Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Stark’s Knob doit son nom à l’histoire : en 1777, le général John Stark tint cette position, située entre ce monticule et la rivière Hudson, pour couper la retraite vers e nord des troupes Britanniques et Allemandes, après leur défaite à la bataille de Saratoga.

 

starks_knob_2_med---Finger-lakes-geology.jpeg                           Le site de Stark's Knob - photo Fingers Lake Geology

 

starkpillow2.jpgPillow-lava de la séquence Stark's Knob  -  on remarque les fractures qui gagnent l'intérieur du coussin lorsque le stress du refoidissement romp la croûte  - 

photo "Copyright 2006 by Andrew Alden, geology.about.com, reproduced under educational fair use.

 

 

Ce n’est pas la forme de ce monticule qui le rattache au volcanisme, mais sa composition basaltique. Et il faut une nouvelle fois remonter le cours de l’histoire, géologique cette fois, pour expliquer son origine.

Stark’s Knob fut formé il y a 460 à 440 Ma au cours de la période Ordovicienne. Cette partie de la proto- amérique du nord était sous eaux et au sud de l’équateur.

 

Stark-s-Knob---cross-section-USGS.png                                                                      Doc. USGS


Un plateau continental peu profond est alors poussé en direction d’une fosse plus profonde sous l’effet d’un phénomène de subduction, la fosse constituant la frontière de plaque entre le futur continent et un arc volcanique poussé vers l’ouest en direction des actuels états du Vermont et de New-York. Des fissures s’ouvrent dans la croûte terrestre, en extension sous la flexure,  permettent à la lave basaltique de sortir sous le niveau marin.

Une géochimie basaltique N-MORB ( normal mid-ocean ridge basalt) et des Pillow-in-Taconian-orogen-of-eastern-NY06.jpgspinelles sont caractéristiques d’une mise en place sous eau à une profondeur de 2 km. ou plus. Des lentilles de calcaire sur les pillow-lavas et un gastéropode daté de la période ordovicienne à l’intérieur de ces pillows viennent compléter l’histoire géologique de cette formation.

 

Lentilles calcaires sur pillow-lava / Stark's Knob - l'échelle est donnée par le bouchon d'objectif diam. 7 cm. - doc.in Tectonic setting of outer trench slope volcanism:pillow basalt and limestone in the Taconian orogen
of eastern New York - Ed Landing & al.


La découverte de semblables pillows, du même âge, au nord dans le Newfoundland et au sud en Pennsylvanie et au New Jersey,  révèle que Stark’s Knob fait partie de l’orogéne Taconique, première phase de mise en place de la chaîne montagneuse des Appalaches due à la collision entre un arc insulaire et le paléocontinent Laurentia, et au comblement d’une partie de l’océan Iapetus.


 

Ordovicien---Paleotonlogy-portal.jpg                        Période Ordovicienne - 490 à 443 Ma - doc. Paleontology portal


 

starks_knob_7_med.jpg                           Pillow-lavas de la séquence Stark's Knob - photo Finger Lake Geology.

 

Sources :

- Tectonic setting of outer trench slope volcanism: pillow basalt and limestone in the Taconian orogen of eastern New York - by Ed Landing & al.

- Hudson-Mohawk Valley Field Trip - EAS-Astronomy, Spring 2008

- Finger lake geology - Stark's Knob.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

  En Nouvelle-Zélande, sur l’île du sud, une spectaculaire séquence de pillow-lavas est exposée dans les falaises côtières près de Oamaru, à Boatmans Harbor. Les coussins basaltiques sont séparés par des calcaires datés de l’Oligocène et l’éocène.

 

 

-Pillow_lava-coupe---at_Oamaru--NZ---ph.Avenue.jpg                       Oamaru / NZ - coupe de pillow-lava - photo Avenue.


Oamaru-carte-geol-jpgLes calcaires contiennent de nombreux fossiles ; leur présence entre ces coussins d’un diamètre de 30 cm. à 5 mètres, s’explique soit par introduction des pillow-lava dans les sédiments calcaires sur le niveau marin, soit par infiltration du calcaire après la formation des pillows.

Sous la strate de pillow-lavas, des tuffs en lits minces, d’une épaisseur dépassant 120 mètres, ont été formé par une éruption de type Surtseyen sur un plateau continental. Cette activité a produit des dépôts pyroclastiques, des coulées , le tout remodelé par des glissements de terrain ou les courants. A certaines places, les lits de tuffs sont interrompus par des calcaires fossilifères, contenant une faune riche en bryozoaires, foraminifères, échinoïdes et mollusques, caractéristiques des eaux chaudes subtropicales de la fin de l’Eocène.

 

Oamaru----geoatlas-NZ-D.L.Homer.jpg                                     La falaise d'Oamaru - photo Geoatlas NZ - D.L. Homer

 

Pillow---Oamaru-NZ---Lloyd-Homer-GNS.jpgCoupe d'un coussin de lave, révélant son enveloppe extérieure vitreuse et un centre de basalte - photo Lloyd Homer - GNS

 

Une structure multi-croûtes caractérise ces pillow-lavas en eaux peu profondes. Elle se développe sur n’importe quelle partie du périmètre du pillow, sans devoir le recouvrir entièrement ; elle consiste en une répétition de couches de formes différentes : portions qui se chevauchent, ou série de petites croûtes subparallèles détachées, ou encore dépression en forme de poche.

Elle se forme par implosion résultant de la condensation de l’eau exsolvée : lors de la condensation de l’eau, une différence de pression se crée entre l’extérieur et l’intérieur du coussin. Au dessus d’un seuil de pression déterminé, la peau externe du coussin se déchire au niveau de points faibles …et se pousse sous les morceaux de peau voisins, pour former une structure à plusieurs croûtes … et le phénomène peut se répéter : deux ou trois croûtes sont couramment observées, mais on peut en compter jusqu’à 13.

 

Le processus exsolution / condensation de l’eau, et l’implosion qui en résulte, ne peuvent se produire qu’en environnement soumis à des pressions basses … de tels structures multi-croûtes sont donc indice de formation de pillow en eaux peu profondes.

 

Sources :

- GNS - The geology of New Zealand
- Fiels guide to New Zealand geology.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

A la fin du Précambrien, la Bretagne du nord et la Basse-Normandie ont été le site d’un volcanisme basaltique sous-marin extensif.

 

Vassy - pillow lavas - Ac-caen

Spilites de Vassy -  laves en coussins -  au centre-gauche, "pillow-lava en boule" - du centre en bas de la photo au coin supérieur droit, un "pillow en boudin" allongé - photo Lithothèque de Normandie ac-caen.

 

 

Les basaltes en coussins ou spilites (*) de Vassy , à l’est de la Vire, sont datés de -560 Ma / période du Briovérien .

 

(*) : Une spilite est une roche magmatique vert bleu à vert sombre (mésocrate) à structure analogue à celle des basaltes, souvent à varioles claires avec amygdales et filonnets blanchâtres de calcite. Le feldspath est de l'albite en phénocristaux ou en micro-lames minces, elle est accompagnée de chlorite, de sphène, d'oxydes de fer, et parfois d'épidote, de clinopyroxènes (augite), rarement de pseudomorphoses, d'olivine.

 

La composition de ces laves basaltiques se rapproche de celle des tholéiites océaniques ; elles sont interstratifiées dans le flysch du Briovérien supérieur et affleurent sous forme de coulées à débit en coussins.

Résultant d’une activité volcanique sous-marine, ces pillow-lavas ont été émises le long d’une fissure dans le bassin sédimentaire mancellien où se déposaient des turbidites (futur flysch) dans un contexte d’extension avec un déplacement vers le nord et le sud des plaques.

Le terme Briovérien vient de Briovera, l’ancien nom de saint-Lô, formé des racines celtes : brio = pont, et Vera = Vire. L’histore du Briovérien s’échelonne entre -650 et -540 Ma .

 

Bretagne - Vassy 2    Contexte géologique nord-armoricain - doc. BRGM - Dol de Bretagne - S. Bogdanoff et M. Julien

Bretagne - Vassy 3p

Interprétation géodynamique entre > 640 Ma et < 540 Ma - d'après E. Dissler 1988 / in doc. BRGM - Dol de Bretagne - S. Bogdanoff et M. Julien 1996.

 

Explication concernant la période Vassy in doc. BRGM - Dol de Bretagne - S. Bogdanoff et M. Julien 1996.

" Pendant le Briovérien supérieur, les bassins situés de part et d'autre de l'arc constantien seront progressivement comblés par la sédimentation de type flysch (turbidites). C'est dans le bassin mancellien orienté NE-SW, situé au Sud de l'arc, que sont les mieux connus les témoins de cette sédimentation qui remanie les sédiments du Briovérien inférieur.
La partie nord du bassin (flanc sud de l'arc constantien) est frangée par une série de cônes sous-marins alimentés par des turbidites proximales puis distales. Plus au Sud, le centre du bassin reçoit des dépôts fins de plaine abyssale. La sédimentation du bord sud est représentée par des conglomérats associés à des pélites. Pendant la période de sédimentation, il se produit une distension limitée que concrétisent les spilites de
Vassy à débit en coussin et à caractères de tholéiites océaniques. "

 

DSC02666Ancienne carrière du château de Vassy - le front de taille se trouve au fond d la carrière creusée dans la crête boisée qui supporte le château de Vassy. - photo Lithothèque de Normandie ac-caen.

 

Spilites de vassy - etab.ac-caen

  Front de taille de la carrière du château de Vassy - pillow-lavas basaltiques altérés, de teinte rouille due à la libération d'oxydes de fer - photo Lithothèque de Normandie ac-caen.

 

Toponymie de Vassy :

Le nom de Vassy serait d'origine celtique. Il serait formé des termes was ou waes, composé lui-même de deux mots primitifs wa - voie, passage et ez ou aes  - eau et désignerait un " terrain, pré, marais que l'eau recouvre et abandonne successivement ". La finale ce ou cy signifierait " lieu, emplacement ".

Selon une autre hypothèse, il serait lié au nom de personne gallo-romain Vassius ou Vaccius.

 

Les spilites de Paimpol :

En Kérity, les formations géologiques de la Pointe de Guilben sont datées du Briovérien supérieur, environ 640 millions d'années. Des spilites affleurent sous forme de pillow-lavas, dans une bande large de 1.500 mètres au plus sur une vingtaine de kilomètres. Les coussins de basalte ont été cimentés dans des dépôts enfermant deux variétés de quartz microcristallines, de la cornaline et du jaspe.

 

Pillow lavas pointe de guilben - idgt                                      Pillow-lavas à la Pointe de Guilben - photo idgt.

 

Spilite de Paimpol - pointe de Guilben - Zarmel -GeodiversiSpilites de Paimpol - deux coussins de lave superposés en position verticale au centre de la photo, un autre ouvert et contenant un "coeur de cornaline" rouge en bas, au centre droit - photo géodiversité.net - zarmel / CC by-s 

 

 

 

Sources:

Merci à Michel Lecouteur qui m'a fait découvrir l'existence des Spilites.

 

 

- Lithothèque de Normandie - link

- BRGM - Carte géologique Dol de Bretagne - explications par S. Bogdanoff et M. Julien

- Breizh géologie - les pillow-lavas de Guilben à Paimpol

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

chenaillet - collet vert - 3 - JP Esteban banque de photos

Massif du Chenaillet (F) - les falaises de Pillow-lavas du Collet Vert : Pan de croûte océanique relevé à la verticale - photo J.P. Esteban / banque de photo SVT

 

Un classement des sites Français a été réalisé par Alain Guillon, selon le contexte tectonique de mise en place des pillow-lavas et de leur chronologie.

 

Age et période Volcanisme lacustre Volcanisme sous-marin
640 Ma – infra-Cambrien
Locquirec (plate-forme côtière -arc volc.)
440 Ma - Ordovicien sup,
Lombardières (plate-forme côtière – arc volc,
150 Ma – Jurassique sup,
Chenaillet (zone d'accrétion)
14 Ma – Miocène moyen Roffiac / Viallard La Martinique (plate-forme côtière – arc volc,)
10 Ma – Miocène sup, St Bauzille
1-0,5 Ma – Quaternaire Murat-le-Quaire


D'après Alain Guillon

 

 

Le massif du Chenaillet (Hautes-Alpes Françaises): 

Du sommet du Chenaillet, un chemin en lacets descend vers l'est vers le col de Soureou. En empruntant une large piste horizontale entaillée dans les éboulis, on atteint le Collet Vert sur la frontière franco-italienne. En restant sur le versant français et en cheminant horizontalement, on se trouve très vite au pied d'affleurements de très beaux coussins allongés. Ils forment l'essentiel de la partie française du massif du Chenaillet.

 

chenaillet---collet-vert---2---JP-Esteban-banque-de-photos-.jpg Massif du Chenaillet - Le Collet vert -  falaise de Pillow-lavas - photo J.P. Esteban / banque de photo SVT


Les roches de la falaise du Collet Vert sont des roches vert sombre, dures, compactes, se présentant soit sous forme de "coussins" (en fait, plutôt des "polochons" allongés), dont le diamètre est de l'ordre de 50 centimètres à 1 mètre, l'allongement de plusieurs mètres ou dizaines de mètres, soit sous forme de brèches à fragments de coussins.

 

Basaltes_en_coussin-HtALpes-Chenaillet---Ph.A.Saphon.JPG                           Massif du Chenaillet - basalte en coussins - photo A.Saphon


Il s'agit de la surface supérieure d'une ancienne coulée sous-marine datant de 170 Ma. Le volcan sous-marin était à 2 000 mètres de profondeur, ou plus ; ses laves, exceptionnellement conservées intactes, sont maintenant à plus de 2 000 mètres d'altitude, redressées à la verticale lors du plissement alpin. Leurs surfaces forment des falaises où l'on voit s'allonger les polochons. La mise à nu actuelle de la paléotopographie de cette portion d'océan suppose que ce segment de lithosphère océanique fut recouvert après sa formation par une épaisseur de roches suffisamment épaisse pour que la puissante action érosive des glaciers, quaternaires entre autres, ne l'ait pas encore détruit.

 

sch_ma_coussins---CBGA.jpg             Schéma de basaltes en coussins, montrant leur allure en section et leur allongement.
La forme de haricot (au-dessus) et le pédoncule moulé sur les coussins sous-jacents donne clairement le haut et le bas de la coulée. - doc. CBGA

 

chenaillet---collet-vert---4---J-Janin-banque-de-photos-SVT.jpgpolarit_small.gif

 Massif du Chenaillet - photo J. Janin / banque de photos SVT.

 

Pillow-lavas ou basalte en coussins, vue en coupe.

La position du pédoncule (à droite) permet d'affirmer que le bloc a été basculé de 90°.

 

Schéma de polarité des séries paléo-volcaniques avec pillow-lavas - doc. A. Guillon

 

 

 

À la périphérie des coussins, la variolite , qui a été autrefois utilisée comme pierre ornementale, et que l'on récolte dans les alluvions de la Durance jusque dans la Crau, est caractéristique de la bordure des polochons : c'est le même basalte vert, où s'individualisent de petites sphérules (quelques millimètres) blanches de feldspath, qui se sont formées après la consolidation de la lave, probablement durant son refroidissement ; il ne s'agit pas d'anciennes bulles de gaz volcanique.

 

Chenaillet---variolite---CBGA.jpg                                Massif du Chenaillet - échantillon de variolite - photo CBGA


La hyaloclastite  se rencontre dans les interstices de section triangulaire entre les coussins. Il s'agit d'amas d'éclats de verre volcanique dus à l'éclatement par trempe à la périphérie des coussins, et au frottement des coussins les uns contre les autres pendant la coulée. Au Chenaillet, la roche est une sorte de microbrèche vert sombre (chlorite due à la dévitrification) contenant de petits fragments blancs.
Parfois, le refroidissement a pu être trop brutal, et les coussins ont alors éclaté : ainsi se forment les brèches de coussins, situés souvent à la partie supérieure des coulées.


La cartographie de l’ophiolite du Chenaillet a permis :

- l’identification de deux types de volcans à tubes et coussins, en langues d’une part, et en cônes (= hummocks) d’autre part, construits sur des pentes en formation; ces volcans ne superposent pas les uns sur les autres et sont d’autant plus récents qu’ils sont plus hauts topographiquement;

- la formation de volcans composites organisés, soit par empilement de langues directionnelles dans un système en escalier, ou par alignement de cônes dans un système en peigne; dans le type escalier, les éruptions sont nourries à partir de fissures perpendiculaires à la pente d’écoulement et localisées à la racine des marches; dans le type peigne, les volcans sont centrés sur un conduit situé à la croisée de deux fractures obliques l’une sur l’autre; les peignes, pseudosymétriques de part et d’autre des crêtes, constituent des segments grossièrement en échelon (= hummocky ridges) entre cinq volcans composites majeurs.

 

Sources :

- CBGA - Centre Briançonnais de Géologie Alpine - Chenaillet / Collet Vert - link

- Volcanogéol - le massif ophiolitique du Chenaillet - link

- L’ophiolite du Chenaillet (Montgenèvre, Alpes franco-italiennes), témoin d’un segment de ride volcanique axiale d’un océan à croissance lente - par Françoise Chalot-Prat & al.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

En guise d'introduction, une vidéo intitulée "Pele meets the sea", dont on ne retiendra cette fois que la partie sous-marine :

 

 

 

Les laves en cousins, ou Pillow-lavas, ont la caractéristique de s’être formées dans une phase liquide (de l’eau – océan, lac ou rivière), que ce soit au niveau d’une dorsale océanique, ou lors de l’avancée d’une coulée sous le niveau océanique, ou encore en milieu sous-glaciaire.

 

Ces laves se présente sous forme sphérique, bulbeuse, ou de lobes tubulaires.

 

OAR---Nurp-Collection-88-Hawaii.jpg                               Hawaii - pillow lavas - doc. OAR - NURP 1988

 

pillow_lava_long---NOAA.jpg                                           Pillow tube en formation - doc. NOAA


Lors de l’extrusion, le contact entre la lave à 1200°C et l’eau, entre 0° et une vingtaine de degrés, provoque un phénomène de trempe … la lave se couvre d’une fine pellicule vitreuse, qui, n’étant pas complètement refroidie, forme une sorte de polochon souple, progressivement gonflé par la lave qui continue d’être émise. Sous la pression, la paroi figée va se fendre et laisser passer de la lave fluide, qui va à son tour subir le même phénomène.

croissance d'un pillow lavaLa forme extérieure des tubes est conditionnée par leur émission à travers les fissures du tube précédent, comme de la pâte dentifrice qui sort de son tube.

 

Croissance d'un pillow lava - doc. Le feu des abysses.


On aboutit ainsi à la formation d’empilements de boules de lave en forme de coussins de plusieurs mètres de taille, et sur une grande épaisseur.

 

Les chocs thermiques vont provoquer un écaillage de la gaine vitreuse et former sous la lave une semelle pyroclastique.

pillow_lavas.jpgLorsqu’une coulée se forme, les nouveaux oreillers sont émis au sommet de la pile et s’écoulent sur une certaine distance avant de se figer, processus qui tend à produire des buttes escarpées ou des billons, d’une épaisseur atteignant plus de 10 mètres.

L’écoulement de la lave sur une pente douce forme des tubes de lave. En cas de rupture de pente, la lave est drainée hors des tubes, suite à leur rupture ; de l’eau s’y infiltre, fige les surfaces chaudes et crée des cloisons horizontales dans le tube, tandis que la lave drainée forme des boules qui vont se détacher du tube et former des amas sur les replats.

 

Coupe d'un pillow-lava :

 

Coupe pillowtexte.png                           Doc. Le feu des abysses - par Roger Hékinian et Nicolas Binard

 

 

                         A voir et écouter ... mais à ne pas faire, à moins d'être super entrainé !!!

 

 La composition chimique des laves constituant les pillow-lavas dépend du contexte structural d’émission de celles-ci : zone d’accrétion, zone de subduction, ou milieu intraplaque.

En cas de formation d’une nouvelle croûte océanique, d’épaisses séquences de pillow –lavas sont émises au centre de diffusion, alimenté à partir de la chambre magmatique par des dykes.

Les pillow-lavas et le système de dykes associé fond parties d’une séquence classique d’ophiolite lorsqu’un segment de croûte océanique est obducté sur un segment de croûte continentale.

 

660px-Ofiolite_sequence_EN.svg-copie.png                                                   Séquence d'ophiolites - doc. Wikipedia

 

Principalement  composée de basalte, elles peuvent aussi être composées de Komatiite, picrite, boninite, andésite, ou dacite. La viscosité de la lave émise conditionne la taille des pillow.

 

Phénomène volcanique intéressant, mais peu accessible aux observateurs ... sauf dans les rares cas où on les retrouve dans des séries paléo-volcaniques. A examier dès demain !

 

Sources :

- NOAA Nemo explorer - Pillow lavas

- Volcanogeol - les laves en coussins - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Un bonus du film "Robin des volcans vient d'être rajouté sur You Tube et je ne résiste pas au plaisir de le partager !

 

affiche-Robin-des-volcans-copie.jpg                                       Affiche du film "Robin des Volcans"


On y voit Robin, en cours de tournage du film et de test de son appareil de mesure, en compagnie d'Alain Bernard, son professeur à l'Université Libre de Bruxelles, présent au lac du Kawah Ijen pour une tout autre raison : il s'agit pour lui et les étudiants qui l'accompagnent, de préparer le nouveau programme d'étude dans le cadre de sa coopération avec l'institut de surveillance indonésienne.


L'Ijen a été popularisé par Maurice Krafft, puis par Nicolas Hulot, et c'est un volcan où l'on rencontre beaucoup de français ... le français est d'ailleurs la seconde langue après le Bahasa à être parlée sur les pentes du volcan.

La présence de "touristes" est matinale et laissera à l'équipe de l'ULB le reste de la journée pour des mesures diverses.

 

Pour le plaisir des yeux donc et celui d'entendre notre ami Robin et son professeur...

 

 

 

 

Source :

You tube - bonus du film documentaire "Robin des Volcans" par Benjamin Morin et Pierre Quiqueré - 27.02.2012

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Une industrie touristique s’est construite autour de La Fortuna, ville-champignon au nom prédestiné et à l’activité florissante, née de l’éruption du volcan Arenal .

 

 

full-la-fortuna-volcano.jpg

                                 L'Arenal se trouve "dans le jardin" de La Fortuna

 

Arenal-Volcano-2008---Ovsicori.jpg                        Le sommet de l'Arenal, rarement dégagé - photo 2008 Ovsicori-Una


Après un sommeil de 500 ans, l’Arenal s’est brutalement réveillé le 29 juillet 1968 par une éruption qui a malheureusement tué 87 personnes et détruit les villages de Tabacon, Pueblo Nuevo et San Luis. Le lendemain, une coulée pyroclastique emportait huit autres personnes.

Les riverains, pour la plupart éleveurs de bétail ou producteurs de fromages, comprirent alors que l’Arenal n’était pas une haute colline, mais bien un volcan.

Pendant deux décennies, ils sont restés indifférents aux perspectives commerciales offertes par celui-ci … mais l’afflux de visiteurs leur a donné des idées, et ils ont commencé à construire des lodges sur leur propriété et à transformer leur hacienda en hôtels.

 

Dossier-30-3658-copie.jpg                         Les thermes de Tabacon - © Jean-Michel Mestdagh


En 1991, un architecte visionnaire s’est intéressé aux eaux chaudes de la rivière Tabacon, et a créé le Tabacon Grand Spa Resort. Les activités commerciales de La Fortuna en ont été stimulées, et de nombreux "ticos" ont ouvert des boutiques.

Depuis les nuits sans nuages sont devenues un ravissement pour nombres de volcanophiles ou amateurs de nature, qui guettent les éboulements incandescents ou les éventuelles coulées pyroclastiques.

 

Arenal-thorsten-Boeckel-IMG_5630_n.jpg              Arenal - activité nocturne - avec l'aimable autorisation de Thorsten Boeckel

 

Ces activités ont perduré … jusqu’en mai 2010, époque où l’Ovsicori, l’observatoire volcanologique costaricien, a enregistré la dernière avalanche incandescente. Depuis le 15 septembre 2010, il n'y a plus aucune alerte thermique satellite et l'éruption semble s'être tassée.

 

Arenal-24.05.2010.jpg

Changements de morphologie du sommet de l'Arenal causés par l'effondrement du dôme le 24.05.2010 - Photo Ovsicori-Una / E.Duarte / GVP

 

Depuis, certains se sont reconvertis en créant une entreprise de spéléologie, d’autres en organisant des excursions d’un jour au Nicaragua … mais 16  mois après la cessation d’activité du volcan, on n’a toujours pas enlevé les pancartes ventant les émissions de lave, et des guides-voyous essaient toujours de vendre « des lava tours » à des touristes.

 

Une nécessaire reconversion est possible car les centres d’intérêts ne manquent pas dans la région de l’Arenal ! Il faudra penser "Hot springs, rafting, ponts suspendus, observation de plantes et d’oiseaux, excursions dans le Guanacaste tout proche".

 

Arenal--2012--2-AVE.jpg         Autour de l'Arenal - pont suspendu et voyage dans la canopée - © Antony Van Eeten 2012

 

Arenal--2012---7-AVE.jpg

         Cassique de Montezuma - Psarocolius Montezuma - © Antony Van Eeten 2012

 

 

Arenal--2012---12-AVE.jpg              Grenouille aux yeux rouges - Agalychnis callidryas - © Antony Van Eeten 2012

 

Témoignage de Robin Campion, volcanologue belge à l'époque étudiant à l'U.L.B. - Extrait d'un "bonus" du film Robin des Volcans "  - intitulé Crash météo

 

"Après 15 jours passés à jouer à cache cache avec le soleil pour mesurer le panache du volcan Turrialba, notre séjour au Costa Rica touche à sa fin. Il ne nous reste que quelques heures avant les vols vers l'Europe et nous décidons de jouer notre va-tout pour voir de la lave, au volcan Arenal plus au nord...Nous étions à des années lumières d'imaginer d'ailleurs que ce que nous allions voir était parmi les derniers souffles de l'activité de l'Arénal, car quelques semaines plus tard, en octobre 2010, il toussait ses dernières scories. Il n'y a plus d'activité depuis !!!  "

 

 

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Arenal

- Ovsicori-Una  -  link

- Ticotimes - "Arenal : no lava, no cry"

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Geochimie-des-volcans-Faial--tectonique.jpg

Situation de l'archipel des Açores et de la micro-plaque des Açores - position de Sao Miguel sur le rift de Terceira - doc. Nunes & al 2006 in Geochemistry of volcanic rocks from the Faial island / A. Machado & al

 

L'archipel des Açores est particulièrement concerné par les éruptions durant la seconde période (1430-1455) du  Petit âge glaciaire.

 

Lagoa das Furnas, ilha de São Miguel, Arquipélago dos Aç    Açores - Sao Miguel - le Lagoa das Furnas, et en haut à gauche, le Pico das Furnas - doc. Iconotec


Le volcan Furnas situé à la pointe est de l’île de Sao Miguel aux Açores, contient deux caldeira, la plus jeune de 6 km. de large et une plus vieille, plus grande mais moins distincte dans la topographie locale.

L’activité volcanique post-caldeira  a été importante au cours des derniers 5000 ans ; au moins 11 couches de ponces trachytiques en témoignent, ainsi que le Pico do Gaspar, un dôme de lave trachytique localisé à l’Est du lac de cratère Lagoa das Furnas. Sa formation succède à plusieurs éruptions plinienne accompagnées de coulées pyroclastiques et de la formation de deux anneaux de ponces nichés ; elles ont été datées respectivement de 840 +/- 100 ans et de 1441. Cette dernière, ayant eu lieu durant le LIA, a émis 100 millions de m³ de tephra ; elle est classée de VEI 4.

 

Furnas - Pico do gaspar nested pumice rings - Rick wunderm

Açores - Sao Miguel - volcan Furnas : le dôme du Pico do Gaspar est ceinturé d'une ligne d'arbres (entre le lac et le sommet du dôme de lave) qui marque le bord de l'anneau de ponces. - photo Rick Wunderman / Smithsonian institute.

 

 

Toujours sur Sao Miguel, un second stratovolcan  illustre cette même période d’activité : le Sete Citades.

Sa caldeira sommitale, large de 5 km., contient deux lacs intracaldériques, et forme un des panorama favori de l’archipel Açorien.

 

Sete_cidades_twin_lakes---U.Sverdrug.JPG

Açores - Sao Miguel - la caldeira de Sete Cidades et ses lacs jumeaux : le lagoa verde (le lac vert) à l'avant-plan, et le lagoa Azul (le lac bleu), vus du bord sud de cette caldeira. - photo U.Sverdrug.

 

La caldeira, profonde de 500 m., s’est formée consécutivement à une éruption datée de 22.000 ans ; elle fut suivie d’au moins 22 éruptions post-caldeira, qui ont laissé entre autre un anneau de six cônes pyroclastiques datant de l’Holocène sur le plancher de la caldeira. Ces cônes ont été la source d’une douzaine de dépôts de ponces trachytiques , émis par leurs éruptions au cours des 5000 ans passés.

Au 15° siècle, selon les écrits entre 1439 et 1444, une éruption explosive se produit au niveau du lac de caldeira de Sete Cidades ; elle est de VEI 4 et produit 270 millions de m³ de téphra : un anneau de ponce de 600 m. de large, profond de 100 mètres, nommé Caldeira Seca, en résulte. Il est localisé côté sud-ouest du plancher de la caldeira.

 

Sete-Cidades---caldeira-Seca-pumice-ring---Rick-Wunderman.jpg

Açores - Sao Miguel - l'anneau de ponces Caldeira Seca (arboré) est localisé dans la parte SO de la caldeira du Sete Cidades - photo Rick Wunderman / Smithsonian institute.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Furnas

- Global Volcanism Program - Sete Cidades.

- Geochemistry of Volcanic Rocks from Faial Island (Azores) - by A. Machado & al. (Centre for Geophysics of the University of Coimbra) - Revista Electrónica de Ciências da Terra - Geosciences On-line Journal -
GEOTIC – Sociedade Geológica de Portugal

- Global volcanism Program - Large holocene eruptions - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Cette semaine, l'actualité volcanique révèle divers changements sur les volcans indonésiens :

Explosion au Lokon-Empung, changements de niveaux d'alerte aux Gunung Gallungung et Kawah Ijen.

 

Le niveau d'alerte du Galunggung a été relevé le 12 février à 2 - waspada en raison de modifications visibles au niveau du lac de cratère : depuis septembre 2011, la teinte du lac s'est modifiée passant au jaune puis au brun en début 2012. Une soudaine augmentation de température a été remarquée : de 27°C le 5 février, elle est passée à 40°C le 8 du même mois, et une activité fumerollienne légère est observée en certains points autour du lac. En parallèle, le pH est devenu plus basique, une valeur de 8 est notée en janvier.

 

galunggung--Travelling-tourism.jpg Galunggung - le lac de cratère, dans sa belle teinte verte originelle, et son cône de scories en 2008 - photo Travelling tourism


Le changement de niveau d'alerte est lié à une recommandation de rester à au moins 500 m. du bord du lac, en raison d'un risque possible d'éruption de type phréatique.

 

Par contre, le niveau du Kawah Ijen a été rabaissé de 3 à 2 , en raison d'une baisse générale de la sismicité et d'une diminution de la température du lac acide, qui est passé de 42°C le 20 janvier à 37°C le 2 février.

Le travail des mineurs et les visites sont à nouveau autorisées.

 

Sources : PVMBG - Activolcans - Global Volcanism Program

 

sommets du Lokon-Empung - VSILokon-Empung : Le cratère Tompaluan, situé dans l'ensellement entre les sommets du Lokon et de l'Empung, a été le siège d'explosion les 10 et 11 février, avec émissions de panaches de cendres respectivement à une altitude de 2.000 et 2.500 mètres au dessus du cratère. ( plus de 3.000 m. selon le VAAC Darwin) . Le suivi par satellite est impossible en raison de la couverture nuageuse.

 

Situation du cratère Tompaluan, occupé épisodiquement par un lac de cratère, dans l'ensellement entre le Lokon et l'Empung

Doc. VSI / in GVP.

 

Topaluan-crater---11-revue-blogspot.jpgLokon-Empung : le cratère Tompaluan occupé par un lac et présentant des matériaux incandescents en bordure de celui-ci, en juillet 2011 - photo 11reviews.blogspot.com. 

 

Sources : CNN et Antara news - Global Volcanism Program

 

Tableau partiel du PVMBG avec les niveau 3 - et niveau 2 (changements depuis début 2012) :

 

Nama Gunung Terhitung Tanggal
led_yellow Semeru 2 Februari 2012
led_yellowKarangetang 8 Agustus 2011
led_red Lokon 24 Juli 2011
led_yellow Galunggung 12 Februari 2012
led_yellow Ijen 8 Februari 2012
led_yellow Papandayan 31 Januari 2012
led_yellow Krakatau 26 Januari 2012
led_orange Ile Lewotolo 25 Januari 2012
led_orange Gamalama 24 Januari 2012
led_green Rokatenda 19 Januari 2012

 

Archipel des Salomons (au nord du Vanuatu) - Tinakula :

Une activité suggérée depuis le 13.02 sur cette ile-volcan à allure strombolienne est confirmée par la Nasa, avec une photo du 14.02  : un panache gazeux blanc assez dense est accompagné d'un autre plus léger et bleuté.

 

tinakula_ali_2012045.jpg 

NASA images by Jesse Allen and Robert Simmon (Earth Observatory), using EO-1 ALI data (top), and Jeff Schmaltz MODIS Rapid Response Team, NASA-GSFC (lower). Caption by Robert Simmon. - Instrument:  EO-1 - ALI / 14.02.2012

 

Iles Aléoutiennes - le dôme de lave sommital du Cleveland grossit et atteint un diamètre de 50 mètres, selon une observation par satellite du 10 février.

Entre les 8 et 14.02, aucune observation concernant des éventuelles émissions de cendres, ou élévation de températures, n'a été possible en raison des conditions d'ennuagement. Le Cleveland ne possède pas de "réseau sismique en temps réel". Le niveau d'alerte aviation est maintenu à orange.

 

Cleveland-dome-10.02.2012---AVO.jpgImage radar du Cleveland  par le détecteur Terra SAR-X (distortion topographique liée à la technique employée) - le diamètre du cratère: 200 m. , celui du dôme : 50 m. - photo Lu Zhong / 10.02.02012 / AVO - USGS.

 

Equateur - Reventador :

De l'activité est rapportée entre le 10 et le 13 février par l'IGEPN :

- le 10.02, des images satellites montre une anomalie thermique, et une observation d'un pilote d'avion rapporte un panache montant à 5.200 m.

- le 11.02, des émissions de vapeurs et de cendres dérivent vers le NO.

De l'incandescence est observée dans le cratère entre le 10 et le 13 février, et une coulée de lave est émise sur le flanc NE du cône intracaldérique, le 13.

 

Reventador-2005---Patricia-ramon.jpg     Reventador - caldeira et cône intracaldérique fumant - photo Patricia Ramon / IGEPN 2005

 

Sicile - Etna :

Après le second paroxysme des 8 - 9 février 2012, Le nouveau cratère sud-est a été le siège le 16.02 dès l'aube, de petites explosions se produisant avec un intervalle de quelques minutes, et d'émissions faibles de cendres s'élevant à quelques dizaines de mètres au dessus du cratère. L'établissement d'une chronologie des émissions n'a pas été rendu possible à cause d'une couverture nuageuse intermittente de la zone sommitale.

Quelques belles photos ont été prises à l'aube par Marco di Marco / Etna Walk.

Les explosions de cendres étaient toujours visibles en après-midi.


16.02.2012---etna.jpg

                                           Webcam Radiostudio7 16.02.2012 - 17h26

 

Iles Canaries - El Hierro : article détaillé demain

 

Pour les autres éruptions en cours :

L'activité se maintient au Nyamuragira, Nabro, Sakura-jima, Cordon-Caulle et trois volcans du Kamchatka : le Karymsky, le Kizimen et le Shiveluch.


Au Kilauea, l'activité générale se maintient à un niveau élevé. Le 15.02, le niveau du lac de lave sommital a commencé à baisser. Au cratère du Pu'u O'o, de l'incandescence est visible au niveau d'un cône effondré côté NE et d'un petit cône côté SE. du cratère. Les coulées de surface au sud-est du Pu'u O'o sont visibles depuis la plaine costale, qu'elles n'atteignent pas.

Les émissions gazeuses restent importantes. (HVO)

 

Sources générales : Global Volcanism Program et Activolcans.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

amia_versest5.jpeg

                       Toscane - le complexe volcanique Amiata  -  photo MonteAmiata.com

 

Le complexe volcanique acide Amiata couvre  85 km²; il est situé au sud de la Toscane, à 20 km au nord-ouest du lac Bolsena.

 

Monte-Amiata---Space-shuttle.jpgAmiata lava-dome complex (just right of the center of this image), is located about 20 km NW of Lake Bolsena (left-center) in the southern Tuscany region of Italy. Viscous lava flows can be seen descending the flanks of the complex in this NASA Space Shuttle image (with north to the lower right). The largest of the domes is 1738-m-high Monte Amiata (La Vetta). NASA Space Station image ISS008-E-7007, 2003

 

Ce volcan fissural mixte s'est mis en place au cours du quaternaire, le long de l'arc pré-Apennin toscan, sur un bombement volcano-tectonique disloqué en compartiments et recouvert d'ignimbrites et de rhéo-ignimbrites (ignimbrites dont la texture a été modifiée par fluage après dépôt).

Ce bombement a été provoqué par l'intrusion d'une apophyse de chambre magmatique acide (trachyte et dacite)

En sus des couvertures ignimbritiques étendues, épaisses en moyenne de 200 mètres, et couvrant 55 km², huit dômes trachydacitiques, et les coulées de lave associées, se sont mis en place le long de fissures de direction SO-NE et NNO-SSE.

 

Dossier-30-0586.jpgCarte volcanologique du Monte Amiata - d'après Ferrari & al. 1996 / Volcans d'Europe - Krafft & de Larouzière.

Dossier-30-0586---2-copie.jpg1. ignimbrites et rhéo-ignimbrites basales - 2. idem unité supérieure - 3. dômes et coulées rhyolitiques stade I - 4. dômes et coulées stade II - 5. dômes et coulées terminales - 6. coulées de latite à olivine - 7. niveaux volcano-détritiques - 8. failles - 9. zone effondrée - 10. faille supposée - 11. direction de coulée - 12. mine de cinabre.


 

Monte-Amiata--2---ph.Zyance.jpg                                                 Le Monte Amiata - photo Zyance


Le plus grand dôme est le Monte Amiata, culminant à 1.738 m. ; une coulée de trachyte associée s'étend vers l'est.

Une coulée massive de trachydacite occupe 5 km sur 4, depuis la base sud du dôme Corno de Bellaria.

 

L'activité majeure du complexe Amiata est datée de 300.000 ans; par contre aucune activité éruptive n'a été répertoriée à l'Holocène.


Un champ géothermique est situé au sud-ouest du complexe de dômes, près de la ville de Bagnore. La vapeur y a une température de 140°C et une pression de fermeture de 6 atmosphères.

A Piacastagnaio, la température de vapeur est de 160°C pour une pression de 20 atmosphères.

Comme pour Larderello, la présence d'une intrusion magmatique , d'un fort gradient géothermique ( 10°C par 100 mètres en moyenne, allant jusqu'à 50°C par 100 mètres aux environs de Bagnore et Piancastagnaio) et d'une couverture imperméable, sont constatés.

La zone d'exploitation de Larderello / Monte Amiata constitue le plus grand ensemble géothermique au monde.

 

Le complexe volcanique était entouré de nombreux lacs, où pullulaient des diatomées friandes d'eau siliceuses, et qui ont formé de grands dépôts de diatomites.

Ces étendues étaient aussi riches en algues Crenotryx, qui ont donné par accumulation l'ocre jaune de la région, plus connu sous le nom de "Terre de Sienne.

 

Bagni San Filippo est situé en bordure du champ géothermique de Monte Amiata. Les eaux d'une petite source chaude contiennent de grande quantité de calcium et de dioxyde de carbone responsables de la formation de superbes dépôts de travertin, qui ne sont pas sans rappeler les paysages de Mammoth hot springs au Yellowstone, ou de Pammukale en Turquie.

 

bagni_san_filippo---Balema-bianca---SOL.jpgDépôts de travertin, surnommé la "Balena bianca" à Bagni San Filippo - avec l'aimable autorisation de Marco Fulle / lien vers d'autres photos sur Stromboli on line.

( l'échelle est donnée par les personnages sous les traces vertes dues aux cyanobactéries)

 

Des phénomènes éruptifs pneumatolytiques (*) et hydrothermaux ont entraîné la formation de pyrite (FeS2 - sulfure de fer) et de cinabre (HgS - sulfure de mercure).

(*) : Se dit de gîtes minéraux périgranitiques dont on pense qu'ils résultent de dépôts dans des fractures à partir de vapeurs (de pneuma, souffle), lors de la phase finale de cristallisation d'un magma.


Le cinabre a été activement exploité au sein du massif, entre autre à Abbadia San Salvatore par la "Società delle Miniere de Mercurio du Monte Amiata".

L'exploitation d'Abbadia date de 1846, mais les Etrusques extrayaient déjà le cinabre plusieurs millénaires avant JC.

Zinnober - HgS - Staatliches museum für naturkunde KarlsruLe cinabre est connu et utilisé depuis la plus haute antiquité comme pigment et en médecine (Pline l'ancien en parle dans son Histoire naturelle, où il le déconseille et le considère comme un poison) 

Il a également été utilisé au 19°siècle, pour le traitement de la syphilis, et on le prescrivait encore récemment sous forme de pommade dans le traitement de maladies cutanées. 

Il est connu en homéopathie sous le nom latin de Cinnabaris.

 

Ancien récipient pharmaceutique en verre contenant du cinabre - photo Staatliches Museum für Naturkunde / Karlsruhe / H. Zell.


En 1929, l'extraction du mercure a atteint 2.000 tonnes, soit 36% de la production mondiale.

D'autres mines sont situées à Castell'Azzara et Piancastagnaio.

 

Parco-nazionale-museo-delle-miniere-dell-Amiata.jpg                                Mine de cinabre - photo Museo delle miniere del Monte Amiata.

Geologia1_img.jpg                                                              Exploitation du cinabre - photo d'archives / Monte Amiata.

Le cinabre se présente en fines imprégnations, ou plus rarement en nodules et cristaux au sein d'une masse chaotique de calcaires et argiles du tertiaire, recouverts de produits volcaniques du Monte Amiata.

 

-Cinnabar_on_Dolomite---JJ-Harrisson.jpg                          Cinabre sur dolomite - photo J.J. Harrisson

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Amiata

- Museo delle miniere di mercurio de Monte Amiata - link

  - Storia delle miniere dell'Amiata  - link

- Geowiki - formation et gisements de minéraux - pneumatolyse - link

- vidéo sur les mines de cinabre 

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog