Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Article de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

Articles avec #tectonique catégorie

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Tectonique

To understand the behavior of the ice sheet that covers Greenland, scientists at the GFZ / German Research Center for Geoscience have used the geological history of the North Atlantic region.

Secrets of Greenland past are buried under a thick icecap up to 3 km. The new techniques combining the seismic, gravimetric, radar surveys, analysis of ice coring, ground and satellite observations , have located an area of geothermal stream revealing the location of the crossing of Greenland above the "Iceland's mantle plume".

This area of ​​thermal anomaly, oriented east-west, corresponding to a widespread melting under the icecap and an increasing slip at its base to a distance of 750 km., from the highest point of the Greenland ice cover in the direction of North Atlantic.
 

Conceptual scheme of interaction between the mantle and the Greenland ice sheet above the mantle plume - according A.Petrunin / GFZ

Conceptual scheme of interaction between the mantle and the Greenland ice sheet above the mantle plume - according A.Petrunin / GFZ

Current location of Icelandic plume and areas where it induced a lithospheric thinning and active melting of the base of the ice covering Greenland - red, Icelandic plume mantle; pink, lithospheric thinning; hatched, zone of active basal melting ice - according A.Petrunin / GFZ

Current location of Icelandic plume and areas where it induced a lithospheric thinning and active melting of the base of the ice covering Greenland - red, Icelandic plume mantle; pink, lithospheric thinning; hatched, zone of active basal melting ice - according A.Petrunin / GFZ

 Basal model of temperatures of ice on the ice cap covering the summit region of Greenland - GRIP & GISP2 indicates drilling locations - Doc. A.Petrunin / GFZ

Basal model of temperatures of ice on the ice cap covering the summit region of Greenland - GRIP & GISP2 indicates drilling locations - Doc. A.Petrunin / GFZ

Between 80 and 35 million years ago, tectonic processes do moving Greenland over a hot mantle plume, now in charge of volcanic activity in Iceland, under which it is positioned.

The mantle of molten materials have thinned the lithosphere deep under a quarter of the surface of Greenland, and created an area where subglacial meltwater are abundant, lubricate the base of the cap and make it run faster.

North Atlantic tectonic and position of the Icelandic mantle plume over time (according to one hypothesis) - doc. GSA pub

North Atlantic tectonic and position of the Icelandic mantle plume over time (according to one hypothesis) - doc. GSA pub

The study indicates that about half of the ice north-central Greenland rests on a thawed bed, and melt water is channeled to the ocean through a dense hydrological network under the ice.

"Geothermal anomaly resulting from the action of the Icelandic mantle plume there are tens of millions of years is an important driver for the current subglacial hydrology and high-speed ice" explains Irina Rogozhina from GFZ . ... "This must be included in studies of the future response to climate change."

 

Source :

Melting at the base of the Greenland ice sheet explained by Iceland hotspot history. Nature Geoscience, Advance Online Publication, 04 April 2016, DOI: 10.1038/NGEO2689 Rogozhina, I., Petrunin, A., G. , Vaughan, A., P., M., Steinberger, B., Johnson, J., V., Kaban, M., K., Calov, R., Rickers, F., Thomas, M., Koulakov, I., 2016.

link 1 - link 2

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Tectonique

Pour comprendre le comportement de la calotte glaciaire qui recouvre le Groenland, les scientifiques du GFZ / German Research Center for Geoscience ont eu recours à l’histoire géologique de la région de l’Atlantique Nord.

Les secrets du passé Groenlandais sont enfouis sous une calotte glaciaire épaisse jusqu’à 3 km. Les nouvelles techniques regroupant les données sismiques, gravimétriques, les sondages radars, l’analyse des carottage de glace, les observations de terrain et satellitaire, ont permis de localiser une zone de flux géothermal révélant l’endroit du passage du Groenland au-dessus du "panache mantellique Icelandais". Cette zone d’anomalie thermique, orientée ouest-est,  correspond à une fonte généralisée sous la calotte glaciaire et un accroissement du glissement à sa base sur une distance de 750 km., depuis le point culminant de la couverture de glace du Groenland en direction de l’Atlantique Nord.

Schéma conceptuel d’interaction entre le manteau et la calotte glaciaire du Groenland au-dessus du panache mantellique  - selon A.Petrunin / GFZ

Schéma conceptuel d’interaction entre le manteau et la calotte glaciaire du Groenland au-dessus du panache mantellique - selon A.Petrunin / GFZ

Localisation actuelle du panache Islandais et zones où il a induit un amincissement de la lithosphère et une fonte active de la base de la glace recouvrant le Groenland -  en rouge, panache mantellique Islandais ; en rose, amincissement de la lithosphère ; en hachuré, zone de fonte basale active de la glace - selon A.Petrunin / GFZ

Localisation actuelle du panache Islandais et zones où il a induit un amincissement de la lithosphère et une fonte active de la base de la glace recouvrant le Groenland - en rouge, panache mantellique Islandais ; en rose, amincissement de la lithosphère ; en hachuré, zone de fonte basale active de la glace - selon A.Petrunin / GFZ

Modèle basal des températures de la glace sur la calotte glaciaire recouvrant la région sommitale du Groenland – GRIP & GISP2 indique les endroits de forage – Doc. A.Petrunin / GFZ

Modèle basal des températures de la glace sur la calotte glaciaire recouvrant la région sommitale du Groenland – GRIP & GISP2 indique les endroits de forage – Doc. A.Petrunin / GFZ

Entre il y a 80 et 35 millions d’années, les processus tectoniques ont fait bouger le Groenland au-dessus d’un panache mantellique chaud, aujourd’hui responsable de l’activité volcanique en Islande, sous lequel il est positionné. Les matériaux en fusion du manteau ont aminci la lithosphère en profondeur sous un quart de la surface du Groenland, et créé une région où les eaux de fonte sous-glaciaire sont abondantes, lubrifient la base de la calotte et la font couler plus rapidement.

Tectonique de l'Atlantique Nord et position du panache mantellique Islandais au cours du temps ( selon une des hypothèse)

Tectonique de l'Atlantique Nord et position du panache mantellique Islandais au cours du temps ( selon une des hypothèse)

L’étude indique que la moitié environ de la glace du centre-nord groenlandais repose sur un lit décongelé, et que l’eau de fonte est acheminée vers l’océan au travers d’un réseau hydrologique dense sous la glace.

" L’anomalie géothermique qui résulte de l’action du panache mantellique Islandais il y a des dizaines de millions d’années est un moteur important pour l’hydrologie actuelle sous-glaciaire et le débit élevé de la glace " explique Irina  Rogozhina du GFZ. … "  ceci doit être inclus dans les études de la future réponse au changement climatique ".

 

Source :

Melting at the base of the Greenland ice sheet explained by Iceland hotspot history. Nature Geoscience, Advance Online Publication, 04 April 2016, DOI: 10.1038/NGEO2689 Rogozhina, I., Petrunin, A., G. , Vaughan, A., P., M., Steinberger, B., Johnson, J., V., Kaban, M., K., Calov, R., Rickers, F., Thomas, M., Koulakov, I., 2016.

link 1 - link 2

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Tectonique

Le séisme de magnitude 7,7 qui a frappé le Pakistan le 24 septembre à 11h 29 UTC est le résultat, selon l’USGS, de mouvements de type décrochement oblique dans la croûte terrestre proches de la surface (15 km) ; la localisation et le mécanisme sont cohérents avec une rupture au sein de la plaque Eurasienne au-dessus de la zone de subduction Makran, dans la zone de transition entre la subduction vers le nord de la plaque Arabique sous la plaque eurasienne et la collision entre les plaques indienne et eurasienne. L’épicentre est situé aux coordonnées  26,971°N / 65,520E.

 

Pakistan-seisme-de-M7-7----USGS.pngSituation de l'épicentre et limites des plaques tectoniques (Arabique, Eurasienne et Indienne) - doc. USGS


Ce séisme a causé plus de 330 morts et 450 blessés (bilan provisoire) , qui doivent être transférés par hélico vers Karachi, ainsi que de nombreux dégâts dans le pays.

 

Pakistan-mud-island---AFP.jpg                 Pakistan - l'île éphémère sortie au large de Gwadar - photo RSOE EDIS

 

Dommage collatéral, une île a émergé au large de la côte de Gwadar. Cette nouvelle " terre ", baptisée "Zalzala Jazeera" (Earthquake island), mesure 120 mètres sur 300. Les photos montrent un terrain rocailleux, surmonté de quelques curieux avides de contempler ce phénomène malgré les avertissements de danger. Du gaz méthane émane en divers points de cette île, selon les experts de l’Institut national océanographique, suggérant une montée de boue et roches vers la surface sous la pression du gaz libéré par le séisme.

 

Zalzala-Jazeera---Earthquake-Island.---AFP.jpg

 

Boue-et-de-roches--mais-l-ile-nouvellement-formee-est-un-.jpg       "Zalzala Jazeera" (Earthquake island), l'île éphémère - photos Pakistani government / AFP.

 

Selon un géophysicien de l’USGS, Paul Earle, " il est clair que l’île ne fut pas créée par une poussée du sol sous l’effet du séisme, mais qu’elle est, bien plus sûrement, un effet secondaire de mouvements sédimentaires … sa formation parait être causée par un volcan de boue, ce qui ne nécessite pas nécessairement un séisme ".

Stephen Graham, géologue à l’université de Stanford, ajoute " qu’alors que les volcans de boue sont typiques de couches sédimentaires aqueuses et détachées au large de la côte du Baloutchistan, des îles éphémères plus consistantes peuvent apparaîtrent en d’autres points du monde. Elles sont vues le long de failles où des plaques tectoniques glissent l’une sous l’autre, comme dans la zone de subduction néo-zélandaise. Il faut un séisme de forte magnitude pour faire monter, par augmentation de pression, une telle masse de terre ". - (NBC News).


On observe en effet une liquéfaction du sable et des couches de boue après chaque séisme, mais l’apparition de telles îles reste liée à des séismes de magnitude 7-8. Ce qui est surprenant dans ce cas c’est la distance entre l’épicentre du séisme et la situation de la nouvelle île.

 

Une pareille île est apparue dans cet endroit après un séisme de magnitude 8,1 en 1945, avant de disparaître ensuite rapidement sous la surface.

 

Sources :

- USGS earthquake hazards program - link

- NBC news - link

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog