Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

sismologie

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
Activité du Sabancaya, de l'Ubinas et séisme au sud de Big island.

L'Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l'activité éruptive du volcan Sabancaya est demeurée entre le 20 et le 26 juillet à des niveaux modérés, avec l'enregistrement continu des explosions,en moyenne 13 par jour, avec des panaches de gaz et cendres allant jusqu'à 2,6 km au-dessus du sommet du volcan.

L'IGP a enregistré et analysé la survenue d'environ 400 séismes d'origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques (magma, gaz, etc.) à l'intérieur du volcan

Le suivi de la déformation de la structure volcanique, à l'aide de données GNSS (traitées avec des orbites rapides), n'a pas présenté d'anomalies significatives; cependant, une légère inflation a été enregistrée dans le secteur nord (volcan Hualca Hualca) et flanc sud-est du volcan Sabancaya. La surveillance par satellite a identifié la présence de 5 anomalies thermiques avec desvaleurs comprises entre VRP 1 MW et 4 MW, associées à la présence d'un corps de lave à la surface du cratère du volcan.

Le niveau d'alerte volcanique reste orange,avec une zone interdite de 12 km de rayon autour du cratère.

 

Source : IG Peru

Activité du Sabancaya, de l'Ubinas et séisme au sud de Big island.

Le volcan Ubinas (région de Moquegua) continue de présenter entre le 20 et le 26 juillet une légère augmentation de son activité sismique ; vingt séismes de magnitudes inférieures à M1.5, associés à des processus de rupture de roche qui se produisent à l'intérieur du volcan ont été enregistrés ; de même, 6 signaux sismiques ont été enregistrés qui seraient associés aux mouvements des fluides volcaniques (vapeur d'eau et gaz); Au sein de ceux-ci, 2 événements de type tornillo ont été identifiés qui seraient liés à l'augmentation de la pression interne du volcan. Aucune activité sismique liée à la montée du magma n'est observée.

Des caméras de surveillance ont enregistré des colonnes de gaz et de vapeur d'eau atteignant des hauteurs allant jusqu'à 700 m au-dessus du sommet du volcan, dispersées vers le secteur sud-est du volcan.

La surveillance de la déformation de la structure volcanique, à l'aide d'instruments GNSS, ainsi que la surveillance satellite via les systèmes SENTINEL, IMO-NASA (gaz SO2) et MIROVA (anomalies thermiques) n'ont pas enregistré d'anomalies pendant la période d'analyse.

Le niveau d'alerte volcanique reste à naranja, assorti d'une zone interdite de 3 km de rayon autour du cratère

 

Source : IG Peru

Activité du Sabancaya, de l'Ubinas et séisme au sud de Big island.

L'Observatoire des volcans hawaïens (HVO) de l'U.S. Geological Survey a enregistré un séisme de magnitude 4,7, entre le Lōʻihi seamont et la pointe sud de l'île d'Hawaii, le lundi 27 juillet à 6 h 06 HST.

Le tremblement de terre a été centré à environ 20 km (12,4 miles) au sud-est de Nā’ālehu, à une profondeur de 35 km (21,7 miles). De légères secousses, avec une intensité maximale de IV, ont été signalées dans certaines parties de l'île d'Hawaï. À cette intensité, des dommages importants aux bâtiments ou aux structures ne sont pas attendus. 

Selon David Phillips, scientifique en charge par intérim du HVO, le tremblement de terre n'a eu aucun effet apparent sur les volcans Kīlauea ou Mauna Loa. "Nous ne voyons aucun changement détectable d'activité aux sommets ou le long des zones de rift du Mauna Loa ou Kīlauea à la suite de ce tremblement de terre. Des répliques sont possibles et pourraient être ressenties." Le HVO continue de surveiller le Mauna Loa et d'autres volcans hawaïens pour tout changement.

La profondeur, l'emplacement et les ondes sismiques enregistrées du tremblement de terre suggèrent une source due à la flexion de la plaque océanique sous le poids de la chaîne d'îles hawaïennes, une source commune de tremblements de terre dans cette région. Des répliques sont possibles et pourraient être ressenties.

Selon le Centre d'alerte aux tsunamis du Pacifique, ce tremblement de terre ne menace pas de tsunami.

 

Source : HVO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Sismologie
 Fagradalsfjall - photo Ferlir

Fagradalsfjall - photo Ferlir

Péninsule de Reykjanes- localisation et magnitude des séismes au 20 juillet 2020 / 06h40 - doc IMO
Péninsule de Reykjanes- localisation et magnitude des séismes au 20 juillet 2020 / 06h40 - doc IMO
Péninsule de Reykjanes- localisation et magnitude des séismes au 20 juillet 2020 / 06h40 - doc IMO

Péninsule de Reykjanes- localisation et magnitude des séismes au 20 juillet 2020 / 06h40 - doc IMO

Dans la Péninsule de Reykjanes, un tremblement de terre entre M5 s'est produit à 23h36 dans la zone de Fagradalsfjall, un tuya formé au Pléistocène . Le tremblement de terre a été largement ressenti dans la partie sud-ouest de l'Islande.

Un nombre considérable de répliques se sont produites, les plus importantes étaient M3,5 à 00:08, M3.4 à 00:55, M3.0 à 02:19 et M3.4 à 03:09 et elles ont également été ressenties dans le sud-ouest de l'Islande. .

À 05h46, un M4.6 a été détecté. Des chutes de pierres ont été signalées à Festarfjall, à environ 6 km au SO de l'épicentre du tremblement de terre.

Le 18 juillet à 05h56, un tremblement de terre M4.1 avait été détecté à 4,1 km au nord de Grindavík.

 

Les tremblements de terre autour de Grindavík se poursuivent ces derniers mois en raison de la déformation dans la région.

 

Source : IMO

Localisation du tuya Fagradalsfjall dans la Péninsule de Reykjanes

Localisation du tuya Fagradalsfjall dans la Péninsule de Reykjanes

Fagradalsfjall  - Coulée de lave datant du Pleistocene  - photo Banco  imagenes geologicas / Flickr

Fagradalsfjall - Coulée de lave datant du Pleistocene - photo Banco imagenes geologicas / Flickr

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie

Le Sernageomin a relevé le niveau d'alerte technique du Copahue à amarilla ce 17 juillet à 15h30 locale.

Au cours des mois précédents, la sismicité a été marquée par de nombreux séismes VLP, en relation avec l'ascension de magma à des niveaux plu superficiels ; de plus, ces derniers jours, des signes ont été observés en surface, avec l'émission de matériaux particulaires associée à une colonne de gaz par le cratère actif, et de l'incandescence. Les images satellites indiquent une diminution du volume du lac de cratère ... tous ces signes témoignent de ma présence d'un volume de magma à un niveau superficiel.

Une zone de 1.000 mètres de rayon autour du cratère est considérée comme zone d'affectation possible.

 

Source : Sernageomn OVDAS

Copahue - 16.07.2020 - panache de cendres - vidéo Mayores Sin Limites / twitter

Copahue - 16.07.2020 - panache de cendres - vidéo Mayores Sin Limites / twitter

Copahue - 16.07.2020 - vidéo noticiasvNQN

Le niveau d'alerte du Raung, sur l'île de Java, a été augmenté à 2 / waspada ce 17 juillet.

Ce jour, entre 0 et 6h, un total de 26 panaches bruns ont été observés entre 50 et 200 mètres au dessus du cratère.

La sismicite du 17 juillet est caractérisée par

- 98 séismes d'éruption avec une amplitude de 2-17 mm et une durée de 40-155 secondes.

- 83 épisodes de trémor non harmonique avec une amplitude de 1-5 mm, et une durée de 38-399 sec.

Le PVMBG rappelle l'interdiction de descendre dans la cratère, et de camper dans un rayon de 2 km au centre du cratère, en raison du danger des gaz volcaniques pour la vie.

 

Sources : PVMBG & Magma Indonesia

Raung - sismicité au 17.07.2020 - Doc. Magma Indonesia

Raung - sismicité au 17.07.2020 - Doc. Magma Indonesia

Au Costa Rica, une émission passive s'est produite au Turrialba le 16 juillet 2020 à 12h09, accompagnée d'un panache de cendres à 200 mètres au dessus du cratère ; elle a duré 2 minutes.

Cet épisode a été suivi de plusieurs autres émissions très diluées en cours de journée.

Un pic des ratios CO2 / SO2 et H2S / SO2 a été enregistré pendant la nuit, avant de revenir à des valeurs similaires à celles d'hier.

 

Source : Ovsicori

Turrialba - 16.07.2020 / 12h09 - webcam Ovsicori

Turrialba - 16.07.2020 / 12h09 - webcam Ovsicori

Un séisme de magnitude 4,1 s'est produit à 4,1 km de Grindavik, dans la Péninsule de Reykjanes en Islande.

Il a été précédé d'un autre de magnitude 3;2.

tous deux ont été ressenti à Grindavik et Reykjanesbaer.

L'activité sismique persistante est, selon l'IMO, en relation avec la déformation due aux intrusions magmatiques dans la croûte terrestre.

 

Sources : IMO & mbl,is

Reykjanes péninsule - 18.07.2020 - magnitude des séismes à 07h50 - Doc. IMO

Reykjanes péninsule - 18.07.2020 - magnitude des séismes à 07h50 - Doc. IMO

 Grindavík avec le Mont Þorbjörn en arrière-plan.  - Doc. mbl.is /  Kristinn Magnússon

Grindavík avec le Mont Þorbjörn en arrière-plan. - Doc. mbl.is / Kristinn Magnússon

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
Nevados de Chillan – 13.07.2020 en fin de soirée – incandescence de la coulée de lave – photo Josefauna / Volcanologia in Chile

Nevados de Chillan – 13.07.2020 en fin de soirée – incandescence de la coulée de lave – photo Josefauna / Volcanologia in Chile

Au Nevados de Chillan, la coulée de lave visqueuse émanant du cratère Nicanor continue de descendre lentement le flanc nord du volcan.

Le Sernageomin a déterminé une zone de danger de 3 km vers l'ouest et jusqu'à 5 km vers l'est.

De nuit, on peut remarquer l'incandescence émise par la coulée ; son taux d'émission est de l'ordre de 0,2m³/sec.

 

Source : Sernageomin et Volcanologia in Chile

Nevados de Chillan - la coulée en journée le 14.07.2020 - webcam Sernageomin Portezuelo

Nevados de Chillan - la coulée en journée le 14.07.2020 - webcam Sernageomin Portezuelo

Toujours au Chili, le 14 juillet 2020 à 06h59 heure locale, le National Geology and Mining Service a enregistré un séisme lié à la fracturation des roches, d'une magnitude locale de 3,0 et d'une profondeur de 0,2 km au complexe volcanique de Taapaca.

Le Complexe (5 861 m d'altitude) est situé sur le haut plateau de la région d'Arica et de Parinacota, et est à la 35e place du classement des risques spécifiques.

Le complexe volcanique de Taapaca - photo Daniel Bertin / Sernageomin

Le complexe volcanique de Taapaca - photo Daniel Bertin / Sernageomin

Le Complexe (5.861 m d'altitude) est situé sur le haut plateau de la région d'Arica et de Parinacota, et est à la 35e place du classement des risques spécifiques.

Nommé localement Nevados de Putre, il correspond à un complexe volcanique allongé avec un profil irrégulier, situé sur le bord ouest du front volcanique actuel des Andes centrales. Son activité remonte à 2,7 millions d'années avec l'émission de lave et de pyroclastes principalement andésitiques.

Au cours des 1,5 million d'années écoulées, l'activité éruptive aurait migré d'environ 4 à 5 km vers le sud-ouest, limitée à de courtes périodes d'activité et séparée par des stades prolongés d'immobilité.

Il n'y a aucune trace d'activité éruptive historique. Il n'y a que des sources chaudes et des dépôts de soufre associés à ce centre éruptif.

Le niveau d'alerte reste à vert ; Une réactivation potentielle serait liée à l'emplacement des dômes dacitiques et à la génération ultérieure de courants pyroclastiques qui affecterait très probablement le flanc sud-ouest du volcan, le secteur où se trouve Putre, le principal centre peuplé de la région de l'altiplano (environ 2 .000 habitants), et la route internationale CH-11.

 

Source : Sernageomin

Bulusan - photo archives 2016.10.08 / PHIVOLCS-SPDRRMO

Bulusan - photo archives 2016.10.08 / PHIVOLCS-SPDRRMO

Le Phivolcs a enregistré depuis le 13 juillet une hausse du nombre de séismes volcaniques au Bulusan : il en dénombre 33 en 24 heures le 13 et 27 séismes en 24 heures le 14 (période de 8h à 8h matin)

Une très faible émission de panaches blancs chargés de vapeur des évents sud-est a été observée. Les données de déformation du sol provenant de mesures GPS continues indiquent une inflation à court terme de l'édifice depuis fin février 2020. Ces paramètres indiquent que des processus volcaniques sont en cours sous l'édifice qui peuvent être causés par un dégazage en profondeur ou une activité hydrothermale ou une intrusion magmatique.

Les personnes vivant dans les vallées et le long des canaux fluviaux, en particulier dans le secteur sud-est, sud-ouest et nord-ouest de l'édifice, doivent être vigilantes contre les écoulements et les lahars chargés de sédiments en cas de fortes pluies prolongées.

Le statut d'alerte de niveau 1 (anormal) prévaut actuellement sur le volcan Bulusan, ce qui signifie qu'il est actuellement dans un état anormal.

 

Source : DOST-PHIVOLCS

Islande - séismes au 15.017.2020 / 07h35 - Doc. IMO
Islande - séismes au 15.017.2020 / 07h35 - Doc. IMO

Islande - séismes au 15.017.2020 / 07h35 - Doc. IMO

Vatnajökull / Bárðarbunga - magnitude des séismes au 15.07.2020 - les deux séismes de plus de M3 en nuit du 13-14.07.2020 - Doc. IMO

Vatnajökull / Bárðarbunga - magnitude des séismes au 15.07.2020 - les deux séismes de plus de M3 en nuit du 13-14.07.2020 - Doc. IMO

Peu avant minuit le 13 juillet à 23 h 41, un tremblement de terre de magnitude 3 a secoué la partie sud-est de la caldeira de Bárðarbunga et environ une heure plus tard le 14 juillet , un autre séisme de magnitude 3,6 a secoué la région.

Les séismes de cette importance sont communs au Bárðarbunga.

 

A noter que les essaims sismiques se poursuivent dans la péninsule de Reykjanes, aux environs de Grindavik, et plus au nord, à l'embouchure de l'Eyjafjördur ; Dans le nord, on dénombre plus de 13.000 séismes dont 3 de magnitude supérieure à 5.

 

Source : IMO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
Etna – 11,07,2020 - activité strombolienne au "Saddle vent" du SEC, vue de Piano del Vescovo – photo INGVvulcani

Etna – 11,07,2020 - activité strombolienne au "Saddle vent" du SEC, vue de Piano del Vescovo – photo INGVvulcani

Une faible activité strombolienne a été observée ce 11 juillet 2020 en soirée à l'évent de la selle localisée entre le nouveau et l'ancien cône sud-est de l'Etna.

 

Source : INGVvulcani

Etna - 12.07.2020 /  06h27 - Webcam INGV OE Emot0129

Etna - 12.07.2020 / 06h27 - Webcam INGV OE Emot0129

Un nouvel épisode éruptif est signalé à Suwanosejima ce 12 juillet à 11h53 locale ; il s'est accompagné d'un panache à 1.300 mètres au dessus du cratère actif, dérivant vers le nord-est.

 

Sources : JMA & VAAC Tokyo

Suwanosejima - 12.07.2020 / 11h49 & 11h54 - doc. JMA

Suwanosejima - 12.07.2020 / 11h49 & 11h54 - doc. JMA

L'activité a baissé sur Nishinoshima ces 11 et 12 juillet.

Une faible anomalie thermique subsiste, mais en diminution considérable depuis le10 juillet, où elle a été notée à VRP 1340 à 473 MW, contre VRP 91à 8 MW ce 11 juillet.

L'extension du panache est centrée autour de l'île, avec une dérive modérée vers le nord-est.

 

Sources : Mirova, VAAC Tokyo et Nasa Worldview

Nishinoshima - baisse des anomalies thermiques et du pouvoir radiatif - Doc. Mirova au 11.07.2020 / 13h15 Nishinoshima - baisse des anomalies thermiques et du pouvoir radiatif - Doc. Mirova au 11.07.2020 / 13h15

Nishinoshima - baisse des anomalies thermiques et du pouvoir radiatif - Doc. Mirova au 11.07.2020 / 13h15

Nishinoshima - 12.07.2020 -  image satellite Nasa worldview et Volcanic ash advisory par le VAAC Tokyo.
Nishinoshima - 12.07.2020 -  image satellite Nasa worldview et Volcanic ash advisory par le VAAC Tokyo.

Nishinoshima - 12.07.2020 - image satellite Nasa worldview et Volcanic ash advisory par le VAAC Tokyo.

Les séismes se poursuivent en Islande à l'embouchure d'Eyjafjörður, dans le nord, et dans la péninsule de Reykjanes , dans le sud-ouest.

 

L'essaim sismique à l'embouchure d'Eyjafjörður est toujours en cours. Depuis le début de la crise le 19 juin, le système de tremblement de terre de l'Office météorologique national a localisé plus de 13.000 tremblements de terre, dont trois tremblements de terre de magnitude 5.

Il y a encore beaucoup de petits tremblements de terre dans la région et il est encore probable qu'il y aura plus de tremblements de terre plus importants.

 Islande - séismes au 12.07.2020 / 07h15  - IMO
 Islande - séismes au 12.07.2020 / 07h15  - IMO
 Islande - séismes au 12.07.2020 / 07h15  - IMO

Islande - séismes au 12.07.2020 / 07h15 - IMO

Hier, deux séismes de plus de magnitude 3 ont été mesurés juste à l'ouest de Herðubreiðartöglar dans la péninsule de Reykjanes.

Le premier de magnitude 3,2 à 14h15 et le second à 17h47 de magnitude 3,1, mais un rapport a été reçu que le deuxième tremblement de terre a été trouvé à Drekagil par Askja.

Les tremblements de terre ont persisté dans la région de Grindavík ces derniers mois en raison des glissements de terrain.

 

Source : IMO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
Asama - 27.06.2020 / 15h42 loc. - Osasa Caméra , Maechan Net

Asama - 27.06.2020 / 15h42 loc. - Osasa Caméra , Maechan Net

Le J.M.A. a augmenté le niveau d'alerte de l'Asama, sur l'île de Honshu au Japan, à 2 / ne pas s'approcher du cratère, le 25 juin à 15h JST. Il est conseillé de ne pas entrer dans la zone de danger dans les municipalités de Gunma: Tsumagoi-mura, Nagano: Komoro-shi, Karuizawa-machi, Miyota-machi.

Depuis le 20 juin, l'activité sismique sur le flanc ouest du volcan se poursuit à des niveaux fluctuants. Les 24 et 25 juin, la station sismique enregistre respectivement 59 et 69 tremblements de terre volcano-tectoniques.

Une éruption pourrait survenir sans avertissement.

Le bulletin d'avertissement indique que les impacts balistiques des bombes volcaniques et des écoulements pyroclastiques pourraient affecter une zone d'environ 2 km de distance du cratère principal.

Asama - Topographie  - doc. K.Nakajima / Geological Survey of Japan

Asama - Topographie - doc. K.Nakajima / Geological Survey of Japan

L'Asama pourrait être impliqué dans la famine qui a marqué l'Europe entre 1108 et 1113, selon une étude récentes sur les dépôts de sulfates du dernier millénaire dans les carottes de glace du Groenland.

Longtemps considéré comme le produit de l'éruption de 1104 CE Hekla (Islande), cet événement peut maintenant être associé à des dépôts importants observés en Antarctique selon une chronologie révisée de la même manière.

Plusieurs éruptions volcaniques étroitement espacées ont eu lieu entre 1108 et 1110 CE. Les sources de ces éruptions restent inconnues, mais l'étude propose que le mont Asama, dont la plus grande éruption de l'Holocène s'est produite en août 1108 EC ( Global Volcanism Program / Asama – éruption du 29,08,1108 à octobre 1108 – VEI 5 confirmée), et est documentée de manière crédible par un observateur japonais contemporain, comme contributeur plausible à la concentration élevée de sulfate au Groenland.

Les données dendroclimatologiques et la documentation historique attestent en outre de graves anomalies climatiques suite aux éruptions proposées, qui ont fournies les conditions environnementales préalables aux crises de subsistance vécues en Europe occidentale entre 1109 et 1111 CE.

 

Sources :

- Global Volcanism Program – Asama – eruptive history – link

- Nature – Scientific reports - Guillet, S., Corona, C., Ludlow, F. et al. Climatic and societal impacts of a “forgotten” cluster of volcanic eruptions in 1108-1110 CE. Sci Rep 10, 6715 (2020). - link

- Caméras de surveillance – thanks to Yukio Hayakawa

Caméra Onioshi , Agence météorologique du Japon
Kurogayama Caméra , Préfecture de Nagano Saku Construction Bureau
Osasa Caméra , Maechan Net
Caméra Dodaira , Tokigawa Ville, Préfecture Saitama

Nishinoshima  - 26.06.2020 - fort signal de SO2 ( 38.72DU de SO2 à une altitude de 7.17km. - Doc. Sentinel-5P Tropomi / DLR / BIRA / ESA

Nishinoshima - 26.06.2020 - fort signal de SO2 ( 38.72DU de SO2 à une altitude de 7.17km. - Doc. Sentinel-5P Tropomi / DLR / BIRA / ESA

Le VAAC Tokyo rapporte ce 26 juin à 12h Z que les émissions de cendres se poursuivent à Nishinoshima. Confirmées à une altitude de vol 100 en direction est / données satellite Himawari-8.

Un fort signal de dioxyde de soufre est détecté ce 26 juin, de 38,72 DU de SO2 à une altitude de 7,1 km direction nord-est, par Sentinel5P / Tropomi.

 

Sources : VAAC Tokyo et Sentinel-5P / Tropomi

Nishinoshima - Volcanic Ash Advisory 26.06.2020 - Doc. VAAC Tokyo

Nishinoshima - Volcanic Ash Advisory 26.06.2020 - Doc. VAAC Tokyo

 Ebeko - panache de cendres -  Doc. ASTv  / Photo de Sergey Lakomov / 27.06.2020

Ebeko - panache de cendres - Doc. ASTv / Photo de Sergey Lakomov / 27.06.2020

Une activité éruptive modérée se poursuit à l'Ebeko, dans les Kouriles.

D'après les observations des volcanologues de Severo-Kurilsk, les explosions se sont accompagnées de panaches de cendres à 2.200 mètres asl le 25 juin, de 2.500 mètres asl le 26 juin et de plus de 1.900 mètres asl le 27 juin.

Le code couleur aviation reste orange.

 

Source : KVERT

 Tjörnes FZ - localisation et magnitude des séismes au 27.06.2020  / 07h15 - Doc. IMO
 Tjörnes FZ - localisation et magnitude des séismes au 27.06.2020  / 07h15 - Doc. IMO
 Tjörnes FZ - localisation et magnitude des séismes au 27.06.2020  / 07h15 - Doc. IMO

Tjörnes FZ - localisation et magnitude des séismes au 27.06.2020 / 07h15 - Doc. IMO

L'essaim sismique dans la Tjörnes fracture zone au nord-est de Siglufjörður est toujours en cours.

 

Dans la nuit du 27 juin à 16 h 52, un tremblement de terre de magnitude 4,0 a été mesuré à environ 35 km NNE de Siglufjörður, Ce matin à 6 h 02, une autre de magnitude 3,2 a été mesurée à environ 20 km au nord-est de Siglufjörður. 

Hier, 26 juin, le système automatique a mesuré plus de 700 tremblements de terre dans la région, un tremblement de terre> 3,0 a été détecté hier à une magnitude de 3,2 à 13h55 à une trentaine de kilomètres au nord-est de Siglufjörður.

Depuis le début de la crise le 19 juin, le système de tremblement de terre de l'Office météorologique national a localisé environ 7.000 tremblements de terre. Trois tremblements de terre de plus de 5 ont été détectés dans la hryvnia, le plus important dimanche soir à 19h07 de magnitude 5,8 à 30 km de Siglufjörður. D'autres tremblements de terre de taille supérieure à 5 étaient de 5,6 et 5,4 et étaient localisés à plus de 20 km NA de Siglufjörður.

De nombreux tremblements de terre plus petits sont encore mesurés dans la région, et de plus grands tremblements de terre sont susceptibles de se produire.

 

Source : IMO – Scientifique de garde le 27,06,2020 / 06h17

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
Ebeko -  photo Y.Demyanchuk / Ria Novosti 22.06.2020

Ebeko - photo Y.Demyanchuk / Ria Novosti 22.06.2020

Une activité éruptive modérée est signalée par le KVERT à l'Ebeko ces 21 et 22 juin 2020, observée par les volcanologues depuis Severo-Kurilsk ; elle est caractérisée par des explosions qui s'accompagnent de panaches de cendres à plus de 2.000-2.200 mètres asl., dérivant sur 5 km vers le sud du volcan.

 

Source : KVERT – KSCNET & VAAC Tokyo

Sangay - photo archives IGEPN / Patricio Ramon

Sangay - photo archives IGEPN / Patricio Ramon

Les niveaux d'activité superficiel et interne du Sangay en Equateur restent élevés, sans changement.

Ce 21 juin, le volcan reste caché par les nuages, mais le VAAC Washington signale des émissions de gaz et cendres à 570 mètres au dessus du cratère, dérivant vers l'ouest.

La station sismique SAGA a enregistré un signal haute fréquence qui est sûrement associé à la descente des coulées de boue et de débris (lahars).

Ce phénomène est récurrent depuis le début de l'activité en mai 2019 et est dû au fait que les pluies intenses du volcan remobilisent le matériel accumulé tout au long de ces mois d'activité. Il est recommandé de ne pas être dans les zones proches des rives des fleuves Volcán et Upano.

Au cours des dernières 24 heures ( 20,06 au 21,06 / 11h) l'IGEPN rapporte 8 séismes LP, 72 explosions et 8 épisodes de trémor d'émission.

2019.11.05 Reventador - photo archives IGEPN /  Silvana Hidalgo 05.11.2019

2019.11.05 Reventador - photo archives IGEPN / Silvana Hidalgo 05.11.2019

Au Reventador, l'activité superficielle est modérée, l'activité interne demeure élevée ce 21 juin 2020.

La nébulosité empêche l'observation ; le VAAC Washington signale au cours de la nuit du 20 juin une émission de gaz et cendres à 1.338 mètres au dessus du cratère, dérivant vers l'ouest.

De l'incandescence est observée de nuit durant les éclaircies, de même que des chutes de blocs sur les flancs du volcan sur 600 mètres.

L'IGEPN rapporte, pour les dernières 24 heures, 23 séismes LP, 15 explosions, 5 épisodes de trémor d'émission et 3 de trémor harmonique

 

Sources : IGEPN & VAAC Washington.

Kanlaon - photo Phivolcs

Kanlaon - photo Phivolcs

Le réseau de surveillance sismique du volcan Kanlaon a enregistré cent trente-six séismes volcano-tectoniques sur les flancs ouest au cours de la période d'observation de 24 heures. Quatre (4) de ces tremblements de terre à 1h01, 1h04, 1h34 et 2h06 ont été enregistrés à M3,2-4,7 par le Philippine Seismic Network et ont été ressentis aux intensités II à V en La Carlota et Bago City, Negros Occidental et Canlaon City, Negros Oriental.

Une émission modérée de panaches blancs chargés de vapeur, atteignant 200 mètres de hauteur est observée au dessus du cratère, avant de dériver vers le sud-ouest.

Les émissions de dioxyde de soufre ont été mesurées à une moyenne de 438 tonnes / jour le 13 juin 2020. Les données de déformation du sol provenant de mesures GPS continues indiquent une inflation sur les pentes moyennes depuis avril 2020. Ces paramètres indiquent qu'une activité hydrothermale ou magmatique se produit sous l'édifice.

 

DOST-PHIVOLCS souhaite rappeler au public que le volcan Kanlaon est au niveau d'alerte 1, ce qui signifie qu'il se trouve dans un état anormal et est entré dans une période de troubles. Il est vivement rappelé aux collectivités locales et au public que l'entrée dans la zone de danger permanent (PDZ) d'un rayon de 4 kilomètres doit être strictement interdite en raison des possibilités supplémentaires d'éruptions soudaines et dangereuses de vapeur ou phréatiques.

Source : Phivolcs - 22.06.2020 / 8h

Tjörnes Fracture zone - localisation de l'essaim sismique et magnitude des séismes - Doc. IMO au 22.06.2020
Tjörnes Fracture zone - localisation de l'essaim sismique et magnitude des séismes - Doc. IMO au 22.06.2020
Tjörnes Fracture zone - localisation de l'essaim sismique et magnitude des séismes - Doc. IMO au 22.06.2020

Tjörnes Fracture zone - localisation de l'essaim sismique et magnitude des séismes - Doc. IMO au 22.06.2020

L'essaim sismique dans la zone de fractures de Tjörnes au nord de l'Islande se poursuit.

Ces essaims sont courants ... ce qui l'est moins, c'est l'énergie élevée inhabituelle libérée, avec plus de 70 séismes de magnitude supérieure à 3, les plus importants atteignant la M 5,6 et 5,7. Au total, l'IMO a localisé plus de 2.000 séismes depuis le début de cette crise.

Il rapporte également de considérables effondrements de roche à Tröllaskagi, mais aussi des rapports d'accidents à Malmö . Une panne d'électricité à Kelduhverfi a également été signalée après le deuxième séisme.

Il existe un risque considérable d'accidents rocheux et de glissements de terrain sur des pentes abruptes dans les fjords du nord et sur les îles Tröllaskagi et Flatey . Il est important que les voyageurs à la montagne et ceux qui voyagent dans un pays escarpé soient conscients du danger d'accidents et de glissements de terrain.

La défense civile a déclaré le niveau d'incertitude dans le nord-est dès le début de cet essaim sismique.

 

L'essai sismique est toujours en cours et pourrait se déplacer vers l'est le long du gang Húsavík-Flateyjarm. Des séismes plus importants ne peuvent pas être exclus ... des séismes de magnitude allant jusqu'à 7 sont connus dans le Húsavík-Flateyjarmenggang. En 1872, il y a eu deux séismes de magnitude M6,5 et en 1755, un séisme estimé à M7.

 

Source : IMO - Veðurstofa Íslands

 Tjörnes fracture zone -  Eboulements et glissements de terrain - photo 21.06.2020 Veðurstofa Íslands

Tjörnes fracture zone - Eboulements et glissements de terrain - photo 21.06.2020 Veðurstofa Íslands

Carte de la NVZ / Northern volcanic zone - avec les failles principakes et les séismes historiques - via  Gisli Olafsson

Carte de la NVZ / Northern volcanic zone - avec les failles principakes et les séismes historiques - via Gisli Olafsson

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
Popocatépetl - 02.05.2020 / 11h04 exhalation de gaz et cendres  - WebcamsdeMexico

Popocatépetl - 02.05.2020 / 11h04 exhalation de gaz et cendres - WebcamsdeMexico

Le Cenapred a identifié au cours des dernières 24 heures au Popocatépetl 142 exhalations et de petites explosions, accompagnées d'émissions de gaz et de petites quantités de cendres, qui se sont poursuivies dans la journée.

Un total de 491 minutes de trémor a été enregistré.

De l'incandescence nocturne a marqué le sommet du volcan, visble sur les webcams de 21h à plus de 22h30.

L'alerte volcanique reste à amarillo Fase 2.

 

Sources : Cenapred et webcamsdeMexico.

Popocatépetl - incandescence le 02.05.2020 / 21h09  - WebcamsdeMexico

Popocatépetl - incandescence le 02.05.2020 / 21h09 - WebcamsdeMexico

Au Chili, le Sernageomin signale ce 2 mai 2020 à 19h33 locale au complexe volcanique Puyehue-Cordon Caulle un séisme volcanotectonique de M loc.3,0 / profondeur 3,1 km, associé à la fragmentation de roches.

L'alerte technique reste à verde.

La dernière période d'activité remonte à juin 2011 – avril 2012, caractérisée par un VEI 5.

 

Source : Sernageomin / OVDAS & Global Volcanism Program

Cette série d'images comprend: a) une carte de localisation de Puyehue-Cordón Caulle; b) une image NASA ALI prise le 26 janvier 2012, y compris les emplacements annotés des points d'observation (étoile rouge) et l'encadré rouge correspond à la zone en "c"; c) les structures de ventilation et les panaches de cendres qui se chevauchent ont été capturés sur cette image GeoEye-1 à partir du 3 juillet 2012; (d) et ce panorama de la coulée de lave active observé le 10 janvier 2012 (notez que l'échelle est approximative). Les images originales sont de Schipper et autres, 2013.

Cette série d'images comprend: a) une carte de localisation de Puyehue-Cordón Caulle; b) une image NASA ALI prise le 26 janvier 2012, y compris les emplacements annotés des points d'observation (étoile rouge) et l'encadré rouge correspond à la zone en "c"; c) les structures de ventilation et les panaches de cendres qui se chevauchent ont été capturés sur cette image GeoEye-1 à partir du 3 juillet 2012; (d) et ce panorama de la coulée de lave active observé le 10 janvier 2012 (notez que l'échelle est approximative). Les images originales sont de Schipper et autres, 2013.

Au Shishaldin, en alerte volcanique Advisory et code aviation Yellow, les troubles se poursuivent avec de possibles émissions de dioxyde de soufre détectées par satellite et de la vapeur dans le cratère visibles sur les images satellite à haute résolution. Les vues des caméras Web étaient obscurcies par les nuages et aucune activité notable n'a été détectée sur les stations sismiques locales ou les capteurs infrarouges régionaux. Bien que les troubles soient actuellement à de faibles niveaux, l'activité pourrait s'intensifier avec peu d'avertissement, et une activité éruptive supplémentaire dans le cratère du sommet, des coulées de lave, des lahars et des événements éruptifs produisant des cendres pourraient se produire.

 

Le Shishaldin est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellitaires, des caméras Web, un réseau géodésique télémétrique et des réseaux distants infrasons et éclairs.

 

Sources : AVO / 02.05.2020 et Pierre Markuse.

Shishaldin -  image Sentinel-2 enh. Nat. Colors + IR overlay / 29.04.2020  – via Pierre Markuse  - un clic pour agrandir

Shishaldin - image Sentinel-2 enh. Nat. Colors + IR overlay / 29.04.2020 – via Pierre Markuse - un clic pour agrandir

Un séisme de magnitude 6,7 et une profondeur de 10 km. a été localisé par le Centre d'alerte aux tsunamis (CAT) d'INGV à 12h 51 UTC ce 2 mai 2020. L'épicentre est situé en mer, à environ 80 km au sud de l' île de Crète

Le mécanisme de poussée suggère une rupture sur l'interface de subduction à faible profondeur.

En raison de la magnitude, une alerte au tsunami rouge (Watch) a été émise par le CAT-INGV pour l'île de Crète, tandis que le niveau d'alerte est orange (Advisory) pour les autres régions de la Grèce, pour la Turquie, Libye et Egypte. Le message d'avertissement a été émis par CAT-INGV huit minutes après le tremblement de terre. 

Le CAT-INGV a émis un message de confirmation du tsunami , qui a été observé au marégraphe d'Ierapetra sur l'île de Crète, bien qu'avec une ampleur jusqu'ici limitée (environ 15 centimètres , ou environ 35 cm crête à crête).Techniquement parlant, un changement de niveau de la mer causé par un séisme s'est produit, c'est donc bien un tsunami, bien que petit, il a causé des remous et des courants dans les ports et sur les plages.

 

Une forte réplique a eu lieu à 13h33 UTC, caractérisée par une M 5.3 et une profondeur de 30 km.

 

Sources : EMSC & CAT-INGV

 

Sud de la Crète - séismes du 02.05.2020 / 12h51 et 13h33 UTC - Doc.  EMSC
Sud de la Crète - séismes du 02.05.2020 / 12h51 et 13h33 UTC - Doc.  EMSC

Sud de la Crète - séismes du 02.05.2020 / 12h51 et 13h33 UTC - Doc. EMSC

Séisme du 02.05.2020 au sud de la crète - localisation et niveau de la mer à Ierapetra  (tsunami) - Doc. Dr. Heidarzadeh / Brunel Univ. London

Séisme du 02.05.2020 au sud de la crète - localisation et niveau de la mer à Ierapetra (tsunami) - Doc. Dr. Heidarzadeh / Brunel Univ. London

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
 Klyuchevskoy - 26.04.2020 / 15h16 UTC  - IVS FEB RAS KVERT (960x720)

Klyuchevskoy - 26.04.2020 / 15h16 UTC - IVS FEB RAS KVERT (960x720)

Le KVERT confirme une activité continue au Klyuchevskoy ce 27 avril, de type strombolienne, avec une coulée de lave sur le flanc sud-est du volcan, l'Apakhonchich chute, des bouffées phréatiques et l'effondrement de scories accompagnant ces émissions.

Le panache est noté à 5.500-6.000 mètres asl., s'étendant sur 424 km vers le nord-ouest du volcan.

Le code aviation reste orange.

 

Sources : KVERT & VAACTokyo

Klyuchevskoy - 26.04.2020 - time lapse de l'activité

Klyuchevskoy - Volcanic Ash Advisory pour le 27.04.2020 - Doc. VAAC Tokyo

Klyuchevskoy - Volcanic Ash Advisory pour le 27.04.2020 - Doc. VAAC Tokyo

Au cours de la nuit, à partir de 03,51 h 26.04.2020, un essaim sismique a eu lieu dans la zone des Champs Phlégréens de la Solfatara-Pisciarelli, constitué d'une séquence de 34 secousses de magnitude comprise entre 0.0 et 3.1, et avec des hypocentres compris entre 1 et 2 km. Les tremblements de terre ont été ressentis dans la région de Pozzuoli. 

Les sismologues de l'Observatoire du Vésuve (Section de Naples de l'INGV), qui ont analysé les événements, n'ont pas détecté d'anomalies concernant l'évolution actuelle de la crise bradisismique en cours. Il est rappelé que l'apparition d'essaims sismiques se produisent normalement au cours d'une période caractérisée par une activité bradisismique, comme celle en cours aux Champs Phlégréens depuis 2005. Il y a des éléments de nouveauté dans la progression du phénomène en cours. Les géochimiques de l'Observatoire Vésuve sont au travail pour effectuer des relevés sur les fumerolles de la zone de Solfatara-Pisciarelli, et signalent qu'il n'y a pas eu d'ouverture de nouvelles bouches.

 

Sources : INGVvulcani, INGV osservatorio Vesuviano, et Associazione Italiana di Vulcanologia (AIV)

Champs Phlégréens - localisation des séismes des derniers jours et sismogramme du 26.04.2020 - Doc. INGVvulcani et  sismogramme statio Solfatara bord sud / radsalerno.altervista.org
Champs Phlégréens - localisation des séismes des derniers jours et sismogramme du 26.04.2020 - Doc. INGVvulcani et  sismogramme statio Solfatara bord sud / radsalerno.altervista.org

Champs Phlégréens - localisation des séismes des derniers jours et sismogramme du 26.04.2020 - Doc. INGVvulcani et sismogramme statio Solfatara bord sud / radsalerno.altervista.org

Un total de 18 personnes, y compris 13 gardes et chauffeurs du parc national des Virunga, en République démocratique du Congo ont été tuées vendredi 24 avril dans une embuscade perpétrée par des miliciens,. C'est l'attaque la plus mortelle de ces dernières années dans cette région sensible du Haut Kivu.

Il faut se remémorer l'embuscade d'avril 2014, dans laquelle Emmanuel de Merode, conservateur du parc National, anthropologue et primatologue belge a été gravement blessé. Inauguré en 1925, le parc a subi depuis des attaques répétées des groupes rebelles, des miliciens ou des braconniers.

Volcans des Virunga - image ESA Virunga Mountains  / 2016.11.11

Volcans des Virunga - image ESA Virunga Mountains / 2016.11.11

Respect à ces rangers qui protègent les gorilles de montagne, et la biodiversité, au péril de leur vie, et condoléances aux familles des victimes de la barbarie.

La direction du parc déclare que ces tragiques événements n'arrêteront pas les programmes de développement menés au bénéfice des communautés riveraines, qui aspirent à vivre dans un climat de justice et de paix.

 

Source : Virunga National Park - https://virunga.org/fr/news/updated-statement-from-virunga-national-park-on-recent-attack

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie
Piton de La Fournaise - 04.04.2020 / 9h47  - caméra panoramique HD  / OVPF / IRT

Piton de La Fournaise - 04.04.2020 / 9h47 - caméra panoramique HD / OVPF / IRT

Au Piton de La Fournaise, l’éruption qui a débuté le 02.04.2020 sur le flanc est du Piton de la Fournaise, aux alentours de 12h20 heure locale, se poursuit. L’intensité du trémor volcanique (indicateur de l’intensité de l’éruption) est relativement stable sur les dernières 12 heures.

Le 3 avril, à 06h25, le front de coulée a pu être estimé à environ 1.000 m d’altitude dans le haut des Grandes Pentes, et à 3,8 km de la route nationale, d’après les retours visuels de la webcam de l’OVPF/IPGP située à Piton Cascades.

L’éruption s’est stabilisée sur la partie centrale de la fissure éruptive. Le nombre de fontaines se réduit donc petit à petit et bientôt l’éruption ne sera plus active que sur une ou deux bouches, En attendant, les lambeaux de lave projetés retombent et construisent un spatter-rempart qui a déjà bien grandit.

Le 3 avril à 22h15, l'anomalie thermique relevée par Mirova est de VRP 2607 MW (sans doute sous l'effet d'une éclaircie)

A noter que lors de l’intrusion latérale de magma vers le site éruptif le 02 avril, entre 08h50 et 12h20, et suite à la crise sismique (08h15-08h51), les déformations et la sismicité ont été extrêmement faibles. La propagation latérale s’est faite ainsi de manière assez "passive" dans un milieu déjà ouvert et extrêmement fragilisé par les éruptions de 2019 et l’éruption du 10-16 février 2020 qui ont eu lieu dans ce secteur.

Piton de La Fournaise - Spatter-rempart en construction - photo rb / ImazPress  Réunion 03.04.2020

Piton de La Fournaise - Spatter-rempart en construction - photo rb / ImazPress Réunion 03.04.2020

Piton de La Fournaise - Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) depuis le 02/04/2020 00h heure TU (04h heure locale) sur la station sismologique DSO située au sommet du volcan. (© OVPF/IPGP).

Piton de La Fournaise - Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) depuis le 02/04/2020 00h heure TU (04h heure locale) sur la station sismologique DSO située au sommet du volcan. (© OVPF/IPGP).

Les flux de CO2 dans le sol en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres / Plaine des Palmistes) ont chuté entre le 28/3 et le 01/4 avant de ré-augmenter. Ceci pourrait correspondre à une expulsion de magma superficiel (réservoir superficiel) par une remontée de magma plus profond.

Les flux de SO2 dans l’air ont baissé depuis la journée de hier. Cette baisse est en accord avec les retours visuels du site éruptif qui montrent une activité plus faible ce jour.

Les débits de surface estimés, à partir des données satellites via la plateforme HOTVOLC (OPGC - université d'Auvergne) sont fortement perturbés par la couverture nuageuse autour du Piton de la Fournaise. Les estimations effectuées depuis le début de l’éruption fluctuent entre 2 et 45 m³/s avec une moyenne autour de 7-10 m³/s.

 

Source : OVPF

 

Retrouvez l’ensemble des informations relatives à l’activité du Piton de la Fournaise sur les différents médias de l'OVPF-IPGP:
- le site internet (
http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),
- le compte Twitter (
https://twitter.com/obsfournaise?lang=fr),
- et le compte facebook (
https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)

Piton de La Fournaire - mesure de la masse de SO2 par Sentinel-5P Tropomi le 03.04.2020 : 6.15 kt  - Doc. Tropomi / DLR / BIRA / ESA

Piton de La Fournaire - mesure de la masse de SO2 par Sentinel-5P Tropomi le 03.04.2020 : 6.15 kt - Doc. Tropomi / DLR / BIRA / ESA

Piton de La Fournaise - 03.04.2020 / 17h05 TU - OVPF webcam Piton de Bert

Piton de La Fournaise - 03.04.2020 / 17h05 TU - OVPF webcam Piton de Bert

Ce vendredi 03 avril à 04.17 heure locale, un tremblement de terre de magnitude locale 2,8 situé à 3,2 km de profondeur a été enregistré sous le sommet du volcan Chaitén. Le Service national de la géologie et des mines a fait savoir que ce séisme est associé la fracturation de roches et à la dynamique des fluides internes (séisme hybride). L'alerte technique volcanique reste à " verde ".

La dernière période d'activité du Chaiten s'est produite entre le 2 mai 2008 et le 31 mai 2011 (GVP). Cette première éruption historique a produit une activité explosive majeure rhyolitique, de nombreuses coulées pyroclastiques et lahars, et fut suivie de l'installation d'un complexe de dôme qui a rempli une grande partie de la caldeira.

 

Sources : Sernageomin & Global Volcanism Program

Le panache éruptif du volcan Chaitén  - photo Patricia Santini M / 10.05.2008

Le panache éruptif du volcan Chaitén - photo Patricia Santini M / 10.05.2008

Les mesures GPS, ainsi que l'analyse détaillée et les calculs de modèle des données disponibles, témoignent désormais d'un nouveau gisement de magma à l'ouest de la péninsule de Reykjanes sous Rauðhólar et Sýrfell.

La carte montre l'emplacement des dépôts magmatiques qui se seraient produits au cours de l'année sur la péninsule de Reykjanes. Ce sont des résultats préliminaires et les modèles sont simplifiés, mais seront mis à jour au fur et à mesure de la réception des données. La carte indique quand les intrusions ont été formées-  1. en orange : janvier 2020 – 2.en rouge : février-mars 2020 – 3. en vert : mars-avril 2020. - Doc. IMO

La carte montre l'emplacement des dépôts magmatiques qui se seraient produits au cours de l'année sur la péninsule de Reykjanes. Ce sont des résultats préliminaires et les modèles sont simplifiés, mais seront mis à jour au fur et à mesure de la réception des données. La carte indique quand les intrusions ont été formées- 1. en orange : janvier 2020 – 2.en rouge : février-mars 2020 – 3. en vert : mars-avril 2020. - Doc. IMO

Cela confirme les données qui ont été collectées en collaboration avec l'Institut des sciences de la Terre, ÍSORs, HS Energy et l'Office météorologique islandais après le début des activités à Thorbjörn. 

"Les données que nous avons traitées indiquent que l'intrusion de magma a eu lieu de la mi-février à la première semaine de mars. Cette image a été mieux expliquée lorsque nous avons reçu des données des mesures GPS de l'Université, qui ne sont pas directement liées à notre système de surveillance, ce qui signifie que nous ne les détectons pas jusqu'à présent ", explique Kristín Jónsdóttir, directeur de groupe de la conservation de la nature à l'Office météorologique islandais. 

Un modèle place l'intrusion magmatique à environ 8-13 km de profondeur, ce qui est probablement profondément dans la croûte terrestre à une profondeur considérablement plus élevée que les deux dépôts de magma à Thorbjörn. 

"Ce gisement de magma sous Sýrfell est le troisième gisement de magma que nous signalons sur la péninsule de Reykjanes depuis le début de l'année. La présence de cet insert magmatique montre qu'il est nécessaire d'examiner l'activité dans la péninsule de Reykjanes de manière globale, et pas seulement de l'activité locale autour de Svartsengi et Reykjanes ", a déclaré Kristín Jónsdóttir . Elle réitère qu'il est trop tôt à ce stade pour tirer des conclusions solides et souligne la nécessité d'examiner l'activité actuelle dans un contexte historique avec d'autres événements connus dans la péninsule de Reykjanes.

Rauðhólar (icelandic Red hills) - photo Roman Z / wikipedia

Rauðhólar (icelandic Red hills) - photo Roman Z / wikipedia

Rauðhólar (les collines rouges islandaises) :

Vestiges d'un groupe de pseudocraters dans les champs de lave d'Elliðaárhraun à la périphérie sud-est de Reykjavik, Islande. L'âge de Rauðhólar est d'environ 5200 ans. À l'origine, il y avait plus de 80 cratères, mais leur gravier a été pris et utilisé dans les constructions. La majeure partie du matériel a été emportée pendant la Seconde Guerre mondiale pour des constructions telles que l'aéroport de Reykjavík et la construction de routes.

 

Source : IMO 

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog