Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

news

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Merci à tous et toutes, lecteurs fidèles ou occasionnels ... le blog vit grâce à vous.

Merci à mes amis volcanophiles-photographes, qui m'ont aidé à animer ce blog en partageant leurs photos et infos.

Merci à l'équipe d'Overblog pour son aide et son support.

photo3min30

photo3min30

Quelques chiffres encourageants :

- 987.814 : le nombre total de visiteurs individuels

- 2.015.679 : le nombre total de pages vues.

- les chiffres du mois : entre 600 et 1.064 visiteurs journaliers.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

A vos agendas !

Premier volet du documentaire de Jamy Gourmaud , " Le monde de Jamy " :

ce mercredi 7 mai à 20h45, il nous emmène sur France 3, en compagnie de Guy de Saint-Cyr, vers Hawaii, avant de se diriger vers Montserrat, puis dans la région de Naples et enfin en Ethiopie, sur le Dallol et l’Erta Ale.

Il a rangé ses maquettes, est sorti de son camion, pour nous proposer une collection sur le voyage, le savoir et la découverte. Et il débute avec

« Des volcans et des hommes »

Des volcans et des hommes ... avec Jamy .

Le mot aventure prend tout son sens dans ce projet, selon Jamy. "Il y a longtemps que j’avais envie de faire une émission comme celle-ci. Et ce, pour plusieurs raisons, la première étant que, pendant dix-neuf ans, je suis resté, au studio, dans un camion. J’ai emmagasiné pas mal de connaissances, mais j’ai passé plus de temps au contact de scientifiques qui travaillent dans des labos, pour des bouquins ou Internet que sur le terrain. Pendant des années, j’ai décortiqué des phénomènes, je les ai observés à la loupe, je les ai restitués à ma manière et, à un moment donné, j’ai eu envie de confronter ces connaissances avec ceux qui vivent l’aventure de la science et de les confronter au travers de vrais échanges ".

 

 

Jamy à Hawaii - Crédit photo © Yoan Cart - MFP. / le blog tv news

Jamy à Hawaii - Crédit photo © Yoan Cart - MFP. / le blog tv news

Sources :

- Le Blog tv news

- Aventure et volcans

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

 

Ce 19 mars débute en Italie l’année Giuseppe Mercalli … diverses cérémonies commémoreront le centenaire de sa mort.

Sismologue, volcanologue et homme d’église, Mercalli est connu pour avoir développé une échelle d’intensité des séismes, portant son nom, et un système de classification des éruptions volcaniques.

Célébration du centenaire de la mort de G.Mercalli

Né en 1850 à Milan, Mercalli y fait ses études. L’abbé Stoppani lui enseigne la géologie. Il commence à enseigner à Monza, puis à Reggio di Calabria (1885) et à partir de 1892, à Naples. Il succède à Matteucci comme directeur de l’Observatoire du Vésuve, en 1911. Il consacre le reste de sa vie à l’étude de ce volcan.

Il décède mystérieusement en 1914, brûlé dans l’incendie de son appartement.

Sa contribution la plus substantielle reste son travail sur l’échelle d’intensité sismique.

Giuseppe Mercalli au Vésuve - photo Saiko / wikipédia

Giuseppe Mercalli au Vésuve - photo Saiko / wikipédia

Bien que certains sismographes soient disponibles, la plus grande part des informations de Mercalli vient de ses observations personnelles des dégâts causés par les tremblements de terre.

Il développe d’abord une échelle d’intensité (subjective) à six degrés, mais réalise rapidement qu’elle manque de précision. En 1902, il modifie l’échelle à dix degrés de Rossi-Forel, en lui ajoutant une description détaillée de chaque degré. Cette nouvelle échelle fait l’unanimité parmi les scientifiques de l’époque. D’autres sismologues poursuivront ce travail : Cancani la porte à 12 degrés, et Sieberg reprécise les descriptions, mais l’échelle continuera à porter le nom de Mercalli.

Giuseppe Mercalli catalogue aussi les séismes Italiens, dans son ouvrage "  I vulcani e fénomeni vulcanici in Italia " … il estime que "  pour comprendre un séisme, il faut connaitre l’histoire sismique régionale ".

Sa réputation de sismologue le fait voyager en Espagne en 1884, où il examine les suites du séisme d’Andalousie. En 1887, il est le principal investigateur du séisme sur la côte Ligure, entre Menton / France et Imperia / Italie. Cette importante catastrophe a causé plus de 600 décès, des centaines de blessés et des destructions importantes dans les villages de l’arrière-pays.

Mercalli a également longuement étudié l’activité volcanique et publié " I vulcani attiviti delle Terra ", un catalogue des volcans du monde, où il développe une échelle pour en comparer les éruptions.

Giuseppe Mercalli 1850-1914 - photo via Twitter

Giuseppe Mercalli 1850-1914 - photo via Twitter

Sources :

- INGV - Anno Mercalliano, “I luoghi di Mercalli”.

- Pennsylvania State University – Mercalli

- CNRS - Le séisme de 1887 sur la côte Ligure interprété

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Quelques adaptations sont nécessaires pour une lecture facile du blog sur les smartphones et tablettes ... en espérant que tout ce passe bien !


 

1381627 10153470451090647 626159467 n


A très bientôt !

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

 

Bonne Année - Happy New Year -  Glückliches neues Jahr - Gelukkig Nieuwjaar - Feliz Año Nuevo - Buon anno - Ευτυχισμένο το Νέο Έτος - с Новым годом

 

s_v24_00000509-copie.jpg                                                                                                               photo HVO / USGS

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Pour l'introduction de son nouveau système 4K Ultra HD TV , Sony a filmé un spot publicitaire sur un volcan ... de fleurs !

Les images sont annoncées plus précises et pointues, avec un spectre de couleurs étendu et qui se veulent naturelles : "une révolution en termes de résolution ".

 

Confectionnées avec plus d'une tonne de pétales "biodégradables", à grand renfort de matériels de prises de vues professionnels et de techniques cinématographiques, ces images ont été tournées en Amérique centrale, mais devinez sur quel volcan ?

 

 

 

 

Situé au Costa Rica, c'est le volcan Irazu qui a prêté ses flancs au tournage. Toutes les phases d'une éruption ont été simulées, avec plus ou moins de bonheur ... fontaines de lave, coulées de lave ou coulées pyroclastiques, même un lac de lave.


z---costa-Rica-298-copie.jpg

                           Irazu - le lac acide par temps brumeux - photo Bernard Duyck

 

Rassurez-vous ... je ne verse pas dans la publicité ou le sensationnel !

Ceci n'est qu'un intermède coloré, en attendant une prochaine éruption.


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Les astronomes ont découvert une exo-planète ( *) tellurique (**) de la taille de la Terre.

Cette planète, baptisée Keppler-78b, a été découverte par le télescope spatial Kepler de la Nasa, lancé en 2009 pour découvrir des planètes semblables à la Terre en orbite autour d’étoiles éloignées. Depuis 4 ans, la "famille Kepler " s’étoffe et de nombreuses planètes rocheuses ont été répertoriées, de taille différentes.


Deux équipes de recherche différentes ont confirmé et caractérisé Kepler-78b grâce à des télescopes terrestres : pour déterminer sa masse, ils utilisent la méthode de vélocité radiale pour mesurer l’influence de la trainée gravitationnelle d’une planète en orbite sur les oscillations de son étoile. D’autre part, Kepler détermine la taille ou le rayon planétaire par la quantité de lumière de l’étoile occultée par le passage de la planète devant son "soleil".

 

earth_and_kepler-78b_comparison-sm---David-A.-Aguilar--CfA-.jpg   Comparaison entre notre Terre et la planète Kepler-78b - doc Nasa / Credit: David A. Aguilar (CfA)

 

Kepler-78b a 1,2 fois la taille de la terre, et est 1,7 fois plus massive, ce qui met sa densité similaire à la densité terrestre, et suggère une composition roches/fer comparable. Son étoile est un peu plus petite et moins massive que notre soleil, et située à 400 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Cygne. Kepler-78b fait le tour de son étoile en seulement huit heures et demi, en est donc beaucoup plus proche et semble présenter de façon permanente une seule face à celle-ci. La température de cette face est de 2.000 – 2.800 °C, rendant toute vie impossible sur la planète ... en fusion !

 

kepler-78b_artist-s-conception-of-molten-planet----Drawing-.jpg              Vue d'artiste de Kepler-78b et de son étoile - par Karen Teramure ( UH - IfA)


Kepler-78b pourrait n’avoir pas toujours eu cette configuration. Elle pourrait avoir été plus massive et avoir une atmosphère au moment de sa formation. Sa migration vers son étoile aurait causé la perte de cette atmosphère. Ce qui reste aujourd’hui de la planète originelle est le cœur d’une planète autrefois plus grande.   

Kepler-78b est un paradis pour les astronomes, mais un enfer pour toute vie.


Lexique :

(*) Exo-planète : une planète, au sens large du thème, située en dehors de notre système solaire

(**) planète tellurique :

une planète tellurique (du latin tellus, « la terre », « le sol »), en opposition aux planètes gazeuses, est une planète composée de roches et de métaux.


Sources :

- Nasa news – Scientists Discover the First Earth-Sized Rocky Planet – by Michele Johnson 650-604-6982 Ames Research Center, Moffett Field, Calif. - link   

- Nature – An Earth-sized planet with an Earth-like density – by Francisco Pepe & al. - link    

- Nature- A rocky composition for an Earth-sized exoplanet – by A.W.Howard & al. - link 

- Kepler’s Tally of Planets -  link 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Je souhaite à toutes et tous de

 

Dossier-32 0650

 

Pour les puristes : Oeuf en obsidienne de Vulcano / Iles éoliennes sur flou de jonquilles du jardin - © Bernard Duyck

 


Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

La seconde partie de l'année commence ... sous le soleil !

Peut-être préparez-vous de nouvelles destinations ?

 

Pour vous mettre en conditions, un petit livre de Jérôme Bourgine, une des plumes baroudeuse de l'Echo Touristique :


 

couv-3d-okCorrigee-250.jpg

 

Des pages d'anecdotes et de conseils pratiques ... mais surtout un véritable "code du voyageur" !

 

Je vous souhaite une bonne lecture et des vacances enrichissantes, pleines de belles rencontres ... sur les volcans, ou avec les baleines !

 

Références :

"Yaka aller voir les baleines ... " de Jérôme Bourgine aux éditions Bréal

http://www.editions-breal.fr/fiche-yaka-aller-voir-les-baleines-5137.html

Réf. 426 0012 - ISBN 978 2 7495 3135 9
Edition 2012 - 192 pages - 15 x 15

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #news

Le classement récent au Patrimoine Mondial par l’Unesco du bassin minier du Nord-Pas de Calais et de quatre sites Wallons, Le Grand Hornu, le Bois-du-Luc, le Bois du Cazier et Blegny-Mine, m’amène à relever certaines similitudes entre les terrils et les volcans.

 

800px-Rouvroy_-_Terril_n-_84-_2_Sud_de_Drocourt_-05-.JPG                  Terril n°84 - Rouvroy (F) - sud de Drocourt - photo Jérémy Jännick

 

Laacher-See-066.jpg          Quelques volcans de l'Eifel, vus du sommet du Nastberg - photo Bernard duyck

 

Le bassin houiller Franco-Belge s’étend du Pas-de Calais en direction de celui de la Ruhr, en Allemagne, en passant par le sillon Sambre-Meuse ; il est parsemé de formations coniques typiques, ressemblant à s’y méprendre aux cônes volcaniques de l’Eifel tout proche.

 

bassin_houiller2.jpgSituation du bassin houiller Franco-Belge parmi ceux d'Europe occidentale - carte Fossilraptor.be / Carbonifère : exploitation minière.

 

Similitudes avec les volcans :

 

Les sous-produits de l’exploitation minière, composés principalement de schistes et de grès carbonifères sont entassés jusqu’à former des cônes plus ou moins hauts, les terrils, ressemblant aux cônes de scories volcaniques les plus parfaits.

 

Terril_Loos-en-Gohelle_2006-01-14---Sylvain-Beucher.jpg       Un des deux plus grands terrils du Pas de Calais, à Loos-en-Gohelle (F) - photo Sylvain Beucher.


Les terrils sont le résultat de l'accumulation des "stériles". L'origine du mot "terril" n'est pas clairement établie, mais la proximité entre "stérile" et "terril" fait partie des explications parfois entendues.

Dans les galeries minières, schistes et grès étaient associés au charbon, et une fois extrait et triés, ces résidus encombrants trouvaient places à proximité immédiate de la fosse. Et au fil du temps, de véritables collines ont vu le jour. Les terrils plats, ou "tabulaires", sont en général plus anciens, puisque au début de l'exploitation minière, les berlines étaient tirées par les chevaux, et il fallait prendre garde à ne pas faire de pente trop rude. Mais avec l'amélioration des techniques, l'apparition des systèmes de treuils et/ou du chemin de fer, ainsi que le développement de l'urbanisation autour des fosses, les terrils sont devenus de plus en plus haut, et ont prit une forme plus conique. On posait alors directement des rails sur la pente des terrils, que l'on prolongeait à mesure que la hauteur augmentait.

 

Les sols peuvent y rester très chaud suite à un phénomène de combustion interne, qui marque surtout les plus anciens qui contiennent encore beaucoup de houille. Ce phénomène produit du CO2, constituant un problème écologique.

Le CO2, le CO, et le méthane sont aussi des gaz présents dans les galeries minières ... on les retrouve dans ceux émis par les volcans.

Le fameux grisou est en fait du méthane à 99,5%, plus léger que l'air, inodore et incolore.  Il s'accumule au toit de la galerie et, à pression et température ordinaires, les teneurs limites d'inflammabilité sont de 5,6 et 14 %. La combustion a une allure explosive entre 6 et 12 %.

L'inflammation d'un volume gazeux constitué d'un mélange d'air et de grisou, par une étincelle ou une flamme de lampe, entraîne dans les galeries : la production d'une flamme dont l'expansion est assez limitée ;

la formation d'une onde de pression élevée qui se propage très loin à des vitesses de l'ordre de 250 m/s ; le dégagement de gaz brûlés (CO2 et CO) ; de plus, la combustion du méthane peut mettre le feu à des matières aisément inflammables, en particulier à des poussières de charbon soulevées par le souffle de la flamme.

 

Le "coup de grisou" est une explosion accidentelle de gaz dans une mine, liée à son exploitation. Il s'agit d'un accident souvent mortel, et très redouté des mineurs ; ses effets désastreux sont véhiculés par les galeries de mines, comme la lave est véhiculée à l’intérieur de tunnels.

 

Blegnymine1---LVB.jpg                            Galerie "moderne " à Blegny-Mine (B) - photo fossilraptor

 

800px-Boussu-Bois_le_terril_de_Saint_Antoine---Agrillo-Mari.JPG                      Le terril St Antoine à Boussu-Bois (B) - photo Mario Agrillo.


Terrils et nature :

 

Les terrils abritent également un écosystème unique dans ces régions du nord de la France et de la Belgique. Cet écosystème s'explique par la chaleur légèrement supérieure sur la surface d'un terril à celle de la terre environnante. La raison la plus évidente est la couleur très sombre des terrils, qui agit comme "un corps noir" , accumulant la chaleur pour la diffuser ensuite. Mais la chaleur qui résulte de la lente combustion interne joue également un rôle primordial.

On trouve sur la surface des terrils des espèces végétales inhabituelles sous ces latitudes et provenant pour certaines de régions du bassin méditerranéen. Ces espèces sont arrivées via un processus de propagation naturel, grâce aux vents, mais aussi par l'action des hommes. L'immigration, provenant au fil du temps d'Italie, de Pologne puis d'Afrique du Nord, a vu les humains apporter des fruits, tels que les pommes, et quelques trognons ont fini leurs périples dans les berlines en partance pour les terrils. Certaines graines ont trouvé là un terrain à leur goût et ont donné naissance à des arbres pionniers.

Grâce à ce micro-climat, on peut y cultiver maintenant de la vigne.

 

La qualité biologique d’un grand nombre de terrils est un élément essentiel du patrimoine qui justifie leur préservation. D’autres atouts tels que les qualités paysagères et les potentialités récréatives militent également en faveur d’une valorisation et d’une protection.
Cette éventuelle protection peut conduire à l’intégration des terrils au sein d’un réseau particulier d’espaces protégés et à la définition de mesures de sauvegarde particulières telles que la réglementation de certaines activités ainsi que la mise en place de suivis biologiques.

 

Ce classement est un hommage aux mineurs :

 

thumb.jpg


marcinelleboisducasier - 08.08.1956Dernière catastrophe minière en Belgique, le 8 août 1956, au Bois du Cazier à Marcinelle (B) - 262 victimes sur 274 hommes présents dans la mine - Archives collection IHOES.


Cette mise à l’honneur constitue un hommage à tous ceux, nés ici ou venus d’ailleurs, qui ont œuvré pour le développement de l’économie régionale, souvent en y laissant leur santé et leur vie ; elle peut aussi constituer un tremplin pour l’économie actuelle, avec le développement d'un tourisme industriel … qui fera connaître aussi nos villes et paysages.

 

 

Sources :

- Le Carbonifère – exploitation minière - link

- Geopedia - l'exploitation des mines de charbon - link

- Interreg IV : une mutualisation des compétences pour le bassin minier Franco-Wallon. - link 

- Unesco - sites miniers majeurs de Wallonie - link

- Les terrils du bassin minier Nord-Pas de Calais - link

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog