Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le Chaiten est un stratovolcan surmonté d’une caldeira , libre de glaces, situé à 10 km. au nord-est de la ville de Chaiten, elle-même sur le golfe de Corcovado.

Il y a 9.400 ans, un surge pyroclastique serait à l’origine de la formation de la caldeira elliptique de 2,5 km. sur 4.  Cette caldeira est ébréchée du côté sud-ouest et communique par un drainage avec la baie de Chaiten ; elle était occupée par un dôme rhyolitique, haut de 962 m., avant 2008.

 

Aster-04.2006.jpg                           Photo satellite Nasa/Aster du 04.2006, avant l'éruption.

 

La première éruption historique s’est produite le 2 mai 2008, après plus de 9.000 ans de repos. (la dernière éruption est datée de 7.420 avant JC). Elle serait liée au séisme de magnitude 6,2 qui a touché Aisen fjord, situé à 250 km. au sud du volcan, le 21 avril 2007. Suite à cet épisode tectonique, des failles se seraient ouvertes, permettant au magma de trouver un accès vers la surface. (lien vers séismes et volcanisme)

Le 2 mai, la brusque éruption a provoqué l’émission d’un gigantesque panache montant à plus de 21 km. d’altitude, avant de dériver vers le SSE. L’état d’urgence a été décrété par le gouvernement Chilien et l’évacuation de 4 à 5.000 personnes décidée.

 

Chaiten -ISS 05.08 - B.Watson Wired science           Le panache éruptif du Chaiten, vu par l'ISS le 05.08.2008 - Photo Nasa B.Watson.


Entre le 2 et le 6 mai, le panache de cendres émis s’est maintenu à une altitude moyenne de 10-11 km. d’altitude. Le 5 mai, l’évacuation concerne Futaleufu, situé à 65 km de Chaiten, où 30 cm. de poussières volcaniques s’est accumulé.

 

photo_1209760430084-1-0------02.05.2008.jpg                        Chaiten - panache du 02.05.2008 - auteur non référencé.

 

chaiten_gente_ceniza_001h.jpg

       Date inscrite de façon éphémère dans la couche de cendres -  auteur non référencé.

 

Le 6 mai, devant le renforcement de l’éruption, l’évacuation totale de la ville de Chaiten et d’une zone de 50 km. autour du volcan, est décidée par l’ONEMI – Officina Nacional de Emergencia Ministerio del Interior - ; un large panache plinien monte alors à 30 km. selon le Sernageomin. Un survol en hélicoptère permet de se rendre compte que les deux cratères d’explosions situés sur le flanc nord du dôme se sont unis pour en former un nouveau, de 800 mètres de diamètre.


chaiten11.jpg

L’activité éruptive se poursuit ensuite, et un dôme de lave recommence à croître sur le flanc de l’ancien dôme rhyolitique ; des lahars inondent la ville de Chaiten de façon répétitive, causant des destructions étendues.

 

340x.jpgEtendue des destructions par les lahars et les inondations de boue - on voit bien le drainage naturel de ceux-ci au travers de la ville en direction de la baie de Corcovado.


Une inspection aérienne, le 12 mai, révèle qu’une coulée pyroclastique a brûlé de nombreux hectares de forêt sur le flanc nord et nord-est ; Les lahars, véhiculés le long de la rivière blanco qui traverse la ville de Chaiten, ont recouvert une bonne partie de la ville et disloqué ou submergé les bâtiments.

 

domo_chaiten_031.07.08.jpgChaiten - situation du sommet le 31.07.2008 : cratère marquant l'ancien dôme au centre gauche - à droite, la croissance du nouveau dôme - doc. Sernageomin.

 

vieux & nv. dômes                                                   Schéma H.Moreno / GVP mai 2008


Le 24 mai, une violente éruption marque un cratère d’explosion sur l’ancien dôme, et le nouveau continue de grossir, Le 26 mai, des rapports confirme que le volcan est entré dans une phase moins énergétique, qualifiée de subplinienne, avec émission d’un panache moindre, montant entre 3 et 5 km. d’altitude.

 

best-pictures-of-year-2008-1.jpg

                    Emission d'éclairs lors de l'éruption du volcan Chaiten le 06.05.2008.
                                                  "Best picture of the year 2008" .

 

chaiten5a.jpgL'émission d'éclairs dans un panache de cendres volcaniques, illustré par cette éruption, a été analysée dans un article précédent.

 

Depuis fin 2008, le dôme continue de croître et épisodiquement lâche un panache de cendres ou de vapeur.

 

domo_sernageomin_informe_64b---09.12.2008.jpg       Le nouveau dôme du Chaiten et sa structure complexe - 09.12.2008 Sernageomin

 

Chile_TMO_2008126_lrg.jpg             Analyse par Sernageomine de la configuration du dôme - rapport du 30.09.2009

 

Chaiten---MR-Thb.jpg

 

Chaiten-2009---arbres---ThB.jpgSur ces deux photos prises en décembre 2009, on peut voir le dôme et sa place prise dans le cratère, ainsi que les zones dévastées par l'éruption de 2008 ... paysage d'apocalypse, que nous pouvons admirer grâce aux photos de Thorsten Boeckel, que je remercie. Un clic sur le photo vous mène à sa visite du Chaiten.

 


 

Sources :

- Global Volcanism Program - Chaiten

- L.A.V.E. -Belgique : circuit sur les volcans actifs du sud Chili - Chaiten février 2009 - photos de Thierry Dockx et Luc Calvi, accompagnés de Bernard Fontaine et Juan Carlos Molina.

- "From Etna to Stromboli" - le site de Thorsten Boeckel - Chile

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La zone volcanique Sud-Chili – SVZ – s’étend grosso modo de 33°S (Santiago) jusque 46°S (Aysen) et couvre 1.400 km. L’arc volcanique doit sa présence à la subduction de la plaque Nazca sous la plaque sud-américaine, le long de la fosse océanique Pérou-Chili, caractérisée par des ratios de déplacement de 7-9 cm/an avec une direction 22-30° NE., par rapport à la fosse océanique.

andean volcSa frontière nord est marqué par une lacune volcanique due à la présence de la dorsale Juan Fernandez qui a provoqué une « cassure volcanique » appelée Pampean flat-slab segment, depuis la fin du Miocène. Sa frontière sud est marquée par le point de jonction triple du Chili, avec la subduction de la dorsale chilienne sous la plaque sud-américaine, donnant naissance à une autre lacune, le Patagonian volcanic gap.

Cette zone contient 60 édifices volcaniques historiquement actifs, répartis entre Chili et argentine, ainsi que 3 grands systèmes caldériques et de nombreux centres éruptifs mineurs.

Au cours du Pliocène, la zone volcanique située au sud de 38°S consistait en un arc volcanique large de 300 km. (en incluant la volcanisme d’arrière-arc), et actif durant un à deux millions d’années. Une réduction du ratio de déplacement de la plaque Nazca de 9 cm/an à 7,9 cm/an, il y a 2-3 millions d’années, a contribué à réduire la taille de la zone vers 1,6 Ma. La partie sud de la zone volcanique garda une activité notable seulement aux alentours de la zone de faille Liquine-Ofqui.

 

Volcans_Chili_Centre_Sud.jpg

Huit volcans de cette zone sont monitorés par l’OVDAS – Observatorio Volcanológico de los Andes del Sur - basé à Temuco : Le Chaiten, le Cordon Caulle, le Lonquimay, le Llaima, la Villarica, le Mocho-Choshuenco, L’Osorno et le Calbuco .


Nous n’examinerons que quelques volcans, parmi les plus turbulents, qui se sont distingués par une activité récente.

 

Le Cerro Hudson (situé hors carte, au sud de celle-ci) est un volcan massif couvrant 300 km² et haut de 1.905 m, couvert de glace et coiffé d'une caldeira de 10 km. de large ; il ne fut reconnu qu'en 1971, lors de sa première éruption au 20°siècle. Deux cônes de cendres sont situés au nord du volcan et d'autres habillent ses flancs sud.

Son activité se décline en de nombreuses éruptions dont les plus importantes :

- 4.750 avant JC : VEI 6 - vol. téphra : >18.000 Mm³

- 1.890 avant JC : VEI 6

- 1971 : VEI 3

- 1991 : VEI 5+ - vol. téphra : 4.300 Mm³.

La phase paroxysmale de l'éruption a débuté le 12 août , a duré 3 jours et a formé un nouveau cratère, large de 800 m. dans la caldeira. Les cendres sont retombées jusqu'aux îles Falkland distantes de 1.000 km; les coulées pyroclastiques se limitèrent à la caldeira et une coulée de lave, longue de 4 km, s'est échappée par une fracture de la paroi de la caldeira pour s'épancher sur le flanc ONO.

 

 

Cerro-Hudson---08.081991---Norm-Banks-USGS.jpg

                 Le Cerro Hudson en 1991 - photo Norm Banks - USGS

 

Le stratovolcan Villarica, cône symétrique et recouvert de glace, est formé du produit de ses éruptions passées : dépôts de coulées pyroclastiques et de scories, coulées de laves pahoehoe et aa.

 

Villarrica---idobi-wiki.jpg                       Le cône glacé du Villarica - photo idobi / wiki


Ses éruptions post-glaciaires sont caractérisées par une activité explosive et effusive ; au moins quatorze éruptions explosives ont produit des coulées pyroclastiques. Deux éruptions sont responsables de la formation de caldeiras : une première caldeira, de 6,5 km. sur 4,2, est datée de la fin du Pleistocène, une deuxième de 2 km. de diamètre s’est formée il y a 3.500 ans. L’actuel cône actif , à dominante basaltique à basalto-andésitique, est situé sur la rive nord-ouest de la caldeira la plus ancienne. Plus de trente cônes de scories et d’évents fissuraux ponctuent ses flancs. Des glaciers couvrent 40 km² du volcan, rendant son accès technique et hasardeux à certaines périodes (plaques à vent) ;

 

Dossier-15-0130.JPG

 

 

Pucon-y-su-Volcan-Villarica.jpg

La ville de Pucon, toute proche, vit sous la menace du volcan et d'éventuels lahars. - photo Varech/wikipedia anglophone.

 

Ces glaciers sont aussi co-responsables des lahars qui ont endommagé les villes situées sur ses flancs.

 

Villarica-2004----JC-Tanguy---GVP.jpg

Cette photo du lac de lave a été prise quasi à la verticale par J.C.Tanguy en novembre 2004; l'échelle du cratère est donné par les grimpeurs en file (points noirs à gauche de la photo) - photo J.C.Tanguy / GVP

 

Villarica---ThB-MR.jpgVillarica 2009 - avec l'aimable autorisation de Thorsten Boeckel - un clic sur la photo vous emmène vers son site.

 

Son activité au 20° siècle est marquée par diverses éruptions ( 1984-85, 1985-2001 et …) et la présence intermittente d’un lac de lave : de 1985 à 2001, 2004, depuis mai 2010.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Cerro Hudson

-                                           Villarica

- Sernageomin / OVDAS - lien vers le site et les webcams.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La zone volcanique australe - AVZ - situé entre 49 et 55°S, est constituée de 5 stratovolcans et d'un petit complexe de dôme et coulées sur Cook island, le centre volcanique le plus au sud des andes découvert en 1978 seulement.

Les cinq volcans sont : le Lautaro, le Viedma, l'Aguilera, le Reclus et le Burney; les trois premiers ont une chimie similaire et ont été groupés en une entité : Northern AVZ volcanoes.

Ces volcans ont pour origine la subduction lente (2cm/an) de la plaque Antarctique (12- 24 Ma) sous la plaque sud-américaine.

Cook island est localisé au sud de la zone de failles Magellan et donc situé sur la plaque Scotia.

 

AVZ-map.jpg

Carte de localisation des 5 stratovolcans (Chili) et du plateau basaltique Patagonien (Argentine) - doc. C.Stern & Killian 1996 et 2002.

 

Le Lautaro est un stratovolcan à dominante dacitique, haut de 3.607 m. et couvert de glaciers. Il surmonte de 1.000 m. le plateau glaciaire sud Patagonien.

Proche du point de jonction triple des plaques tectoniques, il s'est installé sur le sousbassement pré-andin érodé par les glaciers et sur des roches datant du Mésozoïque.

 

Coupe-geolog.-Lautaro---ech.vert-4x.jpgCoupe géologique simplifiée du Lautaro - l'échelle verticale est exagérée 4 x. -

Deux cratères sommitaux le caractérisent : l'un situé côté NO. près du sommet, l'autre, large de 1 km., sur le flanc NE. Des dépôts de cendres, témoins de ses éruptions passées, sont visibles sur les photos aériennes ou sur les moraines des glaciers Patagoniens.

Sa dernière éruption date de mars 1979.

 

Lautaro---Jose-Naranjo-Servicio-nacional-Geologica-y-Miner.jpg

Le côté nord du Lautaro dominant une mer de nuages - Photo by José Naranjo, 2002 (Servico Nacional de Geologica y Mineria)

 

 

Le Viedma est un stratovolcan dacitique sous-glaciaire, proche des pics granitiques spectaculaires et  bien connus des alpinistes, les Cerro Torr et Fitz Roy.

Seule une partie de l'ancien édifice surmonte la surface de la calotte glaciaire sur laquelle la dernière éruption de 1988 a déposé des poussières et des ponces.

Quatre grands cratères (ou caldeiras) de 1,5 à 4 km. de diamètre sont alignés N-S.

 

Nunatak-del-viedma---P.SkvarcInst.-antartico-Argentino.jpg

Nunatak del Viedma vu du  Paso del Viento ; à l'avant-plan, la moraine latérale du glacier Viedma  et sur la surface glacée, des bandes de tephras, distordues par les mouvements du glacier - Photo by Pedro Skvarca, 1994 (Instituto Antártico Argentino, from U. S. Geol. Survey Prof. Paper 1386-I).

 

Le stratovolcan dacitique Aguilera, peu connu, est cependant responsable de l'émission de la plus importante couche de tephra à la fin de l'holocène : une éruption de VEI 5, appelée éruption A1, datée de 1.250 avant JC, a émis un volume de téphra estimé à 4-9 km³, qui se sont déposés sur les berges du Lago Argentino ( 10 cm. d'épaisseur à 80 km. à l'est du volcan, et plus de 5 cm. à 130 km. à l'est).

 

Amalia_Glacier-Reclus-volcano---Chile_2007-12-28----GUS1234.JPG

          Le volcan Reclus recouvert par le glacier Amalia - photo 12.2007 par GUS1234wiki.

 

Le Reclus est un grand cône pyroclastique dacitique, haut de 1.000 mètres et doté d'un cratère de 1.000 m. de diamètre.

Il a produit une demi-douzaine de couches de tephra datées des derniers 4.000 ans. diverses éruptions sont répertoriées aux 19 et 20° siècles, la dernière en 1.908.

Il est activement érodé par le glacier Amalia, qui le recouvre.

 

Burney---Nasa-ISS006---2003.jpg

             Le volcan Burney - photo NASA Space Station image ISS006-E-41451, 2003

 

Le stratovolcan Burney, haut de 1.758 m. et recouvert de glaces, est situé à 200 km. au nord-ouest de Punta Arena.

Il s'est édifié sur la rive ouest d'une caldeira de 6 km. de diamètre, partiellement remplie et entourée par les dépôts de coulées pyroclstiques.

Deux importantes éruptions pliniennes ont été documentées à l'holocène; la seule éruption historique a pris place en 1910. Datées de 7.450 et 2.320 avant JC, les éruptions pliniennes, toutes deux de VEI 5, ont produit respectivements plus de 3.000 et 2.800 millions de m³ de tephra.

 

 

Sources :

- Geologic reconnaissance of Lautaro volcano, Chilean Patagonia; by A. Motoki, Y.Orihashi, José Naranjo & oth.

- Global Volcanism Program - volcanoes South Chile and Argentina - lien

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Cordillere-andes---romanceo-wiki.jpg                      Un survol de la Cordillère des Andes - photo Romanceor.


Le volcanisme des Andes couvre le côté ouest de nombreux pays d’Amérique du sud : la Colombie, l’Equateur, le Pérou, la Bolivie, le Chili et l’Argentine.

Plus de 200 volcans potentiellement actifs et datés du Quaternaire et quelques douze systèmes ignimbritiques géants ou caldeiras se répartissent en quatre grandes zones, appelées Zone volcanique nord, centrale, sud et australe.

 

Cet arc volcanique a été formé suite à la subduction de deux plaques tectoniques, la plaque Nazca et la plaque Antarctique, sous la plaque sud-américaine.

 

Plaque-de-Nazca.pngLes plaques tectoniques Nazca et Antarctique et la limite de subduction sous la plaque sud-américaine - emplacements des micro-plaques (et des points chauds) de l'ïle de Pâques et Juan Fernandez.


Le cycle Andin a débuté au début du Jurassique, en association avec l’ouverture de l’océan Atlantique sud : la subduction, et l’activité magmatique liée, a commencée le long de la côte ouest des Andes du nord et centrales, il y a 185 millions d’années.

L’évènement tectonique et géologique le plus significatif dans l’évolution des Andes est daté de la fin de l’Oligocène, après la destruction de la Plaque Farallon en deux entités, au niveau sud-américain, il y a 27-29 Ma, qui a donné naissance aux plaques Cocos et Nazca. Ceci a causé des changements dans la géométrie de la subduction de la plaque Nazca, une augmentation des ratios de convergence et d’activité magmatique sur pratiquement toute la chaîne andine.

 Les segments actifs, marqués par un angle de subduction supérieur à 25°, sont séparés par des régions caractérisées par un angle de subduction décroissant et devenant faible (moins de 10°) à une profondeur de plus de 100 km. ; celles-ci forment des « lacunes volcaniques » (volcanic gap).

Le sud est sous l’influence de l’extension de la dorsale Chilienne et de la subduction de la plaque Antarctique avec une vitesse de 2 cm/an. Il n’y a pas de zone Benioff d’activité sismique associée à cette subduction lente de la plaque.

 

tung-de-Canton-Patate-04.12.2010-JLEN.jpgLe Tungurahua vu de Patate , dans la NVZ - North Volcanic Zone (Equateur) - photo José Luis Espinoza Naranjo - 04.12.2010

 

Malgré le volcanisme de subduction calco-alcalin qui le caractérise, l’arc volcanique des Andes présente des structures volcano-tectoniques différenciées : on y trouve aussi des zones d’extension et de rift, des failles transformantes, la subduction de dorsale océaniques et des chaînes de volcans sous-marins. De notables différences existent au sein des différentes zones volcaniques, caractérisant des volcans voisins ou proches.

 

andean-volc.jpg  La segmentation des zones volcaniques et des lacunes - d'après doc. chiton Magnificus.

 

Les Andes possèdent trois zones de "lacunes volcaniques" :

- 3°S-15°S : le Peruvian flat-slab segment, séparant les zones volcanique nord et centrale

- 27°S-33°S : le Pampean flat-slab segment, séparant les zones volcaniques centrale et sud

- 46°S-49°S : le Patagonian flat-slab segment, séparant les zones volcaniques sud et australe.

Les lacunes Péruviennes et de la Pampa coïncide avec des aires de subduction à angle faible et l’absence de volcanisme à ces endroits est causé par une faible plongée de la plaque Nazca.

Cette faible plongée s’explique respectivement par la subduction de la dorsale Nazca et de la dorsale Juan Fernandez. L’activité des points chauds de l’île de Pâques et Juan Fenandez, situés tous deux dans le Pacifique sont ainsi responsables de la suppression du volcanisme dans ces deux parties des Andes.

La lacune Patagonienne est par contre sous l’influence de la subduction de la dorsale chilienne, frontière de plaque entre les plaques tectoniques Nazca et antarctique.

 

El-Misti.jpg       El Misti, vu de Arequipa, Pérou - dans la CVZ - Central volcanic zone - photo multiwebvista

 

 

Un volcanisme d’arrière-arc marque L’Equateur, au niveau de la Cordillera Real, et l’Argentine, avec la caldeira Galan.

 

L'activité volcanique est courante dans la chaîne des Andes ; une brève liste,non exhaustive, avec les dates des dernières éruptions des édifices :

 

   location

long. lat. summit year volcano name

=================================================

-72.65 -42.83 1122 2009 Chaitén

-71.73 -38.69 3125 2009 Llaima

-70.90 -16.35 5672 2009 Ubinas

-71.93 -39.42 2847 2008 Villarrica

-67.73 -23.37 5592 2007 Lascar

-71.38 -36.86 3212 2003 Nevados de Chillán

-71.85 -15.78 5967 2003 Sabancaya

-71.17 -37.85 2997 2000 Copahué

-70.57 -35.24 4107 1998 Planchón-Peteroa

-68.55 -20.73 5163 1995 Irruputuncu

-72.97 -45.90 1905 1991 Cerro Hudson

-72.12 -40.59 2236 1990 Puyehue-Cordon Caulle

-71.58 -38.38 2865 1990 Lonquimay

-73.28 -49.36 1500 1988 Viedma

-69.80 -33.40 6000 1987 Tupungatito

-71.45 -37.92 3164 1980 Callaqui

-73.55 -49.02 3607 1979 Lautaro

-73.48 -47.20 3437 1979 Arenales

-72.07 -40.35 1114 1979 Carrán-Los Venados

-72.61 -41.33 2003 1972 Calbuco

-70.76 -35.65 3788 1967 Cerro Azul

-69.90 -33.78 5856 1960 San José

-68.40 -21.88 6145 1960 San Pedro

-69.09 -18.42 6071 1960 Guallatiri

-72.03 -39.93 2422 1937 Mocho-Choshuenco

-70.75 -35.58 3953 1933 Descabezado Grande

-72.58 -42.38 1318 1920 Huequi

-70.35 -34.81 4280 1917 Tinguiririca

-68.83 -19.15 5550 1913 Isluga

-69.83 -34.16 5264 1912 Maipo

-70.20 -17.18 5550 1902 Yucamane

La ceinture volcanique andine peut être considérée également comme une province géothermale : de nombreuses sources chaudes, des geysers et des solfatares sont associés aux volcans. Dès 1920, le site d’El Tatio au Chili fut l’objet d’investigations ; par contre, les ressources géothermales restent peu exploitées en Amérique du sud. De grands salars y sont présents et associés au climat aride responsable de taux élevés d'évaporation; on en retrouve en Bolivie, au Chili, et en Argentine.

 

volcan-Villarica.jpg           Le Villarica dans la zone la SVZ - Southern Volcanic Zone - auteur non référencé

 

Les risques associés à l’activité des volcans andins comprennent coulées de lave et coulées pyroclastiques, avalanches de débris et lahars, et chutes de cendres.

Plus de 25.000 personnes ont été tuées consécutivement à plus de 600 éruptions répertoriées depuis l’année 1532, la plupart d’entre elles en 1985, suite aux lahars destructeurs engendrés par l’éruption du Nevado del Ruiz en Colombie.

Peu de volcans sont surveillés en permanence, malgré le fait que plus de 20 millions de personnes vivent à moins de 100 km. d’un volcan andin.

 

geiser-del-Tatio---trekkingchile.jpg                                   Geysers d'El Tatio au Chili - photo TrekkingChile.

 

Sources :

- Active andean volcanism : its geologic and tectonic settings - by

Charles R.Stern  - Dept og geological sciences , university of Colorado. 

- Cenozoic to Recent plate configurations in the Pacific Basin: Ridge subduction and slab window magmatism in western North America  - by J.K.Madsen & oth. -Geosphere, February 2006, v. 2, p. 11-34, doi:10.1130/GES00020.1

- Tectonic evolution of the Gulf of Mexico, Caribbean and northern south america in the mantle reference frame - by J.L.Pindell & oth.

- SACS aéronomie ESA - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Les îles Balleny s’étendent sur environ 160 km. entre 66°15 – 67°35 S et 162°30 et 165° E., à cheval sur le cercle polaire Antarctique.

 

Balleny_Islands.PNG

 

Elles sont recouvertes de glaces et habitées seulement par les pingouins et autres oiseaux pélagiques qui y nichent.

Elles doivent leur nom à un capitaine-baleinier anglais, John Balleny, qui fut le premier à les visiter en 1839.

 

Balleny_Islands.jpgMODIS Rapid Response Team à bord du satellite Terra - 12.2007 -  NASA Goddard Space Flight Center

 

Trois îles principales entourées d’îlets, composent l'archipel des Balleny: Young, Buckle et Sturge. 

 

Buckle-isl.-R.McLeod---NZ-Geographic.jpg                      Paysage des Balleny : Buckle island - photo R.Mc Leod / NZ Geographic.

 

Hotspots-copie.jpgBalleny-hot-spot.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A gauche, les points chauds du Pacifique sud : 2 : Balleny hotspot - 39 :Tasmantid hotspot - 22 : Lord Howe hotspot - 20 : Kerguelen hotspot.

A droite, Trace du point chaud sur la partie est de la plaque Australienne et la partie néozélandaise de la plaque Pacifique - le point chaud se trouve actuellement sous les îles Balleny (bas de la carte)

 

Macquarie-Ridge-Map.gif                               Macquarie ridge et Balleny islands - failles et zones de rift.


Ces îles, grossièrement alignées NO-SE ont une origine volcanique liée au point chaud Balleny. Une chaîne de volcans sous-marins s’étend des îles Balleny en direction du plateau est-Tasmanien, témoin du passage des plaques Australienne et Antarctique au dessus du point chaud des Balleny. Une signature du panache des Balleny, au niveau éléments traces et isotopes, indiquant une source mantellique avec un ratio U/Pb important, est enregistrée dans les basaltes Tasmanien du Cénozoïque.

 

Les îles Balleny : surface et hauteurs (Wikipedia) :

                                                                                                              

 Island/isle

Surface (km ²)

Highest collection (m)

Young group

Seal skirt

0,0

15

Pillar

0,0

51

Young island

225,4

Freeman peak 1340

Row island

1,7

183

Borradaile island

3,5

381

Beale Pinnacle

0,0

61

Buckle group

Buckle island

123,6

1238

Scott Cone

0,0

31

Eliza Cone

0,0

67

Chinstrap isle

0,0

 

Sabrina island

0,2

90

The monolith

0,1

79

Sturge group

Sturge island

437,4

Brown peak 1524

Balleny Iceland

791,9

 

 

Young island, la plus nordique, possède un sommet en plateau culminant à 1.340 mètres, Freaman peak; lors de sa découverte par le capitaine Balleny en 1839, celui-ci indique que de "la fumée" sort de Freaman peak.

 

Buckle island, l'île centrale et allongée sur 21 km., est bordé de falaises rocheuses descendant à pic dans la mer; des colonnes éruptives noires furent rapportées en 1839 et 1899, témoins des dernières périodes d'activité.

 

Sturge island, longue de 44 km. et complètement recouverte par les glaces, possède un sommet culminant à 1.167 m., Russel peak. Seule trace de l'activité volcanique: un rapport de l'U.S.Navy.

 

Aucune étude géologique n'a été faite de ces îles assez inaccessibles.

 

Les îles Balleny, outre leur représentativité en matière de faune et flore antarctique, présentent également des associations faunique non usuelles et un haut degré d'endémisme. La productivité des eaux froides est cruciale pour la reproduction des espèces d'oiseaux pélagiques et leurs prédateurs; la biodiversité des espèces macrobenthiques a été démontrée par une expédition en 2001.

L’île Sabrina, au sud de Buckle, ne peut être abordée sans autorisation car c’est un sanctuaire pour les manchots Adélie, les gorfous macaronis, et les manchots à jugulaire.

 

Manchot_Adelie_-_Adelie_Penguin.jpg          Manchot Adélie (Pygoscelis adeliae) occupé à couver. - photo Ehquionet / wiki

gorfou-macaroni-copie-1.jpg Gorfou macaroni ou gorfou doré ( Eudyptes chrysolophus) - photo Aceduline/ Ma planète.


 

Sources :

- Global Volcanism Program - Young - Buckle - Sturge.

- Intraplate volcanism in eastern Australia and New Zealand - by Wally Jonhson, Jan Kutson et Stuart Ross Taylor.

- Tasmanian tertiary basalts, the Balleny plume, and opening of the Tasman sea - by Ruth Lanyon, Rick Varne and Anthony J.Crawford.

- Le Gorfou macaroni - fiche

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

A consulter : "Science Friday" , l'excellent blog de Kayla Iacovino, étudiante en volcanologie et pétrologie à l'Université de Cambridge et travaillant couramment sur l'Erebus.

 

Les gaz volcaniques chauds exhalés par le volcan ne concernent pas seulement le lac de lave, mais en s'infiltrant au travers fractures et fissures entourant le sommet, ils ont créé un système formé de grottes et de tours de glace.

 

SciFriBadge60.pngDeux photos pour se mettre en appétit ... le reste sur "Science Friday" !


 

Erebus-cave.jpg        Abstract Ice: Volcanic glass and ash mix with ice to form surreal patterns on ice cave walls.

                                Copyright : Kayla Iacovino / Science Friday.

 

Helo-cave-entrance---ice-tower---Science-Friday.jpg

                                          Ice tower outside the entrance to Helo Cave.

                                          Copyright : Kayla Iacovino / Science Friday.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Deception island est située au nord-est de la péninsule Graham et s'est édifiée le long de l'axe du centre d'expansion du rift Bransfield.

Le détroit de Bransfield abrite deux volcans sous-marins et trois volcans "terrestres" : les îles Penguin, Deception et Bridgeman.

Les seamounts sont composés de tholeiites et andésites; les volcans terrestres ont des laves alcaline à calco-alcaline.

 

Deception_Island_020701.jpg                             Deception island - photo Google auteur non spécifié.


L'île circulaire d'un diamètre de 12 km., a son centre percé d'une caldeira formée consécutivement à une éruption cataclysmique de VEI 6 qui expulsa 30 km³ de matériaux, et datée d'il y a 10.000 ans. La caldeira Port Foster, de 9 km. sur 6, est envahie par la mer qui est entrée par un passage de 230 m. appelé les poumons de Neptune (Neptune bellows). Ce passage permet aux navires "d'entrer dans le volcan".

De nombreux maars sont situés le long de la rive interne de la caldeira, certains occupés par des lacs de cratère, d'autres forment des baies abritant un port, dont Whalers bay.

Le rivage interne et externe est composé de poudre de roches ignées gris foncé à noire, faite de plagioclase basique, augite et magnétite. Les touristes fortunés qui fréquentent ces parages peuvent creuser le sable noir à la pelle pour confectionner une piscine "chaude" et y "faire une trempette exotique".


DeceptionIslandMap_lg.jpg

 

Le volcan fut très actif au 18° et 19° siècles; le 20°siècle eut deux courtes périodes d'activité : entre 1906-1910 et 1967-1970. Ces dernières furent responsables de l'abandon de l'industrie baleinière locale. Aujourd'hui, les géologues surveillent le plancher marin de la caldeira qui se soulève rapidement, en termes géologiques : 30 cm. par an.

 

Penguin island :

Cette île minuscule  - 1,4/1,7 km - abrite deux structures volcaniques : Deacon peak est un cône de scories basaltiques jeune, daté de 300 ans. Une éruption phréatomagmatique, datée de 1905, a formé un maar, dénommé Petrel crater, large de 300 m. er rempli par la glace. (datations par lichenométrie)

 

Penguin-isl---Oscar-Gonzalez-Ferran-un.-Chile.jpgPenguin-isl---Petrel-maar---Oscar-Gonzalez-Ferran-un.-Chile.jpg

 

 

 

 

 

 

Penguin island - à gauche, Deacon peak - à droite, Petrel crater - photos Oscar Gonzalvez-Ferran - Université du Chili.

 

 Le Mont Takahe est un grand volcan-bouclier situé à l’est du Marie Byrd Land  (voir carte dans l'article sur L'Erebus); ce volcan trachytique massif – 780 km³ - est surmonté d’une caldeira de 8 km. de diamètre, bombée en son centre par un dôme. Ses flancs sont parsemés de cônes de cendres et cônes de tuf.

 

Takahe---USNavy.jpgLe massif Takahe - on devine un bombement dans la caldeira sommitale - picture courtesy of U. S. Navy photo TMA 1718 F33 022. 


Sa morphologie jeune et conique correspond  à une datation de tephras retrouvés à la station de Byrd : 300.000 ans environ.

Cette datation permet une hypothèse concernant son histoire éruptive : les éruptions initiales furent sous-glaciaires, pour se transformer ensuite en activité alternativement sous-glaciaire et subaérienne, avec prédominance d’un hydrovolcanisme.

Un échantillonnage des roches fait en 1998-99 par la Nasa, dans le cadre d’une étude des niveaux de glace anciens, révèle la présence de hyaloclastite et de pillow lava, témoins d’activité volcanique subaquatique.

 

Cette brève revue des volcans du continent antarctique ne se veut pas exhaustive; vous trouverez d'autres renseignements sur différents volcans dans les pages très complètes du G.V.P.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Deception island - Penguin island - Takahe -

- Magmatic and phreatomagmatic volcanic activity at Mt. Takahe, West Antarctica, based on tephra layers in the Byrd ice core and field observations at Mt. Takahe - by J.M.Palais, Ph.Kyle, W.McIntosh, D.Seward.


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Un point chaud sous l'Antarctique ! :

La séparation de la Nouvelle-Zélande de l'Antarctique s'est produite lors de la propagation du centre d'extension Pacifique-Phoenix au sein du continent Antarctique.

Situation des continents australien et antarctique il y a 65 Ma. (Geopedia)

Paleocene-65Ma.jpgL'extension du plancher océanique dans la région d'action du panache mantellique peut avoir été causé par un déchaînement du volcanisme le long de la dorsale extensive, générant un plateau océanique, aujourd'hui représenté par le plateau Hikurangi, épais de 10 à 15 km. et situé le long de la hausse Chatham (Chatham Rise).

 

547px-Zealandia-Continent_map_en.svg.pngSituation actuelle du plateau Hikurangi et du Chatham Rise - Karnstedt Alexander 2008.


Ce plateau de basalte tholeiitique d'âge Crétacé possède une composition identique aux dykes de Marie Bird Land.

Le panache mantellique est situé actuellement sous la mer de Ross, centré sur le Mont Erebus; il est responsable de la présence et de l'activité du groupe volcanique intraplaque alcalin McMurdo.

Un second panache mantellique situé sous Marie Bird Land a formé la province volcanique alcaline Cénozoïque.

 

west-antarctic-rift.jpg

 

L'île de Ross et ses volcans : Bird, Terra Nova, Terror et Erebus :

Cette île d'origine volcanique abrite quatre volcans datant de la fin du Cénozoïque. Elle fut découverte en 1841, par Sir James Ross, qui a donné à deux de ses volcans, le nom des navires de l'expédition, l'HMS Erebus et l'HMS Terror.

Erèbe, dans la mythologie grecque, est une divinité infernale, née de Chaos, et personnifiant les ténèbres, l'obscurité des enfers.

 

RossArea.jpgL'île de Ross et ses 4 sommets - la position des bases scientifiques Américaine McMurdo et Néo-Zélandaise Scott (points verts) au pird du volcan Erebus.

 

Erebus-plume.jpgCoupe dans la croûte et le manteau supérieur sous l'île de Ross montrant schématiquement le panache mantellique de l'Erebus - notez la vitesse de remontée : 6 cm. par an -  doc. MEVO- Mount erebus Volcano Observatory.

 

EREBUSPANORAMA---US-Antarctic-program.JPG              Erebus 2003 - Photograph by: Michael Hoffman - National Science Foundation

 

L'Erebus fait partie du groupe volcanique Mc Murdo, composé de volcans intraplaques, datés de la fin du Cénozoïque.

Une datation précise de ses laves par la technique Ar40/Ar39 par Ph.Kyle, C.Harpel et R.Esser à partir de 1993, a permis de retracer l'évolution du volcan.

evol11. de 1,3 Ma à 700.000 ans : naissance d'un volcan-bouclier, le proto-Erebus et phase de construction du cône par de la basanite-téphrite* (entre 1,3 Ma et 1,05 Ma) , puis par de la phonotéphrite* (1,05 Ma - 0,7 Ma)

evol22. de 700.000 à 350.000 ans : l'affaissement du sommet du proto-Erebus produit l'escarpement de Fang Ridge. L'activité se poursuit sur le flanc avec production de phonotéphrite* et téphriphonolite*.

evol33. de 350.000 à 250.000 ans : changement de type d'activité et passage de la téphriphonolite du proto-Erebus à la téphriphonolite anorthoclasephyrique de l'Erebus moderne.

evol4.jpg4. de 250.000 à 90.000 ans : construction de l'excroissance de l'Erebus moderne.


evol5.jpg5. de 90.000 à 70.000 ans : deuxième épisode d'effondrement et production de la caldeira actuelle.

 

 

evol6.jpg6. de 70.000 ans à la période présente : l'activité, tant sommitale que de flanc, continue de produire des téphrites anorthoclase et des phonolites.

L'actuel cône pyroclastique s'est édifié au cours du dernier millénaire.

 

Erebus---Fang-ridge-et-derr.-Terror---Bill-Rose-Michigan-te.jpgSur cette photo, on peut détailler la topographie du volcan Erebus : Le volcan moderne avec sa caldeira de deuxième génération , surmontée du cône pyroclastique. La zone foncée et exempte de neige est l'escarpement de Fang Ridge; derrière celui-ci, le volcan Terror au loin.

 

La topographie du volcan :

un plateau sommital, situé à une altitude de 3.200 mètres, définit les contiurs de la caldeira la plus récente. Le cône sommital pyroclastique est surmonté d'un cratère de 500 mètres sur 600 (main crater) et profond de 110 mètres. Celui-ci abrite un lac de lave actif dans un cratère-puit interne de 250 m. de large et 100 m. de profondeur (inner crater).

 

19ere01f.png                           Sommet de l'Erebus - After Lyon and Giggenbach, 1974. - GVP.

 

Erabus-crateres---Bill-Rose-Michigan-technological-un-jpgErebus : main crater et inner crater fumant - photo Bill Rose / Michigan technological University. - Notez que photo et schéma ont des orientations différentes.

 

Mount_Erebus_in_2009---usap.gov.JPG       Erebus - Main crater fumant et en arrière et à droite, side crater -  photo usap.gov

 

Un volcan "en or" !

Particularité des laves de L'Erebus : une teneur en or supérieure à la normale ... le volcan émet jusqu'à 80 grammes d'or par jour !

Cet or est projeté dans l'atmosphère sous forme de fines particules métalliques, d'une taille comprise entre 0,1 et 20 microns dans les gaz échappés du volcan et de 60 microns dans la neige aux alentours de celui-ci. Cette particularité est rendue possible par la présence d'un lac de lave au fond du cratère, où l'or a le temps de cristalliser à la surface du magma en fusion avant d'être expulsé par les panaches de gaz.

 

 

Le lac de lave de l'Erebus :

L'Erebus est un des rares volcans sur la planète a posséder un lac de lave quasi permanent, avec le Nyiragongo (RDC), l'Erta Ale (Ethiopie), et le Kilauea (Hawaii). Les laves de ces lacs ont une composition basaltique, à l'exception notable de celles de l'Erebus, de composition phonolitique.

La dernière phase éruptive de l'Erebus a débuté en 1972 et est toujours en cours; l'activité du lac de lave est fluctuente, mais le dégazage est persistant; le convection des fluides au niveau du lac peut s'avérer "vigoureuse" lors de périodes de plus forte activité, avec pulvérisations des parois du cratère par des lambeaux de lave.

(voir la vidéo en infra-rouge versus les photos)

Les températures relevées : pour le magma, environ 1.000°C; pour la surface du lac, elles sont variables entre 400 et 500°C, selon son activité.


Erebus-Main-lavalake----MEVO.jpg

               Erebus : dégazage permanent et croûte rougeoiante  - photo MEVO.

 

Erebus Mainn 12.2005 - Clive Oppenheimer MEO

                         Erebus - le lac de lave en décembre 2005 - photo Clive Oppenheimer / MEVO.

 

 

Erebus - activité du lac de lave en 2007.

 

Erebus-12.2010---MEVO.jpg

              Erebus - Fontaines de lave et dégazage le 25 décembre 2010  - photo MEVO.

 

 

Le volcan Terror, voisin de l'Erebus :

Ce grand volcan-bouclier, et les nombreux dômes et cinder cones situés sur ses flancs, sont couverts de glace et de neige.

Une analyse des roches situées à sa base ont permis une datation du volcan et de ses dernières activités entre 820.000 ans et 1,75 Ma ... depuis, celui-ci n'inspire plus la terreur.

 

Erebus-G---Terror-D---NOAA-copie.jpg        Le volcan Terror à l'avant-plan - à gauche et fumant, l'Erebus. -  photo NOAA.

 

* : Roches magmatiques volcaniques de la série Hyper-alcaline

TAS.gif

 

Sources :

- Global Volcanism Program - Erebus

- Seismic imaging of the upper mantle under the Erebus hotspot in Antarctica- by S.Gupta, D.Zhao and S.S.Rai / Nat. Geophysical Research inst.Huderabad India - Dpt. Geophysics Tohoku un. Japan

- Journal of Petrology - Petrologic evolution of anorthoclase phonolite lavas at Mt.Erebus, Ross island, Antarctica - by P.R. Kyle, J.A. Moore, M.F. Tirlwal.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

 

Les îles Sandwich du sud comprennent 11 îles couvertes à 80% par la glace, et forment un arc volcanique, courant entre 563 et 805 km., au sud-est de la Géorgie du sud.

La composition moyenne du sol est : 60% de lave et 40% de téphra.

Elles sont inhabitées à l'exception d'une station de recherche Zavodovski-Island.jpgargentine sur Thule présente de 1976 à 1982, et abandonnée ensuite sous la pression des Britanniques, qui avaient annexé ces îles en 1908. Elles sont administrées par le Royaume-Uni depuis les îles Falklands.

Timbre représentant Zavodovski - émis sous "Falkland islands dependencies".

Le capitaine James Cook appela les îles Sandwich : "la plus horrible côte au monde " et " condamnée par la nature à ne jamais sentir la chaleur des rayons du soleil ".

  

SSI-Location-Montagu-isl-JPGSouth_Georgia_and_South_Sandwich_Islands.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La micro-plaque est l'une des plus petites répertoriées ; elle n'est âgée que de 8 millions d'années et est en mouvement vers l'est avec un ratio de 7 cm. par an.

L'arc volcanique, d'un âge estimé à 5 millions d'années, résulte de la subduction de la plaque sud-américaine sous la micro-plaque sud-Sandwich.

 

Sandplate.gif         Tectonique de la plaque Sandwich (en bleu) - Barker & Hill 1981 / Oregonstate Un.

 

scotia_plate_USGS.jpgL'arc volcanique et les limites de plaques sont soulignés par les séismes. Carte USGS 

L'île Zavodovski et le Mont Curry :

Elle fut découverte par Fabian Gottlieb von Bellingshausen, un explorateur russe le 24 décembre 1819 et baptisée du nom du capitaine du navire à bord duquel avait lieu l'expédition, Ivan Zavodovski.

 

Zavodoski---Mt-Curry----John-Smellie-British-Antarctic-Surv.jpgL'île Zavodovski et le Mt Curry fumant - photo john Smellie / British Antarctic Survey.


Cette île de 65 km. de large est un stratovolcan basaltique, le Mont Curry, qui culmine à 551 m. Il est flanqué côté est par deux cônes parasites; deux fissures s'étendent du sommet en direction de ces cratères et une plate-forme de lave borde la côte.

Une chaîne de volcans sous-marins longue de 55 km. et orientée est-ouest, de composition silicique, ferme l'arc volcanique au nord : l'aire de Protector Shoal.

Elle abrite une grande colonie de deux millions de manchots à jugulaires, Pygoscelis antarcticus.

 

Antarctic-_antarctic_penguin_-js-_46.jpgLe manchot à jugulaire est un "oiseau-géologue" qui ramasse des pierres (volcaniques) pour constituer une bordure circulaire à son nid.

 Le Protector Shoal est situé à 56 km. au nord-ouest de Zavodovski ; son cône asymétrique à son pied à moins 1200 m. et son sommet à seulement 27 m. sous le niveau marin. Sa seule éruption connue date de 1962, et fut détectée par un patrouilleur de la Navy grâce à un immense radeau de ponce rhyolitique (2.000 miles²) qui a dérivé en direction de la Nouvelle-Zélande. La rhyolite émise constitue une exception dans cet arc à 70% basaltique.

 

L'île Visokoi et le Mont Hodson :

Cette île ovale, de 7,2 km. sur 4,8, est formé d'un stratovolcan, le Mont Hodson, qui culmine à 1.005 mètres., décentré vers l'ouest.

Ses bas-flancs sont ponctués de cônes de scories basaltiques.

Sa morphologie suggère une activité jusque récement; on lui attribue des éruptions en 1830 et 1930. Son sommet recouvert de glace est habituellement obscurci par de la vapeur ou du brouillard.

 

Mt Hodson - John Smelleie BAS

Le Mont Hodson dans la grisaille australe - photo John Smellie / British Antarctic Survey.

 

L'île Montagu et le Mont Belinda :

Montagu est un volcan-bouclier massif de 10 km. sur 12, surmontant le plancher océanique de 3.000 mètres.

On a donné le nom de Belinda au plus jeune cône et au plus haut point de la caldeira sommitale.

Le Mont Océanite est un pic isolé à la pointe sud-est de l'île, haut de 900 mètres et coiffé d'un cratère large de 270 mètres. Il est la source des coulées de lave rencontrées à Mathias point et Allen point.

Aucune activité historique n'a été signalée, jusqu'en fin 2001, data à laquelle des données satellitaires Modis révélèrent une anomalie thermique : en fait, un lac de lave persistant depuis cette découverte. D'autres anomalies thermiques furent signalées entre mars 1995 et février 1998. Une phase éruptive longue, repérée en octobre 2001 par satellite, s'est poursuivie jusqu'en septembre 2007.

 

Belinda_4m_IKONOS-Nasa01.10.2004.jpg

            Eruption du 01.10.2004 vue par le satellite Ikonos de la Nasa - Courtesy of Space Imaging and James B. Garvin, NASA.

 

Belinda---Montagu---Nasa-Aster-23.09.2005.jpg

Le Mt Belinda en éruption le 23.09.2005 - satellite Aster / Nasa en fausses couleurs - on y remarque l'anomalie thermique au niveau de l'évent central, les coulées de lave  et leur entrée en mer avec des nuages blancs de vapeur. Le Mt Océanite est visible à la pointe sud-est de l'île.

ASTER image courtesy of Hawaii Institute of Geophysics and Planetology (HIGP) Thermal Alerts Team, 2005.

 

MtBelinda-13.01.2006---GVP.jpg

                                    Le Belinda, le 13 janvier 2006, vu d'un bateau .

Photo courtesy of Dave Hall, Frikkie Viljoen and Ian Hunter, 2006 (SA Argulhas and South African Weather Service).

 

Les îles Thule : Thule, Cook et Bellingshausen.

Au sud de l'arc des Sandwich du sud, trois îles formées de stratovolcans sont composées de laves différentes des laves basaltiques communément rencontrées sur les autres volcans.

Thule est de composition andésitique à dacitique, Cook est basaltique à dacitique et Bellingshausen est un jeune cône andésitique.

 

Thule-et-Cook-islands.jpg     Thule et Cook sont séparées par le Douglas strait  et par une caldeira sous-marine.

 Thule (la Thule du sud ... à ne pas confondre avec son homonyme nordique) est situé à l'ouest du groupe et son sommet est tronqué par une caldeira emplie de glace de 1.500 à 2.000 m. de large. Les éruptions historiques sont datées de 1975, et de 1962.

Cook en est séparée par une caldeira sous-marine de 4,3 km. sur 4,8.

Ces deux îles pourraient n'avoir formé qu'une seule grande structure antérieurement.

Une autre caldeira sous-marine possible se situerait à l'est de Cook et au sud de Bellingshausen.

 

Thule-et-Cook---image-sat-Aster-2003.jpgSur cette image satellitaire Aster de 2003, Thule à gauche, fumante, et Cook à droite - La zone entre les îles et libre de glace correspond à la caldeira sous-marine. - National Aeronautical and Space Administration, courtesy of ASTER science team 


Sources :

- Global Volcanism Program - Zavodovski - Protector Shoal - Montagu - Thule.

- USGS - Lava and ice mingle in the South Sandwich island

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Inversion de polarité ... nous passons des glaces de l'Alaska et des Aléoutiennes au nord, à celles de l'Antarctique.


Au niveau tectonique, la plaque tectonique qui nous intéresse est la plaque Antarctique : en expansion "lente", elle est bordée de dorsales, dont les dorsales sud de l'océan Indien, la dorsale Pacifique-Antarctique et la dorsale Chilienne. Elle se dirige vers l'océan atlantique à une vitesse de 2,05 cm. par an - référentiel plaque Africaine.

 

Antarctic_Plate_map-fr.png

                           La plaque Antarctique en présentation "planisphère" .

antar-plak.jpgLes limites de la plaque Antarctique sont des dorsales, marquées par nombre de séismes.

 

La plaque Antarctique supporte le continent antarctique et l'océan antarctique, aussi dénommé océan austral. L'océan austral est parcouru par le courant circumpolaire antarctique et comprend plusieurs mers : les mers d'Admundsen, de Bellingshausen, de Ross, de Weddell et de Scoria. Sa superficie totale est de 20.327.000 km² et la longueur des côtes baignées de 17.368 km.


Tous ces noms sont liés à ceux des premiers explorateurs : le premier aperçu de l'antarctique est effectué le 27 janvier 1820 Erebus_and_terror_1840.jpgpar un capitaine de la Marine Impériale de Russie, Fabian Gottlieb von Bellingshausen ; il faut attendre ensuite 1839, et l'expédition Britannique de James Clark Ross et ses navires les HMS Erebus et HMS Terror  - dont le nom des navires a été donné aux volcans aperçus par Ross. 

Image ID des HMS Erebus et Terror : theb3770, Historic C&GS Collection Location: South Atlantic Ocean Photo Date: 1840 Credit: NOAA Central Library

Belgica1web.jpgCe sera ensuite au tour des expéditions françaises, en 1840, avec Dumont d'Urville et belges, de 1897-98 sur le navire Belgica, sous le commandemant d'Adrien de Gerlache de Gomery, secondé par Roald Amundsen, qui fut le premier à atteindre le pôle sud en 1911.  - Photo du Belgica - photolib NOAA http://www.photolib.noaa.gov/htmls/corp2838.htm

 

Antarctique_carte.png

 

Après la petite histoire, passons aux volcans : 33 volcans (32 datés de l'holocène et 1 du pléistocéne) composent la liste du Global Volcanism Program, répartis en trois zones :

- le continent Antarctique, avec l'Erebus.

- les îles Ballény, au sud du continent, avec Brown peak.

- les îles Sandwich du sud, au nord du continent, avec le Zavodoski et l'île Montagu.

 

Erebus-from-LEH-12.2010-MEVO.jpg  L'Erebus en décembre 2010 - photo du MEVO - Mont Erebus Volcano Observatory

 

Le volcanisme des Sandwich et des Balleny est à relier avec le volcanisme du Cercle de feu du Pacifique, dont ils constituent les structures les plus australes.

images.jpg

 

Un effort d'imagination est demandé pour relier les zones de volcanisme est et ouest de l'antarctique aux extrémités des branches descendantes du cercle de feu.


e-gaia.gif

La subduction traditionnellement liée est ici limitée à une petite section, située au sud des îles Shetland.

 

Le volcanisme du continent antarctique est, quant à lui, causé par le rifting, le long de nombreuses zones de rift croissantes du nord vers le sud : le grand Rift ouest-antarctique s'étend de la base de la péninsule jusqu'aux environs de l'île de Ross.

 

AntarcticaMap.gif                                          Les volcans du continent antarctique

 

Les zones de subduction produisent un magma visqueux à haute teneur en silice responsable d'éruptions explosives.

Les zones d'extension, associées aux volcanisme intraplaque le long de zones de rift, produisent des magmas alcalins avec comme résultante la formation principalement de volcans-boucliers ... des magmas alcalins peuvent aussi produire des stratovolcans, si leurs laves possèdent une forte teneur en silice, comme c'est le cas à l'Erebus.


Sources :

- Global Volcanism Program - Antarctic volcanoes list

- USGS - Tectonics of the west antarctic rift system : new light on the history and dynamics of distribued intracontinental

extension - by C.S.Siddoway 2007

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog