 12.500 ans. La plus grande partie du champ volcanique repose au nord du canyon, sur le plateau Uinkaret, entre les failles Toroweap et Hurricane.

Il contient divers cônes de cendres qui ont produit d’importantes coulées qui ont cascadé régulièrement dans le Grand Canyon.

 

Uinkaret-VF.jpgUinkaret Volcanic field - les failles Toroweap et Hurricane qui le borde - doc. geology.gsapubs.org

 

 

-Grand_Canyon_Toroweap-overlook---pt-volcan-a-G---J.Brew.jpgLe Grand Canyon du Colorado : à Toroweap overlook, on distingue un cône volcanique sur le rebord, à gauche de la photo - photo J.Brew


Les structures marquantes :

Vulcan’s Throne, un cône de cendres situé sur la rive nord, daté de 1300 +/- 500 ans.

Vulcan’s Anvil, un neck volcanique qui est entré en éruption dans la rivière Colorado, 1.000 mètres plus bas. Ses mensurations : 25 mètres de diamètre et 15 mètres de hauteur au dessus de la rivière.

Une coulée de lave Little Springs, datée de 1300 +/- 500 ans, au sud du Mont Trumbull (Pliocène), contient des tessons de poterie qui suggèrent une éruption datée d’il y a 900 ans … cette coulée serait donc contemporaine de l’éruption de Sunset Crater / San Franciso V.F.

 

Vulcan-s-throne-et-coulees-de-plus-au-N---Arizona-volcanoe.jpgGrand Canyon du Colorado - au centre, Vulcan's Throne - les coulées basaltique qui habillent les parois du canyon n'en proviennent pas ... elles sont originaires du champ volcanique Uinkaret - photo Arizona volcanoes.

 

Vulkan-s-throne---USGS.jpgGrand Canyon du Colorado - sur cette photo en noir et blanc de l'USGS, on sépare mieux les coulées, les cascades basaltiques et le cône de cendres du reste du paysage. - doc. USGS


 

Vulkan-s-Anvil---neck---Arizona-volcanoes.jpgGrand Canyon du Colorado- Vulcan's Anvil (ou Vulcan's Forge), un neck volcanique dans la Colorado river - photo Arizona volcanoes.

 

Les coulées, les cascades et les barrages de lave de la Colorado River :

 

De larges volumes sont entrés dans le canyon à diverses reprises :

- De 725.000 à 475.000 ans, le volcanisme dans la zone de la faille Toroweap a produit des cinder cones alimentés par des dykes sur les deux rives et dans le canyon. De larges volumes ont alimenté des coulées basaltiques  qui ont coulé dans le Canyon sur 120 km.

- Un second épisode, de 400.000 à 275.000 ans,  a construit un barrage de 215 m de haut le long de la faille Hurricane, à environ 15 km en aval.

- Entre 200.000 et 100.000 ans, de plus petites coulées et cascades de lave sont entrées dans le canyon depuis le rive nord entre les failles Toroweap et Hurricane.

 

Le géologue John Wesley Powell, qui a étudié ces coulées, a écrit en 1895 : “...what a conflict of water and fire there must have been [in western Grand Canyon]! Just imagine a river of molten rock running down over a river of melted snow.”  … " Quel a du être ce conflit entre l’eau et le feu ! Imaginez une rivière de roches en fusion se jetant dans une rivière de neige fondante ".

 

Coulee-basaltique---Western-gr.-Canyon---NPS.jpgWestern Grand Canyon - une coulée et des orgues basaltiques - photo NPS / Allyson Mathis and Carl Bowman, 2006  

 

Ces coulées de lave ont eu un impact majeur sur la Colorado river : les géologues ont repéré au moins 13 barrages de lave le long du Colorado … pour un volume total de près de 25 km³. Les barrages ont été à l'origine de lacs temporaires.

Ces coulées de basalte à olivine sont pratiquement identiques à celles, très fluides, expulsées lors d’éruptions de la fin du cénozoïque dans l’ouest des Etats-Unis.

Pour se faire une idée du volume, rappelons que les éruptions du Lakki de 1783 en Islande ont produit un volume de lave de basalte à olivine de 12,2 km³ en 8 mois environ.

 

Ces barrages ont été répertoriés et possèdent chacun leur nom propre. Le plus extraordinaire est le Black Ledge dam, qui se compose d’un flot solitaire d’une épaisseur de 111 mètres et plus de 138 km. de longueur. La hauteur appréciable de la coulée résulte du barrage formé au front de coulée par refroidissement et durcissement ; par contre, la vitesse de la coulée et sa fluidité ont du être fortes pour qu’elle puisse parcourir une telle distance.

 

Ces barrages, qui ont bloqué le cours de la rivière, furent érodés par les eaux relativement rapidement, dans un laps de l’ordre de quelques milliers d’années. Certains se sont rompus brutalement, dégorgeant des paquets d’eaux tumultueuses et des "boulders" au travers de l’ouest du Grand Canyon. D’autres ont résisté, de sorte que la rivière a creusé une nouvelle gorge.

 

On retrouve ces coulées de lave exposées sur les parois du Grand Canyon, souvent interstratifiées avec des sédiments fluviaux et lacustres, jusqu’à 600 mètres au dessus du présent niveau de la rivière.


Tuweep-Geology2.jpg

                       Doc. Tuweep geology.

 

Les coulées les plus récentes ont cascadé depuis le bord de l’Esplanade jusqu’à la rivière en contrebas, sur 1.000 mètres ( soit la hauteur d’Angel Falls / venezuela, considérée comme la plus haute chute  ... d’eau au monde).

 

 

Sources :

- Volcanoes of North America - by Wood and Kienle, 1990: Cambridge University Press, p.277, Contribution by William Nash 

- Late Cenozoic Lava Dams in the Western Grand Canyon - by Hamblin, K. W., Geological Society of America Memoir 183 (1994)

- NPS - The Numeric Ages for Rocks Exposed within Grand Canyon - by
Allyson Mathis and Carl Bowman, 2006- link

- NPS - Geology of the Tuweep area - link

-  Evidences for rapid formation and failure of Pleistocene lava dams of the western Grand Canyon, Arizona - by Scott H. Rugg.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le nord de l’Arizona est bien connu pour les spectaculaires paysages du Grand canyon … beaucoup moins pour ses centaines de jeunes volcans qui bordent le plateau du Colorado.

 

Grand-canyon---beautiful-planet-earth-copie-1.jpgLe Grand canyon du Colorado et ... quelques nuages ! Les éruptions ne sont pas d'actualité - photo beautiful planet earth.


Pourquoi tant de volcans sont-ils situés dans la plaque tectonique nord-américaine ?  On soupçonne une anomalie thermique (un point chaud) dans le manteau situé sous le nord de l’Arizona.

Le lent déplacement de la plaque nord-américaine vers l’ouest au dessus de l’anomalie thermique stationnaire a produit un volcanisme intraplaque caractérisé par des volcans de plus en plus jeunes vers l’est.

 

Migration-of-volcanism-in-the-San-Franciso-VF---Tanaka_et_a.jpgMigration du volcanisme dans le San Francisco volcanic field - les âges sont indiqués en million d'années.

 

Le champ volcanique San Francisco, proche de Flagstaff, couvre 5.200km² ; il est composé de roches volcaniques datées de la fin du tertiaire et du quaternaire … les éruptions y ont débuté il y  environ 6 Ma, produisant des cônes de cendres, des coulées basaltiques et un stratovolcan, le San Francisco peak.

 

San_francisco_peaks_geo---USGS.jpg                                     Le San Francisco Volcanic field  - doc. USGS


Des études récentes distinguent cinq grandes périodes de volcanisme, séparées par plusieurs milliers d’années de repos … et bien qu’il n’y ait plus eu d’éruptions depuis environ 1.000 ans, elles restent possibles.

Selon l’USGS, le site probable d’une future éruption devrait se trouver dans la partie Est du champ volcanique, région relativement peu habitée, et elle serait de taille modeste.


Le San Francisco peak est le seul stratovolcan du champ volcanique. Il s’est construit entre il y a 1 million d’années et 400.000 ans, et pourrait avoir atteint 5.000 mètres de hauteur. Depuis, une grande part de la montagne a été rabotée pour créer " l’Inner basin ", une grande cadeira. Le matériel manquant pourrait avoir été bougé soit rapidement et de façon explosive par une éruption de type St Helens 1980 / Washington state, soit plus progressivement par une succession de glissements de terrain importants, d’érosion aqueuse ou d’affouillement glaciaire.

 

San_Francisco_Peaks-depuis-Elden-mt.---Tyler-Finvold.jpg  San Francisco V.F. - San Francisco peak, depuis elden Mountain situé au sud - photo Tyler Finvold


Pour les tribus indiennes du nord de l’Arizona, le San Francisco peak est considéré comme un endroit sacré. Il joue un rôle important dans les légendes et cérémonies Navajo. Pour les indiens Hopi, c’était la demeure hivernale des esprits kachina et la source des nuages apportant la pluie pour les récoltes.


Le champ volcanique contient aussi de nombreux dômes de lave, formé par des magmas visqueux de type dacite ou rhyolite, au site éruptif.

Deux sortes de dômes coexistent : les dômes endogène, qui ont eu une croissance entièrement par inflation interne (à la manière d’un ballon qu’on souffle), et les dômes exogènes, où le magma s’est épanché par le flanc de la structure et s’est ajouté sur les couches présentes.

Elden Mountain est un dôme dacitique exogène, et est formé de différents lobes de lave qui se chevauchent.

Surgarloaf Mountain, à l’entrée de l’Inner basin, est un dôme rhyolitique, vraisemblablement endogène, mais sa couverture forestière ne permet pas d’en observer directement la structure.

 

Mt-Eden-lava-dome---Summitpost.jpg                       San Francisco V.F.- Elden mountain lava dome - photo Summitpost


L’activité volcanique a construit plus de 500 cônes de cendres basaltiques. Parmi ceux-ci, deux exemples : SP crater et Sunset crater.


SP crater est un cône de cendres basaltique, de structure conique presque parfaite, et donc formé lors de conditions éruptives peu venteuses. Ses laves fluides se sont étendues jusqu’à 6 kilomètres du cône, en une coulée épaisse par places de 30 mètres.

Selon la technique de datation employée, son âge varie entre 4.000 et 71.000 ans.

 

SP-crater---Nasa-EO1-Ali-17.04.2010.jpg            San Francisco V.F.- SP crater et ses coulées de lave -  photo Nasa EO-1 Ali 17.014.2010

 


Sunset crater, le plus jeune des cônes de cendres, est âgé de seulement 1.000 ans. La datation fluctue entre 1064 et 1150.

 

sunset-crater---GVP.jpgSan Francisco V.F. - au centre, Sunset crater aux couleurs rouilles qui se révèlent surtout au soleil couchant - photo Global volcanism program.


Son nom lui a été donné en raison de la coloration brillante de son manteau de cendres et scories. Il s’élève à 340 m. de hauteur, et à produit au niveau de son évent principal, Sunset crater lui-même, deux coulées de lave, Bonito et Kana-a, qui se sont étendues respectivement jusqu’à 2,5 km. au nord-ouest et 9,6 km. au nord-est.

Des évents additionnels placés le long d’une fissure longue de 10 km. axée SE ont produit de petits remparts de "spatter" et une coulée longue de 6,4 km. direction Est.

 

lBonito-lava-flow---ava-cave---american-southwest.jpgSan Francisco V.F. - Entrée d'un tunnel de lave dans la coulée Bonito - photo american southwest.


L’éruption dite de Sunset crater a recouvert de cendres et lapilli une zone de plus de 2.100 km² et forcé les indiens Sinagua à abandonner leur campement.

 

Bonito-lava-flow-near-Lenox-crater---American-SW.jpg San Francisco V.F. - La coulée de lave Bonito et des cendres, près de Lenox crater - photo american southwest.

 

Pour faire la transition avec l'article de demain, une photo de "Black Point flow" : cette coulée de lave, qui appartient au champ San Francisco, s'est arrêtée à proximité du Grand Canyon / Little Colorado river.

Cette coulée a servi de terrain d'entrainement en 2009 au Lunar Electric Rover pour de futures missions lunaires.


ISS020-E-033530_lrg.jpg         Arizona - San Francisco Volcanic Field - "Black Point flow" en bordure du Grand Canyon.
Astronaut photograph ISS020-E-33530 was acquired on August 21, 2009 - NASA/JSC Gateway to Astronaut Photography of Earth. Caption by Cynthia A. Evans, NASA-JSC.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Sunset crater

- USGS - The San Francisco Volcanic field, Arizona - by Susan S. Priest & al. - link

- USGS / CVO - San Francico volcanic field - link

- Migration of volcanism in the San francisco volcanc field, Arizona - by K.L. Tanaka & al. / USGS

- Nasa Earth Observatory - image of the day.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le champ volcanique Hopi Buttes couvre 2600 km² et contient environ 300 centres volcaniques datés de la fin du Miocène. Il est situé au nord-est de l’état d’Arizona, au nord de Petrified forest, avec qui il partage la formation Bidahochi.

 

Hopi-buttes-volcanic-field.jpg                  Hopi buttes volcanic field - partie centrale - photo Arizona Geology on line.

 

HopiButtesMapLg---USGS.jpg          Carte de Hopi buttes volcanic field, situé au NO de Petrified Forest N.P. - doc. USGS


Les volcans du champ volcanique Hopi Buttes sont relativement jeunes, environ 7 Ma, et prennent place dans le contexte  bien étudié et stable tectoniquement parlant du plateau du Colorado.

G15-formation-de-Maar072-3.jpgC’est une des meilleures places au monde pour une étude des maars, plus particulièrement des zones de la racine (root zone) et autres sections du diatrème.

 

Formation et parties d'un maar / diatrème - Doc G15.


Différents degrés d’érosion ont en effet exposé les différents niveaux de structure du diatrème sur les falaises des mesas et buttes de la zone. Les évents de la partie Est du champ volcaniques ont préservé les dépôts de maars, tandis que ceux de la partie ouest ont préservé le système de plomberie sous-terrain ou diatrème.

 

Hopi_Buttes---John-Fowler--PD-Tilman.jpg                        Hopi buttes volcanic field - photo John Fowler / PD Tilman


Hopi Buttes est une zone représentative de l’activité volcanique sur le plateau du Colorado, à la fin du Tertiaire, qui a produit des basanites, des néphélinites et des monchiquites.

 

BidahoochiLow.jpgHopi buttes volcanic field - Bidahoochi butte, recouverte de laves, sur des schistes argiliques rouges du triassique du Painted Desert (au NE de Dikon - photo L.J.Maher / Univ. of Wisconcin.


Ces maars se forment lors d’une interaction explosive entre les eaux souterraines ou les sédiments et l’aquifère de la formation Bidahochi, et le magma.


400px-PhreatiqueSelon les proportions entre le magma et l’eau, on a différents types d’éruptions, depuis l’éruption phréatomagmatique jusqu’à l’éruption magmatique et la production de différents types de paysage : maar, anneau de tuff, cône de scories ou coulées de lave.

 

Le rapport en poids eau/magma influe sur l'énergie explosive et la fragmentation du magma. Schéma Volcanism / H.U.Schmincke.


Le bassin dans lequel les volcans sont entrés en éruption est constitué d’une plage de sédiments à grain fin, inondée de façon intermittente. Sa partie centrale a été recouverte régulièrement par les eaux, tandis que les surfaces marginales le furent plus rarement, et contiennent des bancs de sable et des vasières régulièrement à sec. L’alimentation en eau du bassin  a été assurée par des ruisseaux éphémères charriant des sable finement calibrés et des tephra à gros grains.(Williams 1936).


Hopi-VF---Hotsiesko-diatreme---Christine-thomas.jpgHopi Buttes volcanic field - Hoskietso upper diatreme : la partie supérieure du diatrème est exposée ici - photo Christine Thomas / flickr.

 

Standing-rocks-maar-diatreme-volcano---Hopi-Buttes-VF.jpgHopi Buttes volcanic field - Standing Rocks : ces rochers exposent un niveau bas du diatrème, dans la Root zone (zone racinaire) - photo thèse Nath. Lefebvre.

 

L’Université d’Otago / Nouvelle-Zélande, département de géologie a publié des documents intéressants concernant une thèse de doctorat de Nathalie Lefebvre : Volcanology of maar-diatreme volcanic vent complexes, Hopi Buttes Volcanic Field, Arizona, USA.

Elle annonce aussi un workshop du 21 au 27 octobre 2012. 

 

Hopi-VF---Coliseum-maar---Christine-Thomas.jpg                Hopi Buttes volcanic field - Coliseum maar - photo Christine Thomas / flickr.

 

Sources :

- Univ. of Otago - Volcanology of maar-diatreme volcanic vent complexes, Hopi Buttes Volcanic Field, Arizona, USA - PhD thesis Nathalie Lefebvre - link

- Arizona geological survey - The Hopi Buttes volcanic field - link

- USGS - Geo-ecological study of historic and prehistoric land use in the Hopi Buttes area, Navajo nation, Arizona.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L’homme a hanté ces paysages depuis 15.000 ans, mais il a fallu attendre l’expédition Whipple en 1853 par des topographes de l’armée américaine,  et la parution d’un livre de B.Möllhausen, un artiste et naturaliste, pour se rendre compte d’une exploration beaucoup plus ancienne de la Petrified forest.

 

Petrified_forest---Moondigger.jpg               Petrified Forest National Park - un arbre pétrifié - photo Moondigger.


Une première occupation de la Petrified forest remonte aux chasseurs-cueilleurs qui arpentèrent la zone entre 13.500 et 8.000 avant JC.

A la fin du dernier âge glaciaire, la région beaucoup plus froide Clovis_Point.jpgqu’actuellement, et un environnement de prairies offrait plantes et troupeaux de gros animaux, dont certaines formes éteintes de bisons, au paléo-peuple vivant là. On a retrouvé des pointes de projectiles (flèches et lances) confectionnés dans du bois pétrifié.

Les archéologues rattachent ces premiers occupants aux cultures dites  "Clovis and Folsom", nom donné d’après les lieux de découvertes des artefacts, principalement pointes de lances rainurées ou cannelées utilisées avec des propulseurs.

Pointe "Clovis and Folsom"

 

Une période archaïque suit de 8.000 à 500 avant JC :

Vers 4.000 avant JC, le climat s’est réchauffé pour devenir similaire au climat actuel. Le régime des précipitations s’est modifié, et le mégafaune s’est éteinte. Une évolution s’est faite vers le sédentarisme, et les premières cultures sont arrivées du sud à la fin de cette période.

 

petrified_forest_01.jpg Petrified Forest National Park - pétroglyphe représentant un félin grondant, aux énormes griffes - photo Petrified forest rangers NPS

 

Entre 500 avant et 650 après JC, une période qualifiée de Basketmaker II et III, est caractérisée par des populations quittant le dessus des mesa et dunes, pour s’établir sur les pentes et y cultiver le maïs, les courges et les haricots. Ils confectionnent des paniers et les premières poteries brunes, utilisent des outils plus grands, vivent dans des  "pithouses " bordées de pierre (littéralement maison-puit, habitation semi-enterrée dans laquelle on descend par une ouverture dans le toit ; ces habitations étaient semi-permanentes et utilisées une quinzaine d’années).

 

Archeology-sb-20111.jpgBMII_Breznau.jpg

 

 

Une pithouse  et sa coupe schématique - doc. People of the Mesa Verde region et NPS archéologie.

 

L’arc et la flèche ont été introduit vers l’an 500, et sont visibles sur les pétroglyphes de l’époque, représentant aussi humains et animaux.

 

Petrified-forest-NP---6---K.Henderson.jpg Petrified Forest National Park - pétroglyphe où figure un homme en menaçant un autre avec un arc et une flèche -  photo K. Henderson - Petrified forest rangers NPS / Flickr

 

Entre 650 et 950 après JC, l’évolution se fait sur la base précédente. Cette période qualifiée de Basketmaker III / Pueblo I, est caractérisée par des pithouses plus profondes, avec des niches dans les parois, des rampes d’entrée ; une architecture hors-sol se développe d’abord pour le stockage, évoluant ensuite vers l’habitation. Les artisans fabriquent des poteries aux motifs peints blancs et noirs.

Les années 850 à 900 sont marquées par une sécheresse majeure.

 

7074419045_f3ca7533bd_z.jpgPetrified Forest National Park - poterie aux motifs noirs et blancs - photo Petrified Forest rangers

 

Le peuple Pueblo marque l’histoire de cette région entre 750 et 1450 . L’habitat évolue de plus en plus vers les constructions hors-sol, mais avec l’introduction de chambres cérémonielles enterrées, appelées kivas. L’évolution de la poterie va dans le sens de la polychromie. Les populations se regroupent, suite à différentes périodes de sécheresse, en communauté plus larges, localisées le long des drainages majeurs ou des sources. A la fin de cette période, la zone de Petrified forest est majoritairement dépeuplée, mais demeure un corridor de passage et d’exploitation des ressources naturelles.

 

Agate-house----PFNP-rangers.jpgPetrified Forest National Park - Agate house : maison Pueblo (ou Anasazi), faite d'un assemblage de segments de troncs pétrifiés - construction datée entre 900 et 1200 - photo Petrified Forest rangers.

 

Au 19°siècle, des fermiers, des propriétaires de ranchs et des touristes sont venus dans la région. Après avoir utilisé le bois pétrifié pendant une certaine période pour en faire des souvenirs et servir à de nombreuses tentatives commerciales, les résidents du territoire se rendirent compte de l’importance de la région, et que l’approvisionnement du bois pétrifié n’était pas inépuisable. En 1906, des "forêts" furent désignées comme Monument National de la Forêt Pétrifiée (Petrified Forest National Monument) par le Président Theodore Roosevelt. En 1962, la Forêt Pétrifiée fut désignée comme Parc National.

 

6928257030_b119e19e6f_z.jpg         Petrified Forest National Park - un vestige 19° - photo Petrified Forest rangers

 

 

Sources :

- NPS - Petrified Forest National Park - history & culture

- First human residents - the clovis and Folsom cultures - Nebraska studies

- Cliff dwellings museum - Anasazi - architecture.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Petrified-forest-NP---5---K.Henderson.jpg

Petrified Forest National Park - segments d'arbre pétrifié dans son environnement naturel ... à préserver, et à ne pas emporter ! Attention au règlement strict des Parcs Nationaux. - photo K. Henderson / NPS

 

Il y a environ 200 millions d'années, des troncs charriés dans le système fluvial ancien furent enterrés suffisamment vite et sous une couche très épaisse de sédiments, pour se dégrader ensuite très lentement dans un milieu sans oxygène.

 

En même temps, les volcans situés plus à l’ouest crachèrent leurs cendres dans l’atmosphère. Portées par les vents, ces cendres volcaniques se sont incorporées aux sédiments. Les eaux ont dissous la silice de la cendre, et cette solution a pénétré chaque cellule des arbres enfouis, remplaçant leur paroi cellulaire en cristallisant avec le temps en quart minéral.

Durant le processus de pétrification, divers minéraux se sont combinés au quartz, pour créer un arc-en-ciel de couleurs : les minéraux ferreux donnant les couleurs moutarde, orange, rouge ocre et noir, les minéraux à base de manganèse orientant vers des teintes bleues, pourpres, brunes ou noires, y inclues les gracieuses formes à allure de fougères.

La croissance lente des cristaux de quartz n’a pas limité leur taille, et on trouve de grands cristaux de quartz clair, mais aussi d’améthyste pourpre, de citrine jaune et du quartz fumé.

Ces troncs pétrifiés sont très durs - 7,8 sur une échelle de Mohs de 1 à 10 - et se sont fracturés sous l'effet du stress, engendré par le soulèvement du plateau du Colorado, qui a débuté il y a 60 Ma.

La nature cristalline du quartz a donné des coupes nettes, comme si l'arbre avait été coupé à la tronçonneuse. L'érosion, la gravité et le poids des glaciers ont agrandi les fractures et séparé les segments.

 

Petrified-forest-NP---K.Henderson.jpgPetrified Forest National Park- segments colorés d'arbres pétrifiés - photo K. Henderson / NPS / Flickr

 

La plupart des arbres pétrifiés appartiennent à l’espèce Araucarioxylon arizonicum. Au nord du parc, on retrouve deux autres espèces dominantes, Woodworthia arizonica et Schilderia adamanica. Sur un total de neufs espèces différentes retrouvées dans le parc, toutes sont aujourd’hui éteintes.

On n'y retrouve pas que des arbres fossiles, mais aussi des graines, du pollen, des spores et de l'ambre, ce qui fait du parc un des dépôt parmi les plus riches du Triassique supérieur.

 

5713348317_9792befea0_z.jpgMaison-d-agate---PFNP.jpg

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, pointe d'agate - à droite, maison d'agate - Petrified Forest National Park - photo Petrified forest rangers / Flickr

 

Ces arbres pétrifiés étaient autrefois si abondants que le peuple ancestral Pueblo, vivant dans cette zone, les ont utilisé comme outil et même comme matériaux de construction de leurs maisons ... constituant des murs de briques d'agate.

  

One-balance-rock---Petrified-forest---digitalphotopix.jpg                       Petrified Forest N.P. - "One Balance Rock" - photo Digitalphotopix

 

Pour les amateurs, il est possible d'acheter légalement dans le parc de échantillons d'arbres pétrifiés, originaires d'arbres extérieurs au parc national et exploités par la Fred Harvey Company (Xanterra). n'oubliez pas le certificat, pour ne pas contrevenir au contrôle de douane éventuel.


Sources :

- NPS - Petrified Forest Natioanal Park, a science park - link

- NPS - Trees to stone.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 Le Parc National de la Fôret pétrifiée est situé en Arizona en territoire Navajo et Apache, dans le triangle Salt Lake City, Las Vegas, Albuquerque.

 

Petrified-forest-NP---7---K.Henderson.jpg         Arizona - Petrified Forest National Park - des arbres pétrifiés - photo K. Henderson


Il est connu des spécialistes à plus d’un titre et chacun peut y assouvir sa petrified-forest.preview.jpgpassion : les paléontologues y étudient des fossiles du Triassique, les archéologues peuvent y fouiller 13.000 ans, … et les géologues peuvent y décortiquer différentes formations géologiques.

 

Ancienne affiche du National park Service / Petrified Forest Nationam Monument. En 1962, le statut  passe de National Monument à celui de national Park.


Il est situé à l’extrémité sud du plateau du Colorado, qui abrite aussi le Grand canyon, le Zion N.P., le Bryce Canyon N.P.et  le parc national des Arches.


Le Parc national Petrified Forest possède deux formations géologiques, la formation Chinle de la fin du Triassique et la formation Bidahochi du milieu du Pliocène.

 

Petrfied-forest-Nat.-park---site-of-park.pngArizona - Petrified Forest National Park - carte du Parc national et localisatio des différentes unités  - carte NPS.

 

La formation Chinle :

Elle affleure en surface dans de nombreuses parties du sud-ouest des Etats-Unis.

Des couches de limon et de bentonite, épaisses par endroits de plus de 240 mètres, ont été érodées dans les Badlands, en collines arrondies, gorges, buttes et mesas, aux couleurs subtiles formant le Painted desert.

La bentonite, une argile qui gonfle lorsqu'elle est mouillée et se rétrécit en séchant, est responsable de mouvements de surface causant des fissures qui décourage la croissance des plantes. Le manque de couvert végétal rend le Chinle particulièrement sensibles aux intempéries.

 

Chinle_Badlands---Grand-staircase-Escalante-NM---Duk.jpg    Petrified Fores national Park - Chinle formation - Grand staircase Escalante - photo Digitalpotopix

 

les-Tepees-formation-de-Chinle-200-225Ma---Finetooth.jpg        Petrified Forest N.P. - Formation Chinle : les tepees / Blue Mesa member - photo Finetooth


Il y a 60 Ma, des mouvements tectoniques ont soulévé le plateau du Colorado, dont fait partie le Painted desert. Certaines parties du plateau ont été remontées à 3.000 m. au dessus du niveau marin, ce qui a favorisé une importante érosion et la destruction graduelle mais continue du plateau.

 

PFNP---Blue-Mesa-trail---rangers-flickr.jpg    Petrified Forest N.P . - sur le blue Mesa trail  - photo Petrified Forest Ranger / NPS / Flickr.


Au sein du parc national Petrified forest, les couches de la formation Chinle incluent différentes unités : le membre Blue Mesa, le membre Sonsela, le membre Owl Rock et le membre Petrified forest. Ce dernier secteur contient un grand nombre d’arbres pétrifiés, une forêt d'agate.

 

petrified_forest_national_parks---globeimages.jpg Petrified Forest N.P .-  arbres fossilisés, pétrifiés de la Rainbow Forest area - ils ont plus de 200.000 ans - photo Globeimages.

Le bois pétrifié est composé principalement de quartz, miroitant au soleil, et coloré par des impuretés (fer, carbone, manganèse )


 

strat-collumn-copie.jpg

Coupe stratigraphique de la formation Chinle, avec ses différents unités - la formation Chinle y est recoupée dans ses couches supérieures par la formation Bidahochi, beaucoup plus jeune - doc. NPS.

 

La formation Bidahochi :

Entre la fin du Miocéne et le début du Pliocène – entre 4 et 8 Ma – un grand basin lacustre, comprenant des lacs éphémères, a recouvert une large part du NE de l’Arizona.

De fins sédiments fluviaux et lacustres, tels que du limon, de l’argile et du sable, représente les couches basses de la formation Bidahochi.

Des volcans, pour la plupart proches ou situés dans le SO du champ volcanique du Nevada, ont craché laves et cendres sur le bassin. Beaucoup d’éruptions étaient de nature phréatomagmatique  et ont généré des dépôts fins qui se sont mêlés au sédiments lacustres.

 

Bidahochi-form.-Pilot-Rock-PFNP.jpgPetrified Forest N.P . - La formation Bidahochi, visible à Pilot Rock - photo Petrified Forest Ranger / NPS / Flickr.


Bien que beaucoup de ces reliefs soient érodés, une petite partie reste visible dans la partie nord du parc, à Pilot Rock, dans la Wilderness area au nord, et le long de la frontière de Painted desert entre Pintado et Tawa points, où l’on peut rencontrer des structures de type maar et quelques cônes de scories.

Le champ volcanique Hoppi Buttes est un champ monogénique couvre 2500 km², considéré comme une des plus grande concentration de maar et diatrèmes au monde, plus de 300. Il sera analysé dans un autre article.

 

Sources :

- NPS  Petrified Forest National Park - link

- Utah Geology - The Chinle formation - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les champs volcaniques situés dans la chaîne côtière californienne au nord de la baie de San Francisco incluent, selon la nomenclature de Fox (1985) et Graymer (2002), les roches volcaniques / champs volcaniques Quien Sabe, celles de Berkeley Hills, de Sonoma, de Tolay, des montagnes Burdell et de Clear Lake.

 

Ces champs volcaniques sont associés dans le temps et dans l’espace à la migration vers le nord du point de triple jonction Mendocino et à la transition entre la subduction et un arc volcanique associé, et un environnement tectonique de "slab window".

 


Coupe SNF

(A) Coupe au point de triple jonction Mendocino des plaques Pacifique et Nord-américaine - SAF : Faille de San Anreas, qui est la limite ouest de la région occupée précédemment par la plaque Gorda en subduction.

(B) Configuration des plaques à environ 6 Ma au voisinage du point de triple jonction Mendocino - MTJ. Ce point migre vers le nord à la même vitesse et direction relative que la plaque Pacifique ( flèche P), la plaque Gorda est en mouvement vers le NE (flèche G) - SAF : faille de San Andreas - SVF : Sonoma volcanic field

Doc. Geology and geochmistry of volcanic centers within the eastern half of the sonoma V.F. / Donald S. Sweetkind & al.

sonoma-et-clear-Lake-V.F.---Luedke---Smith-1981.gif
Carte géologique simplifiée avec les champs volcaniques de Clear Lake et de Sonoma (modified fromSaucedo et al., 2002; Ludington et al., 2006) /  Doc. Geology and geochmistry of volcanic centers within the eastern half of the sonoma V.F. / Donald S. Sweetkind & al.


Le champ volcanique de Clear Lake a été analysé précédemment … passons au champ volcanique de Sonoma, qui contient des assemblages hétérogènes de coulées de lave, dépôts pyroclastiques, et tuffs.

 

 

Cinq centres volcaniques majeurs sont définis, adjacents à la Napa Valley : du nord au sud:

- les centres du  Mont St. Helena – MSH , 3,35 – 2,85 Ma, à distinguer du St. Helens/ état de Washington.

- des dômes Calistoga – CD, environ 2,8 Ma,

- de Wildlake – WL, 3,2 – 2,8 Ma,

- de Stags Leap – SL, 4,35 – 4,3 Ma,

- et de Cup and Saucer – CS, 5,4 – 4,7 Ma.


 

F15.largeLes centres volcaniques adjacents à la Napa Valley - abréviations dans le texte ci-dessus - Doc. Geology and geochmistry of volcanic centers within the eastern half of the sonoma V.F. / Donald S. Sweetkind & al. 

 

Le centre volcanique du Mount St Helena est le plus jeune et le dernier actif du champ volcanique Sonoma ; il contraste avec les autres centres par des dépôts de cendres siliceuses volumineux, des coulées cendreuses et des lahars.

Il s’est construit sur le dessus de dômes anciens et leurs coulées associées, et de tuffs du centre volcanique Wildlake.

 

Mount_Saint_Helena_-2007-10-08----Wwoods.JPG                                    California - Mount St. Helena - photo Wwoods


Le centre volcanique de Stags Leap est un grand volcan composite, comprenant une séquence de coulées basalto-andésitique et lahars, épaisse de plus de 350 m.

Le centre volcanique Cup and Saucer comprend une séquence inférieure de coulées, et d’agglomérats de tuff lithiques, recouvert par des tuffs et coulées dacitiques, associés à deux caldeiras nichées. Ces roches sont recouvertes de façon discordante par celles du centre du Mont George, incluant des coulées rhyolitiques et des tuffs soudés.

 

Cup-and-Saucer-V.C-jpgCalifornia - image des centres volcaniques Cup and Saucer et du Mount George - Doc. Geology and geochmistry of volcanic centers within the eastern half of the sonoma V.F. / Donald S. Sweetkind & al. 

Image combines digital orthophoto with LIDAR data (LIDAR courtesy of National Center of Airborne Laser Mapping, University of California, Berkeley).

 

La Napa Valley, située à l'est de ce champ volcanique, est renommée mondialement pour ses vignobles.

La combinaison d'un climat de type méditerranéen, de la géographie et de la géologie régionale ont conduit à une production vinicole de qualité, depuis 1858. Après quelques revers dus au phylloxera, à la prohibition et à la grande dépression économique, fin 19°- début du 20° siècle, l'industrie du vin de la Napa Valley a renoué avec le succès et est devenue une destination oenotouristique majeure.

 

napa_valley_welcome_sign1.jpg

                             Panneau de bienvenue dans la Napa Valley - photo WPPilot


A proximité de la ville de Sonoma et plus au nord, quatre autres centres ont été identifiés, de plus en plus jeune depuis

- le centre Arrowhead – AH, 7,5 Ma,

- le centre de Bismarck Knob –BM,

- le centre Sonoma – SON,

- et le centre Sugarloaf  - SG, 5,65 – 4,81 Ma.

 

Sonoma volcanic field                                California - centres volcaniques de Sonoma et failles.

 

Sources :

- Geology and geochmistry of volcanic centers within the eastern half of the Sonoma volcanic field / Donald S. Sweetkind & al. 

- Geology, geochronology, and paleogeography of the southern Sonoma volcanic field and adjacent areas - by D.L. Wagner & al / The Geological society of America.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Sutter Buttes …un volcan spécial à plus d’un titre !

 

C’est le seul volcan de la Great valley en Californie ; il est situé entre la chaîne volcanique des Cascades et la chaîne volcanique côtière, où nous trouvons les champs volcaniques de Sonoma, de Berkeley Hills et de Clear Lake, ce dernier étant le plus récent avec des éruptions étagées entre 2,1 Ma et 10.000 ans.

 

Sutter-Buttes-California-s-great-valley3.jpgVue générale de Sutter Buttes - de gauche à droite : le coeur volcanique de Sutter Buttes - en creux, le fossé /"moat" - ensuite le tablier ou rempart

Dans l'encart : North Butte, un dôme dacitique situé dans le "noyau crénelé " central de Sutter Buttes - photo USGS / B.Hausback & al.


Bien que ne se trouvant  pas dans la ligne géographique de ces deux chaînes, la composition, la texture et l’âge des roches volcaniques de Sutter Buttes suggèrent que les magmas responsables de sa formation font probablement partie du système magmatique des volcans de la chaîne côtière.

 

sutter-buttes-lg.jpg  Situation géographique de Sutter buttes entre la Sierra Nevada et la Chaîne côtière - doc. USGS

 

Sutter-Buttes-ISS032-E-010482.jpg

Sutter Buttes, vue par l'ISS dans son environnement agraire de la Great Valley, à proximité de l'agglomération de Yuba City. - Astronaut photograph ISS032-E-10482 was acquired on July 29, 2012 - Caption by William L. Stefanov, Jacobs/ESCG at NASA-JSC.

 

Son isolement au sein de la vallée de Sacramento est lié à la présence d’une dorsale linéaire nord-sud sous la vallée de Sacramento, et directement sous Sutter Buttes. Cette dorsale possède de caractéristiques anormales au niveau magnétisme et gravité, et pourrait être l’expression d’une faille inactive et enterrée, qui séparait les roches granitiques et métamorphiques de la Sierra Nevada des roches océaniques de la chaîne côtière.

D’autres failles coupant cette faille crustale profonde aurait permis l’ascension vers la surface des magmas qui ont formé Sutter Buttes. Des rhyolites semblables à celles de Sutter buttes ont été en effet trouvés en subsurface à l’ouest, le long de la faille Willows.

 

D’autres caractéristiques sont sujets de recherches scientifiques : un bloc d’un quart de miles de granite du Crétacé , caractéristique du sous-bassement de la Sierra se trouve dans le "noyau crénelé " (Castellated core) - en violet foncé sur la carte géologique).

Comment s’est-il retrouvé en surface ? Ou n’est-il que le sommet d’un petit morceau  soulevé du sous-bassement situé en profondeur?

Son histoire volcanique : de 1,6 à 1,4 Ma.

 

Les premières éruptions datent du début du Pléistocène, d’environ 1,6 Ma. Elles ont formé des dômes extrusifs dans le cœur rocheux  des Buttes. Des éruptions explosives ont pulvérisé ce magma en extrusion en blocs et cendre qui se sont durcis en roches pyroclastiques.

Les premières laves ont été de rhyolites peu colorées, claires ( riches en silice, Na et K, pauvres en Mg et Fe) .

 

sutter-buttes-geologic-map-lg.jpg

Carte géologique et coupe de Sutter Buttes ( la coupe est exagérée verticalement 3 x pour une meilleure compréhension de la topographie.

Doc. Brian Hausback, d'après William et Curtis (1977) et Thamer (1961).

 

Trente mille ans après, les éruptions plus volumineuses furent de nature andésitique et dacitique (moins riches en silice, à teneur plus élevée en Mg et Fe), formant de plus grands dômes de couleur gris moyen à foncé, contenant de gros cristaux, et oxydés en couleur rouge brique/ rouille.

Ce magma andésito-dacitique a soit été mis en surface par de nombreux évents distribués dans le noyau crenelé, soit formé des corps intrusifs, qui ont soulevé et dispersé les couches de sédiments préexistants.

Ces éruptions ont continué jusqu’il y a 1,4 Ma., créant le centre montagneux de Sutter Buttes.

Les éruptions de dômes furent parfois explosives engendrant des coulées pyroclastiques et des lahars, dont les matériaux se sont accumulés autour de la base du noyau crénelé, formant le rempart, un tablier continu de débris entourant un cœur de dômes volcaniques et le dessus tronqué d’une douve de sédiments (moat).

 

sutter-buttes-outer-rampart.jpg 

Sutter Buttes - Aspect extérieur du rempart, bâti de lahars et coulées pyroclastiques, incluant de grands blocs - le géologue R.L. Smith de l'USGS donne l'échelle. - Photo USGS.

 

Les couches le plus basses et rhyolitiques du rempart ne sont exposées que dans quelques zones, recouverts en grande parts par des dépôts de coulées pyroclatiques andésito-dacitique et des lahars.

Les couches supérieures du rempart contiennent de larges blocs, provenant des dômes les plus jeunes, les plus hauts et les mieux préservés  du cœur : Sud, Nord, Ouest, Williams Curtis et Twin Peaks.

 

Dans le centre du "noyau crénelé", des dépôts attestent de la présence d'un lac profond (lake bed deposits - en bleu sur la carte géologique), formé durant la période éruptive. Ce lac pourrait avoir rempli une dépression, soit un bassin confiné entre les dômes, soit creusé par des explosions puissantes. Les dépôts en couches, constitués de sables et graviers de composition andésito-dacitique, ont été "bousculés" par des dômes qui forment une dorsale centrale.

 

Depuis l’arrêt du volcanisme, l’érosion a taillé largement dans les matériaux géologiques doux : pluies, eaux courantes et vents se sont ligués pour créer des vallées radiales dans le rempart, aidés par des glissements de terrain ; Cependant, la hauteur des dômes volcaniques, beaucoup plus durs, n’a pas été affectée trop fortement.

 

 

Sources :

- USGS - Sutter Buttes, the lone volcano in California's Great Valley. - by Brian Hausback & al.

- Nasa Earth Observatory - photo of the day

- Clear Lake volcanic field - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Deux zones situées au nord-ouest du Wyoming sont en feu en cette fin de mois d’août : plusieurs foyers marquent le Parc National du Yellowstone et un autre, le Teton Wilderness.

 

Yellow.-fires-29.08.2012---Nasa-aqua-modis.jpgYellowstone et Teton Wilderness area - les zones de feux actifs sont entourées de rouge - Photo Nasa Aqua / Modis du 29.08.2012

NASA image courtesy Jeff Schmaltz, LANCE MODIS Rapid Response Team at NASA GSFC. Caption by Michon Scott.

 

Au Yellowstone, les vents forts, couplés à des conditions extrêmes de sécheresse et chaleur, ont influencé l’intensité des feux et des fumées dans plusieurs endroits du parc.

 

Active-fires-Yellow-2012-GM.jpeg

       Localisation des foyers d'incendie actifs dans le parc du Yellowstone et environs - doc. InciWeb

 

Deux foyers situés au sud-ouest de Canyon village, Cygnet fire et Dewdrop fire, tous deux initiés par la foudre, concernent respectivement 7.284.000 m² et 4.450.000 m². Ils ont débuté le 10 août et le 29 juillet.

Une partie des zone de camping et des sentiers de randonnée ont été fermés et le jeudi 30 août, la route Norris-Canyon village l’a été aussi de façon temporaire.

Un autre foyer, Range fire, est situé au sud-ouest de Tower Fall, concerne 1.620.000 m². Découvert le 26 juillet, il a été causé par la foudre lui aussi. Aucune structure, ni route ne sont concernées mais la production importante de fumée est visible de la route du col de Duraven et dans la zone de Tower Fall (voir photos ci-dessous de la zone déjà touchée en 2009) .


Le danger d’incendie demeure important, malgré des prévisions d’augmentation du taux d’humidité et d’orages, au cours du premier week-end de septembre. Il est recommandé aux visiteurs de ralentir et d’observer la plus grande prudence dans les zones où les pompiers travaillent le long des routes, spécialement entre Norris et Canyon village.


 

Pronghorn-breeding-season---yello-NP.jpgYellowstone N.P. - la saison de reproduction débute pour les pronghorns ( antilope nord-américaine) - photo Yeelowstone Nat. Park


Les feux, bien souvent naturels, ne sont combattus dans le parc National du Yellowstone que s’ils menaçent des zones où des infrastructures et des personnes sont présentes.

Sinon l'action du feu n'est pas contrariée, car elle participe à une gestion naturelle. Les incendies dégagent de vastes zones, pour former soit des prairies favorables aux mammifères brouteurs et qui sont vite fleuries, soit d'autres pinèdes nouvelles et spontanées - le feu faisant exploser les pommes de pin pour libérér les graines - ; de toute façon, ces zones habitées d'arbres calcinés sur pied constituent un "coupe-feu" naturel... on a l'habitude de dire qu'une partie de forêt brûlée ne subira pas le même sort avant 50 ans !


Yellowstone N.P. : zone brûlée avec un réensemencement naturel de Lodgepole pine, dans la zone du Mt. Washburn. - photo © Bernard Duyck 2009
 

Yellowstone N.P - Près du Mt. Washburn, une zone de prairie fleurie d'Heliantella uniflora jaunes, suite à un incendie. - photo © Bernard Duyck 2009


Dans le Teton Wilderness, au sud du lac du Yellowstone, le feu de North Buffalo, qui a débuté le 24 août pour une cause inconnue, a déjà brûlé plus de 5.000 hectares, et possède un haut potentiel de croissance, nourri par un couvert mixte de résineux et d’arbres tués par les insectes. Il est combattu par de nombreux pompiers.

 

North-Buffalo-fire-2012.jpegGrand Teton Wilderness area - zone touchée par le North Buffalo fire / 01.09.2012 - doc. InciWeb

 

Sources :

- Nasa EarthObservory - Natural hazards- Wildfires in Northwestern Wyoming

- Incident Information System. (2012, August 30) Cygnet Complex. Accessed August 30, 2012.

- Incident Information System. (2012, August 30) North Buffalo Fire. Accessed August 30, 2012. 

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog