Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

Le centre du Salvador est occupé par divers types de volcans : deux stratovolcans complexes, le San Salvador et le San Vicente, la caldeira de l'Ilopango et un groupe de diverses structures regroupées sous la dénomination de "champ volcanique d'Apastepeque.

 

 

Le volcan San Salvador, aussi connu comme Quetzaltepec, est un volcan complexe situé au nord-ouest de la capitale, San Salvador.

Cette cité est collée au volcan et sa partie ouest se développe même sur ses flancs, faisant fit des risques potentiels.

L'édifice antique, formé il y a plus de 70.000 ans, mesure 10 sur 14 km. et culminait jadis à 3.000 m.; Un épisode éruptif explosif, appelé "G-1" a formé, il y a 40 à 50.000 ans, un cratère de 4,5 km sur 6. Les pics Picacho et Jabali constituent les restes de ce cratère.

 

 

San-Salvador---C.Pullinger.jpgLe volcan San Salvador - à gauche, le cratère du Boqueron, au centre El Picacho peak, 

à droite, la cité de San Salvador - photo Carlos Pulliger SNET/GVP.


Ce cratère a été pratiquement rempli par un nouvel édifice, le volcan Boqueron, qui s'est formé entre 40.000 et 1.580 ans. Les laves émises par le Boqueron contiennent plus d'éléments alcalins et d'oxydes de fer que les laves du San Salvador; cette différence de composition a permis de faire une distinction chimique entre les deux édifices. Il y a environ 800 ans, une explosion violente a formé le cratère visible actuellement et lui a donné son nom : Boqueron peut se traduire comme "grande gueule" en espagnol ... 1,5 km. de diamètre et 500 m. de profondeur , il contient même des cultures de céréales.

 

800px-Boquerón crater

 

Le cratère du Boqueron, avec le Boqueroncito, cinder cone datant de 1917. - Wikipedia.

 

Dans le contexte général de stratovolcans issus de la subduction de la plaque Cocos sous la Caraïbe, apparait une variante : le champ volcanique d'Apastepeque, au nord de la ville de San Vicente.

 

Une douzaine de formations différentes, incluant des dômes de lave, des cônes de cendres et des maars, forment ce champ volcanique dans une chronologie éruptive précise : les dômes andésitique à dacitique suivent les éruptions de ponces dacitiques; ensuite une série de cônes basaltiques se forment et, enfin, certaines éruptions basaltiques se concluent avec la Laguna de Apasteque - C.Pullinger SNETformation de maars, profonds pour certains de plus de 100 mètres, d'autres occupés par des lacs comme la laguna de Apastepeque et la laguna Chalchuapan.

La Laguna de Apastepeque ( 800 m large, 50 m profondeur, élévation des parois 5 m.) - photo C.Pulliger / GVP

 

Hoyo de Calderas - G.Kysar Smithson.Hoyo de Calderas, aussi connu comme El Ollo, est un cratère d'éruption phréatique de 700 m de large pour 140 m. de profondeur, dont le fond est occupé par des cultures.

Photo by Giuseppina Kysar, 1999 (Smithsonian Institution).

 

Le volcan San Vicente, aussi appelé Chichontepec, est né au Pleistocène; une paire de volcans-jumeaux se sont ensuite formés dans la caldeira La Carbonera, avec leurs cratères orientés OSO-ENE. Diverses coulées de lave habillent les flancs du volcan, les dernières recouvertes par des dépôts en provenance d'une éruption majeure de l'Ilopango voisin.

De nombreuses sources chaudes et fumerolles sont présentes sur les flancs N. et O.

 

San-Vicente---Kristal-Dorion-USGS.jpgLas Chiches, les volcans jumeaux qui surmontent le San Vicente - photo Kristal Dorion USGS - les flots de lave lobés à l'avant-plan, sont antérieurs au 5° siècle.

 

Ilopango - Tierra Blanca JovenLa formation TBJ - Tierra Blanca Joven - exposée dans une carrière près de Cojutepeque, à 9 km. de la caldera émettrice, est datée du 5°siècle

Photo G.Kysar Smithsonian.

 


La caldeira de l'Ilopango, aujourd'hui remplie par un lac, mesure 8 km. sur 11, avec des rives hautes de 150 à 500 m.

Quatre éruptions explosives de nature dacito-rhyolitiques couvrirent le pays de dépôts pyroclastiques à la fin du Pleistocène et à l'Holocène.

Le dernier effondrement de la caldera est la résultante de l'éruption massive TBJ (Terra Blanca Joven) au 5° siècle, qui dévasta des cités Mayas sous les coulées pyroclastiques.

 

Sources :

- Global Volcanism Program - San Salvador

                                        - Apastepeque field

                                        - San Vicente

                                        - Ilopango

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

 

 

3110mig1

 

En partant de la frontière guatémaltèque, le premier complexe volcanique qui se présente est celui formé par le Santa Ana, L'Izalco et la caldera du Coatepeque.

 

Le Santa Ana, aussi appelé Ilamatepec, est le plus haut volcan salvadorien avec 2.381 m. Ce stratovolcan a son sommet tronqué par une série de quatre cratères imbriqués, dont le dernier abrite un lac fortement acide (pH = 1) et de couleur variant entre le vert bronze et le vert jade - profondeur : 27 m.; diamètre : 250 m.; température : 30°C en 2000.

Une série d'évents parasites et de cônes  se sont formés le long  d'une structure fissurale de 20 km. sur le flanc SE.


Santa-Ana-M.Carr-1982.jpg

          Photo aérienne by Mike Carr, 1982 (Rutgers University).

 

Santa Ana P.kimberly smiths.Le cratère du Santa Ana, son lac acide et ses fumerolles - photo P.Kimberly Smitsonian inst.

Une belle succession de couches de tephras haute de plus de 100 m. provient d'éruptions phréatomagmatiques.

 

l'Izalco est connu aussi sous la dénomination de El Faro, "le phare du Pacifique", à cause de ses éruptions stromboliennes fréquentes servant de balise pour les navires.

  

Izalco-sur-fond-de-Santa-Ana-et-Cerro-verde.jpgAu centre, le cône de l'Izalco construit sur le flanc sud du Santa Ana, visible avec son sommet plat à gauche ; sur sa droite, le Cerro Verde, un cône pyroclastique andésito-basaltique.

Photo Lee Siebert - Smithsonian institute.

 

C'est le plus jeune volcan de la chaine du Salvador; il est né en 1770 sur le flanc sud du volcan Santa Ana. Durant les deux siècles qui ont précédé sa dernière éruption, datée de 1966, il s'est construit un cône de 650 m. de haut,typique des stratovolcans, tronqué par un cratère sommital de 250 mètres de large.

Fort actif durant les temps historiques, son cône dénudé contraste avec son environnement forestier.

Formé de coulées de lave et de débris pyroclastiques andésito-basaltique, il contraste avec son voisin, le Santa Ana, caractérisé par des évents fissuraux sur ses flancs.

 

Izalco---S.O-Meara.jpg                                Le cône dénudé de l'Izalco - photo steve O'Meara.



Izalco - champs lave - L.Siebert-copie-1Sur cette photo de Lee Siebert - Smithsonian institute - datée de 1999, on peut voir le champ de lave qui s'étend sur 7 km. à partir du sommet ; des fumerolles sommitales sont toujours actives trois décennies après l'éruption de 1966.

 

La caldeira et le lac Coatepeque :

La caldeira Coatepeque, large de 7 km. sur 10, résulte de l'effondrement d'un groupe de stratovolcans qui étaient situés à l'est du Santa Ana. Elle s'est formée suite à une série d'éruptions explosives de type rhyolitiques, entre 72.000 et 51.000 ans. Son côté Est est rempli par un lac de cratère, qui abrite sur ses bords des sources chaudes. Le côté sud-ouest a été tronqué partiellement par la Santa Ana.

 

Coatepeque-caldera---Lee-Siebert-Smiths-jpg         Coatepeque : la caldera, le lac et la isla de Cabra, dôme rhyolitique.

                      photo Lee Siebert - Smithsonian inst.


Des éruptions post-caldeira ont produits des cinder cones et des coulées de lave, ainsi que l'extrusion de dômes de lave rhyolitiques; le plus important de ces dômes forme l'île arborée de Cabra, ou Cerro Grande.

Un autre dôme, le Cerro Pacho se serait formé il y a seulement 10.000 ans.

Coatepeque----depots-C.Pullinger.jpgDes ponces rhyolitiques et des coulées pyroclastiques se voient exposés dans les parois d'une carrière; 40 km³ datent de 72.000 ans (éruption

Arce) et les 16 km³ supérieurs de 57.000 ans (éruption Congo).

 

Photo C.Pullinger - Servicio nacional de estudios territoriales , El Salvador

 


Sources :

Global Volcanism Program

     - Santa Ana

     - Izalco

     - Coatepeque

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Une photo de famille de quelques volcans du Salvador, publiée ce 31 mars par la Nasa, nous offre l'occasion d'analyser d'un peu plus près 

 

                                 les volcans du SALVADOR.

 

 

ISS023-E-22411.jpg

Astronaut photograph ISS023-E-22411 was acquired on March 31, 2010, with a Nikon D3X digital camera fitted with an effective 340 mm lens, and is provided by the ISS Crew Earth Observations experiment and Image Science & Analysis Laboratory, Johnson Space Center. The image was taken by the Expedition 23 crew.

 

 

Sur cette photo prise par l'équipage de la station spatiale internationale de la région proche d'Usulutan, on découvre quatre stratovolcans : le San Miguel, connu aussi sous le nom de Chaparrastique, le Chinameca, ou El Pacayal, avec sa large caldeira; plus à l'ouest, le volcan El Tigre, le plus vieux des quatre, et le volcan Usulutan avec son cratère ouvert du côté est. Deux zones urbanisées sont visibles à proximité des volcans : Santiago de Mara et Usulutan.

 

map el salvador volcanoes

 

Riche de nombreux sites précolombiens batis par les Mayas, ce pays est coincé entre le Guatemala, le Honduras et le Nicaragua. Plus de 25  volcans, partie de la chaîne volcanique centro-américaine, sont issus du volcanisme de subduction de la plaque Cocos sous la plaque Caraïbes, à la vitesse moyenne de 5-8 cm par an.

Beaucoup sont considérés comme inactifs, les plus turbulents sont l'Izalco, le Santa Ana et le San Miguel.

 

Image1.jpg

 

Sources :

- Nasa Earth Observatory

- Global Volcanism Program - El Salvador and Honduras

- USGS - map

- USGS - El Salvador volcanoes and volcanics

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Chicoltin basalt field :

 

Zone d'éruptions de coulées de laves basaltiques, de faible volume, située à environ 150 km à l'intérieur des terres, à partir de la chaîne volcanique de Garibaldi et parallèle à celle-ci. L'activité volcanique de cette région serait due à une extension de la croûte terrestre, sous la zone de subduction côtière. Ce phénomène est communément appelé "volcanisme d'extension d'arrière-arc ".

Trois principales périodes caractérisent l'activité du plateau basaltique :

- 16 à 14 Ma

- 10 à 6 Ma (principal volume)

- 3 à 1 Ma


Wells Gray-Clearwater volcanic field :

 

La région de Wells Gray située au nord de la Colombie-Britannique, est un champ volcanique constitué de plusieurs petits volcans basaltiques. Ces volcans individuels ont été actifs pendant les derniers 3 millions d'années. Pendant ces années, la région a été recouverte au mois 2 fois, par d'épaisses couches de glaces, et ce, avant la bien connue glaciation de Fraser (aussi appelé "glaciation du Wisconsin"). Les éruptions volcaniques sous et à travers les glaciers ont produit des volcans et dépôts sous-glaciaires uniques, incluant un volcan explosif subaquatique, 5 tuyas, au moins une butte sous-glaciaire et plusieurs dépôts épais de roches volcaniques, remplissant les vallées. Entre les périodes de glaciations, les volcans ont continué de faire éruption et ainsi de remplire les rivières ets vallées de plusieurs couches de coulées de laves basaltiques. Les coulées qui ont empli les vallées, aujourd'hui entrecoupées par les rivières, ont créé un paysage unique de vallées étroites et escarpées.

Les volcans du champ incluent la montagne Pyramid et le cône Kostal.

 

Kostal_Volcano---wells-gray-clearwater---wiki.jpgLe cône Kostal, cinder cone polygénétique, et siège de la dernière éruption dans

ce champ volcanique, il y a 400 ans (Hickson et Edwards -2001)

Photo nass 5518 / wikipedia.

 

Sources :

- Ressources naturelles Canada - les volcans du Canada

- Global Volcanism Program - Wells Gray-Clearwater

 

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Cette chaîne de volcans Anahim, qui s'étire le long d'un axe est-ouest, s'étend de la côte ouest de la Colombie-Britannique, juste au nord de l'île de Vancouver, jusque sur le Plateau Intérieur, près de Quesnel. La plupart des volcans de la chaîne Anahim “rajeunissent” à mesure que l'on progresse de la côte vers l'intérieur, d'ouest vers l'est. Leur formation tient probablement au passage de la plaque continentale nord-américaine, cheminant tranquillement vers l'ouest, au-dessus d'un petit point chaud comme celui qui alimente les îles hawaïennes. Parmi les volcans de cette chaîne, on retrouve ceux des monts Rainbow, Ilgachuz et Itcha ainsi que le cône Nazko qui n'a que 7200 ans.

 

1000px-Anahim_Volcanic_Belt-en.svg.png          Document Wikipedia .

 

800px-Nazko_Cone-_British_Columbia.jpg             Le cône Nazko, cinder cone basaltique  - photo nass 5518/wikipedia

 

Le cône Nazko est un petit volcan recouvert d'arbres, environ 75 kilomètres à l'ouest de Quesnel, au centre de la Colombie-Britannique. Il serait l'expression la plus a l'est du point chaud d'Anahim qui s'étend à travers la Colombie-Britannique, à partir de Nazko jusqu'à l'océan pacifique. Le volcan comprend des coulées de laves et un cône composé de cendres, et de tephras. La séquence d'éruption de Nazko a commencé par l'éruption de deux séries distinctes de coulées de lave fluides, une première de basalte anciens de couleur grise, recouvert par une deuxième plus récente de basaltes noirs. Les éruptions passives de laves ont été suivies d'une période d' éruptions pyroclastiques explosives de bombes et de cendres volcaniques. Cette activité explosive a construit trois cônes de cendres superposés qui ont été fissurés par l'éruption de deux coulées de laves, pendant la dernières phase de l'éruption explosive. Finalement, l'activité volcanique explosive a dispersé des tephras au nord et à l'est des cônes. Les dépôts de tephra sont plus épais près des cônes (> 3 m) et s'amincit jusqu'à quelques centimètres d'épaisseur à seulement quelques kilomètres de distance, ce qui suggère que les éruptions explosives aient été relativement petites.

Les plus anciennes coulées de laves du volcan Nazko ont été datés à approximativement 340 000 ans en utilisant la méthode de K-Ar. Les plus jeunes dépôts de retombées de tephras ont été datés indirectement en analysant le bois brûlé dans les tephras. Ce bois brûlé serait âgé de 10000 à 7000 années radiocarbones. L'âge des tephras peut être confirmé géologiquement puisqu'on retrouve le matériel des retombées sur la moraine glacière déposée lors de la Glaciation de Fraser, qui s'est terminé il y a environ 10000 ans. Le cône de cendres de Nazko est actuellement exploité pour ses scories, qui sont utilisé comme agrégat léger pour l'aménagement paysager et le recouvrement et comme additif pour les sols agricoles et horticoles.

 

Garibaldi volcanic  belt :

 

La Chaîne volcanique Garibaldi est l'extension Nord de la chaîne volcanique des Cascades, dans le Nord-Ouest des États-Unis (incluant Mont Baker et Mont St-Helens). Elle contient aussi les volcans les plus jeunes et les plus explosifs du Canada. Les volcans qui la composent sont aussi les plus près des régions de forte population du Sud-Ouest de la Colombie-Britannique. Cette chaîne volcanique est le résultat de la subduction de la plaque tectonique de Juan de Fuca sous la plaque tectonique Nord-Américaine. Les deux plaques se rencontrent du coté de la mer, sur la côte ouest de l'île de Vancouver. La chaîne volcanique Garibaldi est caractérisée par des stratovolcans, typique des zones de subductions incluant Mont Garibaldi, Mont Price, Black Tusk, Mont Cayley, Mont Fee, Mont Meager et Mont Silverthrone.

 

Mt-Capricorn--Mt-Meager--Plinth-Mt---L.Siebert.jpg  De gauche à droite, le Mont Capricorn, le Mont Meager et Plinth Mountain.

   photo Lee Siebert - Smithsonian.


L'éruption du Mont Meager, il y a 2350 ans est l'éruption explosive la plus jeune du Canada. Cette éruption était du même type que l'éruption du Mont St-Helens, en 1980, et celle du Montserrat, qui se poursuit toujours aujourd'hui. La phase explosive de l'éruption a généré un panache de cendres qui a recouvert la majorité du sud de la Colombie-Britannique et s'est étendu jusqu'au sud de l'Alberta. L'existence d'anomalies thermiques sous le Mont Meager est confirmée par la grande quantité de sources chaudes entourant le volcan, certaines desquelles alimentent les bains thermaux de la "Meager hotsprings".


 

500px-Garibaldi_Volcanic_Belt-en.svg.png

Le volcan Garibaldi est un stratovolcan dacitique érodé situé à 80 kilomètres au nord de Vancouver; il se compose du Mont Garibaldi, de Atwell Pic, et du dôme de Dalton. Ce centre volcanique Pléistocène fait partie d'une zone volcanique qui contient environ 13 cheminées dans une zone de 30 kilomètres de long par 15 kilomètres de large La majorité de cette zone étant le parc provincial de Garibaldi.

L'histoire éruptive du volcan de Garibaldi implique une première période de volcanisme (il y a 200 000-300 000 ans) suivie d'une période de repos. L'activité volcanique des 50.000 dernières années, caractérisé par une série d'éruptions violentes, a reconstruit l'édifice volcanique. Ces éruptions en série sont comparable a l'éruption qui a formé le Mont Pelé en 1902 et a détruit la ville de St Pierre sur l'île de la Martinique. Puisque les coulées pyroclastiques successives se sont accumulées à la base de la montagne, le volcan a pris une forme conique élargie. Une partie du flanc sud-ouest du volcan a été construite sous une épaisse couche de glace appartenant aux glaciers occupant la vallée de la rivière Squamish.

 

Mount_Garibaldi---Michael-Scheltgen.jpg   Garibaldi Lake volcanic field - photo Mickaël Scheltgen.

Les différents édifices volcaniques: Le stratovolcan Garibaldi, avec ses trois crêtes

Mt Garibaldi, Pic Atwell et Dalton dome - en arrière-plan.

Devant : "Table Mountain", un tuya d'éruption sous-glaciaire, Pic Clincker et Mt Price.

 

 

the-table.jpg

         The Table, volcan tabulaire sous-glaciaire. -auteur non répertorié

 

Sources :

- Ressources naturelles Canada - les volcans du Canada

- Global Volcanism Program - Nazko

                                         - Garibaldi lake - G. volcanic belt

                                         - Garibaldi volcano

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

La chaîne volcanique Stikine (aussi appelée Cordillère du Nord) est une vaste région volcanique qui s'étend du nord de Prince Rupert, à travers le territoire du Yukon, jusqu'aux frontières de l'Alaska. Elle contient plus de 100 volcans, dont 3 ont fait éruptions dans les dernières centaines d'années (2 éruptions ont été observées par les populations environnantes), ce qui en fait la région volcanique la plus active du Canada. Ces volcans se sont formés lors de la fissuration de la croûte terrestre due au déplacement vers le nord de la plaque océanique du Pacifique le long de la bordure de la plaque nord-américaine, en route vers la zone de subduction des Aléoutiennes.


Stikine-volcanic-belt-carte-copie.jpg      Stikine volcanic belt  -  Carte Ressources naturelles Canada.

 

Cette chaîne inclut les volcans Montagne Volcano, Mont Edziza, Montagne Level , le jeune cône volcanique Tseax (240 ans), Lava Fork (360 ans) et Montagne Ruby (103 ans).

Nous n'examinerons que les plus caractéristiques.

 

Fort Selkirk volcanic field :

 

La montagne Volcano est le plus jeune cône du champ volcanique monogénique Fort Selkirk, situé près du confluent des rivières Yukon et Pelly.

Ce champ volcanique résulte d'une séquence de coulées de laves basaltiques à olivine et de laves basanitiques  qui a rempli la vallée, suivie ensuite de la construction de trois cônes pyroclastiques néphélinitiques et de coulées "aa" en tablier.

Le Wootton's cone est composé de tuff hyaloclastite, de brèches en coussin, et de pillow lava d'éruptions sous-glaciaires durant la fin du Pleistocène (Jackson 1989)

(Mécanisme de formation ci-dessous ; butte sous-glaciaire)

Volcano mountain a été produit par des coulées de lave néphélinitiques, datées de 7.300-3000 BP.

 

Volcano Mountain - L.Jackson   Volcano Mountain, cinder cone asymétrique haut de 300 m. - photo L.Jackson

 

Tuya volcanic field : secteur Montagne Level

 

Tuya-butte.jpgUne dizaine de buttes basaltiques formées lors d'éruptions sous-glaciaires , appelées collectivement "tuyas" du nom de la région, voisinent avec de petits volcans boucliers, des cônes postglaciaires formés de lapilli et des coulées de lave.

Photo : Tuya Butte

 

Formation d'une butte sous-glaciaire :


Selon le professeur W.H.Mattews ( université de Colombie britannique - Vancouver) qui a identifié la séquence d'interactions entre la croissance d'un volcan infra-glaciaire et la glace qui le recouvre :


pillow-lava.jpg- La chaleur produite par l'éruption du volcan fait fondre la glace  qui le recouvre; l'eau de fonte refroidit rapidement la lave avec production de lave en coussin (pillow lava).

 


Coupe d'un coussin de lave unique, dans une gangue de hyaloclastite jaunâtre. Les coussins sont des morceaux de lave solide en forme de coussin, avec un bord vitrifié et des joints radiaux, dus au refroidissement.

(Photo C.J. Hickson (Commission géologique du Canada))

 

breche-en-coussins.jpg- par endroits, les coussins

de lave se brisent et roulent en bas de la pente du volcan submergé, formant des "brèches en coussins" (roche composée de lave en coussin) et des "hyaloclastites" (roche composée de fragments de verre volcanique).

On trouve souvent des fragments de lave en coussins avec de la hyaloclastite.Quand on les trouve ensemble, on appelle cela de la 'brèche en coussins'.

(Photo C.J. Hickson (Commission géologique du Canada))

- l'éruption se poursuit par l'émission de coulées de lave, dès qu'elle se produit à l'air libre

 

Les caractéristiques d'un tuya  sont donc un sommet plat, des pentes raides (falaises) et une forme vaguement cylindrique.

Sa structure est triple : un coeur de pillow lavas, recouvert de hyaloclastites, le tout chapeauté par des coulées de lave horizontales lorsque l'éruption finale se fait à l'air libre.

 

 

                   Document Commission géologique du Canada / Ressources naturelles Canada.

fig23_f.gif

                           Phase 1. Éruptions initiales–laves en coussins et hyaloclastite
                           Phase 2b. Formation d'un tertre sous-glaciaire.
                           Phase 3b. Formation d'un tuya.

 

Hoodoo Mountain : secteur Mt Edziza.

 

Ce volcan à sommet plat, composé de produits volcaniques d'éruptions sous-glaciaires et subaérienne, a été formé à 90% sous les glaciers qui le recouvraient; la majeure partie du volcan, datée d'environ 100.000 ans, consiste en couches alternées de phonolites peralcalines, coulées de lave trachytique et des hyaloclastites. Une phase subaérienne a produit des ignimbrites, et la manifestation la plus récente du volcanisme a donné des coulées de lave avec des chenaux bien préservés venant du sommet et d'évents latéraux, il y a 9.000 ans seulement.

 

Hoodoo-mountain---Ben-Edwards-Dickinson-College-Pennsylvani.jpg

     Hoodoo Mountain - photo Ben Edwards, Dickinson College Pennsylvanie.

 

Mount Edziza volcanic complex : secteur Mt. Edziza

 

Ce complexe volcanique couvre environ 1.000 km², et inclue un groupe de volcans boucliers se chevauchant, des stratovolcans, des dômes, des cônes monogéniques et de petites caldeiras, formés entre 7,5 Ma et 1300 av. JC.

 

Edziza---wallpaper-Nat-Geo-Sam-Abell.jpg

 

Ce complexe volcanique est le produit de cinq cycles d'activité magmatique, chacun d'eux débutant avec l'effusion de basalta alcalin à olivine, et culminant avec l'éruption de magma felsique.

- Armadillo Peak : 7-6 Ma

- Spectrum Range : 3-2,5 Ma

- Ice Peak : 1,6-1,5 Ma

Mont-Edziza--bouclier---C.J.Hickson.jpg- Mont Edziza : le plus jeune 1,0-0,9 Ma (Photo de C.J. Hickson

(Commission géologique du Canada))

Dôme de trachyte au cratère rempli de glace, associé à de nombreux dômes satellites.

  Eve Cone copieEve cone, situé sur le flanc nord de l'Edziza, est le mieux préservés des cônes monogéniques du complexe (>30 cônes)

 

Eve cone - Ressources naturelles Canada

 

 

 

Nisga'a memorial lava beds - Cône Tseax :


Le parc provincial de Nisga'a Memorial Lava Beds est situé à environ 60 kilomètres au nord de Terrace, en Colombie-Britannique, et comprend des cônes de cendres accompagnés de coulées de laves du volcan Aiyansh-Tseax River. Les cônes de cendres sont situés dans une vallée au-dessus et à l'est de la rivière Tseax, environ 20 kilomètres au sud de la jonction avec la grande rivière Nass. Le cône le plus récent, 290 m de diamètre à la base, repose sur les restes d'un cône plus grand et sectionnés, d'environ 460 m de diamètre. Les cônes se sont formés dans les confins étroits de l'affluent de la rivière Tseax, et se composent de bombes et de cendres basaltiques. coulees-c-ne-Tseax.jpgLa plus récente des coulées de laves a 22.5 kilomètres de long, à partir du cratère jusqu'à la rivière Nass où, selon la légende des Nisga'a, elle a bloqué l'écoulement de la rivière Nass.

(Photo de C.J. Hickson (Commission géologique du Canada))

 

Le long des cotés sud de la rivière Nass, la lave exposée montre des structures indiquant que la lave aurait coulé sur la terre humide.

L'éruption du cône de Tseax est la seule éruption au Canada pour laquelle les légendes des habitants des premières nations ont pu être vérifiées. Les Nisga'a (gens de Tsimshian) racontent une période prolongée de dérangements causés par le volcan, y compris la destruction de leur village sur la rivière Nass et la mort de plusieurs personnes (2000 présumés) causé par des "fumées toxiques" (Barbeau, 1935). Le cratère a précédemment été actif au moins deux fois (il y a 220 et 650 ans) et les restes d'autres coulées de laves plus anciennes existent dans la région.

 

 

Sources :

- Ressources naturelles Canada - les volcans du Canada

- Global Volcanism Program - Fort Selkirk

                                         - Tuya volcanic field

                                         - Hoodoo mountain

- Petrology of recent lava flows, Volcano mountain, Yukon territory, Canada  in Science Direct

- Tuya mountain provincial park - lien

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages


Cette chaîne de volcans se situe principalement en Alaska, mais s'étend jusqu'au sud-ouest du territoire du Yukon.

Sa formation est le résultat de la fusion de la croûte terrestre causé par la subduction de la plaque océanique du Pacifique sous la plaque de l'Amérique du Nord où se trouve l'arc Aléoutienne. La chaîne volcanique Wrangell inclue les volcans Mont Wrangell, qui a historiquement été actif et Mont Churchill, qui a eu 2 éruptions explosives de magnitude élevées - VEI 6 - dans les 2000 dernières années. Ces éruptions ont recouvert de cendres la majeure partie du Yukon.( vol. de tephras émis : > 2.1010 m³)


 

wvb copie     Doc. Ressources Naturelles Canada, annotée pour localisation .

 

Le massif Bona-Churchill, dans les St Elias mountains en Alaska, forme le volcan quaternaire le plus haut des Etats-Unis; le Mont Churchill est surmonté d'une caldeirade 4,2 km. sur 2,7 et culmine à 4.776 m. Le sommet du Bona est lui à 5.005 m.

 

MtChurchill-CalderaRim    Une équipe de l'USGS marche sur des blocs et des ponces près de la caldeira

sommitale du Mont Churchill; émises il y a 1250 ans, ils forment le lobe Est de

"the white River ash"  - Photo G.Dubois /USGS.


Le Mont Churchill est probablement la source des cendres de la rivière White. Ces cendres sont en fait une épaisse couche de ponces provenant de la plus volumineuse éruption pyroclastique de l'Amérique du Nord depuis les derniers 2000 ans. On estime que ce dépôt de cendre contient entre 25 et 50 km³ de téphras et recouvre plus de 340,000 km² réparti entre le Nord-Est du Canada et l'Est de l'Alaska. Ce dépôt de ponces forme 2 lobes. La datation au radiocarbone indique que le plus petit des deux lobes, situé au Nord, aurait été déposé il y a environ 1890 ans alors que le deuxième lobe, situé à l'Est se serait déposé il y a 1250 ans. Les études sur le terrain ainsi qu'en laboratoire suggèrent que les 2 lobes proviennent de la même cheminée.

D'anciennes légendes aborigènes, non confirmées, suggèrent que l'éruption qui a eu lieu il y a 1250 ans (radiocarbone) aurait perturbé l'approvisionnement de nourriture et forcé les aborigènes à migrer vers le sud.

La présente distribution des cendres de la rivière White montre qu'une autre éruption du Mont Churchill, similaire aux précédentes aurait des répercussions importantes pour le Yukon et la partie sud des Territoires du Nord-Ouest. Comme la quantité de cendres préservée est généralement beaucoup plus faible que la vraie quantité de cendres émises lors de l'éruption, on conclu qu'une éruption du Mont Churchill, aujourd'hui, aurait un impact économique important pour le Canada.

 

Montagne Rabbit et Ruisseau Felsite, situés tous deux au Canada - Colombie Britannique -, sont des affleurements volcaniques errodés datant du Pliocène (1,6-5,3 Ma)

 

Sources :

- Ressources naturelles Canada - les volcans du Canada

- Global Volcanism Program - Churchill

                                         - Wrangell

- Mount Churchill - Alaska : source of the late holocène White river ash par : D. H. Richter, S. J. Preece, R. G. Mcgimsey, and J. A. Westgate

Revue canadienne des sciences de la Terre.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Le Canada semble occuper un "trou" dans le Cercle de feu du Pacifique, bien pourvu d'édifices volcaniques au nord , en Alaska et dans l'arc des Aléoutiennes, et au sud avec les volcans de la chaîne des Cascades et de Californie.

 

volcans du Canada
           Carte des volcans Canadiens - Doc. Ressources Naturelles du Canada.


Les volcans étant plus jeunes qu'environ 5 millions d'années dans cette région, ils peuvent être catégorisés dans six chaînes volcaniques, indiquées sur les cartes ci-dessous, du nord au sud.

 

1. Chaîne volcanique Wrangell

Cette chaîne de volcans se situe principalement en Alaska, mais Wrangell volcanic belts'étend jusqu'au sud-ouest du territoire du Yukon. Sa formation est le résultat de la fusion de la croûte terrestre causé par la subduction de la plaque océanique du Pacifique sous la plaque de l'Amérique du Nord où se trouve l'arc Aléoutienne. La chaîne volcanique Wrangell inclue les volcans mont Wrangell, qui a historiquement été actif et mont Churchill, qui a eu 2 éruptions explosives de magnitude élevée dans les 2000 dernières années. Ces éruptions ont recouvert de cendres la majeure partie du Yukon.

 

2. Chaîne volcanique Stikine (aussi nommée la Province Volcanique de la Cordillère du Nord)

Stikine-volcanic-belt.jpgCette vaste région volcanique s'étend du nord de Prince Rupert, à travers le territoire du Yukon, jusqu'au frontières de l'Alaska. Elle contient plus de 100 volcans, dont 3 ont fait éruptions dans les dernières centaines d'années (2 éruptions ont été observées par les populations environnantes), ce qui en fait la région volcanique la plus active du Canada. Ces volcans se sont formés lors de la fissuration de la croûte terrestre due au déplacement vers le nord de la plaque océanique du Pacifique le long de la bordure de la plaque Nord-Américaine, en route vers la zone de subduction des Aléoutiennes. Cette chaîne inclue les volcans montagne Volcano, mont Edziza, montagne Level, et les jeunes cônes volcaniques Tseax (240 ans), Lava Fork (360 ans) et montagne Ruby (103 ans).

 

3. Chaîne volcanique Anahim

Cette chaîne de volcans s'étend quasi linéairement d'est en Anahim-volcanic-belt.jpgouest à partir de la côte ouest de la Colombie-Britannique, du nord de l'Île de Vancouver, jusqu'au Plateau Intérieur près de Quesnel. Les volcans sont généralement de plus en plus jeunes de la côte au Plateau. Leur formation est probablement le résultat du mouvement, en direction ouest, du continent Américain au-dessus d'un point chaud ('hot spot'), semblable à celui qui approvisionne les Îles d'Hawaii. Les volcans de cette chaîne incluent Rainbow, Ilgachuz, et Itcha ainsi que le cône volcanique Nazko, âgé de seulement 7200 ans.

 

4. Chaîne volcanique Garibaldi

La chaîne volcanique Garibaldi est l'extension Nord de la chaîne volcanique des Cascades, dans le Nord-Ouest des États-Unis (incluant mont Baker et mont St. Hélène). Elle contient aussi Garibaldi-volcanic-belt.jpgles volcans les plus jeunes et les plus explosifs du Canada. Les volcans qui la composent sont aussi les plus près des régions de forte population du Sud-Ouest de la Colombie-Britannique. Cette chaîne volcanique est le résultat de la subduction de la plaque tectonique de Juan de Fuca sous la plaque tectonique Nord-Américaine. Les deux plaques se rencontrent du côté de la mer, sur la côte ouest de l'Île de Vancouver. La chaîne volcanique Garibaldi est caractérisée par des stratovolcans, typique des zones de subductions incluant mont Garibaldi, mont Cayley et mont Meager. L'éruption du mont Meager, il y a 2350 ans est l'éruption explosive la plus jeune du Canada. Cette éruption était du même type que l'éruption du mont St. Hélène, en 1980, et celle du Montserrat aux Caraïbes, qui se poursuit toujours aujourd'hui.

 

5. Plateaux basaltiques Chilcotin

Zone d'éruptions de coulées de laves basaltiques, de faible chilcotin-volcanic-belt.jpgvolume, située environ 150 km à l'est de la chaîne volcanique de Garibaldi et parallèle à celle-ci. L'activité volcanique de cette région serait due à une extension de la croûte terrestre, sous la zone de subduction côtière. Ce phénomène est communément appelé "volcanisme d'extension d'arrière-arc". Les éruptions du volcan Chilcotin se sont produites principalement il y a environ 6 à 10 millions d'années et il y a 2 à 3 millions d'années, au tout début de l'activité volcanique de la chaîne Garibaldi. De plus, quelques éruptions se sont produites au Pléistocène (il y a 0.01 à 1.6 millions d'années). Les cartes ne montrent que les éruptions du Chilcotin qui datent du Pliocène ou plus jeunes.

 

6.  Champ volcanique Wells Gray-Clearwater

La région Wells Gray-Clearwater est un champ volcanique Wells-Gray---Clearwater-volcanic-belt.jpgconstitué de plusieurs petits volcans basaltiques, incluant le groupe du cône Quesnel. L'origine de ce volcanisme est incertaine, mais semble être due à un amincissement local de la croûte terrestre. Puisque plusieurs des éruptions ont eu lieu lors des glaciations, les éruptions ont interféré avec la glace de maniére complexe, pour produire des formes volcaniques distinctes. Quelques-unes des éruptions se sont déroulées dans les derniers 10 milles ans. Les volcans du champ incluent la montagne Pyramid et le cône Kostal.

 

La zone sud-ouest du Canada touche l'arc volcanique des Cascades, aux Etats-Unis, examiné précédemment dans ce blog.

 

Trois environnements tectoniques différents :

- de la subduction au nord et au sud

- du volcanisme de point chaud, avec des volcans alignés

- des zones de rift, avec des volcans basaltiques.

 

Pour vous mettre l'eau à la bouche, un tuya ...

 

Mont-Garibaldi---Lee-Siebert--Smithsonian.jpgLe Mont garibaldi et "the Table", structure tabulairé née d'une éruption sous-glaciaire, appelé aussi "tuya". - Photo Lee Siebert - Smithsonian .

 

et un cône d'éruption fissurale lié au point chaud d'Anahim.

 

nazko_cone--M.C.Kelman.jpg    Le Nazko cone - photo N.C.Kelman - Ressources naturelles Canada.


Sources :

- Volcanoes of North America - United States & Canada

  de Charles Wood et Jürgen Kienle.

- Les volcans du Canada - Ressources naturelles Canada

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

Passer à proximité du Yosemite National Park sans en parler serait un crime esthétique et écologique ...

Yosemite Valley               Yosemite valley, de Glacier Point - Photo Snty-Tact /Wikipedia
                             sur la droite, le silhouette typique de Half dome.

Classé "parc national en 1890, le Yosemite est le deuxième plus ancien parc de l'histoire américaine, après celui du Yellowstone. Parc de haute montagne, avec ses chutes d'eau, ses dômes granitiques, ses sequoia géants, il a été reconnu patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en raison de sa diversité naturelle et paysagère.
Situé à 3 h.30 en voiture de San Francisco, c'est une porte d'accès vers Mono lake et Long Valley.
Il se trouve au centre de la plus haute chaine montagneuse de Californie, le Sierra Nevada; son point culminant est le Mont Lyell, avec 3.997 mètres et plusieurs sommets, tous situés asymétriquement à l'est de la Sierra, dépassent 3.500 mètres.
De nombreux glaciers l'ont façonné et subsistent encore dans des niches orientées au nord ... le réchauffement climatique a programmé leur prochaine disparition.

  Yosemite N.P. - un timide arc-en-ciel sur le sommet de Bridalveil fall, qui coule depuis
   une vallée glaciaire en U ; Halfdome sur la gauche.
  
photo Mila Zinkova.


Brève histoire géologique, liée à la tectonique et au volcanisme :

La phase la plus ancienne a lieu au précambrien et au début du paléozoïque : la région est située sur une marge continentale passive et recouverte de sédiments. Vers 350-300 Ma, la plaque Laurentia, ancêtre de la plaque nord-américaine , bouge vers l'ouest et entre en collision avec la plaque océanique Farallon, créant un arc insulaire volcanique. Par le jeu tectonique, l'océan disparait et l'arc névadien esst collé à la plaque continentale.

Au mésozoïque (250 Ma), l'orogenèse du Nevada construit une chaine montagneuse flirtant avec les 4500 mètres, l'ancêtre de l'actuelle Sierra Nevada. Elle s'accompagne de remontées de magma et de phénomènes volcaniques; une première phase commence vers 200 Ma et se poursuit 50 Ma, avec constitution de batholites; une deuxième phase de formation prend place entre 120 et 80 Ma. Vers la fin du crétacé (60Ma), l'érosion et le soulèvement mettent à jour les masses de granite.
Entre 20 et 5 Ma, des phénomènes volcaniques affectent le nord et l'est du Yosemite ... la présence d'orgues basaltiques le confirme.

Avec le refroidissement du quaternaire, des glaciers se forment et érodent les vallées en "U" , parois en falaise et fond plat avec des lacs glaciaires.

800px-Yosemite_national_park_mirror_lake_2010u.JPG                        Yosemite N.P. - Mirror lake - doc.  NPS

Enjoy ...

Sources :
- NPS - National Park Service - Yosemite
- The geologic storie of Yosemite nat. park - N.King Huber
www.yosemite.ca.us/.../maps.html

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages



MonoCraters_LongValley-copie.gif
Mono craters volcanic field:

Mono-craters-volcanic-field---R.Von-Huene-USGS.jpg  Mono craters volcanic field - photo R.Von Huene - USGS
  Vue du nord, la chaîne hemi-circulaire , avec à l'avant-plan Panum crater et Mono lake.
 

Entre Mono lake et la caldeira de Long Valley, sur le côté est de la Sierra Nevada, le site de Mono craters forme un arc de 17 km. de longueur comprenant plus de 30 dômes de lave rhyolitique.
Ces dômes de lave, recouvrant partiellement des dykes nourriciers, sont entrés en éruption près du bord d'un bassin "pull-apart" (*).
Des éruptions explosives ont eu lieu il y a plus de 50.000 ans; ces cratères sont aujourd'hui ensevelis.
Les structures visibles datent elles de l'Holocène... les dernières éruptions datent de 600 ans, contemporaines de celles d'Inyo craters sud.

Mono-craters---USGS.jpg                                    Mono craters - photo USGS.

Panum crater, la structure la plus proche de Mono lake est intéressante à plus d'un titre.
Panum_Crater---USGS.jpgPanum crater, partiellement rempli par un dôme de lave - photo USGS.

Sa formation se détaille en plusieurs séquences ( USGS) :
- la formation du cratère primitif se fait lors de la montée magmatique et de sa rencontre avec l'aquifère; une éruption phréatique débouche le cratère.
- la formation d'un cône de cendres suit, alimenté par des fontaines de lave et de cendres; il est toujours visible aujourd'hui.
Composition : ponces, lapilli, fragments d'obsidienne et de granit.
- Après ces deux épisodes violents, le solde du magma rhyolitique, visqueux, forme une série de dômes, composés de ponces et brèches rhyolitique. Divers épisodes d'effondrements et de reconstructions se succèdent pour donner le dôme actuel.
- Finallement, le magma, poussé à la façon du dentifrice sortant de son tube, va former des aiguilles, qui se sont cassées à cause d'un refroidissement rapide et de petites explosions à leur base ... constituant la masse de débris visibles au sommet du dôme.

Panum-rhyolitic-lava-dome---Dan-Dzurisin-USGS.jpg       Panum crater - le dôme rhyolitique - photo Dan Dzurisin / USGS.

Autres strucures :
sur la photo ci-dessous, en partant du devant de l'image vers le fond:
 - South coulee : coulées de lave rhyolitique
 - 4 cratères d'explosions
 - Smooth dome, recouvert d'une couche blanche de tephra
 - Adobe hill, complexe vocanique tertiaire, devant Mono lake, dont la teinte se confond avec le ciel.
Mono-craters-2.jpg          Mono craters volcanic field - vue sud vers nord - photo C.D.Miller / USGS

Mono lake volcanic field :

Black point, un "cône de tuff surtseyen", initiallement sublacustre est apparu sur les bords NO. de Mono lake, il y a 13.300 ans, à un moment où le niveau des eaux du lac était plus élevé. Sa forme tabulaire et ses fissures de refroidissements sont dues à sa naissance sous les eaux. Trois heures d'explorations physiques sont nécessaire à une visite, qui reste hasardeuse par manque d'indications.

Mono-lake---Landsat-2000.jpg                  Mono lake et environs - image Landsat en fausses couleurs - 2000

Negit (daté de 1550) et des parties de l'île Pahoa (1150) furent formés à l'holocène par des dômes rhyolitiques et des coulées. L'évènement le plus récent date de 1790, lorsque les sédiments lacustres formant Pahoa, furent soulevés par l'intrusion d'un cryptodômerhyolitique ( Bailey 1989)

Lakeside_of_Mono_Lake---Michael-Gabler.jpg                                        Mono lake et ses tours de Tuff -  photo Michaël Gäbler.

Un baisse du niveau des eaux, consécutive à leur pompage vers Los Angeles, a fait apparaitre des tours de tuff (carbonate calcique) précédemment immergées. Elles furent produites par des sources immergées riches en calcium, en contact avec des eaux riches elles en carbonates ... la chimie a fait le reste.
Mono lake a perdu, entre 1941 et 1982, trente et un % de sa surface; la salinité du lac (qui contient 280 millions de tonnes de sels divers dissous) et son alcalinité (pH = 10) ont favorisé la présence de phytoplancton algual microscopique et celle d'une crevette, Artemica monica, qui s'en nourrit. Ceci constitue la base d'une chaine alimentaire, avec les mouches "alcali", Ephydra hians, importante pour l'avifaune locale et migratrice. La société ornithologique Audubon mène un combat pour la conservation de cet écosystème particulier et la protection corollaire de deux millions d'oiseaux d'eau qui en dépendent.

Wallpapers_Tufa_Towers_-_Mono_Lake_-_California.jpg                              Mono lake - Tufa towers - free wallpaper :
 http://www.el-buskador.com/galeria/img-wallpapers-tufa-towers---mono-lake---california-4927.htm


(*) bassin "pull-apart" ou "strike-slip basin" :
pullapartBasin2.jpgc'est un type de structure qui se développe entre deux failles coulissantes, ou dans la courbure d'une faille de transformation, résultant de tensions tectoniques qui vont pousser une partie de la croûte terrestre entre elles et causer ainsi une extension. Un bon exemple de ce type de bassin est le Mer Morte, en Palestine.
(Schéma : USGS)

Sources :
- Global volcanism Program -  Mono craters
                                                Mono lake volcanic field
- Mono craters vocanic field - Molossian institute of volcanology
- Mono craters California - Aron Meltzner - lien
- Mono lake tufa SNR - lien
- About Mono lake chemistry : strange waters, strange towers
  lien

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog