Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Earth of fire

Actualité volcanique, Articles de fond sur étude de volcan, tectonique, récits et photos de voyage

tectonique

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie, #Tectonique

Mai est le "Mois de sensibilisation aux volcans / Volcano Awareness Month" dans l'état de Washington, où 5 volcans actifs dominent l'horizon. Les sommets sont souvent enneigés et semblent sereins, mais les éruptions récentes, les évents fumants et les tremblements de terre occasionnels nous rappellent leurs origines volcaniques et leur potentiel pour de futures éruptions.

"Mois de sensibilisation aux volcans / Volcano Awareness Month" dans l'état de Washington, où 5 volcans actifs dominent l'horizon. - Doc. USGS - un clic pour agrandir

"Mois de sensibilisation aux volcans / Volcano Awareness Month" dans l'état de Washington, où 5 volcans actifs dominent l'horizon. - Doc. USGS - un clic pour agrandir

Aujourd'hui, les stratovolcans dominent l'horizon (triangles) mais ils ne sont que l'exemple le plus récent du volcanisme. Les scientifiques ont utilisé des cartes géographiques et un DEMS pour trouver 2.999 emplacements d'évents dans la partie américaine de Cascades (zones roses). Il y a probablement plus d'évents qui ont été enterrés ou érodés.

Contexte tectonique des Cascades - Doc. USGS - un clic pour agrandir

Contexte tectonique des Cascades - Doc. USGS - un clic pour agrandir

La tectonique du nord-est du Pacifique donne une histoire volcanique variée. Le nord-ouest du Pacifique possède un arc volcanique actif (Cascades Range), une crête océanique à proximité (Pacific Plate-Juan de Fuca Plate Spreading Ridge), la plus jeune province de basalte inondable au monde (Columbia River Basalt), une chaîne de points chauds de jeunes vers l'est volcans (Yellowstone Trend), volcanisme lié à l'extension continentale, etc.

C'est un paradis volcanologique. La marge occidentale de l'Amérique du Nord a longtemps été dominée par la subduction et la transtension dextre. Cette animation tente de simplifier une interaction tectonique complexe à travers des coupes transversales.

Evolution volcanique du nord ouest du continent nord-Américain : 55 millions d'années d'histoire. - IRIS earthquake sciences / animation accompagnant une conférence lors de l'IAVCEI 2017 à Portland, OR. Écrit et réalisé par Anita Grunder, Oregon State University Graphismes, animation et narration par Jenda Johnson, Earth Sciences Animated - Revu par Ray Wells, U.S. Geological Survey

Le cratère sommital de Halema'uma'u a également subi des changements majeurs et son lac de lave a disparu lors de l'éruption de 2018 du Kïlauea. Alors que les coulées de lave dans la partie inférieure de Puna ont drainé le réservoir de magma du sommet, l'Halemaʻumaʻu a subi 62 effondrements (certains avec des éruptions explosives). Chaque effondrement progressif a été marqué par des tremblements de terre qui ont été ressentis tout au long du sommet. Lorsque la poussière est retombée (et il y avait beaucoup de poussière), les effondrements avaient abaissé le fond du cratère de plus de 500 m.

La fin de l'éruption de 2018 et les événements d'effondrement de la caldeira ont entraîné une période de quiescence inconnue au Kīlauea depuis plus de 35 ans. Cela a également apporté un changement nouveau et intéressant au volcan.

Pour la première fois depuis le début des archives écrites, un lac d'eau s'est formé dans la fosse approfondie de Halemaʻumaʻu. Remarquée pour la première fois en juillet 2019, l'eau a continué à remplir lentement le cratère au cours de l'année et demie suivante jusqu'à ce qu'il atteigne environ 50 m de profondeur.

Dans la nuit du 20 décembre 2020, le lac d'eau s'est évaporé en une heure ou deux lorsque Halema'uma'u a de nouveau éclaté. En moins d'une journée, le nouveau lac de lave était plus profond que le lac d'eau, et il a continué à croître et à remplir le cratère jusqu'en mai 2021. Encore une fois, le Kīlauea n'est pas resté silencieux longtemps. Halemaʻumaʻu a commencé une nouvelle éruption en septembre 2021; une éruption qui continue à ce jour. Ces deux éruptions ont rempli Halemaʻumaʻu avec plus de 320 m de lave.

Mois de sensibilisation aux volcans dans l'état de Washington, évolution du Kilauea et nouvel essaim sismique à Reykjanes.

Kilauea - A) En haut à gauche, photo de Halema'uma'u avant le début des événements d'effondrement de 2018 avec le lac de lave actif d'une décennie qui s'est formé en 2008. B) En haut à droite, photo après que les événements d'effondrement de 2018 aient fait tomber le fond du cratère de Halema'uma'u de plus de 1 600 pieds (500 m) en seulement 4 mois. C) En bas à gauche, en juillet 2019, un lac d'eau a commencé à se former dans le Halemaʻumaʻu nouvellement approfondi, et ce lac a continué de croître au cours de l'année et demie suivante. D) En bas à droite, l'éruption de décembre 2020 a fait bouillir l'eau du lac en une seule nuit et s'est poursuivie jusqu'en mai 2021 avant qu'une autre éruption ne commence en septembre 2021, se poursuivant jusqu'à présent. Toutes les photos proviennent de l'observatoire des volcans hawaïens de l'U.S. Geological Survey. - un clic pour agrandir 

Résumé de l'activité au 05.05.2022 : L'éruption au sommet du volcan Kīlauea, dans le cratère Halema'uma'u, s'est poursuivie au cours des dernières 24 heures. Toute l'activité de lave récente a été confinée au cratère, et les données actuelles indiquent que ce scénario est susceptible de se poursuivre.

L'éruption de lave de l'évent ouest de Halema'uma'u dans le lac de lave actif et sur le fond du cratère s'est poursuivie au cours des dernières 24 heures. Le lac de lave actif a connu une activité de surface continue et son niveau de surface a été relativement stable au cours de cette période. Hier, des suintements de lave relativement lents se sont poursuivis le long des marges nord-est et sud du fond du cratère, et ce matin, un suintement particulièrement vigoureux et expansif a commencé le long de la marge nord-ouest juste après 2 heures du matin. Mesures de survol le 6 avril, 2022 indiquait que le fond du cratère avait connu une élévation totale d'environ 99 mètres et que 66 millions de mètres cubes de lave avaient été effusés depuis le début de cette éruption le 29 septembre 2021.

Niveau d'alerte volcanique actuel : Watch
Code couleur actuel de l'aviation : Orange.
Aucun changement significatif n'a été noté au sommet ou dans la zone du Rift Est.

 

Sources : HVO-USGS Daily update & Volcano Watch / Kïlauea's dynamic landscape : reflections on the past four years.

Kïlauea /  Halema'uma'u - webcam therm HVO 05.05.2022 / 19h44 HST

Kïlauea / Halema'uma'u - webcam therm HVO 05.05.2022 / 19h44 HST

L'IMO a détecté 173 tremblements au cours des dernières 48 heures dans la péninsule de Reykjanes. La plupart des tremblements se sont manifestés au nord-est du système volcanique de Krýsuvík, plus précisément sous Kleifarvatn. En plus du tremblement de terre actuel de M 3,4, il y a eu un tremblement de terre de M 2,9 auparavant. Les deux secousses ont été ressenties dans la grande région de Reykjavik Le lac Kleifarvatn est associé à un système de faille et a été le site de plusieurs tremblements de terre au cours de la semaine dernière.

Plus de 1 000 tremblements de terre ont été détectés sous Reykjanes au cours des 3 dernières semaines. La plupart se manifestent dans les régions de Thorbjörn, Eldvörp et Kleifarvatn.

 

Source : IMO

 Péninsule de Reykjanes - Essaim sismique au 05.05.2022 / 17h15  - Doc. IMO
 Péninsule de Reykjanes - Essaim sismique au 05.05.2022 / 17h15  - Doc. IMO
 Péninsule de Reykjanes - Essaim sismique au 05.05.2022 / 17h15  - Doc. IMO

Péninsule de Reykjanes - Essaim sismique au 05.05.2022 / 17h15 - Doc. IMO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Tectonique, #Tsunami
 Hunga tonga- Hunga Ha'apai  éruption- photo Taaniela Kula 14.01.2022 / 17h14 - TGS / via Matongitonga

Hunga tonga- Hunga Ha'apai éruption- photo Taaniela Kula 14.01.2022 / 17h14 - TGS / via Matongitonga

Quelques infos intéressantes sur l'éruption en cours à Hunga Tonga-Hunga Ha'apai.(HTHH)

 

Les dernières images satellites montrent le nuage de cendres tongien s'approchant de l'est de Kadavu à 23 heures FT. Une grande partie du sud de Lau est également couverte actuellement.( Fiji Earthquakes & Weather)

 HTHH 15.01.2022 / 20h20 - Doc. WeatherWatch.co.nz

HTHH 15.01.2022 / 20h20 - Doc. WeatherWatch.co.nz

HTHH - 15.01.2022 -Les Fidji sont actuellement prises en sandwich entre un système météorologique en développement à l'ouest et un énorme nuage de cendres provenant de l'éruption des Tonga à l'est. - Doc. Fiji Earthquakes & Weather - un clic pour agrandir

HTHH - 15.01.2022 -Les Fidji sont actuellement prises en sandwich entre un système météorologique en développement à l'ouest et un énorme nuage de cendres provenant de l'éruption des Tonga à l'est. - Doc. Fiji Earthquakes & Weather - un clic pour agrandir

L'onde de choc massive de l'éruption du volcan Hunga Tonga aujourd'hui, 15 janvier (04 UTC) a fait le tour du monde à 1100 km/h et traversait l'Europe 15 heures plus tard. De nombreuses stations météo enregistrent des changements de pression étonnants de 2 à 3 mbar lors du passage de plusieurs vagues.

( Severe weather EU).

 HTHH- calcul de vitesse de l'ode de choc - Doc. WeatherWatch.co.nz 15.01.2022 / 20h20

HTHH- calcul de vitesse de l'ode de choc - Doc. WeatherWatch.co.nz 15.01.2022 / 20h20

HTHH - l'onde de choc enregistrée en Slovénie (europe) à 17.000 km à vol d'oiseau du site éruptif  - Doc. Severe weather EU 15.01.2022 - un clic pour agrandir

HTHH - l'onde de choc enregistrée en Slovénie (europe) à 17.000 km à vol d'oiseau du site éruptif - Doc. Severe weather EU 15.01.2022 - un clic pour agrandir

Evolution de HTHH d'après les données satellite

Les nouvelles terres crées par l'éruption de décembre 2014- janvier 2015, et qui reliaient les 2 petites îles, ne sont plus visibles sur l'image satellite SkySat / Planet du 15.01.2022. d'après les images radar, les piontes des îles ont été en partie emportées.

Ces nouvelles terres se sont ajoutées en bordure des îles et d'une dépression importante / falaise intractratérique. La masse s'est effondrée, vraisemblablement en générant le tsunami.

 Hunga Tonga-Hunga Ha'apai - image archives sat. CNES Pleïade 19.01.2015  - un clic pour agrandir

Hunga Tonga-Hunga Ha'apai - image archives sat. CNES Pleïade 19.01.2015 - un clic pour agrandir

 HTHH- image Sentinel-2 bands 4,3,2du 02.01.2022  - un clic pour agrandir

HTHH- image Sentinel-2 bands 4,3,2du 02.01.2022 - un clic pour agrandir

 HTHH - image SkySat / Planet 15.01.2022 / 2h25 UTC

HTHH - image SkySat / Planet 15.01.2022 / 2h25 UTC

HTHH - images radar Sentinel entre le 11.12.2021 et le 16.01.2022 à 6h - via Dr. Janine Krippner - un clic pour agrandir

HTHH - images radar Sentinel entre le 11.12.2021 et le 16.01.2022 à 6h - via Dr. Janine Krippner - un clic pour agrandir

Une carte, créée avec les données d'avril 2016 du R/V Falkor, par le Global volcanism Program, montrait les détails de l'ensemble de l'édifice volcanique. Mesuré sur cette superposition rapide de Google Earth, le diamètre du bord de la caldeira est d'environ 6 km. Les éruptions récentes ont eu lieu sur les côtés N et NE. L'astérisque rouge correspond à l'évent 2009.

Une carte, créée avec les données d'avril 2016 du R/V Falkor, par le Global volcanism Program, montrait les détails de l'ensemble de l'édifice volcanique. Mesuré sur cette superposition rapide de Google Earth, le diamètre du bord de la caldeira est d'environ 6 km. Les éruptions récentes ont eu lieu sur les côtés N et NE. L'astérisque rouge correspond à l'évent 2009. - Doc. GVP 15.01.2022 - un clic pour agrandir

Une carte, créée avec les données d'avril 2016 du R/V Falkor, par le Global volcanism Program, montrait les détails de l'ensemble de l'édifice volcanique. Mesuré sur cette superposition rapide de Google Earth, le diamètre du bord de la caldeira est d'environ 6 km. Les éruptions récentes ont eu lieu sur les côtés N et NE. L'astérisque rouge correspond à l'évent 2009. - Doc. GVP 15.01.2022 - un clic pour agrandir

Contexte tectonique de l'éruption :

Les Tonga se trouvent au-dessus de la zone de subduction Tonga-Kermadec, où la plaque du Pacifique s'enfonce sous la plaque australienne.
Dans ce cas, la fonte est due à l'ajout d'eau, un peu comme la façon dont l'ajout de sel peut faire fondre la glace. (Dr. Judith Hubbard)

Comment l'eau entre-t-elle dans la subduction ? Eh bien, la plaque de subduction (la plaque du Pacifique dans ce cas) est sous la mer depuis des dizaines de millions d'années et est donc trempée comme une éponge.
Lors de la subduction, la plaque chauffe progressivement, libérant finalement des molécules d'eau dans le coin du manteau dominant, qui est chaud mais essentiellement sec et pratiquement solide. Avec l'ajout de H2O (et/ou de CO2), cela change, et donc un magma riche en eau se forme, ce qui est typique des volcans de la zone de subduction. (commentaire de Boris Behncke, volcanologue INGV)

 

Arc Tonga- Kermadec et Ha'apai group - Doc. NSF - un clic pour agrandir
Arc Tonga- Kermadec et Ha'apai group - Doc. NSF - un clic pour agrandir

Arc Tonga- Kermadec et Ha'apai group - Doc. NSF - un clic pour agrandir

 Tectonique de l'arc Tonga Kermadec - Subduction - Dr. Judith Hubbard / 15.01.2022

Tectonique de l'arc Tonga Kermadec - Subduction - Dr. Judith Hubbard / 15.01.2022

Sources :

- Dr Judith Hubbard, Dr Janine Krippner,  Boris Behncke

- Berrocoso, M., Torrecillas, C., Jigena, B., & Fernandez-Ros, A. (2012). Determination of geomorphological and volumetric variations in the 1970 land volcanic craters area (Deception Island, Antarctica) from 1968 using historical and current maps, remote sensing and GNSS. Antarctic Science, 24(04), 367– 376. https://doi.org/10.1017/S0954102012000193

- Bulletin of the Global Volcanism Network (2015). BVGN, vol. 40, no. 1 (January 2015). http://volcano.si.edu/showreport.cfm?doi=10.5479/si.GVP.BGVN201501-243040

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie, #Tectonique

D’après les retours visuels des webcams de l’OVPF-IPGP, et à la faveur de courtes trouées dans la masse nuageuse très présente sur le relief du Piton de la Fournaise, au moins quatre fissures éruptives ont pu être observées. Ces fissures se situent sur le flanc sud à la base du cône terminal, au sud-est du Piton Kala Pélé et au sud-ouest du cratère Château Fort. Le point d’émission le plus bas se situe à environ 2000 m d’altitude. A 8h30 le 22 décembre, les quatre fissures étaient toujours actives mais l’activité la plus importante se situait sur la fissure la plus basse en altitude.

Le 22 décembre au soir, l’activité ne se focalise plus que sur une seule des fissures éruptives, celle la plus en aval, où un cône a commencé sa formation sous l'activité d'une fontaine de lave d'environ 60 m. de hauteur.

 Piton de La Fournaise -  webcam Piton de Bert 22.12.2021 / 13h55 TU - OVPF

Piton de La Fournaise - webcam Piton de Bert 22.12.2021 / 13h55 TU - OVPF

 Piton de La Fournaise -  webcam Piton de Bert  22.12.2021 / 15h06 TU - OVPF

Piton de La Fournaise - webcam Piton de Bert 22.12.2021 / 15h06 TU - OVPF

Piton de La Fournaise - seule la fontaine aval est active ce 22 décembre au soir, avec le début de formation d'un cône  - OVPF

Piton de La Fournaise - seule la fontaine aval est active ce 22 décembre au soir, avec le début de formation d'un cône - OVPF

Piton de La Fournaise - trémor au 23.12.2021 / 07h  - Doc .OVPF

Piton de La Fournaise - trémor au 23.12.2021 / 07h - Doc .OVPF

Sur les dernières 24h :

- Les déformations de surface ne montrent pas de déplacement particulier.

- A la faveur d’une météorologie plus clémente, des estimations de débit de lave ont pu être éta-blies par méthode satellite avec la plateforme HOTVOLC (OPGC - université Clermont Auvergne), avec une moyenne de 4-7 m3/ sec et des pics à 22 m3/sec.

Depuis hier soir, l’activité ne se focalise plus que sur une seule des fissures éruptives, celle la plus en aval (aux alentours de 2030 m d’altitude), où un cône a commencé sa formation.

 

Une reconnaissance de terrain a pu être faite le 23 décembre au matin grâce au concours de la Section Aérienne de Gendarmerie et du PGHM. Cette mission a permis de localiser avec précision l’évent qui est toujours actif et le front de coulée aux alentours de 9h30 (heure locale) :

- la coulée de lave, en graton, avait parcouru 2,2 km depuis son point d’émission (et se situait à 2000 m d’altitude environ)

- le front de coulée se situait à  550 m du rempart sud, 3,2 km du haut des grandes pentes, 8,1 km de la route et 9 km de l’océan.

Cette mission a permis également de récupérer des échantillons de lave (scories projetées par les fontaines de lave et coulées de lave) qui seront très utiles, un fois analysés, pour mieux com-prendre le cheminement pris par le magma en profondeur et le dynamisme de l’éruption. A 9h30 heure locale, le régime de fontaines de lave était toujours bien actif mais avec des hauteurs ne dépassant que de manière intermittente la hauteur du cône, estimée à 10 m.

 

Niveau d’alerte : Alerte 2-1 (éruption dans l’Enclos)

 

Source : OVPF

Piton de La Fournaise - 23.12.2021 /  9h30 - localisation du centre d'émission et du front de coulée  - OVPF

Piton de La Fournaise - 23.12.2021 / 9h30 - localisation du centre d'émission et du front de coulée - OVPF

Piton de La Fournaise - le cône éruptif le 23.12.2021 /  09h00 loc.-  photoOVPF

Piton de La Fournaise - le cône éruptif le 23.12.2021 / 09h00 loc.- photoOVPF

Une croissance du dôme de lave se poursuit au Sheveluch, une forte activité fumerollienne, et une incandescence du dôme de lave et des avalanches chaudes accompagnent ce processus. Les données satellitaires du KVERT ont montré que des explosions ont envoyé des cendres ce 23 décembre 2021 jusqu'à 5,7-6,0 km d'altitude, et le panache de cendres s'est étendu sur 31 km au nord-est du volcan.

L'éruption extrusive du volcan se poursuit. Explosions de cendres jusqu'à 10-15 km d'altitude. pourrait survenir à tout moment. L'activité en cours pourrait affecter les aéronefs internationaux et volant à basse altitude.

 

Le code aviation reste orange.

 

Source : KVERT

 Sheveluch - le dôme en croissance - photo archives 09.2021 / Andrew Matseevsky

Sheveluch - le dôme en croissance - photo archives 09.2021 / Andrew Matseevsky

L'éruption sommitale du volcan Kīlauea s'est arrêtée. En fonction de la taille et de la durée des pauses récentes, la pause actuelle devrait durer plusieurs jours. Toute l'activité de lave récente reste confinée dans le cratère Halema'uma'u dans le parc national des volcans d'Hawai'i, et il n'y a aucun signe d'activité migrant ailleurs sur le Kīlauea.
La tendance déflationniste rapide a commencé hier, le 20 décembre 2021 vers 11 heures du matin et s'est atténuée tôt le 21 décembre. Le trémor volcanique associé à l'éruption a pratiquement cessé et l'activité sismique reste inférieure au bruit de fond.

La surface du lac s'est recouverte d'une croûte suite à une séquence de renversements partiels la nuit dernière. Le lac a connu une élévation totale d'environ 69 mètres depuis que la lave a émergé le 29 septembre. Le volume total en éruption depuis le début de l'éruption a été estimé à environ 30 millions de mètres cubes le 16 novembre.

 

Source : Rapport quotidien HVO

Kilauea - Halema'uma'u - évent actif au 20.12.2021 - photo S. Carr - HVO

Kilauea - Halema'uma'u - évent actif au 20.12.2021 - photo S. Carr - HVO

 Kilauea - Halema'uma'u - encrustage du lac de lave le 21.12.2021 - webcam HVO

Kilauea - Halema'uma'u - encrustage du lac de lave le 21.12.2021 - webcam HVO

Dans la péninsule de Reykjanes, les séismes sont alignés avec la direction SO-NE, directement au-dessus de l'intrusion qui a provoqué l'éruption plus tôt cette année. L'activité s'est récemment déplacée vers le sud. L'activité principale hier soir était à Litla Hrút, mais semble maintenant être au sud des sites d'éruption de Geldingadalur.

Ces séismes semblent tous être à une profondeur relativement grande, ils sont tous à une profondeur d'environ 6-7 kilomètres, selon le volcanologue Þorvaldur Þórðarson.

Le séisme le plus important de M4,9 a eu lieu ce 22.12 à 10h.

 

Les fissures sismiques générales sur la péninsule de Reykjanes s'alignent avec la direction N-S et sont connectées aux limites des plaques qui traversent la péninsule. Les rangées de cratères et les intrusions sur la péninsule de Reykjanes, en revanche, sont presque toujours disposées de cette manière diagonale.

Il existe une certaine incertitude quant aux scénarios qui peuvent se produire, mais l'un des scénarios est que le magma peut remonter à la surface assez rapidement.

 

Source : IMO

Péninsule de Reykjanes - essaim sismique - localisation et magnitude des séismes au 23.12.2021  / 07h10 - Doc. IMO
Péninsule de Reykjanes - essaim sismique - localisation et magnitude des séismes au 23.12.2021  / 07h10 - Doc. IMO
Péninsule de Reykjanes - essaim sismique - localisation et magnitude des séismes au 23.12.2021  / 07h10 - Doc. IMO

Péninsule de Reykjanes - essaim sismique - localisation et magnitude des séismes au 23.12.2021 / 07h10 - Doc. IMO

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Tectonique

Au Chili, quatre volcans ont leur alerte volcanique en niveau Amarilla aujourd'hui : le complexe Nevados de Chillan, le Villarica, le Copahue et le complexe Laguna del Maule.

Tous sont surveillés 24h / 24 et 7j / 7 par les professionnels de l'Observatoire volcanique des Andes du Sud, OVDAS.

Activité du Copahue, du complexe Laguna del Maule, du Veniaminof et séismes  au large de Raoul island.

Au cours des derniers jours, l'activité volcanique du Copahue a évolué pour présenter des signes visibles à la surface. Il est important de mentionner que la sismicité à très basse fréquence (VLP à très longue période) a été enregistrée au cours des mois précédents, généralement liée à la montée du matériau magmatique à des niveaux plus superficiels. De même, le 20 mai, une série d'événements sismologiques volcaniques localisés au sud-sud-ouest à proximité du bâtiment volcanique ont été enregistrés.

Le 16 juin, il y a eu une augmentation d'énergie du trémor sismique avec une stabilisation et une diminution subséquentes dans les heures suivantes. Parallèlement à cette diminution, l'incandescence et l'émission de particules ont été détectées à partir de caméras installées par OVDAS. Les derniers enregistrements de dioxyde de soufre obtenus par les équipements installés pour sa détection indiquent des débits moyens de 592 tonnes / jour pour le 15 juin, considérés comme des valeurs habituelles pour cette activité.

En revanche, les stations de surveillance qui mesurent la déformation dans les secteurs volcaniques ne montrent pas de changements liés à cette activité. De plus, les images disponibles sur la plate-forme satellite Planet indiquent une diminution du volume du lac logé dans le cratère actif.

En résumé, les changements de comportement sismologique, les anomalies dans les appréciations de surface et la diminution du volume du lac de cratère suggèrent la présence d'un volume de magma à des niveaux superficiels.

 

Sources : Sernageomin & Onemi

Copahue - photo Valentina Sepulveda @Valecaviahue 14.06.2020 en soirée

Copahue - photo Valentina Sepulveda @Valecaviahue 14.06.2020 en soirée

Le Sernageomin à travers un rapport spécial d'activité volcanique (REAV) a signalé le changement d'alerte du VERT au JAUNE dans le complexe volcanique de Laguna del Maule

Ce qui précède répond à l'augmentation de l'activité sismique de type volcano-tectonique (VT), associée à la fracturation de roches, à travers des essaims sismiques les 11, 13 et 15-16 juin. Ces événements ont été caractérisés par leur faible ampleur et par leur localisation au sud-ouest de la lagune (secteur Las Nieblas)

De plus, dans cette même zone au cours des mois précédents, des anomalies de dioxyde de carbone diffus (CO2) ont été détectées à travers le sol.

Par conséquent, en raison de la persistance de la présence d'essaims sismiques dans la même zone, ajoutée à l'anomalie gazeuse et à la déformation constante qui a caractérisé le complexe volcanique au cours de la dernière décennie, il est considéré comme étant au dessus de son niveau de base.

Une zone d'affectation potentielle est fixée à un rayon de 2.000 mètres autour du centre de dégazage passif de dioxyde de carbone

 

Source : Sernageomin

Le complexe volcanique Laguna del Maule - photo Sernageomin / Rayen Gho

Le complexe volcanique Laguna del Maule - photo Sernageomin / Rayen Gho

Au cours des derniers jours, il y a eu des périodes de tremblements sismiques et des tremblements de terre occasionnels au Veniaminof. Cela représente un écart par rapport à l'activité de fond. Ainsi, le code de couleur de l'aviation et le niveau d'alerte du volcan sont augmentés à YELLOW / ADVISORY.

Ce type d'activité sismique précède généralement l'activité éruptive au Veniaminof, mais ne signifie pas qu'une éruption se produira. L'activité éruptive se compose généralement d'émissions de cendres mineures, de fontaines de lave et de coulées de lave provenant du petit cône de la caldeira sommitale. Les émissions de cendres sont généralement confinées au cratère du sommet, mais des événements plus importants peuvent entraîner la chute de cendres dans les communautés voisines et la dérive des cendres en suspension dans l'air.

 

Le volcan Veniaminof est un stratovolcan andésitique avec une caldeira sommitale de 10 km de diamètre située sur la péninsule d'Alaska, à 775 km (480 mi) au sud-ouest d'Anchorage et à 35 km (22 mi) au nord de Perryville. Il est surveillé par des capteurs sismiques locaux, des données satellite, des caméras Web et des réseaux d'infrasons et de foudre à distance.

 

Source : AVO

Veniaminof - le cône sommital et les coulées de lave 2018 - photo Matt Loewen / AVO prise au cours de la visite de terrain en juin 2019

Veniaminof - le cône sommital et les coulées de lave 2018 - photo Matt Loewen / AVO prise au cours de la visite de terrain en juin 2019

Un séisme de M7.4, à 470 km au sud de Raoul island , au nord de la Nouvelle-Zélande, le 19.06.2020 à 12h49 locale s'est produit dans la zone de subduction Tonga-Kermadec, où la plaque Pacifique plonge vers l'ouest sous la plaque australienne, entraînant des événements de tension à des profondeurs plus faibles et des tremblements de compression à de plus grandes profondeurs.

Ce séisme fut ressenti largement le long de la côte est de la Nouvelle-Zélande.

 

Source : GeoNet

Localisation de Raoul island dans les îles Kermadec et tremblements de terre de magnitude supérieures à M5.0 au cours du dernier mois (20 mai - 20 juin 2019). La zone de subduction au nord de la Nouvelle-Zélande est visible en rouge.- Doc. GNS

Localisation de Raoul island dans les îles Kermadec et tremblements de terre de magnitude supérieures à M5.0 au cours du dernier mois (20 mai - 20 juin 2019). La zone de subduction au nord de la Nouvelle-Zélande est visible en rouge.- Doc. GNS

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Sismologie, #Tectonique

Si je vous parle du champ volcanique Michoacán-Guanajuato, cela ne vous dit pas grand-chose ... mais si je précise qu'il abrite le Parícutin, vous visualisez mieux.

Ce champ volcanique étendu au centre du Mexique, 250 km sur 200, contient plus de 400 évents. Le forme volcanique prédominante est le cinder cone, mais de petits volcans boucliers, des dômes de lave, des maars et des anneaux de tuf, des coulées de lave sans cône y sont aussi présents.

Les deux représentants les plus connus sont le Jorullo, qui s'est édifié au 18°siècle et le Parícutin, qui s'est formé dans un champ de maïs entre 1943 et 1952.

Essaim sismique à Michoacán - Doc. SSN / UNAM 04.02.2020 - un clic pour agrandir

Essaim sismique à Michoacán - Doc. SSN / UNAM 04.02.2020 - un clic pour agrandir

Essaim sismique à Uruapan / Michoacán - Doc. SSN / UNAM au 27.01.2020 -  un clic pour agrandir

Essaim sismique à Uruapan / Michoacán - Doc. SSN / UNAM au 27.01.2020 - un clic pour agrandir

Pourquoi y revenir aujourd'hui ... parce que du 5 janvier au 3 février 2020 (en cours), le Service national de sismologie (SSN) a rapporté une séquence sismique avec 1.824 tremblements de terre situés près d'Uruapan, dans l'État du Michoacán, et plus généralement dans l'Axe néovolcanique Mexicain.

Les séismes les plus importants de la séquence étaient de magnitude 4,1, l'un d'eux s'est produit à 02:49 le 23 janvier 2020, deux autres le 2 février à 19h47 et 22h58 respectivement. 

 Uruapan / Michoacán - epicentre du séisme de M3,9 / prof. 12 km du 02.02.2020 / 22h48 - Doc. EMSC - EMSC

Uruapan / Michoacán - epicentre du séisme de M3,9 / prof. 12 km du 02.02.2020 / 22h48 - Doc. EMSC - EMSC

Cette région est caractérisée par une activité sismique intense, en relation avec la subduction de la plaque Cocos sous la plaque Nord-Américaine. Sous cette partie du continent nord-américain la plaque Cocos plonge avec un angle très faible presque à l’horizontale, puis au bout de 250 km environ, presque sous Mexico, la plongée se fait de manière abrupte.

Tectonique régionale - Plongée de la plaque Cocos en 2 temps / © Perez-Campos et al., GRL 2008 - un clic pour agrandirTectonique régionale - Plongée de la plaque Cocos en 2 temps / © Perez-Campos et al., GRL 2008 - un clic pour agrandir

Tectonique régionale - Plongée de la plaque Cocos en 2 temps / © Perez-Campos et al., GRL 2008 - un clic pour agrandir

Pour l'instant, et en attente de résultats de prélèvements, il n'y a pas d'indice de liaison entre les séismes et une activité d'intrusion magmatique.

D'autres nouvelles sont attendues du Cenapred et du SSN / Service national de sismologie.

 

Sources :

- Service national de sismologie / UNAM – Rapport spécial / séquence sismique du 5 janvier au 3 février 2020.- link 

- Global Volcanism Program - Michoacán-Guanajuato - link

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Tectonique, #Sismologie
Sakurajima - Sentinel-2 L1C image bands 4,3,2 (nat. colors) on 2019-12-16 - un clic pour agrandir

Sakurajima - Sentinel-2 L1C image bands 4,3,2 (nat. colors) on 2019-12-16 - un clic pour agrandir

Sur Kyushu au Japon, l'Asosan et le Sakurajima continuent leurs émissions, poussées par les vents, respectivement en direction est et nord-est, des zones moins urbanisées.

 

Source : Sentinel-2

Asosan - panache de cendres vers l'est - Sentinel-2 L1C image bands 12,11,4 on 2019-12-16 - un clic pour agrandir

Asosan - panache de cendres vers l'est - Sentinel-2 L1C image bands 12,11,4 on 2019-12-16 - un clic pour agrandir

L'activité strombolienne se poursuit sur Nishinoshima, dans les îles Ogasawara .

2019.12.16 Nishinoshima - éruption et 2 coulées à la mer - News24

Elle se caractérise par l'émission d'un panache de cendres, de bombes, et alimente deux coulées au départ d'un évent proche du sommet de Scoria Hill, en direction de l'ouest et l'est. Ces dernières atteignent l'océan avec émission de gaz et vapeur au contact.

Les anomalies thermiques restent modérées mais constantes.

 

Sources : Vidéo News 24 & Mirova.

Nishinoshima - anomalies thermiques au 17.12.2019 / 04h30 - Doc.Mirova Modis
Nishinoshima - anomalies thermiques au 17.12.2019 / 04h30 - Doc.Mirova Modis

Nishinoshima - anomalies thermiques au 17.12.2019 / 04h30 - Doc.Mirova Modis

L'essaim sismique débuté le 15 décembre dans la péninsule de Reykjanes en islande continue. L'IMO a comptabilisé plus de 1.200 séismes au 17 décembre, dont certains ressentis dans la région.

Une spécialiste del'IMO, Elisabet Palmadottir, attribue ces séismes au stress tectonique, en l'absence de signes de trémor .

 

Source : IMO

Péninsule de Reykjanes- localisation, nombre et magnitude des séismes - Doc. IMO 17.12.2019 /  07h35
Péninsule de Reykjanes- localisation, nombre et magnitude des séismes - Doc. IMO 17.12.2019 /  07h35

Péninsule de Reykjanes- localisation, nombre et magnitude des séismes - Doc. IMO 17.12.2019 / 07h35

Sur Whakaari / White island, d'après les observations aériennes du samedi et du dimanche (14 et 15 décembre), au moins trois évents ouverts sont visibles dans une zone de 100 mètres carrés. Le premier pulse du gaz transparent à haute température, ce qui indique que le magma est situé non loin sous la surface. Cet évent chaud ouvert est responsable de la lueur encore visible dans les images de la caméra de nuit. Il existe également d'importantes émissions de vapeur et de gaz provenant d'autres évents actifs dans la zone de ventilation principale.

Alors que le volcan était connu pour cracher une grande quantité de gaz SO2 - environ 800 tonnes/ jour, le 12 décembre, les niveaux de SO2 ont atteint 1941 tonnes par jour.

Les niveaux d'un autre gaz volcanique incolore, le sulfure d'hydrogène (H2S), sont également passés de 11 tonnes par jour le 18 novembre, à 14 tonnes le 10 décembre, et à 29 tonnes le 12 décembre.

A ces doses, ces gaz sont mortels !

Une éruption explosive de la zone de l'évent principal peut toujours se produire sans activité annonciatrice, surtout s'il y a un effondrement de matériau instable autour de l'un des évents, ou si les émissions de gaz diminuent permettant aux eaux souterraines d'entrer dans l'évent.

Des éruptions soudaines de vapeur / gaz provenant d'autres évents actifs sont également possibles.

Comme le vent reste au nord aujourd'hui, une odeur de gaz soufré pourrait être observée dans la région de Ōpōtiki à Whakatāne, comme cela s'est produit à de nombreuses reprises au cours de la période éruptive de 1976 à 2000. Ces gaz peuvent causer une légère irritation de la peau ou des yeux.

Sources : GeoNet & NZ Herald

 Whakaari - White Island- après le blast de lundi 9 décembre 2019 - Photo Auckland Rescue Helicopter Service

Whakaari - White Island- après le blast de lundi 9 décembre 2019 - Photo Auckland Rescue Helicopter Service

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity, #Tectonique, #Sismologie
Etna NSEC - Hornito degassing on the fault at the SE base of the new south-east crater - photo 05.06.2019 Simona Scollo and Filippo Greco / INGV Catania

Etna NSEC - Hornito degassing on the fault at the SE base of the new south-east crater - photo 05.06.2019 Simona Scollo and Filippo Greco / INGV Catania

The National Institute of Geophysics and Volcanology, Osservatorio Etneo, announces that the analysis of the surveillance camera's images and the observations made by the INGV staff during the morning of May 5, 2019 have revealed that the explosive activity of the segment of the eruptive fissure at 2850 m altitude has ceased (for the moment). Only a slight outgassing persists.

The emission of lava by the mouth, at an altitude of 2850 m, is in sharp decrease and remains confined near the mouth itself. The lava field is generally cooling.

Etna - amplitude of the tremor at 05.06.2019 - Doc. INGV Catania

Etna - amplitude of the tremor at 05.06.2019 - Doc. INGV Catania

During the last 24 hours, the average amplitude of the volcanic tremor did not show any significant changes, showing small fluctuations between the low and average values.

Sources: INGV Catania - 5,06,2019 & Gio Giusa

See also Etna's full activity report between May 27 and June 2, 2019: http://www.ct.ingv.it/it/rapporti/multidisciplinari/doc_view/10064-bollettino-settimanale-sul -monitoraggio-vulcanico-geochimico sismico-e-del-etna vulcano-04-06-2019.html

Etna - Map of the summit crater area (DEM 2014, Aerogeophysics Laboratory - Section Roma 2, mod.) With a preliminary schematic cartography of the lava field carried out using surveys using drones, images of the Sentinel2 satellite of May 30 and thermal images of the relief. June 2 at the Schiena dell'Asino. - INGV Catania

Etna - Map of the summit crater area (DEM 2014, Aerogeophysics Laboratory - Section Roma 2, mod.) With a preliminary schematic cartography of the lava field carried out using surveys using drones, images of the Sentinel2 satellite of May 30 and thermal images of the relief. June 2 at the Schiena dell'Asino. - INGV Catania

Etna - images on FLIR thermal camera 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - a click to enlargeEtna - images at the thremical camera FLIR 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - one click to enlargeEtna - images on FLIR thermal camera 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - a click to enlargeEtna - images at the thremical camera FLIR 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - one click to enlarge

Etna - images on FLIR thermal camera 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - a click to enlargeEtna - images at the thremical camera FLIR 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - one click to enlarge

2019.06.05 Etna NSEC - hornito on crack SE 2850 m - photos Gio Giusa - on top: degassing on 05.06.2019 - bottom: activity on 03.06.2019
2019.06.05 Etna NSEC - hornito on crack SE 2850 m - photos Gio Giusa - on top: degassing on 05.06.2019 - bottom: activity on 03.06.2019

2019.06.05 Etna NSEC - hornito on crack SE 2850 m - photos Gio Giusa - on top: degassing on 05.06.2019 - bottom: activity on 03.06.2019

Yellowstone National Park (YNP) is home to one of the largest volcanic systems on the planet. traces of volcanic eruptions associated with the Yellowstone volcano and the trace of the hot spot that creates it extend eastward from Idaho in northwestern Wyoming. However, the history of volcano eruptions is only part of the geological history. The park also contains traces of faults and other geological processes that can form faults on the Earth's surface.

 

The faults in YNP vary considerably in age and according to their formation, and they can be divided into two groups:

-  the relatively young faults that have been active during the last 1.6 million years of history of the Earth and

- older faults that are no longer active.

Earthquakes are often associated with many of the younger faults in the park. Young Yellowstone faults are generally related to one of three geological origins:

1. Caldera formation and associated volcanism during one of the three major eruptions of Yellowstone,

2. soil deformation resulting from the continuous movement of magma under Yellowstone and

3. tectonic extension of the Basin and Range Province.

Map of the three types of faults young ds. the YNP - Wyoming state geological survey

Map of the three types of faults young ds. the YNP - Wyoming state geological survey

1. The faults related to the Yellowstone volcanic system are mainly at the center of the park. Adjacent caldera faults, such as those at the edge of the Henrys Fork and Yellowstone calderas, were created when their respective caldera collapsed after an eruption. When the lava was withdrawn under the caldera, the level of the regional surface decreased and an extension environment was created, which resulted in the formation of other faults outside the margins of the caldera. The Mirror Lake Plateau is a good example of these types of faults.

 

2. Faults are also formed as a result of continuous and episodic uprisings and episodes of soil in Yellowstone as the magma moves into the subsoil. For example, the Mallard Lake and Sour Creek Resurrection Dome faults near Old Faithful and Fishing Bridge, respectively, are related to post-eruption deformation within the Yellowstone Caldera. Although largely imperceptible to park visitors, scientists can monitor the inflation and deflation of resurgent domes on a millimeter scale using a high-precision GPS.

 

3.YNP other faults are associated with the Basin and Range province, a region of the western United States characterized by alternating valleys and mountain ranges delineated by faults. The Basin and Range province began to form at this latitude about 15 million years ago when the Earth's crust extended in an east-west direction. The most easterly boundary of the Basin and Range Province extends to western Wyoming, including YNP and the Teton Mountain Range, and contains still active faults that may cause large earthquakes. While other faults in the park are considered likely to be prone to medium-sized earthquakes (M5 or M6), basin and range faults could produce larger events (in the order of M7).

 

 

In order not to abound in the "phantasmagorical" sense of some publications, here is the report of Mike Poland, scientist in charge of the Yellowstone Volcano Observatory for the month of May 2019.

https://volcanoes.usgs.gov/vsc/movies/yvo_update_jun_1.html

The volcanic alert is normal and the green aviation code.

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie, #Tectonique
Etna NSEC - dégazage à l'hornito sur la faille à la base SE du nouveau cratère sud-est - photo 05.06.2019 Simona Scollo et Filippo Greco  / INGV Catania

Etna NSEC - dégazage à l'hornito sur la faille à la base SE du nouveau cratère sud-est - photo 05.06.2019 Simona Scollo et Filippo Greco / INGV Catania

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo, annonce que l’analyse des images des caméras du réseau de surveillance et les observations faites par le personnel de l’INGV au cours de la matinée du 5 mai 2019 ont permis de constater que l’activité explosive du segment de la fissure éruptive à 2850 m d'altitude a cessé (pour le moment). Seul un faible dégazage persiste.

L’émission de lave par la bouche, à une altitude de 2850 m, est en forte diminution et reste confinée près de la bouche elle-même. Le champ de lave est globalement en refroidissement.

Etna - amplitude du trémor au 05.06.2019 - Doc. INGV Catania

Etna - amplitude du trémor au 05.06.2019 - Doc. INGV Catania

Au cours des dernières 24 heures, l'amplitude moyenne du tremblement volcanique n'a pas montré de changements significatifs, montrant de faibles fluctuations entre les valeurs basse et moyenne.

Sources : INGV Catania – 5,06,2019 & Gio Giusa

A voir aussi le rapport complet d'activité de l'Etna entre le 27 mai et le 2 juin 2019 : http://www.ct.ingv.it/it/rapporti/multidisciplinari/doc_view/10064-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-etna-04-06-2019.html

Etna - Carte de la zone du cratère du sommet (DEM 2014, Laboratoire d'aérogéophysique - Section Roma 2, mod.) avec une cartographie schématique préliminaire du champ de lave réalisée à l'aide d'enquêtes à l'aide de drones, d'images du satellite Sentinel2 du 30 mai et d'images thermiques du relief. du 2 juin à la Schiena dell'Asino. - INGV Catania

Etna - Carte de la zone du cratère du sommet (DEM 2014, Laboratoire d'aérogéophysique - Section Roma 2, mod.) avec une cartographie schématique préliminaire du champ de lave réalisée à l'aide d'enquêtes à l'aide de drones, d'images du satellite Sentinel2 du 30 mai et d'images thermiques du relief. du 2 juin à la Schiena dell'Asino. - INGV Catania

Etna - images à la caméra thermique FLIR le 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - un clic pour agrandirEtna - images à la caméra thermique FLIR le 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - un clic pour agrandir

Etna - images à la caméra thermique FLIR le 05.06.2019 / Doc. INGV Catania - un clic pour agrandir

2019.06.05 Etna NSEC - hornito sur fissure SE 2850 m - photos  Gio Giusa - en haut : dégazage le 05.06.2019 - en bas : activité le 03.06.2019
2019.06.05 Etna NSEC - hornito sur fissure SE 2850 m - photos  Gio Giusa - en haut : dégazage le 05.06.2019 - en bas : activité le 03.06.2019

2019.06.05 Etna NSEC - hornito sur fissure SE 2850 m - photos Gio Giusa - en haut : dégazage le 05.06.2019 - en bas : activité le 03.06.2019

Addendum les réseaux de surveillance ont enregistré à 11:01 heures (09:01 UTC), la fin de l'activité volcanique. De l'analyse des images des caméras du réseau de surveillance et des observations faites par le personnel ingv dans la matinée d'aujourd'hui, il a été possible d'observer que l'émission de lave de la bouche éruptive d'altitude 2850 m altitude a cessé. Tout le champ lave est en refroidissement.

Etna NSEC - fin de l'activité volcanique le 06.06.2019 / 11h01 UTC - Doc. INGV

Etna NSEC - fin de l'activité volcanique le 06.06.2019 / 11h01 UTC - Doc. INGV

Le parc national de Yellowstone (YNP) abrite l'un des plus grands systèmes volcaniques de la planète. des traces d'éruptions volcaniques associées au volcan Yellowstone et de la trace du point chaud qui le crée s'étendent vers l'est de l'Idaho au nord-ouest du Wyoming. Cependant, l’histoire des éruptions du volcan n’est qu’une partie de l’histoire géologique. Le parc contient également des traces de failles et d’autres processus géologiques susceptibles de former des failles à la surface de la Terre.

 

Les failles dans YNP varient considérablement en âge et en fonction de leur formation, et elles peuvent être divisées en deux groupes: - - - les failles relativement jeunes qui ont été actives au cours des derniers 1,6 million d'années de l'histoire de la Terre et

- les failles plus anciennes qui ne sont plus actives.

Les séismes sont souvent associés à de nombreuses failles plus jeunes du parc. Les jeunes failles de Yellowstone sont généralement liées à l'une des trois origines géologiques suivantes:

1. formation de caldera et volcanisme associé au cours d'une des trois grandes éruptions de Yellowstone,

2. déformation du sol résultant du mouvement continu du magma sous Yellowstone et

3. extension tectonique de la Basin and Range Province.

Carte des trois types de failles jeunes ds. le YNP  - Wyoming state geological survey

Carte des trois types de failles jeunes ds. le YNP - Wyoming state geological survey

1 .Les failles liées au système volcanique de Yellowstone se trouvent principalement au centre du parc. Des failles limitrophes de caldeira, telles que celles situées au bord des caldeiras Henrys Fork et de Yellowstone, ont été créées lorsque leurs caldeiras respectives se sont effondrées après une éruption. Lorsque la lave s'est retirée sous la caldeira, le niveau de la surface régionale a diminué et un environnement d'extension a été créé, ce qui a entraîné la formation d'autres failles en dehors des marges de la caldeira. Le plateau du lac Mirror est un bon exemple de ces types de failles.

 

2. Des failles se forment également à la suite des soulèvements et épisodes continus et épisodiques du sol à Yellowstone, à mesure que le magma se déplace dans le sous-sol. Par exemple, les failles du dôme de résurrection du lac Mallard et du ruisseau Sour, près de Old Faithful et de Fishing Bridge, respectivement, sont liées à la déformation post-éruption à l'intérieur de la caldeira de Yellowstone. Bien que largement imperceptibles pour les visiteurs du parc, les scientifiques peuvent surveiller l’inflation et la déflation des dômes résurgents à l’échelle millimétrique à l’aide d’un GPS de haute précision.

 

3.Les autres failles du PNY sont liées à la Basin and Range province, une région de l’ouest des États-Unis caractérisée par une alternance de vallées et de chaînes de montagnes délimitées par des failles. La Basin and Range province a commencé à se former à cette latitude il y a environ 15 millions d'années lorsque la croûte terrestre s'est étendue dans une direction est-ouest. La limite la plus à l'est de la province du bassin et de l'aire de répartition s'étend jusqu'à l'ouest du Wyoming, y compris YNP et la chaîne de montagnes Teton, et contient des failles toujours actives pouvant provoquer de grands séismes. Alors que d'autres failles dans le parc sont considérées comme pouvant être sujettes à des tremblements de terre de taille moyenne (M5 ou M6), les failles Basin et Range pourraient produire des événements plus importants (de l'ordre de M7).

 

 

Pour ne pas abonder dans le sens " fantasmagorique " de certaines publications, voici le rapport de Mike Poland, scientifique en charge du Yellowstone Volcano Observatory pour le mois de mai 2019.

https://volcanoes.usgs.gov/vsc/movies/yvo_update_jun_1.html

L'alerte volcanique est normale et le code aviation vert.

 

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #volcanic activity, #Sismologie, #Tectonique
Ebeko - the emissions of the volcano mainly towards SE and Severo-Kurilsk - Sentinel 2 image of 28.04.2019 - one click to enlarge

Ebeko - the emissions of the volcano mainly towards SE and Severo-Kurilsk - Sentinel 2 image of 28.04.2019 - one click to enlarge

In the northern Kuriles, the eruption continues at Ebeko, with this 1st of May, a plume of ashes at 3,000 meters asl. drifting southeast over 5 km.

The aviation code is orange

 

Source: KVERT

In April 2019, the OVPF recorded in the Piton de la Fournaise massif a total of:

- 167 superficial volcano-tectonic earthquakes (0 to 2 km deep) beneath the summit craters;

- 4 deep earthquakes (> 2 km deep);

- 242 collapses (in the crater Dolomieu and at the ramparts of Enclos Fouqué).

Piton de la Fournaise - Illustration of the deformation over the last twelve months (the eruptive periods are represented in red and the intrusive periods in green). Bases are shown here (variation of distance between two GPS receivers) crossing the Piton de la Fournaise building, at the top (at the top), at the base of the terminal cone (in the middle) and in the far field (at the bottom ). A rise is synonymous with elongation and therefore swelling of the volcano; conversely, a decrease is synonymous with contraction and thus deflation of the volcano (© OVPF-IPGP)

Piton de la Fournaise - Illustration of the deformation over the last twelve months (the eruptive periods are represented in red and the intrusive periods in green). Bases are shown here (variation of distance between two GPS receivers) crossing the Piton de la Fournaise building, at the top (at the top), at the base of the terminal cone (in the middle) and in the far field (at the bottom ). A rise is synonymous with elongation and therefore swelling of the volcano; conversely, a decrease is synonymous with contraction and thus deflation of the volcano (© OVPF-IPGP)

The deep magma recharge and the pressurization of the superficial magmatic reservoir that had resumed following the end of the February 18 - March 10, 2019 eruption appear to have stopped since the beginning of April. It should be noted that since 2016, the deep refeeding under the Piton de la Fournaise is done by impulses, and such phases of lull in deformation and seismicity have already been observed several times in 2016, 2017 and 2018 over periods ranging from approximately 15 to 80 days.

 

Source: OVPF

Find all the information related to the Piton de la Fournaise activity on the different media of the OVPF-IPGP:
- the website (http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),
- the Twitter account (https://twitter.com/obsfournaise?lang=en),
- and the facebook account (https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)

Epicentres of the earthquakes of end of April 2019 in the area of ​​Surigao del Norte / Philippines.

Epicentres of the earthquakes of end of April 2019 in the area of ​​Surigao del Norte / Philippines.

The Phivolcs provides information on a series of earthquakes located off Surigao del Norte.

The series, started on April 26, 2019 with an M5.5 earthquake, has 728 episodes of magnitude 1.5 - 5.5 in the same area.

These earthquakes are related to local tectonics, subduction of the Philippine plate at the pit of the Philippines.

At this stage, it is not possible to say whether these earthquakes will continue, decline or culminate with a larger episode.

The population is eager to prepare, and to stay informed.

 

Source: Phivolcs

Lire la suite

Publié le par Bernard Duyck
Publié dans : #Actualités volcaniques, #Sismologie, #Tectonique
Ebeko - les émissions du volcan majoritairement vers le SE et Severo-Kurilsk - image Sentinel 2 du 28.04.2019 - un clic pour agrandir

Ebeko - les émissions du volcan majoritairement vers le SE et Severo-Kurilsk - image Sentinel 2 du 28.04.2019 - un clic pour agrandir

Dans les Kouriles du nord, l'éruption se poursuit à l'Ebeko, avec ce 1° mai, un panache de cendres à 3.000 mètres asl. dérivant vers le sud-est sur 5 km.

Le code aviation est orange

 

Source : KVERT

Au mois d’avril 2019, l’OVPF a enregistré au niveau du massif du Piton de la Fournaise un total de :

167 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2 km de profondeur) sous les cratères sommitaux;

-  4 séismes profonds (> à 2 km de profondeur);

-  242 effondrements (dans le Cratère Dolomieu et au niveau des remparts de l’Enclos Fouqué).

Piton de la Fournaise - Illustration de la déformation sur les douze derniers mois (les périodes éruptives sont représentées en rouge et les périodes intrusives en vert). Sont ici représentées des lignes de base (variation de distance entre deux récepteurs GPS) traversant l'édifice du Piton de la Fournaise, au sommet (en haut), à la base du cône terminal (au milieu) et en champ lointain (en bas) . Une hausse est synonyme d'élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan (© OVPF-IPGP)

Piton de la Fournaise - Illustration de la déformation sur les douze derniers mois (les périodes éruptives sont représentées en rouge et les périodes intrusives en vert). Sont ici représentées des lignes de base (variation de distance entre deux récepteurs GPS) traversant l'édifice du Piton de la Fournaise, au sommet (en haut), à la base du cône terminal (au milieu) et en champ lointain (en bas) . Une hausse est synonyme d'élongation et donc de gonflement du volcan ; inversement une diminution est synonyme de contraction et donc de dégonflement du volcan (© OVPF-IPGP)

La réalimentation profonde en magma et la pressurisation du réservoir magmatique superficiel qui avaient repris suite à la fin de l’éruption du 18 février – 10 mars 2019 semblent avoir cessé depuis début avril. A noter que depuis 2016, les réalimentations profondes sous le Piton de la Fournaise se font par impulsions, ainsi de telles phases d’accalmie dans les déformations et la sismicité ont déjà été observées à plusieurs reprises en 2016, 2017 et 2018 sur des périodes allant de 15 à 80 jours environ.

 

Source : OVPF

Retrouvez l’ensemble des informations relatives à l’activité du Piton de la Fournaise sur les différents médias de l'OVPF-IPGP:
- le site internet (http://www.ipgp.fr/fr/ovpf/actualites-ovpf),
- le compte Twitter (https://twitter.com/obsfournaise?lang=fr),
- et le compte facebook (https://www.facebook.com/ObsVolcanoPitonFournaise/)

Epicentres des séismes de fin avril 2019 dans la zone de Surigao del Norte / Philippines.

Epicentres des séismes de fin avril 2019 dans la zone de Surigao del Norte / Philippines.

Le Phivolcs renseigne sur une série de séismes localisés au large de Surigao del Norte.

La série, débutée le 26 avril 2019 avec un séisme de M5,5, compte 728 épisodes de magnitude 1,5 – 5,5 dans la même zone.

Ces séismes sont en rapport avec la tectonique locale, la subduction de la plaque Philippine au niveau de la fosse des Philippines.

A ce stade, il n'est pas possible de dire si ces séismes vont continuer, décliner ou culminer avec un épisode plus important.

La population est in vitée à se préparer, et à rester informée.

 

Source : Phivolcs

Lire la suite

1 2 3 > >>

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog