Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Glass Creek dome :

 

glass-creek-dome.jpg Vue de Glass Creek dome depuis la higway 395 ; à gauche, les sommets de la Sierra Nevada - photo field trip USGS.

 

La partie nord de Glass Creek dome offre un bon exemple de mélange de magmas.

Tous les magmas sont des rhyolites, à haute teneur en silice, mais  ils proviennent de régions de stockage différentes et ont des caractéristiques physiques différentes, ce qui permet de les distinguer.

L'un est une obsidienne noire, pauvre en cristaux, et l'autre une ponce gris-clair, riche en cristaux.

La zone où les magmas se sont mélangés ressemble à un gâteau de marbre, où l'obsidienne aurait couler autour de la ponce. Les structures de coulées enregistre le mélange entre une ponce visqueuse et une obsidienne relativement fluide, moins visqueuse.

 

glasscreek-rock-mixing---USGS.jpg                Gros bloc de Glass Creek montrant le mélange de magmas - photo field trip USGS


L'analyse des magmas révèle qu'ils ont été stockés dans des endroits différents; L'obsidienne plus fluide semble provenir du même endroit de stockage qui a nourri l'éruption d'Obsidian dome; tandis que la ponce plus cristalline semble provenir du même réservoir que celui dont est issu l'éruption de Deer Mountain, il y a 115.000 ans.

De nombreuses roches montrent un mixage, seulement visible par une analyse de la composition en phénocristaux ... les magmas de Glass Creek, mixés lors de l'éruption, n'ont pas pu s'homogénéiser avec le nouveau magma.

 

InyoDomes_map.gif                                      Situation des domes de l'Inyo crater chain - doc. USGS

 

Wilson butte :

 

Wilson-butte---inyo---Jack-Nichols.jpg            Wilson butte, en bordure de la highway 395 - la jeep donne l'échelle - photo Jack Nichols.

 

Wilson butte est situé à l'extrême nord de la chaîne Inyo.

Son éruption est datée entre il y a 1350 et 1200 ans, et fait suite à une période d'éruptions explosives qui ont engendré des coulées et des surges pyroclastiques et des colonnes éruptives verticales.

En dépit de cette suite, les côtés à forte pente du dôme rhyolitique de Wilson aurait pu s'effondrer pour former des coulées et surges pyroclastiques de petite taille s'étendant sur 5 km. autour de la coulée; durant ces collapsus, et lorsque les gaz sont relâchés du dessus de la coulée, de petits panaches peuvent atteindre quelques centaines de mètres de hauteur.

 

Quel avenir éruptif pour la région ?

 

On peut penser que les futures éruptions marquant la région de Long Valley - Mono-Inyo craters ressembleront en type et taille à celles qui l'ont marqué par le passé.


Inyo 8000 ans

 

 

lv-eruptions500

 

 

Les éruptions et leur type au cours des derniers 7.000 ans - doc. USGS

 

 

Deux types importants d'éruption se sont produits au cours des derniers 50.000 ans :

- des éruptions explosives de laves rhyolitiques à rhyodacitiques, comme celles des dômes Inyo, produisant retombées de cendres, coulées et surges pyroclastiques de dimension variable - et des éruption de dôme de laves et des coulées.

- des éruptions effusives basaltiques, comme celle des Red cones, produisant des coulées de lave et des cônes de cendres.

Il est possible que les deux types d'éruptions soient précédés d'éruptions phréatiques (steam blast) selon la position de l'évent par rapport à l'aquifère.

Les données des siècles passés suggèrent une probabilité plus élevée d'éruptions explosives.

 

Les effets de futures éruptions vont donc dépendre de la composition et des volumes de magma éruptés, ainsi que de la localisation des évents. La surveillance sismique et l'étude des déformations du sol peuvent renseigner sur la position approximative de l'évent, mais le monitoring ne permet pas de connaître les paramètres de volume et composition du magma.

 

Obsidienne et Païutes :

 

La région a été occupée par l'homme depuis des siècles et les richesses naturelles exploitées : l'obsidienne a servi aux tribus aux Mono Païutes pour la confection de leurs outils tranchants et leurs pointes de flèches.


Parmi le peuple d'indiens Païutes, on distingue trois groupes relativement proches : les Païutes du nord (Californie, Idaho, Nevada, Oregon) , les Mono Païutes ou Païutes de l'Owens valley (Californie, Nevada) et les Paiutes du sud (sud Californie, arizona, Utah)

YosemitePaiutewomenandchildren.jpgLes Païutes de l'Owens Valley parlaient le langage "Mono", une division de la branche numique des langues uto-aztèques.

Ils se désignent eux-mêmes comme Numa, le peuple ou comme Nün‘wa Paya Hup Ca’a‘ Otuu’mu, signifiant "les enfants du coyote vivant dans le caniveau (le fossé)" - "Coyotes children living in the water ditch".

 

Famille Païute du Yosemite -archives Yosemite N.P.


Leur mode de vie était adapté au milieu désertique : chaque clan ou tribu occupait un territoire spécifique, généralement situé autour d'un lac ou d'un marais qui leur fournissaient de l'eau et du poisson. Ils chassaient également le pronghorn et le lapin, ramassaient des pignons, des racines et des graines dans les montagnes environnantes.

 

On retrouve de nombreux pétroglyphes dans les environs de Bishop.


Chidago-petroglyphes---north-of-Bishop---Eugenecarsey.jpg                Les pétroglyphes indiens de Chidago canyon , au nord de Bishop - photo eugene Carsey.

 

Dans les années 90, il restait environ 2.500 Païutes de l'Owens valley vivant dans des réserves.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Inyo craters

- USGS - Response plan for volcano hazards in the Long Valley caldera and Mono craters region, California - link

- Bishop and the Owens Valley

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Les Inyo craters forment une chaîne de dômes de lave, de coulées et de cratères d'explosion longue de 12 km., alignés le long de la frontière est de la Sierra Nevada.

La chaîne Inyo comprend  : Deer mountain, et les Inyo craters, North et South, Deadman Creek domes, Glass Creek dome, Obsidian dome et Wilson Butte.

 

Il existe trois étymologies possibles pour le terme Inyo. Dans les années 1850, aucun nom n'apparaît au-dessus de la chaîne de montagnes à l'est du lac Owens sur des cartes représentant la région.

Selon la première hypothèse (Chalfant), en avril 1860, vingt hommes menés par le colonel H.P. Russ et le Dr S.G. George organisent le Russ Mining District. Lorsqu'ils s'enquièrent du nom de la chaîne de montagne auprès des Indiens, leur leader Chief George leur aurait répondu « Inyo », qui pourrait se traduire par « résidence d'un grand esprit ».

Selon la deuxième hypothèse, défendue par le linguiste Madison S. Beeler, Inyo dériverait de l'Espagnol indio, « indien ».

Selon la troisième hypothèse, la plus récente, inyo serait une forme grammaticale répandue en langues numiques et ïnï-yun signifierait en panamint « dangereux, effrayant »... je penche pour cette dernière explication !

 

Inyo-craters.jpg

                                                  La chaîne Inyo craters - photo Nasa 2000

 

Les Inyo craters chevauchent la rive nord-ouest de la caldeira de Long Valley et s'étendent sur son plancher ... bien que faisant partie, chimiquement et magmatiquement, d'un système volcanique différent.

Les Inyo craters sont trois cratères d'explosions phréatiques, alignés N-S. et positionnés sur le sommet et le flanc sud de Deer Mountain.

Deer Mountain est un ancien dôme de rhyolite, âgé de 115.000 ans, résultant d'une éruption au départ du magma résiduel de La caldeira Long Valley.

Les Inyo craters ont été formés au milieu du 14° siècle, peu après l'éruption de Deadman Creek, Obsidian et Glass Creek domes, en 1350.

Les trois cratères ont été formé à peu près en même temps, en quelques heures ou quelques jours ... en commençant par celui situé le plus au nord.

Le cratère situé sur le sommet de Deer Mountain, et souvent appelé à tord cratère sommital, est petit, irrégulier , ouvert côté sud et sec.

Les deux cratères plus au sud, appelé North et South crater, sont situés Dike_explosion.gifen zone boisée et contiennent tous deux un lac; leurs dimensions sont semblables : diamètre 200 mètres et profondeur 30 à 60 mètres.

Le sol entourant les cratères est parcouru de nombreuses failles et fissures, orientées vers le nord, et conséquences du soulèvement et de l'expansion du sol au dessus d'un dyke. La rencontre entre la magma intrusif et l'aquifère a généré de violentes explosions phréatiques qui ont creuvé le manteau andésitique . De façon surprenante, aucun magma rhyolitique juvénile n'a atteint la surface au cours des éruptions (ils ne sont pas couverts par un dôme). 

 

InyoFissures2.gif                          Les cratères Inyo et les fissures et failles qui les entourent - doc. USGS

 

Inyo_craters---USGS.jpg                                       Inyo craters lake et Deer Mountain - photo USGS

 

Inyo---B-R-Eastern-sierra.jpg                                                   Inyo craters - photo B&R Eastern sierra

 

Obsidian dome, Glaas Creek dome et Deadman Creek dome sont entrés tous les trois en éruption en l'an 1350 (fixé par datation dendrochronologique). Les évents responsables de ces éruptions sont alignés nord-sud, le magma nourricier étant apporté en surface par un dyke.

La phase initiale de l'activité a été d'ordre phréatique, suivie d'une phase d'éruptions pyroclastiques, ce qui nécessite comme moteur, une quantité significative de gaz propulseur; la phase finale, avec la baisse de niveau de ces gaz, fut l'extrusion d'un dôme et sa croissance.

Le dyke nourricier coupe la frontière de la caldeira de Long Valley : c'est ainsi que l'éruption d'Obsidian dome s'est passée hors caldeira, celle de Glass Creek dome juste au nord de la paroi de la caldeira et celle de Deadman Creek dome à l'intérieur des contours de la caldeira. De plus, les deux derniers dômes contiennent une part de magma résiduel de la caldeira de Long Valley, tandis qu'Obsidian dome n'en contient pas.

 

obsidiandome-from-gcd.jpg

Obsidian dome (vu de Gloss Creek dome) - remarquez la zone de "squeeze-up" plus foncée - doc. USGS


A Obsidian dome, on remarque près du sommet des obsidiennes de couleur différente. L'obsidienne plus foncée a cependant la même composition que l'obsidienne plus claire, mais contient plus de vésicules (de bulles).

Ceci est communément rattaché à un phénomène dit de "squeeze-up", au cours duquel le magma riche en gaz de l'intérieur de la coulée est forcé  à rejoindre la surface; lorsque le matériel arrive en surface, l'expansion des gaz forme des bulles dans l'obsidienne en refroidissement ... ce qui en fait un matériel de moindre qualité pour la confection de pointes de flèches, mais un excellent exemple de "flow banding".

Le Flow banding peut se définir comme des bandes ou des couches visibles à l'oeil nu dans des roches volcaniques , qui diffèrent au niveau composition, texture, ou caractéristiques géochimiques.

 

Inyo---obsidian-dome-squeezeup---USGS-copie-1.jpg

Une géologue de l'USGS, Miss Venezky, examine de l'obsidienne hautement vésiculée dans la zone de "squeeze-up" à Obsidian dome. - doc. USGS

 

Flow-banded-obsidienne---Obsidian-dome---ph.chaotically-flo.jpg

Gros-plan sur de l'obsidienne d'Obsidian dome - sur cet échantillon centimétrique (voir taille de l'agrafe) , le phénomène de "flow banding" est accentué par l'altération superficielle par les oxydes de fer - photo chaotically flow / Cole Kingsbury.

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - 

- USGS / Long Valley Observatory - Long Valley caldera  Field guide

- AGU Blogosphère / "Magma cum Laude" : flow banding and rheomorphic deformation - by Jessica Ball

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Deux sites géologiques à voir à proximité de Mammoth Mountain : Devil's Postpile et Rainbow fall.

 

Devil's Postpile National Monument :

 

Ce site faisait initialement partie du parc national du Yosemite; il fut devils_multi.jpg"retiré" suite à la découverte d'or à proximité des Mammoth lakes pour être qualifié de National Monument en 1911 par le président William H.Taft, et suite à une intervention musclée de Californiens influents qui se sont insurgés contre un projet de centrale hydroélectrique qui aurait détruit la falaise. Le centenaire du Monument est fêté cette année.


Affiche du Centenaire du Devils Postpile National Monument 1911 - 2011.


Cette colline formée de colonnes basaltiques fut créée lorsqu'un flot de lave à commencé à remplir la Reds meadows valley, entre 80 et 100.000 ans; cette lave très chaude et visqueuse a descendu le cours de la rivière San Joaquin jusqu'à être bloqué par une moraine glaciaire, barrage naturel. Elle a alors formé un lac de lave de profondeur (d'épaisseur) supérieure à une simple coulée; la vallée glaciaire fut remplie de bord à bord sur une distance de 3 miles, depuis le sud de Pumice Flat jusqu'à Devil's Postpile, où la coulée avait une épaisseur de plus de 120 mètres.

 

Devil-s-postpile---NPS18.jpgLa forme hexagonale est la forme idéale pour la formation de colonnades dans la basalte - Un refroidissement homogène génère des rétrécissements et des tensions égales dans toutes les directions (flèches blanches) ; on peut voir qu'en comparaison avec des cercles ou des octogones, l'agencement des hexagones est parfait et sans espaces interstitiels. - doc. NPS 2009 / Lillie.


Un refroidissement lent a permis la longueur et la symétrie optimales des structures : largeur 60 cm. à 1,10 mètre - longueur jusqu'à 18 mètres - régularité des colonnes : 44,5% sont des hexagones, 37,5% des pentagones, révélés après érosion glaciaire.

Devil-s-postpile-NPS.JPG Devil's Postpile - une érosion post-glaciaire de 10.000 ans a provoqué un empilement de blocs au pied de la falaise.  - photo NPS

view_top_post.jpg                            Devil's Postpile - la face érodée des prismes basaltiques -  doc. NPS
        La surface légèrement striée est due à l'érosion glaciaire qui s'est terminée il y a 15.000 ans

 

Top_of_Devils_Postpile2-1200px.jpg

 

 

Devils-Post-Pile-Front-Side---Milano-s-inn.jpg

                                 Le front de la coulée prismée - photo Milano'Inn

                       Les colonnades courbes résultent de refroidissement non homogène.

 

Devils_Postpile_column_on_side--Maveric-149.jpg

                               Un beau tronçon hexagonal - photo Daniel Mayer /Maveric149

 

Les séismes très forts de 1980 - M6 - ont complété l'oeuvre destructrice des périodes de gel-dégel pour changer la physionomie de ces colonnades basaltiques.

 

 

Les sources chaudes ou alcalines:

 

Iron-soda-spring.JPG                                        Devil's Postpile - Iron soda spring - Doc. NPS

 

La présence de fer dans un milieu acide donne une couleur rouille, durant l'été, aux eaux de Soda Springs.

Une source chaude, un peu avant Reds Meadow un peu plus à l'est, atteste que l'activité volcanique continue.

 

Rainbow falls :

 

Après la fonte du dernier glacier, la branche centrale de la San Joaquin river a coulé depuis Devil's Postpile dans un chenal situé à 450 m. de l'actuelle position coupant les coulées rhyodacitiques pour tomber sur du granite.

L'érosion des eaux s'est faite de façon non uniforme, attaquant plus la base rocheuse plus tendre et creusant une cavité, une grotte. La falaise a donc reculé de 150 mètres ou plus en amont de l'emplacement actuel de Rainbow Falls.

 

800px-Rainbow_fall_at_Devils_Postpile_National_Monument.jpg                           Rainbow Falls at Devil's Postpile National Monument - photo NPS

                        La chute qui tombe de 33 mètres a creusé une "alcove" dans la paroi.

 

Les différentes sortes de roches des structures envisagées ici :


Devil-s-postpile---NPS12-bis.jpg

 

Sources :

- USGS - geology of the national park - geology of Devils Postpile

- Devil's Postpile National Monument - geologic resources inventory reports - NPS - 2009 - link

- USGS - Devils Postpile National Park - geologic story

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Mammoth-Mountain---R.Brantley-USGS.jpg

                                                  Mammoth mountain - photo R. Brantley / USGS

 

  Mammoth mountain est un stratovolcan composite formé de douze dômes de rhyodacite et latite de quartz, extrudés le long du bord sud-ouest de la caldeira de Long Valley, entre 111.000 et 57.000 ans (Hildreth 2004).

Ce centre éruptif, d'une élévation de 3.369 mètres, s'est développé dans un stade tardif du cycle évolutif du "complexe Long Valley caldera".

 

TreekillLe site de Mammoth mt. , situé en bordure de la caldeira de Long Valley, avec la position des sources chaudes, ou froides, chargées en CO2, et des aires où l'on trouve des arbres morts (en jaune) - doc. USGS

 

L'activité récente :

 

Elle a été marquée par un essaim de forts séismes en mai 1980;  cet essaim incluait quatre séismes de magnitude 6 touchant la partie sud de la caldeira de Long Valley, associés à un soulèvement du dôme de 25 cm. Ces évènements instaure une période de troubles qui continue encore aujourd'hui, caractérisée par des essaim récurrents de séismes et de l'inflation du dôme, ainsi que des modifications au niveau des sources thermales et des émissions gazeuses.


seismes-entre-1989-et-2000.png

Historique des séismes profond (10-25 km.) de longue période sous Mammoth mountain, entre 1989 et 2000.

Les barres verticales montrent le nombre de séismes par semaine - la courbe montre le nombre cumulé de séismes -  doc. USGS / in GVP.

 

A la suite de quoi, une route échappatoire fut créée ; son premier nom, "Mammoth escape route" fut changé par la suite en "Mammoth scenic Loop" , suite à des pressions exercées par les propriétaires terriens et le business touristique.

En 1982, l'USGS a intensifié son programme de monitoring du volcan et les études géologiques : un contrôle actif des indicateurs d'une future éruption, tels que sismicité, déformations, et variation de nature et de ratio d'émissions des gaz, est fait en permanence. Des rapports journaliers sont émis par le L.V.O. : http://volcanoes.usgs.gov/lvo/

 

Les arbres morts de Horseshoe lake :

 

De mai à novembre 1989, un essaim de petits séismes a frappé la zone de dangersign-CO2.jpgMammoth mountain. Les études de l'USGS suggèrent l'intrusion d'un petit corps de magma sous la montagne. En 1990, les rangers de l'U.S. Forest Service renseignent des zones d'arbres morts; des plaintes concernant des nausées rapportées par les assistants de terrain, et la mort frôlée par un ranger qui a pénétré dans une cabane couverte de neige près de Horseshoe lake font craindre un sérieux problème.  

Depuis des panneaux d'avertissement ont été installés ... c'est une zone de sports d'hiver fort fréquentée !

Photo USGS.

 

Mammoth-mountain-dead-trees-by-CO2-saturated-soil---the-ton.jpgMammoth mountain  - arbres morts à cause d'une overdose racinaire de CO2 - photo "the tonal landscape".

 

 

CO2

Modèle proposé par L'USGS pour le relargage des gaz suivent les séismes de 1989 -  les séismes auraient ouvert des failles permettant une intrusion magmatique qui a brisé la couche de couverture imperméable et permit aux gaz d'atteindre la surface en suivant les failles. - Doc. USGS

 


co2flux.gifLa cause de la mort des arbres est attribuée à la mort des racines suite à des concentrations trop élevées de dioxyde de carbone dans le sol. Des études de concentrations en CO2 exprimées en grammes/ jour/ par m² ont été conduites par l'USGS et révèlent un taux moyen de 25 g/jour/m², avec des pointes plus hautes e.a. au camping de Horseshoe lake, allant jusqu'à 7.000 g/jour !

 

Concentration en dioxyde de carbone dans une zone proche de Horseshoe lake / Mammoth mountain - From Sorey, M. L., 1999.

 

horseshoe-lake-parking.jpg

           Horseshoe lake parking ... entouré d'arbres morts !  Là, des précautions s'imposent !!!

 

Des mesures récentes des ratios d'isotopes de l'hélium dans les émissions de CO2 effectuées dans une fumerolle sur le flanc de Mammoth mountain ont confirmé une origine magmatique du dioxyde de carbone. 

 

Une faille ou une fissure intrigue les promeneurs et les skieurs qui fréquentent Mammoth mountain : "the earthquake fault". Son origine est toujours débattue; elle est orientée N-S comme la plupart des failles de la zone et pourrait constituer l'extension sud de la faille Hartley springs ... ou encore se rattacher à une légende indienne qui parle d'un séisme important qui secoua la région, il y a deux cents ans, pour causer ce qui est à l'évidence une faille sismique. Quoi qu'il en soit, la faille a été "réactivée" au cours du séisme de 1980 et le chemin qui descendait dans la faille fermé.

 

Mammoth-mountain---eartquake-fault.jpgThe earthquake fault - Mammoth mountain area - 3 m. de large et 18 m. de profondeur à cet endroit - doc. CSU Pomona.

 

Les cinder cones :

 

De nombreux cônes de cendres ponctuent le plancher de la caldeira et ses remparts.

Les plus récents incluent les Red cones, à 5 km. au sud de Mammoth mountain; leur naissance est estimé à 6.960 avant JC. Les autres cônes sont d'âge échelonné entre 228.000 et 64.000 ans.

 

Red-cone---near-horseshoe-lake--D.Wieprecht-USGS.jpg

Petit cinder cone situé au sommet de Council Crest, près de Horseshoe lake; son éruption est datée entre il y a 126.000 et 64.000 ans  -photo D.E.Wieprecht / USGS

 

Mammoth-Mountain---Red-cones--Lee-Siebert-.jpg

Un des "Red cones" -   les Red cones sont ébréchés de même façon ; les scories basaltiques oxydés des cônes sont recouvertes à la base par des ponces claires provenant de l'éruption des Inyo craters, il y a 650 ans. - photo Lee Siebert / Smithsonian Institution.

 

Des cratères phréatiques, témoins d'éruptions explosives récentes, il y a 700 ans, sont situés à la base nord de Mammoth Mountain.

 

Mammoth-mt---cratere-phreatique.jpgUn des cratères phréatiques, partiellement rempli d'eau, sur les bas-flancs nord de Mammoth Mountain - photo Lee Siebert / Smithsonian Institution

 

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Long Valley

- Global Volcanism Program - Mammoth Mountain

- USGS -Long Valley Observatory - LVO

- A field trip to Owens mountain and Mammoth lakes - 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Après ces méga-éruptions, passons à quelques éruptions de VEI 7 ...

 

L'activité volcanique et sismique a formé, au cours des quatre millions d'années passées, le paysage particulier de la Sierra Nevada, au voisinage de la caldeira de Long valley et du Mono-Inyo basin.

 

SierraEscarpment---Owens-mountains-depuis-Inyo-mount.---G.T.jpg     Les escarpements de la Sierra - Owens valley vu depuis les Inyo Mountains - photo G.Thomas


Débutant il y a trois millions d'années, l'activité du système de failles Sierra Nevada-White Mountains a produit le relief de la partie est de la Sierra Nevada et des escarpements des White Mountains, qui bordent de part et d'autre le site de Long Valley.


LVMap---USGSS.gifSituation de la caldeira de Long Valley et des autres structures volcaniques proches - extension du Bishop tuffau nord et au sud-est de la caldeira - carte USGS.

 

Deux systèmes magmatiques différents, mais reliés, ont dominé l'évolution volcanique de la région; la composition des laves produites par les deux systèmes ont évolué de pareille façon, depuis des éruptions de type basaltique vers des éruptions à prédominance rhyolitique.


Le système magmatique le plus ancien est centré sur la caldeira de Long Valley et couvre 4.000 km². Ce système a produit des éruptions de laves basaltiques et andésitiques entre 3,8 et 2,8 Ma, largement dispersées sur la région Long valley-Mono basin.

L'activité tectonique marquant les failles de la Sierra Nevada a décalé certains flots de lave hâtifs de plus de 1.000 mètres, laissant un côté sur la crête de la Sierra et l'autre en bas dans la vallée.

L'activité volcanique s'est ensuite concentrée dans la caldeira de Long Valley, où des éruptions de rhyodacite se sont produites entre 3,1 et 2,5 Ma ; elles furent suivies d'éruptions de rhyolite entre 2,1 et 0,8 Ma.

 

Pour visualiser la puissance de ce volcan par rapport au paysage qui le surmonte, verdoyant et buccolique, une image 3D de Jack Nichols est plus parlante que d'autres graphiques ...

 

LV---Jack-Nichols-USGS-Landsat.jpgImage de synthèse 3D de la zone de Long valley - Mono basin - établie sur base de Lightwave 3D, USGS DEM data et une image Landsat - échelle non respectée - Courtesy of Jack Nichols. http://www.psychobabyl.com/


 

Long_Valley_x_section.jpg                         Coupe du sous-sol de la caldeira de Long Valley - doc. USGS 1999.

 

CalderaRelief_large---thetonlandscape.gifLes limites de la caldeira entre Glass mountain au nord-est et Mammoth Mountain au sud-ouest  - carte USGS.


 

La caldeira de Long Valley s'est formée il y a 760.000 ans, suite aux éruptions de Glass Mountain, alimentées par une grande chambre magmatique peu profonde. Ces éruptions ont culminé avec l'émission de 600 km³ de rhyolite , et le dépôt du Bishop tuff et l'effondrement simultané du toit de la chambre magmatique, laissant une dépression ovale de 17 km. sur 32 km. , la caldeira de Long valley.


 

 

Journal-of-Petrology.jpeg

                            Situation du Bishop Tuff( en gris foncé : les zones exposées)

Le sous-bassement pré-quaternaire est en gris clair - La caldeira de Long Valley : grosse ligne en pointillé; RD : dôme résurgent - GM : Glass mountain pré-caldeira.  - Doc. Journal of Petrology réf. en "Sources"


 

Bishop_tuff---Roy-Bailey-USGS-copie-copie-1.jpg

                Le Bishop tuff est exposé dans Chalfant valley, à 25 km. de la caldeira.

Deux unités principales sont visibles : la couche inférieure de 5 m. d'épaisseur correspond à des reombées de ponces; la couche supérieure, épaisse de 5-6 m., constitue la partie basale du surge pyroclastique. Les fines lignes noires entre les deux unités sont colorées par des oxydes de manganèse.

 

BishopTuff---owens-river-gorge-L-latter-stage---pumice---R-.jpg

Fragments de Bishop tuff provenant de l'Owen river gorge : à gauche, datant des derniers moments de l'éruption, au sommet des dépôts : tuff gris, contenant des morceaux ovales de ponce - à droite, datant des premiers stades de l'éruption, et situés au fond des dépôts : tuff foncé, contenant des "fiammes" (morceaux ovales ou lenticulairesde ponces), avec une teneur élevée en phénocristaux - photo Qfl247 / Matt Affolter.

 

Bishop-tuff---Curved-columnar-joints---R.V.Fisher.jpg

Des colonnades incurvées dans le Bishop tuff - situées sud-ouest de l'Owens river gorge. Larges de 1 à 3 mètres, elles se rejoignent en un point pour former une "rosette" de fumerolles fossiles ... leur bouche est proche de la rivière Owens, suggérant une formation résultante  de la vaporisation de l'antique rivière au contact de la coulée chaude - photo R.V.Fisher / Santa Barbara University.

 

Peu après, un dôme de résurgence s'est mis en place dans la partie centrale de la caldeira; cette activité fut suivie d'extrusions de rhyolite,  riche en cristaux, à 200.000 ans d'intervalle (il y a 500.000, 300.000 et 100.000 ans) en une succession d'endroits autour du dôme de résurgence, et suivant le sens des aiguilles d'une montre.

Durant une période suivant la mise en place de la résurgence, la caldeira fut remplie par un lac qui a laissé des traces de niveau sur les parois de la caldeira et du dôme; on croit qu'il s'est drainé au travers de la gorge de la rivière Owens.

 

 

Long-Valley-caldera-N-E---resurgent-lava-dome-a-D.jpgLes côtés nord et est de la caldeira et à droite, une portion du dôme de résurgence -

 

Long-Valley-cald.-paroi-sud---Victoria-Avery-Smithso-jpg                  Le côté sud de la caldeira - photo Victoria Avery / Smithsonian institute


La caldeira demeure thermalement active, avec de nombreuses sources chaudes et fumerolles ; un phénomène de déformation (inflation) et des essaims de séismes volcaniques et tectoniques s'y sont rajoutés au cours du dernier siècle.

UpliftMap

 

 

 

Après 1978, l'activité sismique a fortement augmenté le long de failles formant la terminaison est de la sierra Nevada. En mai 1980, l'USGS a enregistré 4 séismes de magnitude 6 et un renflement suggérant un dôme en formation dans le centre de la caldeira, ce qui a renforcé la surveillance.

 

Carte des séismes entre 1978 et 1995 - et emplacement de la zone d'inflation au centre de la caldeira (en orange)

Doc . USGS

 


 


Demain, nous examinerons les zones d'activité géothermique et Mammoth mountain, siège d'émanations inquiétantes.

 

Sources :
- Global Volcanism Program -
Long valley
- USGS - Long Valley Observatory
- Nova Geoblog - the Bishop Tuff
- Journal of Petrology - mars 2007 - Compositionnal zoning of the Bishop Tuff , Wes Hildreth & Colin Wilson - texte intégral
- History of volcanism in the Long Valley region - USGS

- Living with a restless caldera - USGS

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Une éruption cataclysmique a frappé une île des Cyclades, Théra, vers 1628 avant JC. laissant une vaste caldeira entourée d’importants dépôts de ponces et de poussières volcaniques.

L'île antique était appelée Kallistè (la plus belle) ou Strongylè (la ronde). Elle a été rebaptisée de Kallistè en Théra, à l'époque archaïque suite à la fondation d'une colonie dorienne par Théras, un héros thébain.
Le nom Santorin fut donné par les Vénitiens au 13°s. en l'honneur de St Irène (Santa Irini).
Après le rattachement de l'archipel à la Grèce en 1840, elle a repris son nom antique de THERA ... mais Santorin est toujours usité.

 

santorini2---bvba-ampersand.de.jpgLa caldeira de Théra, vue de Néa-Kameini, le volcan central - Crédit photo et lien vers Stromboli on line - avec l'aimable permission de Marco Fulle.
 

L’actuelle Santorin / Théra : L'archipel de Santorin est constitué de cinq îles; les deux principales, Santorin (Théra - Thira) et Thirasia sont séparées par une baie constituée d'une caldeira immergée.
Ces îles sont les vestiges d'une unique île - Kallistè - détruite partiellement lors de l'éruption Minoenne vers 1600 av.JC. au centre de l'archipel, Palea Kameni et Néa Kameni, qui constitue la partie active du volcan. La cinquième se nomme Aspronisi.

Le champ volcanique de Santorin est constitué de Santorin, des îles Christiana (20 km. au SO.) et du volcan submergé Columbus (7 km. au NE.)
Il est situé près du horst tectonique appelé "Amorgos ridge".


 

santorini_tectonic.gif                 Situation tectonique de Santorin sur l'arc volcanique des Cyclades. - Friedrich 1994

 

paleo_models_DRUITT91.gif                  Reconstituion de Théra avant l'éruption Minoenne - doc. Druitt & Francaviglia 1991.

 

L’éruption de l’âge de bronze :

 

Près de 40 km² de magma rhyodacitique ont été émis en plusieurs jours, et en quatre grandes phases.


La première phase fut une éruption de type plinien, éjectant poussières et ponces au départ d’un évent probablement situé au centre d’une île volcanique située dans la caldeira de Théra.

La colonne éruptive a atteint entre 36 et 39  km. (Pyle 1990). de hauteur et donc la stratosphère ; le ratio de décharge est estimé à 250.000 tonnes /sec.

 

Depots-er.Santorin---Lee-Siebert.jpg

Stratification des dépôts de l'éruption Minoenne : la couche basal, compacte et rosée, est formée des premières ponces déposées au départ de la colonne éruptive; puis ce sont des dépôts laminés peu colorés de surges pyroclastiques, émis au début de l'effondrement de la caldeira; enfin, la dernière unité, épaisse, est constituée de dépôts de coulées pyroclastiques - photo Lee Siebert / Smithsonian Inst. / GVP.

 

Ponces-sur-Thirasia---Stromb-.jpg

L'érosion a sculpté les ponces, ici sur Thirasia - photo J.Alean / Stromboli on line - avec l'aimable autorisation de Marco Fulle - lien vers d'autres photos

 

Les ponces et poussières retombées sur l’île ont atteint une épaisseur de plus de 6 mètres, pour un volume de magma émis de 2 km³. Les autres retombées se firent en direction est, suivant les vents dominants à cette époque. Les dépôts sont constitués à 90% de ponces rhyodacitique de teinte blanc rosé (70,5 – 71,4 % SiO2 – Druitt 1989).

minoanash1.jpgCette phase éruptive fut « sèche » et conduite par les gaz magmatique. Durant la phase de retombées des cendres, une zone de 300.000 km² fut plongée dans les ténèbres

Les phases suivantes furent  phréatomagmatique, et donnèrent lieu à des surges et coulées pyroclastiques … n’intéressant que la troposphère, malgré leur violence.

 

Retombées de cendres - d'après Friedrich / Decade volcano / Tom Pfeiffer.


Sa datation est encore aujourd’hui un sujet de polémique.

Les datations au radiocarbone la font remonter entre 1650 et 1600 avant JC. Ces dates sont contredites par les données archéologiques, qui situe l’éruption entre 1500 et 1450 avant JC.

Les analyses dendrochronologiques signalent une éruption importante en 1629-1628 avant JC., sans qu’on puisse l’attribuer avec certitude à Théra. Les années 1620 furent traumatiques pour les chênes d’Irlande, d’Angleterre et d’Allemagne, avec une diminution de productivité remarquée autour de 1628 BC.

Une réévaluation de la puissance de l’éruption fut faite en 2003, suite à des études faites sur les retombées de cendres. Elle est classée maintenant de VEI 7.


Certains scientifiques la relient à divers impacts constatés sur les sociétés de l’âge de bronze.

- L’écroulement soudain de la civilisation Minoenne serait due à cette éruption et au tsunami quelle a engendré lors de l’effondrement de la caldeira du volcan. Des traces du tsunami furent identifiée récemment sur la côte nord de la Crête, île située à 70 km. au sud de Santorin.

Les fouilles archéologiques ont mis au jour, à partir de 1969, une importante cité maritime près de Akrotiri, renommée pour ses magnifiques fresques … et appelée depuis "la Pompéï de l’âge de bronze", bien qu’aucun corps humain n’y fut retrouvé suite à l’évacuation préventive des lieux.


Akrotiri---Klearchos-Kapoutsis.jpg

                          Akrotiri - le site des fouilles - photo klearchos Kapoutis.

 

image11.jpg                  Fresques d'Akrotiri - "la cueilleuse de safran" - détail - photo Théra Foundation.



Elle est de plus reliée à divers mythes et légendes : la disparition de l’Atlantide et l’exode biblique; les dix plaies d’Egypte y seraient rattachés… mais ces liens restent du domaine de la spéculation.

 

- L’hiver volcanique déclenché par l’éruption Minoenne peut être rapproché de l’effondrement de la dynastie Xia et l’avènement de la dynastie Shang en Chine. Les écrits de l’époque parlent  "d’un brouillard jaune, d’un soleil pâle, de gelées en juillet, de famine et de dessèchement des cinq sortes de céréales ".


Sources :

- Global Volcanism Program – Santorini

- Decade Volcano – Santorini, The Minoan eruption ( c.a. 1645 BC ?) - link

- The Thera foundation - link

- Photos sur Stromboli on line

-     "       sur Decade Volcano

- Santorin sur ce blog : link 1 - link 2 - link 3 .

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Dernières nées en date, les "volcano houses" du Nyiragongo, sur la branche ouest du grand Rift africain.

 

Monter au Nyiragongo, c'était jusqu'à présent marcher cinq heures au travers d'une luxuriante forêt jusqu'à hauteur du cône Shaheru; ensuite, une dizaine de minutes sur les flancs raides du volcan menaient aux refuges où il était possible de planter sa tente, avant de franchir le dernier dénivelé et d'admirer enfin le lac de lave profondément niché dans la cratère.

Depuis peu, en février-mars 2011, cinq huttes en dur ont été installées à cet endroit, ce qui offre le choix d'un "confort différent" pour dix personnes, comme le dit Charles Balagizi du Goma Volcano Observatory.


 

189983_173962322650944_100001115318006_345628_1916954_n-1-.jpg

                    Nyiragongo - les nouvelles huttes alignées face au Shaheru. - © Charles Balagizi

 

200759_173953685985141_100001115318006_345519_7690446_n.jpg

               Nyiragongo - en mars 2011, restaient à poser quelques fenêtres - © Charles Balagizi

 

200109_194812533892481_100000912069394_511539_1603675_n-cop.jpg

       Les huttes du Nyiragongo - un intérieur propre et "luxueux pour l'endroit" - © Charles Balagizi

 

"Y'a pas de mal à se faire du bien !" ... mais si vous avez les volcans et leurs sommets chevillés au corps, il n'y a rien de mieux qu'un bonne tente pour apprécier leur contact, comme me le disaient Carole et Frédéric Hardy après avoir vu ces photos.

 

PC130286-copie.jpgNyiragongo - février 2010 : les tentes installées sur le futur emplacement des huttes, face au Shaheru et autres cônes qui le sépare de Goma et du lac Kivu - photo © Carole et Frédéric Hardy 

 

P1140142-copie---CHB.jpg                 " Nyiragongo, the world greatest lava lake " - photo © Carole et Frédéric Hardy

 

Lien :

sur Facebook - "Nyiragongo volcano, the world greatest lava lake" by Charles Balagizi.


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Lanzarote, une des îles de l'archipel volcanique des Canaries, abrite une célèbre "volcano house" ... celle du peintre et sculpteur César Manrique.

 

cesar_manrique_lanzarote_urlaub_ferienwohnung.jpg                                                      Manrique signant ... une voiture -

 

César Manrique est né en 1919 à Arrecife sur Lanzarote. Gradué en ingénierie civile de l'université La Laguna de Ténérife, il rejoint l'académie des Beaux-arts de Madrid , puis les Etas-Unis , où il est sponsorisé par Nelson Rockfeller.


Il rentre ensuite aux Canaries et en 1970, lors d'une excursion à Tahiche, il découvre un figuier qui pointe une extrémité verte d'une coulée de lave noire figée ... il décide de construire sa maison en cet endroit précis. 

Les propriétaires de cette terre ne veulent pas êtres payés car ils estiment qu'elle est sans valeur, et ils proposent même à César Manrique de prendre tout le terrain dont il a besoin.

Lanzarote a en effet été le siège d'une des plus longue éruption au monde ; débutant en 1730 à Timanfaya, elle a duré six ans et recouvert de ses laves un quart de la surface de l'ïle.

L'artiste découvre lors de la construction cinq "bulles de lave" qu'il transforme en différentes pièces à vivre.

 

Ceasr-Manrique---house2.jpg                      Volcano house de César Manrique : Le patio d'entrée - photo Spot cool stuff.

 

On y pénètre par une double porte dans un patio, où l'on trouve un palmier qui sort d'une "bulle volcanique"... avant des descendre un escalier en pierres volcaniques menant aux cinq chambres volcaniques. Chaque pièce de vie possède ses caractéristiques.

La chambre blanche rend hommage à des amis artistes comme Georgia O'Keeffe et Barbara Hepworth.

 

Cesar-Manrique---house3.jpg                     Maison de César Manrique - la chambre blanche - photo Spot cool stuff.


A un autre endroit, la maison laisse entrer une coulée par une baie ouverte sur un cône volcanique.

 

casa-cesar-manrique-lanzarote---ph.Chalo84-Flickr.jpg                                La nature y entre de plein pied - photo chalo84/Flickr.


Dans la chambre rouge, trône une sculpture en bois de Manrique : "l'homme et son ombre".

 

Cesar-Manrique---house1---Spot-cool-stuff.jpg                           Maison de César Manrique - la chambre rouge  - photo Spot cool stuff.

 

Cesar-Manrique---house4-.jpg                              Maison de César Manrique - Salle à manger - photo Spot cool stuff.

 

Cesar-Manrique---house5-.jpg              Maison de César Manrique - le piscine et sa fontaine - photo Spot cool stuff.

 

Sa façon de concevoir écologiquement sa propre maison a fortement influencé les habitants et l'avenir même de Lanzarote. Elle aurait pu être envahie par les tours des hôtels à touristes ... mais elle a su préservé ses paysages désolés et laisser place à une nature brute.

Manrique a d'ailleurs incorporer les textures et les couleurs fortes de Lanzarote à ses oeuvres.

 

Dossier-22-0539-copie.jpg      La nature de Lanzarote et l'homme,  synthétisés par César Manrique - photo JM. Mestdagh

 

La maison de Manrique n'est pas la seule attraction de l'île; Le Mirador del Rio, construit dans la roche volcanique, domine la côte nord. Et Jameos del Agua, un tunnel de lave, a été aménagé en théatre, en piscine et en night-club.

 

jameos4.jpg                            Jameos del Agua - tunnel de lave aménagé. - photo islanzarote.com

 

 

Il va quitter cette maison en 1988, pour emménager dans une maison paysanne à Haria.

A sa mort en 1992, sa maison de Tahiche devient le quartier général de sa fondation artistique .... vous ne pourrez pas y résider, mais bien y rêver car elle est ouverte au public.

 

Sources:

- Turismo Lanzarote - link

- César Manrique - le site - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Toujours aux Etats-Unis , sur l'île d'Hawaii, "Volcano house" est devenu le nom d'une série d'hôtels successivement construits sur le bord de la caldeira du Kilauea, dans le Parc National des volcans d'Hawaii .

 

Volcano_House_Hotel---Kilauea---W.Nowicki.jpg

                      De "Volcano house", la vue sur la caldeira du Kilauea - photo W.Nowicki.

 

 

L'emplacement était un lieu d'offrandes à Pelé, déesse du feu; des traces archéologiques le confirment, par le récolte d'éclats d'obsidienne pour la confection d'outils. La rive nord-est de la caldeira du Kilauea est en effet un endroit relativement sûr; les vents dominants et l'élévation du lieu en écartent les gaz délétères et les coulées de lave ne l'atteignent pas.

Un écrit dans un journal missionnaire daté de 1823 y décrit l'emplacement d'un camping. En 1840, on y rapporte l'installation d'une hutte à destination des "explorateurs" ... Charles Wilkes, membre du "Columbian Institute for the promotion of arts and sciences" (à présent la Columbia university) y a campé lors d'une expédition d'exploration.

 

Volcano-house---1866---Territorial-archives.jpg                             "La barraque" où a séjourné Mark Twain - doc. Territorial archives.


Une première structure de bois y fut construite en 1866, qui comprenait 4 Volcano-house--Mark_Twain_by_AF_Bradley-1907.jpgchambres, un salon et une salle à manger ... l'écrivain et humoriste Mark Twain y séjourna et y écrivit l'un de ses livres "Roughing it" ... Mark Twain est le nom de plume de Samuel Langhorne Clamens (1835-1910), connu pour ses nouvelles : "Les aventures de Tom Sawyer" - 1876 - et "Les aventures d'Huckleberry Finn" - 1885.

 

Portarit de Mark Twain - par A.F.Bradley 1907.

 

L'hôtel original, bâti en 1877, est maintenant devenu le siège du "Volcano Art Center" .

 

-Volcano Art Center - W.Nowicki

                                     L'actuel "Volcano Art Center" - photo W.Nowicki

 

Volcano-house-original-lobby-1800.jpg            "Volcano house" - originam lobby round 1800 - photo Volcano Art Center.

 

VolcanoHouse1920.jpg                                       Le "Volcano house" en 1920  - Carte postale ancienne.


L'hôtel en activité aujourd'hui date de 1941, aved des agrandissements en 1961.

Sa salle à manger offre une vue panoramique sur l'Halema'uma'u et son activité.

 

VolcanoHouse1---Hawaii-magazine.jpg                                  L'actuel hôtel "Volcano house" - photo Hawaii magazine.

 

Volcano-house-salon.jpg          "Volcano house" - le salon avec une allégorie de la déesse Pelé sur le manteau de cheminée.

                                           Photo Volcano house hotel.

 

 

Sources :

- Hawaii National Park - the Volcano house - link

- Volcano house  hotel - hotels.com

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

A l'approche des vacances d'été, quelques suggestions de "Volcano house" pour abriter vos rêves !

 

 

La première se situe aux Etats-Unis, dans le désert Californien de Mojave, entre Las Vegas et Los Angeles, à Newberry Springs.

 

 

Volcano-House-1

 

 

Avec son toit en forme de dôme, elle surmonte un cône de scories et surplombe un paysage lunaire.

Une surface ronde de 200 m² offre une vue circulaire sur le terrain de 24 hectares. Les espaces de vie sont complétés de deux chambres et de deux salles de bain.

 

Volcano-House-5.jpg

 

Volcano-House-6.jpg

 

Volcano-House-4.jpg                    Photos Decoist.com


Une annexe avec chambre et salle de bains complètent la propriété, à proximité d’un petit lac.

L’intimité est garantie, ainsi que le rapport avec un univers minéral brut.


volcanohouse---spaceinvading.jpg                      L'annexe et le petit lac, vus du haut du cône volcanique -photo spaceinvading

 

Volcano-House-8.jpg

 

 

Seuls bémols, pas de magasins à proximité et voiture indispensable ... ceci joint au prix : quelques 750.000 dollars.

Pour le dépaysement, outre la proximité de quelques grandes villes, Newberry Springs, situé sur la portion californienne de la mythique "Route 66" abrite le célèbre "Bagdad café", immortalisé dans un film de 1988.

"Bagdad café" est un film de Percy Adlon, avec Marianne Sägebrecht et Jack Palance, "César du meilleur film étranger" et nominé aux Oscars en 1989.

 

800px-Bagdad_Cafe._-4054050230-.jpg  "Bagdad café" , autrefois appele Sidewinder café -  File Upload Bot (Magnus Manske) / vicente Willamon.

 

       

 

                                Musique (Calling you) et nostalgie des années 80 ... enjoy !

.

 

Sources :

- Decoist, architecture and interior design

- Architecture de collection, architecture remarquable des 20 et 21° siècles

- Route 66 , by Ken Rockwell - link

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog