Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

En descendant vers le sud, on se dirige vers le massif du Piton de la Fournaise.

Un relief en plateau, légèrement pentu vers l'ouest à partir de 1.500 mètres, peu attaqué par l'érosion : la plaine des Cafres. Elle tient son nom des esclaves noirs, les Cafres, qui se sont enfuis et réfugiés autrefois dans cette région.

Elle résulte essentiellement de l'accumulation de coulées de basalte, c'est une planèze, parsemée de nombreux cônes volcaniques appartenant au domaine du Piton de La Fournaise, fonction de leur âge et de la nature des laves.

Carte géologique du massif du Piton de La Fournaise - l'unité de La Plaine des Cafres : en vert bronze - doc. OVPF

Carte géologique du massif du Piton de La Fournaise - l'unité de La Plaine des Cafres : en vert bronze - doc. OVPF

Ces volcans excentriques sont grands et le volume des projections indique un magma à grande teneur en gaz, très explosif. L'explosivité accrue provient de l'origine profonde du magma, d'un moindre dégazage avant son arrivée en surface, et de la traversée de nappes d'eau souterraine durant l'ascension.

Le risque d'activité dans la zone n'est pas nul aujourd'hui. Andrea Di Muro, de l'OVPF, rappelle que tous les pitons de la Plaine sont des édifices volcaniques stromboliens. L'observatoire surveille aussi cette zone active ... "A chaque éruption associée à des remontées profondes de magma, nous établissons un scénario éruptif considérant systématiquement la Plaine comme potentielle porte de sortie du magma", confie-t-il dans "Témoignages, les volcans de l'ombre" (2010).

La Plaine des Cafres - panorama sur les pitons / cônes volcaniques depuis la route forestière du volcan ; à gauche, le Grand Bénare ; à droite le Piton des Neiges, avec "à son pied", le Piton Bleu - photo © Bernard Duyck / juin 2017  / situation des cônes doc. BRGM 2005 d'après Mairine
La Plaine des Cafres - panorama sur les pitons / cônes volcaniques depuis la route forestière du volcan ; à gauche, le Grand Bénare ; à droite le Piton des Neiges, avec "à son pied", le Piton Bleu - photo © Bernard Duyck / juin 2017  / situation des cônes doc. BRGM 2005 d'après Mairine

La Plaine des Cafres - panorama sur les pitons / cônes volcaniques depuis la route forestière du volcan ; à gauche, le Grand Bénare ; à droite le Piton des Neiges, avec "à son pied", le Piton Bleu - photo © Bernard Duyck / juin 2017 / situation des cônes doc. BRGM 2005 d'après Mairine

Un témoignage intéressant de l'activité volcanique dans la plaine des Cafres nous est donné par un tunnel de lave découvert il y a peu de temps : le Tunnel Bleu.

Situé dans une propriété agricole privée, il a été formé par une éruption du Piton Bleu, datée d'il y a 22.000 ans.

Dans ce milieu fragile, les visites se font en petits groupes et sous la conduite et les explications de guides spéléologues / références en sources. 

ndlr : un clic sur les photos les ouvrent en plein écran.

Tunnel Bleu -  photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - stalagmites de lave -  photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - stalagmites de lave - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - une sinuosité aux superbes reflets -  photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - une sinuosité aux superbes reflets - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - détails sur les différents niveaux de la lave sur les parois -  photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - détails sur les différents niveaux de la lave sur les parois - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - peu de passages difficiles -  photo © Jean-Michel Mestdagh / juin 2017

Tunnel Bleu - peu de passages difficiles - photo © Jean-Michel Mestdagh / juin 2017

Tunnel Bleu - un tunnel en formation dans un tunnel (niveau supérieur de la banquette ; environ1,7 m.) - tunnel secondaire perpendiculaire - photos © Bernard Duyck / juin 2017
Tunnel Bleu - un tunnel en formation dans un tunnel (niveau supérieur de la banquette ; environ1,7 m.) - tunnel secondaire perpendiculaire - photos © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - un tunnel en formation dans un tunnel (niveau supérieur de la banquette ; environ1,7 m.) - tunnel secondaire perpendiculaire - photos © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - stalagtites de lave - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - stalagtites de lave - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - stalagtite de lave qui s'est collée à la paroi, et à gauche, une hélictite (ou excentrique) - est-ce la couleur de la paroi qui qualifierait le mieux ce tunnel ? -  photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - stalagtite de lave qui s'est collée à la paroi, et à gauche, une hélictite (ou excentrique) - est-ce la couleur de la paroi qui qualifierait le mieux ce tunnel ? - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - Stalagmites, constituée du collage de milliers de gouttes de basalte tombant du plafond, se soudant les unes sur les autres ... toujours "fraîches" malgré leur grand âge - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Tunnel Bleu - Stalagmites, constituée du collage de milliers de gouttes de basalte tombant du plafond, se soudant les unes sur les autres ... toujours "fraîches" malgré leur grand âge - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Sources :

- BRGM – Itinéraire géologique : la route du volcan, découverte de La Fournaise ancienne – link

- Cybergeo - Revue de la typologie des éruptions du Piton de La Fournaise, processus et risques volcaniques associés - par N.Villeneuve et P.Bachèlery / 2006.

BRGM – Connaissance géologique de La Réunion – link

- Rando Volcan - La visite a été guidée par Vincent Cheville, moniteur spéléo, de Rando Volcan (https://rando-volcan.com/)

en présence de Rudy Laurent, moniteur à Kokapatrando (http://www.kokapatrando-reunion.com/fr/)

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le Belvédère de Bélouve - photo © Bernard Duyck / June 2017

Le Belvédère de Bélouve - photo © Bernard Duyck / June 2017

Le paléo-cirque des Marsouins s'est comblé, voici 150.000 ans, par des coulées du Piton des Neiges et de cônes latéraux tels que le piton de Bébour, qui vont lui donner son fond plat.

Après l'arrêt du volcanisme, il y a environ 20.000 ans, l'érosion commence. Elle se fait de façon différenciée en fonction de la nature plus ou moins dure des sols ; le coeur des coulées de lave ralentit l'érosion et forme des ressauts à l'origine des cascades et bassins.

Les roches mères sont proches de la surface. Le sous-sol est jeune, la couverture forestière dense, et le climat frais et humide. Les sols sont peu épais, riches en matières organiques et gorgés d'eau, classé comme andisols.

Les massifs volcaniques du Piton des Neiges et du Piton de La Fournaise et leurs coulées

Les massifs volcaniques du Piton des Neiges et du Piton de La Fournaise et leurs coulées

Les forêts de Bébour et Bélouve recouvrent entièrement ce site. Forêts tropicales primaire, humides, elles sont caractérisées par une biodiversité exceptionnelle. La nature y est luxuriante ; on y retrouve le cryptomeria et des fougères arborescentes, appelées localement fanjan.

Fougères arborescentes de la forêt de Bébour-Bélouve - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Fougères arborescentes de la forêt de Bébour-Bélouve - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La vallée de Takamaka s'est creusée dans les laves des anciennes coulées du Piton des Neiges, phase 2, 3 et 4, et représentait autrefois l'exutoire du paléocirque de Bébour.

La vallée de Takamaka , sur la trajectoire des alizés de l'Océan Indien, est un des endroits les plus arrosés au monde ... il y tombe en moyenne 6 à 7 mètres d'eaux par an. Cette pluviométrie exceptionnelle continue de favoriser l'érosion, mais y alimente aussi deux barrages hydroélectriques.

Cet arrosage intensif n'a pas échappé à l'artiste local Jace, qui l'illustre à sa façon "gouzous".

Vallée de Takamaka et sonrelief tourmenté - survol en ULM -  photo © Bernard Duyck / Juin 2017
Vallée de Takamaka et sonrelief tourmenté - survol en ULM -  photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Vallée de Takamaka et sonrelief tourmenté - survol en ULM - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

A Takamaka, l'eau cascade de partout - survol en ULM -  photo © Bernard Duyck / Juin 2017

A Takamaka, l'eau cascade de partout - survol en ULM - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La pluviométrie de la Réunion, illustrée par Jace et ses gouzous - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

La pluviométrie de la Réunion, illustrée par Jace et ses gouzous - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Grand Etang fait une sorte de transition entre le massif du Piton des Neiges et celui du Piton de La Fournaise.

Situé à 525 mètres, c'est le seul lac d'origine volcanique d'altitude, et le plus grand de l'île : 1.000 mètres sur 500 en saison des pluies. Une vallée en forme de V, creusée par les eaux il y a une dizaine de milliers d'années, s'est vue bloquée, voici 4.000 ans par une éruption du Piton de La Fournaise. L'érosion du relief environnant lui a fourni des matériaux qui lui confèrent un fond plat.

Son niveau est très variable, car il est alimenté par les pluies et les eaux de ruissellement.

Grand Etang - survol en ULM -  photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Grand Etang - survol en ULM - photo © Bernard Duyck / Juin 2017

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Bien intégrés à la toponymie locale, cirques, pitons, îlets, ravines, remparts... tous ces noms n'en interpellent pas moins les visiteurs.

Les grandes formes de relief marquant la Réunion

Les grandes formes de relief marquant la Réunion

Trois grands cirques contigus et presque complètement fermés défoncent le nord-ouest de l'île, centré sur son volcan, le Piton des Neiges. Les cirques de Mafate, Cilaos et Salazie forment des cuvettes d'une dizaine de kilomètres de diamètre et de plus de 1.000 mètres de profondeur.

Ils se sont formés par effondrement en accompagnant le démantèlement du grand volcan primordial. Ils continuent de subir des remaniements, suite aux éboulements et glissements de terrain, et par ravinement.

Ces caldeiras possèdent des bords abrupts, qualifiés de remparts, entourant les cirques, ou constituant des crêtes intercaldeiras

La Réunion - un cirque entouré de ses remparts - survol de l'île en ULM / Planetair974- photo © Bernard Duyck / juin 2017

La Réunion - un cirque entouré de ses remparts - survol de l'île en ULM / Planetair974- photo © Bernard Duyck / juin 2017

La Réunion - cirque de Salazie, avec au centre, le Piton d'Enchaing - survol de l'île en ULM / Planetair974 - photo © Bernard Duyck / juin 2017

La Réunion - cirque de Salazie, avec au centre, le Piton d'Enchaing - survol de l'île en ULM / Planetair974 - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Le terme piton désigne non seulement les deux grands volcans juxtaposés qui ont construit l'île, le Piton des Neiges – 3.070 mètres - et le Piton de La Fournaise – 2.632 mètres - , mais s'applique aussi aux cônes volcaniques de dimensions inférieures : cônes parasites formés sur les flancs des édifices ou sur les hautes plaines intérieures (plaine des Cafres, plaine des Palmistes), cônes éruptifs construit au fond des cirques, et par extension à de simples sommets isolés par l'érosion le long des lignes de partage des eaux.

Cirque de Mafate depuis Dos D'âne - îlets et pitons selon le détail de la table d'orientation - un clic pour agrandir  - photo © Bernard Duyck / juin 2017
Cirque de Mafate depuis Dos D'âne - îlets et pitons selon le détail de la table d'orientation - un clic pour agrandir  - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Cirque de Mafate depuis Dos D'âne - îlets et pitons selon le détail de la table d'orientation - un clic pour agrandir - photo © Bernard Duyck / juin 2017

Les îlets sont des interfluves parfois individualisés de toute part, à sommet plat au aigu, occupant le fond des grands cirques ; ils proviennent de compartiments effondrés à l'emplacement du volcan originel. Ils ont occupés par des villages et leurs cultures.

Des collines intracaldeiras, aux flancs abrupts, et parfois réduites à l'état de crêtes de recoupement, proviennent du ravinement du fond des cirques.

Cirque de Mafate  - îlet de La Nouvelle, vu du Maïdo -  photo © Bernard Duyck / juin 2017

Cirque de Mafate - îlet de La Nouvelle, vu du Maïdo - photo © Bernard Duyck / juin 2017

La forte et longue érosion des reliefs se traduit par des ravines qui découpent les flancs des volcans de façon radiale ; elles sont rectilignes sauf en aval, où elles sont plus sinueuses. Elles peuvent se ramifier en amont, où elles s'ouvrent en éventail, comme au Trou de fer, un gouffre de près de 300 mètres de profondeur, et où plongent des cours d'eau, comme le Bras de Caverne en formant de hautes chutes. Fort inaccessible, il n'a été exploré par des hommes encordés qu'à la fin du 20° siècle, et n'est visible que par les airs, ou d'un point de vue atteint après quelques heures de marche en forêt.

Leur profil présente sur sa longueur un fort dénivelé, parfois supérieur à 1.000 mètres, et tranversalement, des creusements étroits et encaissés.

Le Trou de fer, une ravine en éventail - photo IRT

Le Trou de fer, une ravine en éventail - photo IRT

Sources :

- BRGM : Connaissance géologique de La Réunion - la genèse des paysages, le résultat d'une longue histoire géologique.

    - une bonne adresse pour survoler l'île de La Réunion : Planetair974 – link

      Lire la suite

      Publié le par Bernard Duyck
      Publié dans : #Excursions et voyages
      West Coast - Fringing reef, lagoon and surging waves - flying over in a microlight - photo © Bernard Duyck / june 2017

      West Coast - Fringing reef, lagoon and surging waves - flying over in a microlight - photo © Bernard Duyck / june 2017

      Fringing reefs are rare in La Réunion, discontinuous, flat, narrow, up to 500 meters wide and larger, and associated with depressions of low-depth reefs.
      Their minor development around this Island (unlike Mauritius), is due to the presence of platforms likely to be colonized.
      Most of the coral constructions are located west of the island on the leeward coast, away from the mouths of the large gullies, in an area where volcanism is no longer functional.

      West Coast - the Hermitage Pass - flying over in a microlight - photo © Bernard Duyck / June 2017

      West Coast - the Hermitage Pass - flying over in a microlight - photo © Bernard Duyck / June 2017

      The small lagoons constitute a natural aquarium, where shrimp, clownfish, sea turtles, grouper and barracudas rub shoulders. Wrecks were cast in the 1980s, to promote the development of underwater life and became diving spots.
       

      The waters of the lagoon contain a  rich and colorful fauna - photo © Bernard Duyck / juin 2017
      The waters of the lagoon contain a  rich and colorful fauna - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      The waters of the lagoon contain a  rich and colorful fauna - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Marine turtles are protected in La Réunion, where nesting beaches have been reconstituted - photo © Bernard Duyck / June 2017

      Marine turtles are protected in La Réunion, where nesting beaches have been reconstituted - photo © Bernard Duyck / June 2017

      The marine erosion of the reefs formed a few kilometers of sandy beach, bordered by coconut palms or filaos.

      Blond beach of the Hermitage - uncommon during the southern winter - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Blond beach of the Hermitage - uncommon during the southern winter - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Sources:
      - Kélonia - marine turtles observatory - St Leu - link
      - St Gilles-les-Bains - Aquarium of Reunion Island.

      Lire la suite

      Publié le par Bernard Duyck
      Publié dans : #Excursions et voyages
      Justification à la construction de la Nouvelle Route du Littoral, les éboulements parfois mortels de la planéze dans le nord de l'île  - un clic pour agrandir - doc. Région Réunion

      Justification à la construction de la Nouvelle Route du Littoral, les éboulements parfois mortels de la planéze dans le nord de l'île - un clic pour agrandir - doc. Région Réunion

      Particulièrement visibles et accessibles le long de la côte ouest, et causées par une érosion torrentielle, les planèzes sont des plateaux basaltiques faiblement inclinés et de forme vaguement triangulaire, limités par des vallées convergentes vers l'amont.

      Les plus imposantes bordent le route du littoral entre St Denis et la Possession, où par endroits, elles dépassent les 200 mètres d'élévation.

      La Planèze du Grand Bénare, près du Cimetière marin de St Paul, abrite à la base de l'escarpement presque vertical une grotte appelée " Grotte des Premiers Français ", première demeure des migrants de 1663 ... aucun document historique, ni découverte archéologique ne vient cependant accréditer cette hypothèse.

      Planèze du Grand Bénare - la "Grotte des Premiers Français" - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Planèze du Grand Bénare - la "Grotte des Premiers Français" - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Des falaises plus basses, qui recoupent les terminaisons des coulées du Piton des Neiges au niveau du littoral, suivent la côte vers le sud et St Louis : au Cap La Houssaye, à la Pointe des trois bassins, à La Pointe au sel.

      Formations prismées et falaise du Cap La Houssaie - photo © Bernard Duyck / juin 2017
      Formations prismées et falaise du Cap La Houssaie - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Formations prismées et falaise du Cap La Houssaie - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Pointe au sel - coulée du Piton des Neiges érodée par l'océan - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Pointe au sel - coulée du Piton des Neiges érodée par l'océan - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Pointe au sel -  une succession de vingt-trois bassins en gradins, en pierre de basalte, au fond recouvert de terre glaise, presque tous vides, couvrant une surface de deux hectares ; la production s'y est arrêtée après la guerre - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Pointe au sel - une succession de vingt-trois bassins en gradins, en pierre de basalte, au fond recouvert de terre glaise, presque tous vides, couvrant une surface de deux hectares ; la production s'y est arrêtée après la guerre - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Une formation particulière, le trou de Souffleur : la mer s'engouffre dans une grotte sous-marine, formée dans une coulée de lave, et terminée par une petite ouverture vers le haut ... l'air présent dans cette grotte est mis sous pression et s'échappe par l'ouverture en emportant une multitude de gouttes d'eau.

      Trou de souffleur, près de la Pointe au sel / St Leu - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Trou de souffleur, près de la Pointe au sel / St Leu - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Trou de souffleur, près de la Pointe au sel / St Leu, un jour de forte houle - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Trou de souffleur, près de la Pointe au sel / St Leu, un jour de forte houle - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Le Gouffre de l'Etang-Salé : Ce promontoire de lave est recoupé d'un long couloir naturel dans lequel les eaux de l'océan Indien s'engouffrent, puis viennent se fracasser contre la muraille de basalte.

      Ce lieu accidentogène est protégé par une barrière de bois nouvellement installée en 2016 ... ce qui ne dissuade pas les suicidaires.

      Une plage de sable noir à olivine, longue de 1,5 km, vient compléter le décor résolument volcanique.

      Le Gouffre de l'Etang-Salé : le combat des eaux et de la lave -  photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Le Gouffre de l'Etang-Salé : le combat des eaux et de la lave - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Plage de sable noir de l'Etang-Salé

      Plage de sable noir de l'Etang-Salé

      Sources :

      - Une sélection de géomorphosites dans l'île de La Réunion en fonction de critères morphodynamiques – par Dominique Seller

      - BRGM : Connaissance géologique de La Réunion - la genèse des paysages, le résultat d'une longue histoire géologique

      - BRGM : Connaissance géologique de La Réunion - les roches

      Lire la suite

      Publié le par Bernard Duyck
      Publié dans : #Excursions et voyages
      Piton des Neiges - ULM approach - photo © Bernard Duyck / June 2017

      Piton des Neiges - ULM approach - photo © Bernard Duyck / June 2017

      The Piton des Neiges, which is the main structure of Reunion Island and its oldest part, is a vast volcanic cone with a diameter of 50 km, with slopes of 5 to 10 °.
      Its summit zone is deeply eroded and cut by three enormous circuses, arranged in cloverleaf, the circuses of Mafate, Cilaos and Salazie, which enclose the highest point of the island, the Piton des Neiges.




       

      Piton des Neiges - circus of Mafate, seen from Maïdo; On the left, the Gros Morne - on the right, the Grand Bénard - picture © Bernard Duyck / june 2017

      Piton des Neiges - circus of Mafate, seen from Maïdo; On the left, the Gros Morne - on the right, the Grand Bénard - picture © Bernard Duyck / june 2017

      Piton des Neiges - circus of Salazie, seen from Belvedere de Bélouve; In the center, the Piton d'Enchaing - picture © Bernard Duyck / june 2017

      Piton des Neiges - circus of Salazie, seen from Belvedere de Bélouve; In the center, the Piton d'Enchaing - picture © Bernard Duyck / june 2017

      Cuts of more than 1,000 meters high in stacks of ash levels and lava flows are intersected by innumerable dykes.
      The underwater history of Piton des Neiges is not known; It must have started, some 6 to 10 million years ago, on a fossil ridge that stopped working 60 Ma ago.
      The volcano did not come out of the water until there were more than 2 Ma. This great shield, formed by a stack of basaltic flows, collapsed 430,000 years ago with the formation of a Caldera of 30 km. of diameter.


      One hundred thousand years later, a volcanic apparatus with stronger slopes is installed on the preceding one: this phase corresponds to the emission of trachytic lavas and to the appearance of more explosive phenomena, with pyroclastic and ignimbrite flows covering the whole of volcano.

      190,000 years ago, with the magmatic reservoir partially emptied, we are witnessing a collapse generating a new elliptical caldera of 15 km. Long ... which will be filled by the product of new eruptions.


      70,000 years ago, a new collapse of the caldera associated with erosion, guided by tectonics, is at the base of circus digging. The last trachytic ardent clouds are dated of 20,000 years.
      A more peaceful activity closes the volcanic history of the Piton des Neiges with the construction of the top strombolian cone.


      (Excerpt from Au coeur de la Fournaise / Roland Benard and Maurice Krafft - ed.J.C.Nourault)
       

      Piton des Neiges - circus of Cilaos, lined with pitons and ramparts - photo © Bernard Duyck / june 2017

      Piton des Neiges - circus of Cilaos, lined with pitons and ramparts - photo © Bernard Duyck / june 2017

      The toponymy of circuses is linked to the history of La Reunion and the black period of slavery.

      Mafate comes from the name of a marron slave who had chosen to live there; It means in Malagasy dialect "the one who kills". The qualifier "marron " given to the slaves in flight would come from the Spanish "cimarrón" meaning savage.
      Salazie would also come from the name of a marron slave.
      Cilaos comes from the Malagasy "tsilaosa, the country that one does not leave".


      To follow: the lava flows and planèzes of Piton des Neiges.

      Lire la suite

      Publié le par Bernard Duyck
      Publié dans : #Excursions et voyages
      Piton des Neiges - Cirque de Salazie, Enchaing peak - ULM flying over  - photo © Bernard Duyck / June 2017

      Piton des Neiges - Cirque de Salazie, Enchaing peak - ULM flying over - photo © Bernard Duyck / June 2017

      Having been lucky enough to stay for five weeks on the island of La Réunion, I offer a few articles, illustrated with recent photos, on "the intense island", interspersed with others on volcanic news.
      But first of all, a small reminder concerning the formation of the island.

      Reunion - top, 3D map of the reliefs of the island - bottom, topographic map annotated from a map of the NASA shuttle radar topography mission SRTM3 v2.
      Reunion - top, 3D map of the reliefs of the island - bottom, topographic map annotated from a map of the NASA shuttle radar topography mission SRTM3 v2.

      Reunion - top, 3D map of the reliefs of the island - bottom, topographic map annotated from a map of the NASA shuttle radar topography mission SRTM3 v2.

      Located 700 km. to the east of Madagascar, the island of Réunion is entirely of volcanic origin. It consists of an intraplaque massif, due to a rise of deep magma piercing the African plate: "a hot spot". The accumulation of eruptive products on the ocean bottom, at less than 4,000 meters, ended up creating an island of elliptical shape, 70 km. on 50, extended NO-SE., with an area of ​​2.512 km².
       
      It consists of two volcanoes, dividing the surface 2/3 -1/3.
      - Piton des Neiges, north-west, today asleep, for 2/3, and
      - Piton de La Fournaise, in the south-west, in activity.

       Shortcut of the volcanic evolution of Reunion Island - doc. Geology

      Shortcut of the volcanic evolution of Reunion Island - doc. Geology

      Piton de La Fournaise - craters Dolomieu and Bory - flight in microlight - photo © Bernard Duyck / june 2017

      Piton de La Fournaise - craters Dolomieu and Bory - flight in microlight - photo © Bernard Duyck / june 2017


      To follow: Le Piton des Neiges

      Lire la suite

      Publié le par Bernard Duyck
      Publié dans : #Excursions et voyages
      Piton des Neiges - approche en ULM - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Piton des Neiges - approche en ULM - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Le Piton des Neiges, qui constitue l'ossature principale de la Réunion et sa partie la plus ancienne, est un vaste cône volcanique de 50 km de diamètre, aux pentes de 5 à 10°.

      Sa zone sommitale est profondément érodée et entaillée par trois énormes cirques, disposés en feuille de trèfle, les cirques de Mafate, de Cilaos et de Salazie, qui enserrent le point culminant de l'île, le Piton des Neiges.

      Piton des Neiges - cirque de Mafate, vu du Maïdo; à gauche, le Gros Morne - à droite, le Grand Bénard - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Piton des Neiges - cirque de Mafate, vu du Maïdo; à gauche, le Gros Morne - à droite, le Grand Bénard - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Piton des Neiges - cirque de Salazie, vu du Belvédère de Bélouve ; au centre, le Piton d'Enchaing - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Piton des Neiges - cirque de Salazie, vu du Belvédère de Bélouve ; au centre, le Piton d'Enchaing - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Des découpes de plus de 1.000 mètres de haut dans les empilements de niveaux de cendres et de coulées de lave sont recoupés par d'innombrables dykes.

      L'histoire sous-marine du Piton des Neiges n'est pas connue; elle doit avoir débutée, il y a 6 à 10 millions d'années, sur une dorsale fossile ayant cessé de fonctionner il y a 60 Ma.

      Le volcan n'est sorti des eaux qu'il y a un peu plus de 2 Ma. Ce grand bouclier, formé d'un empilement de coulées basaltiques, s'est affaissé, il y a 430.000 ans, avec la formation d'une caldeira de 30 km. de diamètre.

      Cent mille ans plus tard, un appareil volcanique aux pentes plus fortes s'installe sur le précédent : cette phase correspond à l'émission de laves trachytiques et à l'apparition de phénomènes plus explosifs, avec coulées pyroclastiques et ignimbrites recouvrant l'ensemble du volcan. Il y a 190.000 ans, le réservoir magmatique étant partiellement vidé, on assiste à un collapsus générant une nouvelle caldeira elliptique de 15 km. de long... qui sera comblée par le produit de nouvelles éruptions.

      Il y a 70.000 ans, un nouvel affaissement de la caldeira joint à une érosion, guidée par la tectonique, sont à la base du creusement des cirques. Les dernières nuées ardentes trachytiques sont datées de 20.000 ans.

      Une activité plus paisible clôture l'histoire volcanique du Piton des Neiges avec la construction du cône strombolien sommital.

      ( extrait d'Au coeur de la Fournaise / Roland Benard et Maurice Krafft - éd.J.C.Nourault ) 

      Piton des Neiges - cirque de Cilaos,bordé de pitons et de remparts - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Piton des Neiges - cirque de Cilaos,bordé de pitons et de remparts - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      La toponymie des cirques est liée à l'histoire de La Réunion et à la période noire de l'esclavage. Mafate vient du nom d'un esclave marron qui y avait élu domicile ; il signifie en dialecte Malgache " celui qui tue ". Le qualificatif " marron " donné aux esclaves en fuite viendrait de l'espagnol " cimarrón " signifiant sauvage.

      Salazie viendrait aussi du nom d'un esclave marron.

      Cilaos vient du malgache " tsilaosa, le pays que l'on ne quitte pas ".

      A suivre : les coulées et planèzes du Piton des Neiges.

      Lire la suite

      Publié le par Bernard Duyck
      Publié dans : #Excursions et voyages
      Piton des Neiges - Cirque de Salazie,  piton d'Enchaing - survol en ULM - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Piton des Neiges - Cirque de Salazie, piton d'Enchaing - survol en ULM - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Ayant eu la chance séjourner cinq semaines sur l'île de la Réunion, je vous propose quelques articles, illustrés de photos récentes, sur " l'île intense ", entrecoupés d'autres sur l'actualité volcanique.

      Mais tout d'abord, un petit rappel concernant la formation de l'île.

      La Réunion - en haut, carte en 3D des reliefs de l'île - en bas, Carte topographique annotée d'après une carte de la Nasa shuttle radar topography mission SRTM3 v2.
      La Réunion - en haut, carte en 3D des reliefs de l'île - en bas, Carte topographique annotée d'après une carte de la Nasa shuttle radar topography mission SRTM3 v2.

      La Réunion - en haut, carte en 3D des reliefs de l'île - en bas, Carte topographique annotée d'après une carte de la Nasa shuttle radar topography mission SRTM3 v2.

      Située 700 km. à l'est de Madagascar, l'île de la Réunion est entièrement d'origine volcanique. Elle est constituée d'un massif intraplaque, du à une remontée de magma profonde perçant la plaque Africaine : "un point chaud". L'accumulation de produits éruptifs sur le fond océanique, à moins 4.000 mètres, a fini par créer une île de forme elliptique, de 70 km. sur 50, allongée NO-SE., d'une superficie de 2.512 km².

       

      Elle se compose de deux volcans, se répartissant la surface 2/3 -1/3.

      - Le Piton des Neiges, au nord-ouest, aujourd'hui endormi, pour les 2/3, et

      - Le Piton de La Fournaise, au sud-ouest, en activité.

      Raccourci de l'évolution volcanique de La Réunion - doc. Géologie

      Raccourci de l'évolution volcanique de La Réunion - doc. Géologie

      Piton de La Fournaise - cratères Dolomieu et Bory - survol en ULM - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      Piton de La Fournaise - cratères Dolomieu et Bory - survol en ULM - photo © Bernard Duyck / juin 2017

      A suivre : Le Piton des Neiges

      Lire la suite

      Publié le par Bernard Duyck
      Publié dans : #Excursions et voyages

      Tasmania, in southeastern Australia, has the largest dolerite exhibition in the world: 30,000 km², and a volume of 15,000 km³ (Hergt & al. 1989).

      Cape Pillar - photo J.J. Harrison (jjharrison89@facebook.com) - Own work, CC BY-SA 3.0,

      Cape Pillar - photo J.J. Harrison (jjharrison89@facebook.com) - Own work, CC BY-SA 3.0,

      This dolerite is particularly noticeable at Cape Pillar, on the coast of the Tasmanian Peninsula, and at the summit of Mount Wellington, which dominates the town of Hobart.
       
      A major intrusion of dolerite occurred in the Jurassic, during the break-up of Gondwana, in a short period at a geological level: in about 165 million years, the dolerite covered more than one third of Tasmania. This intrusion also affected Antarctica, Argentina and South Africa 183 million years ago to form the Karoo-Ferrar Igneous Province.
      This episode could be the cause of the Toarcian extinction by a consequent oceanic anoxic event. Magma has cooked coal and bituminous schists producing up to 27.4 teratons of carbon dioxide, some of which has spread to our atmosphere.

      Gondwana reconstruction for 180 Ma (modified after Pankhurst & Vaughan 2009) showing major cratons and projected outline of the African LLSVP (heavy dashed line) from Torsvik et al. (2010). Major post-Permian large igneous province centres associated with the break-up of Gondwana are marked: CAMP – Central Atlantic Magmatic Province, 200 Ma (after Marzoli et al. 1999); GLIP – Gondwana Large Igneous Province, 180 Ma (after Storey & Kyle 1997) ; C–B – Comei–Bunbury LIP, 134 Ma (after Zhu et al. 2009); E–P – Etendeka–Paraná, 132 Ma (after Peate 1997). Craton labels are after Pankhurst & Vaughan (2009) and are as follows: ANS – Arabian–Nubian Shield; AM – Amazonia; ANT – Antarctica; AUS – Australian cratons; AZ – Azania; C – Congo; GM – Goias Massif; IND – Indian cratons; K-G – Kalahari–Grunehogna; LA – Luis Alves; M – Mawson; P – Paraná; RA – Rio Apa; RP – Rio de la Plata; SF – Sao Francisco; SL – San Luis; WA – West Africa. - carte modifiée d'après Pankhurst & Vaughan 2009./ Large igneous provinces

      Gondwana reconstruction for 180 Ma (modified after Pankhurst & Vaughan 2009) showing major cratons and projected outline of the African LLSVP (heavy dashed line) from Torsvik et al. (2010). Major post-Permian large igneous province centres associated with the break-up of Gondwana are marked: CAMP – Central Atlantic Magmatic Province, 200 Ma (after Marzoli et al. 1999); GLIP – Gondwana Large Igneous Province, 180 Ma (after Storey & Kyle 1997) ; C–B – Comei–Bunbury LIP, 134 Ma (after Zhu et al. 2009); E–P – Etendeka–Paraná, 132 Ma (after Peate 1997). Craton labels are after Pankhurst & Vaughan (2009) and are as follows: ANS – Arabian–Nubian Shield; AM – Amazonia; ANT – Antarctica; AUS – Australian cratons; AZ – Azania; C – Congo; GM – Goias Massif; IND – Indian cratons; K-G – Kalahari–Grunehogna; LA – Luis Alves; M – Mawson; P – Paraná; RA – Rio Apa; RP – Rio de la Plata; SF – Sao Francisco; SL – San Luis; WA – West Africa. - carte modifiée d'après Pankhurst & Vaughan 2009./ Large igneous provinces

      Simplified geological map of Tasmania - dolerite in red - map G.Bartlett

      Simplified geological map of Tasmania - dolerite in red - map G.Bartlett

      The majority of the intrusions are in the form of sills (fillons) up to 500 meters thick, the rest in the form of cones and dykes.

      The dolerite is a magmatic rock with little vitreous structure, intermediate between a basalt and a gabbro. Its composition is 40% plagioclase, 20% clinopyroxene, 20% quartz, 5% ilmenite and a few % of feldspar and amphibole potassium. The rock is altered by water in smectite and kaolinite, containing unaltered quartz.

       

      Cape Pillar - dolerite cliff - doc. AGU Blog The Field

      Cape Pillar - dolerite cliff - doc. AGU Blog The Field

      Cape Pillar - Totem Pole (center) and Candlestick (center right) - Doc. AGU Blog The Field

      Cape Pillar - Totem Pole (center) and Candlestick (center right) - Doc. AGU Blog The Field

      Cape Pillar's dolerite cliffs, 300 meters tall, are separated by the waters of the Pacific Ocean, and a partly flooded cave.
      Two climbing spots, among others in Tasmania: Totem Pole and Candlestick.


      The whole coast is part of Tasmania National Park, home to seals, mad, albatrosses, eagles, peregrine falcons, cormorants; You can see whales and dolphins.

      Mount Wellington dominates Hobart; It culminates at 1,271 meters.
      The lower parts of the mountain are formed of marine deposits that formed when the entire Hobart region formed a vast underwater platform and slowly emerged.

      The upper part was formed more violently by intrusion of a sill of igneous rocks which entered between the older rocks when the Australian continent separated from the Antarctic and separated from the Gondwana.
       

       
      Sources:
      - AGU - The Field - Surveying the rugged beauty of Tasmania's coast - link
      - Tasmanian Geological Survey - The geology and mineral deposits of Tasmania - link
      - Large igneous provinces commission - The links between large provinces, and continental break-up: from Antarctica - link

      Lire la suite

      << < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

      Articles récents

      Hébergé par Overblog