Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

excursions et voyages

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

L'archipel Açorien occupe une branche latérale de l'épine dorsale médio-atlantique, à proximité d'une jonction triple entre les plaques tectoniques nord-américaine, eurasienne et africaine.

MAR.jpg         La Mid Atlantic ridge et le point de jonction triple - âge des fonds marins - doc. NOAA.
 

7359164529701.jpg        Le point de jonction triple entreles plaques eurasinne, nord-américaine et africaine.

 Le plancher surélevé du plateau des Açores est interprété comme étant le résultat de l'interaction entre un panache mantellique et la dorsale de l'atlantique nord - MAR : Mid Atlantic Ridge.
La présence d'une large région de plancher marin en surélévation, associée à une croûte peu épaisse entre les seamounts du Great Meteor et la plate-forme des Açores sur la plaque Africaine, par rapport à des structures moins développées sur la plaque nord-amériacaine, penchent en faveur d'une genèse commune pour ces structures dérivant d'un point chaud.

plateau_x_2-copie.jpg                     Les îles açoriennes volcaniques sont indiquées, en noir, par leurs initiales.
              Elles sont réparties sur deux plaques différentes : l'eurasienne et la nord-américaine.
                                                MAR = Mid atlantic ridge.

Une interaction entre la dorsale et un point chaud a eu lieu il y a 85 millions d'années. Cette interaction a migré vers le nord le long de l'axe de faille suite aux mouvements de la plaque africaine vers le SSE, suivant une direction grossièrement parallèle à l'axe du MAR.
La formation du plateau des Açores aurait débutée il y a 20 Ma, pour se finaliser il y a 7 Ma environ.
La géométrie et la distribution des petites structures insulaires sur le plateau est à mettre en relation avec des variations de production de matériaux fondus sous l'action du point chaud, avec une périodicité de 3 à 5 Ma.
L' ensemble du plateau, après la diminution de l'activité volcanique, a subi les effets du rifting de la dorsale médio-atlantique.

Les îles de la plaque nord-américaine
: Corvo et Flores.

CORVO (Ilha do Corvo - île du corbeau) est la plus petite île habitée de l'archipel des Açores.
L'île, mesurant 3,5 km sur 6, est formée d'un seul volcan, couronné d'une caldeira elliptique profonde de 250 mètres; son plancher contient plusieurs petits "cinder cones" et deux lacs peu profonds, et un damier de champs cultivés parent les parois internes de la caldeira.

Caldeirao_do_Corvo_Azores---Angrense.jpg                                                     Caldeirao do Corvo - photo Angrense / Wikipedia.

FLORES  (ilha das Flores - île des fleurs) porte bien son nom : recouverte de milliers d'hortensias bleus, couleur qui leur est donnée par le sol basaltique, et d'innombrables espèces colorées, l'île possède également une végétation endémique composée de mousses et lichens atteignant parfois 30 cm. d'épaisseur. Cette végétation est liée au fort taux d'humidité et aux pluies qui arrosent fréquemment le centre de Flores.

491px-Flores_Azores.png

Née d'un volcan sous-marin au Pleistocène, cette île, de 10 km sur 15, est dotée de nombreux cônes et cratères.
Après une période de repos longue de 200.000 ans, de jeunes cratères d'éruptions phréatomagmatiques et des coulées de lave  furent produits à l'Holocène.







La caldeira "Funda de Lajes" est en fait un anneau de tuff formé il y a 3.150 ans.

Flores---caldeira-funda.jpg                            La Caldeira Funda de Lajes - Açores.net

Caldeira-Funda-et-Rasa----Bjorn-Ehrlich.jpg           La Caldeira Funda (à gauche) et la caldeira Rasa (à droite) - photo Björn Ehrlich.

La caldeira "Comprida" , un anneau de tuff dans la caldeira "Seca", date de 2.900 ans.

La caldeira Negra, qui doit son nom à ses eaux sombres, n'est qu'une des sept formations dotées d'un lac volcanique.
Agua Quentes est un ensemble de sources chaudes et sulfureuses.

Flores---caldeira-negra---Pedro-Santana.jpg                                                                  La Caldeira Negra - photo P.Santana pBase

Flores---rocha-dos-bordoes.jpg                                 Rocha dos Bordoes - orgues basaltiques - photo Sylveira /Wikipedia.

flores31.jpg                 Des coulées basaltiques s'avancent dans l'océan Atlantique.

Sources :
- Global Volcanism Program - FLores
                                         - Corvo
- " Interaction between the Mid Atlantic ridge and the Azores hot spot during the last 85 Myr. Emplacement and rifting of the hot spot-derived plateaus " par P.Gente & al. - CNRS 2003 in G³ electronic journal of the earth science.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
L'épisode inondations-glissements de terrain, qui a frappé l'île de Madère la semaine dernière, a mis cette dernière sous les feux de l'actualité.

Madère fait partie des îles de la Macaronésie, un ensemble formé par plusieurs groupes d'îles disséminées au large du continent africain, dans le nord-est de l'Atlantique.
Le nom de Macaronésie signifie "îles fortunées" ... ce nom leur été attribué par les géographes de la Grèce antique, qui désignaient sous ce vocable les îles situées à l'ouest du détroit de Gibraltar.

google-Macaronesie-annote.jpg                            Carte de situation de la Macaronésie - d'après une carte Google.

Cette région comprend les îles Canaries (communauté autonome Espagnole), Madère (région autonome dépendant du Portugal), les îles Selvagems (même statut que Madère), les Açores (région autonome dépendant du Portugal) et les îles du Cap Vert (République indépendante depuis 1975).

Outre leur patronyme ancien, ces îles ont d'autres caractéristiques communes: géologiques, biologiques et climatiques
  1. Geologiquement, ce sont des îles d'origine volcanique, aux reliefs escarpés. De nombreux volcans actifs, éteints, sous-marins sont à la base de leur formation.                                                                                         Macaronésie seamounts     Les Canaries et Madère : îles volcaniques émergées et volcans sous-marins (seamounts).                                                    
  2. Biologiquement : ces îles n'ont jamais été rattachées au continent et présentent un fort taux d'endémisme végétal et animal. La biodiversité de la région est une combinaison des familles biologiques retrouvées en Afrique, en Méditerranée et dans l'atlantique nord.                               madeira_firecrest_PH_2006.jpg                 Le roitelet de Madère - Regulus madeirensis - espèce endémique.                                                
  3. En raison de leur altitude importante, elles présentant de grands contrastes climatiques influencés par les alizés; entre 700 et 1500 mètres, de véritables "mers de nuages" existent l'été, favorables au développement d'une végétation luxuriante et déendante d'une forte humidité. Au dessus de 1500 mètres, le climat est aride, avec des étés chauds et secs et des hivers rigoureux. Une particularité de la Macaronésie réside dans la persistance d'espèces qui se sont éteintes sur les continents proches, telles que celles qui composent la laurisylve.


La laurisylve se compose de forêts qui sont des reliques de la végétation couvrant anciennement une bonne partie du bassin méditerranéen. Lors de l'assèchement, au Pliocène, du bassin méditerranéen, les forêts de lauriers reculèrent progressivement  au profit d'espèces sclérophylles, résistant mieux à la sécheresse, pour disparaitre il y a 10.000 ans.
L'emplacement de la Macaronésie, dans l'atlantique nord, a atténué ces fluctuations climatiques et maintenu un climat humide et doux permettant à ce type de végétation de s'y maintenir jusqu'à nos jours.

Laurisylve-Madere---H.Grobe.jpg                     La laurisylve de Madère est la plus étendue - photo H.Grobe / wikipedia.

Projection climatique :

Le changement du régime des vents, et particulièrement la diminution des alizés du nord-ouest, constatée depuis 30 ans, entraînera un assèchement des côtes des îles exposées. Les laurisylves seront probablement perturbées par un déplacement vers le bas de la « mer de nuages ». La désertification générale des îles favorisera l’invasion d’espèces exotiques, notamment des espèces africaines adaptées aux conditions sèches, au détriment des espèces indigènes.
Plus de 30 espèces d’oiseaux sahariennes ont été récemment observées pour la première fois aux Canaries. De même, des espèces de poissons tropicaux, vivant normalement plus au sud, ont été récemment enregistrées dans les eaux des Açores. Les invasions de criquets pèlerins qui frappent l’ouest de l’Afrique pourraient devenir de plus en plus fréquentes aux Canaries. En 2004, un essaim de plus de 10 millions de criquets pèlerins s’est abattu sur les côtes de l’île de Lanzarote.
Enfin, l’augmentation des températures de l’eau risque de favoriser la prolifération de micro-algues dans les eaux. En 2004, une marée d’algues a été observée dans les eaux de Gran Canaria.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

USA_Lassen_NP_Kings_Creek_CA_edit3.jpg                                                                            Doc. Lassen National Park

150test
       Topographie du Lassen Peak - coulées de la dernière éruption et position de
        la zone de Chaos Crags - Doc.USGS.


 
 Le " Lassen volcanic center" est constitué des restes du stratovolcan andésitique Brokeoff, aussi appelé Mount Tehama, et situé au SO. de Lassen Peak, dôme dacitique et son champ volcanique, et de petits volcans-boucliers andésitiques, ainsi que de larges coulées de lave au NE. du Lassen Peak.
Le Lassen Peak doit son nom à un émigrant Danois venu prospecter en Californie; il a ouvert en 1848 le "Lassen emigrant trail" reliant le Missouri à la Californie et fut assassiné lors d'une expédition dans le Black Rock desert en 1859.

Historique de l'activité de ce centre volcanique : 3 grandes séquences.
- De 600.000 à 400.000 ans, des éruptions ont construit le Mount Tehama, stratovolcan andésitique; plus tard devenu inactif, il fut fortement érodé, et n'en restent que Brokeoff Mountain, Mount Conard, Mount Diller et Diamond Peak.
Coincident avec l'extinction du Tehama, le caractère du volcanisme a changé, devenant plus silicique et l'activité s'est déplacée sur le flanc N.

restes-du-Tehama---Brokeof-Mt--Driller-Mt--Eagle-peak.JPG       Les restes du Tehama : Brokeoff mountain, Driller mountain et Eagle Peak.

- Vers 250.000 ans, une seconde séquence est caractérisée par la production de 12 dômes de lave dacitique et d'épaisses coulées de lave.
- La troisième séquence est concentrée sur une chaîne linéaire, près de l'extrémité Ouest de l'ancienne caldeira du Tehama, avec émission, au cours des 100.000 dernières années, de rhyodacite et production de dômes de lave, coulées de lave et nuées ardentes, répartis en 12 grandes périodes.
Les faits marquants :
  - Eagle peak - 55.000 ans
  - Sunflower flat - 35.000 ans
  - Lassen peak - approximativement 25.000 ans
    Les dernières éruptions du Lassen Peak datent
    de 1914-1917.
    Débutant par une phase phréatique, l'activité concerna la
    mise en place de petits dômes sommitaux, d'explosions
    subpliniennes, de lahars et coulées pyroclastiques.

26505880.LassenEruptionBW.jpg
May 1915 Lassen eruption column
  




 
                                                                                                  Mai 1915 - USGS

Lassen_Peak_from_Devastated_Area-1200px.JPG       Le Lassen Peak vu de la zone dévastée par le surge pyroclastique du 22.05.15

 - Chaos crags - 1.050 ans.
   L'activité initiale forma un cône de tephra et un dôme, qui
   fut détruit 70 ans après par une violente éruption, suivie
   de l'établissement de cinq dômes, dont trois responsables
   d'avalanches liées à leur effondrement.

Chaos-Crags-et-LAssen-Peak---Dan-Dzurisin-USGS.jpg                Chaos Crags est un groupe de cinq dômes dacitiques imbriqués
                 En fond d'image, le Lassen Peak. - Dan Dzurisin USGS.

Une riche zone hydrothermale témoigne de l'activité potentielle du volcan; elle comprend e.a. des lacs chauds et fumants, des zones de fumerolles - Bumpass Hell et Sulphur works - , et des mudpots.

Lassen-Peak-hydroth.area---boiling-spring-laka.jpg            Lassen Peak hydrothermal areas - Boiling sprigs lake - photo NPS.

Lassen-Peak-hydroth.area---Bumpass-hell.jpg
                 Lassen Peak hydrothermal areas - Bumpass Hell - photo NPS

800px-Lassen---sulfur-work.JPG             
  Lassen Peak hydrothermal areas - Sulphur works - photo NPS



Sources :
- Global Volcanism Program - Lassen Peak volcanic center
- CVO - Lassen Peak volcano
- NPS - Hydrothermal areas
.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

MtShasta_aerial-wiki.JPG             Le sommet enneigé du volcan Shasta - photo aérienne Wikipedia.
             Le dôme Shastina à gauche et le Hotlum cone sommital au centre.

Le volcan le plus volumineux de la chaîne des Cascades avec ses 350 km³, le Shasta est un stratovolcan composé au moins de quatre édifices principaux qui se sont construits sur une période de 590.000 ans.
Il y a environ 300.000 à 380.000 ans, l'ancestral Shasta fut détruit par un glissement de terrain et  une avalanche de débris considérés comme les plus importants connus pour l'ère quaternaire - 27 km³, soit l'entièreté du côté N. du Shasta s'effondrèrent d'un coup; cette avalanche a remplie la vallée de la Shasta river au NO. du volcan sur 45 km.de longueur.

map shasta debris aval
Shasta---H.Glicken--USGS.jpg    Cette topographie particulière, en hummock, est formée par des parts du volcan,
    emmenées dans la vallée par un épisode "fluide" de l'avalanche de débris, il y a
    300.000 ans. Individuellement, ces hummocks sont hauts de plusieurs centaines
    de mètres et longs d'un kilomètre. -
Photo H.Glicken - USGS
 
   
Le cône Hotlum, formant l'actuel sommet - 4.317 m. - et le dôme de lave Shastina - 3.758 m. - furent construits au proche holocène (+/- 10.000 ans), tout comme le dôme de lave Black butte sur son flanc SO.
Le Hotlum cone fut fréquemment actif depuis sa création et en 1786, La Pérouse put observer, depuis son bateau sur la côte californienne, une éruption du volcan. Depuis, le cratère sommital est altéré hydrothermalement par des sources chaudes sulfureuses et des fumerolles; il en reste quelques unes.

Shasta---Hotlum-cone.jpg           Shasta - Hotlum cone et sa dépression où demeurent des sources sulfureuses
          actives - photo Lee Siebert - Smithsonian institute.


map shasta
Des sources d'eau minérale - Upper soda spring e.a. - sont présentes à Dunsmuir, au sud du volcan, ville située sur une ancienne couléée de lave qui a rempli le canyon de la Sacramento river.

Black Butte from Weed, California-750px                     Black butte, vue depuis Weed - auteur non renseigné.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Je n'examinerai maintenant que trois principales structures sur les 19 répertoriées par le Global Volcanism Program, qui sont situées dans le nord de la Californie : Medicine Lake, Shasta et Lassen Peak, tous potentiellement dangereux.

cascades eruptions 4000yrs
Diverses formations dans les environs de Medicine Lake sont intéressantes : le volcan lui-même, Glass Mountain obsidian flow, le champ volcanique Lava Beds et un ensemble de tunnels de lave.

map calif ore border

Medicine lake est un grand volcan-bouclier basaltique à rhyolitique. Le volcan a un diamètre de 50 km. pour un volume estimé à 600 km³; le petit lac, qui a donné son nom au volcan, n'occupe qu'une petite partie de la caldera sommitale, mesurant 7 km. sur 12.

Medicine lake aerial USGS             Medicine Lake et le Mount Shasta - photo aérienne USGS.

SGW-2--Medicine-lake.jpg         Carte géologique des productions à l'holocène - doc. Donnelly-Nolan USGS.
         A noter : Le lac n'occupe qu'une partie de la caldeira.

Le volcan est âgé de moins d'un million d'années; son activité éruptive a produit, au cours des derniers 6.000 ans, des coulées basaltiques et d'obsidiennes dans la caldeira et sur ses flancs.
La dernière éruption, il y a 900 ans, a produit la coulée massive (1 km³) mixte rhyolite-dacite, "Glass mountain obsidian flow", sur le flanc Est du volcan.

Glass_Mountain.jpg                The Glass mountain obsidian flow - J.Donnelly-Nolan - USGS.

Little Glass Mountain obsidian flow, sur le flanc SO. du volcan, est daté d'un peu plus de 1.000 ans . Pumice stone mountain, de forme arrondie et claire, a été recouvert deponces lors de l'éruption de Little Glass mountain.

Little-glass-mountain-obsidian-flow---Shasta.jpg             De l'avant-plan à l'arrière-plan : Little Glass Mountain obsidian flow -
             Pumice stone Mountain et le Mount Shasta.  - photo Lee Siebert USGS.
 

Sur le flanc nord, Lava Beds National Monument contient des centaines de tunnels de lave, situés pour la plupart dans la volumineuse coulée de "Mammoth crater" s'étendant sur 24 km. de long en plusieurs lobes.
Ces tunnels furent utilisés par les indiens Modoc durant les guerres de 1872-73.

Lava-beds-tube.jpg                 Lava Beds tube - doc. Lava Beds National Monument.

Valentine_Cave---lava-beds---wiki.jpg             Valentine's cave - Lava Beds National Monument , localisation et photo.


Sources :
- Global Volcanism Program - 
MedicineLake                            - -  CVO - Medicine Lake vicinity
- Journal of geological research : "post 11.000 year volcanism at Medicine lake " par Donnelly-Nolan USGS. - lien
- "Eruptive history and tectonic setting of Medicine lake volcano" by J.Donnelly-Nolan & al. - lien
- Lava Beds National Monument - National Park service.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
On trouve ces "oeufs de tonnerre" - "Thundereggs" -, formés dans des flots de lave rhyolitiques, dans des régions volcaniques telles que l'Oregon aux Etats-Unis, en Allemagne (St Egidien, Gehlberg), au Mexique, en Australie, en France (dans le massif volcanique de l'Estérel - voir article sur "les litophyses de l'Estérel").

Selon les légendes des amérindiens, lorsque les esprits du tonnerre, qui vivent retirés sur les sommets enneigés des monts Hood et Jefferson, sont fachés, ils déclenchent de violents orages  avec des éclairs qui jettent avec violence ces masses de roches sphériques. Ces dieux hostiles obtiennent leurs armes en dérobant les oeufs de "l'oiseau du tonnerre" (Thunderbird) , de là le nom d'oeufs du tonnerre.

Qu'est-ce qu'un "thunderegg" ou une lithophyse ?

Littéralement, une bulle de pierre, du grec lithos, pierre et phusa, bulle.
Les lithophyses sont une des formes de la silice, qui se rencontre communément sous divers aspects : quartz, agate, opale, silex, calcédoine.

D'aspect extérieur non engageant, et ayant une surface irrégulière, pustuleuse, de teinte terne (brunâtre, grisâtre, verdâtre, rosâtre, blanchâtre), ce sont des "objets pétrographiques" de formes sphérique à ellipsoïdale de diamètre variant de quelques centimètres à plus de 20 cm., exceptionnellement plus.


Oregon-thunderegg500.jpg                                            Un thunderegg dégagé et entier - Oregon

thunder-eggs-in-rock.jpg                      Des thundereggs (3 ex.) dans leur contexte minéral  - Oregon .

Ces structures, une fois coupées et polies, révèlent alors leur magnificence: chatoiement des couleurs, variété des formes dessinées par la nature, richesse des incrustations.

Oregon---Lucky-strike-mine---127-112-66-1-07-kg.jpg  Cette litophyse, coupée en deux, provient de la    "Lucky Strike mine" en Oregon.
    ses dimensions :
                    127 x 112 x 66 mm.
                    poids : 1,07 kg.
  Faites bien le rapport !




La même une fois polie et vue de face. Oregon - Lucky strike mine - 127-112-66-1,07 kg - face










Oregon-Friend_ranch-thunderegg---D.Rix.JPG
                           Thunderegg "yellow jacket" - Fried Ranch, Oregon
                                           photo David Rix - Wikipedia.

Oregon-Lucky-strike-mine---Yurila-s-collect.--2.jpg                                 Détail d'un thunderegg - Yurila collection
                                          Lucky Strike mine, Oregon.

 
Formation des lithophyses :

Les coulées de lave contiennent des vacuoles de gaz, de plus ou moins grandes tailles. C'est à l'intérieur de celles-ci que la silice se dépose en leur donnant dureté et inaltérabilité.
Lorsque la rhyolite se désagrège, ou s'altère avec le temps et les conditions, les lithophyses s'en trouvent dégagées.
La cavité formée au départ - l'ancienne bulle de gaz - se retrouve pleine d'une "eau chaude" intersticielle qui s'est chargée de minéraux par diffusion en passant dans les roches, soit au moment de l'éruption, soit plus tard. Dans cette eau, un gel colloïdal de silice précipite en remplissant plus ou moins la cavité ... il se transformera en calcédoine par le suite.
Ensuite, dans des conditions devenues favorables, les autres minéraux se déposent.
Lorsqu'il reste de l'espace, du quartz (silice cristalline) peut migrer de l'extérieur vers l'intérieur de la cavité et former des cristaux orientés vers son centre. En plus du quartz, d'autres minéraux peuvent venir remplir les lithophyses : l'améthiste, la calcite, la fluorite, la chlorite, l'hématite, etc...
Cet "objet pétrographique" , en rapport avec le volcanisme, n'est ni une formation métamorphique, ni magmatique, mais hydrothermale (cristallisation à partir de substances dissoutes dans l'eau chaude)

Oregon ---Friend Ranch May 2005 006                 Des chasses aux thundereggs sont organisées en Oregon .
                  Photo D.Thielbar , Ashwood Oregon - Oregon rock club.

Cascades - volcans du nord de la Californie : suite dans quelques jours.

Sources :


- Géodes et hydrothermalisme , par P.Thomas

    http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/objets/img_sem/XML/db/planetterre/metadata   /LOM-Img61-2003-11-24.xml
- Oregon thundereggs
- Thunderegg, Oregon's state rock
- Where to find thundereggs in Oregon - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages

The_Painted_Hills_John_Day_Fossil_Beds_National_Monument_Or.jpg
L'examen de cette falaise des Painted Hills, teintée d'orange et d'ocre permet de découvrir des argiles à l'apparence de pop-corn (popcorn textured claystone) : de la bentonite, une smectite, essentiellement constituée de montmorillonite - (Na,Ca)0.33(Al,Mg)2Si4O10(OH)2·(H2O)n.(80%)  - et d'argile, fortement hygroscopique et d'origine volcanique et hydrothermale. Quand elle absorbe de l'eau, cette bentonite se gonfle et par contre, en se désséchant, elle se craquèle ... ce qui lui donne cette apparence particulière. Nous verrons plus bas la formation de cette bentonite.
Attention ! ces formations sont ultra-fragiles ... il est nécessaire de rester cantonné aux bordwalks, un pied posé sur ces surfaces resterait marqué très longuement.


painted_hills-_oregon.jpg

painted-hills_50.jpg


Painted Hills Overlook View of Carroll Rim (USGS)             John Day Fossil Beds - overlook vieuw of Carroll rim - USGS.

Dans ce paysage de collines colorées, Carroll rim, coiffé par un dépôt massif de tuff volcanique - une "cuesta" - contient tout un tas de fossiles. Un chemin montant au point de vue sur les Painted hills passe entre des falaises d'ignimbrites.

Où et Quand voir les "Painted hills" ?

Painted Hills est une des trois unités du "John Day Fossil Beds National Monument", situé au nord de l'Oregon.

JohnDay

Par temps sec et en fin d'après-midi ... ce  sont les conditions idéales pour voir, admirer et fixer sur pellicule les jaunes, les ors, les ocres, les rouges et les noirs; ces tons et nuances, tout en camaïeu, varient d'un moment à l'autre, selon les moindres changements de lumière et aussi selon le taux d'humidité. Il faut un peu de chance pour sublimer cette palette !


Dans la même unité, on retiendra Painted Cove, palette différemment composée : des argiles, de la rhyolite se mêlent au vert de la végétation et au bleu d'une pièce d'eau.

Plus loin, The Clarno Unit : une falaise dominant le paysage, et formée de tuff volcanique et de coulées de basalte.
Le trail nous fait passer dans d'anciens lahars, dépôts de boues volcaniques qui submergèrent une forêt tropicale.
Les "Palisades", formées de colonnes basaltiques, témoignent de la couverture de la zone par des coulées de lave fluide.

Columnar-Basalt-Pillars-of-the-Clarno-Palisades--USGS-.jpg                 Columnar basalt pillars of the Clarno Palisades - USGS.

Palisades-Revealed-by-an-Eroding-Stream--USGS-.jpg                        Orgues basaltiques de Clarno Palisades - USGS.


Origine de la Bentonite :

Des évènements volcaniques entrecoupés d'invasions marines et de périodes de sécheresse se sont succédés dans l'Orégon.
Des cendres volcaniques, produites à l'Eocène et à l'Oligocène, se déposèrent en domaine lacustre et furent altérés en argiles.
Painted hills montrent dans ces couches colorées différemment la succession des aires géologiques différentes : les coloris noirs sont du à de la lignite (roche sédimentaire composée de matière végétale présente dans les plaines alluviales); les gris sont des roches sédimentaires sur base de grès, d'argiles et de schistes; la couleur rouge est de la latérite,roche altérée en climat humide et chaud.

Sources :
- National Park Service - John Day fossil beds
- Geologic history of the john Day country - USGS
- "Digging ancien dirt ; the John Day fossil beds"

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le Mount Mazama :

C'est ce nom là qui a été donné au volcan dans laquelle la caldera de Crater Lake s'est formée.

Initialement, le Mazama était un complexe de volcans-boucliers et stratovolcans imbriqués, construits il y a 400.000 ans à base de matériaux principalement andésitiques.
Les derniers 70.000 ans virent l'activité devenir plus explosive, avec l'expulsion de dacite et rhyodacite.
Il y a environ 7.700 ans (5.677 BC), eu lieu une des plus forte éruption explosive répertoriée durant l'holocène. De VEI 7, cette éruption plinienne éjecta un volume de lave égal à 600 millions de m³ et des tephra estimés à 150.000 millions de m³, qui se dispersèrent jusqu'au Canada. La chute de tephra fut suivie de deux épisodes de coulées pyroclastiques; les dépôts, baptisés "Wineglass welded tuf" ont généré de spectaculaires affleurements (photo ci-dessous).

Mount_Mazama_eruption_timeline.PNGL'éruption, estimée être 42 fois plus puissante que celle du Mont St Helens en 1980, a réduit la taille initiale du volcan, 3.400 m., de plus ou moins 800 mètres.

Après la vidange de la chambre magmatique, le volcan s'effondra sur lui-même, formant une immense caldeira de 8 km. sur 10.

L'activité se cantonna ensuite à la caldeira : des flots de laves et un cône de scories andésitiques formèrent "Wizard island" et "Merriam cone", peu après l'éruption paroxysmale et avant le développement du lac. La dernière éruption produisit un petit dôme de lave rhyodacitique sous la surface du lac, à l'est de Wizard island, il y a 4.200 ans.

map_mazama_general_geologic.gif        Les différentes émissions du Mazama et le site de Crater lake - doc. USGS.

Le Mount Mazama est situé à l'intersection de la chaîne volcanique des Cascades et du graben Klamath, un bassin orienté N-NO. en relation avec des failles à déplacement vertical. A cette latitude, la frontière ouest de la Basin & Range province se heurte aux Cascades. Le volcanisme de cette région et le développement d'une chambre magmatique peu profonde sont liés à la situation tectonique régionale.

Cette éruption gigantesque a marqué l'esprit et la mythologie des amérindiens Klamath, contemporains du cataclysme d'après les archéologues. La légende raconte un combat entre le dieu du ciel, Skell et celui du monde inférieur, Lao. Le mont Mazama fut détruit au cours de la bataille , créant le Crater lake, devenu depuis un site sacré pour les indiens.

Crater_Lake---Tiptoety-Flickr.jpg                     Le photogénique Crater Lake - photo Tiptoety / Flickr.

Intimidés par le superbe lac bleu, d'un bleu plus intense que le ciel et l'île fumante qu'il contenait, les indiens furent assurés que cet endroit était la demeure du Grand esprit.

"le" Crater Lake :

cl_16.jpg           Wizard island, le lac et les bords de la caldeira de Crater Lake - USGS.

Crater Lake est aussi connu comme "le vieil homme du lac" , à cause d'un bois flotté qui y ère, debout, depuis plus d'un siècle, préservé par la basse température des eaux.
Large de 8 km.sur 10, c'est le lac le plus profond des Etats-Unis, avec 594 m. de profondeur maximale. Il a fallu 720 ans pour emplir le lac à son niveau actuel; un équilibre s'est créé entre son alimentation exclusivement par précipitations et son évaporation. Une activité hydrothermale est toujours présente sur le plancher du lac, suggérant une future possible éruption du volcan. Les eaux du lac, absentes d'apports externes, sont très pures et étant donné l'action des sels dissous, d'un pH de 7 à 8.

map geology crater lake floor
Carte géologique et bathymétrique de Crater Lake. Doc. USGS.
On y remarque bien l'île subaérienne Wizard,
le dôme sur son flanc est et Merrial Cone submergé.


Mazama bathymetry survey map









Un volcan dans un volcan, Wizard island, l'île du sorcier, est accessible, l'été, par bateau.
On peut examiner le cinder cone coronnant l'île, 233 m. au dessus du lac et qui possède un cratère de 90 m. de diamètre pour 27 m. de profondeur, appelé Witches Cauldron, le chaudron des sorcières.

Les Pinnacles, tourelles érodées et originaires des dépôts pyroclastiques consécutifs à l'effondrement de la colonne éruptive plinienne du Mazama.

z--CraterLake81_mazama_pyroclastic_flow_08-81.jpg                                          Photo Willie Scott - USGS.

Sources:
- USGS/CVO - Crater Lake - Mount Mazama
- Global Volcanism Program - Crater Lake
- "Geologic history of Crater Lake" - Oregon State University.
- Tableau récapitulatif de l'histoire éruptive du Mazama - par l'USGS.
- Klamath falls geologic map project

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
Le volcan Newberry, bien que fort étendu - il couvre près de 1.600 km² - est peu discernable dans le paysage : sa stature de volcan-bouclier à bas-angle en est responsable.
Le cratère doit son nom a John Strong Newberry (1822-1892), géologue, physicien et membre du Smithsonian institute, qui explora le centre de l'Oregon pour la "Pacific railroads surveys" en 1855.

Cette structure basaltique à basalto-andésitique comporte quelques 400 cinder cones, principalement situés sur les flancs N. et S.; le volcan a produit des éruptions associée à la formation d'une spectaculaire caldeira de 6 km sur 8, formée il y a 300 à 500.000 ans et occupée par deux lacs : Paulina et East lakes. Ces lacs n'en formaient qu'un seul par le passé et ont été séparé par des phénomènes éruptifs.
Les deux lacs possèdent des sources chaudes; un forage en 1981 a enregistré des températures atteignant 280°c à 932 m. sous la caldeira ...la plus haute température constatée pour un volcan "endormi" de la chaîne des Cascades.
Paulina lake est un des rares lacs américains a pratiquer un "turn over" saisonnier.


Newberry_caldera.jpg        La caldeira occupé par deux lacs et Big obsidian flow , vue de Paulina Peak.
             Entre les lacs, des cônes de ponce envahis par la végétation.
                                            
photo Lyn Topinka - USGS

newberry-caldera.gif             Carte des coulées de Newberry caldeira - document US Forest service.

Depuis l'holocène jusqu'il y a 1.300 ans, six épisodes éruptifs majeurs sont distingués:
- "South obsidian éruptive episode" : il y a 12.000 ans, des
  flots d'obsidienne et un dôme de même nature furent  
  produits.
- "East rim eruptive episode" : il y a 11.200 ans, une
  éruption fissurale a donné naissance à des cones de
  scories, des cônes de cendres, des spatter cones
  et des coulées de lave.
- "Interlake eruptive episode" : datées de 7.300 ans, une
  série d'éruptions rhyolitiques ont produit des coulées    
  d'obsidienne, des cônes de ponce et des dépôts de
  tephra.
- "Northwest rift eruptive episode" : des éruptions
  fissurales d'andésite ont formé coulées, cinder et
  spatter cones, il y a 7.000 ans
- "East lake eruptive episode" : il y a 3.500 ans, des flots
  d'obsidienne et des dépôts ponceux associés furent
  lachés de fractures dans les contours de la caldeira.
- "Big obsidian eruptive episode" : datée de 1.400 ans, une
  éruption, en provenance de la paroi sud de la caldeira, a
  produit des tephra puis un flot d'obsidienne rhyolitique
  qui couvre 2.800 m²: le Big obsidian flow.

Big obsidian flow - Newberry cald. - L.Siebert GVPComportement inhabituel chez un volcan-bouclier, Newberry a eu des épisodes pliniens et peléens, donnant des roches plus acides, dont témoigne cette obsidienne.
Obsidienne de Big obsidian flow - Lee Siebert GVP.

Big-obsid.flow---Vicky-Jean-Beauchamp-FLICKR.jpg          Big obsidian flow - Newberry volcano - photo V.Jean Beauchamps / Flickr.

Le point culminant du volcan, Paulina Peak - 2.434 m.-, est un dôme rhyolitique placé, comme le suggère sa morphologie allongée, le long d'une faille ou fissure.

Lava Butte est un cinder cone (cône de scories) , situé sur le flanc NO. de Newberry. Le cône est chapeauté d'un cratère profond de 20 m. au sud et de 50 m. côté nord.
Lava butte est un cône monogénique daté de 7.000 ans; il résulte d'une éruption fissurale qui, dans un premier temps, a expulsé des cendres formant ce cône; dans une seconde phase, un flot de lave basaltique a atteint Deschutes river à 4 km. pour y former un barrage naturel errodé par la suite et donnant naissance à Benham falls. D'après les géologues, 90% du magma fut émis sous forme de coulées, 9% sous forme de scories et 1% sous forme de poussières volcaniques.

Lavabutte---Oregon---wiki.jpg    Lava butte à demi entourée de coulées de lave  et présentant la fissure
   responsable de la coulée vers Deschutes river - USGS.


Lava river cave est un tunnel de lave long de 1.600 m., découvert en 1889, mais connu, d'après les archéologues, par les amérindiens qui y exploitaient l'obsidienne.

Newberry-lava-tube---pipct.net.jpg                                Newberry lava tube - photo pipct.net

Ce tunnel a été produit par une coulée daté de 80.000 ans; il se caractérise par divers lieux-dits : dont Echo hall, haut de 18 m. et large de 15.; Two tube tunnel, un endroit où le tunnel est bifide; Sand garden est une partie recouverte de sable, amené ici par la pluie et la neige percolant au travers de crevasses; ce sable est en fait de la poussière volcanique provenant de l'éruption du mont Mazama (Crater Lake), il y a 6.600 ans.

Newberry est situé à l'extrémité NO. de la "Brother fault zone"; certains scientifiques attribue cette zone de failles au groupe basaltique de la Columbia river, produit d'après de récentes découvertes par un panache mantellique responsable d'une anomalie thermique active depuis 15-16 Ma.
D'autres hypothèses la rattache aux Cascades et envisagent un processus de subduction, et une extension de la structure Basin & Range.

"Caution : be bare safe"
... des ours sont présents dans la caldeira Newberry et les précautions d'usage sont à revoir avant d'y séjourner.

Sources :

- "Volcanoes of North America" - C.A.Wood & J.Kienle

- Global Volcanism Program - Newberry

- CVO - Newberry volcano & caldera
- US Forest service - Newberry National volcanic monument

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Excursions et voyages
En descendant vers le sud, nous passons dans l'état d'Oregon, dans lequel le GVP recense 17 volcans.
Je ne passerai en revue que les cinq plus connus : le mont Hood, le mont Jefferson, les Three Sisters, le Newberry et Crater lake.

Le Mount Hood, situé à proximité de Portland, doit son nom à un amiral britannique (expédition Vancouver - 1792); son nom indien, Wy'east est lié à la légende englobant ses voisins, le Mont Adams et le St Helens.

C'est un stratovolcan composite: son sommet est constitué de plusieurs dômes andésitique ou dacitique, produits lors d'éruptions dans les 730.000 dernières années et sur base d'un volcan ancestral présent depuis des millions d'années.

Mt-Hood-Oregon---wik-McMasterchef.jpg                           Mount Hood, 3.426 m. - photo McMasterChef in Wikipedia.
                                          Crater Rock est visible, sous le sommet.

Au 19°s, les habitants de Portland ont fait mention d'éruptions mineures, hormis celle de 1859 qui fut de VEI 2.
Couvert de glaciers, le volcan a produit nombre de lahars, en plus des avalanches de débris; les derniers ont atteint la Columbia river en 2006.
A proximité du Timberline Lodge, Crater Rock est un vestige du dôme dacitique formé il y a 2 à 300 ans. Une forte activité fumerollienne persiste aujourd'hui dans ses environs.

hazmap-small.jpg                                   Carte des risques volcaniques établie par l'USGS .

Le volcan présente divers types de risques:
- lahars et avalanches de débris pouvant atteindre les rivières
   proches : Sandy, White & Hood rivers.
- Avalanches de débris atteignant la Columbia river et le
  barrage Bonneville, compromettant son potentiel
  de génération électrique.
- les émissions de cendres peuvent perturber le trafic aérien
  des aéroports de Portland et de Seattle.
Les installations proches - Timberline lodge, et les ski lodges - sont susceptibles d'être touchées par des bombes ou des coulées pyroclastiques.

Le Mount Jefferson est un stratovolcan largement érodé et qui n'a plus présenté d'activité volcanique depuis la fin du Pleistocène.
Il doit son nom au président des Etats-Unis, Jefferson, qui a sponsorisé "l'expédition Lewis & Clark".


Mount-Jefferson---Peter-Tiegs.jpg                         Le Mount Jefferson, vu du Russel Lake - photo Peter Tiegs / Flickr.

Le Mount Jefferson s'est construit en deux grands épisodes, séparés par une période d'érosion glaciaire. Le premièr, qui a débuté il y a 290.000 ans, a produit un volcan andésitique à dacitique; le second a débuté il y a 70.000 ans et est responsable de la formation de dômes dacitiques.
Différents cinder cones, datés de l'Holocène, dont Forked butte et North cinder peak, ont donné des coulées de lave qui ont empruntés les vallées glaciaires.
La plus récente est liée à un cinder cone situé sur les flancs de South cinder peak, qui a produit une coulée le coupant en deux, et qui a atteint Marion Lake, il y a 1.000 ans.

Jefferson-cinder-cone-a-g-South-cinder-Peak.jpg
La dernière éruption dans la zone du Mount Jefferson a eu lieu au niveau du cinder cone
(à gauche et en bas, sur la photo) situé sur les flancs du South cinder peak (au centre).
L'éruption date de 1.000 ans environ et a produit une coulée de lave qui a partagé le cône
en deux parties.

Ijen---Kendeng-9401-copie.jpg

Indian paintbrush et Aconit

© B.Duyck



Le Mount Jefferson est situé au sein de la réserve indienne Warm Springs, et son aire "de vie sauvage" (wilderness) inclue dans la Deschutes National forest et la Willamette National forest.
Cette région couverte de forêts et de lacs (plus de 150) présente une flore typique des montagnes nord-américaines.

Sources :
- USGS - Mount Hood, history and hazards of Oregon's most recently active volcano - link
- USGS - Mount Hood
- Global Volcanism Program - Hood
-USGS - Mount Jefferson
- Global Volcanism Program - Jefferson

Lire la suite

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog